Guerre d'Indochine (II)

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 02/09/2006 à 21:08:40



INDOCHINE 2° Partie
1940 - 1947

 

Les premières difficultés
Les nationalistes vietnamiens se partagèrent alors en deux grandes tendances. Celle du parti national Vietnamien fondé en 1927 qui souhaite à une alliance avec la Chine du maréchal Tchang Kai Chek mais ses ambitions furent brisées par la Sûreté française après l'échec de la mutinerie de quelques tirailleurs indochinois à Yenbai en 1930 et celles du parti communiste indochinois qui fomentant la même année toutes sortes de grèves dans l'industrie et de jacqueries dans les campagnes.
Fondé à Hong Kong en mars 1930 par Ho Chi Minh le parti communiste indochinois accueillera dans ses rangs dès le début des personnalités qui se révéleront par la suite comme Phan Van Dong ou Vo Nguyên Giap le futur vainqueur deDien-Bien-Phu.
Saigné à blanc par la répression de la fin des années 30 le parti communiste entra dans la clandestinité et utilisa dès lors le terrorisme.
Parallèlement à une autre forme de nationalisme s'exprima dans les secte religieuses nombreuses et puissantes au Vietnam (caodaïstes de Lê Van)
La seconde guerre mondiale ébranla de façon définitive le pouvoir de la France en Indochine. Remplaçant le général Catroux rallié à Londres le Nouveau Gouverneur Général l'amiral Decoux fut tout de suite en butte à la pression des japonais qui pénétrèrent en Indochine avec leurs armées. Ne pouvant raisonnablement s?opposer militairement le gouverneur général se montra diplomate et réussit à maintenir la souveraineté française sur tous les états la péninsule au prix d?un traité de non-agression et de coopération mutuelle en cas d'attaque venant de l'extérieur
Par ailleurs en associant plus étroitement les élites locales le Gouverneur créa en décembre un conseil fédéral de l'Indochine ou toutes les tendances et populations étaient représentées
. Ainsi malgré son isolement d'avec la métropole l?amiral Decoux a maintenu la présence francaise partout même après l'entrée des États-Unis en guerre en décembre 1941
S'ils ne se osèrent pas affronter le gouverneur les Japonais par l'intermédiaire de leurs services secrets le redoutable Kempetai travaillent néanmoins à saper la présence et l'autorité la France en fournissant subsides et encouragements aux nationalistes surtout par l'intermédiaire des sectes organisées en véritables milices privées comme les Hoa Hao ou Binh xuyen
De son coté Ho Chi Minh opposé aux Japonais profite de l'aide des Chinois et met le parti communiste en sommeil tout en se posant en fédérateur de tous les indépendantistes qu?ils soient anti- Français ou anti-japonais et fonda en mai 41 à la ligue révolutionnaire pour l'indépendance Vietnam (Vietnam Doc Lap Dong Minh Hoi) plus connu sous le vocable vietminh .C?est alors que se situe l?épisode de la Guerre Franco Siamoise


La Guerre
contre le Siam, 1940-41
le Siam fort de l appui du Japon pose des revendications pour récupérer les territoires perdus au XIXe siècle, principalement les territoires laotiens de la rive droite du Mékong. Les USA et les Anglais refusent tout soutien à Vichy. L'armée Siamoise est forte de 50.000 hommes (5 divisions) appuyée par 3 compagnies de chars Son armée de l air dispose de 250 appareils dont une centaine modernes (36 Vough, 48 Curtiss Hawk et 6 Glenn Martin) Un projet de rééquipement avec du matériel Japonais est à l?étude
La marine dispose de 2 navires de défense côtière, de 10 torpilleurs d'origine italienne et de 2 sous-marins.
Les forces françaises comptent 40 bataillons d'infanterie ,2 régiments d'artillerie, du génie et quelques chars. L'armée de l'Air ne dispose que de 17 chasseurs MS 406, 4 bombardiers Farman 221 et 6 Potez 542, 10 hydravions Loire 130 et une soixantaine de biplans de reconnaissance Potez 25 TOE.
Ces avions sont maintenus en état de vol difficilement en raison du manque de pièces de rechange. La marine nationale est la pièce maîtresse des Forces francaise : Elle est composé du croiseur léger Lamotte-Picquet de 2 avisos de 1° classe de 2 000 tonnes le Dumont d?Urville et l?Amiral Charner et 2 avisos de 600 tonnes le Marne et le Tahure
Equipée de matériels démodés, l'aviation française ne peut disputer le contrôle du ciel à l'ennemi le jour mais mène des bombardements nocturnes efficaces.
Les incidents frontaliers se multiplient et vers la fin du mois d'octobre, les deux armées se font face sur la frontière. Les raids aériens et les incursions terrestres gagnent en intensité. L?offensive terrestre débute en Janvier. Les troupes Siamoises progressent avec succès sur plusieurs axes mais l'attaque principale en direction de Sisophon est arrêté dans la nuit 15 au 16 janvier
Le 17 l?escadre française affronte l escadre Siamoise composée des Croiseurs Sri Ayuthia Dhonburi escortés par les torpilleurs Songkla, Cholbury et Trat à Kohn Chang. Au bout de deux heures de combats le Dhonburi, le Cholbury et le Songkhla sont coulés et les autres bâtiments sévèrement endommagés. Face à ce camouflet le gouvernement japonais exige un cessez-le-feu, qui est signé le 28 janvier 1941. Le Siam reçoit par le traité du 9 mai 1941 la province de Battambang, les territoires laotiens sur la rive droite du Mékong . le Siam restituera ces territoires à la fin de la guerre.

