Middelkerke Flandres Westende Stützpunkt Seidlitz









 

Stp Seydlitz (Ost-W 013) - HKB Westende-Plage (neu)

 
Les secteurs du Mur de l'Atlantique en Belgique:
Secteur 15e Armée - AOK 15:
La 15e armée stationnée sur un secteur de 740 km de longueur était commandée par le général Von Salmuth (QG à Tourcoing). Le AOK 15 était composé de quatre corps d'armée:
89 AK(LXXXIX AK) - PC à Anvers, Park Den Brandt
82 AK (LXXXII AK) - PC à Aire-sur-la-Lys
67 AK (LXVII AK) - PC à Naours
81 AK (LXXXI AK) - PC à Canteleu
Chaque corps d'armée était composé de plusieures divisions occupant chacune un secteur côtier de défense "KüstenVerteidigungsAbschnitt" (KVA). Quelques KVA étaient en plus divisés en sous-secteurs.
Voici donc les secteurs côtiers de défense (KVA) de l'AOK 15 en Belgique:
15 KVA A2 / 712 ID (PC à Oostburg) - cinq sous-secteurs:
Breskens
Antwerpen
Knokke ouest
Knokke est
Zeebrugge

15 KVA A3 / 48 ID (PC à Ostende) - deux sous-secteurs:
Ostende
Ostende ouest
Stp Seydlitz (Ost-W 013) - HKB Westende-Plage (neu)
Ce Stützpunkt   se trouve dans les dunes au sud-ouest de Westende-Bad. La Strandlaan sépare les parties est et ouest duStützpunkt , bien que toute la construction restante se trouve dans la partie ouest. Il y a un grand parking dans la Strandlaan
C’était une Batterie Citière de la HEER 
Unités
Janvier 1941:
3. Batterie/HKAA 826/Artillerieregientsstab zbV 781/Artilleriekommandeur 104
25.10.1942:
3. Batterie/HKAA 826/Heeresküstenartillerieregiment 940/Artilleriekommandeur 141
19.11.1942:
3. Batterie/HKAA 826/Heeresküstenartillerieregiment 940/Artilleriekommandeur 141
6.02.1943:
3. Batterie/HKAA 826/Heeresküstenartillerieregiment 940/Artilleriekommandeur 189
1.12.1943:
3. Batterie/HKAA 826/Heeresküstenartillerieregiment 940/Artilleriekommandeur 189
1944:
7. Batterie/II. Abteilung/Heeresküstenartillerieregiment 1240/Artilleriekommandeur 189
Effectifs 
Janvier  1943 130 hommes 
Armement
1.12.1943:
6x 15,5cm 418 (f), 
37mm Flak*, 
20mm Flak, 
7,5cm KwK (f)*, 
4,7cm KwK (f)*, 
2cm KwK, 3,7cm Pak 38*, 
3x MG, 2x MG (p), 
2x MG08*, 
2x MG (f)*, 
150cm Scheinwerfer, 60cm Scheinwerfer mise à disposition par le Versuchsplatz OKH, Wa-Prüf, Westende)
Les canons de 15,5 cm étaient placés dans des emplacements ouverts avec une base en béton. Le Leitstand possédait 2 fentes d'observation, l'une vers la mer et l'autre vers l'intérieur des terres et il mesurait 15x15m et 10m de haut et contenait des instruments optiques.
La position avait été construite sur des vestiges de constructions de l'ancienne Première Guerre mondiale, qui ont été réutilisées par les Allemands.
Au début, toute la longueur de la plage était fermée par des barbelés. Puis, à l'été 1942 , une batterie de 6 canons est installée.
En septembre 1942, les canons furent déplacés un peu vers l'est. Un grand nombre de constructions et quelques Tobrouks ont été construits.
Sur l'ancienne position, une position factice a été créée avec des fusils en bois. Quatre canons Flak de 20 mm protégeaient la batteries des attaques aériennes. Ils ont été installés sur des bunkers du personnel
En retrait se trouvait le cantonnement ONS RUSTOORD où le personnel de la batterie était cantonné et où un hangar en bois servait d’etable pour 20 chevaux.
Cette position était protégée par des barbelés.
Un rapport mentionnait que le 23 juin 1943, une batterie fictive se trouvait à l'endroit où se trouvait à l'origine le HKB Westende-Plage. Le 31.1.44, un rapport mentionnait que, depuis le 1er janvier, les bunkers suivants avaient été ajoutés : 2x L402, 3x R501, 3x R502, 1x wasser bunker)

