USA Blindés Automitraileuse M8 Greyhound

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 26/05/2024 à 21:44:57



 

 M8 Light Armored Car (AM-M8)

Photoscopes
USA Blindés Automitrailleuse M 20
M8 Light Armored Car Greyhound Arsenalen Suède
M8 Light Armored Car Greyhound Hollande
M8 Light Armored Car Greyhound Italie
M8 Light Armored Car Greyhound Le Canet 2015
M8 Light Armored Car Greyhound Montpellier 2015
M8 Light Armored Car Greyhound Nimes 2015
M8 Light Armored Car Greyhound Overloon
M8 Light Armored Car Greyhound Rome
M8 Light Armored Car Greyhound Saumur
M8 Light Armored Car Greyhound Strasbourg
M8 Light Armored Car Greyhound Marckolsheim


 

 

Le M8 Light Armored Car (AM-M8 ou AMM8 en France) était un véhicule blindé à roues produit par Ford Motor Company et utilisé par les Alliés au cours de la Seconde Guerre mondiale. Les Britanniques vont le surnommer  Greyhound (lévrier).
En 1941, l'armée américaine a demandé une nouvelle automitrailleuse devant servir  en unité au sein de sa Tank Destroyer Force,


Aussi le cahier des charge  prévoit un armement en tourelle rotative avec un canon de 37 mm.

En juin 1942, divers prototypes ont déjà été éliminés du concours et c’est un engin en configuration 6x6 qui est sélectionné.

T21
T22
T23


Après un examen approfondi et de nombreux tests à Aberdeen, avec les engins de Studebaker,et Chrysler nommés respectivement T21,et 23, qui étaient très similaires en apparence.c’est le Ford T22E2 qi a été choisi et modifié à la hâte, principalement en raison des impératifs de calendrier qui exigeaient des livraisons rapidesConçu à l'époque sous le nom de T22E2, cet engin sera destiné à devenir un des véhicules blindés  le plus souvent utilisé par l'armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale, . il est connu sous le nom de M8.
 Dans sa configuration originale, le nouveau M8 était largement utilisé par les unités mécanisées Cavalry, remplaçant les vieillissantes M3A1 Scout Cars qui étaient en service depuis près d'une décennie. Lorsque les Britanniques reçurent leurs premiers M8 via le prêt-bail, ils l'appelèrent « Greyhound » en raison de sa vitesse.
Mais l engin en plus de son blindage faible avait un armement trop léger ,car à ce stade, le 37 mm qui armait le M6 GMC était inefficace contre les derniers chars allemands, et comme il fut choisi pour équiper la future M 8 on ne pouvait pas l’affecter à un rôle de chasseur de chars. Afin de ne pas arrêter l'ensemble du développement de ce modèle, le département de l'Ordnance a décidé de choisir une nouvelle dénomination de la "M8 Light Armored
Depuis 1940, le principal véhicule antichar et tout-terrain en service dans l'armée américaine était le M6 GMC. Il s'agissait d'un camion de base à 6 roues équipé d'un canon de 37 mm installé sur le lit arrière, protégé uniquement par un masque frontal. L'équipage a été exposé et le M6 était légèrement protégé. Malgré cela, il est resté en service jusqu'en 1945
Aucun engin blindé ne comblera le fossé entre les chars légers M3/M5 et la Scout Car  M3.Aussi comme aucune voiture blindée n'a été produite pour l'armée américaine en grand nombre auparavant, les retards lors de la mise en place de la production ont entrainé le démarrage de la chaine de production qu’en mars 1943, soit un an après son choix
Malgré tout avec des sous-traitants, Ford a livré un total de 8523 (8634 d'autres sources) jusqu'à ce que la ligne soit arrêtée en juin 1945, ce qui en fait la voiture blindée la plus produite de l'histoire. Pour cette raison, et son coût abordable, le M8 a commencé une longue carrière d'après-guerre Au total, environ 12 300 exemplaires de ce véhicule ont été fabriqués avec la version M20.
Description rapide
Le M8 Light Armored Car était une voiture blindée légère de 7882.2 kg mesurant 5 m de long, 2.53 m de large et 2.26 m de haut.
Son châssis était divisé en deux compartiments: le compartiment arrière avec le moteur à carburateur Hercule JXD de 110 CV et le compartiment avant accueillant le poste de pilotage et le poste de combat armé d'un seul canon M6 de 37 mm dans la tourelle, d'une mitrailleuse Browning 1919A4 de 7,62 mm et d'une mitrailleuse Browning M2HB de 12,7 mm.. L'équipage du M8 était composé de 4 hommes dont deux prenaient place dans la caisse: le pilote était assis à l’avant gauche du véhicule, l' opérateur radio à l’avant droit.
Construit  à la demande du US Tank Destroyer Command  le contrat pour sa production a été attribué à un consortium de Ford et General Motors.
Cet engin était basé sur un châssis à six roues, qui lui offrait une bonne mobilité en Tout terrain
Son moteur lui procurait une vitesse de pointe élévée de 90kms/h tout en étant très silencieux Mais cet engin avait aussi ses inconvénients qui sont un blindage mince et un armement
Basé sur le M8 Greyhound, est mis au point en 1943, le M20 qui différait par l’absence de tourelle  et un armement composé d'une seule Mitrailleuse Browning M2HB de 12,7 mm.
Cette automitrailleuse  a combattu en Europe: MTO  Italie durant la période 1943-1945 et a en ETO  Normandie, de France et d'Allemagne de l'Ouest (1944-1945). Il a également combattu sur le PTO en Extrême-Orient contre les troupes japonaises. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, il a trouvé son chemin vers de nombreux opérateurs étrangers, dont l'Autriche, la Belgique, la France, la Grèce et la Corée du Sud.
Description
La version du véhicule mis en production fut approuvée le 19 mai 1942.


