Japon Marine IJN Le Cuirassé Pré-Dreadnought Mikasa 1900 1926

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 02/10/2022 à 08:51:28



 Le Cuirassé Pré-Dreadnought Mikasa 1900 1926
 
Aujourd'hui, de par le monde, il existe de nombreux navires-monuments, et chacun d'eux a sa propre «mémoire».
Les Japonais ont donc un navire-monument, qui est le plus étroitement associé au nom d'un amiral particulier et à une bataille spécifique.
Ce batiment du début du XXe siècle, fut le le fleuron de la flotte Japonaise
Le IJN Mikasa a été nommé d'après la montagne de la préfecture de Nara. Il a été commandé en 1898 construit en Angleterre au chantier naval Vickers.lancé en 1900 et est entré en service en 1902. Le cuirassé Mikasa, fut le navire amiral de l'amiral Togo durant la bataille de Tsushima.
Mais pourquoi la flotte Japonaise s’est elle ainsi équipée avec des navires modernes
Lorsque le Japon a vaincu une Chine rurale et arriérée en 1895, cet événement fut en fait un non évenement pour la communauté mondiale.
De plus cette victoire n'a pas apporté beaucoup de satisfaction aux Japonais, et a renforcer l’arrogance de la Russie, de plus à cause de la pression de l’empire russe, le Japon n’a jamais pu annexer la Mandchourie et a du rendre Lüshunkou Port Arthur qu’elle avait capturé.
Aussi les japanais se preparent à la révanche et savent qu’ils seront obligés de se battre avec la Russie. Mais pour cela, ils vont avoir besoin d’une flotte de navires supérieure à celle de la Russie. L'expérience de combat des croiseurs légèrement blindés de la classe Matsushima pendant la première guerre sino-japonaise de 1894-1895 a convaincu la marine impériale japonaise des faiblesses de la philosophie navale de la Jeune École, et le Japon s'est lancé dans un programme de modernisation et d'expansion de sa flotte en préparation. pour de nouveaux affrontements.
En particulier, le Japon a promulgué un programme de renforcement naval de dix ans, avec la construction de six cuirassés et de six croiseurs blindés en son cœur.
Ces navires ont été payés à partir de l'indemnité de 30 000 000 £ payée par la Chine après avoir perdu la première guerre sino-japonaise
Comme pour les précédents cuirassés des classes Fuji et Shikishima, le Japon manquait de technologie et de capacité pour construire ses propres cuirassés et s'est de nouveau tourné vers le Royaume-Uni pour les quatre cuirassés restants du programme


Le Mikasa, le dernier de ces navires, a été commandé au chantier naval Vickers à Barrow-in-Furness en 1898 au prix de 880 000 £ (8,8 millions de yens à l'époque). Bien qu'elle ressemblait étroitement à plusieurs des autres navires commandés dans ce programme, elle était le seul navire de sa classe
Aussi ils vont choisir la Grande-Bretagne comme fournisseurs aussi le cuirassé Mikasa y sera construit
Description
le Mikasa était une version modifiée des cuirassés de classe Formidable de la Royal Navy avec deux canons supplémentaires de 6 pouces (152 mm).


Il avait une longueur totale de 131,7 m, une largeur de 23,2 m et un tirant d'eau normal de 8,3 m. Son déplacement est de 15 140 tonnes avec un équipage d’ 830 officiers et hommes de troupe.
Le navire était propulsé par deux moteurs à vapeur verticaux à triple expansion, chacun entraînant une hélice, utilisant la vapeur générée par 25 chaudières Belleville.
Les moteurs étaient évalués à 15 000 chevaux (11 000 kW), utilisant le tirage forcé, et conçus pour atteindre une vitesse de pointe de 18 nœuds (33 km/h bien que Mikasa se soit avéré plus rapide lors de ses essais en mer en décembre 1901, atteignant 18,45 nœuds (34,17 km / h) à partir de 16 341 chevaux indiqués (12 185 kW).

Osprey


Le navire embarquait un maximum de 2 000 tonnes de charbon, ce qui lui permettait de parcourir 9 000 milles marins (17 000 km ) à une vitesse de 10 nœuds (19 km/h
Les réserves de charbon étaient stockées dans deux énormes soutes situées le long du périmètre des deux côtés, parallèlement aux chaufferies
La batterie principale se composait des quatre canons identiques de 12 pouces de calibre 40  utilisés sur tous les cuirassés japonais précédents.


