URSS Blndés Le JS 7

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 19/08/2022 à 09:14:40



Le JS 7

 

Photoscope musée de Kubinka.
 

 

Le JS 7 est - un char lourd soviétique expérimental qui fut développé entre 1945-1947,Mais sa production s’est limitée à six prototypes et un petit nombre de véhicules de pré-production produits en 1949.
Comme ses prédécesseurs, il a été conçu pour percer de puissantes lignes défensives ennemies, donc il possédait une bonne protection blindée. En effet ce fut le char le plus puissant de son temps et le plus lourd parmi les chars soviétiques. Il n'a pas été adopté par l'armée soviétique, mais bon nombre des solutions techniques utilisées pour la première fois sur ce char ont ensuite été utilisées avec succès dans des véhicules de production.

 

 

 

La gestation d'un des derniers chars lourds de l'Union soviétique - l'IS-7 - a commencé en 1944.
L'équipe chargée du projet et dirigée par Zh.Ya. Kotina a entrepris de résumer toute l'expérience acquise dans les opérations et les batailles ayant engagé au combat des chars lourds afin de créer un nouveau véhicule blindé basé sur celle-ci. 
Certes, les autorités ne partageaient pas cet enthousiasme: le commissaire du peuple à l'industrie des chars V.A. Malyshev n'a pas soutenu l'idée. Cependant, Kotin a persisté et a commencé à promouvoir l'idée par l'intermédiaire du chef du NKVD, L.P. Béria. 
Le commissaire du peuple à l'intérieur s'est intéressé à la proposition et a contribué au lancement des travaux. Ainsi à l'hiver 1945, trois projets ont été lancés à la fois, ce qui a finalement conduit à la création du char lourd IS-7.
 Selon la tradition nationale, tous les nouveaux projets s'appelaient "Objet", mais ils portent un nombre différent
Il s'agissait de "l'Objet 257", "258" et "259". Trois projets de chars différents qui avaient à la fois des avantages et des inconvénients.
Après avoir analysé les projets créés et sélectionné des solutions utiles, les meilleurs développements ont été rassemblés dans "l'Objet 260", dont le développement a commencé à l'été 1945
Son nom de baptême retenu fut lS-7 et le véhicule a été conçu dans la pure lignée de la gamme de chars lourds "Joseph Staline". Profitant de l'expérience de la guerre récemment terminée, les concepteurs sous la direction de Kotin ont pu achever tous les travaux d'ingénierie en quelques mois. Déjà le 9 septembre, un ensemble complet de dessins d'exécution a été approuvé. Un mérite considérable à cet égard appartient au célèbre designer N. Shamshurin. Outre la coordination globale du projet, il a été l'un des initiateurs de la création d'équipes de conception hautement spécialisées ; C'est cette approche du développement qui a permis de réaliser l'ensemble des travaux dans un temps relativement court.

 

Le moins original était la conception de la coque blindée. Des plaques de blindage laminées et coulées ont été soudées en une seule structure. Dans ce cas, un certain nombre de plaques de blindage ont été installées avec des angles importants, jusqu'à 60 °. Avec une armure frontale et latérale jusqu'à 150 millimètres d'épaisseur, les angles d'inclinaison promettaient une amélioration significative du niveau de protection. 
La partie frontale du char, comme sur les chars lourds précédents, était fabriquée selon le schéma du "nez de brochet", cependant, contrairement aux autres véhicules blindés, elle était légèrement plus petite et ne dépassait pas autant vers l'avant. 
La tourelle du "Object 260" était un développement prévu pour le IS-3. La tour moulée avait une épaisseur de 50 millimètres sur le toit à 210 millimètres dans la partie frontale. Le mantelet du canon lui était épais de 350 mm.
 À l'intérieur du châssis il y avait un équipage de cinq personnes donc 4 en tourelle qui devaient mettre en action le char au combat .Lors de la conception du groupe moteur-transmission et du châssis, plusieurs savoir-faire ont également été appliqués, mais pas toujours sans ambiguïté.
 Par exemple, dès les premières étapes du projet, il a été proposé de placer des réservoirs supplémentaires à l'intérieur du compartiment moteur. En raison de la pente des tôles latérales, un volume inoccupé s'y est formé, dans lequel il n’ était possible que de placer des réservoirs
Il faut savoir que tous les autres espaces libres sous les côtés et sous le moteur étaient occupés par des réservoir
Cependant, lidée des reservoirs à côté du moteur a dû être abandonnée très rapidement avant même le début de la construction du prototype,car il s'est avéré que les vibrations du moteur et de la transmission pouvaient détruire les soudures des réservoirs et entraîner des fuites de carburant avec à la clé des risques d'incendie. Il est à noter que sur le "Object 260" une innovation intéressante, liés au système de carburant a été installée
Les réservoirs de carburant souples. En raison de la facilité de fabrication des conteneurs de forme complexe, l'efficacité de la distribution des volumes internes a augmenté et la quantité totale de carburant diesel est passée de 750 litres pour le IS-3 à 1300 litres pour l'IS-7. De plus, la réserve a presque doublé.

