Armes Antichar de l'infanterie de la 2° Guerre Mondiale

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 25/09/2007 à 00:48:11



Les armes antichars de l'infanterie de la 2° Guerre Mondiale
 (Allemagne USA Angleterre URSS )

Le front de l'Ouest en 1915 était un front fixe stable ou aucune percée n'était possible du fait de la présence d'un réseau dense de tranchées et de défenses actives et passives
Pour venir à bout de ce réseau défensif il fallait un engin qui puisse évoluer sur un terrain boueux bosselé parsemé d'obstacles de toute nature est soumis au feu adverse. La solution germa rapidement à savoir il fallait un engin chenillé style tracteur agricole avec un blindage pouvant arrêter les les tirs adverses et aussi un armement permettant de se rendre maîtres du terrain conquis.
D’ailleurs les premières attaques de blindés anglais en Automne 1916 et français au printemps 1917 vont se solder par des échecs
 Voici donc la problématique mais je ne vais pas m'éterniser sur cette théorie qui fera l'objet d'un autre article car j'ai basé mon étude sur les moyens de défense de l'infanterie face à ces monstres d'aciers qui furent appelés à 1915 par les anglais Land Ships.
     
 Schneider C1  Mark V  A7V

 
FT17 St Chamond Whippet


Ainsi nous nos allons nous mettre à la place du fantassin qui voit arriver sur lui un monstre chenillé bruyant cliquetant de partout et semblant invulnérable . La première réaction est la peur qui peut entraîner la fuite de ce qui a été vrai au début En effet que faire face à cet engin si l'on ne possède rien prendre les jambes à son cou et s'enfuir !Certes, mais cela fait tache aussi les hommes après le premier  choc passé étudient ces engins et cherchent  ses points faibles et il y en avait. Hormis la motorisation qui en 1915 laisse beaucoup à désirer les ingénieurs s'attachent  à trouver les points sensibles de l'engin que sont surtout le train de roulement et le blindage
   
 No man's land (merci à la SMHQ de Québec et Mario ) musée Ottawa   No man's land (merci à la SMHQ de Québec et Mario ) musée Ottawa  

 No man's land (merci à la SMHQ de Québec et Mario ) musée Ottawa  No man's land (merci à la SMHQ de Québec et Mario ) musée Ottawa

Aussi voit arriver sur le front des armes dites antichar. C'est toujours l'éternelle course de l'obus et de la cuirasse. Les armes mises au point sont collectives et individuelles
Parfois la mise au point de ces armes a été purement fortuites  car elles proviennent d'une utilisation inappropriée d’un type d’arme qui a permis la mise au point d'une nouvelle arme. Nous allons passer ces armes en revue en nous basant sur  le concepts de partir  du plus loin pour arriver au plus près du char.
Les canons antichars ne feront pas partie de cette étude car il n'entre pas dans le concept des armes anti char  de l 'infanterie

Les Armes d’appui collectives

la famille dite des bazookas ou plutôt shoulder launched Misssile Weapons pour reprendre la terminologie anglo-saxonne de la deuxième guerre mondiale comprend grosso modo aux trois armes, le bazookas, le Panzerschrecht, et le Piat.

Le bazooka.

C'est la première arme antichars collective mise aux. C'est une mention américaine. Elle peut trouver son origine dans les études faites à Aberdeen tout à la fin de la première guerre mondiale.
L'instrument de Musique le Bazooka Burn  (1890 1956) Concetion du Bazooka

