Expeditionary Fighting Vehicle (EFV) Prototype









 
EFV Prototype
English Translation
 
 

Historique Voir ICI
History Click HERE
 
 
 
Le United States Marine Corps (USMC) ne ressemble à aucune autre branche de l'armée américaine. Avec sa propre force spécialisée de véhicules, d'aéronefs,de chars d'assaut, ils fournissent la force de choc nécessaire pour tout debarquement en force
Fort de 180 000 hommes (chiffres 2017)  en vertu de la loi de 1947 sur la sécurité nationale, ils ont le pouvoir de développer des véhicules particulièrement adaptés à leur champ d'activité.
Aussi est-Il  surprenant que, au sein de la force militaire la mieux financée au monde, l'USMC ne dispose pas d'un véhicule amphibie moderne (AMTRACKS) lui permettant de jouer pleinement son rôle.
Un tel véhicule doit traverser rapidement les etendues maritimes pour transporter les troupes d'un navire  vers la côte, les décharger sous le feu et fournir un appui-feu pour l'assaut.
 Après cela, il devrait alors assumer le rôle «normal» de transport de personnel blindé (APC) sur terre,
Historique
La première péniche de débarquement spécialisée pour ces opérations, légèrement blindée et équipée d'une petite tourelle ou de mitraillettes ouvertes, a été mise au point juste avant la Seconde Guerre mondiale avec l'Alligator., suivis par la série de véhicules LVT Landing Vehicle Tracked) pendant la Seconde Guerre mondiale et en Corée. Progressivement, ces véhicules ont évolué et ont subis des  améliorations  portant sur la vitesse le blindage

Si ces premiers véhicules sont considérés comme une première génération, la guerre de Corée a montré à l'USMC le besoin de posséder un nouveau  LVTP, 
Ainsi sont nés la deuxième génération de LVT.  le LVTP-5 étant un exemple de cette nouvelle génération. 
 
Ces véhicules de deuxième génération avaient intégré les leçons tirées de la Seconde Guerre mondiale et de la Corée vitesse plus rapide dans l'eau, plus de blindage ,une puissance de feu accrue et une capacité de charge améliorée, mais le LVTP-5 était une cible énorme, inadapté à une utilisation terrestre comme APC .Une longue série de développements a suivi, avec le LVTPX-12 évoluant lentement vers la forme bien connue du LVTP-7 à la fin des années 1960 et au début des années 70.
Cette troisième génération de LVT était plus élancée que le LVTP5, avec un avant mieux profilé offrant de meilleures performances dans l’eau et des éléments moteurs améliorés offrant de meilleures performances sur terre. Mais le blindage faisait toujours défaut
Le LVTP-7 reste en service après avoir subit des mises à niveau  mais il était clair à partir de la fin des années 1970, les leçons du Vietnam revenant à l’esprit des militaires, que ce n'était pas idéal non plus.

 Mieux que le LVTP-5 en termes de mobilité, et nettement mieux en termes de protection et de mobilité  il n'était toujours pas capable de remplir tous les rôles requis par le Corps des Marines. 
Les travaux sur la quatrième génération d'ATV ont commencé à la fin des années 1970 et une nombre invraissamblable de technologies ont été explorées au cours des années 1980, (entraînement hybride en passant par la suspension hydropneumatique.) En 1996, le programme s'appelait «Advanced Amphibious Assault Vehicle’» (AAAV) et  le contrat Program Definition and Risk Reduction (PDRR) avait été attribué à General Dynamic Land Systems (GDLS) en juin de la même année.
Lers exigences de l USMC
l USMC souhaitait un véhicule pouvant être lancé à une distance de 25 milles marins (46 km) de la cote  et atterrir à terre par ses propres moyens à une vitesse de 20 nœuds (37 km / h). 
 Le véhicule devait avoir une autonomie en mer de 400 km et  555 km sur route à une vitesse maximale de 45 km / h afin de suivre le M1 Abrams. Le véhicule devait avoir un équipage de trois personnes, un conducteur à gauche, le commandant à droite et un tireur situé au centre. Armé d'une petite tourelle avec un canon stabilisé de 30 mm, l'EFV devait être produit en deux variantes pour répondre aux exigences de l'USMC.
Les critères recherchés étaient:
Équipage de 3 hommes avec de la place pour 17 à 18 soldats
Performances équivalentes à terre par rapport au M1A1 MBT
Système d'arme à moteur capable de vaincre les véhicules actuels et futurs de type BMP
Le développement  a duré presque 10 ans et coûté des milliards de dollars américains   En août 2003, le commandant de l'USMC a officiellement renommé l'Advanced Amphibious Assault Vehicle Expeditionary Fighting Vehicle (EFV).et il devoilé 2006.

