Italie Florence Palazzo Vecchio

Article écrit par : Raffaela Traduction et adaptation Claude Balmefrez

Mis en ligne le 19/05/2024 à 21:37:00



Florence : Palazzo Vecchio (extérieur)

Traduction et adaptation  de cet article italien I viaggia di raffaella

 

Florence : le Palazzo Vecchio .
Le Palazzo Vecchio est un bâtiment qui fut pendant sept siècles le siège du gouvernement de la ville et qui abrite encore aujourd'hui le maire de Florence et les bureaux municipaux.
C’est  l’un des édifices civiques les plus connus de Florence et aussi du monde et se trouve sur la Piazza della Signoria, dans le centre historique de Florence, à côté des Galeries des Offices et non loin des rives de l'Arno.
Initialement c’était le Palazzo dei Priori construit à la fin du XIIIe siècle pour abriter les Prieurs, les représentants du Conseil de la République de Florence, qui furent d'abord trois puis six et en fonction pour seulement deux mois.Ils étaient nommés parmi les 21 corporations des arts et métiers florentins.
Au XVe siècle, il devint le siège de la Signoria, formée par le conseil municipal des Prieurs désormais appelés Seigneurs et du Gonfalonier de Justice choisi parmi les Prieurs) Il fut donc nommé Palazzo della Signoria .
À partir de 1540, lorsqu'il devint la résidence du duc Cosme Ier de Médicis, le palais devint Palazzo Ducale .
Mais en 1565 lorsque Cosme Ier de Médicis et sa cour  vont s'installer au Palais Pitti , nouvelle résidence ducale construite à Oltrarno. Les bureaux administratifs et les magistratures ont été transférés aux Offices . Il devint Palazzo Vecchio .
Entre 1865 et 1871, il fut le siège du Parlement du Royaume d'Italie.
 
 
Historique
Sur ce lieu s’élévaitdans dans l’Antiquite à l’époque de la Florentie romaine, un Théâtre Romain 
Les gradins semi-circulaires  et la scène se trouvaient  sous le palais


Des traces du sol de la scène du théâtre ont été retrouvées au sous-sol du bâtiment. Les prisons du palais furent alors construites sous les arcades du monument romain. Dans le sous-sol ont également été trouvés les restes de puits, d'amphores, de pièces de monnaie, de bijoux et la sépulture d'un enfant du 1er siècle.
Ensuite au Moyen Âge, cette zone était occupée par des maisons-tours.
Le Palazzo dei Priori a été construit à partir de 1299 sur un projet attribué à Arnolfo di Cambio, sur les ruines du Palazzo dei Fanti et du Palazzo dell'Esecutore di Giustizia après que la famille Uberti, propriétaire des bâtiments, eut été expulsée de Florence en1266.
Lors de la construction l’architecte doit prendre en compter certains éléments d’urbanisme dont la tour de la façade, qui n'est pas située exactement au centre
En effet elle fut construite sur un base de tour plus ancienne .La Torre della Vacca de la famille Foraboschi, qui avait été étêtée en 1250.À la mort d'Arnolfo di Cambio, le palais fut achevé en 1314 par deux autres maîtres.
Le palais du XIVe siècle, de forme parallélépipédique, fut ensuite quadruplé vers l'est vers Via della Ninna , prenant une forme trapézoïdale dont le côté le plus court correspondait à la façade principale.
Le palais fut en effet agrandi entre les XIIIe et XIVe siècles par le duc d'Athènes Gauthier IV de Brienne prenant l’apparence d’une forteresse.


Sous Cosme l'Ancien de Médicis (1440/1460), le palais fut reçu sa décoration Renaissance avec la Sala dei Duecento et la Cour de Michelozzo )
Par la suite sous la République de Fra' Girolamo Savonarola, fut créé le grand Salone dei Cinquecento 
Un dernier agrandissement fut réalisé sur l'arrière du palais par Giorgio Vasari, Battista del Tasso et Bernardo Buontalenti pour Cosme I de' Medici (1540/1550) lorsqu'il devint la résidence du duc.

 


La façade
La façade du Palazzo Vecchio donnant sur la Piazza della Signoria est de sstyle rustique réalisée en pietraforte.
La pietraforte est un grès à ciment calcaire d'origine détritique. Elle sera utilisée dans l’urbanisme florentin,depuis au moins le XIe siècle pour les constructions civiles et religieuses ainsi que pour le pavage des rues.

