Austin Champ 1951 Bovington









Austin Champ 1951 Bovington
English Translation
certaines photos proviennent de ce site   et Merci à Ian Tong pour certaines photographies
 

Historique Voir ICI
History Click HERE
 
 
 

Une armée ne peut bien manouvrer qu’avec une bonne  logistique qui permet d’amener la nourriture, les hommes, les armes à feu à un combat.
 La logistique se déplace sur le champ de bataille, mais aussi sur l arrièree pour aller de A à B en temps de guerre comme de paix.
Le véhicule pour remplir ces fonctions doit être simple, fiable, robuste et adaptable. Probablement l'exemple le plus célèbre fut la Jeep de la Seconde Guerre mondiale
En Grande-Bretagne après la 1945  la dépendance à l'égard du matériel US et surtout des Jeeps était important car le tout nouveau parc de véhicules était en cours de développement afin de préparer l'armée britannique à la guerre moderne et remplacer la plupart des équipements d'époque complexes de la Seconde Guerre mondiale qui étaient usés ou simplement redondants.
 Dans le cadre de cette rationalisation de l'armée, on a souhaité avoir un degré plus élevé de compatibilité et de capacité dans les véhicules blindés et non blindés que jamais. Ces objectifs ont peut-être conduit au meilleur véhicule utilitaire léger jamais sorti du Royaume-Uni, le «Champ» nommé à juste titre.
Développement
Le désir d'après-guerre des forces armées britanniques était de répondre aux besoins d'avoir un véhicule meilleur que l'ancienne Jeep.
 Les travaux ont commencé en 1947 sur la voiture, 4 x 4, 5 poids. Série FV1800». Le nom disait tout, une voiture et non un camion ou un véhicule blindé), avec quatre roues motrices dans la classe  1/2 tonne.
Le prototype du véhicule  fut la Nuffield plus connue sous le nom de «Gutty», dont deux exemples seulement ont été produits.
 Propulsé par un moteur «boxer» de 4 cylindres opposé horizontalement, ce véhicule chauffé était composé de côtés corsés profonds, de simples panneaux de carrosserie, dont une grille de radiateur estampillée à partir de tôle d'acier avec 10 fentes (l'une des deux avait des fentes verticales et l'autre avait des fentes horizontales), un pare-brise pliant plat à deux panneaux, chaque panneau ayant son propre essuie-glace, a permis de protéger les occupants du vent ou de la pluie  Une bâche repliée a été utilisée pour couvrir les occupants par mauvais temps. De simples sièges en toile pliant offrent un certain confort aux occupants.
Cette Gutty était solide, mais perfectible et elle  a servi à stimuler le Fighting Vehicle and Research Development Establishment (F.V.R.D.E.) ) à poursuivre le développement.

Charles Sewell a dirigé l'équipe de conception, qui comprenait Alec (plus tard Sir) Issigonis célèbre pour l'Austin Mini, travaillant sur la suspension.
Il s'est mis au travail pour améliorer le nouveau véhicule, en créant le Mudlark. Trente prototypes de ce nouveau véhicule ont été construits par la société Wolseley

Internet


En  1948  12  eux ont été construits avec un toit rigide en version berline et un autre avec un treuil Turner de 1 tonne.
La motorisation  du Mudlark  qui sera repris sur la Champ sera un Rolls Royce B40 No. 1 Mk.2A moteur à essence.
SI le Mudlark, était trop civil de silhouette La Gutty sera différent   avec un capot plus prononcé et arrondi et une petite grille de radiateur avec 5 trous ovales. La Gutty avait des garde-boue incurvés relativement simples faisant légèrement saillie des côtés, alors que le Mudlark a avait un grand garde-boue incurvé sur l'avant. Ce système était plus efficace pour arrêter la boue projetée par les pneus avant lors de la conduite en TT  mais  cela augmenterait également le poids, la complexité et le coût du véhicule. Enfin le pare-brise en deux pièces, n’avait  qu'un seul essuie-glace pour le côté conducteur.
Aussi on se rend rapidement compte que le Mudlark n'était tout simplement pas adapté aux besoins de F.V.R.D.E., Les tests du Mudlark ont aussi révélé des problèmes avec les fuites d'huile des différentiels dans les moyeux des roues et il était clair que le Mudlark avait besoin d'une amélioration supplémentaire.
Aussi 12 Champs de préproduction sont réalisés pour l'évaluation, moitié  version Cargo et l'autre moitié comme le modèle Fitted For Wireless (FFW). Après les tests  peu de modifications furent demandées  avant que le véhicule soit mis en production, Le changement le plus distinctif fut un  tableau de bord plus perfectionné.
L’engin e, 4 x 4,  de 5 CWT  (CWT)  Le CWT est une unité de poids ou de masse standard utilisée sur certains marchés de produits de base. Il peut également être utilisé pour fixer des prix de petites expéditions de marchandises.
En Amérique du Nord, un CWT est égal à 100 livres alors qu’au Royaume-Uni,  il est de 112 livres car on utilise ici le système Impérial
La série FV1800 est devenue la «tête de série  des  1/4 de tonne, 4 x 4 CT», indiquant qu'elle allait maintenant être plus qu'une simple voiture, mais qu'elle serait toujours  quatre roues motrices et dans la même classe de poids.
Cependant, le terme CT» indique ce véhicule était apte à être utilisé sur un théâtre de combat, Ce véhicule s’intègre dans l'extrémité inférieure du spectre logistique par rapport à ses grands frères et sœurs, le «Truck, 1 tonne, 4 x 4,CT» fabriqué par les moteurs Humber, et le «Truck, 10 tonnes, 6 x 6, CT» fabriqué par Leyland sous le nom de Leyland Martian. Humber et Leyland avaient tous deux espéré les contrats de production pour le Champ, mais c'est Austin qui l'a obtenu.  

