Japon Marine IJN Les Sous Marins Type I- 400 I-yonhyaku-gata Sensuikan 1944 1945

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 02/10/2022 à 17:04:38



La Marine Impériale Japonaise
Dai-Nippon Teikoku Kaigun 大日本帝國海軍  Nippon Kaigun   日本海軍 Rengō Kantai  連合艦隊
Les Sous Marins Type  I- 400 I-yonhyaku-gata Sensuikan 1944 1945
 
 
 
Pendant la Seconde Guerre mondiale la Marine impériale japonaise va construire des sous-marins spéciaux de grande taille adaptés au transport des hydravions. Les hydravions étaient entreposés pliés dans un hangar spécial à l'intérieur du sous-marin.
Le décollage a été effectué en surface une fois que l'avion a été sorti du hangar et assemblé pour le décollage, via des catapultes spéciales construites sur la plage avant du sous-marin, à partir duquel l'hydravion était lancé. Une fois le vol terminé, l'hydravion revient et est replacé dans le hangar du sous-marin.
Projets du Japon
Projet J-1M - «I-5» (avec un hydravion de reconnaissance, décollage sur la surface de la mer
Projet J-2 - «I-6» hydravion de reconnaissance lancé à partir d’une catapulte
Projet J-3 - I-7, I-8;
Projet 29 type "B" - unités 20;
Type "B-2" - unités 6;
Type "B-3" - unités 3 ces sous-marins avaient des hangars mais n’ont jamais transporté des hydravions ils furent convertis en transport de Kaiten", torpilles contrôlées par pilotes
Projet A-1 - Unités 3 un hydravion de reconnaissance lancé à partir d’une catapulte
Unités de type I-400 -3 (hydravion Aichi M3A Seiran 6);
Type "AM" - unités 4 d'hydravion Seiran" 2 , unités non terminées
Type de projet I-400 I-yonhyaku-gata Sensuikan


Ce type de sous marin a été voulu par l’Amiral Yamamoto Les plans originaux prévoyaient la construction de 18 navires. Cependant, en 1943, le plan de construction a été réduit de moitié Comme par hasard l’Amiral Yamamoto avait été tué dans son avion lors d’une embuscade . Puis plusieurs autres commandes ont été annulées. En conséquence, la flotte qui espérait recevoir cinq sous-marins.en a reçu seulement trois Les deux autres restants, pour diverses raisons, n'ont pas été mis en service et ont été démantelés.
Le bateau de tête de série I-400 a été mis à l'eau le 18 janvier 1943 au chantier naval de Kure. Le I-401 a commencé à être construite en avril et à l'automne,
Les trois autres bâtiments ont été construits un an après la mise à l'eau de l'I-400 en 1944,
 L I 400 a été déclaré bon pour le service début 1945, et les I-401 et I-402 sont entrés en service en janvier et juillet
 Il est curieux qu'au stade final de la construction, l'I-402 ait été converti de porte-avions en ravitailleur
Ainsi au final, la Marine n'a reçu que deux sous marins porte-avions lourds.
Caractéristiques
Le "Sentoku" était un bateau diesel-électrique d'une longueur de 122 mètres et d'un déplacement total de 6700 tonnes.
Ces navires de cette série sont restés les plus grands au monde avant l'avènement des sous-marins nucléaires. 
Une coque robuste a été utilisée avec une section transversale en forme de cercles sécants, divisée par une cloison transversale et longitudinale. De ce fait, il a été possible d'obtenir une grande largeur du bateau, nécessaire pour accueillir le hangar-superstructure et la catapulte .
La superstructure du sous-marin Sentoku a été réalisée sous la forme d'un hangar étanche cylindrique, capable d'accueillir 3 avions, ainsi que des conteneurs avec du carburant et des munitions. La sortie du hangar s'effectuait par l’avant


Le compartiment étanche avait 31 m de long et de 3,5 m de diamètre. La porte d'accès extérieure pouvait être ouverte hydrauliquement de l'intérieur ou manuellement de l'extérieur en tournant un grand volant relié à une crémaillère et à un engrenage. La porte a été rendue étanche grâce à un joint en caoutchouc de 51 mm d'épaisseur


Dans un compartiment ouvert et encastré à l'avant bâbord, juste sous le pont supérieur, se trouvait une grue pliante utilisée pour récupérer les hydravions Aichi M6A Seiran du sous-marin. La grue était équipée d'un palan électrique et pouvait soulever environ 4,5 tonnes. Elle a été soulevée mécaniquement à une hauteur de 8 m par un moteur à l'intérieur du sous-marin. La flèche s'étendait jusqu'à une longueur de 11,8 m
Devant l’hangar se trouve un guide de rail de catapulte.
L avion pouvait aussi décoller en partant de la mer


