France Aérostiers militaires français 1914 1918 1°Partie ( Version française)

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 22/11/2008 à 11:52:13



 

 

  Les Aérostiers Militaires Français 1914 1918
English Version
2° Partie ICI
Je remercie Dorothée Marcy pour son aid
e et le site Carnet de Vol que je remercie pour leur autorisation

Introduction
Dés 1914 et avant même que les deux ennemis s’enterrent au fond de tranchées, les deux camps comment à faire usage de ballons d'observation. Ceux-ci, en effet, permettaient d'étudier dans les moindres détails les positions de l'ennemi. Grâce à eux, les officiers pouvaient voir le terrain sur lequel ils allaient lancer les attaques, et les ballons permettaient de régler les tirs de l'artillerie.
Historique
Nous avons a faire à des aérostats qui sont des aéronefs  plus légers que l'air  dont la sustentation est assuré par la poussée d Archimède, contrairement à un aérodyne volant principalement grâce a des forces aérodynamiques dont la sustentation est assurée grâce à une voilure qui peut être fixe (avion ) ou tournante ('hélicoptère ).
L'utilisation de ballons captifs comme moyen d'observation remonte aux guerres révolutionnaires avec les français qui les ont utilisés notamment à Fleurus. Le 2 avril 1794, la première compagnie d’aérostier est créée par le Comité de Salut Public et placée sous le commandement de Coutelle Elle comprend alors 26 hommes ( ouvriers spécialisées comme des charpentiers maçons et mécaniciens dirigés par un capitaine 1 lieutenant un sous lieutenant un sergent major et 4 sous officiers ; Ces hommes portent la tenue de l artillerie auxquels ils sont rattachés Ils mettent en œuvre   23 ballons( gonflés à l’hydrogène produit par des machines développés à Meudon sous la direction de Nicolas Conté ( 1755 1805 )adjoint de Coutelle )qui ont tous un noms L’aigle l’entreprenant l hercule le Martial le Castor le Pollux etc

 

L' Entreprenant  Source Internet

 


  Mais le 28 janvier 1799 , les deux compagnies sont définitivement supprimées Napoléon pour sa part ne retient pas cette innovation, en raison de sa mobilité réduite, incompatible avec le rythme avec lequel il mène ses opérations couplé aux . difficultéw  de produire de l'hydrogène en campagne (construction d’un four en maçonnerie, le laisser sécher,et ensuite commencer la réaction de la vapeur d'eau sur la limaille ou de la tournure )

 

 

Bombardement de Venise 22 août 1849.
Source Internet


Les ballons ne sont plus réservés qu’aux exploit sportifs Mais les autres pays comme la Russie l’Italie l’Autriche et les USA se dotent d’une « force aérienne » Ces deux derniers les utilisent en combat avec un bombardement aérien de Venise en 22 août 1849.par les Autrichiens et la création de corps d’aérostation par les Fédérés durant la Guerre de Sécession
En France il faut attendre1870 et lesiège de Paris pour voir des ballons libres utilisés afin d’ assurer les communications entre Paris assiégé et la province. En 1877, le Colonel Renard (1847 1905)crée à Meudon un établissement qui doit amener à terme à la création d’un corps d’aérostiers.
En1884, apparaît le Ballon E qui  est un ballon sphérique de 750 m3. qui  permet l’observation pour deux aérostiers à 800 m d’altitude. Mais c’est un ballon statique prévue pour l’utilisation par les places fortes. Le 19 mai 1886 un décret créé et organise lesservices de l'aérostation militaire  avec 4 parcs de places fortes affectées à Verdun, Epinal, TouletBelfort qui sont
dotées de 6 ballons captifs, mis en œuvre par 2 Compagnies d'aérostiers à 3 sections. Elles forment en 1900 le 25° Bataillon de Génie de  Versailles .
Chaque régiment de génie possède alors vers 1890  sa compagnie d’aérostiers et les régiment d’artillerie veulent aussi leurs compagnie En 1909, la direction du génie du ministère de la Guerre est chargée des questions aéronautiques. Une inspection de l’aéronautique est créée en 1910 et, le 22 octobre 1910, l’aviation militaire naissante, dépend de l’Inspection permanente de l’aéronautique militaire sous les ordres du général Roques Peu après, les premiers officiers du génie, puis de l’artillerie, sont désignés pour suivre des cours de pilotage dans les écoles civiles  
En 1911 les compagnies d’ aérostiers sont au nombre de 15. C’est en 1912 que l’escadrille, unité de base de l’aviation voit le jour. Et le 29 mars 1912, voit la naissance officielle de l’aéronautique militaire. Qui dixit le texte est chargée de l’étude, de l’acquisition ou de la construction et de la mise en oeuvre des engins de navigation aérienne utilisables par l’Armée, tels que ballons, avions, cerfs-volants. Elle assure l’administration et la mobilisation des formations affectées au service de ces engins ainsi que l’instruction du personnel Le 14 juillet 1912, elle reçoit son premier drapeau  
Par arrêté ministériel du 28 novembre 1913, les troupes et services d'aviation et aérostation, sont autonomes.

