25 SF Alpes Martimes SS Corniches Sainte Agnes Ouvrage Artillerie SAG - EO9 Intérieur









 

 25 SF Alpes Martimes SS Corniches Sainte Agnes Ouvrage Artillerie SAG - EO9 Intérieur

Je remercie Jean Marie Brams Christian Adam Wikimaginot Wikipedia Maginot Moselle  pour leur aide 
 

 

Secteur Fortifié des Alpes Maritimes (SFAM)

Insigne du SFAM

 

 

Le Secteur Fortifié des Alpes Maritmes ( SFAM ) fait partie de la ligne dite Maginot qui fut ainsi appelé en hommage à André Maginot Ministre de la Guerre (et ancien combattant ) entre le 3/11/1929 et le 17/02/1930
Le Vote de la loi  permettant le financement des régions fortifiées eut lieu en décembre 1929
Pour l’Armée française  la désignation officielle est la « fortification permanente » ou les « régions fortifiées ». Le terme de « ligne Maginot » provient de la presse, où il commence à être employé à partir de 1935,  repris par le ministre de la Guerre Jean Fabry en août 1935 lors de l'inauguration du monument Maginot près de Verdun.

 


La ligne Maginot se présente donc après de nombreuses études s’échelonnant sur presque 10 ans  comme  un dispositif complexe s'échelonnant  en profondeur sur différents niveaux depuis la frontière.
Dans l’absolu car la ligne n'a pas été conçue de manière homogène, et sa réalisation n'a en général pas été conforme aux projets d'origine pour des raisons essentiellement budgétaires on distingue quatre parties distinctes.

 

 


1  la ligne des avant-postes, destinée avant tout à détecter une attaque brusquée et à la retarder un temps grâce à des dispositifs prévus (routes minées, barrières, etc.) pour laisser le temps à la « ligne principale de résistance » de se mettre en état d'alerte On trouve des Petites casemates et des Maisons Fortes

 

Petit Ouvrage Maison Fortifiée ( MF)


2  la « ligne principale de résistance » est à environ deux kilomètres derrière les avant-postes. Elle était matérialisée par un double réseau de rails antichars et barbelés

Internet

le réseau de Barbelés   est large de 12,5 mètres, soit six rangs de piquets en forme de queues de cochon d'un mètre de haut qui soutiennent les fils en formant des vagues, avec des ardillons plantés dans le sol et dépassant de 20 cm. Son  rôle : freiner l'infanterie assaillante pour que les mitrailleuses puissent la faucher.
Le réseau de rail est composé de sections de rails de trois mètres enterrées à la verticale sur six rangs de profondeur, dépassant de 60 cm à 1,3 m au-dessus du sol.
Son rôle :'arrêter les véhicules assaillants afin qu’il soient détruits ensuite par les canons anti char

 

 

Barbelés Rails



elle est couverte  par les tirs d'artillerie des Gros Ouvrage.  .
3 Les abris d'intervalles destinés à assurer la protection d'une partie des troupes combattantes à l'air libre. les casemates d'intervalle avaient pour but d'assurer la continuité de feux de la Ligne Principale de Résistance entre deux ouvrages. Il existe deux types de casemates, les casemates dites en couple (chaque casemate flanque son propre côté) et les casemates double (elles sont munies de deux chambres de tir pour flanquer des deux côtés à la fois).

Contrairement aux ouvrages, les casemates ne sont pas reliées entre elles par galerie, et ne sont armées d'aucune tourelle. Leur équipement, bien que restreint, est à peu près le même que les ouvrages (petite usine, petite salle des filtres, etc.).Il s'agit en fait de casernes souterraines équipées uniquement pour le combat rapproché.

Internet


4 L'arrière du front comporte tous les équipements de soutien logistique : réseau de téléphone et d’électricité, routes et voies ferrées militaires de 0,60 m dérivées du système Pechot, dépôts de munitions, casernes de temps de paix, postes de commandement, etc.
Au total, la ligne Maginot a coûté plus de cinq milliards de francs de 1930 à 1936 soit 1.6 % du Budget de l’Etat

WikiMaginot

Secteur Fortifié des Alpes Maritimes
C'est l'avant dernier maillon de la Ligne Maginot  en incluant les ouvrage de Cors
Ce maillon est situé au sud du SF du Dauphiné et couvre tout le département des Alpes Maritimes .Il débute sur la commune de  St Dalmes le Salvage et se termine à Menton

 

 