Le prototype précédant le T22E1, était un 4x4,qui fut testé, mais rejeté. Le Modèle T22 E2 avait une coque entièrement soudée, bien que certains panneaux extérieurs soient rivetés.
L'essieu avant était directionnel  tandis que les deux à l'arrière étaient fixes. Ces roues avaient un axe central blindé et un verrouillage pour les empêcher de se décrocher de l’essieu au combat. Le conducteur, qui était assis à gauche, utilisait un volant de direction standard alors que l'opérateur radio était assis à droite,. Ils avaient un compartiment saillant avec des panneaux blindés pliants en deux parties et des fentes de vision étroites. La tourelle abritait à la fois le commandant et le tireur . celle-ci était ouverte, bien que les volets et les housses aient été prévues
Le canon principal M6 était asservi à un viseur télescopique M70D.
Il était alimenté avec 80 obus lorsqu’il n avait qu’une seule radio, mais souvent avec une seconde radio il n y avait que la place pour 16 obus stockées dans la tourelle.
Aussi des crémaillères supplémentaires ont été montées à l'extérieur lorsque cela était possible.
La mitrailleuse coaxiale 30 a été alimentée par 1 500 cartouches,
On trouvait aussi 16 grenades à main, de quatre pots de fumigène M1/M2, de 6 mines (AT ou HE) montées à l'extérieur


L’equipage avait comme armement des M1 Carbine.
Le blindage était incliné,avec un glacis frontal de 19 mm d’épaisseur
La configuration  inclinée offrait une protection plus efficace.
Mais la partie la plus faible de l’engin était son plancher, épais seulement 3 mm


Cet engin en pouvait résister à un souffle de mine, ce qui représentait une grave menace pour les équipages
Coté motorisation  le moteur,essence Hercules Model JXD 6, en ligne de 320 CV lui assure une vitesse moyenne  de 48 km/h en TT et 90 km/h sur les routes. Il avait une autonomie de 640 kms avec un réservoir de 59 gallons
Le moteur possédait de ventilateurs spécialement conçus qui soufflaient vers l'arrière.
Tous ces système s flitres fixations et les pièces mécaniques ont également été soigneusement adaptées aux opérations silencieuses, avec des résultats tels que les unités de la troisième armée ont été surnommées par les Allemands « fantômes de Patton ».
Pour l’équipement  radio cet engin était particulièrement bien doté avec un  SCR506, puis 508, 510, 608 et 610, tous de longue portée.
Ces radios  permettent le contact direct avec le quartier général, ou avec d'autres unités
Il pouvait servir de voiture de commandement ou de relais  des informations provenant de théâtres plus éloignés.
Les roues étaient protégées par des gardes boues amovibles, ce qui
permettait leur pliage afin de  pouvoir ajouter des chaînes  sur les zones boueuses ou enneigées.
En raison de l’exiguïté de l'intérieur de nombreux crochets et autres fixations ont été inclus dans la tourelle et la coque, et la plupart des équipements personnels ont été montés à l'extérieur sur les ailes avant et arrière et les garde-boue.
Comme sur les engins blindés américains on trouvait  de tout incluant des sacs  des outils, des câbles, mais des sacs de sable qui ont également été ajoutés plus tard pour une protection supplémentaire. Sur l arrière du chassis on trouve un corchet d attelage  permettant de remorquer une remorque ou un canon léger
Les gardes abritaient l’ensemble des feux d'éclairage
Sur la partie centrale, inclinée vers l'intérieur, on trouvera des râteliers pour trois mines ou deux boîtes à munitions, ou des bidons, qui étaient protégés par un panneau de protection amovible, rarement monté en pratique.
Versions
La production étant assurée par un seul entrepreneur, Ford, toute la série était homogène. Certaines différences sont apparues avec des panneaux de protection et plaques de désemsablement
On trouvera aussicertaines variations de la forme de la partie supérieure du montage du canon, sur la tourelle. Les premiers modèles avaient leur mitrailleuse de 50 (12,7 mm) placée juste derrière la tourelle principale qui était actionnée de l'extérieur du véhicule, comme sur certains chars contemporains.
Plus tard, un nouveau support d'anneau a été fixé au-dessus de la tourelle, soulevant la position de la cal.50 (12,7 mm), et permettant le tir de l'intérieur de la tourelle.

 

 


Ce support d'anneau fut précieux pour les tirs AA, mais a également suscité des inquiétudes quant à la stabilité. Plusieurs sous-variantes de ces montures existaient, et presque toutes étaient fixes pendant les opérations, car elles étaient de normes non-usines. Un autre détail a été le réservoir d’essence en acier remplacé par un réservoir en caoutchouc, et la correction de plusieurs problèmes mécaniques, qui ont grandement amélioré sa fiabilité.
Seuls deux prototypes dérivés de la M8, mais n'entra jamais en production.
Le M8E1 a testé une nouvelle suspension en 1943,


Le  T69 MGMC qui fut une conversion en véhicule blindé léger antiaérien, portant un support de moulage quad Maxton (4 mitrailleuses de 50 x 50,22,7 mm) à la fin de 1943.
Le M20 Utility Car

 


 

C'était la principale dérivée du Greyhound, également développée et construite par Ford, en tant que voiture de commandement et de contrôle, dépourvue de toute tourelle. Son seul armement comprend un anneau abaissé pour MG calibre 50
L »equipage possédait aussi un bazooka.
Découvert il était plus spacieux, et équipé d'une ou deux radios à longue portée. Il était également plus léger et plus rapide et a également servi de Transport pendant la guerre. Au total, Ford a livré 3680 «M20 Scout Car»,terme utilisé du début de 1943 à la fin de 1944, Il faut également exporté en Lend lease.

 

 

 

Le M8 avait une coque soudée d'une épaisseur moyenne de 19 mm. Et était armé avec un canon M6 de 37 mm également utilisé dans le Stuart M3 Light Tank monté dans la tourelle centrale, rotative, abritant deux hommes.


