Vêtements 1350 Gambison Orange 2016









Vêtements 1375 Gamison Orange 2016
English Translation
 


 

 

Historique Voir ICI
History Click HERE

 

Le gambison, un accessoire indispensable
Tout reconstituteur médiéviste ou antique le sait, porter une armure sans vêtement protection sous son armure de plate ou sa cotte de maille est absolument indispensable. A défaut, il s’expose à voir ses vêtements souillés par la graisse et les particules métalliques de l’armure, mais surtout à souffrir du frottement du métal, qui finira inévitablement par le blesser aux épaules et au cou – pour commencer.
Gambison_manches_amovibles
Ce vêtement de protection, nommé subarmalis – littéralement sous l’armure – ou thorochomachus dans l’antiquité sera nommé gambison au Moyen-Age, ou parfois encore aketon. Il s’agit d’une tunique constituée de plusieurs couches de forte toile enserrant un rembourrage intérieur constitué de crin, ouate, laine ou même de vieux vêtements. Le gambison présente de nombreuses coutures destinées à rendre cette garniture plus dense – et donc plus résistante.Au-delà de simplement protéger son porteur de l’abrasion de l’armure, cette veste matelassée vient en pratique en compléter la protection. Le cas le plus évident est celui de la cotte de maille. Celle-ci garantit relativement bien contre les coups de taille, mais ceux-ci causeront inévitablement des fractures à son porteur, même si les anneaux résistent. En effet, la maille est souple et transmettra l’impact qui aura un effet redoutable si sa puissance n’est pas répartie sur une surface plus large, ce que notre gambison bien dense fera facilement.
 
Cale_de_tete
Dans le cas d’une armure à plates, le gambison permettra au combattant d’éviter d’être blessé par les déformations des tôles liées aux chocs violents. Cet aspect est particulièrement évident pour le casque : un cal de tête rembourré est indispensable pour éviter que le combattant ne soit assommé par l’impact, quand bien même la protection aurait résisté.
gambison_sur_maille
Le cas des projectiles, et tout particulièrement des flèches et carreaux d’arbalète mérite d’être mentionné de manière plus détaillé. Plusieurs expérimentateurs l’ont montré ces dernières années : si la plate arrête le plus souvent les tirs, la maille, même formée d’anneaux pleins et rivetés le fera très rarement. Le gambison va alors jouer un rôle essentiel, en freinant fortement le projectile  dont une partie de l’énergie a déjà été absorbée par la cotte de fer, et en l’empêchant de pénétrer trop profondément. Au XVème siècle, de manière apparemment surprenante, on voit de nombreuses représentations de combattants portant un gambison SUR leur armure, tout particulièrement parmi les arbalétriers. On peut se demander si cette façon de faire n’a pas pour objectif d’améliorer la protection, en freinant les traits d’abord, pour les confronter à la cotte de maille lorsqu’ils auront suffisamment perdu d’énergie pour ne pas rompre les anneaux.
Le gambison va également  servir d’armure principale pour de nombreux combattants qui n’auront pas les moyens de se payer une armure métallique. L’iconographie médiévale nous en donne de nombreux exemples, avec des combattants portant simplement quelques éléments métalliques.
 
Aisance permettant de mouvoir les bras facilement
On trouve aujourd’hui de nombreuses reproductions de gambisons, plus ou moins largement rembourrées. Les modèles constitués de plusieurs couches de tissu de lin, très denses et donc destinés à freiner les flèches, sont à peu près introuvables, mais il est vrai que cette fonctionnalité n’est pas réellement indispensable… du moins espérons-le. Il restera donc au combattant moderne à arbitrer en fonction de ses objectifs propres : pratique de l’escrime et recherche de protection (donc utilisation d’un rembourrage épais et dense), protection contre l’abrasion de l’armure uniquement, simple recherche d’un aspect historique. Un point auquel il faudra être particulièrement attentif sera la mobilité : un vêtement entièrement matelassé rendra difficile de mouvoir les articulations, tout particulièrement celles des bras. Un gambison présentant des aisances (parties sans rembourrage) sera donc plus avantageux.
 

 

   


Copyright © 2003-2021 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:5464758
Nb de visiteurs aujourd'hui:1615
Nb de connectés:50