URSS T34 / 76

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 28/10/2007 à 10:05:22



Le T 34 /76
 « Lemeilleur char du Monde » Von Kleist

Les origines
Les origines du T34 un des meilleurs chars de la 2° Gm doivent être recherchées dans les années 20 quand l’URSS entretenait des relations avec la république de Weimar. En effet à cette époque les deux pays avaient besoin l’un de l’autre. L’URSS avait besoin de développer une arme blindée alors que la république de Weimar devait tester ses prototypes hors du contrôle de la commission Inter Alliée. En effet le Traité de Versailles interdisait la mise au point de certaines armes. Aussi les Allemands vont tester leurs canons en Suède et leurs Blindés en URSS
En plus de cette coopération germano soviétique ,Ils allèrent faire des emplettes de part le Monde en achetant des chars afin de le tester et ensuite de les produire en série. Aussi le premier char acheté et testé sur le char rapide de 10 T de l’américain J. Walter Christie.
Ce char était en tout point similaire au T3 Us avec des suspensions Christie, Cette suspension permettait notamment de rouler avec ou sans chenilles à des vitesses élévées L’arrivée au pouvoir de Hitler en 1933 entraîna la fin de la collaboration . L’URSS avait toutefois acquit un savoir faire dans le domaine des chars d’assault. Ce savoir faire fut aussi affiné par l’achat de quelques chars britanniques. L’école de pensée soviétique prônait un char rapide mais aussi puissamment armé et protégé
Dans les années trente les Soviétiques mirent ne service un char Léger T26 et des chars mi moyens de la série BT. Le T26 devant appuyer les assauts de l’Infanterie alors que les BT devaient affronter les chars ennemis

Mais déjà les ingénieurs se penchent sur les successeurs des T26 et BT.

 

Trois projets sont lancés à la fin 1937.
Le remplacement du T 28 est confié au OKMO de Leningrad (Izdeliye 115).

 

 

Ce char devait être un char de 32 t avec une tourelle de 76 mm et blindés à 50 mm. Mais rapidement le projet fut abandonné
Le projet 46/5.Il devait être armé d'une tourelle avec un canon de 45 mm et blindés à 60 mm.

 

 

 
 T46-5


Le projet du A20 qui était un char destiné à remplacer le T 26 et qui fut étudiée par le Izdeliye 135 armé d’un canon de 45 mm. Ce char pouvait se déplacer soit sur chenilles soit sur roues

 

 

 A20  A32

Durant une période les stratèges pensaient que la possibilité de pouvoir rouler indifféremment sur chenille ou roue pouvait être un plus. La réalité démontra tout de suite les carences de ce système. La protection d’un char était fournie par un blindage de 20 mm.
Ce char servira de base pour les études qui mèneront au le T. 34.
Mais si la guerre Civile Espagnole fut un ban d’essai pour divers matériels les Soviétiques ne tirèrent pas les bonnes leçons de cette Guerre et de plus les purges staliniennes qui vont s’ensuivre vont décapiter l’Elite militaire soviétique. Certains officiers qui avaient connu l expérience du terrain seront éliminés ou emprisonnés.
Les chefs de projets ne vont pas échapper à la règle et pour ne citer que le cas du T 34 ouvrent de projet Firsov fut remplace par Michäel Ilich Koshkin diplômé de l’Institut technologique de Leningrad 
La Guerre civile avait démontré la vulnérabilité du BT 7 aux coups du PAK 36. De plus lors des heurs avec les troupes Japonaises au Lac Khalsan et à Khalin Gol les BT avaient été incendiés suite à des coups directs dans le compartiments Moteur
Le projet initial A20 est alors entièrement revu et repensé 
Car Koshkin met au point un autre prototype le A32 rapidement baptisé T32 qui avait un armement en tourelle de 76 mm et une protection blindée de 30mm . Par contre cet engin ne pouvait se déplacer que sur chenille.
Les deux chars possédaient la même motorisation un diesel V2. Les leçons des conflits auxquels ont participé des chars soviétiques sont prises en compte
En effet les études sur la motorisation qui avait commencé à 1932 se poursuivent. Le moteur est un moteur issu du marché civil et il est mis au point par l'équipe de l'ingénieur Trashutin en 1937. Mais les purges staliniennes donnent là aussi un coup de frein au projet qui est gelé jusqu'à 1938. À cette date seulement 50 moteurs avaient été construits.
Le 4 mai 1938 les deux prototypes sont présentés à Staline qui décide en août 1938 de faire construire ce nouvel un engin en série. Mais des critiques s'élèvent contre le A 32 notamment sur le principe du train de roulement entièrement chenillé
Aussi les deux modèles furent envoyés pour essais à Kubinka en 1939. Des tests intensifs montrent la supériorité du A32 sur le A20 avec des essais sur plus de 3000 Kms ;A fin de cette période de test le T 32 fut déclaré vainqueur et choisit comme nouveau char de l’Armée Rouge . Mais dès août 1939 Staline arbitre en faveur du A 32. Le 19 décembre 1939 le modèle définitif est présenté au chef du Kremlin. Ici intervient la décision de le baptiser T 34 En effet Kim Vorochilov soumet ce projet en insistant sur le fait que 1934 a vu l'apparition du premier décret ordonnant la création des nouvelles les unités blindées et soviétiques le mythe es né ! Mais aux vues des évènements militaires de 1940 le modèle T 32 fut modifié

