Grèce Héllénistique Armée Macédonienne 4° Partie Recrutement La garde

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 02/04/2007 à 19:15:59



L'armée Macédonienne (3° Partie )

Préambule
On ne peut parler de cette armée sans parler de Philippe II, ( Φίλιππος) ou d’Alexandre le Grand (Αλέξανδρος)

Ces deux généraux ont su l’un forger un outil formidable et le second l’utiliser à merveille
La nouvelle armée et sa phalange forgée par Philippe II va régner sur les champs de bataille durant 2 siècles avant qu’elle ne soit supplantée par une nouvelle formation la Légion Romaine
Mais comment cette armée a pu régner sur le Monde antique. Quelles en été sa force sa puissance et son organisation ?
Dans les deux premiers volets de cet article je vous ai rapidement résumé la vie de Philippe II et Alexandre le Grand. Dans la suite nous allons découvrir l’armée macédonienne et voir ce qui a fait sa force au travers des diverses unités qui l’ont composé

L’armée macédonienne

La phalange
En liminaire je dois dire que l''armée des rois de Macédoine était composée de soldats citoyens (politikoì stratiỗtai πολιτικοὶ στρατιῶται), de mercenaires recrutés sur contrat à court ou long terme,er de troupes alliées.Elle était forte en 334 av JC de 24 000 fantassins répartis en 12 taxeis de phalangistes d'environ 1500 hommes et 6 chiliarchies de 1 000 hypaspistes. Il faut y ajouter un nombre incertain d'archers et d'autres fantassins légers.

L’armée macédonienne était comme toute armée composée de troupes à pied et à cheval et parmi ces troupes il faut faire la distinction entre les Compagnons les hoplites les Pezhetairoi
Pour se faire une idée précises de cette armée nous allons articuler cette étude sur le schéma classique
L’état major la garde royale l infanterie et la cavalerie avec leurs différentes composantes et pour finir nous parlerons de la Poliorcétique ou l’art de prendre les villes.
Les sources
Comment peut –on connaître une armée antique ? plusieurs sources sont à la disposition des historiens , des chercheurs et des curieux
Tout d’abord les restes archéologiques qui ont traversé les siècles pour parvenir jusqu'à nous et être présentés dans des musées.
Ces vestiges archéologiques sont divers et variés. Restes d’armes, stèles funéraires, statuaires, inscriptions, mobilier divers, bâtiments, .mosaïques
autre source les écrits des auteurs anciens originels comme retranscrits par les copistes du moyen age
Et enfin la tradition orale qui à travers les générations à traverser les siècles pour parvenir jusqu’à nous
Pour l’armée Macédonienne nous disposons de nombreuses sources
Tout d’abord les vestiges archéologiques
Les tombes fournissent beaucoup d’informations Les armes découvertes sarisse, épée cuirasse casque dans les tombes d'Aigéai (Verginia ) plus les sources iconographiques qui représentent différents types de soldats


Sarcophage dit d Alexandre (Ankara )


