Rome 0 Thermes Rione Monti Esquilin Thermes de Trajan









Rome Rione Monti Esquilin Thermes de Trajan
English Translation

Sources  ET Sources 

  
Historique Voir ICI

History Click HERE

Rione Monti
Regiones Quattuordecim    Regio III Isis et Serapis
English Translation
 


 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les  vestiges des thermes de Trajan sont visibles.sur le versant sud de la colline d'Oppio ssituée dans la Regio III, . Ce fut pendant longtemps les thermes les plus grands du monde romain  La construction de ces thermes avait très probablement débuté sous le règne de Domitien, mais ils ont été achevés en 109 après JC, Ces thermes  ont été construits, comme le rappellent des sources littéraires anciennes, sur un projet de l'architecte le plus célèbre de l'époque, Apollodore de Damas.
 

Le 22 juin 109 après JC, comme l'atteste le Fasti Ostiensi, l'empereur Trajan a inauguré et ouvert au public le système thermal grandiose, qui s'étendait sur une superficie d'environ 100 000 mètres carrés
Le projet d'Apollodore de Damas, était certainement innovant par rapport à ce qui était connu jusque-là, avec la caractéristique d'un grand espace vert, exempt de constructions enfermées dans une enceinte  en forme de portique, qui entourait le corps sur trois côtés  avec un bâtiment central avec des pièces destinées aux salles de bain et aux soins du corps.
L'orientation sur un axe Nord-Est / Sud-Ouest, différent de l'axe Nord-Sud des structures précédentes, a probablement été influencée par le désir de rechercher la meilleure position vis-à-vis du soleil et des vents, afin de garantir un environnement chaud une exposition plus importante et plus longue à la chaleur solaire.
Le plan a pu etre tracé sur la base de dessins de la Renaissance et de l'étude des autres grands bains romains, Quelques fragments de la Forma Urbis conservés ont permis d'apporter des éclairssiments.

Cette construction a provoqué la réutilisation des batiments de la domus Aurea  de Néron  Il faut savoir qu'en 104 après JC , un incendie en avait détruit une grande partie . Pour la construction des bains, une partie des pièces de la Domus Aurea sous-jacente a été utilisée,en effet les restes de la Domus furent enfouis sous les gravats provoqués par l'incendie pour former une base sur laquelle poser les structures et aussi pouvoir utiliser les souterrains afin de connecter les différentes parties des thermes.
 
 
Ces Thermes occupaient une superficie de 103 000 m2 ( 330 x 315 mètres.) La forme de ces thermes était due au choix d'utiliser au mieux la position du soleil à différents moments de la journée.
Dans leur schéma général, on a disposé les pièces selon un axe central
 
Vue Aerienne du  Parco di Colle Oppio avec implantation de la planimétrie des Terme di Traiano.
Les numéros font référence aux restes visibles de nos jours
1. entrée du cryptoportique époque de Trajan avec restes de Mosaiques.
2. Exèdre sud-Ouest dite Bibliothèque avec portique
3. Grand Hémicycle  Angle Sud-Est.
4. Gallerie d Angle Sud
5. Vestiges du corps central avec restes del 'exèdre de la palestre orientale, l’aula possédait un sol  en mosaque avec scènes de chasse Les murs possèdait un système de chauffauge par air pulsé.
6. Vestiges des structures du secteur ouest
7. Exèdre Ninmphée nord est .
8. Aula  a double abside près de l entrée  Nord.
9.  Sette Sale avec domus.
 

