URSS Russie Artillerie Missiles Les véhicules porte-missiles XXXL

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 24/07/2022 à 23:07:40



Les vehicules porte-missiles XXXL
 
 
 
Avec l'avènement de nouveaux types d armes comme les avions supersoniques et les missiles à la fin des années 1950, s’ouvre une phase de confrontation aigue entre le complexe militaro-industriel soviétique et les pays membres de l'OTAN
Les les scientifiques et les concepteurs tant soviétiques qu’Occidentaux vont rivaliser d ‘idées durant trois décennies pour créer des systèmes d’armes de plus en plus puissants et efficaces afin de doter leur pays d’une défense fiable det avoir une éventuelle force de frappe de représailles
Parmi ces armements on trouve les missiles mais nous allons nous attarder sur les Véhicules porte Missiles du Bloc Soviétiques lanceur terrestre autonome mobile du Bloc Soviétiques(GMPU)
Depuis les années 1960, des véhicules spéciaux à châssis multi-essieux de conception non conventionnelle ont été conçus dans des bureaux d’études secrets, qui ont servi à transporter de nouveaux systèmes de missiles mobiles nationaux de portée moyenne et intercontinentale.
Les premiers systèmes porte missiles stratégiques sont des véhicules à roues et ils effectuent leurs missions de combat en se déployant de façon permanente ,avec des itinéraires de patrouille de combat et sur des positions de départ spécialement équipées.
L'Union soviétique a réagi à l'arrivée des systèmes de reconnaissance étrangers et de satellites espions en créant des lanceurs mobiles terrestres modernes qui vont constituer la principale force de frappe de Direction principale des fusées et de l'artillerie du ministère de la Défense (GRAU)
Ces lanceurs étaient soutenus par un train de combat composé de nombreux véhicules d'escorte et de soutien
Habituellement, les missiles étaient stockés dans des hangars métalliques fermés avec un toit rétractable mais en période d’alerte ils étaient en mouvement permanent le long de pistes de terre fermées spéciales de plusieurs centaines de kilomètres de long,
Le tir pouvait intervenir à tout moment à partir de courts arrêts à n'importe quel point de la route. et sur tous les terrains,
Après avoir axé leur recherche durant peut de temps sur les châssis à cinq essieux pour les systèmes de missiles mobiles, les nouveaux systèmes soviétiques vont utiliser des châssis à six et sept essieux plus avancés et plus puissants avec une capacité de charge utile accrue, développés à Minsk en Biélorussie et seront construits par MAZ
 Le fonctionnement de ces machines sur des routes goudronnées et régulières avec des dénivelés minimes et une disponibilité constante d'installations mobiles de ravitaillement et de réparation vont conduire à des engins avec des performances relativement faibles en tout terrain, tant en terme de vitesse que de capacité de franchissement et de fiabilité
Aussi des nouvelles exigences en matière de résistance, de fiabilité, de charge utile élevée et de capacités de résistance du châssis sont émises à cela s’ajoute une capacité de déploiement rapide et d'utilisation efficace au combat de ce sytème d armes
Ainsi va émergence un véhicule porte-missiles à roues tout-terrain nouveau de conceptions uniques avec une capacité de plus de 1800 ch. et une charge utile allant jusqu'à 220 tonnes, avec jusqu'à 12 essieux moteurs.
 Sur ces véhicules on va trouver des groupes électrogènes polycarburants des turbines à gaz l'entraînement électrique de toutes les roues, les transmissions automatiques, la suspension hydropneumatique réglable,
Popur se faire des matériaux rares et chers, mais légers et durables, vont être utilisés.
 La conception des premiers lanceurs automoteurs (SPU) a été réalisée par le bureau d'études de l'usine de Barrikady sous la direction de G.I. Sergeev
 En 1973 - 1983, il portait la désignation SKB-1 et plus tard - le bureau central de conception combiné, qui était dirigé par le concepteur en chef V. M. Sobolev.
 L'assemblage final des divers ensembles seront réalisés par l'usine de Barrikady, alors que les fusées à propergol solide seront conçues par l'Institut de génie thermique de Moscou.
La principale arme de missile mobile des forces de missiles stratégiques de l'URSS est le complexe intercontinental de Topol
 


Ainsi, sous la pression de la course aux armements et de la guerre froide, dans une atmosphère d'isolement complet derrière le rideau de fer, les efforts gigantesques des concepteurs de bureaux d'études secrets, d'instituts, d'usines militaires et automobiles de l'URSS vont aboutir à créer le châssis plus plus accompli multi-essieux produits en série pour les complexes mobiles Pioneer de moyenne portée et intercontinentaux et "
Topol", qui n'ont aucun équivalent dans aucun des pays les plus développés du monde. Ils étaient et sont capables de frapper des cibles ennemies jusqu'en territoire américain et constituaient une véritable menace pour les troupes de l'OTAN, tant en Europe occidentale qu'à l'étranger.
 Dans ce domaine très secret lion des regards indiscrets, l'Union soviétique a été pendant de nombreuses années le leader mondial absolu tant par la puissance, la précision et la portée de ses systèmes de missiles que par la perfection de la conception et de l'efficacité des véhicules.
Hormis Topol, de tels systèmes ne sont jamais apparus lors des défilés militaires, mais les agences de renseignement étrangères disposaient d'informations à leur sujet qui ont suscité la peur au sein de l' OTAN.
 Mais la détente et la fin de Guerre Froide a vu, Les deux blocs engager des négociations pour arrêter la production de telles armes et à tenter de les éliminer complètement,
Afin d se se conformer aux traités internationaux des années 1970 et 1980, l'Union soviétique a réduit plusieurs de ses systèmes de missiles, dont beaucoup étaient déjà obsolètes à cette époque.
Mais la situation a radicalement changé lorsque, l’ URSS s’est effondrée avec le début de la démilitarisation effrénée en plusieurs étapes tout ce système secret puissant et bien huilé, qui était soutenu par l'État, s'est rapidement effondré, marquant à la fois la fin de la course aux armements et du rideau de fer, et son propre complexe militaro-industriel, qui était l'un des fondements de l'économie soviétique.
Le dernier châssis de fusée à huit essieux MAZ, construit un an avant l'effondrement de l'URSS, ne trouvera pas preneur
En effet à cette époque le Monde espérait une coexistence pacifique éternelle entre les anciens ennemis. Mais on sait actuellement en 2022 que cela ne s'est pas produit et ce n'est que plusieurs années plus tard que le châssis de Minsk est devenu la base mobile du Topol-M
Mais revenons à nos véhicules et commençons par
Prototypes de Châssis à 5 et 6 essieux
Tout commence dans la deuxième partie des années soixante avec la mise au point de châssis soviétiques à cinq essieux
Une telle machine a été développée en 1968 et elle sera le debut d’une lignée qui va aboutir aux futurs MAZ porte-Missiles XXL comme le MAZ-547,
Mais cette version à 5 roues a été immédiatement remplacée par une version à six essieux à traction intégrale.
 Ce modèle a été repris dans les années 1980, lorsque la disposition générale des châssis militaires multi-essieux à traction intégrale avait déjà pris forme.
Mais en cette fin des années 60 les deux modèles expérimentaux de la famille à cinq essieux des usines automobiles de Bryansk et de Minsk (BAZ et MAZ ) n'étaient que des versions allongées expérimentaux de véhicules à quatre essieux et n'ont ensuite fait l'objet d'aucun développement. La naissance du premier châssis soviétique à six essieux à traction intégrale avec une disposition de roues 12x12 n’a fait son apparition qu’à la fin,des années 1960.