 Les américains comme les autres belligérants avaient mis au point des canons mais ils étaient peu pratiques et mobiles interdisant une utilisation massive sur le front
Il fallait trouver autre chose et cette autre chose fut le bazooka. Son nom vient d’un instrument de musique qui a inventé au début du XXe siècle mais surtout popularisé dans les années 30 avec le musicien Burn ( 1890 1956) c'était en fait une espèce de clarinette faite de plusieurs bouts cylindriques et se terminant par un manchon évasé. L'arme mise au point avait une vague ressemblance avec cet instrument de musique mais la comparaison s'arrête la. Cette arme avait été mises au point pour pouvoir tirer les fameux projectiles HEAT
Le 16 novembre 1918 le laisse signal corps de ce MAA ne déteste pas ABG.(Aberdeen ) afin d'étudier les possibilités offertes par la propulsion par roquettes. Ces études sont menées sous la direction du professeur Goddard (1882 1945) la fin de la première guerre mondiale entraîne l'annulation du programme et il fallut attendre les années 30 pour voir ces projets resurgir avec notamment les travaux de l'ingénieur d'origine suisse Henri Mohaupt qui approfondi les travaux menés par le professeur Monroe(18491938) qui a été l'inventeur de l'obus à charge creuse reprenant les travaux de Monroe il met au point une grenade antichar relativement lourde qui ne pouvait être tirée qu'à partir d'un canon de gros fusil s'était la grenade type M. 10. Comme ce type était trop lourd il fut décidé de mettre au point la M. 9 qui pouvait être tirée à partir d’un fusil. Ainsi vont naître une série de grenades.
M.1 pouvant être tiré par le Springfield M 1903
M. 2 pouvant être tiré par l'Enfield M1917
M. 7 et 8 pouvant être tiré par le M1
Manchon lance grenade  M7 Grenade M9A1

la M. 9A1qui est la grenade standard.(elle est la copie conforme de la grenade française S41 dont les plans avaient été donné en juin 1940 aux USA )
Sitôt cette grenade mise au point on envisagea une adaptation de celle-ci sur une roquette qui pouvait être tirée à partir d'un lance-roquette expérimental mis au point par le lieutenant Uhl.
Mode d'emploi d'utilisation

Les allemands de leur cote possèdent aussi le même type d'arme
Lance grenade sur Mauser

Ainsi à la fin de 1942 est mis au point le rocket Launch M1A1.
Cette arme longue de 1.37 m était un tube d’un diamètre de 60 mm  ouvert aux 2 extrémités La mise à feu de la munition qui était insérée à l’arrière du tube se faisait via une batterie électrique logée dans la poignée de mise à feu.
Pour le modèle de série le tube en bois laissa sa place à un tube de métal de 1.4 m de long . Ce tube est en deux parties qui s'adapte au centre par un système de baïonnette  
cette modification a été voulue pour son utilisation par les parachutistes
La batterie sera changée pour laisser la place à une magnéto qui sera toujours logée dans la poignée revolver de l'arme
Les munitions seront entre autres une roquette M6 de1.53kg et de 49 cms de long.
Développée en secret cette arme est mise en oeuvre pour la première fois lors de l'opération Torch en Afrique française du Nord
Lors des combats de Tunisie cette arme fut capturée par les allemands( surnommé le « 85 d’épaule )  qui s'empressèrent de la copier pour donner naissance au Panzerschrecht
Le Bazooka a été régulièrement amélioré tout au long du conflit qui voit ainsi sa portée efficace passer de 80 à 150 m et sa capacité de pénétration passer à 100mm de blindage en incidence nulle
La capacité de pénétration du Bazooka sera contre tous les chars allemands sauf pour les famille Panther et Tigre
Il existera 3 versions du Bazooka durant le 2° Guerre Mondiale
Le M1, le M1A1 et le M9.et M9A1
 Le dernier modèle développé pendant la guerre, le M20, n’a pas été fini à temps, et  il ne fut utilisé qu’en Corée

Le Panzerschreck  ou Bazooka allemand


Conçu d’après un bazooka capturé, le Panzerschreck (terreur des chars en allemand) est son équivalent allemand, en dotation à partir de septembre 1943. Il s’agit comme pour le bazooka  d’un lance roquette réutilisable utilisant des munitions à charge creuse. Le Panzerschreck souffrait comme le Bazooka de limitations d’utilisation dues surtout  à l’effet de souffle.
Plusieurs versions du Panzerschreck ont été produites pendant la guerre, les différences sont le bouclier de protection, système de visée, de mise à feu entre autre

