Guerre d'Indochine (IV)

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 31/05/2007 à 19:30:56



La guerre d indochine IV° partie 1951 1953

De Lattre après son arrivée en Indochine redressent le moral des troupes françaises. Portant son effort au Tonkin il décide de défendre le Delta qui reste malgré une position forte des français



Général De Lattre de Tassigny (1899 1953 )

Pensant pouvoir exploiter sa victoire de Cao Bang le général Giap lance deux divisions à l'attaque du delta à Vinh Yen.le 14 janvier 1951 De Lattre lui inflige un échec sanglant sur un terrain favorable à la combinaison des armes .Le corps expéditionnaire y retrouve son avantage. Il écrase des vagues d'assaut viets sous le feu de son artillerie de son aviation la victoire de Vinh Yen confirme avec éclat le redressement militaire français. L'offensive Giap avait pour but Hanoi. Elle procédait selon le langage marxiste d’une déviation stratégique. Le général Giap a voulu passer trop tôt à la troisième phase avant d'en avoir les moyens. Son échec le ramène sur la ligne stratégique du vietminh. Les deux offensives qu'il lance en mars à Dong Trieu et en mai sur Le Day n’ont pour d'autre but que de détourner les forces Françaises de la pacification du delta et de développer la guérilla.
Le corps de bataille Viet y subit encore une défaite sanglante. Le danger écarté De Lattre entreprend de mettre le Tonkin à l'abri d'un déferlement vietminh ou chinois par la construction d'une ligne fortifiée autour du delta, il développe l'armée vietnamienne qui doit d’après ses idées relever le corps expéditionnaire français de ses missions de pacification que se poser en champion de l'indépendance du Vietnam en s'efforçant d'entraîner cet état dans la lutte contre le vietminh. Puis il engage des groupes mobiles dans le nettoyage du delta du Tonkin. Le général Giap tente de les en détourner en attirant cette fois les forces Françaises sur les hauts plateaux. En octobre 1951 il lance la division 312 sur Nghia Hoï. Le général Salan riposte en renforçant par avion les postes attaquées puis arrête l'armée ennemie de front la contre-attaque de flanc avec deux bataillons parachutistes largués à Gia Hoï et l'oblige à se replier. Il réussit à briser net l'offensive sans interrompre le nettoyage du delta. À la fin octobre De Lattre décide que le moment est venu de reprendre l'offensive en dehors du delta. Pour contraindre le vietminh à la bataille sur le terrain de son choix il s’empare de Hoa Binh le 14 novembre 1951 .La prise d’Hoa Binh est le premier acte de son plan.
Les moyens accordés lui permettent d’aller plus loin, mais il lui faut toutefois une aide massive des Etats-Unis.C’est pour cela qu’il se rend en Amérique en septembre pour convaincre les Américains en leur faisant valoir que les combats en Indochine et en Corée ne font parmi que d’un seul et même combat celui contre l'expansion communiste
Toutefois rappelé en France est gravement malade il décède le 11 janvier 1952.



Général Salan (1899 /1984)

L'affaire de hauts Plateaux est une bataille d'usure du corps de bataille Viet
Elle dure plus de deux mois le général Giap lance trois divisions contre les postes de la rivière Noire et de la RC 6,en même temps il infiltre deux divisions dans le delta c'est-à-dire sur les arrières du corps français et parvient ainsi à isoler le camp retranché de Hoa Binh.Mais il est à bout de forces le 22 février le général Salan se retire du poste avance et engage de nouvelles opérations de nettoyage dans le delta notamment par les opérations Mercure et Turco
Il chasse les divisions Viet infiltrées inflige de lourdes pertes entre mars et avril 1952.


Localisation de Hoa Binh

 

Région de Hoa Binh
 

Offensive de vietminh en haute région et intensification de la guérilla dans le delta septembre 1950 2 mai 1953.



Region des Hauts Plateaux

Après ses échecs le général Giap revient sa stratégie d'attaque indirecte et exporte la guerre sur les Hauts Plateaux
Le Corps expéditionnaire français doit opérer loin de ses bases .alors que les régiments viets sont au contraire « chez eux »
Les Français sont placés devant le dilemme suivant : d’avoir à défendre ses régions excentrées ou de les abandonner en subissant toutes les conséquences de ce renoncement.
En septembre 1952 trois divisions vietminh envahissent le pays Thaï et s'emparent de Nghia Lo Le général Salan riposte par la création autour de l’aérodrome de Na san d’un camp retranché. Les forces Viets ralenties par la rivière Noire et diverses actions militaires n’attaquent que le 2 décembre pour subir un grave échec et elle doivent se replier. Cette victoire semble faire apparaître une nouvelle stratégie :
 Les camps retranchés terrestres semblent être la meilleure parade aux offensives du Vietminh. Ils permettent au corps expéditionnaire français de manoeuvrer en s'appuyant sur ce maillage
.Ainsi lorsqu'un avril 1953 le corps de bataille vietminh envahi le haut Laos en direction du Mékong le général Salan fait aussitôt construire de nouveaux camps retranchés dans la plaine des Jarres et à Luanh Prabang . Conséquence le Viet Min à bout de souffle trop loin de ses bases soit se retirer

