Mosaïque Rome Sicile Piazza Amerina Mosaïque Sala delle Dieci Ragazze









Mosaïque Rome Sicile Piazza Amerin Mosaïque Sala delle Dieci Ragazze
English Translation

 


Historique Voir ICI
History Click HERE

 

Situé à seulement trois kilomètres de la ville sicilienne de Piazza Armerina se trouvent les vastes vestiges d'une grande villa romaine, appelée la Villa Romana del Casale. Datant du début du IVe siècle après JC, il contient l'une des plus grandes collections de mosaïques romaines antiques du monde Cette domus construite pour un haut dignitaire de l’Empire à la fin du IIIe siècle après J-C. compte plus de trente de pièces et elle possède plus de 3.500 m2 de mosaïques.
Disparue au XIIe siècle, suite à un incendie elle fut ensevelie sous un glissement de terrain. Mais cela a permis la conservation d’une grande partie de son décor.Elle fut fouillée depuis  1929 et cela à permis de mettre au jour un ensemble exceptionnel de mosaïques qui constituent un témoignage artistique et historique inestimable.Ces mosaïques sont classéeq au patrimoine mondial de l'UNESCO.


Vous trouverez  une description de la villa  ICI 


Nous allons nous interesser à la Mosaïque de la Sala delle Dieci Ragazze

Ces mosaïques nous racontent la vie quotidienne des riches habitants de l’Empire Romain : scènes de chasse, de pêche, courses de chars… Cependant, la série de mosaïques la plus originale et la plus célèbre est sans aucun doute celle dite « des femmes en bikini » qui représente des jeunes femmes en maillot de bain pratiquant différents sports : haltères, jeux de balle, course à pied, lancer de disque
Elle est située dans une petite pièce  et présente un certain nombre de filles vêtues vetus de Bikinis analogues aux vêtements modernes introduits par les designers français en 1946. Il est assez cocasse que cette salle ait été découverte dans les années 1950, quelques années après l'invention supposée du bikini ... alors que 1500 ans avant ces jeunes femmes étaient déjà représentées dans cette tenue ! La scène de la mosaïque frappe certainement le visiteur comme très moderne
Ces mosaïques nous racontent la vie quotidienne des riches habitants de l’Empire Romain : scènes de chasse, de pêche, courses de chars… Cependant, la série de mosaïques la plus originale et la plus célèbre est sans aucun doute celle dite « des femmes en bikini » qui représente des jeunes femmes en maillot de bain pratiquant différents sports : haltères, jeux de balle, course à pied, lancer de disque
.Les jeunes femmes sont représentées en action, comme saisies sur le vif. Leurs mouvements sont traduits avec justesse et réalisme. Les poses sont variées, tout comme les physionomies.
La chambre porte le nom de la mosaïque et est appelée la Sala delle Dieci Ragazze («Chambre des dix filles»)
 Sur les dix femmes représentées dans la mosaïque, neuf portent ce qui ressemble à des maillots de bain deux pièces. Le fond est constitué d'un pagne en tissu ou en cuir. Il a été appelé un subligaculum et est généralement considéré comme une version plus maigre du périzome masculin ou du pagne, porté en sous-vêtements et parfois aussi par les athlètes et les esclaves
En 1998, des archéologues en Grande-Bretagne ont récupéré un "string" en cuir d'un puits datant du premier siècle après JC qui correspond exactement à un bas de bikini moderne; il est actuellement exposé au Museum of London.
La partie supérieure du «bikini» porté par ces filles se compose d'un bandeau. Des bracelets comme celui-ci étaient déjà connus dans la Grèce antique. Les Grecs appelaient le bandeau un mastodéton ou un apodesmos ; les Romains l'appelaient un strophium . Un bandeau était souvent en lin. Ces vêtements étaient portés par des femmes qui pratiquaient un sport ou avaient un mode de vie actif: Il faut savoir que le soutien gorge est une  invention du XXe siecle
Les filles de la mosaïque font du sport; les «bikinis» sont clairement destinés à être des vêtements de sport, pas des maillots de bain.
 Dans le registre supérieur, nous ne pouvons pas vraiment dire ce que faisait la fille à l'extrême gauche, mais celle juste à côté d'elle porte des poids dans ses mains. Ce ne sont pas des haltères utilisés pour augmenter la musculature; ils sont plutôt utilisés pour allonger le saut en longueur: en balançant les bras en arrière, l'élan peut être augmenté, ce qui permet de sauter plus loin. La fille du milieu est sur le point de lancer un disque, tandis que les deux dans la moitié droite de ce registre sont représentés en train de courir.

 

Les visages ne sont ni stéréotypés, ni idéalisés mais ressemblent à des portraits. Chaque jeune femme est différente. Certaines ont les cheveux lâchés sur les épaules, d’autres arborent un chignon. Certaines sont brunes, d’autres blondes. Leur seul point commun est un corps musclé et modelé par des exercices physiques répétés élégamment mis en valeur par des bikinis verts et rouges qui se détachent sur le fond clair de la mosaïque. Leurs visages expriment une grande concentration. Il ne s’agit pas de simples jeux mais de véritables exercices sportifs qui exigent endurance et compétition. Une des jeunes filles est d’ailleurs couronnée et tient dans ses mains la palme de la victoire, équivalent antique de nos coupes et médailles.

Dans le registre du bas, deux filles à droite participent à un jeu de balle. Les jeux de balle sont anciens: ils sont déjà mentionnés dans le livre 6 de l'Odyssée d'Homère (ll. 115-116). À l'époque classique, les jeux de balle étaient particulièrement appréciés des adolescents, garçons et filles; une variante était un sport d'equipe dans lequel les perdants devaient porter les vainqueurs sur le dos à la fin du match. Ici, il semble que les filles jouent à une forme de volleyball précoce. Notez comment la balle se compose de plusieurs couleurs.
À l'extrême gauche du registre du bas, une jeune femme vêtue d'une robe jaune transparente tient une couronne rose et un palmier: ce sont des prix remis au vainqueur dans les compétitions sportives. Les femmes matures étaient généralement responsables des compétitions sportives féminines; elle peut représenter une femme plus âgée, peut-être mariée (contrairement aux autres femmes potentiellement célibataires de la mosaïque). La jeune fille au centre du registre a reçu un palmfrond et s'apprête à mettre la couronne du vainqueur sur sa tête. La fille entre le vainqueur et la femme en jaune tient ce qui semble être une fleur stylisée: elle a également été interprétée comme une sorte de parasol ou peut-être une roue de char stylisée.

Contrairement à l'opinion populaire, les femmes de l'Empire romain pratiquaient des sports.
Mais il y avait quelques restrictions. Les femmes, par exemple, n'étaient pas autorisées à concurrencer les hommes. Et tandis que les hommes étaient généralement censés s'exercer nus à la grecque; la nudité publique féminine était mal vue. L'ancien «bikini» permettait aux femmes d'exercer confortablement sans heurter les anciennes sensibilités (masculines).

   


Copyright © 2003-2022 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:5927839
Nb de visiteurs aujourd'hui:1680
Nb de connectés:65