Bataille 1943 Raid sur St Nazaire

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 10/10/2022 à 18:51:39



Operation Chariot Raid sur St Nazaire
Merci Wikipedia
 

 
Les Britanniques ont toujours étaient jaloux lorsqu’un pays possède de navires,militaires, en grand nombre,. Ils estiment que eux seuls avaient le droit d'avoir une puissante armée flotte
Aussi jusqu’au début du XXe siècle il semblerait que personne n'ait sérieusement contesté ce privilège à la Grande-Bretagne d'être la première dans les mers et les océans,
Les éternels rivaux, les Français, regardaient les Britanniques avec prudence, et au loin à l'est, l'ours russe c’est trouvé rabaissé par la Guerre Russo Japonaise
Mais le calme et les habitudes de se reposer sur nos lauriers vont soudainement être brisés par une nouvelle Force qui va grandir au centre de l'Europe, .Cette force est née du rassemblement d’une mosaïque de petits états autour de la Prusse et celle ci veut une place au soleil. En peu de temps, elle a créé une flotte presque égale à la Grand Fleet
Le conflit va éclater et il a fallu d'énormes efforts et sacrifices pour que le trident britannique batte la Kaiserliche Marine qui s’est, rendue et s’est ensuite sabordée à Scapa Flow
Mais les vaincus n'ont rien oublié et tentent de reconstituer leur marine de guerre
Certes les Allemands ne disposent plus d'une flotte puissante, mais la Royal Navy n ‘est plus toute puissante et l’entretien de la Flotte pèse sur les finances publiques
La France battue en 1940 se voit occuper par les Allemands et doit mettre à la disposition des vainqueurs ses ports et il y a des ports que les Anglais surveillent avec attention car ils peuvent accueillir des bâtiments de guerre importants de la Kriegsmarine pour escale ou pour être réparé
Ce sont les ports de Brest et de St Nazaire
Le plus surveillé après Brest et celui de St Nazaire
Pourquoi St Nazaire ? La marine allemande possède une flotte de surface assez puissante avec en 1941 2 cuirassés classe Bismarck 2 classe Scharnhorst et des croiseurs lourds et légers
Les bâtiments ont besoin d’entretien et de reparution et il s’avère qu’après l’épisode de la Chasse au Bismarck les anglais se sont rendu compte qu’une seule forme de radoub pouvait accueillir des bâtiments de cette taille hors Allemagne car si le Bismarck a été coulé il reste son frère jumeau le Tirpitz et il ne peut être réparé que dans un ouvrage spécifique la Forme Joubert à St Nazaire , forme qui a vue naître le Normandie
 

Le Normandie fut construit en 1935 à Saint Nazaire Avant même le début des travaux sur le nouveau navire, qui émerveillait les contemporains par sa silhouette l’entreprise de construction navale Penoet avait déjà pris en charge la construction d’une nouvelle cale sèche pour l’entretien courant d’un énorme paquebot (déplacement 80000 tonnes, longueur 313,7 m).
La construction dans l'estuaire de la Loire, d'une forme d’une longueur de 350 m, a été achevée par 1933 et a été nommée en l'honneur du président de la Chambre de commerce de Saint-Nazaire, Louis Joubert, décédé à 1930,
D’ailleurs après son lancement en 1937 le Normandie y subit une maintenance préventive
Les Francais conquis par les performance du Normandie prévoyaient de construire un autre navire de ce type, mais la Guerre qui démarre le 1/09/1939 va bouleverser les plans
Battue en juin 1940, la France signe l’armistice à Compiègne et les Allemands parviennent ensuite sur la cote atlantique en prenant le contrôle des ports de la façade maritime
La guerre en Atlantique prend alors de l’ampleur et les ports du pays occupé ont commencé à être utilisés, à titre provisoire, puis très tôt comme bases permanentes de la flotte allemande, en particulier des sous marins.
Il n'y avait pas beaucoup de navires de surface capables de défier les anglais, mais ils étaient là . Il s’agissait des Bismarck et Tirpitz
Si la carrière du premier a été rapidement interrompue non sans peine par les Britanniques dans les eaux de l’Atlantique Nord, le second est toujours là et par le seul fait de son existence il donne des tourments et des soucis aux dirigeant anglais
Au début de 1942, le cuirassé qui a terminé les tests part pour les eaux norvégiennes pour chasser les convois alliés à destination de l'URSS. Mais l’Amirauté échaudée par l’aventure du Bismarck continue à considérer que les chances que le Tirpitz tente de s'échapper dans l'Atlantique soient assez grandes.
En cas de retour réussi du raid, le cuirassé sera obligé de se rendre dans l'un des ports de la France occupée, où il aura sans doute besoin de réparations.
Sur la côte atlantique, il n’y avait qu’un seul lieu capable d’accueillir avec tout le confort le cuirassé c’est le quai du 350, Louis Joubert, à Saint-Nazaire.
les Britanniques sont fixés sur cette idée de la présence de puissants navires ennemi qui peuvent agir sur les lignes de ravitaillement et le "Tirpitz" était un adversaire sérieux. La forme, où le Normandie avait été bâti menaçait de devenir le repaire du Minotaure dévorant des transports sans défense.
Mais comment attaquer cette forme Une force puissante avec des gros moyens ou des petites unités comme cela a été utilisé sur les ecluses de Walcheren en 1918
Le choix c’est porté sur une petite troupe des combattant Les Commandos


