Canon Anti Aérien 13 pounder 9 cwt anti-aircraft 1915









CanoCanon Anti Aérien 13 pounder 9 cwt anti-aircraft 1915n
English Translation
 


Historique Voir ICI
History Click HERE

 

Le canon antiaérien de 13 livres et 9 cwt est devenu le canon antiaérien automoteur standard de l'Armée Britannique durant la Grande Guerre, en particulier dans les théâtres en dehors de la Grande-Bretagne.
Les canons antiaériens antérieurs basés sur des canons de 13 et 18 pounder  se sont avérés insatisfaisants, principalement en raison de leurs faibles vitesses initiales (V°). Le 18 février 1915 , Sir John French , commandant du Corps expéditionnaire britannique en France, demanda un canon anti-aérien avec une vitesse initiale de 610 m/s  Le 19 août 1915, le Conseil de l'armée a proposé d'adapter les 18 pounders existants  avec un alésage de 3,3 pouces afin qu'ils puissent utiliser des obus de 13 pounder (3 pouces), répondant ainsi à l'exigence d'une vitesse plus élevée.
Cette arme combinait une culasse et le tube du 18 pounder avecl insertion d'un manchon pour réduire l'alésage de 84 mm à 76 mm afin qu'elle puisse tirer l'obus légèrement plus petit de 13 pounder  mais toujours utiliser la cartouche et la charge propulsive plus grandes du 18  entraînant une vitesse beaucoup plus élevée. Un léger col a été introduit dans la cartouche de 18 pounder pour maintenir en place la douille du 13 pounder qui est evidemment légèrement plus étroite.
Le montage initial Mk III était basé sur le montage anti-aérien Mk II de 13, mais s'est avéré ne pas être assez solide pour la puissance supplémentaire de la cartouche de 18 pounder
 
 

Suite a cel a été fabriqué le Mk IV avec une augmentation de la hauteur de 230 mm ce qui a généréune augmentation du recul (890 mm) . mais cela entraine une moindre tension et usure des poieces
Plusieurs canons sont connus pour avoir été montés sur des chariots de campagne à angle élevé à 2 roues et déployés sur le Front Italien
Certains pensent que ce armes qui pouvaient théoriquement être utilisés comme canons anti-aériens, canons de campagne ou obusiers, ne sont que des modèles expérimentaux
D autres declarer que ces canon  ont été montés sur un affut  improvisé parce que certains des canons du 4th AA Group's guns  étaient arrivés en Italie sans affut
Au fur et à mesure que la Première Guerre mondiale progressait, il fut remplacé dans la défense aérienne de l'Angleterre (contre les bombardiers lourds allemands) par le canon plus puissant
QF 3 pouces 20 cwt , mais continua sur tous les autres théâtres. Il était généralement déployé monté sur des camions moyens tels que le Thornycroft Type J avec une vitesse de 29kms/heure, en sections de 2 canons.
Sur le front occidental, ils étaient généralement utilisés pour protéger les colonnes de troupes, les aérodromes, les bases, les décharges de ravitaillement et les ballons d'observation.
À la fin de la Première Guerre mondiale, une section AA de 13 pounder était accompagnée de 2 trackers Wilson-Dalby avec un ordinateur électronique rudimentaire pour des cacluls  un télémètre UB2, un indicateur de hauteur / fusée (HFI) et un télescope d'identification.
Les chasseurs allemands ont répliqué en attaquant à basse altitude, à quelques centaines de mètres.
 Ces canons étaient souvent utilisés pour former des barrages aériens plutôt que pour  abattre simplement des aéronefs
IL faut savoir que pendant la Première Guerre mondiale, la coopération britannique entre les sections d'infanterie et antiaériennes était généralement rudimentaire. Sauf en italie lors de l'avancée alliée sur la Piave en Italie à la fin de 1918, où les batteries S et V du 4th AA Group  ont utilisé leurs canons 13 pdr 9 cwt pour fournir des tirs aériens et terrestres mobiles en appui rapproché de l'infanterie. Cette tactique est devenue plus tard courante pendant la Seconde Guerre mondiale.
A la fin de la Première Guerre mondiale, 306 canons  étaient en service dans le monde, dont 232 sur le front de  l'ouest (sur un total de 348 canons AA )
 
 

 

Les canons antiaériens antérieurs basés sur des canons de 13 et 18 livres se sont avérés insatisfaisants, principalement en raison de leurs faibles vitesses initiales. Le 18 février 1915 , Sir John French , commandant du Corps expéditionnaire britannique en France, demanda un canon anti-aérien avec une vitesse initiale de 2 000 pieds par seconde (610 m/s). [5] Le 19 août 1915, le Conseil de l'armée a proposé d'adapter les canons de 18 livres existants (alésage de 3,3 pouces) pour utiliser des obus de 13 livres (3 pouces), répondant ainsi à l'exigence d'une vitesse plus élevée. [6]

Cette arme combinait une culasse et un canon de 18 livres avec une doublure (manchon) insérée pour réduire l'alésage de 3,3 pouces (84 mm) à 3 pouces (76 mm) afin qu'elle puisse tirer l'obus légèrement plus petit de 13 livres mais toujours utiliser la cartouche et la charge propulsive plus grandes du 18 livres entraînant une vitesse beaucoup plus élevée. Un léger col a été introduit dans la cartouche de 18 livres pour maintenir en place la coque de 13 livres légèrement plus étroite.