Le BAZ-69481M( Bryansky Avtomobilny Zavod ) 1987
En 1987, dans le cadre des travaux sur les véhicules terrestres expérimentaux à quatre essieux de la série 6948/69481, L usine BAZ développe un nouveau véhicule Il faisait également partie de la famille Osnova-1 et a reçu le nom de baptême militaire Voshchina; Sson développement a été réalisé sous la direction de A.S. Koptyukh.
 Cet engin combinait deux solutions de recherche originales avec une disposition asymétrique avec cinq paires de roues et seulement quatre essieux moteurs, ainsi qu'un corps porteur de type déplacement non pressurisé assez solide qui ressemblait à des voitures amphibies
La nouvelle voiture différait de son prédécesseur le plus proche 6948 par une carrosserie soudée plus spacieuse et l'installation d'un troisième essieu non moteur qui, avec deux essieux arrière réguliers, formait un bogie à trois essieux capable de supporter des charges accrues.
Une augmentation de la masse de la machine a conduit à l'installation de deux moteurs KamAZ-740.3 plus puissants de 260 chevaux avec transmissions embarquées, sous-châssis renforcés et unités de châssis.
Sinon, il n'y a pas eu de changements majeurs dans la conception globale du châssis 69481M.

Les BAZ 6948/69481 étaient des prototypes de châssis de 14 tonnes destinés à être utilisés dans le cadre d'un nouveau complexe de missiles Oka-U. Le développement des deux modèles a commencé en 1982 avec BAZ 69441 C'est pourquoi tous ces véhicules étaient unifiés entre eux.Comme les véhicules amphibies, les BAZ 6948 / 69481 étaient équipés de coques métalliques MAIS  elles n'étaient pas étanches, et les véhicules ne pouvaient être utilisés que sur terre. La conception principale du BAZ 6948 était similaire à celle des BAZ 69441 et 69444e avec des corps ouverts. Le premier et unique BAZ 69481 a été fabriqué en 1987.Les châssis BAZ 6948 et 69481 avec un empattement de 6500 mm étaient équipés de deux moteurs diesel KamAZ 740 de 210 ch et du châssis renforcé en profilés d'acier en forme de Z. Ils avaient également des prises de force pour un générateur électrique et une pompe, ainsi que des systèmes électriques et hydrauliques autonomes des unités principales. Le poids à vide a été réduit de 1 tonne.Le 6948 était destiné à livrer deux missiles dans une cargaison à toit ouvert, tandis que le 69481 était équipé d'un compartiment de chargement plus haut avec un toit fermé et une hydrogrue de 5 tonnes. En 1987, un nouveau système de lance-missiles d'un complexe de missiles 9K715U 'OKA-U' a été installé sur le châssis BAZ 69481. Il serait utilisé dans le cadre d'un complexe de reconnaissance-frappe avec accès aux informations des médias de reconnaissance aéroportée, ce qui a permis de produire à l'avance des missiles à reciblage rapide. Mais les travaux futurs ont été arrêtés.
La coque qui était à l origine basse ouverte, a été modifiée et transformée avec des montants en pente douce permettant de créer un compartiment de travail avec un toit en toile.
 Le poids à vide était de 21,5 tonnes, pour un PTAC de 40,5 tonnes, Le rayon de braquage était de 16,5 m, et sa vitesse maximale est de 70 km / h, l'autonomie était de 900 km.


En 1987, le BAZ-69481M a passé les tests avec succès mais il ne fut pas déclaré bon pour le service car il avait une capacité de Tout terrain et une fiabilité insuffisantes dut à l'installation de deux roues non motrices supplémentaires et à l'utilisation d'un schéma avec un nombre impair d'essieux.
 Lors de la conduite sur des routes accidentées, de telles solutions de conception vont conduire à une distribution inégale des charges sur les roues, la suspension, la transmission et le châssis de la voiture, et tout en surmontant des obstacles même bas, la charge entière est supportée par le seul essieu central pendant une courte période.

Châssis de coque terrestre BAZ-69481M (10x8) avec deux moteurs KamAZ de 260 chevaux. 1987

Entre-temps, depuis le début des années 1980, est développé un missile OKAU, avec une portée de 900 - 1000 km
Ce missile est prevu pour être placé sur le futur châssis 69481M.
Seul l'équipement d'un prototype de véhicule de transport-chargement avec un équipage de combat de quatre personnes a été achevé, et après la signature du traité sur l'élimination du traité INF, tous les travaux sur ce système de missile et sur le châssis ont été arrêtés . Son seul développement en 1989 sera la version civile du BAZ-69511P, qui n'a pas non plus été développée en ces temps troublés.

MAZ-7929 (Minsky Avtomobilny Zavod)  (1989 - 1991)


Le châssis expérimental de 35 tonnes MAZ-7929 (10x8) doit son devenir aux graves difficultés rencontrées lors du développement du châssis compact 15P159devant emporter le missile intercontinental 15Zh59. Initialement, il était prévu de le monter sur un châssis à trois essieux, puis sur un MAZ-7909 à quatre essieux, mais au cours du processus de test et de perfectionnement la masse accrue de la fusée a obligée à passer à une charge encore plus importante
Il etait ainsi prevu un véhicule original à cinq essieux MAZ-7929, basé sur les séries 543M et 7909.
Il a reçu un quatrième essieu non moteur supplémentaire et, contrairement à tous ses prédécesseurs militaires de la marque MAZ, a été pour la première fois équipé de une cabine monobloc monobloc 3 places avec châssis soudé et habillage fibre de verre. Comme l'option 7909, le MAZ-7929 était également équipé d'un moteur diesel YaMZ-8424.
En 1989, quatre châssis 7929 sont assemblés, ils entrent simultanément à l'usine de Barrikady et pour les tests de réception
Le MAZ-7929 n'a pas non plus reçu d’approbation en raison de sa capacité TT insuffisante, ce qui est une des caractéristiques du châssis cinq essieux,
Dans le même temps, à Volgograd, un châssis a été converti en prototype qui participe avec le MAZ-7909 entre 1989-1990, aux tests sur le site d'essai de Kapustin Yar
Le tout sert de base à la version finale pour lancer un missile amélioré avec un poids de lancement de 17 tonnes et une autonomie de 11 000 km.
 En 1991, tous les travaux sur le Kurier PGRK basé sur le MAZ-7929 ont été achevés et la production de prototypes SPU a commencé à l'usine de Barrikady. 