Bunkers
Après guerre a dénombrée 75 bâtiments dont 47 en béton. :
Vf7aK, 
2x Vf7a, 
3x Vf58d, 
3x R502, 
3x R501, 
R196, 
mur AT, 
3x Vf2a, 
chemin bétonné, 
2x Vf7b, 
Leitstand, 
6x emplacement ouvert, 
garage pour projecteur, 
2x L402, bunker d'observation, T
Tobrouk, 
7x bunker non identifié , 
caserne 'Ons Rustoord'
Bunkers restants
Vf7aK, 
3x Vf58d (1x restes ?), 
R502,
Mur AT
2x Vf2a
Chemin bétonné,
Vf7b
débris d'emplacement ouvert (?)
Chronologie
Le Stützpunkt Seydlitz fut le théâtre de violents combats en septembre 1944. Le 10 septembre, l'Essex Scottish Régiment, un bataillon de la 4th Canadian Infantry Brigade de la 2nd Canadian Infantry Division, avec une partie du Toronto Scottish Régiment (un bataillon MG) sous les ordres son commandement reçut l'ordre de partir d'Ostende pour prendre un point d'appui (520965) dans les dunes de sable entre Westende-Bad en Lombartzijde. 
C'était en fait le point d'appui d'artillerie de Heer Seydlitz et le Stp von Seeckt adjacent. 
Contrairement aux unités de la Kriegsmarine présentes dans la zone (Stp von Seeckt (radar), Stp Ramien (artillerie navale), les batteries navales de la Heer sont restées en place, déterminées à combattre. 
De nombreux civils locaux qui avaient travaillé sur la position ont donné des informations détaillées sur ses défenses. La position elle-même était très forte et dominait la campagne environnante.
 Ce qui avait d'abord semblé être des dunes de sable étaient en fait des blocs en béton en forme pirogues et des emplacements recouverts de sable.
 Les Allemands possédaient 6 canons français de 155 mm (l'histoire officielle du Canada n'en mentionne que 4) et un certain nombre de canons antiaériens et antichars.
Cependant, les Canadiens étaient également bien équipés avec des mortiers, des canons antichars et de l'artillerie de soutien, dont des pièces de 14 livres et des Bofor. 
Le 10 septembre, l'Essex Scottish attaqua le point d'appui par le nord, l'attaque commençant à 10 heures. Les combats se sont poursuivis toute la journée, au cours de laquelle les Allemands ont été repoussés dans le périmètre de la batterie. 
Avant de se retirer, ils ont fait exploser le phare sur la rive nord de la rivière Ijzer. 
À 18 h 20, les Canadiens ont proposé des conditions de reddition, qui ont été rapidement rejetées. Au cours de la nuit du 11 septembre, le point fortifié a été bombardé par l'artillerie, tuant 2 défenseurs et en blessant 3.
 Au matin du 11 septembre, tout le bataillon écossais d'Essex se trouvait sur trois côtés de l'objectif. Les tirs d'artillerie se sont poursuivis et la batterie a été attaquée par des chasseurs-bombardiers, à la suite de quoi 1 canon de 15 mm a été temporairement mis hors de combat. Une attaque canadienne ce jour-là, cependant, a échoué. Les Allemands tiraient à bout portant avec leurs canons de 155 mm, mais avec peu de succès.
Le 12 septembre, le feu canadien augmenta en intensité, avec une diminution correspondante de la part des défenseurs. À 12 h 45, des drapeaux blancs sont apparus et le commandant a demandé des conditions de reddition. 
La raison de la capitulation allemande avait été la rupture des câbles du réseau téléphonique avec la forteresse de Dunkerque. 
Parmi les 316 prisonniers allemands se trouvait non seulement le commandant de la batterie, mais aussi le commandant du 2/HKAR auquel appartenait la batterie, le major von Gundel, qui s'était retiré de son quartier général à Oostduinkerke. Le commandant de la 2e division d'infanterie canadienne, le major-général Foulkes, a insisté pour interroger personnellement Gündel. Au cours de cet interrogatoire, Foulkes exhorta von Gündel à demander la reddition de la batterie de Groenendijk, qu'il commandait également. Cette batterie était attaquée depuis le 9 septembre, mais ne s'était toujours pas rendue. Gündel a refusé de le faire. Les pertes canadiennes  furent de 2 tuées et 3 blessés  Les allemands  au nombre de  316 hommes dont dont 9 officiers et 16 blessés vont se rendre.  
Reportage photographique telenet.be/Atlantikwall
 

 

 
   


Copyright © 2003-2022 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:5866464
Nb de visiteurs aujourd'hui:570
Nb de connectés:42