Aussi  le contrat est signé pour 15 000 véhicules pour l'armée. La production a commencé le 1er septembre 1951 par Austin de leur usine à Cofton Hackett près de Birmingham sous le nom de «FV1801A, Truck, 1/4 de tonne, 4 x 4, CT, Austin Mk.1» dans les versions Cargo et FFW.
Le véhicule de l'armée a conservé ce nom plutôt complexe, tandis que la version disponible sur le marché civil était «Champ». Cela a été rapidement adopté par l'armée et, par conséquent, à partir de son origine, aussi ce véhicule serait simplement connu sous le nom de Champ.
Construction
Le Champ utilise une carrosserie solidement construite en panneaux d'acier pressés de la «Pressed Steel Company». Ceux-ci ont été soudés ensemble sur un châssis en forme de «X». La carrosserie est renforcée par des nervures  pressées dans la carrosserie pour augmenter l'intégrité comme sur le TUB de Citroën
Les passages de roue arrière étaient simples alors que les passages avant étaient de simples extensions enfoncées par l'avant, avec une partie horizontale au sommet tournant vers un angle bas - plus de courbes ou d'angles évasés de roue comme sur le Mudlark.


 Le capot et la calandre, sont hérités du Mudlark, avec un radiateur à ouverture de 5 ovales et un grand capot arrondi.
Le pare-brise à deux panneaux, comme le Gutty et le Mudlark avant lui, pouvait être rabattu sur le capot et était équipé d'une paire d'essuie-glaces.
Le toit était  un tissu recouvert de PVC plutôt que d'une toile imperméable, avec une petite fenêtre verticale en plastique avant la porte, une fenêtre plus grande dans la porte et une paire de fenêtres triangulaires à l'arrière.


Les portes et les panneaux latéraux étaient amovibles . En cas de conduite sans rien vont rester visibles les jambes de force en forme de «V» maintenant le toit de chaque côté.
À l'arrière du Champ, se trouve un pneu Dunlop  de secours  à l'arrière droit, et un  jerrycan  à l'arrière à gauche.
Motorisation
Le moteur à essence Rolls Royce B40 de 80 ch, de 2,838 litres, était un moteur à essence solidement construit et robuste. Avec 4 cylindre c’était un moteur résistant et solide utilisant un, un bloc en fonte et une culasse en aluminium coulée. Le moteur avait été conçue en 1936
A l'origine, fabriqués par Rolls Royce à Crewe, Une certaine production de moteur Mk.5 a été réalisée par Austin Motors sous licence «Austin-Rolls», avec quelques simplifications ajoutées. L'un d'eux était un passage d'une culasse en aluminium à une culasse en fonte.Les ventes civiles du Champ n'ont pas été un succès, principalement parce qu'elles étaient coûteuses, mais le moteur était également différent.
 Le Champ civil a été vendu avec le moteur Rolls Royce B40 ou le moteur à essence Austin A90 plus économique.