Leurs tests étaient prévus pour l'été 1992, mais en octobre de l'année précédente, M.S. Gorbatchev a signé le traité de réduction des armes offensives START-1 avec le président des États-Unis, ce qui a conduit à la suspension jusqu'à des temps meilleurs de tous les travaux
Ainsi, s’achève l histoire d'un système de missile soviétique prometteur. Mais le MAZ-7929 avec sa nouvelle cabine est devenu l'un des prédécesseurs de la prochaine génération de véhicules tactiques à quatre essieux MZKT-7930, et le prochain châssis militaire à cinq essieux 79292 qui lui n'est apparu qu'en 2006 avec sa transmission intégrale et son nouveau moteur diesel Yaroslavl de 503 chevaux et une suspension hydropneumatique.

Un châssis expérimental MAZ-7929 à cinq essieux de 35 tonnes pour le système de missile Kurier. 1989
 


Modèle 103 (1966)

Le premier véhicule de transport militaire multi-essieux à traction intégrale soviétique a été créé par une équipe travaillant sous la direction du lieutenant-colonel P. V. Aksenov,
Ces travaux ont été sous le sceau du secret à partir du milieu des années 1950 et cela a aboutit à la création des deux premières machines à quatre essieux I-210 et I-21-15 (8x8).
Au milieu des années 1960, en utilisant l'expérience et les tests, le développement d'une machine à six essieux fondamentalement nouvelle a commencé, qui a été assemblée en 1966 à l'usine pilote n ° 38 à l'aide de deux châssis I-21-15
Il s'agissait d'un prototype plus petite que la version finale (environ 3/4 de la version pleine grandeur) d'un châssis spécial I-103 de 22 tonnes ("Produit 103") avec une formule 6 roues et une disposition de châssis symétrique - trois essieux avant et trois essieux moteurs arrière avec des pneus simples et le même écartement de voie
Ce n'était pas un prototype du futur châssis porte-fusée, mais seulement un véhicule automoteur pour tester les transmissions des véhicules à traction intégrale à plusieurs essieux avec une capacité TT élevée.
Néanmoins, ce prototype était une machine entièrement fonctionnelle, avec comme but de la transformer en un châssis spécial pour le montage de systèmes de missiles puissants, y compris le système de missiles Pioneer.
Un moteur diesel à aspiration naturelle UTD-20 V6 (15,9 l, 300 ch) a été monté sur l’engin I-103. S
Mais en règle générale sa conception générale ne différait pas des véhicules à quatre essieux précédents. Il utilisait également un châssis tubulaire avec des demi-axes oscillants sur une suspension à barre de torsion indépendante, une boîte de vitesses manuelle et deux cabines simples à panneaux ondulés externes, situés sur les côtés du compartiment moteur.
Les trois essieux avant orientables, offrent un rayon de braquage de 17,9 m. Des pneus à profil large de taille 1200x500-508 étaient montés sur toutes les roues. Sur le châssis de la machine, il y avait des fixations pour installer une cabine pour les testeurs, un lest de charge ou un long conteneur cylindrique en acier, simulant l'équipement d'un lance-roquettes en termes de poids et de dimensions.
Le poids à vide était de 36 tonnes. L'empattement total entre les essieux des essieux extérieurs est de 9,45 m, les dimensions hors tout sont de 11,4x3,02x2,350 m, la longueur avec le conteneur est de 14 m, la garde au sol sous les ponts est de 450 mm. La vitesse maximale de 70 km / h.
Essais du châssis à six essieux I-103 (12x12) avec un moteur diesel de 300 chevaux et un châssis spinal. 1966
Châssis I-103 conçu par le 21e institut de recherche avec deux cabines et une maquette de tube lance missile
 
Les tests ont prouvé la grande capacité TT du châssis I-103 avec un centre de gravité bas, une capacité de surmonter des obstacles larges et profonds, une stabilité suffisante au sol et une vitesse de déplacement élevée sur route
Tout cela a contribué à la décision de mettre la voiture en production et, à ce moment-là, le "Produit 103" avait de grandes chances de devenir une véritable base pour le futur PGRK, dont le développement ne faisait que commencer.
 Cependant, en raison du caractère non conventionnel du schéma général, de la nécessité de construire un prototype à l’échelle 1/1 et du manque de chaînes de production firent que le châssis I-103 est resté au stade de prototype.
Le CHÂSSIS MULTI-ESSIEUX MAZ
Il faut savoir qu’une page importante dans l histoire des châssis XXL est occupée par des châssis mis au point à SKB-1 (UGK-2) de l'usine automobile de Minsk et qui sont devenus une base de transport fiable pour les systèmes lance missiles mobiles pour le lancement des missiles balistiques stratégiques à longue portée. 
Dès leur apparition, ces systèmes et leur châssis à traction intégrale se sont propulsés en tête des meilleurs engins et ont amené le secteur militaro-automobile soviétique au plus haut niveau mondial, mais pour la grande majorité des habitants de l'URSS, pendant longtemps temps, ils sont restés enveloppé dans un profond secret
Les origines de ces châssis se trouvent dans les travaux de recherche du département n ° 13 de l'Institut de recherche Bronnitsky 21 sur le type de futures machines, les schémas d'implantation, la conception générale et les principaux paramètres.
Il trouve leur base dans la première génération de châssis avec la famille de véhicules à six essieux de la série MAZ-547 avec un moteur de 650 chevaux et la première suspension hydropneumatique indépendante de chaque roue
Les premiers lanceurs mobiles étaient prévus pour tirer des Missiles intercontinentaux Temp-2S et Pioneer moyenne portée, surnommés "l'orage de l'Europe", dont des versions expérimentales améliorées ont ensuite été montées sur le châssis type 7916 de 710 chevaux
Au milieu des années 1970, la deuxième étape de la création de machines à plusieurs essieux, voit le jour lorsque les spécialistes vont s’atteler à la conception d’une version à sept essieux du MAZ 7912 En 1985, la production du châssis amélioré 7917 pour le Topol est lancé
Les dirigeants et les concepteurs de l'usine automobile de Minsk ont ​​joué un rôle énorme dans la création de la base mobile des systèmes de missiles soviétiques les plus puissants.
En 1990, à la veille de l'effondrement de l'URSS, les premiers châssis à huit essieux 7922 et 7923 ont été assemblés en UGK-2 pour l'installation du futur système de missiles Topol-M, mais après cela, il a fallu encore 16 ans de changements politiques et recalculer selon les nouvelles données géostratégiques mondiales afin pouvoir produire ces engins et commencer le déploiement dans la Fédération de Russie. Pendant ce temps, la production spéciale militaire de l'usine automobile de Minsk s'est transformée en une usine MZKT indépendante, et la RSS de Biélorussie a obtenu son indépendance
Le principal fournisseur de châssis de fusées pour l'armée russe s'est retrouvé dans un pays voisin, mais assez fidèle envers son ancien grand voisin.
La première famille MAZ-547 à 6 essieux


La première famille de châssis XXL à six essieux 547 appartienne à la deuxième génération de véhicules MAZ qui est basée sur les véhicules de la série MAZ-543.