Issu du TM 9-743,  nous avons la photo du poste du conducteur a l’avant gauche du véhicule. Les commandes de conduite de cet engin ressembles fortement aux modèles civile du constructeur Ford Motor Company utilisés aux États-Unis dans le but de simplifier la formation des conducteurs.
 Les roues avant étaient tournées avec un volant traditionnel en plastique noir.On peut voir sur cette photo l'embrayage et les pédales de frein sous la roue ainsi que la pédale d'accélérateur plus long jusqu'à droite et partiellement cachée par la bosse dans le sol.
 Les deux pédales d'embrayage et d'accélérateur étaient assistées hydrauliquement  ce qui réduisait la fatigue du conducteur mais pouvait également causer des problèmes lorsque les systèmes fuyaient, ce qu'ils faisaient souvent.
Le grand panneau de bord vert foncé se trouve dessous essus du bloc de verre du côté gauche  Le protectoscope ou épiscope est monté à côté d'une fente de vision qui était couverte par un volet coulissant, qui pouvait être dépliée et vers le bas pour améliorer la vue vers l'avant. Juste au-dessus du volet de vision blindé avant se trouvait la trappe d’accès qui s'ouvrait sur le côté, permettant au conducteur de pouvoir soit sortir de l, engin soit conduite tete dehors Le même système de trappe d'ouverture se trouve sur le cote passagert
L’arme personnelle du conducteur, une carabine M1, qui est présente ici sur sa gauche et on trouve aussi un clip d'arrimage pour une lampe torche La grande boîte blanche  derrière le siège du conducteur contient des obus pour le canon de 37 mm .
Mais d'autres photos ne montrent pas cette boîte à munitions centrale, mais des obus stockés à la place
On ne trouve pas de document officiels sur ces rangements  et pourquoi il y avait différentes options de stockage de munitions .La seule esplication est une RETEX de l’equipage
Aussi cette boîte centrale a pu être utilisée lorsque des radios supplémentaires étaient transportées dans les deux compartiments latéraux de la coque.

 

 

 

 

Ici nous avons  s'agit une vue vers l'avant dans la zone du conducteur depuis la tourelle/comblement de combat du M8 ox, Kentucky.
Sur la paroi latérale du conducteur, il y a un boîtier de contrôle radio pour brancher ses écouteurs et son micro qui  est un BC-606, faisant partie du système intercom RC99.
Le levier de changement de vitesse est visible à droite du siège noir rembourré, monté directement sur le sol. Le grand morceau de métal arrondi sur le plancher entre les sièges et à côté du changement de rapport est le couvercle blindé du différentiel avant, qui est juste en dessous de la plaque de plancher. Le support métallique rouillé collant ce côté du levier de changement de vitesse est ce qu'il reste d'un porte-extincteur. L'extincteur rouge à 4 lb de CO2 était placé verticalement dans le support, le cornet de vidange s'emboîtant dans le renflement de ce côté du support.
Le levier de changement de vitesse est relié, par l'intermédiaire de tiges de commande, à une transmission Syncromesh dans le compartiment moteur arrière donc pas de double débrayage nécessaire  Le M 8 avait  quatre vitesses avant et une arrière.
Il y a aussi un levier de sélection de la portée du boîtier de transfert dans cette zone qui n est pas visible ici caché derrière le porte-extincteur de l'incendie Le sélecteur permettait à la fois des plages élevées et des plages basses, et prévoyait un total de 8 vitesses
Les véhicules initiaux n'avaient pas de blindage sur le plancher dans la zone du conducteur et l’explosion de mines était souvent fatal pour l'équipage.
Les petites plaques blindées ont d'abord été soudées directement sous les sièges et les zones des jambes en tant que solution d’urgence mais ensuite les véhicules vont recevoir sur toute la surface une protection blindée pour augmenter encore la protection.
Même si le tableau de bord était de bonne taille, il n'y avait pas de tachymètre  Ici le grand cadran central est le compteur de vitesse.
Il faut savoir que comme le moteur était très silencieux et le conducteur aurait certainement pu utiliser une indication grâce à ce compteur sur le régime moteur.
Sur le coté droit du conducteur assistant se trouvent de très longs clips utilisés pour ranger son tableau de lubrification et sa boîte radio est également vue sur ce mur.

 

 

 




Voici une autre photo mais rapprochée de la zone du conducteur
On voit la poignée permettant d’abaisser le volet blindé vers l'avant sur la gauche de la plaque. Un protectoscope en verre pare-balles doit occuper le trou situé sur le côté droit de la plaque de blindage Lorsque la plaque de blindage un pare-brise avec essuie-glace est  présent mais dans les véhicules d'après-guerre,
Ces pare-brises sont stockés dans une boîte  sont ficés sur 3 goujons sur l'extérieur du verre.
La M8 a recu le surnom de Greyhound par les Britanniques parce qu'il était un speedster, facilement capable d'atteindre 88 kmh sur les routes. Rappelez-vous que lorsque la voiture a été conçue à l'origine en 1940, elle devait faire partie de la Tank Destroyer Force de l'armée américaine, et devait donc être une plate-forme rapide et agile pour monter un canon antichar. Au moment où le véhicule a été introduit sur le champ de bataille, le canon de 37 mm n'était plus efficace contre les blindés allemands les plus améliorés, de sorte que le véhicule a été remplacé par des véhicules à chenilles plus épaisses dans le rôle antichar et a plutôt assumé les fonctions de scout et de patrouille qu'il était mieux à même d'exécuter. La vitesse du M8 était en partie due à sa légèreté et à sa protection contre les blindages minces, mais sa vitesse était de compenser cette lacune. La M8 a accompli sa nouvelle mission de reconnaissance particulièrement bien dans les théâtres européens et africains de la Seconde Guerre mondiale, servant dans de nombreuses armées alliées pendant des années après la guerre.
L'intérieur de la coque M8 est peint en blanc en usine, à l'exception de l'intérieur des trappes du conducteur, qui étaient peintes en vert
Comme la plupart des AFV américains de la Seconde Guerre mondiale, les deux sièges avant étaient rembourrés et recouverts d'un matériau en cuir noir ou en similicuir, et plus tard avec de la toile verte, et aucun siège n'était réglable d'une manière ou d'une autre.
Cependant, le siège du copilote peut basculer pour permettre un accès direct avec l'équipage de la tourelle. Les trappes étant fermées, la plupart des conducteurs se trouvent dans un espace très confiné
Ici on peut voir les points d'attache sur la gauche pour les larges ceintures de sécurité.