Mais qui snt ces combattants d’un type très particulier
" L'idée de créer des unités compactes et bien armées sur la base des unités du Royal Marine Corps pour effectuer diverses tâches ne nécessitant pas d'énormes effectifs, mais un bon entraînement individuel a surgi dans l'esprit des militaires britanniques dès les années 20, lorsqu'ils ont analysé l'expérience d'une force d'assaut aéroportée infructueuse et très sanglante. opérations à Gallipoli.
Certains des officiers les plus perspicaces, soulignant les résultats que Sir Lawrence d'Arabie a pu obtenir dans sa guerre de partisans contre l'empire ottoman, ont soulevé la même question dans les années 30. Mais les dirigeants de l'époque, préoccupés par la crise économique, et la réduction des crédits alloués au développement de la flotte, ont été écartés.
Après le début de la 2e Guerre Mondiale l’Europe, et avec elle l’Angleterre, se trouvait dans une situation complètement différente. Déjà lors des combats en Norvège, on s’est rendu compte qu’il y avait un besoin urgent de petits détachements de combat bien entraînés qui effectuaient des raids sur les arrière de l'ennemi, effectuaient des sabotages et étaient en mesure de mener des opérations de combat dans des régions éloignées.
Apres la capitulation Française l’Angleterre s'est retrouvée seule face à l'Allemagne et ses alliés. Dans une situation aussi difficile . Le 6 juin 1940 Le Cabinet des ministres a été informé qu'il n'y avait pas plus de 600 000 fusils de disponibles dans tout le pays (dont beaucoup datant de 1914 voire de la guerre contre les zoulous) et de 12000 mitraillettes Il faudrait donc au moins 6 mois pour réconstituer les stocks pour les armes les plus nécessaires.
Les dominions britanniques s’ils possédaient de vastes territoires, n(avaient que peu de troupes et ne pourraient pas aider la métropole à ce stade.
Heureusement pour la grande Bretagne,le 10 mai 1940 Churchill arrive au pouvoir et il promets la victoire mais aussi du Sang, labeur, larmes et sueur
Sir Winston Leonard Spencer-Churchill après une carrière militaire dans les rangs de la cavalerie en 1899 devint correspondant de guerre. Ou il couvre la guerre dite Boers durant laquelle il est fait prisonnier Il voit avant son évasion le travail des actions des "commandos", des détachements mobiles de Boer, qui causent beaucoup de problèmes aux Britanniques.