 

 

 

 

La façade se compose de trois étages séparés par des charpentes à cordons  Chacun avec son style .
Les fenêtres du premier étage sont étroites et cintrées alors que les autres étages possèdent des fenêtres à meneaux néogothiques avec des arcs trilobés
Ces fenêtres ont  au XVIIIe remplacé celles d'origine
Les fenêtres à meneaux de la tour sont aveugles. Entre les deux ordres de fenêtres à meneaux se trouvent de petites fenêtres carrées. La porte-fenêtre et la terrasse sont des ajouts ultérieurs.La façade se termine par une galerie en saillie soutenue par des encorbellements sur des arcs en plein cintre.
Les corbeaux étaient ornés de têtes humaines ou animales sculptées : il n'en reste que quelques exemplaires en bronze.
 
 
Sous les arcades de la galerie, neuf armoiries différentes ont été peintes et répétées plusieurs fois. Ils furent peints en 1343, après l'expulsion du duc d'Athènes, pour exalter la République florentine. Ils furent repeints en 1792 car ils devenaient difficilement lisibles.
En partant de la gauche, On trouve 9 blasons


Blason  croix rouge sur fond blanc sont l'insigne du peuple florentin.
Blason lys rouge sur fond blanc sont le symbole de Guelfes et qui est également les armoiries actuelles de la ville. Si on a le même mais couleurs inversées il s'agit des armoiries gibelines
Blason partie blanc-rouge représente la relation entre Florence (rouge) et Fiesole (blanc) : Fiesole fut conquise par Florence en 1010.
Blason clés dorées sur fond rouge avec l'insigne papal symbolisent la loyauté de Florence envers Rome.
Blason avec écriture dorée LIBERTAS sur fond bleu est le symbole des Prieurs : il symbolise l'indépendance du pouvoir politique de ceux qui étaient placés à la tête des Corporations des Arts et Métiers.
Blason avec un aigle rouge avec un dragon vert dans ses griffes sur fond blanc  est l'insigne du parti guelfe, offert par le pape Clément IV aux Florentins pour avoir proposé de servir Charles d'Anjou contre le roi gibelin Manfred. de Sicile (1265).
Blason lys blanc sur fond rouge, symbole gibelin, fut le premier blason de la ville. Le lys dérive de l'iris qui poussait sur les rives de l'Arno et sur les collines florentines.
Blason lys dorés sur fond bleu sont un symbole du lien avec la maison régnante française, avec Charles d'Anjou et son neveu Robert d'Anjou, à chacun desquels les Florentins concédèrent le gouvernement de leur ville pour 10 années (1267/1278 et 1313/1322).
Blason lys doré à râteau sur fond bleu et partie baguée d'or noir est le blason de la branche hongroise des Angevins sur laquelle s'appuyèrent pendant une courte période les Florentins.Certains font plutôt remonter ces armoiries à Robert d'Anjou et les précédentes à son grand-père Charles d Anjou
Certaines arches sont équipées de mâchicoulis : pour défendre le palais d'éventuels ennemis ; Par ces machicoulis des liquides bouillants pouvaient en être projetés.Ces créneaux qui couronnent la galerie sont du type Guelfe.Il faut savoir que La forme des créneaux d’une demeure patricienne permettait de désigner le parti auquel appartenait la famille propriétaire du bâtiment. Les créneaux rectangulaires et pleins signifiait l’appartenance au parti des guelfes ; en revanche, les créneaux gibelins étaient, quant à eux, taillés en queue d’aronde (en forme de queue d’hirondelle), évidés par le milieu.

A Gibelins POUR  EMPEREUR  B Guelfes POUR PAPE

 

Lorsqu’un décret des podestats força les habitants à décapiter les hautes tours de leurs demeures et que ces signes distinctifs disparurent peu à peu des bâtiments, les guelfes et les gibelins rivalisèrent d’imagination pour continuer à se distinguer entre eux, par exemple à leur façon de se saluer, de se vêtir Le portail principal du bâtiment s'ouvre à droite de la façade .Cette mesure date du “Gouvernement du Primo Popolo qui avait imposé une limite à la hauteur des maison-tours qui appartenaient aux turbulentes familles florentines.