Raketenpanzerbüchse 43 (RKzb43 )

Raketenpanzerbüchse 43 (RKzb43 )


ou le développement de cette arme débute immédiatement après la capture du bazooka en Tunisie (d'aucuns disent que cette arme a été capturée en Russie) les allemands en URSS se sont confrontés au vague de chars moyens et lourds soviétiques de type T. 34. Pour pouvoir lutter efficacement contre ceux-ci le bazooka américaine semble l'arme idéale mais immédiatement les allemands décident d'étudier une arme d'un calibre supérieur ainsi est né le Raketenpanzerbüchse 43 (RKzb43 ) ou Panzerschrecht terreur de chars ou Ofenrohr tuyau de poêle. Alors que le bazooka aime neuf à un avait un calibre de 60 cm les allemands vont porter le calibre de cette arme a un calibre de 88 cm autrement c'est une arme en tout point semblable dans sa conception au bazooka américain c'est un tube de 1.64 pour un poids de 9.24 kgs ouvert aux deux extrémités.
La mise en oeuvre demande une équipe de deux hommes
Le projectile est un RPzB.Gr. 4322 (Raketenpanzerbüchsen-Granate ) d’un poids de 3.3 kgs avec une charge creuse de 660gr. Il y avait 2 types de munitions les Sommer (été ) pouvant être utilisées dans des conditions de températures   entre -5° et +50° et les Winter(hiver) qui elles pouvaient être utilisées entre-40° et+30° 
Comme pour le bazooka le projectile était stabilisé en vol par des ailettes placées à l’arrière La poudre qui propulsait le projectile a la vitesse de 105 m/seconde entraînait une flamme de 2m à l’arrière
Ce type d’arme ne fut construit qu’en petite quantité.

Raketenpanzerbüchse 54 (RPzB.54 )

Raketenpanzerbüchse 54 (RPzB.54 )


Le Raketenpanzerbüchse 43 ne fut jamais populaire suite au problème de »retour de flamme »
Les troupes qui ont utilisé cette arme avaient donc fait marcher le Système D et utiliser des expédients comme tir avec un poncho ou le masque à gaz(sans sa cartouche)
Durant le fin de l’été 1943 le Lieutenant Riechers du 229° Panzer-Jäger Abteilung après essai proposa le montage d’un bouclier afin de protéger l’équipe de tir du retour de flamme et de souffle
Ce bouclier de 36cm x 47cm possédait une trappe de vison protégée par un verre en mica
Cette arme fut immédiatement adaptée sous le nom de RPzB.54
La production démarre en Octobre 1943.
 
 RPzB.Gr.4992

Le Raketenpanzerbüchse 54 pèse 11kg .Il peut utiliser la nouvelle munition RPzB.Gr.4992 qui porte à 180m.Il existera 2 types de munitions la RPzB.Gr. 4322 et 4992
Elles peuvent percer entre 160mm et 230mm. Elles sont transportées dans des emballages pouvant contenir 5 munitions .
289151 systèmes d’arme furent livrés sur une commande totale de 382000
Les firmes qui eurent en charge la fabrication sont
 Enzinger Union à Pfeddersheim, Gebrüder Scheffler à Berlin, HASAG à Meuselwitz, Jäckel à Freistadt, Fa. Kronprinz à Solingen et Fa. Schricker à Fürth-Vach.

Raketenpanzerbüchse 54 /1 (RPzB.54/1 )

Ce fut le dernier avatar qui voit la reduction du tube qui passé à une longueur de135cm avec un poids total de9.5kg .Le système de mise à feu est aussi changé (le tourillon de mise a feu est remplacé par un anneau ) ainsi que les système de visée
Le tube avait une durée de vie de 200 coup
Les premières commandes sont passées en Décembre 1944, 25744 furent livrés sur un total de 48000

Le PIAT


Comme ce système vous est été présenté dans la photothèque du site je vous invite donc à rapprocher  de cet article (http://www.maquetland.com )
Mais je vous en brosse rapidement un bref résumé
Le PIAT (Projector, Infantery Anti Tank - lanceur antichar de l’infanterie).a été fourni aux troupes britanniques et à leurs alliés (canadiens et polonais) en avril 1943.La différence entre les deux systèmes précédemment decrit et celui-ci tient au système de propulsion Car c’est une cartouche de gaz qui propulsait la munition vers sa cible.
Par contre le système d’armement était plus compliqué à mettre en oeuvre.
Il y eu seule version du PIAT Sa portée efficace était inférieure à 100m, et il était efficace contre tous les chars allemands exclus les Panther et Tigre.

