France Mirage III R (english Translation)

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 12/07/2008 à 17:28:01



 

 

Le mirage III R et RD
English Version

C’est la version Reconnaissance tactiques  du Mirage III E grâce à 5 caméras OMERA placées dans le nez Mais avant de vous raconter son histoire il me faut un peu vous raconter brièvement l'histoire du renseignement aérien
Historique du renseignement aérien.

C’est enfoncer une porte ouverte que de dire que le renseignement est capital pour avoir une bonne connaissance de la situation , et pour bien mener des opérations militaires
De tout temps les hommes se sont efforcés d'obtenir des renseignements sur leurs adversaires via des agents secrets , des comptes-rendus de « voyageurs ou commerçants » via l'observation directe . Les assyriens les mongols ont agi ainsi
Dès le début de l’histoire les points hauts ont été privilégiés car en général ils facilitent l'observation  
Le cavalier aussi joue son rôle d’observateur en éclairant le terrain . Mais jusqu’au  XVIIIe en Europe l’homme ne pouvait voir loin . Il faut attendre l’invention des frères Montgolfier et son application militaire qui en suivi avec l'aérostat  , pour voir l’homme prendre de la hauteur
Le corps des aérostiers a été développé par Conté et Coutelle au tout début de la Révolution sur les conseil de la Convention qui a incité les savants à réaliser ce type d'appareil.
Ces premiers ballons pouvaient atteindre une altitude de 400 à 600 m et offraient  une nouvelle vision du champ de bataille Tout le monde a en mémoire l’utilisation des ballons à la bataille de Fleurus mais il faut attendre les sièges de Maubeuge et de Charleroi au mois de juin 1794 pour voir une utilisation stratégique de l’ aérostat. Le ballon est mis en oeuvre par les assiégés français qui découvrent que les Autrichiens assiégeant la ville essaient de les berner  En effet ceux-ci avaient installé tout autour de la ville un grand nombre de tentes mais vides pour faire croire aux Français qu’ils disposer d'effectifs importants
Un aérostat quitte alors Maubeuge pour rejoindre Charleroi ,qui est assiégé par les Français

 

Bataille de Fleurus (26 juin 1794)


La présence de l'aérostat dérange les autrichiens qui se rendent
Ainsi par sa capacité à acquérir des renseignements en profondeur l’aérostat a donc donné un avantage majeur aux Français
mais il lui manque la «mémoire » et celle-ci ne peut apparaître qu’avec l’invention de la photographie qui est elle aussi  une invention française due à Félix Tournachon dit Nadar. Ce Lyonnais invente la photographie à lumière artificielle  et comme c’est un ami  de Clément Ader il va dans les cieux en emportant un appareil de photo et il réalise ainsi la première vue aérienne du Petit Clamart en 1858
Nous laisserons de côté le ciel de Paris avec les ballons en 1870  pour arriver à la Première Guerre Mondiale
La photographie aérienne a pris une importante énorme  
Les observations à vue et les  photographiques ont notamment permis de détecter à temps le changement d'orientation des armées allemandes et de lancer une contre-offensive victorieuse sur la Marne en 1914
Les appareils se sont perfectionnés avec des focales variées ce qui permet de réaliser des cartes précises du terrain bouleversé même par l’artillerie
Le  Professeur  Carlier en1918 mets i au point la stéréoscopie et les techniques d'interprétation Aussi à la fin de la guerre des états-majors disposent alors d'un outil très efficace pour distinguer amis et ennemis et préparer les assauts en tenant compte des points les plus favorables pour attaquer
Durant la seconde guerre mondiale la photographie conserve une importance et les progrès effectués sont d'ordre technique . Les avions sont plus rapides  mais les évolutions elles aussi suivent avec des focales de plus en plus puissantes
Nos appareils actuels ne sont que les héritiers de ces avions
La camera n’explore pas le temps mais le sol et le ciel  . rien n’échappe à cet oeil qui peut agir dans toutes les circonstances et positions  même la nuit.