L'ancêtre de cette nouvelle gamme était le projet non réalisé de la version à cinq essieu, développée entre 1967 - 1968 conformément à la directive du 6 mars 1966.
Le châssis a  été choisi comme base, auquel un troisième essieu non moteur a été ajouté, et le nouveau véhicule avait pour objectif premier le transport futur missile de défense antimissile mobile Temp-2S à portée intercontinentale ou missiles 15Zh42.
Il est construit en temps que cinq essieux sur l'insistance du client, mais lors de la conception, il est devenu clair que le MAZ-547 serait inutilisable dans des conditions réelles,car ne répondant pas aux exigences de capacité de charge, de capacité de montage et de capacité TT
La disposition asymétrique des roues entraîne une augmentation du poids sur le châssis et une surcharge de l'essieu central.
Afin de réduireau maximum ce problème il a été décidé de réaliser un conteneur de transport et de lancement (TEL Tracteur Erecteur Lanceur) en fibre de verre, et de maintenir à une température donnée à l'intérieur, par l ‘application d’une mousse isolante
Mais la conception du missile va le conduire à avoir un poids de 40,5 tonnes et, par conséquent,cela aura une incidence sur la masse totale du véhicule pour lequel le châssis à cinq essieux n'était pas adapté et de plus pour maintenir une température donnée à l'intérieur, une épaisse couche de mousse légère calorifuge y était appliquée
mais pour les ingénieurs de MAZ ces travaux serviront de base et d’opportunité afin de tester cette nouvelle disposition,sur des véhicules porte-fusées modulaires à plusieurs essieux, et d’aller plus loin
Aussi en parallèle de la conception du MAZ-547,ils commencent le développement d'une version à six essieux à traction intégrale du MAZ-547A (12x12) avec deux cabines latérales identiques. 
Le prototype était déjà prêt en 1970 et, après de longs tests, a servi de base mobile pour le lanceur Temp-2S SRK.
En 1974, un châssis MAZ-547V modernisé a été assemblé à Minsk, dans lequel la cabine t droit du commandant d'équipage était installé en légère élévation offrant ainsi une visibilité accrue
 L'objectif principal de son développement était la création d'un système de défense aérienne Pioneer dont des versions améliorées seront ensuite été installées sur le châssis MAZ-7916
Outre les systèmes de lancement, les véhicules de transport et de manutention pour le système Temp-2S et Pioneer des SRK Temp-2S et Pioneer,tels que les unités de transport et d'installation d'autres systèmes de missiles,puissantes grues sur camion et d’autres versions seront montées sur le châssis de la série 547.

Structurellement, les premiers châssis à six essieux de 55 tonnes MAZ-547A et 547B bien que de conception absolument identique partageant une grande majorité des mêmes paramètres, avaient des capacités différentes dut à leurs caractéristiques distinctes.
 Le véhicule était équipé de trois essieux moteurs avant et arrière étroitement espacés avec toutes des roues simples, les trois essieux avant étant orientables.
Pour alléger au maximum cet engin il a été fait largement appel à des alliages de titane, de l'aluminium laminé et des aciers alliés ainsi que des matériaux composites et de la fibre de verre.
 Pour la première fois, un moteur V12 V-38 poly-carburant à quatre temps (38,9 l, 650 ch) avec un turbocompresseur fabriqué par l'usine de tracteurs de Chelyabinsk est apparu sur ces châssis,
C’était un moteurs de transport de la série D-12A. Il pouvait fonctionner au diesel, à l'essence A-72 et au carburéacteur TS-1 (kérosène d'aviation). Le groupe motopropulseur était équipé d'une injection directe de carburant, de deux arbres à cames en tête et de quatre soupapes par cylindre, d'une lubrification combinée (pression et barbotage), d'un filtre à air à deux étages avec extraction de poussière d'éjection, d'un système de refroidissement liquide forcé d'une capacité de 105 litres, un amortisseur de vibrations de torsion sur le vilebrequin (anti-vibrateur) et des collecteurs d'échappement en fonte d'aluminium avec chemises de refroidissement
L'équipement auxiliaire comprenait un moteur de préchauffage PZhD-600V (50 000 kcal / h), une pompe de surpression électrique, deux radiateurs avec ventilateurs électriques, système de démarrage double et équipement électrique blindé à un fil de 24 volts avec quatre batteries, un générateur de 6,5 kW et un démarreur de 11 kW.
Par rapport aux machines à quatre essieux, la conception de la transmission hydromécanique automatique a été considérablement modernisée, renforcée et complétée par un certain nombre de nouvelles unités, et il n'y avait pas de boîte de transfert conventionnelle.
 La chaîne cinématique comprenait un convertisseur de couple à un étage avec engagement automatique d'un embrayage de verrouillage à deux disques, une boîte de vitesses planétaire à 4 vitesses avec deux marches arrière, cinq embrayages à friction avec mécanismes de commande électriques et hydrauliques et son propre système de refroidissement, principal engrenages de tous les essieux avec différentiels inter-roues, arbres à cardan semi-axiaux oscillants et réducteurs planétaires à roues, situés sur les côtés extérieurs des moyeux.
À partir de la boîte de vitesses multiplicatrice, montée directement derrière le moteur, l'alimentation était acheminée vers des générateurs électriques, des pompes hydrauliques et un compresseur. 
Le différentiel autobloquant central symétrique était situé dans le réducteur derrière le moteur. À partir de là, le couple était fourni aux engrenages principaux traversants des troisième et quatrième essieux, puis redistribué à deux essieux avant et deux essieux arrière. Dans les entraînements des roues directrices avant, il y avait des différentiels symétriques à biseau, les trois arrière étaient autobloquants avec des accouplements à engrenages. De plus, le différentiel du bogie avant à trois essieux a été introduit dans le train principal du deuxième essieu. Les 30 arbres à cardan de tous les types d'entraînement étaient à double articulation avec croix sur roulements à aiguilles. Une autre nouveauté importante était la suspension individuelle indépendante de chaque roue sur des leviers transversaux avec un élément élastique hydropneumatique vertical et une connexion hydro-équilibrée combinée des trois roues des bogies avant et arrière de chaque côté, ce qui assurait une adhérence constante et fiable des roues. au sol et une douceur accrue.
 La conception des unités de châssis a également été reconstituée avec plusieurs solutions originales. Le mécanisme de direction avec un servomoteur hydraulique à piston à double effet servait à entraîner simultanément les trois paires de roues directrices. Un système de freinage à double circuit avec des mécanismes de roue à tambour combinant des circuits pneumo-hydrauliques et hydrauliques agissant séparément sur trois essieux avant et trois essieux arrière, et était également équipé d'un entraînement de secours supplémentaire pour le maintien à court terme d'une machine chargée sur une pente.
Le cadre soudé à double combinaison était une combinaison de deux longerons longitudinaux puissants - le canal supérieur et la section inférieure en forme de Z avec des traverses boulonnées. Cette conception lui a conféré une flexibilité dans le plan vertical et en torsion et, par conséquent, une adaptabilité maximale aux conditions de la route.
Il possède un système de contrôle centralisé de la pression qui agi sur les 12 roues à disque avec des pneus à chambre à air à profil large V-178 de taille 1600x600-685.
Les deux cabines en fibre de verre monoplace à une porte espacées ont été montées, équipées d'unités de ventilation à filtre et d'extincteurs.