 

 

 

 

Ici  nous savons une vue de glacis avant au-dessus de la zone poste de pilotage avec les trappes
On trouve la carabine M1 sur le côté gauche du conducteur et la lampe torche verte OD directement au-dessus. Une gourde  M1910 est montée sur son simple clips à l'arrière du conducteur et un certain détail de l'intérieur des volets d'observation blindés avant .
Sur le plancher entre les sièges se trouve le changement de vitesse et le décalage de la caisse de transfert
Cette boite de transfert permettant deux plages, basse et haute, pour les trajets sur route ouTT. Ue lampe est présente située entre les deux hommes pour éclairer l'intérieur  en bas à gauche. Comme la tourelle est tournée à 10 heures nous apercevons le canon coaxial de MG Browning de 30 avec son capuchon en cuir de protection
Les tiges d'antenne sont rangées dans leur étui de toile sur le toit de la coque devant la tourelle et les barres de nettoyage du canon de 37 mm sont positionnés dessous. Les écoutilles n'étaient pas étanches à l'eau, car il n'y avait pas d'opercule en caoutchouc, et  en cas de pluie, elles fuyaient.
Si on ajoute la tourelle ouverte et un mauvais système de chauffage, l’equipage devait souffrir des intempéries  sous la pluie et la neige au cours de l'hiver 44/45.

 

 

 

Nous somme ici à l'intérieur du véhicule avec une photo coté droit

On voit le ratelier entre les roues de la coque.  Normalement un couvercle rabattable doit être présent
Le M8 transporte jusqu'à 80 obus de 37 mm, dont 34 dans cet râtelier.
Au-dessus se trouve un espace de rangement pour des radios ou d'autres stockages. Les munitions de .30 sont stockées dans le sponson à gauche et des boîtes de rangements des munitions de 50 sont accrochées via des pattes de soutien.
Au bord avant de la plaque de coque droite, à côté du conducteur assistant, se trouve un bac de rangement ouvert  et juste visible directement en avant de son siège se trouvent deux petites boîtes d'arrimage avec des couvercles articulés pour les blocs de verre de secours de protection.
 Les pinces sur la plaque avant du copilote servaient a maintenir les phares détachables lorsqu'ils n'étaient pas utilisés.
Juste en face au centre se trouve à nouveau le support d'extincteur, tandis que le rouleau de tourelle est également visible à nouveau en haut à gauche. Cote radio nous avons les boîtes de connexion radio  BC-739.

 

Une autre vue de la même zone coté droit Une partie de l'intérieur de la tourelle est visible ici, y compris le volant d'élévation pour le canon ainsi que le repose-pieds pour le commandant et le tireur. La boîte de connexion de communication du commandant est montée sur le cote et plus en arrière  on trouve la boîte à grenades couvercle ouvert.

 

Le compartiment de rangement latéral de la coque était similaire tant à gauche qu’à droite, mais le coté gauche était généralement  utilisé pour transporter les radios du véhicule sur l'étagère supérieure et les boîtes à munitions MG en bas.
La M8 pouvait être équipée d’un certain nombre de combinaisons de radio, en fonction de l'affectation de son unité et de sa mission.
Il pourrait s'agir d'une radio SCR-506, 508, 510, 608 ou 610 et comprend quatre boîtiers de connexion interphones, un pour chaque membre d'équipage.
Dans le cas d'une unité de RECE pour un bataillon de chars, la radio la plus courante était le SCR-508, qui comprenait deux récepteurs, un émetteur et un boîtier de commande.
Les deux récepteurs permettent au commandant d'écouter à la fois  niveau bataillon et section, la même configuration que celle utilisée dans un engin de commandant de la compagnie de chars.
La série SCR-508 était des modèles FM qui étaient bons sur des distances de 20 à kms  dans le pays des basses collines, mais avaient une réception beaucoup plus claire que les radios AM.
Un engin de commandement niveau du bataillon peut également être équipé d'un SCR-506, en plus du SCR-508.
Le SCR-506 était un ensemble radio AM avec une plage nominale beaucoup plus grande que l'unité FM, peut-être porter jusqu'à 100 kms pour la voix et 200 kms  en code
Dans les chars comme le M4 Sherman, vous pouvez rapidement distinguer ces véhicules de commande contenant le SCR-506 par l'antenne supplémentaire montée dans le glacis avant, car la radio était située à côté du conducteur assistant/chariot de mitrailleuse dans cette zone. Dans le M8, le deuxième ensemble radio était souvent monté dans l'ouverture de stockage de la coque droite et l'antenne supplémentaire montée sur la plage arrière
On distingue le dossier arrière du siège du avec un support pour une gourde
Sur cette photo, on voir le siège du tireur à gauche, sans son coussin rembourré.
Le sol antidérapant du M8 est peint en usine en vert DO, mais des sols blancs sont également présents sur les véhicules restaurés.
Une partie de la boîte de rotation transversale de la tourelle est présent en haut à droite, ainsi que l'un des serrures transversales de la tourelle.

 


Ici nous avons une image du TM avec le poste radio dans le côté droit du châssis 
Ici c’est un récepteur radio BC-652 et d'un émetteur BC-653, ce qui donne un  SCR-506. Dans ce cas, la zone située au-dessous de la radio était réservée pour les drapeaux de signalisation et aux rations
Une lampe torche peut être rangée sur le support à droite du microphone/au fond, et le fil que vous voyez à l'angle supérieur droit de la photo est la sonde d'antenne venant du fouet monté sur le côté arrière droit de la voiture.


 

 

Ici nous avons une radio en  configuration d'un SCR-528, avec son émetteur BC-604 et son récepteur BC-603. C'était à peu près l'ensemble radio standard, permettant aux opérateurs de recevoir et de transmettre des informations. C'était aussi le système radio standard placé à l'intérieur des chars du chef de peloton US Les boîtiers radio étaient généralement peints de couleur verte standard, et la facade où se trouvent les commandes étaient généralement noirs.
L installation radio sur M 8 et M 20 était similaire

 

 

 

Ici nous avons la partie arrire du poste de combat qui contient des boîtes de rangement pour les grenades et, d'une manière générale, les boîtes de rangement blanches ont été boulonnées directement sur le mur ou le sol.
L'agencement d'un M8 a généralement été modifié par son équipage et les instructions officielles de stockage étaient rarement suivies ou appliquées dans l'armée américaine sur le terrain
 Un autre galet de support de tourelle est visible en haut à droite et les deux sièges de tourelle avec leurs supports fixés à l'arrière de la tourelle sont bien visibles.
 Les sièges étaient réglables en hauteur sur ces barres d'appui, et la partie inférieure pouvait contenir huit ronds est située entre les supports de support du siège.