Le montage initial Mk III était basé sur le montage anti-aérien Mk II de 13 livres, mais s'est avéré ne pas être assez solide pour la puissance supplémentaire de la cartouche de 18 livres.

Le montage Mk IV qui a suivi a augmenté la hauteur de 9 pouces (230 mm) et augmenté le recul de 24 à 35 pouces (890 mm) et a ainsi soulagé la tension sur le montage. [7]

Plusieurs canons sont connus pour avoir été montés sur des chariots de campagne à angle élevé à 2 roues et déployés sur le front italien . Hogg & Thurston déclarent qu'ils pourraient théoriquement être utilisés comme canons anti-aériens, canons de campagne ou obusiers, mais ils n'ont pas été officiellement introduits et peuvent avoir été de nature expérimentale. [8] Routledge déclare que le chariot a été improvisé parce que certains des canons du 4e Groupe AA étaient arrivés en Italie sans montures. [9]

Au fur et à mesure que la Première Guerre mondiale progressait, il fut remplacé dans la défense aérienne de l'Angleterre (contre les bombardiers lourds allemands) par le canon plus puissant QF 3 pouces 20 cwt , mais continua sur tous les autres théâtres. Il était généralement déployé monté sur des camions moyens tels que le Thornycroft Type J avec une vitesse de 18 miles par heure, en sections de 2 canons.

Sur le front occidental, ils étaient généralement utilisés pour protéger les colonnes de troupes, les aérodromes, les bases, les décharges de ravitaillement et les ballons d'observation. [dix]

Aussi importante que la performance brute du canon lui-même était la nouvelle technologie développée pour permettre un calcul rapide de la hauteur de l'avion et prédire où il se trouverait lorsque l'obus arriverait à proximité. Les avions modernes pouvaient voler à plus de 100 miles par heure et à 20 000 pieds (beaucoup plus bas sur le champ de bataille) en 1918, ce qui rendait obsolètes les anciennes techniques de tir d'artillerie fiables. L'obus a mis 10,1 secondes pour atteindre 5000 pieds (1500 m) tiré à 25 ° au-dessus de l'horizontale, 15,5 secondes pour atteindre 10000 pieds (3000 m) à 40 °, 22,1 secondes pour atteindre 15000 pieds (4600 m) à 55 °. [11] Par conséquent, la position de l'avion devait être calculée 10 à 22 secondes à l'avance et les fusées devaient être réglées pour exploser à la bonne hauteur.

À la fin de la Première Guerre mondiale, une section AA de 13 livres était accompagnée de 2 trackers Wilson-Dalby avec un ordinateur électronique rudimentaire pour fournir une prédiction tachymétrique, un télémètre UB2, un indicateur de hauteur / fusée (HFI) et un télescope d'identification. Les chasseurs allemands ont répliqué en attaquant à basse altitude, à quelques centaines de mètres. Les canons AA continueraient à tirer mais les obus exploseraient alors au-dessus de la tête de ceux qu'ils défendaient. Mais il a amené des avions d'attaque à portée de mitrailleuses défensives. Peu d'avions ont été directement abattus, chacun nécessitant en moyenne 4 000 à 4 500 obus, [12]mais les canons étaient souvent utilisés dans les barrages aériens pour refuser un espace aérien aux aéronefs plutôt que pour simplement abattre des aéronefs ciblés individuellement. Le brigadier Routledge note que "dans le BEF [c'est-à-dire sur le front occidental], l'accent était mis sur les tirs dissuasifs à longue portée; en fait, dans la quatrième armée, c'était la politique déclarée de la BRA. Les "tués" étaient donc moins courants. n'étaient pas séparés, comme en Grande-Bretagne, ce qui rendait les plans d'action moins réalisables ». [13]

Routledge commente en outre que pendant la Première Guerre mondiale, la coopération britannique entre les sections d'infanterie et antiaériennes était généralement rudimentaire. Cependant, il souligne une intégration réussie dans l'avancée alliée sur la Piave en Italie à la fin de 1918, où les batteries S et V du 4e groupe AA ont utilisé leurs canons 13 pdr 9 cwt pour fournir des tirs aériens et terrestres mobiles en appui rapproché de l'infanterie. Cette tactique est devenue plus tard courante pendant la Seconde Guerre mondiale. [9]

À la fin de la Première Guerre mondiale, un total de 306 étaient en service dans le monde, dont 232 sur le front occidental (sur un total de 348 canons AA là-bas). [14]

 

   


Copyright © 2003-2022 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:6028810
Nb de visiteurs aujourd'hui:1069
Nb de connectés:85