1 Cryptoportique


Au niveau inférieur de l'enceinte en correspondance avec les exèdres du sud-ouest et le portique en face,  se trouve a une longue galerie, large.d'environ 8.30m , communément appelé "cryptoportique".
Une première fouille, réalisée en 1990, a conduit à la découverte d'une série de structures construites à la fin du XVIIIe siècle pour y installer une usine de poudre à canon. Les travaux, repris avec l'intention de récupérer l'environnement, ont conduit en 1998 à la découverte d'un mur transversal au fond de la galerie, avec une orientation différente de celle des structures  prééxistantes qui s'y appuyaient, et donc antérieures à elles.
La maçonnerie en briques constituait la façade d'un grand bâtiment, dont l'ouverture principale est entièrement visible Ce batiment possèdait  une arche de 10 mètres de large et quatorze de haut, et une partie de l'aile latérale, d'environ six mètres. Dans l'espace de circulation entre les deux arches, (arches murées à l'époque de Trajan ), on a retrouvé des fresques, avec la représentation d'une ville entourée d'une enceinte avec à tourelles, maintenant connue sous le nom de "ville peinte". La datation de la fresque et du bâtiment laisse supposer une construction certainement antérieure à l'ère de Trajan, et  datable de la seconde moitié du premier siècle de notre ère  sous les Flaviens.


En 2004, grâce à un passage ouvert dans le toit de la galerie, en correspondance avec le bâtiment de la fresque, il a été possible d'explorer l'environnement derrière la façade, en souterrain, sur plus de 13 mètres de profondeur On y a découvert sur un mur une grande section de mosaïque avec une représentation de la moisson.
Ce batiment  avec les restes de la fresque "Ville peinte" et de la mosaïque de la" Récolte", devait être probablement un édifice public,faisant partie du quartier se tropuvant sur la zone de futurs thermes de Trajan On pense aussi que là se trouvait également le pavillon esquilin de la Domus Aurea, orienté selon les points cardinaux.
Ces bâtiments, vont servbir de base sur laquelle va reposer la grande terrasse des Bains, Un autre pan de mur avec restes d'une mosaïque murale, représentant une structure architecturale avec une muse et un philosophe  Toujours dans ce bâtiment,  se trouve une salle souterraine avec un nymphée.
Bien que la majeure partie de la surface de fond n'ait pas été préservée, il est néanmoins possible de reconstituer le plan en grande partie:
Au centre deux paires de colonnes encadrent une niche, à l'intérieur de laquelle se détache une figure masculine, identifiable à Apollo , nu, avec sa cape sur son épaule, portant la cithare sur son bras gauche.
La musculature de la poitrine et de l'abdomen est rendue avec un clair-obscur raffiné donné par l'alternance de tesselles de trois nuances de couleur.
Latéralement, on trouve une série de pièces, dont de nombreux éléments architecturaux sont bien reconnus, tels que des architectures, des chapiteaux et surtout des colonnes, décorées de guirlandes et de plantes grimpantes.

Avec les fouilles en cours, d'autres figures ont été reconnues sur le côté droit du mur sur près de 16 mètres de long), dont deux hommes, dont l'un de style grec, mais sans barbe, et une autre femme, probablement une autre muse.
La fouille a jusqu'à présent atteint une profondeur moyenne de 2 mètres, Il reste pret de 10 m à  fouiller  donc !!.

Le Batiment
 
Diverses entrées permettaient de pénétrer dans l'enceinte  depuis l'entrée monumentale du nord-est, on pouvait accéder au complexe thermal, qui partait de la natatio, rempli d' eau froide, qui était suivie, sur le même axe, par le grand frigidarium central puis les salles pour les bains tiedes et chauds  ( tepidarium et le calidarium)
Sur les côtés de cet axe se trouvaient les vestiaires et les gymnases. Il ne reste que quelques structures du corps central: les exèdres du gymnase oriental et à côté de l'abside d'une salle de classe du côté sud; à proximité, partie de murs incorporée dans un petit immeuble, ancien relais de chasse du Brancaccio.

 


Les salles qui se trouvaient au centre du complexe étaient alignées en correspondance avec l'axe longitudinal des thermes, tandis que les pièces sur les cotés étaient disposées de façon symetrique . Ainsi le passage  des visiteurs etait facilité
Ils avaient le loisir de choisir l'un des deux chemins qui mènent des vestiaires au caldarium, situé à l'extrémité sud du bâtiment; à partir de là, ils pouvaient ensuite se diriger vers le tepidarium et le frigidaire  puis atteindre la grande piscine (natatio) située à l'extrémité nord.
Autour du corps central, destiné exclusivement aux ablutions, adossé en partie au mur, il y avait des bâtiments servant de gymnases, bibliothèques et lieux de rencontre.
Actuellement, il ne reste que quelques absides des gymnases et des bibliothèques, ainsi que des parties du mur d'enceinte. Vers via delle Terme di Traiano, du côté des Sept Salles, il y a un exèdre, probablement relié à un nymphaeum, dont la paroi interne se caractérise par une série de niches rectangulaires au nord de cette structure,
À l'extrémité sud-est du complexe, il y a un autre exèdre qui s'est ouvert dans l'enceinte de la station thermale et qui était probablement une bibliothèque.

