1914 Westphalie Infanterie-Regiment Herwarth von Bittenfeld (7. Westfälisches) Nr. 13 Meaux









1914 Westphalie Infanterie-Regiment  Herwarth von Bittenfeld (7. Westfälisches) Nr. 13 Meaux

English Translation
 


Historique Voir ICI
History Click HERE
 

Il fut crééen 1813, puis transféré  à la Westphalie en 1817, qui appartenait récemment à la Prusse. Le lieu de garnison fut Münster . Au cours de son existence, le régiment a participé à toutes les grandes guerres en Prusse et dans l' Empire allemand , y compris a. dans les guerres de libération 1813-1815 et les trois guerres d' unification1864–1871. En 1889, le maréchal prussien Eberhard Herwarth von Bittenfeld a été honoré à titre posthume comme fondateur du régiment. Après avoir participé à la Première Guerre mondiale 1914-1918, le régiment est dissous en 1918.

 

Herwarth von Bittenfeld 1796 1884
 
Formation et guerres de libération (1813-1817)
À l'automne et à l'hiver 1812,la Prusse reprend son indépendance vis à vis de la France et  le 30 décembre 1812, le général prussien Yorck proclame un armistice entre la Prusse et la Russie . En pratique, les troupes prussiennes quittent l' alliance forcée avec l'armée française et prennent le parti des Alliés dans la lutte contre Napoléon .
 Le 9 février 1813, 
la conscription générale est introduite en Prusse, initialement uniquement pour le temps de la guerre. Le 17 mars 1813, le roi de Prusse a appelé le peuple à se battre pour la libération (" To Mein Volk ") et le même jour déclare la guerre à la France.
Durant cette pahse l'armée prussienne ,passe de 42 000 hommes (limite supérieure selon la paix de Tilsit , 1807) à 300 000 hommes (1813). Le 1er juillet 1813, selon l' AKO, douze régiments d'infanterie de réserve ont été formés dans les provinces orientales de la Prusse qui n'étaient pas occupées par les Français. 
Chacun des douze régiments d'infanterie de réserve était affecté à l'un des douze régiments d'infanterie de 
ligne existants ; le numéro du régiment et la garnison étaient identiques. En conséquence, le dernier régiment d'infanterie n ° 13 a été initialement créé en tant que 1er régiment d'infanterie de réserve à Königsberg et affecté au 1er régiment d'infanterie de Prusse orientale., qui était également en poste à Königsberg. 
La liste a été faite à partir du I., II. Et III. Le bataillon de 
mousquetaires de réserve de Prusse orientale et le bataillon de fusiliers de réserve I. Litthauische avec des garnisons à Königsberg (2e et 3e bataillon et bataillon de fusiliers) et Graudenz (1er bataillon).
 Normalement, un régiment d'infanterie n'avait que deux  bataillons de mousquetaires et un bataillon de fusiliers. Lorsque les bataillons de réserve ont été formés, il y eu plus d'unités que ce qui pouvait être réparti entre les régiments de ligne. Par conséquent, certains des régiments de réserve ont reçu un bataillon supplémentaire.
Les soldats de ces quatre bataillons venaient des provinces prussiennes de Prusse orientale et de Prusse occidentale ainsi que de Lithuanie et étaient majoritairement de confession protestante. Le niveau de formation des soldats était divers
Certains soldats étaient bien formés en tant que réservistes pendant leur temps actif, mais, il y avait des soldats avec une courte formation qui avaient suivi quatre à huit semaines de formation  et finalement des recrues sans aucune formation. Les bataillons ont été renforcés par 
des chasseurs volontairesqui a formé une réserve  L'équipement et l'armement des soldats étaient assez disparates et dans certains cas en mauvais état: le 1er bataillon, qui avait été mis en place plus tôt, avait reçu de nouveaux uniformes de  production anglaise, mais les trois autres bataillons portaient des uniformes de leur régiment régulier: bleu jupes à col et revers rouge brique, les aisselles étaient blanches, les pantalons et les manteaux gris.