 

 

 Michäel Ilich Koshkin

(1898 1940)

 Alexandre Morozov

( 1904 1979 )


 Koshkin avec les ingénieurs Alexandre Morozov et Nicolas Kucherenko modifièrent le projet qui allait donner naissance au T-34.Ironie de l’Histoire Le père du T 34 Koshkin meurt le 26/09/1940 d'une pneumonie qu'il avait attrapé lors des essais préliminaires sur cet engin L’URSS lui décerna en 1942 à titre posthume l’ordre de l’Etoile Rouge 
La production
La construction du T 34 fut un défi pour l’industrie Soviétique En effet ce char était un bond en avant dans la technologie des chars de combat par rapport aux fabrications antérieures . La construction des différentes pièces avait été éclatée sur de nombreux points du territoire.
Les moteurs diesel V2 sont assemblés à Karkhov (usine diesel 75) le canon (modèle L11) à Kirov Usine 185 et à Leningrad. Les composants électriques sont fabriqué à Moscou à l’Usine Dynamo
 L’assemblage final devant se faire à Stalingrad (Usine de tracteurs) à Gorki à l’usine N° 112 Krasnoye Sormovo et à la KhPZ 183.
Mais des problèmes de jeunesse vont apparaître rapidement ; Tous les éléments importants furent affectés par ces problèmes
Le moteur et les suspensions ce qui obligea les ingénieurs à utiliser pour les premières séries des éléments des BT
Problèmes de Radio
Problèmes sur l’armement principal du char.Le canon L 11 fut rapidement remplacé par un nouveau canon mis au point par l’Usine de Gorki Ce fut le canon F34 de 76.2mm qui entra rapidement en service.
Il faut aussi décidé de chercher un successeur à ce char qui serait appelé T 34 M. Mais l’opération Barbarossa gela tous les projets de nouveau char pour se recentrer sur l’amélioration du modèle T34 . Ce n’est que vers la fin de la guerre qu’apparu le successeur du T 34 avec le T44.

Suite à l’attaque allemande les Soviétiques décident de transférer leurs usines derrière l’Oural, afin de les mettrent à l’abri des toutes attaques. Ainsi l’usine KhPZ fut transférée à Nizhny Tagil, celle de Kirov à Cheliabinsk, seule l’usine de tracteurs de Stalingrad ne fut pas déménagée et elle continua la production même au plus fort de la bataille
Pour accroître la production le T 34 fut repensé afin d’en abaisser le coup de production en simplifiant la constructions des pièces. En 1940 un T345 revenait à 269500 roubles alors q’une 1942 le coût avait été abaissé à 135000 roubles
-T34/76 produits
1940 270
1941 - 2.800
1942 - 12.520
1943 - 15.812
1944 - 3.500
Le T34 au combat.