Châssis à six essieux MAZ-547V pour les systèmes de missiles stratégiques mobiles Pioneer
L'empattement total soit la distance entre les centres des roues avant et arrière était de 10 900 mm offrant la formule arithmétique de 2300 + 2300 + 2800 + 1750 + 1750 mm.
Il pouvait passer sur tous les ponts car le gabarit de tous les ponts est de 2526 mm.Sa garde au sol est des 475 mm, le rayon de braquage minimum - 22 m.
Sur la balance il accuse un Poids à vide de 27,5 tonnes brut de 82,7 tonnes. Pour une charge maximale autorisée par essieu - 15,0 tonnes.
Sa lLongueur hors tout sans superstructure est de 15,5 m avec un porte-à-faux avant de 2,825 m (cabines pour équipage)
Sa vitesse maximale sur route est de 40 km / h, en TT 15 - 20 km / h
Sa consommation de carburant - 165 litres aux 100 km.
Les châssis ont été adaptés pour fonctionner à des températures de -40 à +50 et à des altitudes allant jusqu'à 1000 m au-dessus du niveau de la mer.
 Ils peuvent gravir une pente de 15 à20 degrés, franchir un gué de 1,1 mètre Le moteur est garanti 500 heures,et il peut être stocker entre 7 et 10 ans.
MAZ-547A (1970 - 1985)
Cet véhicule occupe une position à part dans le système du complexe militaro-industriel mais restait jusqu'à récemment dans l'ombre du secret  Il s'agissait du premier châssis militaire spécial multi-essieux super lourd au monde pour le montage du lanceur du système de missile lourd Temp-2S avec un missile à propergol solide, qui à son tour est devenu le premier SRK à roues mobile à portée intercontinentale au monde. capable d'effectuer des missions de combat à la fois sur des sites fixes et de se déplacer le long des routes pour lancer des missiles à partir de positions de départ sur le terrain.
Deux prototypes du MAZ-547A ont été construits au début de 1970, puis sont en phase de tests
Leur conception principale et leur caractéristique externe étaient deux cabines en fibre de verre monoplace séparées avec un pare-brise et des biseaux de toit latéraux caractéristiques sur les côtés intérieurs, placés sur le porte-à-faux avant du cadre. La cabine de droite était destinée au chauffeur-mécanicien, celle de gauche au commandant d'équipage. Un radiateur et un compartiment moteur ont été placés entre eux, abaissés autant que possible dans l'espace entre les longerons du châssis et décalés vers l'avant, ce qui a déterminé la hauteur totale de la machine dans les cabines de seulement 2,350 m et une zone de montage accrue de le cadre. Sa longueur était de 9,455 m, mais la hauteur de chargement restait assez importante avec 1,530 m.
En janvier 1970, les premiers châssis sont envoyés à l'usine de Barrikady pour l'installation de SPU et les autres prototypes assemblées en mars, sont arrivées sur le site de l'usine et ont parcouru hors route un total de 18 000 km.
 D'août 1972 à novembre 1973, les deux premières variantes avec des lanceurs 15U67 montés du complexe Temp-2S ont subi un cycle de test  Selon leurs résultats, il a été déclaré que le châssis est à un niveau technique élevé et surpasse tous les types de véhicules de l'armée existants, a des performances et une fiabilité satisfaisantes, mais manque de stabilité latérale.mais le véhicule reçoit un avis favorable ouvrant la voie à sa construction en série
. Conformément au PSM de 1970 "Sur la création d'installations de production et la production de châssis spéciaux hautement praticables 547", la production en série a commencé en 1972 dans le nouveau bâtiment d'assemblage mécanique n ° 2 (MSK-2). Jusqu'en 1985, 294 véhicules MAZ-547A y ont été construits.
Le premier châssis de 55 tonnes MAZ-547A (12x12) avec deux cabines latérales identiques. 1970