 L'armement principal se composait de fusils
russes capturés à l' armée russe en 1812.
Les quatre bataillons du régiment combattirent les armées de Napoléon lors de la guerre de libération 1813–1815. Le dernier 1er bataillon du 13e régiment d'infanterie participa au siège de Stettin à partir de la fin du mois de mars 1813. Le  siège était dirigé par Tauentzien qui disposait de 13 bataillons de réserve,dépendant des troupes de ligne. Un bataillon du 13e régiment d'infanterie a pris part à la bataille près de Luckau le 4 juin 1813, où ils se trouvaient dans le III. Corps étaient sous la direction de Bülow . Le 30 juillet 1813, le 1er bataillon fusionna avec les trois autres bataillons de Ziesar et fusionna pour former le 1er régiment de réserve.
Dès lors, le régiment a été déployé groupé avec la division Hirschfeld du IVe corps d'armée et a pris part à un certain nombre d'escarmouches et de sièges: bataille de Königsborn (21 août 1813), bataille de Hagelberg (27 août 1813). ), Siège de Wittenberg , siège de Torgau (18 octobre au 26 décembre 1813) et siège de la forteresse de Magdebourg au printemps 1814.
Le régiment était en 
réserve à la bataille de Großbeeren et à la bataille de Dennewitz , mais ne fut pas déployé. Après l'abdication de Napoléon, la paix de Paris a été signé le 30 mai 1814. Le régiment s'installe à Mayence , le 25 avril 1815, le IV. Le bataillon a été dissous, le III  bataillon est devenu un bataillon de fusiliers. 
Lorsque Napoléon est revenu de son exil s'ouvre l
es Cent Jours , le régiment est également déployé à nouveau: à partir du 7 juillet 1815, il participe au siège de Landau avec I., bataillon Fusilier et chasseurs, le 2e bataillon est resté à Mayence. Au total, les quatre bataillons du régiment ont subi des pertes de 72 morts et 423 blessés entre 1813 et 1815.
Avec l' AKO du 25 mars 1815, le 1er régiment d'infanterie de réserve est rebaptisé 13e régiment d'infanterie et est donc un régiment de ligne. La même procédure a été suivie pour le 2e au 12e régiment d'infanterie de réserve, le décalage numérique est uniformément 12: le 2e régiment d'infanterie de réserve est devenu le 14e , le 3e est devenu le 15e régiment d'infanterie et ainsi de suite jusqu'au 12e régiment d'infanterie de réserve, qui est devenu le 24e régiment d'infanterie .
 Le régiment est revenu en février 1816 après une marche de deux mois via 
Eisenach , Halle / S. , Wittenberg , Landsberg adW , Graudenz dans sa garnison de Königsberg. Le 2e bataillon initialement en garnison à Rastenburg et à Rößel , a été  en juillet 1816, regroupé  avec l'état-major, le 1er et le bataillon de fusiliers, à Königsberg.
Transfert à la Westphalie, Révolution et Réforme de mars (1817–1860)
En 1817, le régiment fut transféré dans la nouvelle province prussienne de Westphalie , attribuée à la Prusse à la suite du congrès de Vienne en 1815. L'état-major régimentaire et le 1er bataillon sont cantonnés à Munster, les deux autres bataillons à Soest et Wesel .
Au départ, il y avait de la méfiance et de l'aversion envers l'armée prussienne dans la nouvelle garnison catholique , mais cela a changé à la fin duXIXe siècle. Le recrutement de conscrits westphaliens, pour la plupart catholiques, y a également contribué.
Pendant la révolution de 1848/1849 , certains éléments du régiment  ont été envoyés en divers endroits de la région pour lutter contre les émeutes  En particulier, le régiment a participé à la répression de la révolte à Iserlohn en 1849.