Ils étaient montés dans des barbettes à deux canons à l'avant et à l'arrière de la superstructure qui étaient en outre protégées par des capots blindés, ressemblant ainsi à de véritables tourelles à canon. Les supports à commande hydraulique pouvaient être chargés à tous les angles de déplacement tandis que les canons étaient chargés à un angle fixe de +13,5°.
Le projectile fr 386 kg possède une vitesse initiale V° de 730 m/s
L'armement secondaire du navire se composait de quatorze canons à tir rapide de calibre 40 de 6 pouces (152 mm) montés en casemate
Dix de ces canons étaient positionnés sur le pont principal et les quatre autres canons étaient placés au-dessus d'eux aux coins de la superstructure. Ils tirent des obus de 100 livres (45 kg) à une vitesse initiale de 700 m/s.
La protection contre les attaques de torpilleurs était assurée par vingt canons QF 12 livres 12 cw qui tirent des projectiles de 3 pouces (76 mm) de 5,7 kg à une vitesse initiale de 719 m/s.
Il possède aussi des 8 canons plus légers Hotchkiss de 47 mm et de huit canons Hotchkiss de 47 millimètres de 2,5 livres. Le canon de trois livres tiré des projectiles de 1,45 kg à une vitesse initiale de 587 m / s tandis que le canon de 2,5 livres tire des obus de 1,1 kg à une vitesse initiale de 430 m/s
Le navire était également équipé de quatre tubes lance-torpilles sous la ligne de flottaison de 18 pouces, deux de chaque bord.
La ceinture de blindage de ligne de flottaison du Mikasa se composait d'une armure cimentée Krupp qui avait une épaisseur maximale de 229 mm au milieu du navire.
Le «Mikasa» sera le premier navire japonais pour lequel un blindage de Krupp a été utilisée. Avant cela, les Britanniques utilisaient le blindage Harvey, mais le blindage allemand se révéla meilleur sur 16-20%.

L'importance d'améliorer la qualité de l'armure en réduisant son poids, indique un indicateur comme le poids de l'armure sur le navire. Sur le Mikasa, son poids a atteint 4091 tonnes, soit, en fait, 30% de son déplacement.
Les extrémités avaient un blindage de 102 mm d'épaisseur aux extrémités du navire et était surmonté d'une virure d'armure de six pouces qui courait entre les barbettes.
Les barbettes avaient une épaisseur de 356 mm, mais réduites à six pouces au niveau du pont inférieur.
Les capots de barbette avait une épaisseur de 203 à 254 mm.
Les casemates protégeant l'armement secondaire avaient une épaisseur de 51 à 152 mm et le blindage du pont avait une épaisseur de 51 à 76 mm
Le blockhaus de commandement avant était protégée par 14 pouces de blindage, mais celui arriere n'avait que quatre pouces de blindage.
De plus dans les meilleures traditions de l'ère «après Lissa», le cuirassé avait un éperon

Le Mikasa, comme tous les autres cuirassés japonais de l'époque, était équipé de quatre télémètres à coïncidence Barr & Stroud FA3 qui avaient une portée effective de 7 300 mètres De plus, les navires étaient également équipés de viseurs télescopiques à grossissement X 24
En général, le navire était très marin mais il avait une tendance désagréable à embarquer de l’eau par mer formée, ce qui entraînait une perte de vitesse. La position relativement basse de l’artillerie de moyen calibre rendait difficile son utilisation par mer formée.
C’est un des défauts du navire, avec ces canons de 152-mm placés trop bas
Le navire était équipé de communications radio des appareils de la société italienne "Marconi" avec une autonomie en 180 miles nautiques .
Vie opérationnelle
Le navire a connu son baptème du feu sous Port Arthur le 26 Janvier 1904, lorsque l'escadre japonaise lance une attaque surprise sur les navires russes
Le 9 février 1904 le Mikasa" se dirige vers l'escadre de huit cuirassés approchant de Port Arthur Il engage le combat avec la flotte russe, soutenue par des batteries de feu côtières.
Il fut touché par un projectile de 254-mm
Le plus grand danger dans cette bataille pour les navires japonais était le tir cadré des batteries côtières russe aussi l’'amiral Togo s'empressa donc de rompre le combat.
Ensuite, "Mikasa" participé à toutes les rencontres avec les navires russes dans le but de percer le blocus de Port Arthur et Vladivostok,
Pour cela il est décidé d'augmenter les munitions à bord du navire.
Mais son heure de gloire a lieu lors de la bataille dans le détroit de Tsushima,
 


Le Mikasa tiré avec succès mais il n’est pas sorti indemne
Lors de la bataille de Tsushima le 27 mai 1905, Mikasa mena à nouveau la 1ère flotte au combat, cette fois contre les deuxième et troisième escadres du Pacifique détachés de la flotte de la Baltique. Le navire a ouvert le feu sur le cuirassé Knyaz Suvorov , le vaisseau amiral russe, à 14h10, et a été rejoint par le cuirassé Asahi et le croiseur blindé Azuma peu de temps après.
En moins d'une heure, les navires japonais avaient déclenché un grave incendie à bord du navire russe, blessé gravement le commandant de la flotte, le vice-amiral Zinovy ​​Rozhestvensky, bloquant la tourelle arrière de douze pouces et bloqué la direction de tir du Knyaz Suvorov


Pendant ce temps, Mikasa était au centre des tirs russes en tant que navire de tête de la colonne japonaise et a été touché par 6 obus de douze pouces et 19 obus de six pouces. Ils ont fait très peu de dégâts et Tōgō en formation de T a pu franchir la ligne russe.