 

Le choix du moteur et de la transmission n’ a pas été fait immédiatement
Initialement, au cours du projet 260, quatre options de configuration et d'agencement du groupe moteur-transmission ont été envisagées avec des moteurs diesel KCh-30 d'une capacité de 1200 ch  ou deux V-12 de 600 ch  Pour interagir avec chaque moteur, deux options de transmission étaient proposées. Dans le premier cas, il s'agissait des mécanismes mécaniques habituels, dans le second d’un système électrique.
Ainsi, pour le moteur KCh-30, une paire de deux générateurs de 323 kW chacun était prévue, et pour le V-12 - deux de 336 kW. Les deux moteurs de traction dans toutes les variantes à transmission électrique étaient les mêmes et avaient une puissance équivalente à 315 ch. Mais quelle que soit la transmission utilisée, les moteurs puissants nécessitaient un volume assez important. Ainsi on arrive à un point que le compartiment du char n’est pas asse profond pour recevoir le groupe motopropulseur et les barres de torsion car il n ‘ a tout simplement pas de place pour des barres de torsion de la longueur requise.
Aussi pour maintenir les caractéristiques requises de la suspension, pour la première on trouve une autre système
En lieu et place de la longue barre traditionnelle l'absorption des chocs est réalisée par un ensemble de sept, barres aux dimensions linéaires plus petites. 
Cela a eu un effet positif non seulement sur la conduite et le confort mais également sur la hauteur de l'ensemble du char
Un autre changement original dans les schémas habituels a été associé aux galets de route. Contrairement aux chars précédents conçus par Zh.Ya. Kotin, l'IS-7 était équipé de galets de grande taille qui ne nécessitaient pas l'installation de rouleaux de retour supplémentaires . En effet la partie supérieure de la chenille portait directement sur les galets
Il convient de noter en particulier la conception originale des chenilles  Les chenilles coulées de la nouvelle génération avaient une charnière en caoutchouc-métal,ce qui permet une moindre usure mais aussi atténue le bruit en mouvement De plus, les chenilles coulées sont moins chères celles embouties, bien que dans ce cas, une ouvraison supplémentaire soit nécessaire.
Mais in fini les coûts de production de ce char étaient nettement inférieurs à ces prédécesseurs
Dans le même temps, avant de lancer la production il a été pensé que le processus technologique n'interfère pas avec la production de véhicules blindés en série.

 


 

 

Au début de 1946, "l'Object 260" est considérablement amélioré, mais le nom du projet reste inchangé, ce qui prête parfois à confusion.
 La raison des améliorations était qu’un certain nombre de problèmes ont été identifiée L'usine n ° 77 ne pouvait pas place en caisse deux moteurs de 600 chevaux, ce qui obligeait à rechercher des solutions alternatives. La situation était similaire avec un moteur diesel spécial char de 1200 chevaux. En raison de tels problèmes, les concepteurs de l'usine de Leningrad Kirov ont dû contacter de toute urgence l'usine n ° 500 et adapter rapidement le moteur diesel aviation ACh-300 pour le char  Sous le nom de TD-30, ce moteur a été installé sur les premiers prototypes de l'IS-7.