Représentations lapidaires comme le sarcophage d'Alexandre à Sidon et les stèles funéraires sculptées ou dessinées comme sur la mosaïque de la bataille d'Issos ,à Pompéi ou peintes comme sur des fresques funéraires en Macédoine (notamment celles la tombe de Lysôn et Calliclès à Leucadia),
L’autre grande source d’information est la littérature et avec les écrits des auteurs anciens qui ont décrit la geste des règnes de Philippe II, d'Alexandre le Grand ainsi que leurs successeurs : Ils ont pour nom Arrien, Quinte-Curce, Diodore de Sicile, Polybe, Tite-Live.
Mais si on se plaint actuellement de la paperasse il ne faut pas oublier que des l antiquité lorsqu’un état devenait puissant la paperasse était elle aussi présente. Les scribes égyptiens ou assyriens nous ont légué pour le plus grand bonheurs des chercheurs des ensembles de documents épigraphiques qui contribuent à comprendre et à renouveler considérablement l'apport des textes littéraires.
Les macédoniens n’étaient pas en reste et nous trouvons des règlements militaires émis par la chancellerie macédonienne comme le diagramma de Chalcis, Kynos, Cassandréia et d'Amphipolis, et règlements civiques (loi éphébarchique d'Amphipolis, loi gymnasiarchique de Béroia et aussi la correspondance royale Mais la lecture de toutes ces sources épigraphiques est souvent délicate car il faut faire une synthèse de tous les résultats et souvent les sources s’opposent les unes aux autres. Problème de traduction ou de compréhension de terme anciens entre autres problèmes de quantité
Pour ces raisons, il existe encore de nombreuses zones d’ombre sur les armées antiques et parmi elle l'armée macédonienne
Les faits
Philippe II ensuite de son fils Alexandre vont révolutionner l’art militaire. En effet la base de l’armée grecque était à l’époque de Philippe la phalange qui était constituée d’hoplites
La victoire appartenait à la phalange la plus puissante et la plus organisée qui l’emportait lors qu choc frontal
L’armée macédonienne avait elle aussi comme base la phalange mais Philippe avait mis au point une autre tactique. Il employait couramment des troupes légères, de la cavalerie, des archers et des mercenaires pour harceler la phalange adverse et lorsque celle-ci était affaiblie la phalange macédonienne avec son armement nouveau notamment la sarisse attaque pour emporter la décision
De plus il attaqua tout au long de l’année et non plus à la saison propice pour les attaques qui avaient lieu en général à la bonne saison
Le recrutement
Les soldats étaient recrutées sur une base territoriale constituée par les districts du royaume Bottie, Amphaxitide, Macédoine Supérieure et même subdivisés en cités ou groupes de cités. Ce recrutement territorial s'appliquait pour tous. On peut donc dire que l'armée macédonienne est une armée nationale.
Comme en Europe au XIX° siècle il y avait un conseil de révision qui officiait sous les ordres d’officiers envoyés par le roi
Les ordres de mobilisation générale ou partielle précisent la date et le lieu du rassemblement. En général cela coïncidait avec la grande assemblée des Macédoniens en armes au printemps, pour la lustration rituelle de l'armée, lors de la célébration de la fête des Xandika Le lieu de rassemblement était soit Pella, soit un grand centre religieux, soit encore le lieu le plus approprié pour la campagne future.
La conscription se faisait sur la base du « feu » (un soldat par feu) et concerne les hommes de 15 à 50 ans.
Le choix d el affectation était fait en fonction de critères censitaires
Mais seuls les Macédoniens les plus aisés pouvaient prétendre aux corps d’élite. Pour des raisons de santé les peltastes devaient avoir moins de 35 ans, Entraînement
Tout comme les jeunes athénien le macédonien commence dans sa jeunesse par l'éducation éphébique de deux ans avec pratique de nombreuses disciplines paramilitaires (tir à l'arc, au javelot),
La participation à l'éphébie était soumise à un impôt minimum et elle était interdite aux fils d'artisans ou de commerçants.
Les entraînements une fois l’ incorporation effectuée étaient très durs
Marches tout équipés de 54 km
Philippe avait interdit l'usage des chariots pour les bagages
Une unité de 10 hommes n'avaient droit qu'à un seul porteur, et un cavalier à un seul écuyer. En campagne, chaque homme devait emporter pour 30 jours de blé

Les corps de l'Armée Macédonienne

.L’armée macédonienne était composée de plusieurs éléments que nous allons découvrir maintenant avec tout d’abord la cour.
La cour du roi
La cour voyage toujours avec le roi. Dans cette cour nous trouvons le premier cercle autour du roi que sont les compagnons personnels ils sont en nombre restreint une dizaine

les sômatophulakes, ( σωατοφύλακες )

littéralement les gardes du corps formant son conseil. Ou aussi Hoi Amph’ Auton Hetairon en abrégé Hetairon(ἑταίρων ) Ces compagnons ne doivent pas être confondus avec les « Compagnons de la cavalerie » ; D’ailleurs ce terme de Compagnon est plus un titre de cour qu’une fonction Dans les combats ils se trouvent à la tête d’unités (Un peu comme les maréchaux de Napoléon).Ils sont à même de mener une campagne isolée du reste de l armée Ils ont pour nom Cratère Hephaiston; Un autre terme a été aussi employé celui de Philoi ou Ami. Dans les combats ces «hétairos» forment une garde rapprochée autour du roi à coté de l’escadron royal des compagnons à cheval. Ils forment avec le roi en campagne le Conseil de Guerre qui se réuni dans la tente royale
Celle-ci est un mini palais ambulant avec la salle du conseil et une armurerie séparées du reste de la tente. Cette tente qui est montée par une équipe spéciale possède un vestibule et elle est sévèrement gardée par un huissier (eisangeleus) Les appartements royaux possèdent toutes les commodités Toute la vie de la tente royale est régie par un chambellan (rhabdophoroi rhabdouchoi) qui possède un bâton qui est l’attribut de sa charge. La tente est sous la garde d’un détachement de garde du corps ou sômatophulakes alors que le périmètre de sécurité est lui à la charge d’un détachement de Hypaspistes (porte boucliers des compagnons). hupaspistaì tỗn hetaírôn( ὑπασπισταὶ τῶν ἑταίρων )Un prêtre était présent pour prédire l’avenir. Sous Alexandre nous connaissons le nom de celui-ci. Il se nommait Aristande de Telmenos (Αριςτανδρως)

