Morbihan Ploemeur Fort du Talut batterie Jade West









Marbihan  Plœmeur  Fort du Talut Batterie Jade West
English Translation
Merci à Jean Marie Brams pour ces photographies

 


Historique Voir ICI
History Click HERE

 
 
 
 

Tiré de cet Article

 

Les archives ne mentionnent pas d'ouvrage en ce point avant les années 1740. Un premier petit fort aurait donc été construit à l'occasion de la guerre de Succession d'Autriche. En 1747, il est armé de huit canons de 18 livres. A la fin du 18e siècle et au début du 19e, des canons de 18 livres au nombre de quatre ou cinq sont toujours portés aux états d'armement.
Le fort se compose d'un parapet d'artillerie en arc de cercle et d'une enceinte de gorge bastionnée constituée d'un simple mur crénelé. Il dispose d'un corps de garde et d'un magasin à poudre.
A 350 mètres à l'ouest du fort, se situent un corps de garde de surveillance et un mât de signaux, non loin d'une « pierre druidique » (sic). Encore un peu plus à l'ouest, une petite batterie dite « batterie Napoléon » (rebaptisée « batterie royale » après 1815) est construite sous l'Empire. En 1813 elle est armée de deux canons de 24 livres et d'un mortier de 12 pouces.
La pointe du Talud sur la carte de Beautemps-Beaupré, 1819 (BNF)
 
 
La pointe du Talud sur la carte de Beautemps-Beaupré, 1819 (BNF)
La commission de défense des côtes de 1841 conserve la position, importante pour battre l'entrée ouest des Courreaux de Groix, et lui attribue six pièces d'artillerie (trois canons de 30 livres et trois obusiers de 22 cm). Un poste d'infanterie de 30 hommes doit également y être stationné pour la surveillance de la côte. Il n'est pas prévu de réduit pour tout ce petit monde, qui doit loger dans les bâtiments existants.
Le comité des fortifications, qui rejette en 1846 la proposition du chef du génie de Lorient de construire un corps de garde crénelé pour 30 hommes, finit l'année suivante par se ranger à ses arguments et par admettre que, l'ancien corps de garde du fort étant en très mauvais état, il convient d'y construire un corps de garde crénelé pour 40 hommes.
Le parapet de la batterie est restauré aux nouvelles normes en 1846. Le corps de garde (type n° 2 de 1846) est commencé en 1847 et achevé en 1848. Comme il est implanté perpendiculairement à la gorge de l'ancien fort, une traverse en terre est construite pour le couvrir des coups pouvant venir de l'ouest.
L'ancien fort du Talud après 1848 (en rouge) et extension de sa batterie en 1861 (en bleu)
 
L'ancien fort du Talud après 1848 (en rouge) et extension de sa batterie en 1861 (en bleu)
La commission de défense des côtes de 1859 modifie la composition de l'armement en remplaçant deux pièces par des mortiers. Cet armement est diminué d'une pièce en 1862.
Au moment d'étudier la mise en place des plates-formes d'artillerie, il apparaît que l'épaulement existant ne permet pas d'espacer réglementairement les pièces. La batterie est donc agrandie vers l'ouest en 1861. Les traces de cet agrandissement sont bien visibles aujourd'hui.
Raccordement entre l'escarpe initiale du fort (à droite) et le rajout de 1861 (à gauche) Vestiges de l'escarpe de 1861
Raccordement entre l'escarpe initiale du fort (à droite) et le rajout de 1861 (à gauche) Vestiges de l'escarpe de 1861
 
 
 
 
L'ancien fort du Talud n'est pas conservé après la guerre de 1870. Il est déclassé par la loi du 27 mai 1889 et vendu par la suite. Il est actuellement assez ruiné et envahi par des constructions parasites. Son corps de garde a perdu son parapet (peut-être dès la fin du 19e siècle) et est transformé en habitation.
Un nouvel ouvrage est construit vers 1880 sur la hauteur immédiatement en arrière du menhir. En 1876, la commission de défense des côtes arrête son armement à trois canons de 19 cm et trois obusiers (rayés) de 22 cm. Toutefois, il semble que l'armement en place dans les années 1880 se compose plutôt de quatre canons de 24 cm et trois de 19 cm, plus deux « canons à balles » (probablement pour la défense rapprochée).
vue verticale du nouveau fort du Talud (cliché J.-M. Balliet)
vue verticale du nouveau fort du Talud (cliché J.-M. Balliet)
 
 
Beaucoup plus grand que son prédécesseur (200 mètres sur 120), il a une forme grossièrement triangulaire. Les parapets d'artillerie de côte forment un redan dont la pointe est tournée vers le large. Des positions de tir pour l'infanterie et l'artillerie légère sont disposées dans les retours des ailes de ce redan. Une escarpe crénelée semi-détachée précédée d'un fossé (actuellement remblayé) clôt l'ouvrage. Le flanquement est assuré par trois bastionnets. La porte s'ouvre au milieu de la gorge organisée en front bastionné, couverte par une vaste demi-lune terrassée.
Bastionnets flanquant l'enceinte créneléeBastionnets flanquant l'enceinte crénelée
Bastionnets flanquant l'enceinte crénelée
 