 


 

 
Sur le portail se trouve un ornement en marbre de 1528, parsemé de lys d'or sur fond bleu, avec au centre la cocarde rayonnante de Saint Bernardin avec le monogramme IHS (Iessus Hominum Salvator = Jésus Sauveur des hommes), et en dessous l'écriture en latin REX REGUM ET DOMINUS DOMINANTIUM ("Christ Roi des Rois et Souverain de la ville") entre deux lions de pierre dorée. 
À gauche du frontispice se trouve une plaque de bronze qui rapporte les résultats du plébiscite du 15 mars 1860 au cours duquel les citoyens furent appelés à choisir d'annexer ou non la Toscane au Royaume d'Italie : le oui l'emporta.
Sur les côtés du portail principal du palais se trouvent les statues de Philémon , créées par Vincenzo de' Rossi , et de Baucis , créées par Baccio Bandinelli . Pour leur amour mutuel, les deux époux furent transformés à leur mort par Jupiter en chêne et tilleul.
 
 
Les deux statues, dites Termini marmorei , à l'époque ducale (1542), soutenaient une chaîne qui barrait l'entrée du palais.

À droite du portail d'entrée, gravé sur le mur presque à l'angle avec la Via della Ninna , se trouve le portrait d'un homme, communément appelé « l'Importuno de Michel-Ange ».
En fait, deux versions sont proposées quant à la raison pour laquelle le grand maître a représenté ce profil mystérieux. La première version raconte que chaque jour Michel-Ange, en passant par le Palazzo Vecchio, était "ennuyé" par les excuses d'un homme qui lui devait de l'argent, et un jour, faisant semblant de l'écouter, il grava le portrait de l'homme avec ses mains. derrière son dos, dos à la façade du bâtiment. Lorsque l'Importuno s'en aperçut, il se plaignit que Michel-Ange lui avait fait un nez trop gros, et le maître répondit que ses mains n'avaient pas d'yeux. La deuxième version dit au contraire que, frappé par l'expression d'un condamné au pilori qui passait par là, Michel-Ange a ressenti le besoin de le représenter et, n'ayant pas le papier avec lui, il l'a gravé sur le mur.
Aux quatre coins du palais se trouvaient autrefois quatre niches avec des marzocchi en pierre, qui furent ensuite éliminées en raison du risque d’effondrement.


Le Marzocco est le symbole du pouvoir populaire à Florence, adopté depuis le Moyen Âge. L'animal totémique protecteur de la ville est représenté comme un lion assis qui lève et protège le bouclier avec le lys florentin. Son nom dérive peut-être de MARTIUS (c'est-à-dire Mars) ou de la contraction du mot MARTOCUS (c'est-à-dire petit Mars).
Derrière le Palazzo Vecchio, une trentaine de lions étaient élevés dans des enclos et la rue prit pour cette raison le nom de Via dei Leoni . 
Devant la façade et sur le côté gauche du palais se trouvait l' Arengario . une plate-forme surélevée également appelée « aringhiera » à cause de la balustrade qui clôturait cet espace jusqu'au XIXe siècle.
Cet espace servait d’estrade lors des cérémonies publiques pour la Signoria
Les symboles de la liberté florentine étaient et sont toujours présentes de nos jours
Nous trouvons


le Marzocco en pietra serena de Donatello (1419/1420) commandé par la République florentine à l'occasion de la visite du pape Martin V à Florence. Initialement, il ornait l'escalier de l'appartement pontifical du couvent de S.Maria Novella . Il fut ensuite déplacé à Arengario au XIXe siècle pour remplacer un autre Marzocco . L'œuvre originale est aujourd'hui conservée au Musée national du Bargello , tandis qu'une copie se trouve sur la place.

 

 
 
 
 
 
 

Judith et Holopherne ,œuvre de Donatello en1460, commandée par Cosme l'Ancien ou Pierro le Goutteux pour le palais Médicis .
Après la deuxième expulsion des Médicis, elle fut placée sur la Piazza della Signoria . Après avoir changé plusieurs fois d'emplacement sur la place, il a été remplacé par une copie, tandis que l'original est conservé dans la Sala dei Gigli à l'intérieur du Palazzo Vecchio.
 
 
David de Michel-Ange (1501/1504) est placé à gauche de l'entrée du palais. Commandé pour l'un des contreforts de l'abside de la Cathédrale, il fut ensuite destiné à la place car sa beauté méritait un emplacement plus visible. Dans ce cas également, la très célèbre statue a été remplacée sur la place par une copie en 1910, tandis que l'original est conservé à l'intérieur de la Galerie de l'Académie . 
 