A l'origine c'est un secteur calme . Les anciennes fortifications du XIX° qui surveillaient l'Italie sont toujours là Mais depuis l'arrivée de Benito Mussolini au Pouvoir  les choses se compliquent nottament à compter de 1927 et des discours belliqueux du Duce qui demandent le retour de Nice la Savoie et de la Corse dans le giron Italiens . Des incidents de Frontières font que des dispositions sont prises  En 1924 le SFAM est créé. Il se divisé en divers sous secteurs avec les SS  de Mouniers de Tinée Vésubie d'Authion de Sospel et des Corniches. Chaque  Sous secteur est divisé en quartier ( Voir ICI)
Les cols et les vallées venant d'Italie  sont donc controlés
Les troupes qui l'occupent dépendantes de la 15 e RM de Marseille . En  1935 le SFAM est armée par la 58e demi brigade alpine de Forteresse (58e DBAF )  appyé par le 157e RAP ( regiment artillerie de Position) le tout renforcé par des élements de la 29e DIA 


 

 

 

 

   
76e BAF 96e BAF    

La 58e DBAF est composée du 74e(Moinie Tiné Vésubie) 78e (Authion Sospel) et 76e BAF (Corniches)
En septembre 1939 la RM de Marseille devient le 15e CA  qui à sous ses ordres la 65 e DIR ( reserve) classe B 
La frontière itlaienne est surveillée par la 6e Armée du Général Olry
Le secteur AM est tenu par le 61e DBAF  à Moinié Tinée Vésubie  qui comprend le 74e 84e et 94 BAF , la 40e DBAF avec les 75e 85e et 95e BAF et enfin le 58e DBAF avec les 76e 86e et 96e BAF 
Le tout est soutenu par le 167e RAP

Internet


Tout est calme dans le secteur jusqu'au 10 juin  1940 date de la déclaration de guerre de l'Italie à la France et à la Grande Bretagne


Mais si les operations dans les Alpes sont retardées suite aux mauvaises conditions climatiques  les troupes italiennes declenchent des le 14 juin l'opération Riviera contre Menton avec le XVe Corpo d'Armata  qui s'empare de Menton évacué de ses habitants qui ont été envoyés dans les PO  à Prades
Mais les ouvrages resistent et ne sont évacués qu'après l'armisitice  du 22 juin 1940
Les italiens les ocupent apres le 10 juillet  et le SFAM est dissous les même jour  

8° RAGGRUPPAMENTO ARTIGLIERIA DI CORPO D'ARMATA 1941 CAMPAGNA DI FRANCIA 1940


 

 

 

C 'est  un des ouvrage le plus puissamment armé de toute la ligne Maginot grace à son artillerie sous casemate  comprenant des   canons-obusier de 135 et 75 , mortiers de 81 nottament avec le  bbloc de combat sud (bloc 2) Le cout de cet ouvrage tout compris s'est elevé à 16 821 000 Frs de francs de l'époque Il est aussi connu sous la codification SAG ou EO9 .Il a été cédé en 1990, à la commune de Sainte Agnés

L'ouvrage de Sainte Agnés est un ouvrage d'artillerie CORF composé de quatre blocs reliés par galerie et de deux blocs séparés.
Le marché de construction est attribué à l'entreprise Borie le 15 décembre 1931  et  la construction du gros oeuvre s'étale de novembre 1931 à octobre 1934, l'ouvrage sera achevé en 1938
Voyons les Blocs
Bloc 1: Entrée
Prévu pour faire entrer  le materiel munitions et hommes cebloc d'entrée  est du type Alpes Les camions déchargent  dans le hall d'entrée qui est  protégé par  3 créneaux pour fusil mitrailleur 24-29 et une cloche LG (non équipée)


Il poss_de un pont basculant et ici demarre un réseau féroviaire Devant l 'entrée a été placée en 1994  un blason comportant une impressionnante ancre de marine sculptée dans la pierre.
Ce blason a été édifié en 1932 par les Tirailleurs sur le col de Verroux et déplacé à son actuel emplacement  ce qui a sans nul doute permit d'assurer sa sauvegarde

 