 

 

T34 /76 au combat (source Internet )


Les premiers chars produits sont envoyés en Finlande mais ils arrivent trop tard pour participer aux combats ils ne se contentent que de faire le coup de feu contre des bunkers finlandais inoccupés. Ce n'est donc que lors du début de l'opération Barbarossa que le T. 34 voir entrer en scène et il fut une surprise désagréable pour les allemands, à l'instar de son grand frère le KV 1.

 

 


Le but de cet article n'est pas de vous raconter tous les combats auxquels a participé le T. 34/76 mais il est important de raconter ses premiers combats
Il est donc   apparu comme sortant du néant durant le mois de juillet 1941 Date du premier rapport officiel. Mais c’est en fait le 22 juin 1941 que le T34 fait le coup de feu contre les chars PZ III et IV du 15° PZ régiment appartenant à la 11° Pz Division
30 T 34 mettent hors de combat trois Panzer IV et deux panzer III. Ils disparaissent comme ils sont apparus par contre début juillet 1941 le T. 34 est clairement identifiés comme étant un nouveau char.
À cette époque la 17° Panzer Division qui avançait dans les méandres du Dniepr, se trouva tout à coup confrontée à ce engin Le 8 juillet 1941, lorsque les Blindés allemands avancent ils aperçoivent une silhouette inconnue . Ce char réussit à attaquer l’arrière garde allemande Il ne fut arrêté que par un projectile de 100 mm (Panzer Jäger Abteilung 42)
Cette intrusion du T34 dans la bataille fut une grande surprise pour les allemands qui pour la première fois se trouve face à un engin techniquement supérieur aux leurs
De plus l’infanterie allemande n’avaient que des PaK-36 ou 38, de 37 et 50mm pour combattre les chars russes Ces engins antichar n’étaient pas suffisants pour mettre hors de combat un T 34.
Le 21juin 1941 date du début de l'opération Barbarossa 1225 T. 34 avaient été construits mais seulement 967 avaient été livrés. Il faut savoir un juin 41 les divisions blindées soviétiques étaient en pleine Réorganisation suite aux d'enseignements tirés de la guerre à l'ouest. Il avait été décidé de créer des corps blindés fort de plus de 1000 chars chacun organisé autour de divisions blindées et des divisions motorisées.
En 1941 neuf corps blindés sont créées et il devait y avoir à l'horizon 1942 21 corps blindés
lors du déclenchement de l'offensive seule cinq corps blindée sont effectivement prêts au combat
Le 4° corps sous les ordres du général Vlassov qui deviendra « célèbre » par la suite.Il est basé autour de Lvov avec 414 T. 34 et KV1
le 8°corps sous les ordres du général Ryabyshev   basé autour de Dubno avec 131 T 34 et KV1
le 6° corps sous les ordres du général Khatskilevich basé autour de Minsk avec 234 T34 et 114 KV 1
En règle générale ces unités sont commandées par de jeunes généraux , mais ils toutefois surveillés de près par les membres du NKVD
Sur les 1225 chars produits 800 se retrouvèrent donc regroupés dans le secteur de Kiev
Mais il faut toutefois relativiser . En effet des maladies de jeunesse vont affecter ce char ce qui a entraîner des pertes de 50% dues surtout à des problèmes mécaniques. Ces engins étaient perdus définitivement car les soviétiques ne possédaient pas de char de dépannage
De plus les techniques d’emploi de ces chars n’étaient pas encore au point
aussi pour la 32e division de qui appartient au sixième corps sur 173 chars T. 34, 46 furent détruits ainsi que 37 kV 1 sur les 49 engagés de
Durant la contre attaque de l Hiver 1941 1942 les T34 firent preuve de leur supériorité sur les chars allemands
Les énormes pertes qui ont failli saigner à blanc l’Armée rouge vont être peu à peu comblées par la production sortant des usines nouvellement installées plus à l Est Les changements sur le T 34 furent minimes car il fallait se concentrer sur la production de masse . Les modifications portèrent sur la simplification de la fabrication de l’engin ceci au détriment de la qualité du char Abandon du projet du T34 M

 

 