 
Hercule renversant Cacus , œuvre de Baccio Bandinelli (1533). Sur le socle orné de bustes de faunes sculptés figure également la signature de l'auteur écrite en latin. La statue avait  été initialement commandée à Michel-Ange.
 
 

 
 
 
La Tour Arnolfo sur la facade est haute de 94 mètres
Elle fut  construite en 1310 avec la façade en saillie par rapport aux structures situées en dessous.
 
 
On peut arriver au sommet en gravissant 245 marches.
On trouve à mi-chemin, derrière une porte, l'Alberghetto  appartement où en 1433, fut enfermé pendant un mois Cosme l'Ancien, soupçonné d'avoir aspiré à la seigneurie de Florence.
 
 

Y sejourna aussi en 1498, Fra Girolamo Savonarola qui  y fut enfermé avant d'être emmené sur la place pour être pendu et brûlé le 23 mai.


Les créneaux de la tour sont en queue d'aronde, c'est-à-dire gibelins.En 1318, la cloche qui réunissait les citoyens fut placée sur la tour, recouverte en 1333 d'un édicule à arcs plein cintre soutenu par des colonnes à chapiteaux à feuilles.
La flèche en cuivre, avec boule, tige et marzocco en cuivre doré, a été ajoutée en 1453. Aujourd'hui, elles ont été remplacées par une copie, tandis que l'original se trouve à l'intérieur du palais.

 
 

Sur la tour se trouve une horloge à une aiguille (1667) réalisée par le maître horloger Giorgio Lederle. Auparavant une autre grande horloge à une aiguille avait  été construite en 1353 par le florentin  Nicolò Bernardo ,

Le Palazzo Vecchio possède en plus de l entrée sur la Piazza della Signoria de cinq autres entrées.
La façade du côté nord du bâtiment donne encore en partie sur la Piazza della Signoria et en partie sur la Via dei Gondi . Deux entrées s'ouvrent sur cette façade.
 
Une image contenant bâtiment, plein air, ciel, villeDescription générée automatiquement
 
 
La Porta di Tramontana  deuxième par ordre d'importance est  ainsi appelée parce que le vent de Tramontane souffle de ce côté. De là, vous pouvez accéder à la salle dite de l'Armurerie où étaient stockées les armes et les munitions.
La porte fut fermée en 1380 et rouverte seulement en 1910.
Deux lions avaient été placés dans les niches flanquant le tympan triangulaire de la porte .
La Porta della Dogana  est une autre entrée de ce côté . Par cette porte on pouvait d'accéder aux bureaux des douanes, qui avaient leurs entrepôts au sous-sol du palais. Les bureaux des douanes y furent installés par le Grand-Duc Léopold II de Toscane (XIXe siècle).
Aujourd'hui, la porte permet d'accéder à la corte della dogana où se trouvent la billetterie du musée et les services associés. 
Les armoiries du Peuple et de Florence sont sculptées au-dessus de la porte. Sur la clé de voûte du portail se trouvent les armoiries  de la Dogana : une petite porte crénelée, marquetée de marbre polychrome, et avec l'écriture DOGANA.
La façade du côté sud du Palazzo Vecchio que longe la Via della Ninna .on trouve les vestiges de l' église de San Pier Scheraggio , une ancienne église romane qui, en plus de servir à des fonctions religieuses, était utilisée pour les réunions des conseils municipaux avant la construction du Palazzo dei Priori (ou Palazzo Vecchio ). En 1410, il fut en partie démoli pour élargir la route, puis en 1560 il fut incorporé au Palazzo degli Uffizzi par Giorgio Vasari.
De ce côté de la façade du palais se trouve une petite porte construite par le duc d'Athènes comme issue de secours qui s'est utilisé pour sa fuite de Florence
En regardant vers le haut, vous pouvez voir le début de Couloir Vassari qui permet une connexion entre les appartements deEleonora du Palazzo Vecchio  aux Uffizzi
Ce couloir Vasari , permettait la connexion entre le Palazzo Vecchio et le Palazzo Pitti . 
 
 
 
 
La façade du côté est du bâtiment donne sur la Via dei Leoni ou se  trouvait des sculptures de lions Elle Possède elle aussi son entrée  surmontée des armoiries des Médicis, a été réalisée par Bernardo Buontalenti (1549).
 
 


 
 

 

   


Copyright © 2003-2024 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:7192330
Nb de visiteurs aujourd'hui:1289
Nb de connectés:56