Bolc 2 : Casemate d'artillerie Sud
 


Ce Bloc d'artillerie trés puissament armée flanque en direction de Menton


Son armement est le suivant
- 2 mortiers de 75mm modèle 31
- 2 mortiers de 81mm
- 2 lance-bombes de 135mm
- 1 créneau pour jumelage de mitrailleuse Reibel MAC 31
- 1 cloche LG (non équipée)
- 1 cloche GFM (Fusil mitrailleur 24-29 et mortier de 50)
- 1 cloche observatoire d'artillerie VDP (Vision Directe et Périscopique)- créneaux optiques vers Roquebrune et Mont Agel
Bloc 3 : Casemate d'artillerie Nord  flanquant vers Castillon situé sous les ruines du chateau de Sainte Agnés
- 2 mortiers de 75mm modèle 31
- 2 mortiers de 81mm
- 1 créneau pour jumelage de mitrailleuse Reibel MAC 31
- 1 cloche GFM (Fusil mitrailleur 24-29 et mortier de 50)
- 1 cloche observatoire d'artillerie VDP (Vision Directe et Périscopique)
Bloc 4: Observatoire  d'artillerie et bloc de défense des abords Est de l'ouvrage
- 1 cloche VDP par éléments
- 2 créneaux pour fusil mitrailleur 24-29
Bloc 5 : Casemate d'infanterie Sud
- Un créneau pour fusil mitrailleur 24-29
Bloc 6 : Casemate d'infanterie Nord
- Un créneau pour fusil mitrailleur 24-29
Les blocs 5 et 6 ne sont pas reliés à l'ouvrage. Ils ont été construits ultérieurement pour combler les lacunes de la défense de l'ouvrage et sont des constructions allégées à l'épreuve du 75 seulement.
L'ouvrage est alimenté en éléctrecité  par le réseau civil, mais il est équipé d'une usine électrique est chargée d'assurer l'alimentation de l'ouvrage en cas de coupure du réseau civil.

 


Cette usine électrique est équipée de trois groupes électrogènes à moteur diesel SMIM 4 cylindres type 4 SR 19 développant 100 CV à 600 t/mn dotés d'un alternateur fournissant 95 KVA en 220V triphasé, ainsi que d'un groupe auxiliaire CLM 1PJ65 doté d'une génératrice 110V continus pour l'éclairage de l'usine et d'un compresseur débrayable déstiné au remplissage des bouteilles d'air utilisées pour le lancement des moteurs SMIM. Le refroidissement des groupes électrogènes est assuré par une batterie permettant le réchauffage de l'air neuf du casernement et par un aérorefroidisseur utilisant l'air extérieur.Le troisiéme groupe électrogène a été démonté par le Génie dans les années 1950 mais  si la version officilelle dit que l' 'un des moteurs de l'usine a explosé lors de la réactivation de l'ouvrage en 1961 suite à impact de foudre qui est tombée sur l'ouvrage entrainant  la destruction du moteur en question une légende court disant que  le responsable du Service des Essences de Nice aurait eu l'idée de stocker de l'essence dans les cuves de l'ouvrage pour protéger le précieux carburant d'un éventuel plastiquage lors du débarquement que le commandement craignait suite au Putsch des Généraux.L'information ne serait pas passée au niveau des agents du Service Electromécanique qui ignorant cela ont lancé le moteur du fond de l'usine lors de leur visite d'entretien planifiée. Ce moteur aurait alors explosé du fait du carburant inapproprié. Tout le village l'a entendu et , semble t'il, cela sentait l'essence dans toute la vallée
L'ouvrage de Sainte Agnés est alimenté en eau par gravité depuis une source captée face au village du même nom. L'eau est décantée puis stockée dans trois citrenes de 30 000 litres chacune. Elle est traité par CarboChloration avant d'être consommée
L'ouvrage est doté de 144 places de couchage pour la troupe, réparties en 6 chambrées de 24 lits. Du fait du service en trois quart, et du principe de la 'Banette Chaude', les lits utilisés successivement par trois soldats permettent d'assuer le couchage de l'intégralité de l'équipage.
Seuls les officiers ont une chambre à part
L'ouvrage possède des cuisines et une infirmerie et divers ateliers


'ouvrage de Sainte Agnés est comme tous les ouvrages de la ligne Maginot équipé en matériel téléphonique type TM32.


Le central principal de l'ouvrage est un central à 80 directions composé de trois panneau muraux TM 32 (deux pour 32 abonnés et un troisiéme pour 16 abonnés) ainsi que de deux tables d'exploitation à 14 circuits
L'effectif de l'ouvrage est de 310 hommes et 8 officiers principalement originaires du 86° BAF pour l'infanterie, de la 8° Bie du 157° RAP pour l'artillerie et du 215° Bataillon du Génie pour pour les transmissions et les sapeurs
Les Combats
En juin 1940 - Le bloc 2 ouvre le feu à partir du 21 juin sur les routes côtières (75mm, 81mm et 135mm) et dés le 22 les mortiers de 75mm du bloc 3 entrent en action pour dégager les avant-postes de Scuvion et Pierre-Pointue dont les dessus sont pris d'assaut par les troupes italiennes.
Le 23 juin, le bloc 3 tire contre des troupes italiennes approchant Menton. Les tirs ne cesseront qu'avec l'armistice et auront forcé l'ennemi à refluer.1 201 obus de 75, 234 obus de 135 et 80 de mortiers de 81 mmseront tirés
En Avril 1961, l'ouvrage de Sainte Agnés est réactivé comme d'autres ouvrages du SFAM dans la crainte d'un débarquement suite au putsch des généraux en Algérie.

 

											

 



   


Copyright © 2003-2017 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:3624784
Nb de visiteurs aujourd'hui:979
Nb de connectés:27