Sur la version militaire, le moteur, avec tous les systèmes électriques, comme l'allumage et aussi la transmission, étaient complètement étanches ainsi  le moteur étant parfaitement capable de fonctionner même lorsqu'il était complètement immergé. la seule chose obligatoire était d’avoir une prise d'air de qui peut être fixée sur l’avant  droit du capot.
Le conducteur doit simplement se lever pour garder la tête hors de l'eau, puis conduire le Champ à travers l'eau jusqu'à 1.8 m de profondeur.
Le Champ avait une BAV  robuste à 5 vitesses  synchro relié à un embrayage Borg et Beck.  L'engrenage inverseur pour le Champ était situé dans la boîte de transfert à l'arrière, ce qui, en effet, signifiait que le Champ pouvait reculer à la même vitesse qu'il pouvait avancer, L’avantage de cet inverseur qui rend la conduite très dangereuse pour une utilisation «normale», est  un avantage pour un parcours type RECE . En effet lors d’une rencontre face à un ennemi le fait de pouvoir partir rapidement en marche arrière est un avantage
Pour la version civile une prise force peut être utilisé  pour des travaux agricoles.
La suspension pour le Champ, conçue par Issigonis, utilisait des doubles bonus entièrement indépendants à l'avant et à l'arrière, avec des barres de torsion défilent en dessous du milieu du véhicule relié au point de rencontre central du cadre en forme de «X» sur lequel le véhicule. Ce système procurait un niveau de confort même en TT excellent.


Le Champ avait aussi un système électrique de 24 volts permettant d'équiper facilement des équipements radio pour former un véhicule FFW (Fitted For Wireless), avec simplement l'ajout d'une table coulissante et de supports de batterie.
 Les versions civiles du Champ fonctionnaient avec un système électrique de 12 volts plus conventionnel et plus simple.                                          

Opérant sur un réservoir d'essence de 20 gallons (90,9 litres), ce qui a fourni au Champ une portée opérationnelle d'environ 483 km à 15 mpg (6,4 km/l), bien qu'une conduite tout-terrain ou dure, ou être complètement en charge, réduirait considérablement ce nombre.

Versions

Dans le cadre des véhicules de la série FV1800, il y avait des sous-désignations du Champ en service. Plus précisément :

FV1801A – Version de base pour toutes les armes
FV1801A/1 – Véhicule de base FFW ( sans fil)


FV1801A/2 – Ambulance avec chassis modifié
FV1801A/3 – Vehicule poseur de cables avec derouleurs à tambour montés  à l'arrière
FV1801A/4 – Montage de mitrailleuse lourde de 0,5 pouce (non blindé) – pas de pare-brise équipé


FV1801A/5 – 0.303 Milma mitrailleuse Vickers ( blindée)

Armes

Le Champ de service général standard n'était pas armé mais, comme la Jeep avant elle, pouvait être adapté pour porter une variété d'armes pour n'importe quelle tâche qu'il soit appelé à accomplir. Les armes transportées sur divers supports comprenaient la mitrailleuse légère de calibre .303, la mitrailleuse Vickers .303, la mitrailleuse Vickers de 7,62 mm, une mitrailleuse browning un canon SR de 106 mm, et même un mortier de 3 pouces.

Introduit chez les Paras britanniques en 1956, le canon SR de 106 mm,  leur a offert une capacité précieuse, en particulier la capacité d'apporter une arme capable de vaincre tout char connu à l'époque lors d'une opération aéroportée sur une plate-forme mobile. Cette arme, le  M40, était en fait de calibre 105 mm, mais classée et nommée 106 mm pour éviter toute confusion avec les munitions de char de 105 mm. Chargeuse d'un seul obus à l'époque par une culasse pliante, il pourrait tirer un fort explosif antichar capable de vaincre jusqu'à 400 mm de blindage à une portée maximale d'un peu moins de 7 km. Avec une mitrailleuse repérage de calibre .50 attaché pour améliorer la précision, l'arme a prouvé sa valeur à Suez en 1956, lorsque l'on était utilisé pour assumer un SU-100 soviétique appartenant aux forces égyptiennes.