 


les Allemands vont être obligés de chercher la parade afin de contre les T 34 et KV 1. Une copie pure et simple du T 34 fut même envisagée mais l’idée fut rejetée par Hitler
la parade interviendra en 1943 avec le Panther
Les allemands vont immédiatement réutiliser les chars capturés
en 1943 va arriver sur le champ de bataille une nouvelle version du T34 le T34/85 avec une nouvelle tourelle .qui est une réponse aux nouveaux chars allemands en attendant l’arrivée des chars de la série JS

 

 

 

 

 


Description du char
Ce char met en pratique les théories qui caractérisent un char :facile à produire sans main d ouvre qualifiée efficace , facile d’entretien , robuste,. Mais il ne faut pas perdre de vue de jamais le T 34 ne fut construit en tenant compte de l’ergométrie et des desiderata des équipages tel que l’on peut le voir dans le monde dit occidental . Ce char est une bête de guerre faite pour la guerre et que pour cela. le confort des équipages n’est pas pris en compte Et ceci est vrai pour les chars soviétiques qui vont être construit durant la Guerre froide
Ce char se présente comme un char classique avec une tourelle positionnée au centre du châssis et tournant sur 360 ° . Le train de roulement de type Christie est à 5 galets avec barbotin à l’arrière. Les chenilles et le système de suspension conféraient à ce char une capacité tout terrain exceptionnelle. Et lui autorisait des vitesses élévées
 Le châssis est divisé en 3 parties avec à l’avant le poste de conduite ave c la BAV et le pilote /mécanicien positionné à gauche et le Radio /et mitrailleur à droite qui mettait en œuvre une mitrailleuse Degtyarev 7.62mm alimentée avec des chargeur de 60 coups (cadence de tir 500 coups/minutes)
Le char de commandement possédait une radio 71 TK3 transmetteur receveur. Ce type de radios fut ensuite monté sur les chars chef de peloton. Les postes furent ensuite remplacés par des 9 R.
Souvent le manque de personnel ou les blessures firent que ce poste de Radio mitrailleur était vacant. Les enseignements des échecs de Juin 1941 vont faire que les postes radio vont équiper rapidement les chars car les ordres au fanion ne sont pas efficaces. Les allemands l’avaient compris dès 1939
Le pilote possède une large trappe d’accès  avec trois épiscopes  the
 Au centre le Compartiment de combat avec 3 membres d’équipage et à l’arrière le compartiment Moteur
Le pilote possède des manettes pour diriger le char (alors que les BT avaient un volant ) Le poste de pilotage possédait le strict minimum un tableau de bord avec des mano de température d’eau et huile le compte tours les ampèremètres les voltmètres et la clef de contact .Il avait aussi à sa disposition les 3 pédales classiques .(embrayage Frein et accélérateur )
LA BAV avait 3 marches avant et une arrière  plus 4 leviers

 

 

 

 

Interieur T 34 /76 (maquette Jadar)

 

 

2 pour les Bandes 1 leviers de vitesse et un pour le frein Il avait aussi accès aux bombonnes d’air comprimés permettant un démarrage d’urgence du char
 La tourelle basse te étroite abrite 2 personnes le chef de char et le chargeur . Comme sur les chars français de 1940 le chef de char fait aussi office de tireur mettant en œuvre le canon de 76.2mm et la mitrailleuse coaxiale de 7.62mm. Le chef de char était donc surchargé de travail, surtout s’il était en plus chef d’escadron. Il devait dans ce cas donner en plus des ordres au fanion si le char n’avait pas de radio. De plus il ne possède pas (du moins dans les premières versions) comme sur les chars occidentaux d’un tourelleau qui lui permet de voir sur 360 °
Le canon qui était à l’origine du type L11 fut remplacé rapidement par un canon de type F 34 qui pouvait percer 70 mm de blindage a 500 mm et 55 mm à 2000 mètres. Ce canon était donc efficace contre tous les chars allemands de 1941
Bien que rustique le tireur avait à sa disposition des organes de visée comme des goniomètres et des péricopes. La mise en œuvre du canon se faisait soit manuellement soit électriquement par le biais de pédales
La tourelle possédait un moteur électrique pour sa rotation qui s’effectuait en 14 secondes mais beaucoup de pannes faisait que l’équipage devait la faire tourner manuellement Le T 34 embarquait 77 projectiles (53HE 5 Fragmentation et 19 HEAT). Mais la position des obus dans la tourelle avait été mal conçu car si 9 projectiles étaient immédiatement disponibles le reste de ceux-ci était situé sous la tourelle très difficile d’accès ; De plus la ventilation de celle-ci laissait à désirer
Le compartiment arrière
il abrite le moteur monté longitudinalement, 2 radiateurs se troiuvent sur les cotes avec les deux réservoirs avant.. On trouve au dessus le filtre à air ( Pomom  )
La transmission et la BAV sont couplés à un ventilateur . Nous trouvons aussi deux réservoirs arrière . Le démarreur électrique ST700 se trouve au dessus .Le système électrique comprend un générateur GT-4563A et six batteries STE-128 Disponible en 2 voltage (12 et 24 V) cet appareillage électrique sert pour le démarreur, le moteur de rotation et la ventilation de la tourelle, et la radio
Le char était assez bien protégé avec un blindage de 45 mm pour la tourelle dans les premières versions ce blindages passa ensuite à 47 mm pour être finalement porté à 67 mm sur les derniers engins De plus le blindage incliné augmentait la protection balistique de l engin .
 Versions de base (si on peut faire un tri vue le nombre).

