Japon Marine IJN les Cuirassés Classe Yamato Les Canons de 460 mm

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 14/10/2022 à 16:31:56



Japon Marine IJN les Cuirassés Classe Yamato Les Canons de 460 mm

 

 
Parmi les canons navals les plus puissants de la Seconde Guerre mondiale, la première place revient peut-être à juste titre au canon naval japonais de 460 mm / 18 pouces Type 94. Ce furent les canons les plus puissants jamais installés sur un cuirassé
Ce canon était en service sur les deux cuirassés japonais les plus grands et les plus célèbres, le Yamato et le Musashi. Il était prévu qu'il soit installé sur le troisième cuirassé de la classe Yamato, le Shinano, mais celui-ci a ensuite été transformé en porte-avions et n'a donc pas eu besoin d'artillerie de ce calibre.
Internet

Ces canons de marine extraordinaires de 460 mm ont vu leurs études et développements menés dans le plus grand secret de 1934 à 1939, supervisés par l'ingénieur S. Hada, sous le nom de code
Ces canons ont été officiellement désignés par les Japonais comme 40 cm/45 Type 94 (15,7 pouces) dans le but de cacher leur taille réelle, qui était un secret bien gardé jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale car les les Américains ne purent découvrir le véritable calibre d'artillerie des cuirassés de la classe Yamato que seulement après la fin des hostilités, estimant jusque-là que les cuirassés japonais les plus avancés étaient armés de canons de 406 mm.

Il est bon de savoir que seules trois marines ont réellement construit des canons de 18 pouces (460 mm) et les ont testés. La Royal Navy pendant la première guerre mondiale, l'US Navy dans les années 1930 et le Japon. L'US Navy et la Royal Navy ont toutes deux abandonné les canons de 18 pouce
Leur construction s'est déroulée de 1938 à 1940 lorsque 27 tubes ont été produits, dont deux étaient destinées à des essais sur le terrain.
Six installations complètes en tourelle triple ont été installées sur les deux cuirassés Yamato et Musashi, tandis que les canons restants étaient destinés à l'armement du Shinano qui, comme mentionné,dessus n’a jamais été achevé comme cuirassé mais comme porte avion
Le solde soit le deux canons d'essai à Kamegakubi ont été découpés en novembre 1945 conformément aux ordres généraux de désarmement de l'armée américaine Pour les sept autres retrouvés à divers stades d'achèvement sur la plage dans une crique au nord de Kamegakubi cinq de ces canons restants ont été détruits tandis que les deux derniers ont été emmenés à Dahlgren Proving Grounds en Virginie, aux États-Unis, pour des tests. Ceux-ci auraient été découpés pour ferraille dans les années 1950. Deux culasses partiellement achevées destinées à Shinano ont également été capturées puis détruites.
Les supports de la tourelle triple du cuirassé "Yamato" pesaient 2510 tonnes.
Vous avez ici une serie de photos prise sur la maquette echelle 1/1 reconstruite dans la même cale  qui a servi à construire le vrai Yamato . cette maquette a servit lors du tournage du Film Les Hommes du Yamatoet lle m'on été fournies par un internaute TMA_0

 