 

Mais cela n'a pas été de tout repos car la nuit ou les nuages empêchent une bonne définition de l'image mais une avancée décisive arrive à point nommé c'est la technique de l'infrarouge L'infrarouge a été découvert par l'astronome britannique Sir William Herschel en 1800 en promenant un thermomètre devant les différentes couleurs de la lumière décomposée par le prisme
Il s'est rendu compte qu'une élévation de température se produisait au-delà du rouge .Le rayonnement infrarouge été mis en évidence je ne vais pas rentrer dans les détails de la technique . Il convient de savoir car que depuis certaines lois encadrent cette découverte
Tout d’abords la loi de Plank qui a trouvé  que tout corps à plus de 273° Kelvin émet dans l'infrarouge  ,ensuite la loi de Wien qui précise ce rayonnement et la loi de Stéphan-Bolzmann qui dit que l'énergie rayonnée par un corps dans l'infrarouge est le produit d'une constante physique ,par le coefficient d'émissions propres à la surface du corps observé et par la puissance  quatrième de sa température absolue (ouf suis pas Einstein )
 Mais le rayonnement infrarouge rencontre aussi des difficultés pour passer à travers l’atmosphère
Pendant la Deuxième Guerre mondiale les avancées vont bon train .Les allemands ont mis au point un système de détection infrarouge qui permet de contrer les radars britanniques en mode passif
Après la guerre des autodirecteurs infrarouge commencent à être mises au point pour les missiles mais tous ces matériels de reconnaissance étaient des matériels très lourds
Pour la France il faut attendre 1962 et les premières études débouchent en 1964
Les premiers résultats ont été obtenus à Brétigny pour aboutir à une expérimentation technique au opérationnel entre 1969 et 1970 pour que les équipements opérationnels soient mis en place à la 33e escadre de reconnaissance à Strasbourg

Comment fonctionne ce dispositif ?
L'image au sol est réfléchie vers le capteur par un miroir incliné à 45° qui en tournant permet d'analyser une bande de terrain. Grâce au déplacement de l’avion plusieurs bandes sont ainsi obtenues est assemblées pour fournir une image
La quantité d'énergie détectée est transformée en électricité amplifiée et enregistre les images Reste plus ensuite qu’à décoder ce système qui au début est placée à l’avant du bidon d’essence axillaire
L’infrarouge a permis donc de voir l'invisible mais il ne permet pas une observation partout tant en raison de la barrière atmosphérique.

Il faut attendre le radar de reconnaissances ou doppler qui équipent les Mirage III.

 Le radar doit apporter une bonne solution à ce problème grâce au développement de l'effet doppler qui  équipe un radar particulier . Celui ci émet vers le sol perpendiculairement à sa route un faisceau très étroit du fait de longueur des antennes et reçoit en retour les échos d'une mince bande  de terrain . Les bandes successives permettent d'obtenir une image radar de grande surface.
Les Américains et les Britanniques étant très en avance dans ce domaine les Français achètent sur «  étagère » au fabricant britannique EMI quatre radars
L’expérimentation a eu lieu en 1975, mais les images ne sont pas précises car si le radar permet de détecter une présence il ne peut en préciser la nature
C’est là une des  difficulté d'interprétation des images radar mais de nouveaux capteurs arrivent et d'importants progrès sont réalisés
Tous les critères sont désormais remplis
Mais les méthodes et les comportements  changent car auparavant le pilote ramenait seul les informations qu’il délivrait après le vol  alors que désormais le pilote ne voit plus les images car  un bus transfère celles-ci ver un service qui va interpréter les données presque immédiatement
Dans les années 1970  les radars ont atteint leur période de maturation maturité tout en prenant compte tous les paramètres
aptes à produire des images de jour et de nuit partout en tout  temps.