 Plaine des jarres (source internet )

  

Mais toutefois en profitant de ces opérations le vietminh poursuit le pourrissement de la situation dans le Delta où la guerre s'intensifie. En outre l'invasion du Laos apparaît en France comme la preuve de la puissance militaire du vietminh, décourageant ainsi tout espoir de solution politique favorable
1953 le vietminh passe à l'offensive.
Quatre grandes opérations tant françaises que vietnamiennes jalonnent cette année.



3° BPC

L'opération « Toulouse » 29 janvier 1953.
Après son échec de Na San le vietminh modifie ses plans et intensifie les préparatifs en vue d'une opération de grande envergure contre le Laos. Il s'agit de prendre le contrôle de Sam Neua du Tranninh, de la vallée de la Nam Ou et de pousser vers Lang Prabang. En janvier 1953 pour donner le change il déclenche une série d’attaque contre les Mos et sur Quang Ngaï avec toutes ses forces disponibles soit six bataillons réguliers. Dans la nuit du 13 aux 14 janvier il attaque par surprise les postes de Thu Tuy et Cuu Ann qui tombent rapidement. Les bataillons de montagnards envoyés à la rescousse sont mis en déroute.
Le 18 janvier le 3° BCP est parachuté en renfort tandis que le premier bataillon de parachutistes vietnamiens se porte sur Kontum. L'action combinée de ces deux bataillons oblige le Viet min à se replier Suite à ce resultat le général Salan contraint le vietminh à ralentir son offensive et a se replier
Mais en plus les Français décident de porter la guerre en plein territoire Viet et de débarquer à Qui Nhon Le 29 Janvier les troupes françaises sous la protection de la Marine et de l’Aéronavale investissent la ville C’est l’opération Toulouse Elle met en oeuvre le 8° groupement de commandos parachutistes plusieurs commandos de marine le groupement de commandos mixtes aéroportés soit environ 2000 hommes
La ville est occupée après de violents combats et des pointes offensives sont lancées s à 15 km à l'intérieur des terres. L'opération est un succès.
L'offensive vietminh sur le haut Laos en mai 1953.
Après un calme relatif de trimestre début avril 1953 le corps de bataille vietminh est en passe de lancer son offensive sur le Laos à l’est se trouve la division 300 que tient la RC7, à proximité de Nong Het. Au centre un groupement de marche de 10 bataillons se trouve à Moc Chau ,à l'ouest le régiment 148 et des éléments du régiment 176 ainsi que le régiment 138 (unité mixte lao/:Viet)occupe l'axe de la Nam Ou tandis que quatre régiments fixes et surveillent Nan San et la RP 41
Le Groupe centre est chargé de s’emparer de Sam Neua et d’intercepter les détachements qui tâcheront de battre en retraite et en se joignant à la division 304 de poursuivre l’effort vers Tranninh
Le général Salan estime que Sam Neua ne pas résister à une attaque et donne l’ordre d'évacuer la place et de replier la garnison sur la plaine des Jarres ou l'aérodrome Xieng Khouang qui a été organisé en camp retranché.
Mais l’évacuation suite à des mauvais ordres se transforme en désastre. Le régiment 98 Viet tombe sur les troupes laotiennes qui se débandent laissant l’encadrement français seul aussi sur1700 combattants seulement 220 parviennent à rejoindre le village Tam la ou la 7° compagnie du 3° BCP a été largué pour les recueillir
A l'est la division 304 arrive sans coup férir après une longue marche en Ban ban et Xieng Khouang. Mais la puissance de ce camp retranché dissuader le viets de toute attaque
Pendant ce temps le groupement Ouest a progressé est arrive au niveau de Lang Prabang mais apprenant que celle-ci est solidement tenue ils ne l'attaquent pas.
Sur le franc de la plaine des Jarres les formations vietminh commencent à battre en retraite
Les opération Myosotis et Mimosas

 
2° BEP  3° REI

 Le 27 mai est déclenché l’opération « Myosotis »tandis que le 2° bataillon étranger de parachutistes du commandant Bloch accompagné des légionnaires des 2° et 3° bataillons du 3° REI rejettent après d’âpres combats les régiments de la division 304 au de la de la route de Ban Ban
Des opérations sur l'arrière des lignes ennemies permettent de s'emparer de divers matériels l'opération »mimosas «  lancée simultanément les régions du sud vers Muong Ngame
L’offensive de printemps du corps de bataille vietminh est alors terminée.
Raid Aeroporté sur Lan Song 17 au 19 juillet 1953.