Pour le retour il amerrissait après quoi l'avion est monté sur le pont à l'aide d'une grue démonté e remisé
Un système de trim spécial a été installé sur les sous-marins, leur permettant d'attendre immergés et immobiles le retour de l’avion. Cependant, le fonctionnement de ce système était bruyant et son utilité était douteuse
Il y avait aussi la possibilité de voler sans retourner au bateau
L'électronique à bord des I-400 comprenait un radar de recherche aérienne Mark 3 modèle 1 équipé de deux antennes séparées. Cette unité était capable de détecter les avions jusqu'à une distance de 80 km (43 milles nautiques). Les sous-marins étaient également équipés de radars de recherche aérienne/surface Mark 2 Modèle 2 avec des antennes distinctives en forme de cornets. Chaque sous-marin transportait un récepteur d'alerte radar E27, connecté à une antenne dipôle entraînable et à une antenne fixe non directionnelle composée d'un panier en treillis métallique et de deux tiges métalliques. Les sous-marins étaient équipés de deux périscopes de fabrication allemande, d'environ 12,2 m de long, l'un pour le jour et l'autre pour la nuit. Un revêtement anéchoïque spécial fait d'un mélange de gomme, d'amiante et d'adhésifs a été appliqué sur les coques depuis la ligne de flottaison jusqu'à la quille de cale. Ce revêtement était apparemment basé sur des recherches allemandes, bien que sa composition soit complètement différente de celle des carreaux anéchoïques allemands tels que l'"Alberich" ou le "Tarnmatte"12. Il était destiné à absorber ou à diffuser les impulsions des sonars ennemis et à amortir les réverbérations des machines internes du sous-marin, rendant théoriquement la détection en immersion plus difficile, bien que son efficacité n'ait jamais été établie de manière concluante
L'équipage était composé 144 à 195 hommes, dont 21officiers.
 Il avait une autonomie de 90 jours, mais dans des conditions de service laissant beaucoup à désirer.Pas de climatisation ni de toilettes à chasse d'eau
Le manque de chambres froides limitait considérablement le régime alimentaire de l'équipage, tandis que des quartiers de couchage inadéquats obligeaient une partie de l'équipage à dormir sur les ponts ou dans les coursive
Le grand sous-marin a reçu un système d ‘armement complexe d'artillerie et de torpille
Sur le pont du compartiment avant, on trouve 8 tubes lance-torpilles de calibre 533 mm(monté en 2 rangées l’une au dessus de l’autre de 4 tubes) avec une réserve de- 20 torpilles.
Sur le pont, arrière on trouve un canon rayé de 140 mm.


 L'armement anti-aérien comprenait 10 mitrailleuses de 25 mm en version simple double ou triple(trois canons de 25 mm de type 96 à triple montage étanche pour la défense antiaérienne, deux à l'arrière et un à l'avant de la tour de contrôle. Un seul canon de 25 mm monté sur un piédestal était également situé juste derrière la passerelle )


En plus de son armement classique la classe I-400 embarque 3 hydravions Aichi M6A Seiran .Ces hydravions pouvaient volaient à la vitesse allant jusqu'à 480 km / h et pouvaient lancer une bombe de 800 kg ou une charge à 1200kms de leur lieu de lancement
Aichi M6A Seiran