Couverture d'une grande surface
résolution optimale pour faciliter l'adaptation d'interprétation.
apacité à percer le camouflage.
Faculté de prendre des clichés loin des objectifs pour éviter les défenses mises en oeuvre par l’adversaire.
Genèse du Mirage III R
Dès le départ la version reconnaissance avait été prévue car il fallait remplacer les RF 84F "Thunderflash"de la 33ème escadre de reconnaissance.
 Mise au point en 1958, la version de reconnaissance du Mirage III ne verra le jour qu'en 1961.
Deux cellules de Mirage III C fut modifié en R en notant le nez des facettes caractéristiques renfermant diverses caméras. Son premier vol a lieu le 31 octobre 1961. avec les Mirage III R 01 et 02, La validation de l'aérodynamique du nouvel appendice nasal est acquise suite à ces vols. Car il conservait l'aérodynamique, la motorisation et tous les systèmes de base, y compris les moyens de navigation de son prédécesseur. Il en avait donc les mêmes performances et la même capacité offensive. La différence essentielle portait sur le remplacement du radar frontal THOMSON CSF Cyrano 2 par une pointe avant structurale équipée de caméras de différents types et de différentes focales
Les exemplaires de série sont identifiables à leur tuyère car les Mirage III R disposent du réacteur ATAR 9C, plus puissant (post combustion annulaire et non plus constitué de deux "paupières" comme sur l'ATAR 9B des Mirage III C.)
Le Mirage III R grace à cette motorisation devient ainsi le premier Mirage de la seconde génération.
Commandé le 6 avril 1960, le Mirage III R est spécialisé dans la reconnaissance tactique en missions basses et moyennes altitudes de jour et de nuit. Son premier vol a lieu à Istres, le 31 octobre 1961, aux mains de Jean Coureau.
L’équipement du Mirage III R et RD

 

Mirage III r 3/33 Belfort (DR)
Mirage III RD 3/33 Moselle( DR)


Le Mirage n’est normalement pas armé mais des canons qui ne sont pas montés en temps normal, peuvent être installés si nécessaires. Ces seules armes sont ses yeux  
Caméras

Le nez à facettes est percé de 10 ouvertures vitrées destinées à l'installation de diverses combinaisons d'appareils photographiques de type OMERA. Le poste avant étant systématiquement réservé à une OMERA 40, les autres stations pouvaient recevoir des caméras dont les focales variaient de 100 à 600 mm. Les clichés sortaient sous la forme de négatifs de 12cm/12 cm.
Le "Cyclope" :
La reconnaissance photographique doit faire face aux conditions météorologiques et à la luminosité . Pour s’affranchir des ces contraintes, le Mirage III R est doté d'un système d'imagerie infrarouge nommé "Cyclope". Mis au point par la SAT, ce système de 15.5 kg est installé dans la partie avant d'un réservoir pendulaire de 1300 l installé en position ventrale.

 

 


De jour comme de nuit, le "Cyclope" permet de détecter des véhicules camouflés sous un couvert végétal en captant le rayonnement infrarouge émis par leurs moteurs encore chauds. L'acuité du "Cyclope" est cependant limité par une trop forte humidité, il est aveugle en cas de pluie.
Le SLAR :
C'est l'arme absolue de la reconnaissance. Le "Side Looking Airborne Radar" n'est limité ni par la pluie, ni par la lumière ni par les conditions atmosphériques. Lointain descendant du radar H2S de la seconde guerre mondiale, le SLAR du Mirage III R est l'ancêtre du "Super Cyclope" qu'utilisaient les Mirage F1 CR qui ont pris le relais des Mirage III R et RD dans l’ AAF.
 Le Système de navigation
Les Mirage III R disposent d'un calculateur de navigation qui ne peut être recalé en vol. La précision des "séances de pose" en souffre,
Aussi Dassault mets au point une nouvelle version de 20 appareils qui deviendront les Mirage III RD . Ils seront dotés d'un système de navigation couplé à un radar à effet doppler qui assure enfin une précision suffisante. Ces avions plus lourds de 500Kg (le poids du radar) sont reconnaissables au petit radome situé entre le train avant et le nez.  
La carrière opérationnelle du Mirage III R et RD

