Hérault Loupian Villa Gallo Romaine









Hérault Loupian Villa Gallo Romaine
English Translation
 


Historique Voir ICI
History Click HERE

 

 

 

La villa de Loupian dans les environs de Mèze sur les bors de l 'etang de Thau en face de sete  est l’une parmi les centaines de villas construites dans le Languedoc à l’époque romaine a voir un riche decor de mosaïques 
C'etait une villa à vocation agricole  car y a retrouvé des dolia  . Ce domaine voticole a permis aux propritaires d'être prospères  et a permis de créer un habitat sompteux avec un ensemble remarquable de mosaïques decorant les sols de la villa

 

internet

Hérault Loupian Villa Gallo Romaine
English Translation
 


Historique Voir ICI
History Click HERE

 

 

 

La villa de Loupian dans les environs de Mèze sur les bors de l 'etang de Thau en face de sete  est l’une parmi les centaines de villas construites dans le Languedoc à l’époque romaine a voir un riche decor de mosaïques 
C'etait une villa à vocation agricole  car y a retrouvé des dolia  . Ce domaine voticole a permis aux propritaires d'être prospères  et a permis de créer un habitat sompteux avec un ensemble remarquable de mosaïques decorant les sols de la villa

 

internet

La pax romana voit l’émergence et la diffusion d’un modèle d’exploitation agricole fondé sur de grands domaines : les villas.
A  Loupian  on trouve l'archétype parfait de ces villas avec un domaines exploités par des esclaves dans lesquels les grands propriétaires partageaient leur temps entre otium (temps du repos et de l’étude) et negotium (le temps des affaires),
Cette   villa a été batie sur les fondations d'une première ferme datant du Ier siècle avant notre ère pour aboutir  à a résidence luxueuse de l’Antiquité tardive
Nous connaissons mal le premier habitat  car il a été bouleversé lors des reconstructions postérieures, mais pouvons dire que c'etait une exploitation de 1500m2. Les structures étaient legères avec des murs en  torchis et en bois La pierre était rarement utilisée  Les installations agrioclesetaient sous forme de silos souterrains creusés dans le sol et un grenier aérien sur poteaux. 
La zone occupée etait délimitée par des fossés . c"tait la ferme type gauloise  que l'on retrouve dans les  plaines du  Nord de la Gaule,
C'etait surement une exploitation  mise en culture par des paysans dépendants, mais devant faire partie  d'une grande propriété appartenant  à une élite gauloise favorisée par le nouveau pouvoir romain.
’La présence toute proche de Mesua, apportera du dynamisme à cette explotation avec de nouvelles pratiques agricoles et de débouchés
L 'arrivée des romains au cours du Ie siècle avant JC voit aussi la construction de la voie Domitienne  voir qui pemet la communication entre Massalia et l' Espagne . Elle part d ’Ugernum,( Beaucaire ) et va jusqu'a In summo Pyreneo, identifié avec le col de Panissars, près de celui du Perthus. en apssant par Nemausus Amrbusson Sextantio  Forum Domitii Montbazin Cessero St Thybery Baeterra Narbo
Vers 118 la voie passe à  moins de trois kilomètres au nord du site de la villa .Le chemin de la villa est indiquée par  une borne qui a été retrouvée Elle porte la mention iter priv(atum), chemin privé
Aussi  apparait une construction  avec des bâtiments aux fondations de pierre et élévation de terre. Elles se distinguent des aménagements antérieurs par le recours à un plan-type, où la cour unifie les différentes composantes de l’exploitation rurale, répondant à deux fonctions essentielles. Des logements, sans caractère luxueux, dotés de foyers au sol, côtoient des installations de production. Un cellier doté de dolia  d’une capacité d’une centaine d’hectolitres, occupe déjà tout un corps de bâtiment.
À partir du milieu du Ier siècle de notre ère avec la Pax Romana La villa s'aggrandit et se modifie.
ON va englober sur la même surface une villa d'habitation destinée à souligner la position sociale du propriétaire et les équipements nécessaires aux nouveaux objectifs d’exploitation du domaine.
Les ailes de la ferme datant du début du Ier siècle de notre ère serviront à loger le personnel  En effet pour exploiter le domaine il faut de la main d’œuvre
Ce personnel  (esclaves ou hommes libres ) vit à demeure, dans des logements situés au sud-ouest de la résidence. Ils n'ont aucune communication avec  les appartements du maître  ce qui souligne la distance sociale qui sépare ces deux catégories de résidents. . Ils sont rassemblés autour d’une cour indépendante.avec des  murs en briques crues recouverts d’un enduit blanc Ces appartements  sont en enfilade.  d'une superficie d’environ 30 m2, avec d’un foyer d’angle, bati avec de simples tuiles plates posées à même le sol de terre battue.  On y a même decouvert un évier rudimentaire. Les pieces avaient une double fonction cuisine, et une zone réservée au coucher.ILes ouvriers se partagaient  une dépendance mitoyenne, de 18 m2, servant de resserre avec des récipients fichés dans le sol. On a rouver  dans les sous sols des  tombes des enfants morts lors des couches ou peu après.