Pour finaliser ce contrat d’une valeur de 216,9 millions de dollars, GDLS a ouvert une nouvelle installation à Woodbridge, en Virginie, connue sous le nom de General Dynamics Amphibious Systems (GDAS).
Le besoin initial concernait 1 013 véhicules EFV (935 types de personnel et 78 types de commandement et contrôle) pour USMC, avec un budget de 8,5 milliards USD, mais lorsque les coûts du projet seraient dépassés,
L USMC  ramene le chiffre à 573 véhicules. soit 532 versions transports de personnel et 41 versions de commandement.
 C’était toujours un chiffre significatif, mais à un prix impressionnant de 24 millions de dollars chacun (environ 7 fois le prix d’un M3 Bradley IFV), ces véhicules étaient nettement plus chers que tout autre véhicule terrestre utilisé par l’ensemble de l’armée américaine.
 Lors de la prise en compte du coût énorme du projet, General Dynamics, responsable de la conception, ont suggéré de réduire la commande à seulement 200 véhicules, car ils avaient eux-mêmes un investissement important dans la conception et la technologie,
Lers exigences de l USMC
l USMC souhaitait un véhicule pouvant être lancé à une distance de 25 milles marins (46 km) de la cote  et atterrir à terre par ses propres moyens à une vitesse de 20 nœuds (37 km / h). 
 Le véhicule devait avoir une autonomie en mer de 400 km et  555 km sur route à une vitesse maximale de 45 km / h afin de suivre le M1 Abrams. Le véhicule devait avoir un équipage de trois personnes, un conducteur à gauche, le commandant à droite et un tireur situé au centre. Armé d'une petite tourelle avec un canon stabilisé de 30 mm, l'EFV devait être produit en deux variantes pour répondre aux exigences de l'USMC.
Les critères recherchés étaient:
  • Équipage de 3 hommes avec de la place pour 17 à 18 soldats
  • Performances équivalentes à terre par rapport au M1A1 MBT
  • Système d'arme à moteur capable de vaincre les véhicules actuels et futurs de type BMP
Variantes:
  • EVP-P1 - Variante du personnel - pour transporter une escouade de fusil et un équipement complet du Marine Corps
  • EVP-C1 - Véhicule de commandement et de contrôle pour les commandants (le nombre de véhicules devait être de 13 véhicules du personnel pour un véhicule de commandement)
  • Les autres variantes envisagées après l'acceptation incluaient un véhicule de puissance de feu mobile (MFV), une version à canon automatique (SPG) avec un canon de 120 mm L55 ou 155 mm, un porte-mortier et un porte-fusée pour lanceurs multiples. Système (MLRS)
Description
Suspension

