Blindés Les engins télécommandés de démolition

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 13/09/2023 à 21:50:06




Les chars de télécommandés du Génie
 

Photoscopes

Bogward Ladunsträger Bogward B IV Californie
Bogward Ladunsträger Bogward B IV (Falaise)
Bogward Ladunsträger Bogward B IV (Falaise)
Leichte Ladunsträger Goliath SdKfz 302 E
Leichte Ladunsträger Goliath SdKfz 302 E Bruxelles
Leichte Ladunsträger Goliath SdKfz 302 E Duxford
Leichte Ladunsträger Goliath SdKfz 302 E Novion
Leichte Ladunsträger Goliath SdKfz 302 E Paris
Leichte Ladunsträger Goliath SdKfz 302 E Utah Beach
Leichte Ladunsträger Goliath SdKfz 302 Remorque
Leichte Ladunsträger Goliath SdKfz 302 Remorque
Leichte Ladunsträger Goliath SdKfz 302 Remorque
Leichte Ladunsträger Goliath SdKfz 303 V Arsenalen Suède
Leichte Ladunsträger Goliath SdKfz 303 V Saumur
Leichte Ladunsträger Goliath SdKfz 303 V Vierville
NSU Springer Mittlere Ladunsträger SdKfz 304
NSU Springer Mittlere Ladunsträger SdKfz 304
Véhicule Pommlet VP (Saumur)



 

 

L'utilisation récente de véhicules télécommandés du génie pour lutter contre des terroristes en les éliminant physiquement ou en déminant des itinéraires ou en luttant contre des incendies a de nouveau attiré l'attention sur ce type d ‘engins et les a remis sur le devant de la scène
Certains ont crié à l arme nouvelle mais rien n’ est nouveau sous le soleil
Faisons un petit retour en arrière
Il faut savoir rien n est aussi nouveau qui n'ait pas été inventé au cours des siècles précédents.
Voyons un peu
Au XVIIe les Hollandais,vont combattre les Espagnols en utilisant des brûlots, qui sont des barges avec dans ses cales une machine infernale dont la charge devait être mise à feu par un mouvement d'horlogerie.La seule différence est qu’il n y avait pas de télécommande
Il faut attendre toutefois pour avoir une télécommande que la technique fasse des progrès
et là nous arrivons directement au XXe siècles avec l apparition du moteur à explosion et des progrès dans le domaine de électricité.Durant le 1e Guerre mondiale Il y a eu une tentative de mettre au point un engin télécommandé afin de lancer des grenades
En 1915 les ingénieurs français Aubriot et Gabet. Vont proposer un engin blindé mu par  un moteur électrique et guidé par fil
Ce fortin cuirassé automobileest  basé sur un châssis de tracteur agricole Filtz et propulsé par un moteur électrique. L'alimentation en courant se fait par l'intermédiaire d'un cable que l'engin déroule au fur et à mesure de sa progression. L'engin est armé d'un canon de 37mm sous tourelle et servi par deux hommes. La vulnérabilité du système entraine évidemment l'abandon du projet.


Ils on voulu convertir cet engin après avoir retiré la tourelle, et bourré la coque d'explosifs en torpille terrestre .


La "Machine devait emporter 200 kg d'explosifs, qui, selon l'idée de ses auteurs, était censée être livré dans la ligne de fortifications ennemies.
Mais cet engin s’avéra fragile car la rupture de câble le mis hors de combat, et son train de roulement à roue ne donnera pas satisfaction à travers un champ parsemé d'entonnoirs et obstrué de piquets avec des barbelés
Une seconde tentative montée sur châssis chenillé est expérimentée en décembre 1915 mais ne remporte pas plus de succès. Caractéristiques prévues
Le
Crocodile Type A/B
Fabricant : Schneider
Année de production : 1915-1918
Construits 200
Poids au combat: 142 kg
Armement : 40 kg d'explosifs
Dimensions: L 1660 l 820 H 600 mm


 