Champ Blindée

Cinquante ensembles de plaques de blindage ont été produits pour le Champ dans le cadre d'essais pour la version FV1801A/5.
Ils ont été testés avant 1959, La protection  était modeste. Une grande plaque à angle unique était montée à l'avant, recouvrant le radiateur vulnérable s'étendant juste au-dessus du capot, et déviait les balles vers le haut sur le véhicule ou vers le bas dans le sol. Pour les hommes qui équipent le véhicule, deux boucliers rectangulaires ont été fournis, l'un pour le conducteur et l'autre pour le passager du siège avant portant une découpe pour une mitrailleuse à eau de calibre 30 de calibre 30.
Ce qui semble être une plaque de blindage semi-circulaire rivetée sur la cloison du tableau de bord est moins clair. On pouvait supposer qu'une découpe était prévue pour les cadrans, de sorte que l'équipage pouvait voir la vitesse du véhicule, mais cette protection supplémentaire empêcherait les tirs qui évitent que la plaque déflectrice avant ne blesse l'équipage en passant simplement par le haut du véhicule au-dessus du capot.
Aucune protection des côtés, de l'arrière ou du toit n'a été assurée et l'arrangement a été clairement défini avec une version de reconnaissance à l'esprit.
Le poids total du blindage n'est pas connu, mais il n'était pas important, de sorte qu'il est peu probable qu'il ait affecté les performances en dehors de rendre plus difficile pour le conducteur de voir où il allait.
 L'épaisseur du blindage est également inconnue, mais pour être utile balistiquement, elle aurait probablement une épaisseur de 8 à 10 mm.

La position de montage élevée de la mitrailleuse est également notable. Situé en l'état, le passager du siège avant serait clairement capable d'actionner le canon à partir d'une position assise, tirant vers l'avant avec une couverture complète pour sa tête à partir du placage. Ce ne serait pas la façon la plus précise de tirer, car il serait très difficile de viser. Si un tir précis était nécessaire, l'opérateur pouvait simplement se lever tout en ayant son torse derrière la plaque.
Service Opérationnel
L'armée britannique a reçu la Champ juste trop tard pour la guerre en Corée, mais à temps pour l'intervention à Suez en 1956.
 Il a également été délivré à des unités en Allemagne avec l'armée britannique du Rhin (B.A.O.R.), les forces terrestres d'Extrême-Orient (F.E.L.F.) à Hong Kong, en Malaisie et à Singapour, ainsi que des unités avec les Forces terrestres du Moyen-Orient (M.E.L.L.) dans des endroits tels que Chypre, Égypte, Aden, Malte et Libye.
D'autres véhicules ont été utilisés par le Commandement britannique de la Guyane et des Antilles (C.C.) en Jamaïque  ainsi qu'au Commandement de l'Afrique de l'Est (E.A.C.) au Kenya et en Ouganda.
Donc partout où l'armée britannique  était stationnée, on pouvait s'attendre à ce qu'un Champ fasse une apparition.
Mais l’armée britannique n'était pas non plus le seul utilisateur. En 1953, 400 nouveaux Champs ont également été achetés par l'armée australienne où ils devaient suppléer la flotte de Jeep.
Ensuite un autre lot de 400  véhicules d’occasion fut livré  Comme les Britanniques,  les Australiens ont teste le canon de 106 mm SR mais seulement à titre expérimental. Tous les véhicules australiens ont été retirés du service au milieu des années 60
L'armée française a également testé une version cargo du Champ en 1953, équipée d'un treuil d'une tonne. Ce Champ a été testé en le chargeant avec 400 kg de ballast et en rouler sur différents terrains. Le Champ a très bien passé les procès français et a obtenu de meilleurs résultats tout-terrain que le VLR français Delahaye, mais a finalement été rejeté de préférence pour le véhicule français.

Conclusion
Cee véhicule était excellent. Il avait de bonnes performances, de grandes caractéristiques de conduite, était solidement construit, et avait un moteur robuste et fiable avec beaucoup de points communs avec d'autres véhicules pour une faible charge logistique pour l'aider. Mais il était aussi fragile
Problèmes avec des essieux arrière cassés. Suite à un défaut de contrôle des niveaux d'huile dans les essieux.


Le système électrique trop complexe et d'autres caractéristiques se sont également révélés difficiles à entretenir
Et enfin il était très cher à l achat  Les concepteurs étaient allés trop loin et avaient vraiment construit la Rolls Royce de Jeeps
Avec environ 15 000 commandes, cela signifiait un coût énorme que la Grande-Bretagne d'après-guerre n'avait guère les moyens de dépenser
Avec l'arrivée d'une alternative rentable sous la forme de Land Rover de Rover Motor Cars, à près de la moitié du prix et avec  presque toutes les capacités, le Champ était condamné
. En 1955, avec 11 732 construits, la production a pris fin et les Land Rovers  ont commencé à remplacer le Champ
Environ 500 de la version civile du Champ ont également été fabriqués.

 
   


Copyright © 2003-2024 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:7236235
Nb de visiteurs aujourd'hui:989
Nb de connectés:56