le 9 mars 1945 jour d?infamie
En effet les Japonais s'emparèrent de tous les pouvoirs en faisant un coup de force
Ils procèdent à des exécutions de masse et commettent beaucoup d'abus pendant cette période
Ils rencontrèrent peu de résistance tant la surprise fut grande dans les rangs français C?est à ce moment-là que les éléments français en poste au nord du Tonkin décident de gagner la Chine pour se soustraire à l'attaque japonaise sous la direction de Général Alessandri ils parcourent 800 km en 52 jours livrant plusieurs combats contre les Japonais sur les routes avant d'atteindre à frontière chinoise
Entre temps avec le soutien de Japonais l?Empereur Bao Dai dénonça les traités de protectorat à la France dès le 11 mars 45
Mais le 10 août 1945 Ho Chi Minh crée le Front populaire Vietnamien de libération et le 11 août 1945 à l?annonce de la capitulation japonaise il lança un nord un mot d ordre de soulèvement général.
Le Laos pour sa part avait proclamé unilatéralement son indépendance dés le 8 avril 45 le Cambodge reste sur ses gardes dans un prudent attentisme.
le 2 septembre 1945 Ho Chi Minh rentre à Hanoi ou il proclame l?indépendance
Mais le Général de Gaulle qui avait réussi à s'imposer comme le représentant de la France à l'échelle internationale et en faisant fi des accords de Postdam passés entre les trois grands qui prévoyaient un partage de ce territoire entre Britanniques et chinois,il affirme son intention de restaurer l'Indochine française dans son intégralité Malheureusement il commet une erreur en remplaçant l'amiral Decoux par l'amiral Thierry d'Argenlieu qui n'était pas au courant de la politique locale
De plus un corps expéditionnaire commandé par le général Leclerc entra à Hanoi le 9 octobre .Peu à peu la situation se redresse et les partisans de la France relèvent la tête
Le Laos avec son souverain Sisavang Vong va même regagner le giron de l?Union Française en mai 46.
Mais Ho Chi Minh maintenant anti Chinois préfère négocier avec les Français
le 6 mars 46 dans un accord conclu par l'émissaire Français Jean Sainteny qui reconnaît la république comme État libre au sein de l Union Française et de la fédération indochinoise En compensation il accepta la présence de 15 000 soldats français, laissant le général Leclerc rentrer à Hanoi le 16 mars 46.
Mais l?accord vole vite en éclat car les territoires du sud ne veulent pas cautionner cet accord
De violents incidents éclatent entre l'armée française des troupes vietnamiennes qui ont de nombreux morts à Haiphong
Dès lors le conflit ne cessera plus jusqu'à 1954 et la chute de Dien-Bien-Phu


ordre de bataille français en Indochine entre 1940 et 1945

Division du Tonkin
1ère brigade (Haïphong)
2e brigade (Hanoï)
3e brigade (Dap Cau)
groupement divisionnaire de Lang Son
groupement divisionnaire de Lao Kay
1er territoire militaire (Moncay)
2e territoire militaire (Cao Bang)
3e territoire militaire (Ha Giang)
4e territoire militaire (Lai Chau)
5e territoire militaire (Phong Saly)
Brigade d'Annam - Laos
Division de Cochinchine - Cambodge

Groupement de Cochinchine
Groupement du Cambodge
Secteur de Cap Saint-Jacques
RÉGIMENTS
5e régiment étranger d'infanterie
1er, 2e, 3e bataillons, détachement motorisé de la Légion
9e régiment d'infanterie coloniale (9e RIC)
1er, 2e, 3e, 4e bataillons (à partir de 1944), détachement du Tonkin (à partir de 1945)

11e régiment d'infanterie coloniale (11e RIC)

1er, 2e, 3e, 4e bataillons (à partir de 1944), détachement motorisé de Cochinchine

10e régiment mixte d'infanterie coloniale

1er, 2e, 3e, 4e bataillons (à partir de 1940), détachement motorisé d'Annam

16e régiment mixte d'infanterie coloniale

1er, 2e, 3e, 4e (à partir de 1944)

19e régiment mixte d'infanterie coloniale

1er, 2e, 3e, 4e bataillons

1er régiment de tirailleurs tonkinois

1er, 2e, 3e, 4e, 5e (à partir de 1941), 6e (à partir de 1941) bataillons

3e régiment de tirailleurs tonkinois

1er, 2e, 3e, 4e, 5e bataillons

4e régiment de tirailleurs tonkinois

1er, 2e, 3e, 4e, 5e bataillons

1er régiment de tirailleurs annamites

1er, 2e, 3e bataillons

2e régiment de tirailleurs annamites

1er, 2e (à partir de 1940), 3e (à partir de 1941) bataillons

Bataillon de tirailleurs montagnards du Sud-Annam

4e régiment d'artillerie coloniale
5e régiment d'artillerie coloniale

Bataillon du génie
Compagnie du génie du Tonkin
Compagnie du génie de Cochinchine
Compagnie de sapeurs du chemin de fer
Train blindé du Tonkin
Train blindé du Cambodge
Groupement automobile de Cochinchine

 

   


Copyright © 2003-2023 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:6163493
Nb de visiteurs aujourd'hui:626
Nb de connectés:44