 

 

 Gonflage ballon en campagne  Source Internet


Mais la stratégie de l’offensive à outrance voulu par le Grand Etat Major et l’arrivée des aéronef   voit en 1911, la disparition des Compagnies d'aérostiers de campagne car leur matériel est inadapté à une guerre de mouvement. En 1913, on décide de ne plus remplacer le matériel des parcs d'aérostation de place.Le ballon captif est donc destiné à disparaître. Seules les quatre places fortes de l'Est comptent encore des aérostiers parmi leurs troupes de défense (Verdun Toul Epinal et Belfort).
Le matériel (1884 1914 )
Ces équipements sont tous hippomobile et il comprend diverses voitures transportant le matériel Nous trouvons entre autres
 la voiture treuil de campagne

 

 

 voiture treuil de campagne  Source Internet


Pesant entre 2.650 et 2.850 tonnes est destinée au transport du ballon et à sa mise en œuvre  En plus de ses 3 mécaniciens ,elle est équipée d’un ventilateur d’une pompe à vapeur  pour alimenter en eau la voiture à hydrogène et pour le nettoyage Elle possède aussi un coffre à outils des pièces de rechange . le treuil contient 1000 m de câbles avec compteur . Elle est équipée d’un téléphone
La Voiture fourgon 

 

 

 Voiture fourgon  Source Internet


d’un poids de 3 tonnes est le tender de la voiture treuil . Car elle transporte l’eau et le charbon nécessaire pour une journée de mise en ouvre du treuil
Elle sert de voiture d’amarrage et transporte les sacs de lest vides ainsi que divers équipement comme la caisse d’agrès des roues de rechange des cordes

La voiture aux agrès

 

 


d’un poids de 3.12 tonnes elle transporte tout le parc aérostatique (2 ballons et Equipement) un ballon,gazomètre un ballon auxiliaire et le nécessaire de réparation La partie arrière est recouverte par une toile cirée
La voiture à tubes

 

 

 voiture à tubes  Source Internet voiture à tubes  Source Internet


d’un poids de 3.13 tonnes ce qui lui empêche d’emprunter des ponts en bois transporte l’hydrogène en six tubes de 25 m3 chacun
La partie arrière du véhicule transporte les tubes la clarinette le manomètre du matériel de route ( numéro pair ) et du matériel de campement (numéro impair)

La voiture à Hydrogène

 

 

 



d’un poids de 2.14tonnes sert a produire l’hydrogène . Elle possède tout le matériel nécessaire (bac acide vases pour le mélanger les générateurs et une pompe à eau
La Voiture De Poste télégraphique 
qui transporte le matériel devant servir a ériger l’antenne du poste télégraphique Dans la plate forme arrière nous trouvons 400 mètres de câble et un fil d acier de 400 mètre
s
la Voiture photographique

 

 Voiture photographique  Source Internet

 
C’est un laboratoire mobile
La Prolonge à couvercle

 

 Prolonge à couvercle  Source Internet


d’un poids de 1.28 Tonne qui sert à transporter la grenaille de zinc
La Prolonge a ridelles surélevées

 