    • pour mettre en œuvre le projet, ils ont choisi l'option la plus simple - un simple cadre tubulaire. Des batteries, une paire de moteurs électriques simples fiables et robustes et une bobine pour un fil de commande ont été installés sur le châssis. Le contrôle des moteurs était assuré par fil. Toutes les unités électriques à bord étaient hermétiques ce qui permettait de surmonter les obstacles d'eau,
      C ‘éait un véritable "Crocodile"
      Toutes les roues à rouleaux avaient le même design. La base de la chenille était un ruban de toile aux dimensions requises. Sur celle-ci, à intervalles réguliers, il était proposé de fixer des barres de bois rectangulaires servant de pattes. À bord se trouvait la charge militaire de 40 kilogrammes qui était mise à feu à distance par un fusible électrique.
      Pour saper l'ogive, il a été proposé d'utiliser un fusible électrique avec une télécommande. La torpille terrestre Crocodile était contrôlée par l'opérateur via une simple télécommande électrique, à partir de laquelle il était possible d'allumer ou d'éteindre le moteur gauche ou droit, ainsi que de faire exploser la torpille. Le virage a été assuré en éteignant l'un des moteurs et en freinant l'une des chenilles.
        L'utilisation au combat d'une torpille terrestre était très simple. À la position, le calcul a déployé la télécommande et l'enrouleur de câble, leur a connecté la "torpille", activé le fusible et envoyé la voiture vers la cible. Allumant et éteignant les moteurs, la torpille atteignit les barrières grillagées, passa sous elles et explosa. L'étanchéité des circuits électriques et une bonne capacité de cross-country ont permis d'effectuer la tâche dans toutes les conditions. Après avoir amené la torpille sur la cible, l'opérateur a donné l'ordre de faire exploser l'ogive. Une explosion de 40 kg a fait un large passage dans le grillage et pourrait même fournir un dégagement explosif si, en plus du fil, des mines antipersonnel étaient également installées.
      Le 15 juillet 1915, des tests ont été effectués en une journée, ce qui a pleinement confirmé les attentes des munitions d'ingénierie. Schneider Crocodile, à une vitesse de plusieurs kilomètres par heure, pouvait se déplacer sur une distance limitée par la longueur du câble, manœuvré avec succès sur le champ de bataille et franchir de petits obstacles, y compris aquatiques. La formation des opérateurs n'a pas été difficile. La charge militaire montré des caractéristiques élevées adaptées à la résolution de problèmes. Parmi les inconvénients de la conception, le comité de sélection a révélé que la petite taille rendait non seulement difficile la détection de la torpille par l'ennemi, mais gênait également l'opérateur.
      Mettre un drapeau pour le voir était possible mais inacceptable. Afin de contrôler l'opérateur devait regarder hors de la tranchée, s'exposant au danger. Mais il s'agissait de lacunes attendues. Selon certaines informations, 200 crocodiles ont été relâchés, mais il n'y a aucune information exacte sur l'utilisation de munitions automotrices automotrices dans l'armée française, ni des alliés, où elles pourraient être fournies. En juin 1916, la société Schneider cesse la production de torpilles automotrices Crocodile, se concentrant sur l'exécution d'une importante commande de chars.

      Il fallait donc un engin chenillé
      A la fin de la guerre aux États-Unis, un projet est apparu pour une machine de destruction à chenilles entraînée par deux moteurs électriques, appelée Wickersham Land Torpedo.
      En effet le projet sera conçu par l'ingénieur E. I. Wickersham et, à en juger par les dessins de la documentation du brevet, était bien développé et était une conception originale et intéressante. Mais . la guerre se terminant l'armée américaine n'avait pas besoin de l'idée originale de Wickersham.

Machine de démolition télécommandée d'E. I. Wickersham. Sa particularité était des moteurs électriques situés dans des boîtiers blindés à l'intérieur des contours de la chenille et un boîtier cylindrique pour une ogive placé entre les chenilles.


Toutefois dans les années 1930 l'intérêt pour ces engins revient sous le tapis dans un contexte de réarmement et tensions
En France, l'initiateur qui va intéresser à ces engins terrestres télécommandées était le capitaine de l'armée française, Jean Pomellet
Il fut le premier à construire et à tester une telle "machine". Le projet de la machine, appelée VP-38 (fr. Véhicule Pomellet, 1938, a été achevé à l'hiver 1938. . Des rapports vont recommander de l'adopter et de le produire en série.


L'auteur du deuxième projet d'avant-guerre était Adolphe Kegresse, qui travaillait dans l'une des usines automobiles. Engagé dans des développements dans le domaine de la technologie automobile, il a proposé plusieurs projets intéressants, parmi lesquels le projet d'une charge explosive automotrice télécommandée. La «machine» a été construite, nommée Moteur K k pour Kegresse»
En1939, il essaie une chenillette électrique filoguidée, dont le prototype sera saisi pa l'occupant allemand en juin 1940 et donnera lieu à l'invention du Goliath, l'un des premiers drones téléguidés.
Les Allemands vont étudier cet engin
En effet jusqu’en 1935 les soi-disant "chars radio" des années 30 n'étaient présent que dans la littérature spécialisée. On trouve dans un livre populaire une photographie d’un «petit télétank» japonais destiné au nettoyage des champs de mines antichars.