 

 

MOSELLE  BELFORT SAVOIE


Il existe en France une seule grande unité de reconnaissance : la 33ème Escadre de reconnaissance basée à Strasbourg Entzheim. C'est dans cette unité que la plupart des Mirage III R et RD seront affectés, pour remplacer les Republic RF 84F.Commandés dans un premier temps à 50 exemplaires en version Mirage III R il y eu ensuite une 2° commande de 20 Mirage III RD en 1967 Le premier avion de série arrive le 7 juin 1963, et est aussitôt affecté à l'escadron 3/33 "Moselle", célèbre pour son insigne : "la Cocotte Rouge". Le 2/33 "Savoie" est rééquipé courant 1964, et il faudra attendre 1967 pour que le 1/33 "Belfort" abandonne ses derniers RF 84 "Thunderflash".
Les premiers Mirage III RD arriveront à partir d'avril 1968, et équiperont le 3/33 qui cède ses III R aux autres escadrons.
Les pilotes de Mirage III R ont effectués tous les styles de missions même au delà du rideau de fer, au dessus de la Tchécoslovaquie. Ce genre d'initiative française n'est pas isolée au sein du bloc de l’OTAN car nous savons maintenant que les américains et les anglais on monté des missions de reconnaissance similaires, allant même jusqu'à envoyer des RB 45 survoler Moscou
Le Mirage III R et RD à l’export
Les premiers exemplaires sont destinés à l’AAF mais, les commandes à l'export ne tardent pas. Les victoires obtenues au Moyen Orient en 1967 dopent les ventes
Mais en plus cet avion possède un atout primordial . Son coût. Le prix de vente était en effet modéré grâce à l'utilisation d'une cellule commune pour les différentes versions auxquelles il donna naissance. Le Mirage III resta ainsi abordable, même pour des forces aériennes aux moyens modestes. Et pour finir le Mirage III ne nécessitait que 15 heure/homme d'entretien par heure de vol, ce qui rendait la maintenance plus aisée
Pays utilisateurs
France. République Sud Africaine Pakistan Suisse Belgique Abou Dhabi Egypte et Libye et Israël

 

 

FRANCE ( AAF)

 

 

ABU DHABI BELGIQUE EGYPTE ISRAEL
LYBIE PAKISTAN RSA SUISSE


Le successeur.
 
A la fin des années 1960 apparaît le Mirage , une version simplifiée destinée initialement à l'attaque au sol par temps clair, mais c’est surtout le Mirage F1R qui prendra la suite en attendant les 2000 et le Rafale, .Mais ceci est une autre histoire qui fera l’objet d’articles ultérieurs
Caractéritiques :Mirage III R
Constructeur AMD
Mise en service Armée de l'Air : 03.1963
Equipage : 1 pilote
Envergure : 8,22 m
Longueur : 15,50 m

Hauteur : 4,45 m
Poids maximal au décollage : 12,6 t
Carburant interne : 2,72 t
Carburant maximal : 6,6 t
Plafond opérationnel : 16400 m
Réacteur : 1 x Atar 9C SNECMA
Poussée : 4,3 t à sec, 6 t avec PC
Armement
2 canons DEFA 552 de 30mm
Equipement photo
5 caméras OMERA 31,40 ou 60 (focales de 200 à 600mm)
Détecteur infra rouge Cyclope
Radar a balayage latéra
l SLR 1
Avion retiré du service
Anecdote
Jacqueline Auriol bat en 1961u le record mondial féminin de vitesse en circuit fermé sur cent kilomètres à bord d'un Mirage III C.Toutefois le14 juin 1963, elle améliore ce record à bord du Mirage III R n°307, en parcourt les cent kilomètres en 174 secondes, à la vitesse moyenne de 2030 km/h.