Il fut dessiné début 1943 et son premier vol a eu lieu en décembre 1943,pour une mise en service début 1944. Le concepteur en chef de la machine est Norio Ozaki.
Total construits 28
Caractéristiques
Équipage: 2 personne;
Vitesse de croisière: 300 km / h;
Max vitesse au sol: 430 km / h;
Max vitesse en hauteur: 475) km / h à 5200 m
Autonomie 1200 km;
Plafond pratique: 9900 m;
Longueur: 11,64 m;
Hauteur: 4,58 m;
Envergure: 12,3 m;
Surface de l'aile: 27 m²;
Poids à Vide: 3300 kg;
Masse maximale au décollage: 4445 kg;
Moteurs: Aichi AE1P Atsuta 32;
Puissance 1400 CV
Armement 1 canon: mitrailleur de 13-mm de type 2;
Nombre de points d’emport Charges 3;
Armement suspendu: 2х250 kg ou 1 x800 kg ou 1 x850 kg torpille;
Caractéristiques
Déplacement en surface 3 530 t standard,/ 5 223 t Déplacement en plongée 6 560 t
Équipage - selon différentes sources, de 144 à 195,dont 21 officiers
La longueur 122 m
Largeur 12 m
Tirant eau 7m
Moteur électrique diesel 4 diesel, 7 700 hp, moteur électrique 2, 2 400 hp, arbre de transmission 2;
Vitesse (surface) - nœuds 18,75;
Vitesse (sous l'eau) - nœuds 6,5;
Profondeur d'immersion extrême - 100 m;
L'autonomie de navigation - jours 90, 69 500 km à 14 nœuds 14, 110 km sous l'eau;
Armement:
Artillerie - 1 × 140-mm / 40, 10 × 25-mm Type 96,
Torpilles 8 x 533-mm TA, + réserve de 20 torpilles
Hydravion 3-4 (dont un démonté) Aichi M6A Seiran.
En conclusion ces sous-marins étaient peu maniables et relativement difficiles à manœuvrer en surface en raison de leurs petits gouvernails
La grande superstructure faisait également dévier le sous-marin de sa route par vent fort. La profondeur maximale de plongée du sous-marin de classe I-400 n'était que de 82% de sa longueur totale, ce qui posait des problèmes si le sous-marin plongeait à un angle trop prononcé en cas d'urgence
Mais par leur taille ce sous-marins avait une signatures visuelle et radar importante
Ils pouvaient être donc en surface détectés par les avions relativement facilement et comme leur temps de plongée était de 56 secondes, soit près du double des autres sous-marins ils auraient offert un cible de choix aux prédateurs


De plus en immersion sa vitesse était de deux nœuds,et vue son agencement le timonier devait constamment faire des correction afin de maintenir une route droite


Si il y avait une attaque de torpilles, le capitaine devait tenir compte de son plus grand cercle de virage à tribord qu'à bâbord, toujours en raison de la conception décalée.

Vie opérationnelle
Au tournant de 1941-42. le commandement de la 
flotte japonaise a commencé à étudier la question de frapper les États-Unis sur leur propre territoire
 L'utilisation de porte-avions ou de navires de surface était trop dangereuse, et donc l'idée d'un sous-marin lourd transportant des hydravions-bombardiers est née. Le développement de la conception préliminaire et technique s'est poursuivi jusqu'au printemps 1942, après quoi la construction a commencé.
 Le projet a reçu la désignation "Tokugata Sensuikan" (en abrégé "Sentoku") - "Sous-marin spécial".
Ce type de sous-marins conçu en 1942-1943, était prévu pour être un porte-avions sous-marins à long rayon d'action pour des opérations partout dans le monde, y compris la côte américaine. Les sous-marins de type I-400 étaient les plus importants parmi ceux construits pendant la Seconde Guerre mondiale et le restèrent jusqu’à l’apparition des sous-marins atomiques.
Selon le projet, ils avaient prévu d’en construire 18 mais ce plan avait été réduit à 1943 à 3 I 400 401 et 402 qui n’ont pas eu le temps de combattre
Service de combat
Au moment où la construction du Sentoku a été achevée, il est devenu clair qu'une attaque réussie contre les États-Unis continentaux était tout simplement impossible. Si le sous-marin porte-avions pouvait s'approcher de la ligne de lancement de l'avion, la défense aérienne ne le laisserait pas atteindre des cibles importantes. À cet égard, un plan alternatif est apparu - attaquer les structures du canal de Panama du côté atlantique.
La planification et la préparation ont été sérieusement retardées et l'opération n'a commencé qu'en juin 1945. Les sous-marins I-400, I-401, ainsi que I-13 et I-14 d'un autre projet étaient censés faire le tour de l'Amérique du Sud en secret et s'approcher de l'entrée. au canal de Panama. Puis dix avions avec des pilotes suicide devaient attaquer les portes du premier sas.
Cependant, fin juin, des nouveau ordre vont arriver. Les "Sentoku" devront se transférer vers l'atoll d'Ulichi pour attaquer les navires de surface américains. Les préparatifs ont de nouveau pris beaucoup de temps et les sous-marins ne sont partis en campagne qu'au début du mois d'août.
 N'atteignant pas leur objectif, les sous-mariniers ont reçu un message de reddition. Quelques jours plus tard, tous les participants à l'opération ont rencontré les navires de la marine américaine et se sont rendus.
A cette époque, les préparatifs étaient en cours pour une autre opération. Fin septembre, les Seiran du Sentoku devaient larguer des bombes contenant des insectes infectés sur le sol américain. Après le bombardement atomique du territoire du Japon, Tokyo a planifié une attaque biologique. Les sous-marins devaient atteindre la côte ouest des États-Unis («Opération PX»), où les avions-bombardiers devaient frapper des villes américaines en jetant des conteneurs contenant des rats vivants et des insectes infectés par les agents responsables de la peste bubonique, du choléra, de la fièvre Dingue, de la typhoïde et autres maladies mortelles. Cependant, la défaite du Japon a annulé ce bombardement(
Opération "Cherry Blossoms at Night" (fleurs de cerisier dans la nuit)

