Lance-roquettes Fliegerfaust B MM Park La Wantzenau









Lance-roquettes Fliegerfaust B MM Park  La Wantzenau
English Translation
Merci à
 MM Park  La Wantzenau pour les photographies

Historique Voir ICI
History Click HERE
 
 
 
 
Egalement appelé Luftfaust (littéralement « poing aérien »), cette arme individuelle a été conçue àla fin de la deuxieme guerre mondiale pour lutter contre les avions volant à basse altitude.
Développée en 1944 par la société allemande Hugo Schneider AG de Leipzig, l'intention était de réaliser une arme similaire au Panzerfaust (lance-roquettes antichar) mais destiné à un usage antiaérien. Le Luftfaust a été produit en deux versions différentes :
La première version, le Fliegerfaust A, possède quatre tubes de calibre 20 mm. Ces derniers tirent des projectiles de 20 mm pesant 90 grammes et contenant 19 grammes d'explosifs, propulsés au moyen d'une petite fusée.
La seconde version, le Fliegerfaust B ("Luftfaust") se différencie par l'augmentation de la longueur des tubes, ainsi que du nombre passant de quatre à neuf tubes, huit tubes montés en cercle autour d'un neuvième. L'arme a une longueur totale de 150 cm et pèse 6,5 kg.
Un prototype en calibre 30 mm à six tubes a été produit.
Une commande de 10 000 lanceurs et de quatre millions de munitions est lancée. Seuls quelque quatre-vingt lanceurs ont été livrés dans les derniers jours de janvier 1945 à une unité pour des essais sur le terrain.
Deux autres modèles ont été retrouvés en 2000 à Dresde.
 
 
 

 

En 1945, le Luftfaust a été conçu par "Hugo Schneider" de Leipzig et à la fin de cette année-là, l'armée allemande était prête à tester le système d'arme sur le terrain. La première version Luftfaust A' n'avait que quatre canons plus courts alors que le 'Lufthaust B possédait 9 canons Le, Les coups sont tirés avec un écart de 0,2 seconde entre les salves. '

Une chose qui ne peut être niée est le fait que l'armée allemande pendant la Seconde Guerre mondiale a réussi à développer un nombre important d'armes qui seront les précurseurs de bon nombre des technologies d'armes les plus impressionnantes de la guerre moderne aujourd'hui.
L'une de ces armes, le Luftfaust, était un précurseur des MANPADS, acronyme de MAN Portable Air Defence System, armes comme le Stinger, le Blowpipe ou le Strella.
Le Luftfaust, ou Poing aérien était une arme anti-aérienne propulsée par fusée tirée à l'épaule sans recul développée au cours de la dernière année de la guerre,
Les importantes commandes passées auraient sûrement marqué un changement significatif dans les technologies d'armement allemandes si la guerre avait eu lieu. a duré encore un an ou deux
en effet si la guerre avait duré jusqu'en 1947, les troupes allemandes auraient été armées de Stg. 44 et une variété d'armes de soutien lourdes propulsées par fusée, éliminant le besoin d’utilisation de la plupart des grenades,

Deux versions du Luftfaust ont été développées. La première version était le Luftfaust -A.

Cette arme se composait d'un faisceau de quatre tubes de lancement, chacun capable de lancer une petite roquette de 2 cm de diamètre équipée d'un projectile de 90 grammes avec une ogive explosive de 19 grammes. 
Tirées en salve, ces petites fusées atteignirent une vitesse maximale de 380 m/s. 
Malheureusement, les tirs d'essai ont montré que si les roquettes avaient une portée suffisante, elles n'avaient pas une dispersion suffisante à l'intérieur d'un cercle de destruction de cible pour être efficaces contre les avions.