 
Un grand inconvénient de ce type de construction était que le tube ne pouvait être réalésé qu'en perçant complètement le tube  C'était un processus si coûteux qu'il était considéré comme plus pratique de simplement remplacer un canon usé par un nouveau, ce qui ne fut jamais le cas pendant la guerre. Cela est du à la courte durée de vie au combat de ces navires.
Si l'on considère également le poids des munitions, il atteint 2774 tonnes, ce qui dépasse à lui seul le déplacement de la plupart des destroyers pendant la Seconde Guerre mondiale.
Ici on se rend compte de l abandon de ce calibre
En effet le problème avec le canon de 18 pouces est que tout doit être beaucoup plus grand et il contraint de construire de navire plus importants
La taille des navires en fait des géants Le Japon a choisi le canon de 18 pouces parce qu'il avait besoin de navires plus performants pour gagner un engagement décisif sur une seule bataille comme Togo à Tushima
Il faut un navire plus grand tout simplement pour stabiliser la tourelle Le Yamato était donc la synthèse meilleure du fait de sa taille pour les canons de 18 pouces. Mais qui dit navire gigantesques dit infrastructures adaptée cales sèches et jetées pour construire et maintenir les navires Le Japon a dépensé des sommes considérables pour deux cales de construction.
Alors pourquoi les deux autres puissances maritimes se sont détournées de ce calibre
Le canon de 18 pouces est lourd et les charges sont difficiles à manipuler.Les tests anglais ne furent pas bon . Car avec ce type d’obus le temps de rechargement qui débute à 1 coup par minute tombe rapidement à 1 coup toutes les 2-3 minutes.
Puis vient la précision donc la visée. Les canons ont en théorie une portée maximale d’environ 23 kilomètres et plus la portée est longue, plus la dispersion des obus augmente. À 23 kms le canon américain de 16 pouces (406 mm) a des résultats balistiques remarquablement similaires à ceux d'un canon de 18 pouces. Une grande partie des performances de l'obus de 1 224 kg type Mark 8 est similaire dans un rayons de 13 700 à 22 860 mètres en raison des caractéristiques des canons de 18 pouces, notamment la trajectoire de vol,
En dessous de 12 kms, le canon de 18 pouces présentait des grands avantages mais on sait par expérience que peu d'engagements se déroulent à moins de 12kms entres cuirassés
Internet

Les navires USS Iowa  conçus pour porter des canons de 16 pouces étaient plus rapides que le Yamato et auraient pu s’imposer mettant en avant la vitesse à la place de la portée d’'engagement.
Avec une puissance de frappe similaire, le canon US 16″-50 avec l'obus Mark 8 offrait une cadence de tir soutenue bien meilleure, ce qui signifiait une meilleure chance d'infliger un coup fatal au système de contrôle de tir du Yamato ou à d'autres systèmes qui neutraliseraient les plus gros canons.
Les différences entre les portées auxquelles les navires auraient combattu s'estompent et la cadence de tir devient beaucoup plus importante.
Les écluses du canal de Panama ont du aussi jouer un rôle dans l abandon de ce calibre par les USA
Mais il faut savoir que on ne peut faire que des supputations car l ‘US Navy n'a jamais pu confirmer les données réelles du canon japonais vue qu’ aucun n'a survécu à la fin de la guerre et peu de documents subsistent.
IL reste toutefois certaines plaques de blindages d'essai utilisées pour tester les canons
L'US Navy a utilisé ces plaques de test capturées et a tiré avec le calibre 16″-50 ; Ainsi elle a pu comparer les résultats et le résultat est que les effets des deux canons étaient similaires, la principale différence à distance étant la cadence de tir.
L'Iowa était capable de faire d’une cadence de tir de 1coup par minute allant jusqu’à 90 secondes pour un tir prolongé. Cet avantage énorme augmentait au fur et à mesure que la bataille avançait. Alors que si les premiers tir du Yamato, étaient rapides la cadence diminuent dans la durée car la manipulation de ces énormes obus était épuisante et difficile pour les hommes et la machinerie
Chaque pièce avait son propre treuil à obus poussoir et son propre treuil pour les charges de cordite. 
Internet