Le 8 septembre 1946, le premier "Object 260" est test en réel  Jusqu'à la fin de la même année, il a réussi à parcourir environ mille kilomètres autour du terrain d'entraînement. La vitesse maximale pour cet engin de 66 tonnes était de 60kms/k sur autoroute Sur une route accidentée, l'IS-7 perd la moitié de sa puissance mais pour un char lourd, c'était plus que bon. La suspension avec les nouvelles barre de torsion a également reçu des critiques positives. Le 25 décembre 46, le deuxième prototype a été envoyé sur le site de test. Quelques mois plus tard, les ouvriers de LKZ ont fini d’assembler les deux coques de chars destinées à subit des tirs d'essai afin de tester sa résistance
 Les plaques de la coque et de la tourelle ont résisté aux obus de calibre de tous les canons antichars allemands jusqu'au calibre 128 mm. Des tests ont également été effectués avec un projectile de canon S-70 de 130 mm. Le rapport d'essai indiquait, que les coups n'avaient aucun effet sur l'état des animaux (chiens) placés dans des cages à l'intérieur des chars cibles. Et pourtant, il existe certains doutes sur le fait que l'équipage puisse rester calme et ait la même efficacité après avoir été touché par un projectile de 130 mm, même sans percer le blindage.

Au moment où les premiers exemplaires de "l'Object 260" ont été assemblés, le Bureau central de conception de l'artillerie, en collaboration avec l'usine n ° 172 de Perm, avait développé et fabriqué un lot test de canons pour char S-26 de 130 mm. 
Le canon avec une culasse amovible et un frein de bouche style poivrière propulsait un projectile de 33 kilogrammes avec une vitesse de 900 mètres par seconde Le char pouvait emportait 30 obus
 Une culasse en coin avec un système de copie semi-automatique, a permis d'augmenter la cadence de tir du pistolet à 6-8 coups par minute. 
Cependant, pour un certain nombre de raisons, le canon S-26 a été rapidement abandonné. En 1946, dans le même TsAKB sous la direction de V.G. Grabin est mis au point le canon de char S-70 de calibre de 130mm
La même année, trois prototypes sont monté et en 1948, un lot d'essai de quinze exemplaires avait été livré. Le canon rayé S-70 avait des performances supérieures à celles du S-26. 
Ainsi, un projectile perforant de calibre 130mm à une V°( vitesse initiale) de 1030 m / s, ce qui a permis de pénétrer jusqu'à 280 millimètres d'armure homogène à une distance d'un kilomètre.
 Le projectile sous-calibré lui à une V° de 1800 m / s et a percé une blindage de 350 mm à la même distance. À l'intérieur du compartiment de combat reconfiguré pour le S-70, 30 obus peuvent prendre place.

 


 

 

1

 À partir du troisième exemplaire de l'IS-7, le canon S-70 est adopté . L'armement secondaire du char à ce stade comprenait un nombre important de mitrailleuses: une KPV de 14,5 mm et deux RP-46 de 7,62 mm étaient installés sur le masque de tourelle jouant le rôle d’armes secondaires. Quatre autres mitrailleuses RP-46 ont été placées sur les côtés de la coque et de la tourelle, deux sur la coque étaient destinées à tirer vers l'avant, les deux autres sur la tourelle - vers l'arrière. Enfin, la huitième mitrailleuse (KPV) a été placée sur la tourelle et utilisée comme arme anti-aérienne
. Par la suite, sur toutes les variantes de "l'Object 260", la composition quantitative des mitrailleuses ne changera pas, sauf dans le type d’armement les RP-46, seront remplacées par des SGMT . Dans le même temps, la conception des supports de mitrailleuses qui était grossier seront redessinés

 

Avant la production d'un lot d'essai de quatre machines, le char va subir d'autres modifications. Le moteur diesel TD-30 a été remplacé par le moteur M-50T. Ce moteur diesel marin avait 12 cylindres et une puissance maximale de 1050 chevaux. Bien sûr, c'était moins que le montage de deux moteurs jumelés, mais il n'y avait pas d’autre choix car la création de nouveaux moteurs était extrêmement lent et sans grand succès.
 Il est à noter que lors de l'installation du moteur M-50T, les barres de torsion de poutre se sont révélés utiles: car il n'a pas été nécessaire de modifier de manière significative le volume interne du compartiment moteur.