Les Armes du Groupe de Combat

Apres avoir étudié les armes du groupe d’appui voyons les armes du groupe de combat

Les panzerFaust

Les allemands ont testé ces armes de façon expérimentale en novembre 1943 puis ils les ont introduite en masse à partir de 1944.
Le Panzerfaust (poing blindé en allemand) a révolutionné le combat antichar. Il s’agit d’une arme à un coup, jetable, projetant sur l’engin blindé une roquette équipée d’une charge creuse.Tout comme pour le PIAT ce système vous est été présenté dans la photothèque du site je vous invite donc à rapprocher de et article (http://www.maquetland.com )
Mais je vous en brosse rapidement un bref résumé
Le Panzerfaust a été régulièrement amélioré surtout dans sa portée qui arriva à environ 100m. Moins précis que le Raketenpanzerbüchse ,il était toutefois plus puissant
Un coup au but entrainait souvent la destruction de l’engin.
Malgré tout, cette arme souffrait de deux handicaps :
Le souffle du départ du coup toute utilisation dans un espace trop confiné (bunker ou bâtiment),était interdite et pouvait entraîner des brûlures
Le mode de visée était assez inconfortable en effet une alidade de tir repliable permettait au soldat de trouver la hausse correcte pour sa cible.

Le Flunder 


Projet d’un Panzerfaust perfectionné guide par électronique.

Les Missiles anti chars

Les allemands étaient en avance dans ce domaine sur les allies

Panzerabwehrrakete X-7 (missile anti char ) Rotkäppchen Le petit chaperon Rouge  




 
Le Panzerabwehrrakete X-7  est un missile anti char qqui avait recu le nom de code de projet 8-347.
Les études débutent debut 1941 suite à une étude de BMW dans l’héphorie de la victoire  le projet est mis en sommeil . En 1942 les travaux sur des missiles anti aériens dirigés par le Docteur.Kramer débouchent sur une série de bombes guides de la famille X
Le X7 fait parti de ces projets.
Le missile long de 46.5cm à un diameter de 15 cms pour une tête militaire de 2.5kgs pour un poids de 9 kgs. Avec les ailerons stabilisateurs il arrive à une envergure de 60 cms
Le moteur à 2 étages à carburant liquide est mis au point par  WASAG.
Il est filoguide .
Le  missile est place sur une rampe de lancement den forme de tripode de 1.5m de long
La mise à feu se fait via une baterrie
Les moteurs lui conferment une vitesse de300 kms/h popur une portée de 1200 m
Les essais eurent lieu les 21 septembre 1944 . Seul un missile toucha sa cible
300 X-7 Rotkäppchen  furent finis La production devait commencer Durant l’été 1945dans les usines Ruhrstahlwerke à Brackwede et Mechanische Werke à Neubrandenburg.
Les missiles restant furent capturés par les Alliés Le  X-7 Rotkäppchen servi de base pour des développements
Le Steinbock
C'etait un missile guidé par IR.
Le Pfeifenkopf or Pinsel  
C' etait un missile sans guidage final tout automatisé
 Le Zielsuchgerät
C'était le missile précédent mais avec un système de reconnaissance d’image   baptisé Ikonoskop
 Le Rochen-600 portée 500 m
Le
Rochen-1000  portée 1500 m
Le Rochen-2000 portée 3000m