internet


Aussi une fois arrivé au pouvoir le 11/05/1940 il décide de créer des unités de reconnaissance et de sabotage capables d'opérer derrière les lignes ennemies.
Pour lui ces opérations ambitieuses que de tels "coups de poignard",sont à la portée de la Grande Bretagne Atterrir sur les côtes européennes contrôlées par l'ennemi et y semer la panique et la mort
Le 3 Juin Churchill formule ses pensées par écrit, et les transmets au chef d’état-major, le général Ismay, qui le 6 Juin les dévoile au Comité des chefs d’état major.
Trois jours plus tard, une circulaire a été envoyée aux troupes, selon laquelle il était nécessaire de sélectionner 40 officiers et des 1000 soldats pour créer une "unité mobile spéciale".
Ensuite il est prévu que ce nombre soit porté à 5000
La nouvelle division reçoit le nom officiel de "commando".
Le 23 Juin après une préparation plutôt dure, un raid est effectué sur la côte française par une autre compagnie, le 11th commando qui est un détachement de volontaires crée à la hâte. Cette hâte a été causée par les ordres de Churchill lui-même. Il attendait non seulement un résultat militaire mais également un résultat politique des opérations des commandos.
La population française et le Monde libre devait savoir que l'Angleterre n'avait pas quitté le continent pour se débrouiller toute seule mais qu’elle était capable de revenir faire des piqures de rappel dans l attente d’un grand débarquement
Le château Inverailort a été le premier centre de formation pour les forces spéciales. Les territoires environnants sont situés à 50 kms à l’ouest de Fort William, en Écosse.
Lord Mountbatten est à l’automne de 1941, mis à la tête de cette unité Devenu célèbre lors de la bataille de Crète et commandant du destroyer Kelly, Mountbatten est même devenu le prototype du personnage principal du film «Where We Serve», qui a remporté un Oscar en 1942. Brièvement, après avoir commandé le porte-avions Illustrious, il est rappelé à Londres, où il a reçu une nouvelle affectation.
Son chef d’état major lui présente de nombreux plans avec une composante navale qui ne semblaient pas toujours faisables. Mais Plus le plan était fou, plus il l'appréciait", ont déclaré ses collègues. Sous lui, le Centre de recherche sur les opérations spéciales a été créé, réunissant divers scientifiques, concepteurs et agents techniquement compétents qui ont participé à la création de divers dispositifs techniques.
Le fait est que Churchill a exigé de plus en plus de sabotage et l’équipement matériel et technique des commandos laissait beaucoup à désirer. Avant l'arrivée de Mountbatten qui dirigera le centre d'opérations spéciales à compté du printemps 1942, les forces spéciales britanniques vont constituer une petit troupe spéciale au sein des forces armées de Sa Majesté.
Mais il y avait beaucoup de travail Mountbatten a été vice-amiral conte l avis du premier Lord de l’Amirauté, Sir Dudley Pound,


Mais tout va très vite car en plus du centre déjà existant en février 1942, un nouveau centre a été ouvert au château d'Achnacarry
Le programme de formation a été élargi et durci La sélection était difficile. Beaucoup de temps a été consacré au déminage et au débarquement
Mountbatten surveille de près l'activité des Allemands sur la côte atlantique de la France, où leurs sous-marins sont basés dans des Bunkers en béton armé et beaucoup sont en construction.
Sa curiosité particulière, en tant qu’officier de marine, a été provoquée par une immense cale sèche à Saint-Nazaire. Les Britanniques ne disposaient pas d'informations précises sur les intentions de l'ennemi quant à l'utilisation du "Tirpitz", et l'utilisation de ce lieu commode et unique, propice à la réparation du cuirassé, était fort probable.


Durant l’hiver, 1941 - 1942. deux officiers de commando, Bill Pritchard et Bob Montgomery, ont proposé à Mountbatten un plan de raid risqué sur les côtes françaises, dans le but de mettre hors service cette forme
Le plan reposait sur l'idée du conseiller lui-même, qui disposait déjà de toute une équipe de spécialistes.
Vers la même période, les Britanniques ont pris connaissance de certains dispositifs techniques utilisés par les nageurs de combat italiens de la
Xe_Flottiglia_MAS
0 cela vint s’ajouter la perte du croiseur Lourd York en rade de la Sude avec l'aide de bateaux MTM