En 1948, quatre nouveaux chars IS-7 équipés de canons S-70 sont sortis des ateliers de l'usine de Leningrad Kirov.
Après de brefs tests en usine, ils ont été remis à des organes officiels du ministère de la Défense. Le responsable en chef E. Kulchitsky, parle de manière extrêmement positive des caractéristiques de l'Object 260.
 Selon lui, même à une vitesse maximale de 60 kilomètres à l'heure, le char lourd obéissait facilement aux leviers :
D'autresctests roulants sous le contrôle des pilotes E. Kulchitsky, V. Lyashko et K. Kovsh ont pleinement confirmé toutes les critiques et ont également aidé à collecter un certain nombre d'informations importantes concernant les modes de fonctionnement du moteur. Les tirs d'essai se sont également déroulés, en général, avec succès. Les problèmes ont commencé un peu plus tard.

 

Tout d'abord, lorsqu'il a été tiré un projectile antichar, le projectile a ricoché sur le côté et a heurté le support de la tourelle Il a ricoché à une distance raisonnable. De toute évidence, de tels coups en situation de combat sont extrêmement rares. Oui, seuls quelques responsables ont commencé à parler sarcastiquement du "colosse aux pieds d'argile"
 Le prochain incident désagréable a entraîné la perte de l'un des prototypes. Pendant un test roulant le moteur a pris feu et le système d'extinction automatique d'incendie malgré deux tentatives de lutte contre le feu par l injection de d’un mélange extincteur dans le compartiment moteur, mais n'a pas pu éteindre l'incendie. Aussi
l'équipage a été contraint de quitter le char et de le regarder brûler. L'enquête sur l'incendie a révélé que le problème vient de certains réservoirs de carburant des réservoirs prototypes qui étaient en caoutchouc au lieu de métal afin de gagner du poids.

Et pourtant, il semble que ces incidents soit à l origine de l’abandon du programme du char IS-7.
En effet les caractéristiques de "l'Object 260" n'étaient au moins pas inférieures à celles des véhicules blindés étrangers de la même classe.
Toutefois les derniers prototypes de l'IS-7 pesaient 68 tonnes, ce que les militaires n'aimaient pas beaucoup pour une raison simple  Tous les ponts de l'URSS ne pouvaient pas supporter une telle charge. En conséquence, la mobilité des unités armées de chars super lourds est considérablement altérée
 Le même problème se pose pour le transport par chemin de fer
Et ces restrictions de poids t affecteront par la suite le développement de tous les véhicules blindés nationaux, principalement sur les chars lourds.
 Il convient de reconnaître que les constructeurs de chars étrangers ont également été confrontés à ce problème. Dans les années 70, des concepteurs britanniques et allemands ont développé le char prometteur MBT-80 et ont trouvé une solution plutôt intéressante aux problèmes :
"Comme dans la conception du Chieftain, l'un des problèmes les plus critiques était le problème de la masse. La spécification de l'état-major limitait la masse d'un char prometteur à 54,8 tonnes (la masse du char Chieftain Mk.5), mais même pendant le développement du projet MVT-80, les experts britanniques sont arrivés à la conclusion qu'il était impossible de renforcer la protection blindée, à condition que la masse du nouveau char soit maintenue au niveau de la masse des côtés du Chieftain Mk."

 


 

 

Les ingénieurs du MVEE, pour justifier la possibilité d'augmenter la masse, ont avancé la thèse d'une différence insignifiante entre les réservoirs de 50 et 60 tonnes. Ainsi, à puissance spécifique et pression au sol égales, la mobilité, la vitesse moyenne, la réponse de l'accélérateur et le débit seront approximativement les mêmes. L'un des critères limitant la masse du réservoir est la capacité de charge des ponts routiers.
 Les Britanniques ont procédé à une analyse de la répartition des ouvrages d'art sur le théâtre d'opérations européen limitant la mobilité des chars ; il s'est avéré que la plupart des ponts sont conçus pour une charge de 20 tonnes, c'est-à-dire qu'ils peuvent supporter un char de 50 tonnes mais pas plus de 60 tonnes,
Et il se trouve que les ponts européens on tous une capacité de charge de 50 et 60 tonnes .Autre point et non des moindre dans l échec du JS 7 Les hauts gradés de l'armée ont traité l'IS-7 avec une certaine méfiance, et au fil du temps, le scepticisme n'a fait que s'intensifier. La raison en était peut-être l'échec du char lourd IS-4, qui avait un excellent blindage, mais était trop lourd par conséquent, avait une mauvaise maniabilité.Le problème s'était posé deja du coté Allemand avc le Koning Tiger