le Panzerabwehrrakete X 4 Ruhrstahl
 


Projet number 8-344, a toujours été  mis au point par le Docteur Kramer, en partant d’un missile guidé Anti aérien pour le  Me-262
Comme la Luftwaffe a choisi un autre type d’armement le missile  R4M il décida d’étudier la faisabilité de transformer ce missile AA en Anti char  
Pour cette nouvelle mission la fusée de mise à feu de proximite "Kranich", ou "Dogge", fut donc enlevé ce qui fit que l’engin ne mesura plus que1.69m au lieu de 2m
Mais c’etait un monstre par rapport au X7
Le diametre de l’engin était de 22 cm pour une envergure de 78 cm.
Le moteur de l’engin type 109-448 or 109-548 construit par BMW   utilise un mélange de S-Stoff (acide nitrique et chlore et du R-Stoff (dimethylaminobenzene et triethylamine called Tonka 250) pour sa propulsion La portée de l engin dépassait 4 kms. Le missile était guidé vers la cible via un joystick
950X-4 furent construits par Ruhrstahlwerke à Brackwede et 1500 par BMW à Berlin et Gerätewerke à Stargard
Beaucoup furent utilisés pour des essais


Les Fusils anti char


Ce furent les premières armes antichar qui furent mise au point en 1916
Très présents au début de la seconde guerre mondiale, le fusil antichar a été obsolète très rapidement, suite à l’augmentation du blindage.Ces armes étaient de calibre variable, du 7,62 mm au 20 mm, certains, comme le « Ur » wz.35 de fabrication polonaise, et a été une des premières armes à munitions sous calibrées,
Ils étaient redoutables contre les blindés légers et les half-tracks, mais l’arrivée du Bazooka,ntraîna la disparition de ce type d arme
De nos jours cette arme renaît avec les fusils anti-équipement  qui sont des fusils lourds destinés à équiper des commandos ou les tireurs d’élite qui peuvent toucher des cibles hors de portée des fusils de précision classique
Voici un inventaire rapide de ce type d armes

Pologne


Karabin przeciwpancerny wzór 35 ( WZ 35) ou chez les allemands PzB 770(p)
7.92 mm

Allemagne


Panzerbüchse 38
9 mm
Panzerbüchse 39
10.35mm

Gde Bretagne(utilisé aussi par la France suite à un échange avec les canons AC 25 mm)


Rifle, Anti-Tank, .55in, Boys
Calibre 13.9mm

URSS

PTRD-41 (Protivotankovoye Ruzhyo Degtyaryova) ou chez les allemands PzB 783 (r) Calibre 14.5 mm
PTRS-41(Protivotankovoye Ruzhyo Simonovya) ou chez les allemands PzB 784 (r) version semi automatique du PTRD même calibre


Japon


 Type 97
 
Calibre 12.4mm

Finlande


Lahti L-39
Calibre 13.8mm

Suisse
Solothurn S-18/1000 en position route
Solothurn S-18/1000 en  position de tir

Solothurn S-18/1000 et 1100 Calibre 13.8 mm
Les USA tentent de le fabriquer sous licence sous le nom de 20mm automatic gun T3. mais le contrat ne parvient pas à terme . par contre les Allemands , Italiens et Finlandais l’ont utilisé

Les grenades à fusil

Ce type d’arme est utilisable avec un fusil ; elle s’emmanche à l’extrémité du canon . Une cartouche spéciale est alors engagée dans la chambre de l’arme. Elle ne contient que de la poudre, dont la détonation propulse la grenade à fusil. Un empennage sommaire lui assure une certaine stabilité en vol.Ce mode de propulsion est sans danger pour le tireur sauf le recul de l arme qui est énorme et il faut éviter de laisser le doigt sur la détente sinon !!!! Elle peut donc être utilisée partout même dans les zones confinées comme les bunkers ou les habitations.Les grenades à fusil existent en deux versions: antichar et antipersonnel.
Dans la version antichar, le soldat effectue un tir tendu, envoyant une charge creuse de faible diamètre (en général moins de 45mm) sur sa cible.En dotation dans chez tous les belligérants cette arme permet de percer des blindages légers (environ 20 mm sous incidence normale), ce qui la rend tout de même efficace contre les half-tracks ainsi que les flancs de la plupart des canons automoteurs
Vous avez ci dessus les grenades à fusil américaines et allemandes ,  voici les Japonaises et anglaises
Grande Bretagne (source internet )  Japon (source Internet )