Les pages Royaux (βασιλικός σελίδες )

Pella mosaïque chasse avec pages royaux

Les basilikoi paides sont des jeunes nobles macédoniens qui étaient éduqués à la cour du roi ils servaient aussi d’otages garants des bonnes intentions de leurs parents envers le roi
Leur entraînement est très dur mais ils vont former un corps dévoué corps et âme à la personne royale (sauf une fois lors du complot en pleine Asie mineure Complot qui fut durement réprimé)
Le but de cette institution été d’inculquer à ses jeunes nobles une fidélité à toute épreuve envers la personne royale. Leur entraînement et leur tâche étaient très dur presque un peu comme des les esclaves. Ils devaient subvenir à toutes les activités de la vie privée du roi déjeuner bain garde de la tente le tout sous l’autorité du chambellan royal. De plus ils avaient en charge l’entretien des écuries royales et des armes et armures du roi. Une fois leur tâche remplie au sein de cette institution ils pouvaient être admis dans le corps équestre des compagnons

Les gardes du corps.( σωατοφύλακες )

Les gardes du corps.( σωατοφύλακες )étaient aussi appelés Satelittos ou armégeri sont décrit plusieurs fois par des écrivains antiques comme Arrien (III 17.2 IV 3.2 IV 30.3 ) et Diodore (17.61.3)
Au nombre de 7 ils étaient commandés par un officier d’état major ou somatophylax (σωατοφύλακες σελίδες )qui était l’égal du Archisomatophylax des armées héllenistiques ou pour parler plus clair cet officier était une sorte de major général de la garde avant la lettre Les gardes royaux étaient au nombre de 7 Ce chiffre est immuable car dès que l’un mourrait ou était promu il était immédiatement remplacé par un autre .
Pourquoi 7 ?
Sûrement ce nombre était calqué sur les jour de la semaine et chacun à tour de rôle jouait la fonction d’Officier de jour
Le recrutement venait parfois de jeunes nobles, fils d’amis du roi ou bien d’anciens pages qui ont accès à ce corps d’élite
L’uniforme de cette troupe était très différents des autres mais il n’est pas connu avec précision.
L’Etat Major et Les services Administratifs


Général


Il est un élément fondamental dans l’Armée macédonienne Il y a une centralisation du commandement. L’armée qui passe en Asie Mineure au printemps 334 en Asie est une armée assez hétéroclite En effet à coté de l armée royale composée de Macédoniens nous trouvons des contingents fournis par les alliés grecs de la Ligue de Corinthe qui viennent avec leur propre équipement et navires des Vassaux des Macédoniens comme les Argiens les Illyriens les Thessaliens. Elle est composé de divisions (Morai)
Toute cette armée se déplace avec tous les problèmes que cela peut découler pour commander le tout .Les problèmes d’Ego et de relations entres les diverses nationalités sont assez importants ; Il ne faut pas perdre de vue que Philippe avait failli perdre la vie lors d’une altercation entre des contingents grecs
Alexandre a sous son autorité directe les Compagnons les 7 gardes du corps royal et les autres généraux (strategoi στρατηγικοί) sous les généraux nous trouvons des officiers supérieurs
( hegomones ) issus de la noblesse macédonienne . Ceux-ci se déplacent en famille avec armes et bagages et commandent les troupes (taxis) de leur clan ou province
Les ordres sont donnés par des trompettes.
La gestion du royaume est divisée en plusieurs sections le tout dirigé par un secrétaire royal ou Grammateus Basilikos