Ce char du Major Nagayama a eut les honneurs de la presse en Août 1930 dans la revue Popular sciencet qui écrit en substance que des armes de guerre monstrueuses pourront être contrôlées à distance en appuyant simplement sur un interrupteur radio.
Ce char peut rouler à une vitesse de 10 kms /'heure.
Après des essais en Angleterre pour contrôler des avions sans fil un tel système de radiocommande,peut être placé sur un char ou un véhicule car cela n’implique pas la transmission d'une quantité appréciable d'énergie par radio.
Pour un char, par exemple, les impulsions radio servent simplement à déclencher un relais qui pilote les machines à essence normales du char. D'autres relais, réglés sur la longueur d'onde appropriée, contrôlent la direction. La quantité d'énergie nécessaire pour faire fonctionner ces relais est aussi petite que ce qui transmet les voix à votre radio.
Les relais dans les chars et les avions permettent aux moteurs à essence de fournir une véritable propulsion. Transmettre de réelles quantités d'énergie sans fil est donc une réalité et non un rêve.Pour l’ URSS les travaux sont activement menés sur des chars radiocommandés, qui seront des T-26, dans les années 30
À cette époque, de nombreux militaires pensaient que l'utilisation d'armes chimiques dans une guerre future sera plus que probable.
Ainsi sur la base du T-26, ils ont tout d'abord essayé de créer des chars chimiques capables de pulvériser des substances toxiques.
De plus on pouvait aussi mettre en place un ecran de fumée
Mais tout cet équipement ne sera ,pas mis en place dans l'Armée rouge. Car on ne peut tirer avec une MG donc avec un canon contrôlé à distance
De plus l'utilisation du T-26 comme vecteur d'armes chimiques et d'explosifs s'est également avérée discutable en raison de la la faible épaisseur de l'armure et la grande taille de cette machine, qui en ferait une cible remarquable.


Chars du groupe de combat "Demoman"
De plus il était prévu de contrôler par radio depuis le véhicule de commandement dans le cadre du groupe Demoman à partir de plusieurs engins télécommandés à la fois.

char de demolition ET-1-627.


En août 1941, à l'initiative de l'ingénieur militaire de 3e rang A.P. Kazantsev (futur célèbre écrivain de science-fiction soviétique), fut mis au point l’ET-1-627
Très probablement, l'idée de sa création n'est pas née de zéro - de toute évidence, des développements d'avant-guerre ont été utilisés, avec lesquels Kazantsev connaissait bien en tant qu'ingénieur-développeur direct d'armes radiocommandées.
Cet engin fut mis au point par l'usine moscovite n ° 627 du Commissariat du peuple à l'industrie électrique, dont les travailleurs ont participé à la création des premiers prototypes et de sa production en série.
L’engin était constitué d’un châssis en bois, avec quatre petits galets de chenille de chaque côté (deux assemblés en deux bogies à ressort), des chenilles à base de caoutchouc avec des plaques de chenille en bois et un moteur électrique entraîné par des roues motrices arrière.
Le mouvement et la mise a feu e étaient contrôlés par deux fils, et l'alimentation était fournie par le troisième fil d'alimentation à partir d'un générateur situé dans le char d ‘escorte
Les ET-1-627 ont été utilisés lors des combats dans la péninsule de Kertch où ils vont détruire 9 chars ennemis près de Kertch. Ils ont également été utilisés dans la défense de Leningrad pour combattre les bunkers allemands et autres fortifications.
Le ET-1-627 né fut pas largement utilisée,bien qu’il s'est avéré être beaucoup moins cher et plus efficace que les chiens de démolition,

L’ Allemagne
Comme dit plus haut les ingénieurs allemands n'étaient donc en aucun cas les premiers à développer des véhicules de combat télécommandés à la veille de la Seconde Guerre mondiale.
Il est intéressant, cependant, que les Allemands, contrairement aux concepteurs soviétiques, qui vont se concentrer sur des chars télécommandés chimiques vont eux axer leurs recherches sur des véhicules télécommandés, multifonctionnels capables non seulement de délivrer des explosifs sur des positions ennemies , mais aussi effectuer des reconnaissances et dégager des passages dans des champs de mines.
Avec le haut niveau de technologie de l'industrie allemande, la mise en œuvre technique n'a pas pris beaucoup de temps. Et bientôt, l'armée allemande a un engin spécial le Sonder Kraftfahrzeug 302 ou Goliath, créée par Borgward.

Les allemands vont partir du véhicule K saboté et jeté au fond de la Seine comme modèle.