Les Armes de contact
Les mines magnétiques antichar

La mine magnétique antichar est composée de 3 éléments
une charge explosive
un support
un dispositif de retardement de mise à feu.
La forme de la charge explosive était copiée sur celle d’une charge creuse. Cette arme antichar de combat rapproché doit être appliquée sur le blindage du char, . Elle adhère par simple aimantation. La charge creuse était ainsi positionnée de façon optimale (perpendiculairement au blindage à perforer).Il suffisait alors d’actionner le système de mise à feu et de se sauver rapidement
Mais cela ne marche pas à tous les coups car souvent la mine ne s’accroche pas au blindage car il « pollué » par de la boue des la peinture et des impacts de coups De plus le zimméritage des engins allemands(http://www.maquetland.com )gêne l’adhérence de la mine magnétique.

La Panzerhandmine ou  Hafthohlladung 3


Cette arme de 3kgs a été utilisée pour la première fois à la bataille de Wolshow en mai 1942.  L'engin doit être posé contre le blindage à l'aide de  3 tenons magnétiques qui se chargent  de maintenir la charge
Disposant d'un retard à l'allumage de 7,5 secondes, le  1 kg de charge creuse est  en général fatal pour le véhicule.
553.900 furent produites.
Pour le Japon

 

 la Gammon bomb


   

La Gammon bomb a été inventée sur le terrain par le capitaine Gammon  du 1° Régiment de parachutiste
Cette armé est née d’une imporivisation sur le terrain. En effet les para des divisions aéroportées britanniques ont en dotation des barrette de plastic
En reunissant plusieurs barettes cela permet de confectionner une munition plus puissante qui fut détournée de son role initial de  charge de démolition..
 Rassemblées par deux ou trois dans des sachets de toile, les barrettes de plastic étaient reliées à un détonateur et une mèche lente, le tout formant une sorte de « super grenade ».

Utilisée dans les divisions aéroportées britanniques, ou équipées par les britanniques, afin de palier leur manque de soutien blindé (un canon 6pdr et une équipe PIAT par compagnie), cet équipement a fait preuve d’une efficacité modeste
Elle fut utilisée entre 1943 et 1945

 Geballte Ladung  faisceau de grenade

Cette arme non officielle utilisée comme charge de demolition peut facilement briser les chenilles d'un char voir même le détruire, si l'on parvient à la placer sous l'engin
Ils'agit de 6 grenades " Stielhandgranate 24 " reliés à une 7ème et son manche.
Cette charge contient au total 1115 grs de TNT

Les Grenades à mains

 Hawkins Grenade (Grande Bretagne)

Sticky Grenade (Grande Breatgne )

 Les Panzerwurfmine (L)et( Kz)


Cette mine grenade été mise au point  pour la Luftwaffe mais elle a été recupérée par l'armée allemande pour doter les équipes anti char d'une arme puissante susceptible d'être lancé contre un char à une distance superieure à celle d’une grenade

C’était s'agissait une sorte de grenade de 1.36kg pour la Panzerwurfmine (L) et de 1 kg pour la Panzerwurfmine (Kz ) dont la charge creuse de 500 grs pouvait percer le blindage du char
Afin que d'assurer le bon positionnement de l'ogive face au blindage à l’impact la queue de la grenade était munie d’ailettes de guidage et de stabilisation
Le mode de lancement était particulier. La grenade était prolongée par un corps d'acier terminé par une poignée en bois
Le tireur prenait celle-ci et la maintenait en arrière dans son dos la tête de la grenade relevée verticalement
Une fois prêt  il lancait son bras vers l'avant et . des que la grenade était partie quatre ailettes de toile se déployaient maintenant la tête de projectile pointée vers l'objectif
Toutefois l’utilisation de cette mine était une opération délicate car la portée maximale ne dépassait pas 30 mètres et il fallait un tireur expérimenté pour toucher avec précision sa cible203.800 exemplaires kurz furent produit en 1943.