En plus du véhicule TEL des équipements de transport et de rechargement d'autres systèmes de missiles sont été montés sur ces châssis, et de nouveaux types de roues motrices hydrauliques et électriques ont été développés.
À la fin des années 1980, à titre d'essai, on construit un Tracteur sur la base du MAZ-547A qui reçoit une sellette d'attelage La semi remorque est équipée d’un générateur électrique supplémentaire, des pompes hydrauliques et des compresseurs pour assurer un train routier actif de transport et de rechargement 15T284 pour livrer le Missile RT-23 Missile UTTKh afin de recharger ultérieurement le système
Celui ci est placé dans un conteneur rectangulaire sur une semi-remorque spéciale avec un bogie moteur à quatre essieux avec toutes les roues doubles, et un bogie à roulement à selle intermédiaire à quatre essieux similaire a été placé entre lui et le tracteur.
MAZ-547V (1974 - 1984)
C’est le châssis de 55 tonnes le plus célèbre et le plus répandu . Il a été conçu puis produit en parallèle avec le modèle 547A, mais il avait déjà été développé en relation avec l'installation d'équipements pour le nouveau système de missile Pioneer.
 Les deux premiers prototypes MAZ-547V ont été assemblés en 1974 et immédiatement envoyés à l'usine de Barrikady pour recevoir un équipement spécial.
Si les 547 A et V partagent la même partie mécanique les exigences d'installation et d'utilisation au combat d'une nouvelle superstructure et d'équipements spéciaux ont conduit à des modifications mineures du modèle 547 V par rapport au 547A, ce qui se reflétait le plus clairement extérieurement.
 À la suite de la reconfiguration de la partie avant, il ne restait qu'une seule ancienne cabine de conduite gauche, et la seconde droite a été reculée un peu et montée environ un demi-mètre plus haut, afin de pouvoir loger le dispositif inférieur de l'équipement technologique devant lui. Cette cabine avait une conception spéciale avec un toit triangulaire, deux petites fenêtres latérales, une trappe de ventilation dans le panneau avant et "suspendue" directement au-dessus de la roue avant droite. Le pare-chocs avant avec un crochet de remorquage et des boîtiers d'éclairage séparés avait une section pliante en porte-à-faux droite distinctive.
 De plus, sur le châssis MAZ-547V, lorsque les systèmes d'alimentation du moteur et des équipements électriques ont été finalisés, l'emplacement de l'unité de ventilation du filtre a été modifié.
 À la suite des modifications, la longueur utile de la partie de montage du cadre a été réduite à 7070 mm. Par rapport au 547A, la largeur hors tout n'a été réduite que de 40 cm (de 3200 à 3160 ) et la hauteur du toit de la cabine droite est passée à 2,84m. Avec l'augmentation de la capacité des réservoirs de carburant jusqu'à 880 litres, l'autonomie était de 500 km.
 Jusqu'en 1984, 538 châssis MAZ-547V étaient assemblés à Minsk, qui servaient pour la plupart à l'installation d'équipements pour les systèmes de défense aérienne Pioneer et Pioneer UTTKh.

Châssis de missile MAZ-547V amélioré de 650 chevaux avec différentes cabines. 1974

 
Véhicules expérimentaux MAZ-547
Une première version expérimentale du 547A est apparue en 1973 sous le nom de MAZ-547B,
Cette version essaie de corriger le poids avec un allègement de la machine de base par le biais d’un châssis porteur avec des longerons et des traverses soudés à partir de profilés en aluminium extrudé, ce qui a permis un gain de poids de 900 kg.
 Sur le site d'essai de l'usine, le MAZ-547B équipé du missile Pioneer a parcouru avec succès une distance de 15 000 km, mais la fiabilité du mécanisme de levage de la fusée et de l'augmentation du coût de la machine,on entraîné la fin des essais

 

 
 


Au milieu des années 1970, un nouveau modèle le 547G avec une transmission hydrostatique pour entraîner les 12 roues est resté au stade de démonstrateur
car la nécessité d'utiliser des engrenages à deux étages et la complexité de la conception ont conduit à l'interruption de ces travaux.
En revanche, le modèle 547D avec une motorisation à turbine à gaz de 1000 chevaux a été construit en un seul exemplaire 1976 et a été testé, puis a servi de base au prochain châssis électrique.
La troisième machine la plus originale est construite en 1978 le MAZ-547E sur le châssis 547A et équipé d'une transmission électrique TE-500-12 d'une puissance totale de 800 ch. et huit moteurs-roues électriques.
 L'objectif principal était de développer le projet d’entraînement de toutes les roues du véhicule à l'aide de moteurs à courant alternatif individuels et la perspective de leur utilisation sur les futurs porte-fusées super lourds. 
Le fabricant du Moteur était l'usine de Leningrad Klimov, alors que tous les équipements électriques ont été développés et fabriqués à l'Institut de recherche de Novosibirsk .
 Au lieu d'un moteur ordinaire, un moteur à turbine à gaz compact GTD-1000A d'une puissance de 1000 ch a été monté sur le châssis 547E, d'une longueur d'environ 1, 5 m, seulement 890 mm de haut et pesant 960 kg. Il a été créé pour le Char T-80 et fonctionnait soit au diesel, soit avec du kérosène d'aviation T-1 ou TS-2 et à leurs mélanges.
Le moteur à turbine à gaz servait à entraîner le générateur électrique VSG-625 d'une puissance de 625 kW, qui produisait un courant alternatif avec une fréquence de 1200 Hz et une tension de 380 V. De là, l'électricité était fournie à la traction DST-34/6 via des moteurs électriques synchrones avec contrôle de fréquence par thyristor et système de refroidissement air-huile intégrés dans tous les moyeux de roue à engrenages planétaires et résistant à une surcharge de 2,5 fois. 
Dans la plage de fonctionnement de 1600 à 9600 tr/min, ils développaient une puissance de 46 CV
Le poids à vide de la machine était de 28 tonnes,et le PTAC était de 84 tonnes
Sa vitesse maximale de 47 km / h.
 Les tests de la voiture ont confirmé la justesse du choix du schéma de conduite général, l'acceptabilité des principaux paramètres et les perspectives de conception globale de la voiture, même si son efficacité globale de 70% laissait beaucoup à désirer. Par la suite, ce schéma a été utilisé sur les châssis expérimentaux à plusieurs essieux MAZ-7907 et MAZ-7923.

Tracteur embarqué expérimenté MAZ-547E avec transmission électrique. 1978

 

Utilisation militaire du châssis MAZ-547
Presque tous les châssis de la série 547 assemblés à Minsk ont ​​été livrés à l'usine de Barrikady pour l'installation du système pour porter et tirer le missile intercontinental Temp-2S et de plusieurs variantes du système de missile à moyenne portée Pioneer,
A ce TEL il faut prévoit le train qui inclus le transport, le rechargement et les véhicules spéciaux basés sur les véhicules MAZ-547A.
Des machines similaires à celles-ci ont servi sur d autres sites comme celui du complexe Gorm, pour recharger d'autres systèmes avec de puissants équipements de grue pour les besoins des forces de missiles stratégiques.
Complexe de missiles "Temp-2S" (1971 - 1979)
Le missile balistique intercontinental 15Zh42, capable de livrer une charge nucléaire aux territoires d'outre-mer, était d'un vecteur important dans l'ensemble du système d'armes de l'URSS
Avec le véhicule TEL Le missile mobile SRK 15P642 "RT-21 Temp 2Sl est devenu le premier système de missile à roues soviétique avec le SPU 15U67 hautement mobile sur le châssis à traction intégrale à six essieux MAZ-547A et aussi le précurseur de tous les systèmes stratégiques Pioneer, Topol et Topol-M ultérieurs.
 Avec lui, le développement des premières unités de transport et de manutention sur châssis à plusieurs essieux, ainsi que divers véhicules de survie spécialisés montés sur des véhicules MAZ-543 à quatre essieux, a commencé.