 

 

 

 

Ici nous avons une photo prise sous le chassis avec les trois essieux du M8
Cette photo TM montre l'agencement général du côté inférieur du châssis, y compris les arbres d'entraînement. Sur la photo, l'essieu de direction avant est proche du bas de l'image, avec son arbre d'entraînement menant à l'avant du grand boîtier de transfert.


Trois arbres sont visibles à l'arrière du boîtier, le centre venant du moteur/transmission et les deux membres extérieurs menant aux essieux arrière de conception à deux côtés. Les essieux étaient blindés et plus larges qu'un camion, donnant au M8 une excellente  stabilité latérale.
On voit également un peu des ensembles de suspension à ressort à la plus grande lame arrière et des amortisseurs, ainsi que le seul tuyau d'échappement l'arrière du véhicule.
La fabrication automobile américaine était la meilleure au monde à cette époque pour la simplicité et la robustesse et la M8 était robuste et facile à entretenir/réparer.
Avec son poids de16 500 livres il ne pesait pas beaucoup plus qu'un pick-up actuel.

 

 

Ici nous avons une vue du  compartiment moteur à l'arrière du M8 abritaant  deux ventilateurs et le radiateur de refroidissement à l'arrière
Le moteur situé au centre, et les batteries sont sur le côté droit.
Des trappes recouvrent le compartiment moteur mais ici les deux écoutilles ont été enlevées pour cette photo
Le moteur est un moteur à six cylindres, en ligne, JXD Hercules de 110 ch, très similaire à celui utilisé dans M3 Halftracks.
Sur cette  photo on peut aussi voir le filtre à air circulaire en haut à gauche et le collecteur d'échappement le long du côté gauche des cylindres du moteur qui aboutit au tuyau d'échappement. Également visible en bas à droite du moteur le générateur avec un filtre à huile rond au-dessus et un autre objet rond, le boîtier de manivelle, au-dessus. La majeure partie de l'intérieur du compartiment moteur était peint en blanc, y compris les murs du compartiment, les radiateurs et les assemblages de ventilateurs.
La batterie, le filtre à air et le régulateur de générateur étaient généralement noirs. Le moteur Hercules avait généralement un bloc et des têtes en noir ou vert, tandis que les autres composants pouvaient être peint de diverses couleurs, selon le constructeur
Avec son faible taux de compression, le moteur pouvait fonctionner avec des carburants à faible indice d'octane. Le réservoir  était situé entre le moteur et le compartiment de combat et était du type auto-obturant avec du caoutchouc entouré dans un boîtier en acier.
Construit par la Ford Motor Company de St. Paul, Minnesota, la M8 avait une autonomie de 560 km et une vitesse maximale de plus de 90 kms/h.


 

 

 

Le moteur Hercules était à l'origine conçu pour des machines industrielles d'usine, mais a été adapté pour des véhicules militaires, comme nombre de moteurs commerciaux qui ont  été militarisés  pendant la Seconde Guerre mondiale.
Sur ces photos ont peut voir les côtés droit et gauche du moteur, avec deux ventilateurs de refroidissement à l'arrière. L'air d'admission a été filtré à travers un purificateur d'air de bain d'huile, typique pour l'époque, invisible sur cette photo.
Au sommet du moteur se trouve le carburateur et le collecteur d'admission est connecté en dessous,


 La sortie du collecteur d'échappement est vue visible avec  le ventilateur et le générateur  monté sur le côté droit
Le petit démarreur est monté en bas à gauche du bloc et l'avant du moteur est relié à la boîte de vitesses, non présente dans ces images.


 

 

 

 

 

Cette photo  illustre l’aménagement de la tourelle à ciel ouvert qui en acier moulé. Le tireur est assis à gauche de la culasse du canon de 37 mm en bas de la photo et le commandant/chargeur est à droite. La tourelle n'a pas de parois de panier ni de plancher entièrement rotatif. Au lieu de cela, les sièges sont montés à l'arrière de l'anneau de la tourelle sur des supports tubulaires réglables en hauteur, qui se rejoignent en dessous et juste en avant des sièges pour former un petit plancher partiel ou une plaque de pied.
Il y a également un toit partiel à l'avant de la tourelle (qui rappelle le chasseur de chars M18 HellCat, conçu à la même époque dans un but similaire.
Le toit partiel offre une certaine protection à la lunette de visée et à la boîte à munitions coaxiale MG montée à l'avant à gauche du canon.
Une bâche pouvait couvrir le reste de la tourelle en cas d'intempéries, mais elle était retirée avant de partir au combat pour offrir une meilleure vue panoramique. En fait, c'est la raison pour laquelle ces tourelles ont été conçues sans toit de tourelle, afin d'offrir d'excellentes vues à l'équipage pendant qu'il recherchait des cibles et manœuvrait pour éviter les ripostes.
 Le M8 a également été utilisé sur le théâtre du Pacifique contre les Japonais, où son canon de 37 mm s'est avéré suffisamment puissant pour mettre, hors de combat la plupart de chars japonais
Bien sûr, la tourelle à toit ouvert était vulnerable aux jets de grenade à main. Visibles sur cette image sont le viseur télescopique monoculaire du tireur avec coussinet intégral, ainsi qu'un coussinet de tête en vinyle noir à côté du viseur sur le côté du support du canon.
Assis sur son petit siège et aux commandes de son arme, la tête du tireur est très proche du support et de la culasse de l'arme.


 

 

 

 

 

 

 

Autre vue vers l'avant de la tourelle dont l’intérieur est peint en blanc
En dessous du canon M6, vous pouvez voir le tube de support avant partant de la plaque de base qui soutient non seulement l'avant du plancher partiel, mais protège également les câbles mécaniques allant des petites pédales de tir aux mécanismes de tir du canon et de la MG  coaxiale.


