Rome Rione Ripa Basilica Santi Bonifacio e Alessio









Rome Rione Ripa Basilica  Santi Bonifacio e  Alessio
English Translation
Merci à Carlo Raso pour les photographies
Rione Ripa R XII
 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 


Historique Voir ICI
History Click HERE

 

 
Ici se dressait selon  la légende  une Domus  appartenant  à un certain d'Eufemianus  . sa veuse  transforma la domus  en église . La tradition signale cette église comme étant la plus ancienne église de l'Aventino, dont l'origine remonte au IVe siècle.
Le nom de Boniface est associécié à ce lieu mais qui était -il 
Le lieu de culte était initialement dédié à S. Bonifacio, un patricien romain martyrisé à Tarse de Cilicie (actuellement en Turquie), à ??l’époque de Dioclétien et de Maximinus.
Boniface était l'administrateur des bien d'une riche matrone Aglae (dont le nom suggère qu'elle appartenait à une famille d'origine grecque), une veuve sans enfants Elle a envoyé son administrateur en Orient à la recherche de Reliques chrétiennes, pour réparer une vie de péché menée avec lui.   À son arrivée à Tarse, Boniface n'a pas caché sa foi chrétienne et, n'étant pas mort sous la torture, il a finalement été décapité. Son corps renvoyé à Rome a été enterré dans une nécropole de la Via Latina, mais Aglae a voulu construire un edifice dans son palais qui le lui rappellerait.
 Par contre le  nom d 'Alessio n'est associé à celui de Boniface  à la fin du Xe siècle, lorsque le monastère  commence à prospérer et à devenir l’institut romain de missions pour les pays slaves(istituto romano delle missioni per i paesi slavi . 
Il existe trois versions de la vie de saint Alexis, qui vécut entre le IV et le Ve siècle:
- selon la légende syrienne Alessio, un riche patricien né à Constantinople et fils d'Euphemia et d'Aglaé, quitta Constantinople le soir de son mariage et partit pour la Syrie, animé par la vocation chrétienne, et mena une vie de mendiant à Edessa où il assista les plus démunis.Il a seulement révélé ses nobles origines au prêtre de l'église sur le cimetière de laquelle il est décédé.
- selon la version grecque-byzantine, S. Alessio est né à Rome mais n'est pas mort à Edessa. En effet, après avoir passé dix-sept ans en Orient, l’icône de la Vierge de l’église devant laquelle Alessio a supplié et ordonné au sacristain d’accueillir le saint homme dans l’église.
N'aimant pas le fait d'être reconnu comme saint par les habitants de la région, Alessio s'est rendu à Tarse; mais les vents l'ont fait debarquer à Ostie. C'est ainsi qu'Alessio se retrouva dans sa ville natale et alla mendier à la maison de son père où personne ne le reconnaissait, On lui proposa de se loger sous un escalier de l'immeuble où il vécut encore dix-sept ans. 
À la fin de sa vie, il écrivit ses mémoires sur un rouleau que l'on retrouva dans ses mains lorsqu'il mourut.  Seuls les empereurs Arcadius et Honorius purent lui retirer le parchemin et apprendre son histoire.
- selon la version latine du Xe siècle (plus tard incluse dans la légende dorée de Jacopo da Varagine),c'est le pape (et non les empereurs) a enlevé le rouleau des mains du saint, en présence de ses parents ignorant l'avoir accueilli 
C'est sur cette maison la basilique a été érigée.
Le pape Benoît VII donna cette église en 977 au métropolite grec, évêque de Damas, qui s'était enfui à cause des persécutions des Arabes,  Il fonda un grand couvent et en devint le premier abbé, dont les frères étaient des bénédictins latins et une partie des basiliens Grecs,  Ce nom fut à l'orgine du nom d'un quatier de Constantinople appelé Blacherne, 
En 1217 Honorius III,  fit reconstruire l'eglise et placa les reliques des deux saints sous le maître-autel. D'autres travaux de rénovation ont eu lieu en 1750, sous la direction de Tommaso De Marchis, au cours desquels le relèvement du sol a entraîné la disparition des décorations en mosaïque ancienne. L'église a été confiée en 1846 aux pères Somaschi, .
Dans la cloitre  se trouve une dédicace