( Grammateus Basilikos βασιλικός γραμματέας )

Sous Alexandre ce rôle était tenu par Eumènes de Cardie connu comme étant Archi Grammateus
Il loge dans l’attente royale et à la charge des archives royales
Il a sous son autorité diverses sections dont la section militaire. Il est assisté par des inspecteurs (Episkopoi επιθεωρητής ) l’un d’entre eux devait pourvoir au remplacement des chevaux perdus l’existence de haras royaux (hippotropheia ἱπποτροφεία) fournissant les chevaux n’est pas prouvé mais cela devait exister : il devait en exister aussi en Macédoine
Les approvisionnements de l’armée étaient laissés au libre choix du soldat ce qui entraîne des razzias et des pillages lors du passage de l’armée
La cassette royale n’est utilisée que pour des cas extrêmes

La Garde royale βασιλική φρουρά


Larnax de Philippe (Verginai)

Comme tout souverain Alexandre le Grand possède une garde Royale qui regroupe des macédoniens de souche et comprend des fantassins et des cavaliers .Ceux ci sont recrutés parmi les meilleurs éléments de la « ligne »
L’Infanterie de la Garde
Elle comprenait divers éléments

les hypaspistes Royaux ὑπασπισταὶ τῶν ἑταίρων
Hypaspiste Royal

Ces soldats font partis de l’infanterie légère.C’est une troupe d’élite dont le nom officiel est hupaspistaì tỗn hetaírôn soit les porte boucliers des Compagnons À l'origine il s'agit en effet des serviteurs des nobles qui entourent le roi. . Ils sont ensuite transformés en une unité de 3 000 hommes environ divisé en 6 loches (bataillons). Ils sont équipés d'un petit bouclier, d'une épée et d'une courte lance. Sur le champ de bataille ils manoeuvrent en relation avec la cavalerie. Ils occupent ainsi le terrain immédiatement après la charge de cavalerie
Ils sont positionnés sur le côté droit de la phalange qui est une position honorifique. Parmi cette troupe le roi recrute un bataillon d'hypaspistes royaux composé des soldats les plus grands
Jusqu'en 330 av. J.-C. ils sont commandés par Nicanor, le fils de Parménion et le frère de Philotas.

Les Argyraspides (boucliers d’argent Aργυρασπιδες)


Argyraspisde

Cette troupe d’élite de l’Elite était une division de la Garde royale. ils étaient armés de sarisse courte de0.69 cm et possédé un bouclier recouvert de plaque d’argent d’où leur nom Ils étaient admis dans cette troupe après une sélection sévère mais ils y restaient peu longtemps car ils étaient ensuite reversés dans la ligne à des postes de commandement
Ils étaient sous le commandement de Nicanor un des fils Parménion, et après la mort d’ Alexandre ils se mirent au service d’Eumenes
La cavalerie de la Garde


Alexandre chargeant à la tête de l'Escadron Royal

Je ne sais si inclure les Compagnons comme cavalerie de la garde d’Alexandre est juste ou non ? En effet Alexandre avait parmi ses soldat une troupe appelée les Compagnons ou Hetairao C’était une troupe d’élite qu’Alexandre avait hérite de son père et qui l’accompagnait partout
Elle était utilisé souvent sous son commandement ;
Parmi sa cavalerie divisée en 12 escadrons, il existait en effet un escadron : le premier escadron qui est l escadron royal (basilikè ilè) qui constitue l'avant-garde (agèma) de l'unité. Cet escadron a un effectif de 300 cavaliers, tandis que les autres comportent 250 lances. .
En effet à la tête de cette troupe Alexandre a souvent chargé et a remporté la victoire. Cette troupes monte les meilleurs chevaux et avait un armement de qualité
Chaque cavalier était armé d’une bonne lance et de sabre pour le combat rapproché.
Cette troupe de cavalerie était le joker d’Alexandre qui l’a souvent utilisé comme élément décisif lors d’une bataille pour enfoncer les formations ennemies et emporter la décision . Toutefois cette témérité et ce courage ont failli maintes dois coûter la vie à Alexandre qui s’est souvent laissé emporter loin de ses lignes

 

   


Copyright © 2003-2017 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:3532919
Nb de visiteurs aujourd'hui:722
Nb de connectés:18