La molette d'élévation manuelle du canon est à peine visible à gauche du mécanisme d'élévation du support du canon, presque perdue dans l'ombre. La translation était manuelle, grâce à l'utilisation du volant blanc visible à gauche de l'arme sur l'anneau de la tourelle.
En bas à droite de la culasse du canon se trouve la boîte de stockage de munitions de 37 mm utilisée pour contenir environ 34 obus
Sur le côté opposé de la coque se trouve un autre compartiment de stockage pouvant contenir environ neuf boîtes de munitions MG de calibre .30. Il y avait une mitrailleuse coaxiale de calibre .30 M1919A4 montée à droite du canon de 37 mm.
 Les M8 initiaux n'avaient pas de supports de calibre .50 sur la tourelle, mais ils ont ensuite été modifiés sur le terrain pour recevoir une variété de supports, notamment le support annulaire de type camion. Qui sera standardisé type LATE .

 

 

 

 

 

Le canon M6 de 37 mm est la version améliorée du M5  utilisé sur les premiers chars légers américains M2A4 et M3. Le canon M6 était environ 15.5cm plus longu, permettant une vitesse de projectile accrue, et il incorporait un bloc de culasse coulissant vertical semi-automatique à la place du bloc manuel du M5.
La cadence de tir maximale est estimée à 30 coups par minute, mails fallait qu’il y ait suffisamment de munitions à proximité du canon
Aussi la cadence de tir n’était  affirment que 20 coups/ minute
La portée maximale du canon était d'environ 12 700 mètres, mais la portée normale pour toucher une civle était de 2 000 mètres
A 500 mètres, l’obus peut pénétrer 53 mm de blindage avec 30 degrés d'obliquité, alors qu’ à 2 000 mètres, le blindage  percé n’est que de 35 mm.
Au moment de son développement, l'arme de 37 mm était considérée comme suffisante pour pénétrer la plupart des véhicules blindés, mais la guerre a accéléré  le renforcement du blindage et seulement une légère augmentation de la vitesse de tir du M6 était à peu près tout ce qui pouvait être offert par ce canon d’une conception vieillissante
 Le résultat fut que les chars équipés du canon M6, tels que les chars légers M3A1/M3A3 et M5/M5A1, ainsi que le LVT(A)  furent relégués. à des missions ou leur puissance de feu n’était pas une condition sine quoi none dès1942. Notez que le cylindre de recul se trouve sous le canon du pistolet dans le traîneau et qu'un long boîtier à ressort mince monté sur la gauche de la culasse actionne le mécanisme d'ouverture semi-automatique de la culasse qui éjecterait chaque obus vide et garde la culasse ouverte pour le prochain tir


 

 

 

 

La zone à gauche du canon comprend la manivelle de la roue de translation manuelle en bas à gauche avec une vis de verrouillage de la tourelle à sa droite immédiate.
Comme la tourelle était lourde vers l'avant, lorsque le véhicule était garé en devers  la tourelle avait tendance à tourner seule  si elle n était pas verrouillée Les premiers mécanismes de rotation manuelles du Greyhound étaient du type à une seule vitesse, mais les versions ultérieures (comme celle-ci) avaient deux vitesses, la première pour des alignements rapides et grossiers et la seconde pour des ajustements plus précis sur la cible. À droite se trouve le volant d'élévation, fixé à un simple pignon et à une piste d'engrenage incurvée sous le canon.
Sur le cote de la tourelle se trouvent quelques clips horizontaux  celle la plus proche est destinée à une lampe de poche et la plus éloignée est destinée à l'illuminateur de visée M39C.
Les premiers véhicules n'avaient pas cette batterie pour éclairer le réticule de visée et n'avaient donc pas le deuxième jeu de clips présents ici Un plateau de support blanc à l'avant de la tourelle fait office d'étagère pour la boîte de munitions de calibre .30 qui alimentait la MG coaxiale de l'autre côté du canon. Juste visible au-dessus du canon du canon de 37 mm se trouve le canal par lequel la bande de munitions glisse pour se diriger vers la MG
A noter les divers accessoires comme les clips et les boutons de réglage pour les réglages verticaux et horizontaux du tube de visée.
L’affut du canon était généralement peinte en blanc, bien que le vert OD soit également visible à l'occasion
Généralement, l'anneau de culasse rond et la culasse coulissante verticale de l'arme de 37 mm étaient peints en noir, les surfaces usées montrant le métal poli de l'acier en dessous, mais il existe des photos montrant des anneaux de culasse verts OD au lieu de noirs.

 

 

 

 

 

Ce dessin issu du  TM est plus clair et montrant cette fois les détails sur le côté inférieur gauche du canon M6 de 37 mm et de son affut
Un certain nombre de choses intéressantes sont visibles sur l'image, notamment les détails du volant d'élévation, son pignon et la crémaillère sous le support. On aperçoit également le câble de liaison mécanique remonter le tube de support du plancher de la tourelle (à partir de la pédale) et s'enrouler jusqu'au côté de l'arme.
De l’autre côté du canon on peut voir le deuxième câble de la deuxième pédale servant pour la MG coaxiale.
Le support de lunette de visée est visible ici, en haut à gauche, de même  que la plaque signalétique du canon à l'extrême droite.