photoscope  voir ICI

 
The Mirage III R and R & D

It is the tactical recognition version of Mirage III E through  5 OMERA cameras placed in the nose But before you tell her story I must tell you a little look at the history of airborne intelligence
History airborne intelligence.
It is pushing an open door to say that intelligence is essential to have a good knowledge of the situation, and to fully carry out military operations
Throughout  the History men have sought information on their adversaries through secret agents, accounts of travellers or merchants "through direct observation. The Assyrians  and the Mongolian were the champions
Since the beginning of history the high points were usually preferred because they facilitate the observation

The cavalryman also plays its observer role as recce  role on the ground. But in Europe until the 18Th  man could not see far. It was not until the invention of the Montgolfier brothers and his military application that followed the balloon to see  man take altitude
The military corps of the aerostiers(balloonists) was developed by Conée and Coutelle and at the very beginning of the Revolution by orders of the  the Convention, which has incited  scientists to make rechearch upon  this type of aircraft.
These first balloon  could reach an altitude of 400 to 600 m and offered a new vision of the battlefield Everyone has a memory the use balloons at the Battle of Fleurus but we must wait for the seats of Maubeuge and Charleroi during the month from June 1794 to see a strategic use of the balloon. The balloon was implemented by the besieged french who discover that the Austrians besieging the city try to fool  then by use around the city pf  a large number of empty tents To what purpose? Persuade  Frenchs they have  an important army in front of then
A balloon  left Maubeuge to join Charleroi, which is besieged by the French
The presence of balloon  bothers Austrians to surrender

 

Battle of Fleurus (26 june1794)