7  Exèdres Nord /Est

Des deux exèdres qui s'ouvraient symétriquement le long du côté nord de l'enceinte thermique, constituées chacune de deux hémicycles concentriques séparés par un couloir, seule celle du coin nord-est est conservée.
Peu de vestiges de l'autre, furent incorporés par le monastère de S.Maria della Purificazione du XVIIe qui, démoli à la fin du XIXe siècle, A l'occasion des fouilles du Porticus Liviae, via delle Sette Sale en 1984 des restes sotn apparue.
La structure architecturale de l'exèdre est restée clairement reconnaissable, avec le toit en demi-dôme décoré de caissons hexagonaux recouverts de stuc alternant avec de plus petits triangles.
La façade intérieure, à l'origine recouverte de marbre coloré, présente une série de niches alternées rectangulaires et semi-circulaires, qui sont également répétées à l'extérieur. Un trou quadrangulaire à la base de chacune des niches sur le côté interne pourrait être identifié comme la chasse d'un conduit d'eau, suggérant ainsi que l'exèdre devait être un grand nymphe.
Les fouilles les plus récentes (1998) ont montré que le revêtement de sol etait en mosïque Réfection du IVe et le Ve siècle Ap JC, au-dessus du sol d'origine en plaques de marbre.
La façade de l'exèdre, fermée par une colonnade dont seules les empreintes des blocs de fondation ont été retrouvées, surplombait probablement un portique similaire à celui de l'exèdre sud-ouest. En dessous, se trouve la canalisation en forme de tunnel souterrain, d'environ quatre mètres de large et près de deux mètres de haut, provenant de la citerne des "Sept Salles",  transportant  l'approvisionnement en eau nécessaire au fonctionnement des thermes
Après que les thermes ont cessé d'être utilisés, la zone devant les exèdres a été occupée par un cimetière datant du Ve siècle après JC. L'orientation des tombes, presque complètement dépourvue d'équipement, était parallèle à la façade de l'exèdre, et tous les morts étaient couchés, la tête tournée vers l'ouest. La nécropole semble avoir été utilisées longtemps, car certaines tombes ont été réutilisées  d'ou un chevauchement des tombes
L'abandon définitif de cette zone semble s'être produit avant le VIIIe-IXe siècle, probablement à la suite d'un incendie.

Du corps central du bâtiment, il ne reste seulement que les exèdres du gymnase du côté est et une partie d'une salle du côté sud 

2 Exédres Sud Ouest
Dans l'angle sud-ouest des Thermes se trouve, l'une des exèdres semi-circulaires qui s'ouvraient dans le périmètre qui entourait la grande esplanade se trouvant autour du bloc des bâtiments . Une autre similaire était située dans le coin sud-est  au-dessus de la Domus Aurea  mais aujourd'hui, seule la partie la plus basse est préservée.
Avec un diamètre d'une trentaine de mètres, l'exèdre sud-ouest est toujours resté visible au fil du temps, et apparaît sur de nombreuses gravures 
On trouve deux rangées de niches rectangulaires qui se chevauchent à l'intérieur, qui sont plutôt larges et peu profondes, dépourvues de décoration, devraient être identifiées comme des niches pour armoires probablement en bois  où les livres et les documents étaient conservés.
Des fouilles récentes ont montré qu'autour du périmètre, sous les niches, il y a trois marches concentriques basses, dont une partie du revêtement en marbre blanc d'origine est préservée.
Au plus haut de ces marches se trouvait une colonnade légère, qui soutenait un balcon destiné à garantir l'accès aux niches de l'étage supérieur, confirmant ainsi leur fonction utilitaire et pas seulement décorative.
Ces lieux devaient être destinées à ceux qui assistaient à des lectures publiques ou à des réunions tenues dans cet environnement; 
On a retrouvé aussi  des  gravures de jeux sur certaines des dalles du trottoir encore en place
Sur les murs autour des niches, les exèdres avaient une riche décoration en marbre, dont seules des traces sont maintenant visibles; le sol, quant à lui, ne conserve que quelques sections de grandes dalles de marbre  rectangulaires, disposées autour d'anciens carrés de marbre jaune.
La façade de l'exèdre, délimitée par des colonnes, donnait sur une arcade qui longeait tout le côté ouest de l'enceinte thermique, soutenue dans cette section par le "cryptoportique où se trouve la fresque de la "ville peinte". Des colonnes du portique, probablement déjà enlevées à la fin de l'Antiquité, seules certaines des bases en travertin ont été retrouvées en place. Le porche donnait également sur un grand espace ouvert, probablement aménagé dans Le jardin, où se déroulaient des activités de gymnastique, de sport, de jeux ou de loisirs.
 5 Exèdre Centrale