"véhicules chenillés contrôlés par des câbles, destinés à nettoyer les barrières et les champs de mines, mais pouvant également servir de transporteur d'ogives pour saper les bunkers ou les fortifications de campagne. Les dimensions de cette voiture (maintenant connues sous le nom de Véhicules K ou Engin K - par la première lettre du nom de son créateur) étaient minimes possibles: la longueur totale n'excédait pas 1,5 m, la largeur totale - 85 cm, la hauteur - 56 cm. Le moteur était situé à l'intérieur de la coque entre les côtés châssis Une plate-forme a été installée au-dessus de laquelle des bobines avec des fils et un dispositif de télécommande ont été montés. La longueur des fils suffit pour 1500 mètres. La masse de la charge transportée était de 60 kg. Le châssis de la voiture «K» était assez simple: appliqué à une planche, il comprenait 6 roues, un guide avant et une roue motrice arrière. Le cycle d’essais a débuté au printemps 1940, mais n’a pas eu le temps de réussir ses voitures «K». Néanmoins, les données techniques de cet appareil étaient si encourageantes que l’armée a ordonné de lancer 12 000 (!) Copies. Il est clair qu’aucune machine série du type Engin K n’a été construite. Après la signature de l'acte de capitulation, en juillet 1940, les Allemands réquisitionnèrent au moins une machine à clôturer la construction de Kegres. Peut-être qu’avec un prototype, la documentation technique est tombée entre les mains de l’ennemi. Quoi qu'il en soit, les travaux sur l'analogue allemand Sd.Kfz.302 ont considérablement accéléré - en avril 1942, ils ont réussi à démarrer la production en série de telles machines, qui sont devenues plus connues sous le nom de «Goliath».


En 1942 les premiers essais sur cet engin K ont lieu via la transmission des ordres par r câble, ce qui n'était pas très pratique pour le champ de bataille.
IL avait une capacité d’emport de charge de 70 kilogrammes, une très faible garde au sol soit 16,8 cm une vitesse faible de 11,5 k/h et, bien sûr, un faible blindage
Toutes ces lacunes vont considérablement limiter l'utilisation de ce véhicule de combat.
De plus lors de la conduite sur un terrain accidenté, cet engin déviait de sa trajectoire, voire se retournait,
Non seulement ils étaient vulnérables aux armes antichars, mais également aux armes légères conventionnelles.
Pendant les années de la Seconde Guerre mondiale, les Allemands ont réussi à fabriquer 7 564 Goliath,
Il y aura 2 types de Goliath selon la motorisation electrique ou thermique


Leichte Ladunsträger Goliath SdKfz 302 E
Leichte Ladunsträger Goliath SdKfz 303 V


 

 


Sur ces 7500 engins un peu plus d'un millier de véhicules ont été utilisés
Ils faut le reconnaître que c'était trop cher et inefficace.L’autre engin créé sera ,plus évolué
Les allemands vont créer des véhicules démolisseurs sur la base de véhicules capturés: des Beute comme l’ Universel carrier anglais ou le tracteur T 9
Ces engins avaient de grandes dimensions, une grande capacité de charge,
La commande à distance se faisait là aussi par câble.
À l'été 1942, une trentaine de ces engins sont utilisés lors du troisième assaut sur Sébastopol pour saper les casemates soviétiques.
13 engins furent détruits lors des attaques alors que 9 étaient hors service pour des raisons techniques et seuls 8 ont pu atteindre leur objectif.
L'un d'eux, à l'aide d'une charge explosive de 700 kilogrammes, réussit à détruire une casemate d'artillerie qui avait contenu l'avance allemande pendant deux jours.


enfin certain furent utilisés sans succès lors de la bataille de Koursk et en Normandie s
Ces engins furent aisément détruit par les troupes alliées sans trop de mal.

 


En marche, le B-IV (Sd.Kfz.301) pouvait être entraîné par le conducteur. Il s'est avéré une sorte de véhicule tout-terrain léger à chenilles


Autre matériel mis en ouvre par les Allemands en 1943 les Sd.Kfz.301 (Borgward BIV)
Ces Sd.Kfz.301 sont apparus dans les unités de chars de l'armée de la Wehrmacht. Ils étaient contrôlés par radio depuis les chars Panzer III et IV et transportaient un conteneur de largage avec une charge explosive pesant 500 kg.


Au début du printemps 1945, la Wehrmacht comptait environ 2 530 véhicules Sd.Kfz.302a (avec moteurs électriques) et 3 800 véhicules avec moteurs à essence.
1200 engins étaient en ligne le reste trouvant dans des entrepôts.
Cet engin était destinée au dynamitage et à la reconnaissance. Plus tard, la gamme de tâches devolue a été élargie. Il devait servir à dépolluer une zone au cas où l'ennemi utiliserait des armes chimiques) et à mettre en place un écran de fumée sur le champ de bataille. Pour cela, l'équipement approprié a été installé sur la machine.

 

Mittlerer Ladungsträger Springer - Sd.Kfz. 304)


 

 


En toute fin de guerre les allemands vont mettre ua point une engin plus avancé le SdKfz 304  qui , a été créé à la toute fin de la guerre, mais n'y a pas non plus joué de rôle particulier.
 

 

 

 

 

r

 

 

   


Copyright © 2003-2024 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:7188879
Nb de visiteurs aujourd'hui:1370
Nb de connectés:46