Au cours du premier trimestre de 1997, GDAS a sous-traité une partie du développement d'EFV à Textron Marine and Land Systems (TMLS) dans le cadre d'un contrat d'une valeur de 4 millions de dollars américains pour la conception et la construction du système de suspension. 
Le résultat a été la production de 42 suspensions hydropneumatiques rétractables, activement amorties, pour les prototypes EFV comprenant des pièces de rechange. 
En 1999, toutefois, TMLS a quitté le secteur de la défense et la production de suspensions a été transférée au système GDLS dans ses installations de Muskegon, dans le Michigan.
La suspension de l’EFV est généralement dissimulée derrière les grandes jupes latérales, non seulement pour plus de protection, mais également pour améliorer les performances dans l’eau, car elles réduisent la traînée. Derrière eux se trouvent 14 unités de suspension hydropneumatiques Hydro-pneumatic Suspension Units (HSU)) rétractables  7 par côté. 
Ce système permet aux galets d'être repoussés vers le haut dans le véhicule afin d'améliorer considérablement la vitesse dans l'eau, comme cela avait été précédemment testé et éprouvé sur le banc d'essai automobile et sur un LVTP-7.À l'origine, l'EVP avait été équipé d'une chenille en acier développée par United Defence, mais à la suite d'essais il fut  équipé d'une«chenille» en caoutchouc renforcé,  produite par la société Goodyear, qui avait l’avantage de ne pas être corrodé par l’eau de mer, mais également de réduire le bruit de la route, de réduire le poids et de réduire les vibrations.
Armement
L'armement de l'EFV devait se composer à l'origine d'une seule tourelle à commande électrique Mk.46 équipée d'un canon stabilisé de 30 mm. Ce canon de 30 mm a été modifié vers la fin de 1997 en Bushmaster II, qui a été livré en 1998 et pourrait être modifié pour une configuration "Super 40 mm" et a été "navalisé".
 La «navalisation» impliquait le passage de certains composants de l'acier à l'acier inoxydable et au titane pour éviter les problèmes de corrosion. Elle a ensuite été désignée par Mk.44. Les deux premiers prototypes EFV ont été équipés de ce canon et toutes les productions ultérieures ont été conformes à la norme 30/40 Mk.44. Pour l'EFV, l'arme est connue sous le nom de Mk44 Mod.1 30/40 
Il avait pris à l emploi  55 obus perforants (AP) et 160 cartouches de munitions explosives (HE) dans des bacs prêts à l'emploi
La tourelle Mk.46 utilise le viseur GDLS Compact Modular (CMS) intégrant un viseur infrarouge à projection frontale Gen-II (FLIR), un télémètre laser et des optiques de jour dans un seul ensemble tête (DAHA) Kearfott à double axe. 
Une  mitrailleuse M240 de 7,62 mm a été montée en coaxial avec le canon et des lance-grenades à fumée sont également montés. Le contrôle des tirs était assuré par un dérivé de celui du char de combat principal GDLS M1A2.
Moteur
Le groupe retenu pour l'EFV était le moteur diesel allemand MT883 ka-524 à 12 cylindres développant 865 ch sur terre et 2 700 ch en mer grâce à deux turbocompresseurs, reliés à une boîte de vitesses Allison X4560. Ce moteur est produit sous licence aux États-Unis par la Detroit Diesel Corporation. La propulsion sur terre se faisait via les chenille par contre sur l 'eau elle était assurée par une paire d'hydrojets  rétractables Honeywell de 584 mm de diamètre à l’arrière deplaçant un peu plus de 3 100 litres d’eau par seconde, ce qui a permis d’augmenter la vitesse de l’eau de 400% par rapport à l’AAV7A1
Équipement
Outre le système électronique de communication, l'EFV était équipé d'un viseur d'imagerie thermique stabilisé General Dynamics, d'un système de détection et d'extinction automatique des incendies, d'un système de contrôle du climat ambiant et d'un télémètre laser permettant les tirs en mouvement. Un système de surpression NRBC a été installé, ainsi que cinq pompes de cale (2 électriques et 3 hydrauliques), la climatisation et la suppression des incendies.
 Les variantes de commandement et de contrôle devaient également être équipées des systèmes d'opérations de combat tactique (TCO), du système de données tactiques d'artillerie de campagne avancé (AFATDS), du système d'analyse du renseignement (IAS) et du système informatique du personnel de commandement et de contrôle (C2PC). En outre, il aurait eu deux systèmes radio sol et aéroporté à canal unique (SINCGARS),
Il existe des différences visuelles entre les prototypes indiquant que des modifications qui onte été apportées 
Ces modifications incluaient le repositionnement ou la suppression de ce qui semblait être un évent sur le côté de la coque arrière.L'arrière a également subi des modifications, les évents latéraux arrière servant à évacuer l'excès de chaleur du radiateur et de l'équipement de certains véhicules consistant en une paire de grilles verticales et une forme polygonale sur d'autres

 
Conclusion
 
Depuis le début de la Seconde Guerre mondiale, l’USMC ne disposait pas d’un véhicule capable de les transporter rapidement et en toute sécurité d’un navire à l’autre, d’attaquer  une plage ennemie, puis de soutenir les opérations terrestres. 
Différents véhicules du LVTP-4 LVTP Pataut  au LVTP-7 élégant mais vulnérable.
 En 2006, ils ont finalement eu devant eux un démonstrateur capable de répondre à leurs besoins particuliers. L’EFV était le résultat de décennies et de milliards de dollars de recherche, mais il n’avait pas ses défauts
 Après tant d’années d’attente sans véhicule adéquat,  l USMC Pensait tenir le véhicule idéal  Au cours du développement de l'EFV  19 prototypes, y compris ceux du banc d'essai automobile (ATR) et du banc d'essai hydrodynamique (HTR), ont été construits.
Mais bien que techniquement c'etait une merveille, le budget était devenu incontrôlable et la fiabilité et les performances globales avaient été décevantes. 
Le 6 janvier 2011, le secrétaire d'État à la Défense, Robert Gates, annula le programme, sur l'avis du secrétaire de la Marine et du commandant du Corps des marines.
Par la suite, l'USMC a lancé un nouveau projet, le nouveau véhicule de combat amphibie (New Amphibious Combat Vehicle NACV), renommé peu de temps après en programme de véhicule de combat amphibie ( Amphibious Combat Vehicle ACV) dans le but de remplacer le LVTP-7 au cours des quatre prochaines années.
 Une partie de la technologie du programme EFV serait incluse dans les travaux de l’ACV,
Faute de remplaçant  le LVTP-7 est en service,sans remplacement approprié, répondant aux exigences de l’EFV. Une situation qui perdure à ce jour.
 

 

   


Copyright © 2003-2022 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:5933729
Nb de visiteurs aujourd'hui:1042
Nb de connectés:63