Justice Bourreau Cagoule Oranger 2016









Justice Bourreau Cagoule Orange 2016
English Translation

 


Historique Voir ICI
History Click HERE

Tiré de cet article

L'ancien régime en France se traduit par l'élaboration de la monarchie absolue, qui atteindra son point d'orgue lors du règne personnel de Louis XIV(1638-1715). Dans ce régime politique les prérogatives de l'Etat se trouvent renforcées et la justice se montre plus répressive envers les ennemis du roi. La peine de mort devient plus fréquente, notamment comme peine pour les déserteurs. 5 grands conflits éclatèrent durant le règne de Louis XIV, donc les mises à mort de soldats furent nombreuses.
Il existe sous l'ancien régime plus de vingt façon de mettre à mort des condamnés, certaines étaient désignées « cruelles » et réservées aux crimes les plus infamant, il s'agit de l'écartellement, réservée aux régicides, le bûcher pour les impies et la roue. Ces peines étaient extrèmement douloureuses et pouvaient durer un jour entier pour la roue. Tout comme au Moyen-Age, les nobles étaient décapités et les clercs ne pouvaient être condamnés à mort.
Certains cas d'exécution capitale soulèvent la polémique. Le cas du chevalier de la Barre, jeune protestant, a mobilisé Voltaire car cet homme a été condamné à avoir le poing et la langue coupés, puis à être décapité, son corps ensuite brûlé. La mobilisation des philosophes sur la question d'une mise à mort vue comme cruelle est révélatrice parmi l'élite intellectuelle d'une volonté de changement, ce qui n'était pas le cas auparavant.
Un autre apport du siècle des Lumières est la prise en compte politique d'une volonté d'humanisation de la justice. Louis XVI fait abolir la « question » c'est à dire la torture préalable à de nombreuses condamnations à mort et la justice semble s'adoucir, mais la pouvoir est sclérosé par son impossibilité à se réformer, aussi la question de la peine de mort se posera dans d'autres termes au cours de la Révolution.

mais avant d'en arriver là un peu d histoire
Pendant une grande partie de la période du Haut moyen age, le crime et l'anarchie étaient endémiques dans le monde entier. De l'Europe à l'Asie et au Moyen-Orient, le mal était un événement quotidien. Viol, vol, meurtre hérésie
Ces delits  de toutes sortes ont sévi dans le monde médiéval indiscipliné,  alors que la mort rodait sous la forme d'épidémie.
Mais là où il y a anarchie, il y a ausi une Justice, parfois cruelle. La miséricorde n'était pas l'approche habituelle pour résoudre les crimes, au grand désavantage du criminel en herbe de l'époque. Cela signifie qu'une fois rendue, la justice est rapide et brutale afin de reprimer les délit qui mettent à mal l'ordre de la société. En bref, la peine de mort était souvent la peine
Le Haut moyen age fit place au Moyen Âge qui voit apparaitre une forme plus developpé de justice encadrée par des textes  . cela voit aussi la naissance d'un nouveau métier car il fallait  une personne qui fasse appliquer les jugemens et  jouer le rôle que personne ne voulait - C 'etait le Bourreau
Dès les années 1200, les sociétés d'Europe occidentale et centrale exigeaient de plus en plus une position officielle qui satisferait leurs besoins pour infliger la peine capitale à leurs condamnés. Les grandes villes de France, d'Allemagne et d'Angleterre avaient besoin de bourreaux qualifiés pour agir comme la main divine de la justice nommée par l'État et la cour royale.
L'un des premiers bourreau connu est Nicolas Jouhanne - surnommé «la Justice» - fut nommé vicomte et bourreau officiel de la ville normande de Caux en 1202  Dès lors, cette position officielle s'est répandue dans de nombreuses capitales et grandes villes d'Europe occidentale.
mais le metier de bourreau mettait cette personne aux bans de la société  il evolue dans une zone entre le bien et le mal et entre l'acceptation et la répugnance.en effet la société ne pouvait pas accepter la mise à mort gratuite d'une vie - sur commande - et ne pouvaient pas comprendre l'état d'esprit qui se cachait derrière la cagoule du bourreau .
Le bourreau médiéval a eu du mal dans la société qui l'entourait. Dans de nombreuses cultures, sinon la plupart, du monde médiéval, un bourreau était une personne ostracisée, évitée, qui appartenait à une caste de société nettement différente. Même s'ils bénéficiaient parfois d'avantages financiers et pouvaient gagner des sommes raisonnables grâce à leur travail, ces personnes souffraient encore dans la solitude et vivaient en marge de la société - simplement à cause de leur vocation. Le fait de livrer librement la mort, la torture et toutes sortes de fautes à une autre personne était considéré comme une raison suffisante pour que les gens méprisent un bourreau et l'évitent.