Les obus sont livrés verticalement au poste de tir, puis basculés pour être percutés. Le conteneur de charge cylindrique étanche aux éclairs maintenait les six charges en ligne, permettant à un seul coup de refouloir de charger le canon
Deux palans auxiliaires étaient installés dans chaque tourelle. Les obus et les sacs propulseurs ont été hissés verticalement dans des conteneurs appropriés.
Mais le transfert d'obus était effectué manuellement par rail aerien à l’aide d’une chaîne.
L'US Navy elle avait mis au point un système unique de levage vertical des obus pour simplifier la manipulation de l'obus Mark 8 et augmenter ainsi l'accès aux munitions pendant une bataille.
En conclusion les canons de 16 et 18 pouces arrivaient à une limite pour la taille des navires. Avec cette taille, des éléments comme le fléchissement du canon, le balancement, etc. deviennent secondaires face à la balistique pure et la puissance de frappe brute.
Mais il faut approvisionner et c'est là que réside la véritable différence.
De plus même si le 18 pouces est plus puissant l'obus 16 pouces Mark 8 avec sa cadence de tir supérieure est presque au même niveau que l’obus de 18 pouces
Même si sa charge militaire est plus petite,elle est à même d’infliger des dommages importants.
De plus les obus conçus pour le16″-50 Mark 7 le Mark 8 a été conçu comme un tueur de navire avec un choix de réserver les vieux obus classiques HE et AP avec des charges aux cuirassés des classe avant les Iowa alors que les navires de la classe Iowa ont été crées pour faire la chasse aux navires ennemis

Les obus devant être tirer par ces canons de 460 mm, ont été mis au point rapidement Ce sont dans un premier temps des obus perforants et incendiaires Plus tard, pour contrer la menace aérienne, des projectiles San Shiki Model 3 ont été fabriqués, contenant chacun 600 éléments de fragmentation et 996 éléments incendiaires qui se sont en fait avérés peu utiles.
Présent sur la plupart des navires de guerre japonais, cetobus anti-aérien incendiaire spécial désigné officiellement comme "3 Shiki tsûjôdan" (Type commun 3) et soi-disant surnommé "La Ruche",
Il pesait 1 360 kg et était rempli de 900 tubes incendiaires. Une fusée était utilisée pour régler la distance d'éclatement souhaitée, généralement environ à une distance de 1 000 mètres Ces projectiles ont été conçus pour expulser les tubes incendiaires dans un cône de 20 degrés s'étendant vers l'avion venant en sens inverse, l'obus du projectile lui-même étant détruit par une charge d'éclatement pour augmenter la quantité d'éclats d'acier. Les tubes incendiaires se sont enflammés environ une demi-seconde plus tard et brulent pendant 3 à 5 secondes

Cependant, ces obus étaient considérés par les pilotes de l'US Navy comme étant plus un spectacle visuel qu'une arme antiaérienne efficace.

 
Essai d'explosion d'un obus incendiaire de type 3 (San-shiki dan) de la Marine Impériale Japonaise : contenant 996 éléments incendiaires qui se sont enflammés pendant 0,5 seconde après l'explosion créant un mur de feu. Chaque élément a brûlé pendant cinq secondes à 3000 degrés produisant une flamme d'environ 5 mètres de long.

 
-L'obus perforant de type 460 de 91 mm était le plus lourd (1460 kg) utilisé dans les batailles navales de la Seconde Guerre mondiale. Avec une vitesse initiale d'environ 800 mètres par seconde, le canon naval avait une portée maximale de 42 km et pouvait monter jusqu'à une hauteur maximale de 11 km, avec une cadence de tir maximale de 1,5 à 2 coups par minute.