Prolonge a ridelles surélevées  Source Internet


d’un poids de 1.36Tonne qui transporte les affaires des hommes  
 Ensuite nous trouverons les voiture de gonflement ,voiture gaz comprimé voiture atelier  
La 1°Guerre Mondiale
A la veille de la 1° Guerre Mondiale le ciel était sillonné par quoi ?  Les avions étaient en plein développement avec une gestation difficile . C’etait une période d’essais et de progression.
Par contre le Ballon lui n avait plus rien à prouver Depuis longtemps les aérostiers avaient les choses en mains mais il ne faut pas perdre de vue que  les ballons captifs étaient d’une manœuvre très délicate qui devait être conduite sans erreur, d’une main sûre si l’on ne voulait pas aboutir à de la casse

Les Ballons captifs militaires français

 

 

 Source Internet


Durant la guerre, il a été construit près de 4 200 ballons captifs : 1700 ballons d’observation et 2500 ballons de barrage.
Les Ballons sont en ce début de guerre tous sphérique et de différentes capacités selon leur utilisation. Nous trouvons dont
Le ballon d’observation  est le ballon sphérique type E de 750 m3.

 

 

  Ballon E Source Internet


gonflé à l’hydrogène ou au gaz d’éclairage avec un filet recouvrant l‘enveloppe    avec une nacelle
Ensuite nous trouvons le ballon cerf volant qui deviendra par la suite la fameuse Saucisse .
Ballon Type H

 

 

Ballon H  Source Internet


Au tout début nous avons le ballon de type H qui est un ballon d’observation avec une nacelle en osier pour accueillir des observateurs et les divers instruments nécessaires à l’observation.
Mais dès le mois d’octobre 1914, le capitaine Lenoir copie le ballon allemand Drachen qui peut tenir en l’air même lorsque la vitesse du vent atteint 14m/s.
C’est un ballon allongé formé d’un long cylindre fermé à chaque extrémité par des calottes demi sphériques. C’est un aérostat cylindrique remplaçant les ballons sphériques instables.
Un long ballonnet en forme de boudin partait de la partie inférieure et centrale du ballon et contournait une bonne partie de la calotte arrière. Se gonflant d’air automatiquement à l’aide de la buse qui s’ouvrait au vent à sa partie avant, ce ballonnet servait de gouvernail d’orientation que complétaient des ailerons latéraux et une queue de six ou huit petits parachutes disposés en queue de cerf-volant; d’où son nom de ballon cerf volant
Ce type de ballon a été mis au point en 1897, par le capitaine allemand Von Parseval, Sa tenue au vent est obtenue par une corde traînant l’arrière, portant des godets en toile.
Mais suite à diverses études et à l’études du matériel allemand un officier français, Albert Caquot, mit au point une meilleure formule, soit une saucisse dotée de trois surfaces de stabilisation lui permettant de tenir l'air par des vents atteignant 100 km/h.
C’est un ballon en toile gonflé à l’hydrogène ou au gaz d’éclairage caoutchoutée peint en jaune allongé avec 2 hémisphères portant soupape et appendice . le manchon à l arrière se gonflant au vent   .
Il est équipé de câble et porte dans a nacelle divers équipements comme la radio

Ballon de type L

 

 

Ballon L  Source Internet

 


C’est une création du Capitaine Caquot qui va avoir une influence sur les futures réalisations
Affecté au commandement de la compagnie d'aérostiers de Toul, il se rend compte des mauvaise performances du matériel aérostatique français et cherche a apporté des améliorations
Il propose fin 1914 un ballon conçu sur un principe différent de celui du type H. qui pour gagner en altitude et stabilisation doit être incliné sur la direction de l'écoulement du vent.

En avril 1915 les tests sont réalisés entre le H et le L  et le L démontre toute sa valeur Observation dans la nacelle moins fatigante.  totale stabilité sans vibrations pour une utilisation  optimale des instruments d'optique et photographique De plus avec une même longueur de câble déroulé, il atteint une hauteur plus importante.
Mais a construction du modèle H continue pendant 6 mois de plus avant l’arrivée du type L

Ballon M ou la saucisse

 

 

 Ballon  M Source Internet

 


Etudié en 1915, la fabrication du ballon est entreprise dès le début 1916. Sa forme générale provient du type L. La carène est conservée intégralement, ainsi que tous ses accessoires : ballonnet, ralingues, soupapes mais il possède désormais des empennages qui forment 3 lobes identiques, triangulés intérieurement pour leur assurer, lorsqu’ils sont gonflés par le vent, une rigidité complète Le ballon s’orientant et s’immobilisant dans le vent.
Il peut atteindre une altitude de 1.500 m  393 ballons sont construits en 1917.