Au centre du Parc Colle Oppio se trouvent des vestiges imposants de certaines pièces du corps central des thermes. À l'intérieur de la structure la plus monumentale, une exèdre d'une trentaine de mètres de large, qui conserve une partie de sa voute d'origine des restes du sol en mosaïque noir et blanc à décor floral ont été trouvés. Le trottoir était soutenu par des piliers, Cette zone possède un système de chauffage par hypocauste et air pulsé avec un mur creux, à l'intérieur de laquelle circulait l'air chaud. Un système de tuyaux en terre cuite insérés dans la maçonnerie permettait à l'air chaud provenant de la cavité  de circuler

Une série de colonnes a ensuite marqué la limite entre l'exèdre et l'espace ouvert en face, entouré d'un portique et identifiable à l'un des gymnases du complexe thermal.
Dans cet endroi se trouvedeux pièces triangulaires dans lesquelles se trouvait le système complexe d'escaliers qui menait aux étages supérieurs.
Le lieur conserve les restes d'un pavé de mosaïque en tesselles noires et blanches représentant une mosaïque représentant une scène de chasse, qui se réfère aux  venatio  qui sont des combats de gladiateurs avec les bêtes dans l'amphithéâtre: Ici un lion blessé et un tigre, en train de mordre la jambe d'un des combattants.


on trouve aussi des représentations d'autres animaux et participants à la venatio . Enfin, le long du côté sud, vous pouvez voir la partie supérieure d'un homme avec son bras droit levé, dont la main tient le symbole de la paume de la victoire; à la tête, caractérisée par les cheveux à franges courtes, typiques de l'époque de Trajan, l'inscription "CVPIDO" rappelle le nom du chasseur.
Un peu plus au sud, il on trouve une haute structure avec un côté est rectiligne  ou fut retrouvé dans les années 1930 une dalle de marbre avec le plan du batiment tandis que le côté opposé se trouve une abside avec deux niches semi-circulaires dans les coins . Cet environnement devait faire partie du secteur chauffé  du complexe, qui s'est développé du côté sud du complexe.

Dans les bains, il devait y avoir de nombreuses œuvres d'art  La statue de Laocoon visible dans les musées du Vatican et un autel de Jupiter avec une dédicace à Vespasien y ont été decouverts.
un peu à l'écart se trouve les reservoir d'eau Le sette salle

 

 

L'eau nécessaire au fonctionnement des Thermes était stockée dans la gigantesque citerne connue depuis le Moyen Âge sous le nom de Sette salle, alimentée par une branche speciale de l'aqueduc de l'Esquilin.
Ce batiment a été conservé presque parfaitement en bordure du parc, avec un accès via via delle Terme di Traiano. Bien que l'orientation,soit différente de celle des thermes, celui ci a servi et a été construit pour alimenter les thermes et non comme on avait émlis l'hypothese dans le passé  pour servir la Domus Aurea
En effet on a retrouvé sur les briques de nombreux tampons en brique  datant de l'époque de Trajan.
La construction est sur deux niveaux, chacun composé de neuf pièces parallèles, de plus de cinq mètres de large et variant en longueur de 30 à 40 mètres, en raison de la tendance curviligne du mur périphérique est.
Le niveau inférieur repose directement sur le sol, avec pour fonction de soutenir l'étage supérieur, véritable réservoir, dont la hauteur pouvait ainsi garantir une pression suffisante pour que l'eau alimente convenablement les thermes