So for its ability to acquire information in the  depth balloon has therefore given a major boon to the French
But it lacks the "memory" and it can appear as the invention of photography who is also a French invention Felix Tournachon  also nammed Nadar He invented photography and artificial light and as is a friend of Clement Ader hego on airs carrying a camera and he made the first aerial view of the Petit Clamart (Paris)in 1858
We will leave aside the sky of Paris with balloons in 1870 to reach theWW 1
Aerial photography has taken an enormous importance
The visual observations and photography made it possible to detect in time the shift of the German armies and launch an offensive against victorious on the Marne in 1914
Instrument were developed with various focal which helps make accurate maps of the terrain even overturn by artillery  fire
Professor Carlier bring in focus in1918   stereoscopy and technics interpretations  Also at the end of the war  HQs have a very effective tool to distinguish friends and enemies and prepare attacks taking into account the  favorables points for the attack
During WWar 2 photographies retains an importance with  progress  in the technical materials. The planes are faster but they also follow developments with focal increasingly powerful
Our moderns aircrafts are only the heirs of those aircrafts
The camera will not explore the time but the  the soil and sky. Nothing escapes to his eyes  who work in all circumstances even at night.
But this has not been easy because night or clouds prevented a good definition of the image but a breakthrough arrived with the infrared technic
Infrared was discovered by the British astronomer Sir William Herschel in 1800 walking  a thermometer upon different colours of the light distorted by prisms
He realized that a temperature rise occurs beyond the red. The infrared radiation was highlighted I will not go into details of this technics. He should know because that since some principles surrounding this discovery
First the Plank  principle who found that any body to over 273 ° Kelvin emits in the infrared, then the Wien principle, which states that radiation and the Stéphan-Bolzmann principle who said that energy radiated by a body in the infrared is the product of a constant physical by the coefficient of emissions to the body surface and observed by the fourth power of its absolute temperature ( Ouffa I am not Einstein)
 But infrared radiation have difficulties  to pass through the atmosphere
During the WW2 advances are well underway. The Germans have developed an infrared detection system which allows to counter British radars in passive mode
After the war infrared systems were developed for the missiles but all this materials for recognition were very heavy materials
For France it will be expect until 1962 for the the first studies an 1964  for the first results obtained  in Brétigny to achieve a technical testing on military material between 1969 and 1970
This operating equipments are in place at the 33rd  Reconnaissance squadron in Strasbourg
How does this device?
The image on the ground is reflected back to the sensor by a mirror tilted at 45 degrees in turn allows us to analyse a strip of land. With the relocation of the aircraft several bands are thus obtained is assembled to provide an image
The amount of detected energy is converted into electricity amplified and recorded images remains more than then decode this system at the beginning is placed at the front of the auxiliary gas can
The infrared allowed to see the invisible but it does not allow for observation both because of the atmospheric barrier.
It must be wait for the the reconnaissance radar or doppler which equip the Mirage III.  
  The radar must make a good solution to this problem through the development of the Doppler effect This one broadcast perpendicular to the ground his way to a very narrow beam due to long antennas and receive back echoes of a narrow strip of land. The successive bands can get a radar image of large area.
The Americans and British are very advanced in this area also French buy at the British manufacturer EMI four radars
The experiment took place in 1975, but the images are not precise because if the radar can detect a presence it can not specify the nature
This is a problem of interpretation of radar images but new sensors arrive and significant progress is being made
All criteria are met
But the methods and behaviour change  because before the pilot brought this informations with the plane ; Now pilot could not see the more images because then are  transferred by electronics systems immediately at the HQ
In the 1970 radars have reached their maturity period of maturation while taking account all the parameters
Able to product images day and night  .
Covering a large area
Optimum resolution to facilitate the adaptation of interpretation.
Ability to break camouflage.
Faculty to take pics far from the anti aircraft defence.
Genesis of the Mirage III R
From the start the Recognition version  had been scheduled because it was necessary to replace RF 84F "Thunderflash" at the 33rd reconnaissance squadron.
  Developed in 1958, this Mirage III version would be set up until 1961.
Two cells Mirage III C was amended in R  with the nose containing various facets characteristics cameras. Its first flight took place on October 3rd  1961. with the Mirage III R 01 and 02, The validation of the aerodynamics of the new nasal appendix is acquired as a result of these flights.(same engine and all the basic systems, including means of navigation of his predecessor. It was therefore the same performance and even offensive capability.
The essential difference focused on the replacement of the frontal radar Thomson CSF Cyrano 2 by a nose structural equipped with cameras of different types and different focal
These aircrafts  are identifiable by their nozzle as the Mirage III R have the reactor ATAR 9C, more powerful (post combustion ring  different from the  ATAR 9B of the Mirage III C.)
The Mirage III R thanks to the engine becomes the first Mirage of the second generation.
Ordered on April 6th  1960, Mirage III R specializes in tactical reconnaissance missions in low and medium altitudes day and night. Its first flight took place at Istres, October 31th 1961, with Jean Coureau as pilot.
The equipment of the Mirage III R and R & D

 

 

 
 


This Mirage is normally not armed but guns are not mounted in normal times, can be installed if necessary. These weapons are only his eyes
Cameras
The nose-faceted is pierced with 10 openings for windows to install various combinations of cameras type OMERA. The forward post  was systematically reserved for a OMERA 40, the other stations could receive cameras with zoom ranged from 100 to 600 mm. The shots came out in the form of 12cm/12 cm negative films.
The "Cyclope":
The photographic recognition must face with weather and the brightness. To overcome these constraints, the Mirage III R is equipped with an infrared imaging system called "Cyclope". Developed by the SAT, this system of 15.5 kg is installed in the front of a 1300 liters pendular tank installed in ventral position.