Général Navarre (1898 1983 )

Le 8 mai 1953 le général Navarre succède au général Salan et il est persuadé de la nécessité de reprendre la stratégie souple et dynamique est basé sur le mouvement est décidé de battre le vietminh sur son propre terrain. Il s'agit avant tout retarder le plus bas possible l’offensive Viet que l’on sait imminente Il dispose des troupes suivantes 175 000 hommes des troupes réguliers plus 50000 supplétifs et avec les troupes des états associés cela donnent un total de 222 5000 hommes.
Auquel il faut ajouter 2 groupements blindés 2 sous groupement amphibies et 8 bataillons parachutistes .L'armée de l'Air apporte un soutien et 336 appareils de combat et la marine complètent ce dispositif avec les canons de la flotte ainsi que 8 Dinassault   et les chasseurs-bombardiers de l'aéronavale


Bearcat F8 (source internet)

Les forces viets sont évaluées à 122 5000 réguliers 75 000 régionaux et 150 000 irréguliers. Au début de l'été le général Navarre fasse à l'exécution de son plan le premier objectif est Lang San qui constitue à l'époque  en le plus important centre vietminh C’est le centre par lequel transite le matériel et les vivres et le soutien venu de Chine
Le 17 juillet sous le commandement lieutenant-colonel  Ducourneau est déclenchée l’attaque
D’importants stocks d'armes de munitions et de matériels sont saisis et détruits
A 17 heures la mission accomplie des deux bataillons se replient  sur Loc Binh ville où l'attend le 2° bataillon étranger de parachutiste et une section génie de la base aéroportée .Les opérations du troisième trimestre 1953.
Une deuxième opération doit contrarier les préparations de l'offensive de ton général vient de-elles être entreprise dans le centre à l'âme il s'agit d'écarter la menace vietminh sur le moyen Laos en en attaquant la division 325. Le 28 juillet le général Leblanc lance l’opération »Camargue » qui met en oeuvre 10 bataillons 3 escadrons amphibies et 2 groupements d'artillerie
L'opération réussie mais le bouclage étant trop lâche   le gros des troupes suite au sacrifice de 2 éléments peuts’échapper
 le bilan est maigre
 Un peu plus tard mis au courant durant l'été nous assistons   au remaniement du dispositif du corps de bataille viet
De son cote Navarre suite à diverses études décide que mes petits postes ne servent à rien sinon a immobilier des troupes et suite à un rapport du Général Cogny décide de fonder sa stratégie sur des points de défense lourdement armées et fortifies
On propose alors d’abandonner Nan San au profit de Dien-Bien-Phu .Le Général Navarre donne immédiatement son accord Les informations sur l’assault de plus en plus proche sur nan sang dont que les français évacuent le porte du 7 au 12 août
Le 15 Octobre le général Gilles avec des forces importantes lors de l’opération Mouette débouche en plein milieu du dispositif viet à la i qu'à faire sans des comités de base de ravitaillement et demi à 20 km à l'ouest d et s’installe en organisant son point d’appui . L’ennemi réagit le 18 octobre mais sans succès. Aussitôt le général Navarre prescrit de préparer l'occupation des Dien-Bien-Phu.
Le concept de base aero terrestre
le maquisard chinois ou viet peut nomadiser pendant longtemps alors que le soldat français non d’ou l idée de créer des camps retranches sur lesquels peuvent s’appuyer les troupes de, manœuvre afin d’y trouver renfort et réconfort
Ces postes doivent être équipés d’une piste d’aviation pour assurer le ravitaillement
La défaite de Dien bien Phu ne vient pas de la faillite de ce système mais du fait que l'ennemi a réussi à amener autour de la base d'une importante artillerie de campagne et de DCA permettant d'interdire la piste d'aviation et de pilonner les points d'appui avant de les prendre les uns après les autres

 
   


Copyright © 2003-2017 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:3395609
Nb de visiteurs aujourd'hui:270
Nb de connectés:13