 

JS7 vs Koningtiger


Une autre explication intéressante du refus d'adopter l'"Object 260" concerne un changement d'opinion sur une guerre future. À la fin des années quarante et au début des années cinquante, un point de vue s'est formé selon lequel les grandes guerres du futur proche nécessiteraient le déploiement rapide et massif d'un grand nombre d'unités de chars. 
De plus, les frappes nucléaires dans les premières heures de la guerre pourraient facilement endommager jusqu'à un tiers de tous les véhicules blindés. Cela allait nécessiter l emploi de moyens de dépannage et un char lourd est difficile à déplacer 

Enfin, la production d'un nouveau char lourd pourrait sérieusement affecter le rythme de construction des cars en service
Les usines de Leningrad et de Tcheliabinsk ne pouvaient pas faire face à cette tâche sans faire un choix
 Par conséquent, le projet "Object 260" a été abandonné

Et ce char n’est connu que par un seul exemplaire, qui est exposé au musée de Kubinka.
 


 

 

 Description
Bien que l'IS-7 ait été à bien des égards un développement du char lourd IS-3, bon nombre des dernières solutions y ont été appliquées, ce qui en faisait un char nettement en avance sur leur temps.
Mais la disposition du char est classique, avec un compartiment combat moteur et la tourelle
A l avant dans la proue allongée se trouve le conducteur,Pour le restant les commandes électriques vont faciliter la tache de l’équipage car il est ainsi possible d'organiser de manière rationnelle et pratique la vie à l’intérieur du compartiment de combat
 Le pointage du canon et de l’armement secondaire (mitrailleuses dans le masque )était facilité par des entraînements électriques contrôlés depuis la console du tireur. En raison du poids des obus, on trouve aussi un deuxième chargeur ce qui fait que l’équipage du char était composé de cinq personnes: un conducteur, un commandant, un mitrailleur et deux chargeurs. Pour faciliter et accélérer le travail, les munitions en partie sont manipulées par 2 hommes et elles sont stockées l'arrière de la tourelle et sur le plancher, a été acheminée via un système
Châssis et Tourelle
Le châssis de l'IS-7 est constitué de plaques de blindage homogènes laminées de différentes épaisseurs soudées
. La partie frontale était constituée de trois feuilles avec de grands angles d'inclinaison selon le schéma "nez de brochet" des plaques de 150 mm, les côtés pour une plus grande rigidité d'une forme complexe avec une pente inverse au sommet ont été réalisés (non soudés, mais plié sous pression) en deux parties - supérieure inclinée d'une épaisseur de 150 mm et concave à l'intérieur d'une épaisseur inférieure de 100 mm. La partie arrière se composait d'une partie inférieure de 100 mm d'épaisseur et d'une partie supérieure fortement inclinée de 60 mm. Le toit et le fond emboutis avaient une épaisseur de 30 et 20 mm, respectivement.
La tourelle du char, à quatre places, est moulée elle est volumineuse mais basse et avec de grands angles de blindage.Son blindage varie, de 94 mm à l'arrière de la tourelle à 210 mm avec une inclinaison totale de 51 à 60 degrés à l'avant, l'épaisseur du masque du canon atteint 355 mm.

 

 


 

 

Armement

L’armement principal du char est constitué d’un canon rayé de char S-70 de 130 mm avec une longueur de 57,2 calibres et une vitesse initiale d'un projectile perforant de 33,4 kilogrammes de 900 m / s, développé sur la base d'un Canon naval de 130 mm.
 Le canon avait un obturateur semi-automatique à coin vertical, était équipé d'un frein de bouche style poivrière d'un système de contrôle de tir et d'un mécanisme de chargement électrique, similaire aux installations d'artillerie navale. 
Le système de contrôle de tir pendant le tir pointe automatiquement le canon en fonction de la position du viseur
 L’emport en munitions était de 30 obus en deux parties avec des obus perforants de sous-calibre et à fragmentation explosive,
Ils sont disposés sur le sol du compartiment de combat et dans des râteliers d'angle

 