CORPORE HIC RECVBAT CRESCENTIVS INCLI
TVS ECCE EXIMIVS CIVIS ROMANVS
DVX QVOQVE MAGNVS EX MAGNIS MAGNA
PLEBS GENERATVR ET ALTA IOH . DATAE
THEODORA MATRE NITESCENS
QVEM XPS ANIMAR . AMANS MEDICVSQVE PERITVS
CORRIPVIT LANGORE PIO LONGEVO VT AB OMNI
SPE MVNDI LAPSVS PROSTRATVS LIMINI SCI
MARTYRIS INVICTI BONIFATII AMPLEXVS ET
ILLIC SE DNO TRADIDIT HABITV MONACHO
RVM ADEPTVS QVOD TEMPLVM DONIS
. . . . . BITAVIT ET AGRIS

HIC OMNI QVICVMQVE LEGIS COGITARE MEMENTO
VT TANDEM SCELERVM VENIAM MERCATVR HABERE
ET OBIIT DIE VII MENS. IVL. ANN. DNICE INCARN.
DCCCCLXXXIV . C . R . M IAM ATE OCVLOS DVODECIM.

 

Description
On entre  dans la basilique  par un portique médiéval partiellement murée, qui comporte à droite une fontaine décorée .


La façade de l'église, datant du XVIe siècle, est l'œuvre de De Marchis. Sous le portique se trouve une statue du pape Benoît XIII, œuvre de plâtre du XVIIIe siècle. À droite, se trouve le campanile  du XIIe siècle, avec 5 niveaux fenêtres  à meneaux dont le 1e étage est muré.

 

L'intérieur de l'église, accessible par un portail Cosmatesque,
L'eglise est divisée en trois nefs divisées par des piliers, ornées de pilastres cannelés et de chapiteaux corinthiens.

Le plafond à caissons date du XIXe siècle, tandis que le sol contient des restes de la décoration cosmatesca. Dans le bas-côté droit se trouve la tombe de la princesse Eleonora Boncompagni Borghese (1695), transféré de l'église démolie de Santa Lucia dei Ginnasi.
Dans le transept de droite se trouve la chapelle commandée par Charles IV d’Espagne, où est conservée une icône avec la Madone datant du XIIIe siècle, la tradition rapporte que cete icone fut donnée par San Alessio lui-même.
Le maître-autel est surmonté d'un ciboire en forme de dôme, soutenu par des colonnes de marbre grecs, avec une urne contenant les reliques des saints.

 

Dans l'abside sont placées deux colonnes qui se trouvaient déjà dans l'ancienne église d'Honorius III et encadrent aujourd'hui l'inscription qui rappelle les reliques des saints Bonifacio et Alessio.
 Le presbytère mène à la crypte romane, la seule à Rome où une verrière à quatre colonnes conserve les reliques de saint Thomas Becket, archevêque de Cantorbéry et confident du roi Henri II d'Angleterre, tué en 1161 pour sa défense. intransigeante de l'autonomie et des privilèges de l'Église. 
Dans la crypte se trouve une colonne considérée comme celle contre laquelle saint Sébastien a été  martyrisé.


Dans le transept gauche, On trouve une chapelle avec la tombe du cardinal Guidi di Bagno et dans le passage du transept à la nef gauche, il y a une autre tombe appartenant à G. Brippio, humaniste du XVe siècle et auteur du poème "La légende de Saint-Alessio." 
Au bout de l'allée, à l'intérieur d'une vitrine, se trouve une ouvre baroque racontant la vie  de San Alessio au moment de son passage assisté de trois anges , travail en bois et stuc de A. Bergondi  .
 L'histoire légendaire est également racontée dans les célèbres fresques de la basilique inférieure de San Clemente.

 
   


Copyright © 2003-2018 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:4042542
Nb de visiteurs aujourd'hui:1165
Nb de connectés:31