Le croiseur lourd York a été attaqué avec succès et mis hors de combat. Au début, on avait eu l’idée d’appliquer quelque chose de similaire à Saint-Nazaire, mais la création d’un prototype anglais et sa transformation en un état plus ou moins prêt au combat ont pris du temps.
Ensuite, l'idée d'utiliser un bateau qui explose a été repris et Mountbatten a suggéré d'utiliser un navire à cette fin.
Ainsi, les premiers éléments de l'opération «Chariot» sont posées
L'ancien destroyer Campbelltown, anciennement Buchanan, qui faisait partie de la marine américaine, a été choisi comme candidat pour cette mission sans retour pour lui


Le navire construit pendant la Première Guerre mondiale a été perçu par la Grande Bretagne dans le cadre d'un accord conclu entre 2 en septembre 1940, simplement appelé "Bases en échange de destroyers".
L'Angleterre s'est engagée en retour à transférer un certain nombre de ses bases et de ses îles sous le contrôle américain pour 99 ans,
Les américains ont cédés en échange 50 anciens destroyers.
Mais l 'état des navires laissait beaucoup à désirer et, à l’été de 1941, seuls 30 étaient dans un état de fonctionner
Un de ces destroyers était Campbelltown. Le plan d’opération de jeter ce navire chargé d’explosifs sur la porte de la cale sèche. La minuterie différée activera la bombe plusieurs heures après afin de permettre aux groupes d'assaut de débarquer sur le rivage et de faire exploser la station de pompage, les génératrices et les conduites de carburant.
Des torpilles, également équipées de mécanismes d'horlogerie, seront aussi déclenchées simultanément à la charge principale du destroyer,
Afin de donner à Campbelltown au moins une ressemblance lointaine d’un dragueur de mines allemand, des cheminées en ont été coupées. La timonerie, si possible, serait protégée des balles et des éclats d'obus par des plaques de blindage supplémentaires.4 tonnes d'explosifs sont coulés dans du béton, à la proue du navire afin que les sapeurs allemands ne puissent pas le trouver. Le destroyer a été allégé autant que possible afin de franchir les berges du fleuve sans difficulté et de remonter la Loire sans difficulté

Merci simon de scale models


Tout l’armement du navire torpille et artillerie en ont été retirée. Pour l'autodéfense et le soutien du feu des groupes d'assaut sur le pont ont été installés huit canons Oerlikon de 20-mm.
Le détachement combiné placé sous le commandement du lieutenant-colonel Charles Newman a été recruté pour l'opération,
La partie la plus importante vient du 2 nd commando En plus d’eux, des militaires d’autres unités (1, 3, 4, 5 et 9) ont pris part, soit un total de 242.
Pour détourner l'attention de la garnison allemande et semer la confusion dans l'esprit de ce qui se passait, la Royal Air Force effectue des frappes dans la région de Saint-Nazaire.
Les soldats sélectionnés pour le raid ont été soumis à un entraînement hebdomadaire, et des tests comme des attaques matinales contre Plymouth et Devonport ont eu lieu
L'administration de ces ports n'a pas été prévenue des exercices et, en cas de découverte des combattants, une réception hostile était attendue.
Au cours des exercices, plusieurs commandos ont été arrêtés par des gardes vigilants. De nombreux autres exercices ont eu lieu au cours contres des écluses et des stations de pompage afin de peaufiner l’opération
Le personnel n'est pas courant des objectifs de l'opération, mais il était clair que cela était prévu sur la côte française.
La Flotille composée outre du Campbelltown, Fairmail, comprend 16 MGB- eet MTB
Elle est commandée par le capitaine R. Ryder. La veille du départ, les forces spéciales se sont rendues à l'église où elles ont pris la communion. Leur commandant, le lieutenant-colonel Newman, a prononcé un discours expressif et inspirant.
Le 26 mars, mars 1942, la flottille s'est retirée de Falmouth. En couverture, la flottille était accompagnée des destroyers Tyndale et Azerstone. Le commandant de l'opération a choisi la MGB-314 comme poste de commandement. Les bateaux à moteur étaient équipés de réservoirs de carburant supplémentaires sur le pont.