 
Le centre du redan est occupé par le « réduit » du fort, un casernement voûté à cinq travées. Au dessus, seules trois des grandes traverses qui devaient initialement cloisonner les plates-formes ont survécu. Les voûtes de leurs abris à munitions se terminent en cul-de-four. Le magasin à poudre est situé sous une traverse de la branche gauche du redan. Sa voûte est également en cul-de-four. D'une manière générale, l'organisation de détail du fort du Talud est très similaire à celle du fort du Haut-Grognon dont il est contemporain.
Le casernement du fort, surmonté par les positions d'artillerieLe casernement du fort, surmonté par les positions d'artillerie
Le casernement du fort, surmonté par les positions d'artillerie
 
 
Suite à la révision de l'armement du littoral intervenue en 1888, le fort subit une refonte au début des années 1890. Son armement principal passe à cinq canons de 24 cm et quatre canons de 95 mm sur affûts de campagne. Les deux canons à balles sont toujours là.
Les structures du fort sont modifiées. Toute la partie droite de la batterie est réaménagée, les hautes traverses sont supprimées ou arasées. Les pièces de 24 cm sont séparés par de simples merlons ne dépassant pas la crête de l'épaulement. Des petites niches à munitions remplacent les abris sous traverses.
 
Traverse subsitante de l'état de 1880, niches à munitions de la batterie de 24 cm moderniséeTraverse subsitante de l'état de 1880, niches à munitions de la batterie de 24 cm modernisée
 
Traverse subsitante de l'état de 1880, niches à munitions de la batterie de 24 cm modernisée
 
Conformément aux usages rendus nécessaires par l'accroissement de puissance des projectiles dans la seconde moitié des années 1880, un magasin à poudre sous roc est creusé sous la partie droite de la batterie. Il est organisé classiquement pour un tel magasin d'une batterie de côte de l'armée de terre. L'un des accès est un escalier qui descend depuis la cour du casernement, l'autre est un monte-charge qui débouche entre deux plates-formes de pièces de 24 cm. Ce magasin, souvent inondé (certains membres de « 1846 » aux pieds mouillés en savent quelque chose), est extrêmement bien conservé.
Magasin sous roc : débouché de l'escalier et galerie principaleMagasin sous roc : débouché de l'escalier et galerie principale
Magasin sous roc : débouché de l'escalier et galerie principale
Magasin sous roc : chambre de stockage
Magasin sous roc : chambre de stockage
 
 
 
 
Vers la même époque, une batterie de mortiers de 30 cm de la marine est construite au Pérello, à moins de 200 mètres au nord-est du fort. Elle n'existe plus.
Des projets d'installation d'un projecteur de 150 cm au sud du fort sont conçus en 1904 et en 1908 : leur résultat n'est pas connu.
L'artillerie de 24 cm semble avoir échappé à l'envoi au front pendant la Première Guerre mondiale.
Le site est occupé militairement pendant l'entre-deux-guerres, mais à notre grande honte nous n'en savons pas plus. Les quatre canons de 24 cm sont toujours en place en 1939. Deux canons de 95 mm sur affût de côte sont également mentionnés en 1940.
Synthèse fortariciologie-mégalithisme
 
Le Fort sous l'Occupation Allemande
Les Allemands occupent le site en 1940. Ils démontent les vénérables (modèle 1876 !) canons de 24 cm et vandalisent le menhir en y gravant une croix gammée. Les glacis sud du fort accueillent une batterie lourde de marine armée de quatre pièces de 17 cm, d'abord en cuves à ciel ouvert, puis sous casemates à partir du printemps 1944. Les espaces et superstructures du fort sont utilisées comme casernements, magasins, abris, supports pour emplacements de pièces antiaériennes. Un télémètre sous coupole blindée est installé au sommet. D'autres blocs bétonnés sont coulés pour la défense rapprochée de la position. Deux canons de 17 cm replacés sur leurs cuves d'origine participent aux combats terrestres de la poche de Lorient.
Coupole blindée du télémètre de la batterie allemande

 

Elle  est connue sous le nom de code e LO315 Jade Ouest   Cette batterie de marine  de la pointe du Talut 1/MAA 264 est commandée par le Kapitän-Leutnant Thoren
Elle occupe l'emprise du vieux fort  et elle fut constituée de 4 casemates Type M 270  armées avec 4 canons  de 17cm SKL  M 1902  avec un masque au debut et sous casemate ensuite 
 

En arrière se trouve un abri H 619 avec groupe électrogène
nternet Chazette Atlantik Wall Heimdal editions


Le tout est complé par un PDT  des soutes à munitions abris et des soutterains
Il y avait sussi sur le site  3 canons de 75mm K 231(f) donc 2 sous casemates H671


Le PDT est du type SK avec 3 tourelles cuirassées . La plus grande possède un  stereoskopischer Entfernungsmesser télèmètre stéréoscopique  de 5 metres d'envergure

stereoskopischer Entfernungsmesser

 

 

 

Les deux petites cloches possèdes des périscopes panoramiques

Internet Chazette Atlantik Wall Heimdal editions

Le souterrain construit pas les français fut remis à niveau par les Allemands Il est long d e 57 metres avec 2 grandes soutes à Munitions . Il est equipé de 2 bennes Decauville sur VF de 0.60mm Il a aussi uj trueil et un monte charge pour la manipulation des obis de 240 mm
L'equipage de cette batterie était compousé de 150 hommes 

 

   


Copyright © 2003-2020 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele


Nb de visiteurs:4828610
Nb de visiteurs aujourd'hui:772
Nb de connectés:38