La direction de Knyaz Suvorov a ensuite été réparée, mais elle ne fonctionna pas correctement
Plusieurs fois durant la bataille le Mikasa lui a tiré trois torpilles en vain.
Plus tard dans la bataille, le navire semble avoir tiré principalement sur le cuirassé Borodino bien que c’est le Fuji qui par ces tirs a fait exploser et couler le navire russe.


A 18h04, un obus de douze pouces explose prématurément dans le canon du canon droit de la tourelle avant, désactivant le canon et bloquant le canon gauche jusqu'à 18h40.
Un autre obus de douze pouces avait explosé dans ce même canon près de deux heures plus tôt, mais n'avait pas endommagé le canon.
Un canon de six pouces s'est coincé après avoir tiré 19 coups, mais le seul autre dommage à l'un des canons du navire fut un canon de six pouces qui a été mis hors service par un obus russe de la même taille qui est entré dans l ame du canon
Le Mikasa a tiré 124 obus de 12 pouces pendant la bataille, plus que tout autre navire à l'exception des 142 d'Asahi.


Au total, le Mikasa a été touché plus de 40 fois pendant la bataille, dont 10 obus de 12 pouces et 22 de 6 pouces, mais aucun d'entre eux. l'a gravement endommagée.
le Mikasa a subi 113 pertes humaines, l'ensemble des forces japonaises combinées n'a perdu que 117 hommes tués et 583 blessés, toutes causes confondues, au cours de la bataille

Six jours après la signature du traité de Portsmouth qui a mis fin à la guerre le, Mikasa est victime d’une explosion suivi d’un incendie et une explosion à Sasebo dans la nuit du 11 au 12 septembre 1905 qui a tué 251 membres d'équipage.
Il coule mais il est renfloué le 7 août 1906, reconstruite et réparée à l'arsenal naval de Sasebo.
La marine a profité de l'occasion pour améliorer son armement existant avec des canons plus puissants de calibre 45 de 12 et 6 pouces pendant les deux années qu'il a fallu pour réparer le navire. Mikasa a été remis en service actif le 24 août 1908.
En 1912, Mikasa a failli subir une nouveau coup du destin lorsqu'un marin suicidaire a tenté de le faire exploser alprs qu’il était à l'ancre près de Kobe.
Pendant la Première Guerre mondiale, a servi dans la défense côtière, basée à Maizuru, entre 1914–15 et a ensuite été affectée aux deuxième et cinquième escadre, pour le reste de la guerre. Le navire a soutenu l'intervention japonaise en Sibérie pendant la guerre civile russe en 1921 et a été reclassé le 1er septembre 1921 en tant que navire de défense côtière de première classe.
Le 17 septembre, Mikasa s'est échoué près de l'île d'Askold au large de Vladivostok, mais n'a pas été sérieusement endommagé.
Suite au traité naval le Mikasa est promis à la destruction mais il sauve sa tête et en1926, le Mikasa est transformé en navire musée:
Une énorme fosse a été creusée dans le port de la ville de Yokosuka, un cuirassé y a été inséré et ... il était recouvert de terre à la ligne de flottaison.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, parfaitement camouflé il reçu quelques bombes
en 1948 il a été privé du statut de mémorial et transformé en salle de danse, pour laquelle il a été privé des tourelles.
En 1955, l'homme d'affaires américain John Rubin, anciennement de Barrow, en Angleterre, a écrit une lettre au Japan Times sur l'état du navire, qui a été le catalyseur d'une nouvelle campagne de restauration.
Il a proposé de restaurer le Mikasa en tant que monument. Comme cela coûtait cher, il a fait don d’un navire américain de débarquement de chars au fonds de restauration du musée, que les Japonais ont vendu à la ferraille et ont ainsi collecté le tiers de la somme requise.
Avec le soutien du public japonais, ainsi que de l'amiral de la flotte Chester W. Nimitz, le cuirassé restauré a rouvert en 1961.
Selon la rumeur, l'Union soviétique à cette époque s'est prononcée à plusieurs reprises pour exiger la destruction complète de l'ancien navire amiral de l'amiral Togo
Le 5 août 2009, Mikasa a été repeint par des marins de l'USS Nimitz.
Le Mikasa est le seul exemple survivant d'un cuirassé pré-dreadnought dans le monde.
Le souvenir du Mikasa est rappelé à Barrow-in-Furness, la ville de sa construction, par Mikasa Street sur l'île de Walney.
   


Copyright © 2003-2023 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:6163974
Nb de visiteurs aujourd'hui:1107
Nb de connectés:42