Dans la plupart des pays, les bourreaux et leurs familles vivaient à la périphérie des villes, loin des résidences principales. Ils ne pouvaient pas non plus être enterrés comme le reste des citoyens Ainsi  leurs tombes étaient séparées des autres elles étaient marquées et beaucoup moins élaborées. Les bourreaux devaient être reconnaissables même lorsqu'ils n'étaient pas en service - tout comme les juifs, les lépreux et les prostituées au Moyen Âge, ils devaient également porter une marque spéciale sur leur personne, à tout moment.
Et  cet ostracisation était similaire en dehors de l'Europe - au Japon, par exemple, un bourreau était extrêmement discriminé et dénigré. Ils appartenaient exclusivement à la classe des burakumin - la caste sociale la plus basse du Japon.
Dans l'Empire ottoman, aucun citoyen ne pouvait être bourreau - cette vocation était réservée exclusivement aus tsiganes Roms. Ce seul fait les séparait dans la société ottomane, et ils étaient méprisés en raison de leur cruauté et de leur approche sans faille de toutes les tâches horribles. Ces caravanes et ces foules roms étaient une partie essentielle des trains de bagages des armées ottomanes - elles étaient chargées des tortures et des exécutions les plus cruelles contre les populations battues.
Ces bourreaux roms étaient largement redoutés pour leurs méthodes cruelles telles que l'empalement sur un bûcher. C'était la méthode d'exécution utilisée contre les brigands, les voleurs et les refreactaires à la utorité  ottomane capturés dans les terres occupées.

Le bourreau médiéval, en particulier dans les premières périodes, était en fait bien plus qu'un simple bourreau. car on ne pouvait vivre de ce metier  et il fallait donc trouver différents moyens de gagner de l'argent. C'est pourquoi le bourreau a été chargé de beaucoup plus d'emplois - aucun d'entre eux n'est décent. Un bourreau gagnait son pain quotidien en accomplissant de nombreuses tâches peu recommandables, qui étaient rejetées par le reste de la société. En France, ils étaient connus sous le nom de maitre des hautes et basses oeuvres - maîtres des oeuvres hautes et basses.
Ils étaient chargés de percevoir une taxe sur  les prostituées et les lépreux de la ville, surtout ceux qui s'y trouvaient illégalement. Un bourreau  trouvant un lépreux illégal mendiant dans les rues avait le droit de confisquer tous les biens et l'argent du lépreux et de lui infliger une amende supplémentaire.


Ils faisaient aussi un travail de fourrier et de éboeurs particulers en collectant  des carcasses d'animaux autour de la ville, ainsi que de tuer des animaux malades, mourants et vieux. Les carcasses seraient ensuite transformées pour recueillir tout ce qui est utilisable - graisse, peaux, suif ou farine d'os. C'était un travail ignoré et ignoble - mais très lucratif. Il faisait aussi la chasse aux animaux de ferme détenus illégalement en ville. Par exemple, à Dijon, en France, la loi a déclaré qu'aucun citoyen ne peut garder des porcs de quelque nature que ce soit dans les locaux de la ville. C'était le travail du bourreau de tuer tout cochon trouvé en ville. Il avait le droit de couper la tête et de la garder pour lui-même, en guise de paiement


.Un autre travail était la vidange des fosses d'aisance et des latrines. Bien que ces emplois soient très dégradants, insalubres, sales et ostracisés, ils n'en sont pas moins lucratifs - et les bourreaux en sont souvent chargés.
Pour les prostituées il jouat un role de "souteneur officiel" en  les taxant  d'une somme fixe, plusieurs fois par an.

 


Tout cela vont pousser les boureaux face à ce rejet de la société à se marier entre eux à pratiquer l'endogamie. Les bourreaux épousaient presque exclusivement des femmes qui venaient elles-mêmes de familles de bourreaux, et de cette manière ils créaient presque de petites communautés de bourreaux séparées.


Aujourd'hui,  nous avons l 'image  romancée, et  inexacte du bourreau  marchand de mort encapuchonné, secret et mystérieux  alors que la réalité est toute différente car Il était difficile pour un bourreau de rester anonyme, son poste et sa vocation étaient connus de tous, et donc une cagoule et un masque auraient été inutiles.
une chose est sure c'est l'obole que lui donne le condammé avant son exécution

 

Série Tudor exécution d'Anne Boylen

 

 


 
 
Voir Aussi See Also
   


Copyright © 2003-2022 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:5850164
Nb de visiteurs aujourd'hui:1024
Nb de connectés:56