Seine St Denis St Denis Basilique 3.11.1 Philippe IV le Bel Gisant









 
Seine St Denis St Denis Basilique 3 Philippe IV le Bel Gisant
English Translation
   
Historique Voir
ICI
History Click HERE
 
 
 
 

.
 

 

 
 

Ses adversaires  disaient de lui Ce n’est ni un homme ni une bête. C’est une statue »,
Pour l"époque c’était un bel homme d’une force physique peu commune, mais taciturne, froid et sévère, aussi majestueux que redoutable,
Il impressionnait ses contemporains Capable d’une bonté discrète et distante, il réservait sa rigueur, sa dureté hautaine et sa colère implacable à ceux qui mettaient en péril la couronne de France.
Fait d’orgueil et de timidité,
C ‘était un souverain qui bien conscient de son rôle et imprégné d’esprit féodal, fut toutefois un souverain d’esprit moderne qui faisait confiance à ses conseillers en leur déléguant une partie de son autorité à des conseillers
pour lui seule compte la compétence et non la naissance ou leur carrière ecclésiastique.
Comme preuve de son esprit éclairé il s’entoure de légistes formés au droit romain, tels Guillaume de Nogaret l'homme de l'attentat d 'Agnani et Enguerrand de Marigny qui furent de ses principaux conseillers d’une fidélité à toute épreuve.certains vont le payer de leur vie après le décès du Roi
Mais pour leur place dans le premier cercle le roi exigeait une fidélité totale
Comme roi donc chef d’État, il se distingua par son réalisme politique, fondé sur le sentiment de la toute-puissance de l’État.
Il fait passer le roi de suzerain à souverain. Pour lui il est l’élu de Dieu il a le charisme royal que lui fut conféré par l’onction royale reçue à Reims
élu de Dieu il ne rendait compte qu’à Dieu et ne lâcha jamais un pouce de cet orgueil extrême.
Son règne de presque trente ans fut l’un des rares à ne connaître que peu de révoltes et il fut un des plus grands rois de France Mais il est connu surtout par les évènements qui vont marquer la fin de son règne et qui sont connus par le roman les rois Maudits mis en scène par Maurice Druon

 

En effet le fin de son règne fut marqué par des intrigues des querelles intestines, comme celle de la succession de l’Artois qui opposa Mahaut d’Artois et son neveu Robert III d'Artois,
A cela il faut ajouter le procès des Templiers, L’installation des Papes en Avignon avec l’élection d’un pape français, Clément V et bien sur l ‘affaire de la Tour de Nesle qui va salir les belles filles du roi

 

Ce scandale blessa considérablement le roi, très pieux, resté chaste depuis la mort de sa femme.
Le Procès des templiers et l ‘exécution du grand Maître du Temple Gilles de Molay vont rapidement précipiter les événements


A cela va s’ajouter la mort de Clément V, la rupture avec la Flandre, le mécontentement grandissant dans le royaume suite à l augmentation des impôts et des taxes affectèrent Philippe IV  qui y vit comme l’échec de son règne.
Très pieu il prend exemple sur son aïeul  Saint Louis  aussi il devient de plus en plus dévot.
Mais il n’oublie pas un des plaisirs royaux la Chasse
le 29/11/1314 en chassant plus que d’habitude, alors qu’il courrait le cerf ou le sanglier en forêt de Pont-Sainte-Maxence  le roi  eut un malaise. Ramené selon ses vœux vers Fontainebleau où il était né, il y rendit son dernier soupir après avoir exprimé ses dernières volontés.

 

Après sa mort son corps fut embaumé" veillé deux jours avant d'être transporté par la Seine à Paris au couvent des Bernardins.
Le 2 décembre, l’archevêque de Sens, Philippe de Marigny, célébra à Notre-Dame une messe solennelle et le 3, un cortège pris le chemin de St Denis
La dépouille du roi fut placée sur une litière revêtu des habits royaux d
En tête du cortège, ses trouvait les fils du roi précédé par quelque quatre cent bourgeois de Paris, dont son successeur Louis X,
Les princes étaient tous vêtus de vêtements noirs à capuches,

 

Chaque membre du cortège portait une torche.
Le cortège était suivi d'une procession ou le peuple se melangeait aux prélats, religieux et mendiants.
 

 

A l'abbaye, après un dernier service funèbre, Philippe IV fut descendu dans sa sépulture à côté de ses parents et non loin de son aïeul vénéré, saint Louis.Le roi fut enterré à côté de son père Philippe III et de sa mère Isabelle d’Aragon.
Son gisant à l ‘image du souverain possède une majesté intimidante . Son visage est bien celui du souverain En effet, depuis Philippe III le Hardi, des moulages mortuaires pris sur le visage même du défunt permettait enfin une reproduction fidèle de ses traits.
Le roi porte le sceptre et retient de son autre main le manteau royal ouvert sur le devant. Le gisant à l origine était polychrome en certains endroits. Les rehauts de couleur auxquels devaient s’ajouter des incrustations de pâte de verre sur la bordure de la tunique et celle de la couronne qui ont complètement disparu.
A la mort de Philippe IV, la disposition des tombes royales de la croisée de Saint Denis était fixée définitivement et rien ne viendra la bouleverser jusqu’à la Révolution
Mais en Charles IV, lui fit ériger, pour son père est ses frères défunts Louis X et Philippe V, un tombeau à l’origine composé d'une  dalle de marbre noir et d'un socle à arcatures trilobées.
Il fallait honorer saint Louis, qui venait d’être canonisé,
Les restes du Corps de Philippe IV

Philippe IV avait fait édifier le prieuré Saint-Louis à Poissy en 1304. C’est là qu’il avait choisi de faire inhumer séparément ses entrailles et son cœur qu’on déposa auprès de son fils Robert décédé à l’âge de douze ans. L’urne le contenant fut retrouvée le 28 juillet 1687 lors de travaux de restauration de l’église. Il était enfermé entre  deux bassins d'argent scellés et enveloppés d'une toile d'or  parsemée de fleurs de lys.
L'inscription "Ci-dedans est le cœur  du Roy Philippe qui fonda cette église qui trépassa à Fontainebleau, la veille de la saint André, 1314"  permit de l'identifier. Le tombeau était gravé à l'effigie du roi défunt. 
Le couvent fut vendu par lots en 1797 et son église détruite au début du 19èmpe siècle.  Le principal élément subsistant est la porterie,

 

Profanation du tombeau de Philippe le Bel
elle a eu lieu le 19 /10/1793 Le tombeau fut brisé par des ouvriers obéissant aux commissaires révolutionnaires de la Convention nationale Par contre le gisant fut sauvé par Alexandre Lenoir  Dans la tombe il trouvèrent le corps de Philippe IV le Bel dans un cercueil de pierre recouvert d'une large dalle. Le cercueil creusé en forme d'auge, plus large à la tête qu'aux pieds, est tapissée d'une lame de plomb.
Le squelette était intact Les os furent jetés dans la fosse commune creusée au nord de la basilique
Par contre il a été trouvé un anneau d'or, un sceptre de cuivre doré terminé par une touffe de feuillage sur laquelle était représenté un oiseau de cuivre doré. Ces objets en métal furent fondus Jetés dans une fosse commune, ses restes furent inhumés dans l'ossuaire de la basilique en 1817


 

 


 

 


 

 

 

 


 

   


Copyright © 2003-2020 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele


Nb de visiteurs:4889999
Nb de visiteurs aujourd'hui:617
Nb de connectés:37