Le canon pouvait prendre des angles d'élévation allant de -5 à +45 degrés. La longueur du canon était de 45 calibres, soit plus de 20 mètres. Ses obus se distinguaient par leur capacité à pénétrer le blindage (un obus perforant de 20 mm pouvait pénétrer 460 mm de blindage vertical). Les canons ont été conçus selon la stratégie navale japonaise dominante, connue sous le nom de Kantai Kessen, ou "Doctrine de bataille décisive", qui supposait que le Japon devait gagner une guerre en combattant et en remportant une action navale unique et décisive.
Compte tenu de l'expérience acquise dans les conflits précédents, avec la Chine dans la première guerre sino-japonaise (1894-1895) et dans la guerre russo-japonaise de 1905, où le Japon était sorti vainqueur d'actions navales décisives, les stratèges du Pays du Levant Sun pensait qu'ils auraient pu obtenir le même résultat éclair contre la flotte américaine du Pacifique.
Pour "vaincre" son adversaire oriental, la marine japonaise s'attendait à ce qu'aucun navire ne puisse égaler la puissance de feu de la classe Yamato.
Ces cuirassés étaient donc les plus lourds et les plus puissants jamais construits, avec un déplacement de près de 72 000 tonnes à pleine charge
. Le cuirassé Yamato a été conçu pour contrer la flotte de cuirassés numériquement supérieure dans le Pacifique, aux États-Unis. Livré à la marine japonaise une semaine après l'attaque de Pearl Harbor ou fin 1941, il servit de navire amiral de la flotte tout au long de 1942 et fut en juin 1942 le navire de commandement de l'amiral Isoroku lors de la bataille de Midway.
Plus tard, début 1943, sa tâche passa au cuirassé Musashi tandis que le Yamato continua à opérer dans de nombreuses batailles entre les principales bases navales japonaises de Truk et Kure où en décembre 1943, il fut également torpillé par un sous-marin américain. Bien qu'il ait été présent à la bataille de la mer des Philippines en juin 1944, il n'a pas participé à la bataille.
Le Yamato est connu pour avoir tiré sur des navires ennemis à une seule occasion. C'était lors de la bataille de Samar en octobre 1944 contre les groupes de porte-avions d'escorte Cesobus touchant peut-être l'USS Gambier Bay (CVE-73)
Son Sister ship . Musashi est connu pour n'avoir tiré qu'une seule fois avec ses armes des obus antiaériens " sankaidan " (shrapnels incendiaires) pendant la bataille de la mer de Sibuyan en octobre 1944. L'un d'eux aurait explosé dans le canon, bloquant le canon

Fait intéressant, ce sont les Japonais qui ont démontré la vulnérabilité des cuirassés à l'ère de l'aéronavale avec le naufrage du Prince of Wales et du Repulse en 1941.
Le Yamato navigue sans aucune couverture aérienne et est attaqué par les avions de la 5e flotte américaine. Malgré ses puissants canons anti-aériens, les chances de les contrer étaient minimes La seule fois où le cuirassé Yamato a tiré ses puissants canons sur des cibles de surface ennemies, c'était en octobre 1944, lorsqu'il a été envoyé pour engager les forces américaines envahissant les Philippines lors de la bataille du golfe de Leyte.
La rencontre avec un groupe de porte-avions d'escorte de la Task Force 77 de l'US Navy, après de nombreuses frappes aériennes américaines, convainc le commandement embarqué de son incapacité à contrer la menace et se replie.
Dans une tentative désespérée de ralentir l'avancée alliée, le Yamato est envoyé en mission Kamikase vers Okinawa, en avril 1945, avec l'ordre de s'échouer et de se battre jusqu'à sa destruction, protégeant ainsi l'île des attaques des forces américaines.

Cependant, le groupe japonais a été repéré au sud de Kyushu par des sous-marins et des avions américains et le 7 avril 1945, il a été coulé par des bombardiers et des bombardiers torpilleurs américains avec la perte de la plupart de son équipage. Finalement, ses puissants canons se sont avérés inutiles contre la menace aérienne qui allait dessiner les spécifications opérationnelles d'après-guerre.
Conclusion
Après la fin de la 2e guerre mondiale les experts américains ont estimé que le canon naval japonais Type 94 était très fiable. Le système d'artillerie des cuirassés japonais les plus puissants ne souffrait pas des "maladies infantiles" caractéristiques des équipements sophistiqués. Certes, cela ne permettait toujours pas aux canons et aux cuirassés de faire leurs preuves. Créés pour combattre les cuirassés américaine, les deux cuirassés lourds japonais ont finalement été coulés par l’aviation sans avoir le temps d'infliger des pertes importantes à l'ennemi.

 
 
 
   


Copyright © 2003-2023 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:6148910
Nb de visiteurs aujourd'hui:1608
Nb de connectés:55