 


Le cocktail Molotov

 
 Molotov 1890 1986  Cocktail Molotov


Le Bar est ouvert

Le terme « cocktail Molotov »  a été inventé par les finlandais en 1939
Suite aux évenements de 1968 ce terme à ensuite acquit une popularite mondiale
Nommé d’après le ministre des affaires étrangères de Staline, ce cocktail est une arme contenu dans une bouteille remplie d’essence. Un ruban de tissu plongé dans le liquide faisait office de mèche. La bouteille se brisait sur les parois métalliques du blindé, et le liquide, idéalement répandu sur l’équipage, les passagers ou le compartiment moteur, s’enflammait instantanément.
Si cette armé était efficace en 1940 et 1945 il en va tout autrement de nos jours pour les blindés modernes qui sont protégés contre cette arme
C’est l’arme du pauvre sans arme qui veut combattre animé par la foi un ennemi
On peut citer le cas du Panther défendant l’Hôtel de Ville de Paris, qui sera détruit par un cocktail Molotov lancé par un résistant.

Arme des masses laborieuses révoltées contre les injustices le cocktail Molotov a vraisemblablement encore de nombreux beaux jours devant lu

Le lance Cocktail Molotov.

Très peu d’informations existent sur cette arme.
Seuls un film américain, intitulé « Why we fight »,(film d’instruction projeté aux recrues) montre cette arme en action dans les ruines de Stalingrad.
Il s’agirait d’un genre de bazooka permettant le tir d’un cocktail Molotov en tir tendu.
 Malgré l’absence d’effet de souffle, un important nuage de fumée au départ du coup laisse supposer l’utilisation d’une cartouche sans balle, du même type que pour le PIAT ou la grenade à fusil, pour la propulsion.

Les Chiens mines soviétiques

charge militaire (détail)  le chien attaque  le chien avec sa charge militaire

Ces chiens ont été utilisés pendant une petite période en 1942 . Les chiens auxquels étaient fixés une ceinture d’explosifs étaient entraînés à plonger sous un char .
Mais cette armé ne fut pas utilisée longtemps , non par soucis de préserver le pauvre animal mais parce que cela posait divers problèmes
Le chien demandait beaucoup de nourriture pour l entraînement
Et ensuite il était certes dressé pour aller sous le char mais il a été formé sur des chars soviétiques et l’odeur des panzer n’ étant pas la même il avait la sale (ou bonne ) habitude de revenir s’allonger sous un char soviétique avec sa ceinture d’explosif !!!

La mine antichar

Cette arme a fait son apparition à la fin de la 1°Guerre Mondiale  et elle fut d'abord fabriquée avec des obus d'artillerie munis d’allumeur à pression rudimentaire
Ce n'est qu'à la fin de l'année 1918 que le premier modèle de mine antichar conçu pour cela a fit son apparition dans l'armée allemande
Entre les deux guerres ce concept tomba dans l'oubli ce n'est qu'à la fin des années 30 que les Allemands et les soviétiques s'intéressèrent à nouveau à ce type d'armes. Les premières mines étaient des engins très simples constitués de boîte métallique munis d'une sorte de plateau à pression
Leur efficacité reposait seulement sur l'effet de souffle et visait à détruire une chenille moins que le char
Le système à pression était conçu pour ne fonctionner que sous le poids d'un véhicule blindé afin d'éviter que la mine ne détonne au passage des fantassins.
 Cependant la tâche des équipes de déminages a été rendu plus facile  Aussi rapidement on répandit des mines anti personnelles pour gêner le travail des équipes de déminage.
 Pour empêcher une neutralisation par les équipes de déminages des pièges étaient installés sur la mine 

Ces mines avaient l'inconvénient d'être facilement détectables en raison de leur enveloppe d'acier les allemands développèrent à la fin de la guerre les Allemands différents types de mines ne comportant pas d'élément métalliques en employant le verre le bois et différentes sortes de matériaux plastiques ou verre
Glasmine 43

Les mines antichar allemandes

Tellermine 29


T.Mi.29
.  
d’un diametre de25.5 d’un poids de 6kg  avec 4kg  d’ explosif .

