Seine St Denis St Denis Basilique 3.14.2 Janne d'Evreux Gisant






Seine St Denis St Denis Basilique  Jeanne de France Gisant
English Translation
   
Historique Voir ICI

History Click HERE
 
 
 
 
 

 

Surnommé le Bel, comte de la Marche, 3e fils de Philippe le Bel, il succéda à son frère Philippe le Long le 3 janvier 1322, dans les royaumes de France et de Navarre, et fut sacré à Reims, le 21 février suivant.Il succéde donc à son frère, auquel il s’était rallié de mauvaise grâce, et s’appuyant à son tour sur la « loi salique en  écarta ses nièces du pouvoir et devint Charles IV  et en tant que qu'héritier de sa mère Jeanne de Navarre il ajouta au titre de roi de France celui de roi de Navarre.Mais ll n'avait pas l'intelligence de son frère et de façon maladroite, il essaya de continuer la politique entamée par son prédécesseur contre la noblesse. Il tenta de faire restituer à la couronne les domaines aliénés et retira les charges accordées à titre gratuit pour les mettre en vente.

 

Les opérations financières de Philippe le Bel avaient révolté les Français et enrichi quelques spéculateurs attirés d’Italie et de Lombardie ; ses successeurs, n’osant demander des subsides qu’on leur aurait refusés, cherchèrent des ressources dans la proscription de ceux qui avaient administré le trésor royal auparavant Aussi Girard la Guete, ministre des finances sous Philippe le Long, fut arrêté dès les premiers jours du nouveau règne.Mais il échappa à la potence car il est mort des suites de la question qu’on lui donna.  Alors on se vengea sur son cadavre et sur ses biens 
Ensuite ; on dépouilla les maltôtiers, ou les Banqueires Lombards qui furent chassés de France  Les Français approuvèrent ces actes d’une justice un peu sévère car pour eux le monarque  punit les spoliateurs des deniers publics  ren reprenant  les biens spoliés en en vengeant le peuple opprimé.
La rapine royale n’était pas nouvelle : parmi d’autres, son père et Philippe V en avaient donné de beaux exemples, mais il l’avait fait avec plus d’intelligence et de sagesse.
Il fut aussi sèvère avec les mauvais juges et les seigneurs qui s’emparaient impunément du bien des particuliers. Un des principaux exemples de cette sévérité fut le supplice de Jourdain de l’Isle, qui fut livré au parlement et condamné à être pendu, après avoir été attaché à la queue d’un cheval.
Mais sans héritier mâle et  ne pouvant  se remttre avec sa femme, enfermée , après avoir été convaincue d’adultère. Il obtint du pape la nullité de son mariage, sous prétexte de parenté 
Ensuite il épouse Marie, fille de l’empereur Henri de Luxembourg.
Il se tourne alors vers  lz politique extérieure et lEdouard II, roi d’Angleterre, Sous prétexte que celui ci  n'etait point présent à son sacre du roi pour faire hommage, comme duc de Guyenne, il le somme de venir rendre hommage à d’Amiens,au printemps (1324)  .Celui ci demanda un plus long délai ; mais, pendant ce temps, les hostilités commencent, Charles le fit déclarer rebelle, et envoya le comte de Valois, son oncle, pour se saisir du duché de Guyenne.
Aapres des escarmouches on s apercoit des deux cotés que les armées, ne sont pas assez nombreuses pour comclure par une bataille le conflit aussi la reine d’Angleterre, Isabelle, fille de Philippe le Bel se p^résente avec le prince de Galles, son fils. en opposition avec les Spenser, favoris d’Edouard I
Après avoir conclu  la paix entre les deux royaumes  elle retourne en Angleterre à la tête d’un corps de troupes en état de soutenir le parti qu’elle y avait formé. La révolution fut prompte et complète ; les favoris d’Edouard II furent pendus  et le roi périt en prison 
Son fils uquel il avait donné la Guyenne de son vivant, pour éviter de rendre hommage à Charles le Bel, lui succéda au trône d’Angleterre, conservant par sa mère des prétentions sur la couronne de France,ce qui une des causes de la guerre de 100 ans.
Les Flamands, apres  une révolte contre leur comte furent obligés de se soumettre et de renoncer à leurs privilèges.
Le pape avait un grand intérêt à ce que Charles le Bel fût libre de toute inquiétude, afin de suivre le projet qu’il avait formé de faire rentrer la couronne impériale dans la maison de France.via Marie de Luxemboug sa deuxième épouse
Deux compétiteurs avaient été élus à la fois, Frédéric d’Autriche et Louis de Bavière. Une bataille avait vur la défaite de Frédéric
Louis decida de cesser de ménager le pape, qui résolut de le déposer en réveillant l’ancienne prétention que le saint-siège avait de confirmer l’élection du roi des Romains, et de régler les affaires de l’Empire. Le parti de Frédéric d’Autriche n’était pas entièrement abattu ; on pouvait le soulever de nouveau en faveur de Charles le Bel, qui, par sa femme, Marie de Luxembourg, avait aussi ses partisans en Allemagne.Mais Marie enceinte meur lors d'une chute de cheval, et Charles se retouve pour la deuxieme fois sans epouse. Il épousa, l’an 1326, Jeanne, fille du comte d’Evreux, de laquelle il eut trois filles.
Entretemps en Guyenne la paix qu’avait conclue Isabelle ne tient pas et  plusieurs bâtards de la noblesse de Gascogne prirent les armes de concert avec les Anglais, et, en attaquant quelques places fortes tenues par les Francais dans la  guerre qui fut appelée des Bâtards
En 1326  le maréchal de Briquebec,  met fin à cette revolte
Charles consumé par la fièvre, toussant, crachant du sang, s’était alité le jour de Noël1327. Face à l’impuissance de la médecine à reconnaître et à soigner le mal, une seule explication s’imposait : la malédiction des templiers lancée quatorze ans plus tôt continuait son œuvre destructrice
Il mourut le 1er février 1328, à Vincennes, agé de 34 ans et après 7 de  règne.
Ainsi, en l’espace de quatorze ans, les trois fils de Philippe le Bel,  montèrent sur le trône, et disparurent sans laisser d’héritiers.
Les statues furent
exécutée entre 1328 et 1329. Charles IV, troisième fils de Philippe le Bel et dernier Capétiens directs, régna de 1322 à 1328. Son monument funéraire fut entrepris alors que ceux de ses père et frères aînés étaient encore en cours d'exécution. Les statues étaient achevées en 1329, au même atelier.
Au louvre se trouve lestombeau des entrailles des souverain,qui étaient dans l’ancienne église abbatiale cistercienne de Maubuisson . Ces deux statues gisantes, réalisées par Jean de Liège, furent commandées par la reine avant sa mort.
 

 

FIN DYNASTIE DES CAPETIENS DIRECTS

 

 
   


Copyright © 2003-2020 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele


Nb de visiteurs:4824089
Nb de visiteurs aujourd'hui:175
Nb de connectés:34