 

 


 T-34/76A modèle 1940: 1° série avec canon L11 tourelle 2 places

 

 

 

.
 T-34/76B modèle 1941: Blindage porté a 47mm et changement du canon F-34.

 

 


 T-34/76C modèle 1942: simplification de l engin afin de rationaliser la production de masse.

 

 


 T-34/76D, E et F modèle1943: remodelage de l’intérieur de la tourelle

 

 


 T-34/57: Version anti char avec canon ZIS-4 de 57mm Production 194l a1943.
Autres Versions
 OT-34: (Ognemetniy Tank )Version Lance flamme Le lance flammes ATO-41 fut installé sur le Modèle 1942 et le modèle ATO-42  sera installé sur les modèles 1943.
le lance flamme est monté à la place du Radio mitrailleur

 

 


PT 34 Char destructeur de mines Mis au point par l’ingénieur Pavel Mugalev en 1942 avec la version PT 3

 

 

T34 Demineur(Maquette eastern)


 Il fut utilisé au combat pour la première fois le 8 août 1942 dans le secteur de Voronezh par le 223 ° bataillon de chars appartenant à la 86° Brigade de Chars
En 1943 ces chars furent regroupés dans des unités spéciales la première fut la 166 ° Rgt de génie autonome ( OITP ) qui combattit à Koursk Les Versions KMT utilisées par les Occidentaux et les Isräeliens sont les descendants directs de cet engin

 

 

PT 34 (Source Internet )


SU 100 ; Cet engin fut construit pour contrer le Tigre I .Le premier régiment fut formé en décembre 1942 et en janvier 1943 il combat sur le front à Leningrad 1100 engins furent construits

 

 

 


SU 122 Il fut construit sous la direction de  G I Kashtanov et  ne fut prêt  qu'en Août 1943 .Les régiments de SU-122 seront composées au début de 4 batterie de SU 76 et de 2 batteries de SU-122.

 

 

 

 

 


SU 85 T ou SPK 5 Dépannage Utilisé durant la guerre Froide et par la NVA jusqu’en 1990
T34 T Dépannage il n’apparaît qu’en fin 1944 suite au classement de vieux x chassis 

Caractéristiques

Poids 28 tonnes
Equipage 4

Longueur 6.1 (6.79)
Largeur   2.92 m
Hauteur
Moteur Diesel V2 34 12 cylindres 500 CV
Vitesse 54 km/h
Autonomie 460 Kms
Armement 1 canon de 76.2 m F 34   77 munitions embarquées
Portée 2.5kms
                   2 Mg Deytaryev DT 7.62mm

Pour plus informations cliquer ici

Merci à Oleg et  à Vincent pour l autorisation d'utiliser leurs dessins
http://gunpoint-3d.com/

http://ww2drawings.jexiste.fr/index.htm

   


Copyright © 2003-2018 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:4000606
Nb de visiteurs aujourd'hui:109
Nb de connectés:36