 


 

Cela a conduit à la mise au point du Luftfaust -B, qui utilisait des tubes de lancement plus longs et plus nombreux. 
Le Luftfaust -B a monté neuf tubes de lancement, chacun de 1,5 mètre de long, l'ensemble du lanceur pesant 6,5 kg. 
Lorsqu'ils étaient tirés, les neuf coups se lançaient en une salve, avec un écart de 0,2 seconde entre chaque coup
Cela permettait de former une boule de destruction de 60 mètres de diamètre à une distance de 500 mètres, suffisant pour abattre les avions de cette époque

Cette arme, dans sa seconde version, est constituée de deux parties principales, le lanceur avec neuf tubes et le magasin de neuf roquettes. Chaque roquette avait un diamètre de 20 mm, pesait 90 g et possédait 19 g de matière explosive.Le chargement de l'arme se fait par l'arrière en introduisant le magasin de neuf roquettes.Pour faire feu, le tireur comprime un ressort sur le tube de poussée au moyen d'un taquet métallique avec sa main droite, sa main gauche maintenant la poignée de commande de mise à feu.À la commande de mise à feu, le ressort libère le tube de poussée qui percute un générateur, provoquant une impulsion électrique transmise à l'arrière des roquettes par un câble électrique.Le combustible des roquettes s'enflamme, deux salves espacées de 0,2 seconde sont lancées, une première de cinq roquettes, puis une autre de quatre roquettes. Cela avait pour but de réduire les vibrations de l'arme et d'augmenter la zone de dispersion (60 m pour une portée de 500 m), mais aussi pour éviter d'endommager les projectiles eux-mêmes par les gaz d'échappement des roquettes et de perturber leurs trajectoires.
Bien que lourde, l'arme ne produisait aucun recul perceptible et était tirée un peu comme un bazooka ou un panzerschrek, la partie arrière reposant simplement sur l'épaule.La production du Luftfaust -B a commencé en mars 1945, avec une commande de 10 000 unités de lancement et 4 millions de roquettes
 Cependant, à la fin de la guerre, seuls 80 étaient en service, testés lors d'essais de combat sur le terrain avant l'adoption officielle.
Une arme similaire au Luftfaust a également été développée pour un usage sur les avions d'attaque au sol,
C’était système d'un lanceur lourd à 6 canons conçu pour être monté sous les ailes des avions.
Il pouvait tirer six roquettes de 3 cm en salve, équipées d'ogives fabriquées à partir des munitions du Maschinenkanone MK108, un projectile de 330 grammes rempli de 75 grammes d'explosifs.Bien que cette arme n'ait jamais avancé le stade des essais elle a inspiré le Hand-Fohn. Il s'agissait d'un système de trois tubes de lancement conçus pour tirer le Raketen-Sprenggranate 4609 de 7,3 cm, une fusée de 3,2 kg avec une ogive explosive de 300 grammes, capable d'atteindre une vitesse de 360 ??m/s. Encore une fois, ces armes n'ont jamais atteint le stade de prototype.Les trois systèmes anti-aériens reposaient sur le concept d'utilisation d'ogives à fusée terminale pour établir une boule de feu de 20 à 40 mètres de diamètre avec suffisamment d'éclats pour endommager ou faire tomber un avion à une distance de 500 à 600 mètres.
Le Fliegerschreck
Uatre arme le Fliegerschreck était à la fin de la guerre presque prêt pour les essais sur le terrain et devait utiliser une nouvelle forme de munition qui pourrait être utilisée par le Panzerschreck, ce qui a permis au Panzerschreck d'être utilisé à la fois pour les rôles antiaériens et antichars.
Les nouvelles munitions devaient contenir une charge explosive et 144 petites sous-munitions incendiaires montées dans une munition avec un moteur-fusée standard. 
La nouvelle ogive était prête en 1945, mais aucune ne sera délivrée aux troupes de première ligne. 
Le Fliegerschreck incorporerait
un nouveau système de visée Anti Aérien similaire à celui utilisé par la mitrailleuse MG 42

Caractéristiques

Longueur : 1.5 m
Poids : 6.5 kg
Munitions : 9 roquettes de 20 mm ( 90 g. dont 19 g. d'explosif )
Portée : 300 à 500 m
Vitesse initiale : 380 m/s
Viseur : mire de fer
Année : 1945
 

 

 

 
 
   


Copyright © 2003-2022 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:5858887
Nb de visiteurs aujourd'hui:398
Nb de connectés:31