Le trajet a été étudié de manière à éviter de rencontrer les navires de patrouille ennemis et à préserver ainsi le secret
Dans la matinée du 27 mars, 27,le HMS  Tyndale a découvert, puis a tiré sur un sous-marin allemand le U-593, avant de le grenader sans succès.
Le parcours a été changé en sud-ouest. Le sous-marin a annoncé une rencontre avec la flottille anglaise, mais les Allemands n’ont pas deviné que Saint Nazaire serait la cible de l’attaque.
De là, quatre destroyers ont été envoyés vers la zone pour soutenir le U-593, ce qui n’a fait qu’affaiblir la défense de la base.
Le 27 mars à 21 heures la flottille se trouve à 65 miles de sa cible et commençait à se déplacer vers l'embouchure de la Loire. Les deux destroyers sont restés pour patrouiller sur zone. En guise de balise de navigation, le sous-marin HMS Sturgeon se trouvait à côté de l ‘embouchure
Après minuit, le convoi est entré dans l’estuaire Sur le Campbelltown est hissé un drapeau allemand.
Dans le même temps 35 Bombardiers Whitley et 27 Wellington attaquent Saint-Nazaire. Cependant, comme les équipages ne devaient frapper que des objets clairement visibles, seuls quatre aéronefs se concentre sur la cible. Six autres bombardent des cibles de réserve.
Le raid alerte les Allemands et le commandement de la 22-th brigade d'artillerie antiaérienne navale averti qu’une attaque par une force de débarquement aéroportée est possible


Vers une heure du matin une lueur illumine la flottille qui remontait la rivière et un signal d'alarme est lancé. En réponse le Campbelltown, signale calmement qu'ils avaient été attaqués dans le golfe de Gascogne, le détachement se dirigeant vers Saint-Nazaire pour des réparations,avec des blessés à bord et demande d'envoyer des ambulances au quai.
Plusieurs minutes sont ainsi gagnées

Merci à Osprey


Mais rapidement les navires britanniques ouvrent le feu, car les apparemment, l'ennemi avait des doutes quant à la nationalité des navires naviguant sur la rivière.
A un mile de la cible, le capitaine Ryder ordonna de abaisser le drapeau allemand et de lever le drapeau anglais. Remarquant sur le mât Campbelltown" le drap avec la croix rouge de Saint-Georges, les Allemands ouvrent les feu via les batteries côtières, mais également des mitrailleuses de gros calibre.


Le destroyer navigue à 19 nœuds vers sa cible la porte de la cale sèche. Les bateaux navigant derrière Campbelltown sont également pris pour cible. Certains d'entre eux prennent feu . Le commandant du destroyer, le commandant S. X. Beatty, dirigeait son navire avec assurance malgré les tirs Le timonier a été tué, le marin qui l'a remplacé a été blessé. En 1 H. 32 min. le Campbelltown s’encastre dans la porte de l’écluse la pulvérise et s’échoue dans la forme

 

Warpaint


Les bateaux accostent et commencent à débarquer des commandos sur le rivage.
En raison des dégâts causés par un tir intense, seuls cinq bateaux sur six ont réussi à le faire.

Italeri


L'un d'eux le ML-177 accoste le destroyer pour évacuer son équipage de 30 personnes
Plusieurs groupes d'assaut ont réussi leur débarquement avec le lieutenant-colonel Newman. La résistance des Allemands a augmenté, car ils reçoivent des renforts des unités de la garnison envoyés d'urgence au port.
Les combattants du commando de l'escouade 5 ont réussi à détruire station de pompage, qui explose


Les peu des objectifs ciblés sont détruits. Parmi eux se trouve une station de relevage et quatre canons anti-aériens . L’ opération commence à tourner mal car certains bateaux n’ont pas réussi à débarquer leurs groupes, certains ont été coulés et le reste de l’équipage a atteint le rivage en nageant; deuxièmement, ceux qui ont débarqué du bateau en raison d’un bombardement intensif depuis le rivage ne peuvent pas être récupérés les bateaux commencent à partir
Environ 100 commandos sont restés sur le rivage, avec le lieutenant-colonel Newman et le groupe de contrôle.