Tellermine 35

 

 

 

 

 

 

 

 



T.Mi 35 
d
’un diametre de 32 cm d’un poids de 9.6 kg avec 5kg d’explosif
Mine standard de1939 à 1943    plus de  4 millions ont été produites

Tellermine 42.

Tellermine 42( boite ) Tellermine 42.




 

 

 

 

 

 


T.Mi.42.
d’un diamètre de 31.3cm  d’un poids de 9.8kg pour 5 kgs d’explosif.
La Teellermine 42 remplace la T.Mi.35  à partir de 1943  9.835 000 furent produites

Tellermine 43.



 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

T.Mi.43 Pilz ("champignon) c’est un modèle simplifié de la  T.Mi.42 en modifiant le détonateur 3.622.900 furent produites

 Holzmine 42


 H.Mi.42 Mine en bois boite en bois de 32.5cm x 31cm d’un poids de 8 kgs avec 5.4 ou 5.6 kg d’explosif production entre 1942 et 1944 5 302 600 furent produites.

Panzer-Schnellmine

Version A 
avec un détonateur à pression Zugzünder 42
Version B
détonateur chemique
Boite en bois de 58cm  x 31 cm avec 5 kg d’explosifs

 Sprengriegel ("detonation bar"),ou Riegel


 
Copie de la mine italienne B2 boite en metal de 80cm  x 8  avec4 kgs d’explosifs  mais comme cette mine était dangeureuse une nouvelle mine appelée Riegelmine 44  fut mise au point 
Entre 1943 et 1945 3 051 400 furent produites.

Topfmine ,ou Topf-Mi. 4531,

Detonateur chimique  d’un diametre   31.7 cm  Elle resistait à l’eau Entre 1944 et 1945  786,900  furent produites
Une version spéciale produite à 500 000 exemplaires et appelé  Viskonit-Min fut produite fin 1944 pour un poids de 10 kgs elle avait 6 kgs d’explosifs.
Druckbügelmine
mise au point par  HASAG  cette mine ultra sophistiquée d’un poids de 9.5 kgs avec 5 kgs d’explosif etait indétectable et ne pouvait étre neutralisée . Elle en fut pas produite

Hohlladungs-Springmine ou HL.Sp.Mi. 4672

Mine bondissante anti char avec une tete militaire issu du panzerfaust
Devant être en unités en janvier 1945 elle ne fut pas mise en service pour des défauts de jeunesse et aussi par manque de têtes de panzerfaust
.

 Panzer-Stabmine.

Petite mine piège pour char de 1.6kg d ‘explosif . Elle pouvait être facilement camouflée . 25000 furent produites en 1945

Les mines antichar soviétiques

la mine anti char M 1938 c’est le classique de l'armée soviétique mine de forme cubique contenant 3,6 kilos de TNT
Quelquefois les soviétiques se servaient de bouteilles en verre du style cocktail Molotov.

Les mines antichar américaines.


Les Américains concentrent leurs la fabrications sur un seul type de mines antichars
La Mine M1
Mine avec un  plateau à pression  avec un disposition de mise à feu plus sophistiqué de style toile d’araignée
Le terrain couvert étant alors plus important

Les mines antichar Japonaises

Lunge Mine

C’était une arme antichar montée positionnée sur une perche . La charge une fois armée devait être projetée sur la cible d’un poids de 5.3kgs elle avait une tête militaire de 2.9kgs
Mais c’était une mission suicide

 

A suivre...

   


Copyright © 2003-2017 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:3360497
Nb de visiteurs aujourd'hui:155
Nb de connectés:20