 

Le premier système de missile intercontinental mobile soviétique "RT-21 Temp 2S
" (reconstruction du Bureau central de conception "Titan")
 
 



Les deux premiers châssis MAZ-547A ont été envoyés de Minsk à l'usine de Barrikady en janvier 1970, où,o commencé le montage du premier TEL du système Temp-2S dans le plus grand secret.
Le châssis sera équipé d'un système de réglage de la position horizontale, d'un complexe de commande, d'un puissant vérin hydraulique de flèche de levage pour amener le système de missile en position de tir et de quatre vérins à vis de support entraînés par des moteurs hydrauliques (deux à l'arrière et deux entre le deuxième et troisième essieux), qui servaient à stabiliser et suspendre le TEL en position de tir
 Le SPU 15U67 était prêt en octobre 1971 et a été testé sur le terrain d'entraînement de Plesetsk, où le 15 mars 1972, le premier lancement de la fusée à trois étages à propergol solide 15Zh42, située dans le TPK, a eu lieu.
 Pour cela, le schéma de lancement dit de mortier a été utilisé avec l'inclusion d'un moteur de poussé à une altitude suffisamment élevée, ce qui a permis de protéger le TEL et l'équipement au sol contre tous dommages.
Le missile a un diamètre de 1790 mm, une longueur avec une ogive de 18,5 m et un poids au combat de 44,2 tonnes, dont pour tete militaire de 1000 kg.
 Sa portée maximale de destruction a atteint 10500 km. Les essais se sont poursuivis jusqu'à la fin de 1974 et se sont terminés par le lancement de deux missiles à des fins d'entraînement dans l'océan Pacifique. La même année, l'assemblage en série des lanceurs 15U67 a commencé à l'usine de Barrikady.
 Le poids au combat du TEL était de 82 tonnes pour une dimension hors tout de 17,0x3,2x2,94 m Sa vitesse maximale sur route est de 40 km / h, alors qu’en TT elle est de 20 km / h maximum
Les deux premiers régiments Temp-2S sont activés le 21 février 1976. La présence de systèmes de missiles soviétiques si puissants et inaccessibles à la détection et à la destruction a provoqué une véritable peur aux États-Unis et dans les pays de l'OTAN, qui sont devenues les principales raisons du début de négociations hâtives avec l'URSS sur la prochaine limitation des armements stratégiques, qui a pris fin le 18 juin 1979 avec la signature du traité SALT-2. 
Par ce traité l'Union soviétique s’engage à ne pas fabriquer le complexe Temp-2S, d'arrêter son déploiement ultérieur et de le démanteler complètement à l'avenir. Il a été retiré du service de combat en 1986 et démantelé en 1988-1990, et tous les dessins, documents et photographies, qui étaient secrets à l'époque, ont été détruits.
La perte du complexe intercontinental "Temp-2S" n'était pas si importante pour les forces de missiles stratégiques soviétiques, car dans le même temps en plus du développement des systèmes de missiles Temp-2SM1 et Temp-2SM2 modernisés, des missiles encore plus puissants et lourds d'une portée et d'une précision de destruction accrues ont été créés et testés, qui ont servi de base au futur système de missiles Topol, qui est entré en service fin 1980.

Systèmes de missiles "Pioneer" et "Pioneer UTTH" (1974 - 1987)



Contrairement au système intercontinental Temp-2S, le nouveau mobile SRK 15P645 Pioneer (Pioneer-1) était équipé d'un missile balistique à propergol solide à deux étages RSD-10 (15Zh45) de portée moyenne de la troisième génération, capable de frapper cibles terrestres ennemies à des distances de 600 à 4700 km, en d'autres termes - toutes les unités de l'OTAN en Europe occidentale
. Le premier lancement de fusée a eu lieu en septembre 1974 et les tests ont été achevés en janvier 1976 suivi le 11 mars de la même année par sa mise en service. Tous les équipements SPU 15U72 étaient montés sur un châssis MAZ-547V modernisé. Il a été rééquipé de moyens de surveillance de l'état technique de la fusée et du lancement, de mécanismes hydrauliques modernisés pour soulever et amener la fusée en position de départ, ainsi qu'un système de stabilisation du châssis sur quatre vérins à vis hydrauliques, qui assuraient la stabilité lors du lancement de la fusée et lors du chargement et déchargement complet des composants des éléments du train . Dans ses deux cabines simples séparées se trouvaient le conducteur et le commandant d'équipage, mais il n'y avait pas de place pour l'opérateur SPU. 
La nouvelle fusée 15Zh45, est longue de 16,5 m avec une ogive et un poids au lancement de 37,0 tonnes, qui est placée dans le container 15Ya75 d'un diamètre de 2140 mm. La précision de frappe était de 400 M. I
ll a également été lancé à l'aide d'un tir style mortier avec un accumulateur de pression de poudre qui éjecte la fusée du TPK, le moteur de fusée étant allumé à une hauteur de sécurité suffisamment élevée, ce qui excluait les dommages causés par les gaz chauds et dispositifs sur le sol et des éléments du TEL
Le poids à vide du TEL sans fusée était de 40 250 kg,qui passe avec une fusée et un équipage entièrement alimentés à 83,0 tonnes
La longueur totale est de 16, 81 , avec le container - 19 ,316 m sa largeur 3,24mm et sa hauteur en position de transport 3,475
La vitesse maximale de 40 km / h a permis au SPU de se déplacer à la fois sur des pistes de terre spéciales et sur un réseau de routes ordinaires avec presque toutes les surfaces.

Châssis MAZ-547V pour le système de missiles à moyenne portée 15P645 "Pioneer". 1974

 

 

Le déploiement du premier complexe Pioneer a été réalisé au rythme le plus rapide en 1976-1981.
 À la fin de 1977, 18 systèmes de missiles étaient en service, en 1980, leur nombre est passé à 135 et, selon les données officielles américaines, en mai 1983, il a atteint 351 unités. 
Apres le 15P645K Pioneer-K est développé le Pioneer-1 en 1977 Contrairement au premier Pionner , il utilisé un vecteur 15Zh45 avec trois ogives multiples, dans un container PU 15U106 amélioré avec de nouveaux systèmes de préparation au lancement et de contrôle à distance.
En novembre 1987, plusieurs dizaines de complexes de ce type étaient déployés. En 1977, des tests avaient été effectués sur un vecteur expérimental avancé 15P645M "Pioneer-M" avec un missile 15Zh46 et une communication radio bidirectionnelle à ondes ultracourtes via télé-codeur et canaux vocaux entre les postes de commandement situés à une distance pouvant atteindre 100 km. Il n'est pas entré en production, mais son équipement a été utilisé sur les versions suivantes du Pioneer
Système de missile stratégique "Pioneer UTTH" moyenne portée sur châssis MAZ-547V
Lanceur 15U136 du complexe modernisé 15P653 "Pioneer UTTH". 1981
 