Le bâtiment a été construit partiellement encastré dans le sol, de sorte que la paroi arrière était incurvée, et les deux côtés étaient partiellement couverts de remblai, tandis que la paroi avant rectiligne  avec des niches alternativement rectangulaires et semi-circulaires.
Des modifications consécutives à son abandon ont entraîné l'isolation de la terrasse et la perte des éléments de liaison qui camouflaient la différence de hauteur entre l'avant et l'arrière de la citerne.
Dans les niches de l'étage supérieur, il y avait des fenêtres de ventilation, tandis que dans les plus basses, il y avait des conduits pour la sortie de l'eau, qui aboutissait  à un grand collecteur, dont la suite a été trouvée devant les exèdres nord-est des thermes . le tout avait une capacité de stockage de plus de 8 millions de litres;
Les murs et le sol recouverts de plâtre hydraulique, et communiquent entre eux par un système d'ouvertures disposées sur des axes diagonaux, pour éviter la formation de courants ou la stagnation de l'eau.
L'une des pièces de la citerne, toujours restée visible au fil des siècles même après avoir cessé sa fonction (Ve siècle après JC), il a été utilisé au Moyen Âge comme lieu de sépulture: en effet, plus d'un millier de squelettes ont été retrouvés au moment de la fouille (1967).
 

 

 

Des fouilles menées entre 1966-67 et 1975 ont mis au jour sur la terrasse au-dessus de la citerne des Sept Salles les restes d'une domus, avec la maçonnerie montrant que la construction datait de l 'époque de Trajande (réticules et de briqueset de murs de briques et de victimes (alternance de rangées de briques et de blocs de tuf, attribuées au IVe siècle après JC),
Ces restes sont conservés sur une hauteur n'excédant pas 50 cm. Le complexe immobilier est divisé en deux secteurs par un couloir avec une mosaïque de tesselles noires; dans une première phase, datable à l'âge de Trajan datable grace aux briques estampillées  on trouve, une série de pièces de dimensions réduites à l'ouest du couloir avec traces de sols en mosaïque noir et blanc. Au IVe siècle après JC, ce secteur a été renové et certaines pièces ont été transformées en thermes
 À l'est du couloir, on trouve un environnement bouleversé  et assez difficle à dater Les environnements du côté sud de la terrasse sont certainement de l'époque originale datant de l'ère Trajan, également caractérisée par des murs en maçonnerie mixte, dans lesquels on peut déjà reconnaître une disposition similaire à celle d'un domus, peut-être destinée au domicile du fonctionnaire chargé du contrôle des Thermes
Par contre au nord, les murs de briques peuvent être datés du IVe siècle après JC,  et doivent être attribués à une phase ultérieure. et caractérisé par une riche décoration de marbre incrusté.
Une aile de la  domus est composée de six pièces (4 avec absides et 2 rectangulaires), disposées radialement autour d'une piece centrale hexagonale avec du carrelage en dalles de marbre coloré à motifs géométriques.
Au centre se trouve une grande salle absidale avec entrée   probablement destinée à des fonctions de reception et représentation. Son sol  était aussi décoré de marbres colorés avec de grands carrés avec des cercles et des carrés.
La décoration murale en marbre était également somptueuse, avec frises florales. Dans cette  salle se trouvait un nymphée  donnant sur un espace ouvert.
Dans cette dernière phase, toutes les pièces de cette domus  semblent faire partie d'un quartieer pour l'aristocratie . La richesse est, attestée non seulement par sa taille  mais aussi par le luxe de la décoration architecturale et du sol avec des marbres précieux, Cette richesse se retrouve dans des bâtiments privés similaires de la fin de l'antiquité, liés à l'aristocratie romaine.

 

 

   


Copyright © 2003-2023 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:6148240
Nb de visiteurs aujourd'hui:938
Nb de connectés:19