MG sur la caisse et la nuque tourelle
MG sur la caisse et la nuque tourelle


 En plus du canon, l'armement de l'IS-7 se composait de 8 mitrailleuses, dont 2 en KPVT de 14,5 mm et 6 en SGMT de 7,62 mm. L'un des KPVT et deux SGMT ont été installés dans le mantelet du canon, le deuxième KPVT a été monté sur une tourelle sur le toit de la tourelle, sur les quatre SGMT restants, deux ont été montés sur les côtés de la partie arrière de la tourelle pour le tir vers l'arrière et deux sur les côtés de la coque sur les ailes pour tirer vers l'avant.
 Toutes les mitrailleuses, à l'exception de celles coaxiales à un canon, étaient équipées d'un entraînement électrique à distance et actionnés de l'intérieur du char.
 Les munitions de mitrailleuse se composaient de 400 cartouches de 14,5 mm et de 2500 cartouches de 7,62 mm. équipé d'un entraînement électrique à distance et induit depuis l'intérieur du réservoir. Les munitions de mitrailleuse se composaient de 400 cartouches de 14,5 mm et de 2500 cartouches de 7,62 mm. équipé d'un entraînement électrique à distance et induit depuis l'intérieur du réservoir. Les munitions de mitrailleuse se composaient de 400 cartouches de 14,5 mm et de 2500 cartouches de 7,62 mm.

 

Moteur et transmission

L'IS-7 était équipé d'un moteur diesel 12 cylindres en V refroidi par eau d'une puissance de 1050 ch, qui était une version terrestre d'un moteur diesel marin.

La transmission des premiers prototypes consistait en une boîte de vitesses à six rapports et un mécanisme d'orientation planétaire à deux étages, mais sur la deuxième série de prototypes et de machines de pré-production, une boîte de vitesses à huit rapports et d'autres mécanismes d'orientation ont été installés.

Châssis

Suspension galets indépendants, barre de torsion. Le train de roulement de chaque côté était composé de 7 Galets doubles avec jantes métalliques et amortisseurs hydrauliques placés dans les équilibreurs. Les roues motrices sont arrière, les chenilles sont goupillées. Pour la première fois dans la construction de chars soviétiques, une chenille avec une charnière en caoutchouc-métal a été utilisée sur l'IS-7.

 

Projets prévus

- Objet 261 - Projet soviétique d'une monture d'artillerie automotrice lourde de 152 mm;

 


- Object 263 - un projet soviétique d'une monture d'artillerie automotrice lourde de 130 mm.

 

Caractéristiques tactiques et techniques de l'IS-7

Équipage, personnes : 5
Développeur : LKZ
Années de production : 1946-1949
Nombre d engins construits: 6 (2 échantillons 1946, et 4 prototypes 1947)
Poids IS-7 - 68 tonnes
Dimensions IS-7

Longueur de coque, mm : 7380
Longueur avec canon avant, mm : 10000
Largeur de coque, mm : 3400
Hauteur, mm : 2480
Garde au sol, mm : 450

Blindage IS-7

Type de blindage : acier coulé et laminé
Front de coque (haut), mm/deg. : 150/65°
Front de coque (bas), mm/deg. : 150/50°
Côté de coque (haut), mm/deg. : 150/45°
Côté coque (bas), mm/deg. : 100/40-65°
Arrière de coque (haut), mm/deg. : 60/55°
Coque arrière (bas), mm/deg. : 100/15°
Plancher mm : 20
Toit de coque, mm : 20
Front de tourelle, mm/deg. : 210/51-60°
Masque de canon, mm/deg. : 350/0°
Côté tourelle, mm/deg. : 150/30-65°
Avance tour, mm/deg. : 94
Toit tour, mm : 50

Armement IS-7

Calibre canon : 130 mm S-70
Type de canon : canon rayé
Longueur du canon, calibres : 57,2
Munitions emportées : 30
Mitrailleuses : 2 x 14,5 mm KPVT, 6 x 7,62 mm HCMP

Moteur IS-7

Type de moteur : M-50T
Puissance moteur, l. p.: 1050

Vitesse IS-7

Vitesse sur autoroute, km/h : 60
Vitesse tout-terrain, km/h : 32

Autonomie sur autoroute, km : 300
Type de suspension : barre de torsion individuelle
Pente : 30 °
Passage à gué, m : 1,5

 

   


Copyright © 2003-2023 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:6163570
Nb de visiteurs aujourd'hui:703
Nb de connectés:26