mais c'est au centre du batiment que vont s'appliquer les grands restructurations avec  la construction d’un corps central résidentiel qui entrainera la suppression des locaux de stockage   Les installations agricoles seront reunies dans espace ui possedra un chai.
IL faut attendre le Bas Empire  soit la deuxième moitié du IVe siècle,  pour voir une derniere phase de construction avec une villa à cour unique et l’aménagement d’appartements richement décorés de mosaïques polychromes.
On remblaie  le terrain pour créer une vaste plate-forme nécessaire à un nouveau dessein architectural plus ambitieux.


On batit donc un  ensemble organisé autour d’une unique cour à péristyle, long  de 40m. La surface de  la cour est  quatre fois plus grande que celle du jardin de la résidence antérieure.
Ces constructions avec portiques et  colonnades  donne à la ville un aspect plus imposant. Ce nouvel agencement, en rassemblant autour de la même cour activités et occupants, témoigne aussi d’une autre façon d’habiter dans la villa.. E effet si les architectes  sont restés surt les bases de l ancien batiment  ils ont réussis à double la surface habitable qui asse à 670 m2
Les propriétaires vivent dans 3 groupes de salles 


Tout d'abord on trouve  une salle d 'apparat accessible seulement depuis le péristyle, aux lambris de marbre Cette pièce ne possède pas de système de chauffage  et delle devait être un salon d’été et espace de reception
e cœur de la maison reste la salle triconque, protégée des rigueurs de l’hiver par une antichambre et dont les absides sont régulièrement chauffées avec un brasero. brasero qui a noiric les mosaiques
Elle communique avec quatre chambres [C, I, J, L] d’une vingtaine de mètres carrés, ne bénéficiant que d’un chauffage d’appoint.
Cet ensemble de réception est lié par le jeu des circulations à une partie à vocation privée, comme ces deux « pièces de vie » [B, M], de 30 à 40m2, où le brasero a été déplacé en de multiples points. L’une d’elles précède le salon (N, O), en position retirée, dont l’abside, montrant des traces de combustion, est d’un diamètre suffisant pour un lit de banquet.
L’utilisation des appartements peut être déduite du plan de la résidence, et de l’organisation de la circulation intérieure.
Par la suite des installations vinicoles et les constructions  vont remplacer les bains du Haut-Empire en  s'intégrant dans la nouvelle composition.
Dans le même temps un hameau se batit au bord de l’étang et une basilique paléochrétienne est fondée à proximité de la villa.
Le hameau commence a se deveolpper au début du Ve siècle de notre ère avec des batimentss modestes, n’excédant pas 50 à 100m2,  Il avait pour habitant de paysans des pécheurs et des potiersqio se sont établis à l ouest ou se trouve une  carrière de terre. Des bassins pour la préparation de l’argile voisinent avec quatre fours destinés à la cuisson des tuiles et des tubulures.


Dans la mieux conservée, on trouve des aménagements sommaires, comme un foyer fait d’une grande brique ou des calages pour des supports de bois contre les murs Par contre au nord,  on trouve  une zone de fossés constitutifs d’un parcellaire qui sont associés à des cuves pour la vinification et à une forge pour l’entretien de l’outillage. Les activités de pêche sont connues sous la forme de lests de filet en plomb, mais aussi de restes de poisson et de coquilles de moules, concentrés à l’est du côté de l’étang.
Quelques inhumations de nouveau-nés indiquent la présence de groupes familiaux. Des dépotoirs de restes de consommation se sont constitués depuis l’habitat, avec une plus grande intensité en direction du rivage.. Au nord, ce sont des fossés constitutifs d’un parcellaire qui sont associés à des cuves pour la vinification et à une forge pour l’entretien de l’outillage. Les activités de pêche sont connues sous la forme de lests de filet en plomb, mais aussi de restes de poisson et de coquilles de moules, concentrés à l’est du côté de l’étang.

 

 

   


Copyright © 2003-2019 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:4371283
Nb de visiteurs aujourd'hui:536
Nb de connectés:29