 

 

 

 

 

Cette photographie du côté droit du canon nous montre la position de la MG coaxiale avec le trou à travers le masque pour le canon de la MG refroidi par air. La MG était maintenue en place avec deux broches traversant le plateau de montage et le bas de la MG.
Chacune des broches possédait des petites chainettes qui  assuraient le maintien en place de la MG  sur le plateau.
On trouve aussi une boussolle pour l orientation

 


Sur l'anneau de la tourelle à droite se trouve un conteneur ovale pour ranger les jumelles M3 du commandant dans leur étui en cuir marron M17, et sur le mur se trouvent un certain nombre de clips  pour les lampes de poche montées horizontalement et les 16 obus de 37 mm stockés verticalementdans la tourelle.
Le canon M6 peut tirer des obus M63 HE, M511/M51B2 APC et M74 AP


L'élévation du canon  est de +20 à -8 degrés. En règle générale, il y avait des sacs de récupération en toile verte pour les douilles usagées du canon M6 et de la MG coaxiale qui étaient accrochés en dessous/derrière chacun.
La quantité de munitions déclarée stockée dans le véhicule peut varier en fonction des  sources à notre disposition
La source la plus fiable indique que la M8 pouvait transporter entre 60 et 80 cartouches de 37 mm  environ 1 500 cartouches de munitions MG de calibre .30 et 400 cartouches ou plus de munitions MG de calibre .50.
Les munitions Browning de calibre .50 étaient généralement composées à 80 % d'AP et à 20 % de traceurs
Le rapport AP/traceur était le même pour les munitions de calibre .30, et chaque boîte de munitions M1 en acier contenait environ 250 cartouches en bande.
Étant donné que les cartouches traçantes ont des extrémités rouges, on voit sur les bandes quatre cartouches AP de couleur cuivre, puis d'une balle traçante en cuivre à pointe rouge


 

 

 

 

 

La mitrailleuse Browning de calibre .30 M1919A4 était l'une des meilleures mitrailleuses légères utilisées pendant la Seconde Guerre mondiale. Ayant été produite et utilisée bien avant le début de la guerre pour les États-Unis, la MG avait surmonté la plupart de ses maladiers de jeunesse
C'était donc une arme robuste et très fiable et était utilisée dans un certain nombre d'applications, notamment dans des supports fixes comme MG coaxiale principale dans tous les chars américains de cette période. L'alimentation par bande tissu ou par courroie à maillons désintégrants se faisait depuis le côté gauche dans la plupart des différents modèles du .30cal à l'exception du type d'avion M2
La cadence de tir était comprise entre 450 et 600 tr/min. En règle générale, la seule différence entre les MG M1919A4 à montage fixe et flexible résidait dans les viseurs utilisés et la présence d'une poignée pistolet à l'arrière des versions flexibles afin de fournir une poignée pour diriger son tir.
La version .30cal M1919A5 était parfois vue en position coaxiale. Cette arme était identique à l'A4 à l'exception de la suppression des groupes de visée avant et arrière, de l'ajout d'une glissière escamotable sur le côté droit et d'un groupe de détente du couvercle à gauche, à la place du groupe de capture du couvercle à droite.
Étant donné que les canons étaient normalement montés à droite de l'arme principale et que les MG étaient du type à alimentation gauche, il n'y avait généralement pas de place pour des caisses de munitions entre la MG et le canon principal.
Par conséquent, la boîte d'alimentation en munitions était souvent montée de l'autre côté du canon principal et utilisait une gaine coulissante passant sur le canon pour diriger les munitions ceinturées vers la MG.
Cela a malheureusement exposer les munitions aux poussières et autres saletes ce qui peut conduire à un enrayage de la MG,
Mais c'était le seul moyen d'acheminer les bandes de munitions vers le côté gauche du récepteur de la MG.

 

 

 


Les deux sièges de la tourelle sont soutenus par deux barres fixées à des supports massifs à l'arrière de la tourelle, et les sièges sont réglables en hauteur uniquement.
Depuis le bas du support du siège, des extensions tubulaires s'étendent vers l'avant et se rejoignent pour former un support pour une plaque de pied. Juste en avant de la plaque de base, le tube de support s'élève pour relier le tout à l'avant de la tourelle, sous le canon.
Alors que le canon du char M3 Stuart était mise à feu électriquement via des solénoïdes et un interrupteur sur le volant d'élévation sur le Greyhound afin de réduire le poids  le système est mécanique via des pédales à boutons situées vers le bas. sur la plaque de base, fixée aux câbles allant jusqu'aux armes.
Il pouvait également être tiré via une gâchette manuelle située sur la plaque latérale gauche du support M23A1.
Et contrairement au canon du Stuart  le canon du Greyhound n'était pas stabilisé par gyroscope, encore une fois en raison de la nécessité de réduire le poids
La pédale à droite de la plaque de base servait pour la mise à feu de la Browning coaxial .30cal et celle de gauche pour le canon,
Les  pedales étaient facile d’accés soit par le tireur de gauche, soit par le commandant/chargeur de droite.
L'extrémité de la culasse de 37 mm était généralement protégée par une protection articulée qui pouvait être abaissée ou relevée au-dessous ou au-dessus de la culasse lorsqu'elle n'était pas utilisée.
Le protège-culasse agissait également comme un déflecteur des douilles  qui une fois éjectés tombent  vers un sac de récupération en toile ou vers le plancher de la coque si le protège-culasse est absent.


 

 

 

 

 

 

Nous avons une vue de l'intérieur arrière de la tourelle et aussi de certains des coffres de rangement sur le plancher de la coque.
Autour de l'anneau de la tourelle se trouvent des clips pour des obus de 37 mm stockés plus verticalement - le support à l'arrière de la tourelle en contenait huit, stockés vers le haut.
Un support similaire a été monté du côté commandant/chargeur de la tourelle, et vous pouvez voir le bas du rack à l'extrême gauche sur cette photo. Les deux supports pour les sièges du tireur et du chargeur sont également clairs sur cette image, avec la fente dans laquelle le support du siège montait et descendait à l'intérieur, visible au-dessus du bas du siège.
Chaque siège était rembourré avec un coussin rond noir et d'un dossier plus petit. Les sièges comprenaient également des attaches pour des ceintures de sécurité larges et beiges avec de grandes boucles en acier, les mêmes que celles utilisées sur les sièges du conducteur et de l'assistant du conducteur, mais les ceintures de sécurité ont été retirées en action.
En raison de l'exiguïté de l'intérieur, la plupart des équipements de rangement personnels de l'équipage, tels que les sacs de couchage et les sacs de couchage, étaient attachés à l'extérieur de la coque et de la tourelle et sur le chassis
Les boîtes de rangement situées au sol, au niveau de la plaque pare-feu arrière, que l'on voit ici, comprennent trois pour les grenades et une plus grande pour les fusées éclairantes.