Le 15 Août 1945, le Japon a capitulé et le même jour, les commandants de sous-marins ont reçu l'ordre de revenir à leur base et de détruire tous les documents secrets.
Le commandant duI-401, s'est suicidé et l'équipe a lancé les avions sans pilote, sans démarrer les moteurs.
Le I-400, lui a jeté avions et torpilles par dessus bord
Ainsi terminé la saga des plus grands sous-marins de la Seconde Guerre mondiale, combinant les technologies les plus avancées de l’époque et des pilotes suicides
Raisons de l'échec

Les sous-marins de la classe Sentoku ont été développés et construits plus longtemps qu'ils n'ont servi. De plus, pendant plusieurs mois de service, ils n'ont jamais fait de campagnes à part entière - et n'ont pas participé aux batailles. Ainsi, un projet complexe et ambitieux n'a donné aucun résultat, si ce n'est la démonstration des capacités fondamentales de la construction navale.Les USA ont étudié les sous-marins capturés, Pendant leur séjour, ils ont reçu un message selon lequel les Soviétiques envoyaient une équipe d'inspection pour examiner les sous-marins. Pour empêcher cette opération, l'opération Road's End a été mise en place. La plupart des sous-marins ont été emmenés à une position appelée Point Deep Six, à environ 35 km (19 milles nautiques) au sud-est de l'île Fukue, chargés d'explosifs C-3 et détruits ; ils ont coulé à une profondeur de 200 m
Le problème principal du projet, auquel d'autres lacunes et difficultés étaient directement liées, peut être considéré comme un concept erroné. Placer des avions d'attaque sur un sous-marin peut offrir certains avantages, mais cela introduit de nombreuses limitations et complications. 
C'est à cause de cela que "Sentoku" s'est avéré trop grand et lourd, ainsi que difficile à fabriquer et à utiliser. De plus, le potentiel hypothétique a été réduit en raison du petit nombre d'avions et de munitions à bord, ainsi qu'en raison des spécificités de leur utilisation.
De plus le début de la construction de ce type de sous-marins a coïncidé avec la période où le Japon a été confronté pour la première fois à une grave pénurie de ressources et de capacités industrielles.La valeur au combat d'un groupe aussi « puissant » sur le papier était discutable.
Enfin, dans les derniers mois de la guerre, le commandement japonais se trouve dans une situation extrêmement difficile.
 N'ayant pas les moyens il tenta de mener des opérations aventureuses. Les ordres et les contre ordres vont conduire au fait qu'un certain nombre d'opérations n'ont pas eu le temps de se préparer et de mener à temps - et la reddition a mis fin à tous les plans.
Malgré qu’ils aient été construits sur la base d'un concept douteux, qu’ils étaient trop complexes et peu nombreux, et qu’il n’ont pas non plus été utilisés correctement ce type de sous marins va marquer comme étant les sous marins les plus grands utilisés et leur record va tenir jusque dans les années 60 .
Dernier point
Le fait que des sous-marins japonais puissent effectivement frapper le territoire des États-Unis nous fait revenir en mémoire l'incident survenu en septembre 1942. Lorsque des avions portant des marques d'identification japonaises ont largué plusieurs bombes sur des zones peuplées de l'État américain de l'Arizona, cela a provoqué une vague de panique parmi la population de cet État. La provenance des bombardiers était totalement incompréhensible, car la marine américaine n'a jamais, eu vent des ces sous marins donc pour eux le danger ne pouvait venir que des portes avions classiques ce qui était impossible
Les Japonais ont pu garder secret le programme de "porte-avions sous-marins" jusqu'à la fin de la guerre.
   


Copyright © 2003-2023 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:6154094
Nb de visiteurs aujourd'hui:729
Nb de connectés:38