Ballon N 
Ce sont des ballons pour la protection des villes ou des points stratégiques sont fabriqués en avril 1917 .
 Ballon de type P
Ce ballon est destiné à un usage maritime car après la  bataille navale du Jütland  en mai 1916 la Royal Navy decide de l'utilisation du ballon captif sur chacun de ses navires de guerre.
Partant du ballon M Caquot élabore un ballon plus adapté avec une nacelle adaptée(carénée, doublée de toile imperméable et munie d'un pare-brise et avec  parachutes  ). De plus une longue échelle de corde permet de changer les observateurs à la mer sans amener la nacelle sur le navire  Mais ce ballon doit rester à poste pendant des mois d’où une liaison permanente. Ce qui entraîne l’invention du treuil à tension constante : le câble se déroule dans un treuil puissant et revient à sa position normale après un tangage brutal.

Ballon de type R
Ballon plus grand de 1000m3. Il ressemble au ballon de type M. Peut s’élever jusqu’à 1000 m et emporter 2 à 3 observateurs répartis dans 2 nacelles.
Les Britanniques et les Américains s'en équipèrent eux aussi rapidement
Les places et les compagnies possèdent aussi des vehicules de pompiers pour parer à toute explosion suivie d’incendie  
Les Allemands avaient eu aussi des drachen qui étaient supérieurs et plus pratiques que les Drachen français et que nos ballons sphériques . De plus au début de la guerre ces engins étaient mis en œuvre du coté français par des treuils à vapeur et des voitures hippomobiles
A la fin de 1914, le ballon dit “drachen” commença à se substituer au ballon sphérique dans beaucoup de compagnies

Et pour finir les Cerfs volants

 

 

 
Cerfs volants Source Internet Cerfs volants Source Internet


Il sont utilisés quand souffle un vent violent, empêchant l'utilisation des ballons captifs. Comme ces derniers, ils permettent le reperage
Le cerf-volant, était en pleine période expérimentale . C’etait .un cellulaire copié sur l’appareil du capitaine Cody L officier chargé de l expérimentation était le capitaine Saconney
Le modèle choisi dérivait d’un modèle conçu par l’Australien Hargrave.
L’appareil comprenait deux corps de cellules auxquelles avaient été adjointes par Cody des ailes dièdres au corps supérieur avant et des ailerons, dièdres également et de mêmes dimensions, sur tous les autres côtés des cellules.
Pour la rigidité, tout cela était tendus au moyen de longs bambous, renforcés à leurs extrémités.
La suspension métallique comprenait une sorte de trolley en acier comportant deux galets et, entre eux, un frein obtenu par serrage de solides mâchoires de bronze garnies de patins en fibre. Elle pouvait se bloquer automatiquement par le propre poids de la nacelle lestée, ce qui permettait des ascensions dites “au point fixe”. D
Dans les ascensions effectuées avec appareils remorqueurs, ces derniers commandaient par leur traction le déblocage de la suspension qui, dès lors, à l’aide de ses galets, glissait sur le câble en emportant la nacelle. Les Anglais et les Américains ont aussi utilisé ces cerfs-volants sur le front français de même que les Allemands notamment en Mai 1915 lors de l’offensive alliée en Artois, en mai 1915 ( 39e compagnie d’aérostiers )

Les dirigeables

 

 

 Dirigable la France Source Internet

 


 Les dirigeables français ont la forme d'un gros poisson, c'est à dire d'une forme effilée vers l'arrière, ils sont de couleur jaune. Alors que les dirigeables allemands ont la forme d'un cylindre allongé de couleur grise, terminé par deux pointes arrondies. Ils ont deux nacelles qui font presque corps avec le ballon et forment simplement deux saillies en dessous Ils feront l objet d’un article distinct

 

   


Copyright © 2003-2017 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:3558933
Nb de visiteurs aujourd'hui:1018
Nb de connectés:27