 

 

 

 

Cette photo très nette illustre l'intérieur du compartiment de combat d'un M8  comme il devait être règlementairement
Le rateleir avec les munitions de 37 mm dans le compartiment droit de la coque, la porte du compartiment est ouverte pour montrer les couilles en laiton
Le rack de la tourelle du commandant/chargeur contient  également les huit obus de 37 mm, et même un étui pour jumelles se trouve dans la coupelle de rangement à l'avant de ce côté de la tourelle. La MG coaxiale Browning de calibre .30 est montée en place et l'arrière du récepteur noir et la poignée d'origine sont visibles ici.
 Le siège du commandant se trouve en bas à droite et la plaque de base avec les boutons de tir pour les canons est visible en dessous.
Ici l'intérieur de la tourelle sauf l'anneau de la tourelle et le plancher de la coque sont peints du même vert que l'extérieur du véhicule.
À gauche se trouve le viseur télescopique du tireur avec le volant d'élévation en dessous sur le côté du support du canon et la roue transversale près de l'anneau de la tourelle. Vous pouvez également apercevoir le bidon d'eau derrière le siège du conducteur.
Beaucoup de photos de l'intérieur de la tourelle montrent des marquages en degré/mil sur l'anneau blanc de la tourelle, utilisées comme guide rapide pour le tireur pour voir dans quelle direction la tourelle pointe par rapport à la coque.
En bas se trouve une boîte de rangement blanche pour les pièces et outils  et un extincteur rouge de 4 livres visible dans son support sur le sol entre les sièges du conducteur.
Sous le bac de stockage de munitions à droite se trouve un sac en toile contenant un jeu de drapeaux de signalisation M238. Ces ensembles ont été distribués à la plupart des engins blindés américains tout au long de la guerre, que le véhicule soit équipé ou non de radios, et contenaient trois drapeaux (rouge, orange et vert) ainsi que leurs mâts.

 


 

 

 

 

Il n'y avait pas beaucoup de place dans la tourelle une fois le tireur et le commandant du véhicule en place


Ici, le tireur est assis avec son épaule droite sous la protection anti-recul, son bras gauche reposant sur l'anneau de la tourelle et ses mains sur les volants de translation et d'élévation.
Remarquez comment le blanc de l'anneau de la tourelle, avec ses marques en degrés/mil, apparaît clairement sur cette photo. Le commandant semble plus à l'aise dans son siège, mais peut-être uniquement parce qu'il est partiellement tourné vers le centre du véhicule
Les écoutilles ouvertes dans la zone du conducteur de la coque et une idée du rangement prescrit à l'extérieur de la coque.


 

 

 

 

Après la fin des hostilités en Europe, de nombreux M8 américains ont été fournis à des alliés américains ou ont joué des fonctions de police pour le compte des États-Unis en Allemagne.
À l'été 1950, lorsque la guerre de Corée a éclaté, des véhicules blindés M8 ont été transportés d'urgence du Japon vers la Corée du Sud dans une vaine tentative de ralentir la guerre éclair nord-coréenne vers Séoul. Une fois de plus, le blindage mince et le canon faible des voitures blindées les ont forcés à jouer des rôles de patrouille et de reconnaissance où ils ont fourni un excellent travail Bien qu'il puisse encore y avoir quelques M8 en service actif quelque part dans le monde, leur dernière action militaire majeure a eu lieu avec les Français en Indochine/Vietnam.
Lar M8 en serviceLa M8 était considérée comme une engin de reconnaissance beaucoup plus apte que le scout car M3 sans oublier qu’elle a fait la preuve de faibles capacités tout-terrain, du moins par rapport à ce que l'on attendait d'elle. Malgré cela, sa fiabilité globale, sa robustesse, sa vitesse, sa longue portée et sa furtivité dans les opérations, ont prouvé que ses qualités compensent ses inconvénients.
Les reproches sont son blindage qui était généralement  renforcé par la pose de sacs de sable par l'équipage, sur ses arrières la tourelle et des flancs,
Il faut aussi prendre en compter le barda des membres d’equipage transportés

 


Son armement principal était efficace contre les véhicules légers allemands, ou les véhicules blindés comme le Sd.Kfz. 232 Par contre les Puma, c’était une autre musique et il fut chargé des missions de RECCE ou comme véhicule de soutien d'infanterie
Par la suite, beaucoup d'entre eux ont été transférés au théâtre du Pacifique à la fin de 1944, soldats aux Philippines et à Okinawa,où ils seront  eployés comme chasseurs de chars. Environ 1 000 ont également été envoyés, par le biais de Lend-Lease, aux forces britanniques, françaises libres et brésiliennes. Ils ont servi longtemps après la guerre avec les deux derniers pays.
Les M8 français servent pendant l'Indochine et la guerre d'Algérie. Après 1946, la plupart d'entre eux ont servi avec diverses armées de l'OTAN et les excédents de Greyhounds ont été achetés par de nombreux pays du tiers monde, où ils étaient considérés comme moins chers que les chars.
Pas moins de 48 pays ont utilisés le Greyhound pendant la guerre froide, certains avec de nombreuses modifications, comme le Brésilien CRR Brasileiro (1968) et le grec M8 (Diesel) dans les années 70. Les Français ont modifié la M8 avec une tourelle Panhard H-90, tandis que les Colombiens ont fait une version antichar
La M8 Greyhound  bien que complètement dépassé dans les années 1960 sera utilisée Afrique.
La Belgique, va l utiliser  au Congo principalement par l'armée de l'air pour la sécurité de la base ainsi que par la Force publique au Congo.

Mais quelques jours après l'indépendance du Congo, des éléments de la nouvelle Armée nationale congolaise se sont mutinés et de graves violences ethniques et tribales ont éclaté. La Belgique a ensuite envoyé des troupes pour protéger leurs propres civils, rendant la présence belge dans la région encore forte.
Peu de temps après, la province du Katanga dans le sud s'est révoltée et a déclaré son indépendance, avec le soutien de la Belgique, et au cours de ce conflit deux M8 ont été modifiés par les Belges/Katangeais  à la fois en sur-élevant  la tourelle mais pas exactement de la même manière.

 

Bonus

 

 
   


Copyright © 2003-2024 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:7192393
Nb de visiteurs aujourd'hui:1352
Nb de connectés:69