 

 


In Day and night situation,, "Cyclope" can detect vehicles camouflaged in a vegetative cover by capturing the infrared radiation emitted from their engines still hot. But the acuity of "Cyclope" is limited by excessive moisture, it is blind in case of rain.
The SLAR:
It is the absolute weapon of the RECCE. The "Side Looking Airborne Radar" has no limited Faraway descendant of H2S radar of the W W 2 , the Mirage III R SLAR is the ancestor of "Super Cyclope of the Mirage F1 CR who have taken over from the Mirage III R and R & D in the AAF.
The Navigation System
The Mirage III R have a computer navigation who can not be modificated during the flight. So the accuracy of  the missions coud be not good sometime
Also Dassault put out a new version of 20 aircraft which will become the Mirage III DR. They will be equipped with a navigation system coupled with a doppler radar effect which finally provides sufficient accuracy. These aircraft heavy 500kg (the weight of radar) are recognizable in small radome located between the nose
The operational career  of the Mirage III R and R & D

 

 

 Moselle  Savoie  Belfort


In France there is a big  RECCE unit recognition: the 33rd  Wing based in Strasbourg Entzheim.
This unity received most of the Mirage III R and R & D will be affected, to replace the Republic RF 84F.
A first batch of 50 Mirage III R where followed by  20 Mirage III RD in 1967
The first aircraft arrives on June 7th  1963, and was immediately assigned to the squadron 3 / 33 "Moselle", famous for its insignia: "Cocotte Rouge." The 2 / 33 "Savoie" follow current 1964, and  in 1967 the 1 / 33 "Belfort" abandons its latest RF 84 "Thunderflash."
The first Mirage III RD come in April 1968, and will equip the 3 / 33, which sells its R III the other squadrons.
Pilots Mirage III R have made all sorts of missions beyond the Iron Curtain, over Czechoslovakia. This French initiative is not isolated in the NATO alliance because we now know that the American and English mounted on reconnaissance missions like, even send RB 45 overfly Moscow
The Mirage III R and R & D for export
The first aircrafts are intended for AAF, but orders for export soon. arrive The victories achieved in the Middle East by Israelian aircrafts in 1967 boost the sales
But in addition to this aircraft has a vital asset. Its cost.
The sale price was indeed moderate through the use of a common cell for the different versions to which it gave birth. The Mirage III and remained affordable, even for air forces of modest means.
And finally the Mirage III would require that 15 hours / man maintenance per flight hour, making maintenance easier
Country users
France. South African Republic, Switzerland, Belgium Pakistan Abu Dhabi Egypt and Libya and Israel

 

 

France ( AAF)

 

Abou Dhabi Belgium  Egypt Israel
Lybia Pakistan SAR Switzerland


The successor.
 In the late of  60th  appears Mirage, a simplified version originally designed to ground attack  but by clear weather,
Bu it is mainly the Mirage F1R which will follow until the Mirage  2000 and the Rafale.
It  is a another story for later articles
Caractéritiques: Mirage III R
Manufacturer AMD (Dassault)
First deployment March.1963
Crew: 1 pilot
Wingspan: 8.22 m
Length: 15.50 m

Height: 4.45 m
Maximum Take Off Weight: 12.6 t
Fuel internal: 2.72 t
Fuel Limits: 6.6 t
Ceiling: 16400 m
Reactor: 1 x Atar 9C SNECMA
Thrust: 4.3 t dry, with PC 6t
Armament:
2 DEFA 552 cannons of 30mm
  Equipment photo:
5 cameras OMERA 31.40 or 60 (focal 200 to 600mm)
Detector infra red Cyclops
Radar side-scan SLR 1
Plane removed from service
Anecdote
Jacqueline Auriol in 1961beat the women's world record speed  in closed-circuit of the  hundred kilometers aboard a Mirage III C.
 However on June 14th  1963, it improves the record aboard the Mirage III R No. 307, runs hundred kilometers in 174 seconds, at an average speed of 2030 km / h

Walk around see Here  

.
 

   


Copyright © 2003-2017 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:3561374
Nb de visiteurs aujourd'hui:183
Nb de connectés:13