1845 8°Bataillon de Chasseur à Pied Chasseur Montpellier









1845 8°Bataillon de Chasseur à Pied Chasseur Montpellier
English Translation
Merci à Michel Barbaize pour son autorisation

  
Historique Voir ICI

History Click HERE

Les Chasseurs d’Orléans ont portés ce nom de juillet 1842 à mars 1848.
C’est en 1837 que le duc d’Orléans obtient de son père, le roi Louis-Philippe, l’accord pour créer une compagnie dite de « Chasseurs d’essai ». En 1837, la carabine rayée à percussion apparaît. Elle transforme les conditions du combat en permettant un tir plus rapide et plus précis.En 1838, sous l’impulsion de Duc d’Orléans, les Chasseurs à pied sont créés pour utiliser l’arme nouvelle. Ils constituent une infanterie légère, souple et mobile, apte aux missions d’avant-garde. Leur règlement de 1845 insiste sur le combat de tirailleurs.Ils reçoivent un nouvel uniforme et d’équipements distinctifs du reste des unités de l’infanterie dont la carabine Delvigne-Pontcharra.

Tenue de chasseur du 8e bataillon. 1845.

Cette tenue est une copie 1930 de l’uniforme modèle 1840 des chasseurs, porté à SIDI BRAHIM. Les chasseurs à pied sont appelés chasseurs d’Orléans de 1844 à mai 1848, en mémoire du duc d’Orléans leur créateur. Plusieurs bataillons se distinguent en Algérie, notamment au combat de Sidi-Brahim, en 1845, ainsi qu’au siège de Rome en 1849.
La tenue du chasseur se caractérise et se différencie des autres formations par son coloris :
- shako bleu foncé;
- capote-tunique bleu foncé;
- pantalon gris de fer, passepoils jonquilles;
- manteau de drap gris de fer à capuchon.
Le 2 mars 1845 est mis en application la transformation définitive des buffleteries. Elles sont désormais composées d’un ceinturon, de bretelles, d’une giberne de ceinture. Au lendemain de la Révolution de 1848, ordre est donné de noircir toutes les buffleteries.

Shako de chasseur à pied modèle 1837
 

Shako de chasseur à pied modèle 1837 (création du corps le 16 septembre 1837);
Shako de cuir noir recouvert de drap bleu de roi foncé avec un galon en laine jonquille au pourtour supérieur de 2 cm de large et 3 passepoils jonquilles verticaux (1 derrière, 2 sur les côtés), un pompon sphérique en laine verte, une cocarde en cuir estampé, rouge à l'extérieur, sous une ganse à 3 brins de tresse carrée en laine jonquille. La visière horizontale est également en cuir noir verni tout comme le bourdalou avec le numéro du bataillon en métal. La mentonnière est en veau verni noir à boucle de fer noire. Les chasseurs à pied de la ligne n’auront jamais de plaque de shako, bien que le cor de chasse soit le symbole de cette unité. Les plaques frappées de ce sigle doivent être attribuées aux chasseurs de la garde nationale, à l’infanterie légère avant 1837 ou aux chasseurs à pied de la seconde garde impériale.le shako est réalisé tout en cuir noir à partir de 1860.

CAPOTE-TUNIQUE :

 

En drap de laine bleu foncé, passepoils jonquilles au collet, aux retroussis en pointe et à la jupe.  Boutons en métal argenté, ornés d’un rinceau représentant un cor et estampés « 8 » :
 Neuf verticaux boutonnant droit sur le croisé;
- deux au bas des manches sur les retroussis.
En complément à cet uniforme, est fourni un manteau à rotonde de toile vernie noire à capuchon.
Épaulettes :
Épaulettes vertes avec tournantes jonquille
Le ceinturon
En vache noircie, cirée, demi-nourrie, employée la fleur en dehors.Il se compose d’une bande de 1,10 m de long sur 60 mm de large, à laquelle est adapté à demeure un pendant à deux branches taillé d’un seul morceau. Au bas de ce pendant est une fente pour passer le fourreau de la baïonnette-sabre.A chaque extrémité de la bande est une chape mobile en cuivre, dont l’une porte un crochet et l’autre un D pour agrafer le ceinturon.Deux coulants en cuivre (hauteur 75 mm, largeur 7 mm) sont mobiles le long de la bande, un de chaque côté, et servent à soutenir le ceinturon au moyen des crochets adaptés aux bretelles du havresac.Ce ceinturon sert à fixer autour du corps la giberne à l’aide de son passant dans lequel on introduit la bande
.
Pantalon  est Gris de fer avec passepoils jonquilles. Les guêtres sont en toile blanche boutonnant à l’aide de 9 petits boutons blancs. et les souliers sont reglementaire en cuir noirci
Le Havresac

 


 

En peau de veau noir avec son poil en dehors, bordé en veau noirci sans poil. Ce havressac est semblable quant à la forme et aux dimensions à celui qui est décrit pour l’infanterie, sauf les modifications ci-après: - Les bretelles sont cousues à la face verticale postérieure du sac, celle qui touche le dos, de manière que la couture formant charnière se trouve sur l’arrête même du dessus, afin de bien faire coller le sac au dos. Les cases à cartouches décrites pour l’infanterie, sont destinées dans le sac de chasseur à recevoir chacune deux paquets, au lieu d’un seul, soit de cartouches ordinaires, soit de cartouches de carabines et elles ont 80 mm de largeur. Leur profondeur est de toute l’épaisseur du sac. - Toutes les courroies, soit de bretelles, soit de charge sont en vache noircie et cirée et toutes les boucles sont en fer verni noir
Armement
 

Fusil à canon rayé et à chambre rétrécie, de la manufacture royale de Châtellerault, (invention M. Delvigne) dit « grosse carabine de chasseurs à pied ». A leur apparition ces armes rayées à chambre rétrécie sont dites « à balle aplatie », par opposition aux armes rayées « à balle forcée » dont le meilleur exemple sont les carabines de Versailles. L’avantage de ce système est la facilité et la rapidité de chargement presque égales à celles du fusil lisse.Le fusil de rempart modèle 1842 s’inspire du fusil de rempart modèle 1840. Il sert aussi bien à la défense des places que dans les troupes mobiles, auxquelles il apporte un surcroît de puissance de feu par rapport à la carabine.
Sabre-baïonnette modèle 1842 pour fusil de rempart.
Poignée en laiton cannelé, à 13 cordons. Soie arasée au talon du pommeau et maintenue par un rivet traversant sur le 7e cordon. Ressort plat extérieur situé à droite, tenu par une vis. Croisière en acier à diamètre de bague de 23,9 mm environ. Cette bague comporte une encoche pour le passage de l'embase du point de mire. Lame Yatagan, largement évidée sur chaque face. Contre-tranchant sur 145 mm. la longueur totale est de 0.6945mm pour une lame longue de 0.570 m
Fourreau de cuir verni noir à deux garnitures dorées dont la chape à crochet et le bout à extrémité sphérique.

 

 

 

Voir Aussi Autre Photoscope  See Also Other Walk Around
1845 8°Bataillon de Chasseur à Pied Officier

   


Copyright © 2003-2020 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele


Nb de visiteurs:4932382
Nb de visiteurs aujourd'hui:270
Nb de connectés:21