En 1859, le régiment donna des hommes et des officiers au 5e régiment d'infanterie westphalienne n ° 53 , qui fut officiellement créé en mai 1860.
Guerre germano-danoise (1864)
Dans la guerre contre le Danemark de 1864, iu Guerre des Duchés le régiment a participé à la 
13e division d'infanterie du 1er corps d'armée prussienne combinée et a été impliqué dans les opérations de combat suivantes:
 1er février - Couverture de l'artillerie qui avait pris position à Sandkrug et sur Mövenberg pour bombarder la corvette danoise Thor et la goélette blindée Esbern Snare
 2 février - 
Bataille de Missunde , participation avec le bataillon de fusiliers
Bataille au bois de 
Rackebüller
Bataille devant 
Düppel
Enceinte du 
Düppeler Schanzen , prise d'assaut le 18 avril 1864
29 juin 1864 - transfert à 
Alsen
Le régiment a subi des pertes dans cette la guerre dont un officier. Il y avait aussi 32 soldats qui sont morts de maladies, dont la plupart ont succombé à la fièvre ou au typhus.
Guerre contre l'Autriche (1866)
En 1866, le régiment a pris part à la 
guerre allemande contre la Confédération allemande sous la direction de l' Autriche . Il appartenait à la division Göben de l' armée principale et a pris part aux batailles suivantes:
Nuit du 2 au 3 juillet - bataille d'avant-poste près d' 
Immelborn
 4 juillet - 
Bataille près de Dermbach
Escarmouches à 
la fenêtre de la forêt
10 juillet - 
Bataille de Kissingen
13 juillet - 
Bataille près de Frohnhofen / Bataille près de Waldaschaff
14 juillet - 
Bataille près d'Aschaffenburg
24 juillet - 
Bataille près de Tauberbischofsheim
25 juillet - 
Bataille près de Gerchsheim
27 juillet - 
Bombardement de Würzburg
Le régiment a enregistré des pertes (56 morts à la guerre, dont sept officiers, )
En septembre 1866, le régiment transfere  les 13e, 14e et 15e compagnies au nouveau 
régiment d'infanterie n ° 85 , qui faisait partie du Holstein, qui avait été ajouté à la Prusse.
Guerre franco-allemande (1870/71)
Le régiment a participé à la 
guerre contre la France dans le cadre de la 13e division d'infanterie du VIIe corps d'armée et a été impliqué dans les batailles suivantes:
14 août - 
Bataille de Borny Colombey
18 août - Bataille de Gravelotte St Privat
Le régiment a enregistré 107 victimes pendant la guerre, dont sept officiers tombés au combat.
Ie Reich Allemand (1872-1913)

En 1872, un mémorial fut érigé sur la Ludgeriplatz à Münster pour les soldats tombés au combat du régiment d'infanterie de 1870/1871,
Sur un piédestal se trouvait une statue de 
Germanie de deux mètres de haut avec un bouclier et une épée, vêtue d'une cotte de mailles et d'un manteau et ornée d'une couronne de laurier et d'une couronne. Germania baisse la tête dans une pose triste et avec une expression mélancolique sur son visage. Le mémorial a été conçu par le sculpteurJohann Bernhard Allard (1825–1897) de Münster. Les noms des 109 soldats tombés au combat du régiment étaient inscrits sur le piédestal. Le mémorial a ensuite été déplacé au Neubrückentor et détruit là-bas pendant la Seconde Guerre mondiale.
Le régiment d'infanterie n ° 13 était le «régiment le plus important et le plus connu de Münster», les soldats - appelés «13» - jouissaient d'une grande popularité à Münster.
En 1881, le régiment céda la 7e compagnie au nouveau régiment d'infanterie n ° 131 , situé en Lorraine . Cette province a été ajoutée à la Prusse à la suite de la guerre de 1870/71. En 1887, un quatrième bataillon est formé, composé de la 3e compagnie du régiment, de la 2e compagnie du 5e régiment d'infanterie westphalienne n ° 53 et de la 11e compagnie du 2e régiment d'infanterie westphalienne n ° 15 . Cette IV. Le bataillon fut cédé en 1890 au nouveau régiment d'infanterie n ° 140 en Prusse occidentale . E
n 1893, le régiment forme un demi-bataillon qui, en 1897, est transféré au nouveau 
régiment d'infanterie n ° 158 , toujours en Lorraine.
 

Première Guerre mondiale (1914-1918)
Le régiment est mobilisé en 1914 au déclenchement de la 
Première Guerre mondiale avec la 13e division d'infanterie . 
Le régiment était utilisé exclusivement sur le 
front occidental en Belgique et en France, notamment à Liège , Namur , Saint-Quentin , Reims, Lille, Verdun et Sedan. 
La bataille de
Verdun était particulièrement coûteuse.
Le régiment perd 4 213 hommes pendant la Première Guerre mondiale,
L'armistice est signé le 11 novembre 1918, date à laquelle le régiment est majoritairement en Champagne. Le régiment est rapatrié à pied et en train. Le 8 décembre 1918, les survivants s'installent à Münster et sont accueillis par la population.

Le régiment est dissous le 30 septembre 1919.
 
 

 

 

 

 

 
   


Copyright © 2003-2022 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:5855215
Nb de visiteurs aujourd'hui:721
Nb de connectés:40