Mausolée Italie Latium Cassino Mausoleo di Ummidia Quadratilla









Rome  Cassino Mausoleo di Ummidia Quadratilla
English Translation
 

Historique Voir ICI
History Click HERE
 
 
Historique Voir ICI
History Click HERE

 

 

 



 
 
C 'est  l'un  des monuments les plus remarquables de l'antique Casinum n'a pas encore dévoilé le secret de son origine malgré l'intérêt et les études des plus talentueux amateurs d'archéologie
 

Sur le mausolée grandiose qui se dresse au cœur de la zone archéologique de la ville romaine, les hypothèses les plus disparates ont été comparées, mais au final ce qui est désormais le plus populaire a prévalu : le tombeau de la matrone romaine Ummidia Quadratilla. Le plus populaire mais le moins fiable. En fait, pendant un certain temps, le mausolée a été appelé le tombeau "soi-disant" (en abrégé "cd") de Quadratilla. Afin de ne pas trop s'écarter de cette dénomination, certains ont eu l'habitude de la définir "tombeau des Ummides" l'attribuant donc à la gens ummidia , la puissante famille présente à Casinum au Ier siècle après JC. C.
Cette tombe est Incorporée dans les murs de l'ancien Cassino,Elle fut le tombeau d'Ummidia Quadratilla, la matrone romaine qui, au 1er siècle après JC, fit construire l'amphithéâtre romain et un temple à ses frais, dont il ne reste aucune trace, bien que pour certains érudits, cela pourrait être le même mausolée
La puissante structure se dresse sur les pentes sud-est de Montecassino, incorporée dans les murs de ce qui était autrefois la ville de Casinum. Construit avec de gros blocs carrés et parfaitement reliés sans mortier, maintenus ensemble uniquement par des clips de plomb à l'intérieur, il a résisté aux ravages du temps, aux tremblements de terre et, enfin, à la fureur de la guerre, sans subir de dommages substantiels .Pendant des siècles, on a pensé que ce monument funéraire était d'origine étrusque. La structure est une croix grecque avec des bras symétriques et une voûte parfaitement circulaire.
En fait une autre thèse différente est proposée par l'archéologue Filippo Coarelli, qui, avec des arguments divers et articulés, identifie Marco Terenzio Varrone comme l'utilisateur du mausolée ; entre autres, il déclare : « Le dernier bâtiment que l'on peut probablement rattacher au grand savant est l'imposant mausolée, qui se dresse sur la terrasse au-dessous du théâtre, et qui généralement - mais sans arguments - est attribué à Ummidia Quadratilla, la fille du premier Cassinat qui fut consul, en 40 d. C., L. Ummidius Durmius Quadratus, décédé dans la vieillesse, en 107 d. C. (comme le rappelle Pline le Jeune) [...] il ne peut appartenir qu'à une personne de grande importance, qui pour ses mérites a dû jouir d'une véritable héroïsation  La thèse de Coarelli ferait remonter la construction à l'époque varronienne (Varro mourut en 27 av JC .
Il faut bein se rendre compte que bien que ce maausolée n' pu appartenir qu'à une personne de grande importance » il est  très probable que cela n 'est pas le Mausaolée de Gens 'Ummidia. Pourquoi ?
Il faut savoir qu'en 1757, une plaque a été trouvée qui se lit comme suit : Ummidia CF Quadratilla anphitheatrum et tem plum Casinatibus sua pecunia fecit (Ummidia Quadratilla, fille de Caio, a fait construire l'amphithéâtre et le temple pour les Cassinesi dépenses) De là cette attribution hative
en effet bien que la gens Ummidia soit  originaires de Casinum ,  ils se devaient avec leur poids et leur statut social, résider à rome rt non sauf à certaines périodes de l'année- dans une ville de province comme Casinum , Car à  Rome  ils pouvaient s'occuper et accroître plus directement leurs intérêts et fréquenter des environnements conformes à leur rang.
A Casinum les intérêts de la famille sont gérés par des affranchis alors que le patricen a certainement vécu avant tout à Rome, où se concentraient probablement les principaux intérêts économiques de la famille"
D'ailleurs nous avons un texte de Pline le Jeune avec sa lettre à Gemino, où, après avoir tracé une brève biographie de la matrone casinate, déclare qu'Ummidia a légué les deux tiers de son héritage à son neveu préféré.  , Quadrato, qui alla vivre dans la maison qui avait appartenu au juriste Gaius Cassio  décédé en 69 après JC -; la maison devait être la grandiose Villa Cassia à S. Gregorio da Sassola, non loin de Tivoli, qui est encore visible de nos jours.
Enfin pour finir si Ummidia Quadratilla avait vraiment fait construire le mausolée comme tombeau familial, elle n'aurait pas manqué de faire graver une pierre commémorative, au moins aussi voyante que celles relatives à ses interventions sur le théâtre et l'amphithéâtre
Or nous n'avolns aucune trace de d'un tel artefact a
Les seules dédicaces sont cellesentre autre du théatre romain, une dédicace à l'empereur Claude a été trouvée, se qualifiant lui-même de Praefectus Fabrum (cm. 62 × 185) : elle est maintenant conservée dans le lapidaire de Montecassino (épigraphe n. 2) 9 . Il est fort probable qu'il effectua la restauration du théâtre pour le compte d'Ummidia Quadratilla, le dédiant au divin Auguste
2_Pistils 3
 
 

En fait la construction remonte au 1er-2e siècle avant J.-C Vers l'an 1000, il fut intégré à une église dédiée à saint Nicolas de Bari, avec des fresques de style bénédictin, puis rebaptisée le saint Crucifix (probablement précisément pour cohérence avec la croix du mausolée) et enrichie de décorations baroques au XVIIe siècle.
Aujourd'hui, cependant, cette interprétation est considérée comme complètement erronée en raison des caractéristiques de labâtiment, typique d'un sépulcre patricien, même si l'attribution traditionnelle (bien que sans preuves positives) à la bienfaitrice Cassinat Ummidia Quadratilla, fille du consul Ummidio Durmio Quadrato, subsiste.
Il faut ajouter que le chroniqueur cassinois Leone Ostiense (XI-XII siècle), fait référence à un "templum idolorum in Castro Casino" transformé, au cours du VIIIe siècl en église en l'honneur de Saint-Pierre : il pourrait s'agir du templum de l'inscription antique, bien distincte donc du mausolée, alors dédié à Saint-Nicolas    cette époque.
Suite aux bombardements de la dernière guerre, très peu de choses ont été sauvées des anciennes églises : quelques fresques importantes ont été récupérées et conservées à Montecassino ; il ne reste aujourd'hui que le mausolée, nettoyé des vestiges des bâtiments superposés. A l'extérieur, cependant, quelques vestiges de murailles de l'église du Crucifix et une partie de l'escalier à vis du clocher sont encore visibles.
 
   


Copyright © 2003-2022 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:5856275
Nb de visiteurs aujourd'hui:469
Nb de connectés:27