Internet


L ‘etau autour des Anglais se resserre. Newman a donné l'ordre de faire tout son possible pour rentrer en Angleterre, de ne pas abandonner jusqu'à épuisement des munitions et, si possible, de ne pas abandonner du tout.


Les commandos ont pris la décision de se frayer un chemin dans la ville afin de pouvoir, après avoir pénétré profondément dans le territoire français, rentrer chez eux par des pays neutres. Les hommes du groupe de Newman ont réussi à traverser le port pour se rendre dans la vieille ville, mais ils ont été bloqués par des éléments de la garnison. Après avoir épuisés toutes les munitions, les Britanniques ont dû se rendre. Seuls cinq commandos ont réussi à franchir les lignes allemandes puis à travers la France, l'Espagne et Gibraltar pour rentrer en Angleterre.


Les bateaux sur la rivière ont également eu des difficultés. Deux ont été gravement endommagés et ont dû s’arrêter.
Un bateau resté en arrière a été percuté le destroyer allemand Jaguar dans l'obscurité. Malgré le désespoir de la situation, les Britanniques ont tiré avec une mitrailleuse embarquée sur Lewis. Les Allemands ont également tiré avec succès à l'aide de mitraillettes, l'immobilisant et provoquant un incendie.
Le commandant du destroyer allemand a crié dans un mégaphone en anglais: «Peut-être que ça va encore suffire?» - mais chaque fois, un Lewis a répondu Finalement, les Britanniques ont compris qu'ils ne pourraient pas partir et ont crié du bateau: "Oui, ça suffit!"
La lutte dans le port a quant à elle diminué, les centres de résistance s'étant éteints un à un. Les Britanniques blessés ont été logés dans le casino réquisitionné.
L’attention des Allemands s’est alors concentrée sur le «Campbelltown», autour duquel de nombreux officiers supérieurs, officiers de la Gestapo, ingénieurs, évaluaient l’ampleur des dégâts. C’est alors qu’ a midi, qu’une puissante explosion a secoué tout le port, causant de graves dommages au quai et aux bâtiments adjacents. Même deux pétroliers debout dans la porte de la Normandie ont été endommagés.
400, Allemands ont été tués et beaucoup ont été blessés. Les soldats et les batteries côtières ont ouvert le feu ce qui a entraîné de nouvelles victimes.
Un peu plus tard, pour clore le tout torpilles tombées du torpilleur MTV-74 vont exploser
Quelques jours plus tard, des photographies aériennes prises par un avion de reconnaissance montraient que la forme avait beaucoup souffert et était inutilisable
L’opération Chariot a été un succès. Et le Tirpitz ne pouvait utiliser cette forme de radoub
Mais il s’est avéré par la suite que les alarmes des amiraux britanniques étaient vaines: les Allemands n avaient jamais penser baser leur seul cuirassé sur la cote atlantique et ne le préparaient pas pour des opérations dans l’Atlantique.
La cale n'a été réparée que dix ans plus tard.
Le raid sur St. Nazaire a coûté cher aux Britanniques. Seuls quatre bateaux sont arrivés sur base e avec les destroyers en attente.
Parmi les commandos sur les 242 qui ont pris part à l'opération, 59 ont été tués, 112 ont été capturés beaucoup d'entre eux ont été grièvement blessés.
Parmi les équipages de Campbeltown et les bateaux 85, des personnes ont été tuées et 106 ont été capturées.


À Londres, le raid fut pour Mountbatten un succès absolu.
83 personnes ont été décorés dont cinq ont reçu la Victoria Cross
Les prisonniers britanniques ont été détenus dans un groupe séparé dans un camp de concentration, ne permettant aucun contact avec leurs concitoyens.
L'attitude envers eux, dans leurs propres mots, était normale.
Après la guerre, les participants au raid sur Saint-Nazaire organisèrent leur propre association. Monument au commando britannique à Lokhaber en Écosse: «Unis nous conquérons» I

Documentation Issue de ce site

 

 


 

   


Copyright © 2003-2023 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:6148874
Nb de visiteurs aujourd'hui:1572
Nb de connectés:29