Les travaux sur le deuxième vecteur modernisé 15P653 "Pioneer UTTKh" avec des caractéristiques de performance améliorées, portant la désignation non officielle "Pioneer-2", ont commencé en juillet 1977. 
Il était également basé sur le châssis MAZ-547V, testé d'août 1979 à décembre 1980 et mis en service en avril 1981. 
Contrairement au premier modèle, il était équipé d'un nouveau missile 15Zh53 de haute précision avec trois ogives multiples d’une portée de 5500 km, qui était transporté dans le container 15U136 amélioré avec de nouveaux équipements pour les systèmes de contrôle, la visée, l'automatisation et entraînement hydraulique.
Par rapport au 15U72, ses dimensions hors tout sont restées pratiquement inchangées, mais tout en conservant le même poids propre dans un état entièrement conditionné prêt au lancement
Le déploiement du complexe Pioneer UTTKh a été effectué en 1979-1985, et en 1987, les Forces de missiles stratégiques avaient 252 systèmes de ce type en service.
Au cours de la production, de nouvelles commandes de Véhicules TEL modernisées, de véhicules vie et de commandement ont été passées

Dans les c systèmes Pioneer, des véhicules MAZ-547A ont été utilisés pour l'installation de systèmes de transport et le rechargement sans grue avec des missiles sur des lanceurs
 Après le lancement au combat du missile, le conteneur vide a été largué du TEL puis il revient à sa base secrète spéciale pour entretient et rechargement avec de nouveaux missiles
Pour le stockage temporaire et le transport d'un container 15Ya117 vide ou chargé avec un missile de combat, on utilise un engin 15T116 qui extérieurement ne différait presque pas du TEL mais avait une configuration modifiée des compartiments latéraux et n'était pas équipé d'un système hydraulique de levage
Le rechargement de conteneurs chargés depuis des entrepôts, des wagons de chemin de fer ou depuis un camion de transport et de rechargement 15T140 vers le TEL, à partir duquel le conteneur avec le missile précédemment tiré a été précédemment largué, est réalisé par un amarrage précis des deux machines l'une à l'autre et un déplacement horizontal du conteneur le long des rampes avec des guides spéciaux.
Pour cela, le châssis était en outre équipé de systèmes de vérins permettant la manœuvre et d'assurer l'amarrage du Véhicule Ravitailleur et du TEL ainsi que d'un treuil pour entraîner le mécanisme du câble. Le processus de rechargement dure environ 30 minutes.
La vitesse du Véhicule Ravitailleur 15T116 chargé était de 15 km/h.pour les dimensions suivantes hors tout sans conteneur de17,330m 3,30x 2,905m.
Unité de transport et de manutention 15T116 du complexe Pioneer UTTH sur châssis MAZ-547A
Véhicule d'escorte de combat 15T316 des complexes Pioneer sur châssis MAZ-547A

 

 

La première fois, le véhicule multifonctionnel Véhicule Ravitailleur 15T316 est apparu dans les complexes Pioneer sur le châssis MAZ-547A sans vérins, ressemblait extérieurement à la fois à un lanceur et à un camion citerne avec un long réservoir cylindrique, Il portait l'inscription sur les côtés "inflammable". Dans les forces de missiles stratégiques, elle portait différentes désignations et effectuait diverses tâches.
 Habituellement, cet engin fermait la colonne et justifiait ses surnoms "véhicule d'escorte de combat" ou "unité technique de verrouillage", assurant le remorquage et l'évacuation d'urgence des équipements lourds endommagés.
 Cet véhicule a été aussi utilisé pour former les conducteurs de lanceurs mobiles, car il était très proche en terme de dimensions et de poids au véritable TEL Durant ces stages auto école le cylindre était rempli avec de l'eau
Le système de missile Pionniers représentait une menace sérieuse pour les alliés américains en Europe occidentale, hantaient également les pays membres de l'OTAN.
Aussi au milieu des années 1980, cela a conduit à un traité de limitation et le 7 décembre 1987, en vertu du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), le complexe Pioneer, à la demande des États-Unis, a fait l'objet d'un déclassement et d'une destruction ultérieure
 À ce moment-là, 405 lanceurs Pioneer et 105 systèmes non déployés étaient en alerte.

 

 De début 1988 à mai 1991, 56 régiments de pionniers ont été dissous en URSS, 509 SPU et 126 ROV ont été liquidés, tous les missiles et leurs moyens d'appui au combat ont été démantelés.
 Les châssis des systèmes de missiles, seront recyclés pour une utilisation civile en petites quantités, mais n'y ont servi de base que pour les camions-grues lourds Plusieurs "Pioneer" démantelés ont été conservés dans un certain nombre de musées militaires russes et étrangers.
Autres équipements sur le châssis MAZ-547
Outre les systèmes TEL bien connus utilisés pour le Temp-2S et Pioneer, le châssis MAZ-547Vil faut aussi utilisé au début des années 1980 comme lanceur Missile pour le système top secret 5P656 Gorn"
Par sa conception et ses caractéristiques externes, il ne différait pratiquement pas du Pioneer SRK en utilisant les conteneurs 15Ya117 et TPA 15T116. Les lanceurs du complexe Gorn ont été assemblés en seulement neuf exemplaires. Tous faisaient partie du même régiment, où ils servaient de systèmes de missiles de reserve et servaient à créer une force de frappe supplémentaire en cas d'attaque nucléaire soudaine contre l'Union soviétique. En 1989, pendant l'euphorie du désarmement, cette formation a été dissoute
On trouve aussi sur le châssis 547A / 547B modifié avec des ajouts de carrosserie spéciaux en Corée du Nord et au Pakistan, des systèmes de missiles stratégiques locaux comme le Musudan et Hatf-3 Ghaznaviau et en Chine, les véhicules MAZ à six essieux ont servi de base aux transporteurs d'armes puissantes à plusieurs essieux Wenshan WS2500.
 


 

Dans le cadre du système PRO A-135 "Amur" (5Zh60) qui est basé à Moscou et en Russie centrale, on trouve des véhicules de transport sur le châssis MAZ-547A, créés pour les complexes Pioneer . Ils servent à livrer des conteneurs 81Р6 avec des Missiles anti-missiles 51Т6 d'une longueur d'environ 20 m pour une interception à longue portée Ils livrent les engins des sites de stockage aux siteq de lancement et à les placer sur des systèmes de transport et d'installation. 
Selon la conception générale et le rechargement se fait à l’horizontale sans grue grace à des vérins à entraînement hydraulique et un châssis soudé avec des guides longitudinaux sont similaires aux machines 5T93 sur le châssis MAZ-543M pour le transport de missiles à courte portée 53T6.
Le développement de tels systèmes a été réalisé depuis le début des années 1970, la mise en service a commencé en 1990 et n'a été achevée qu'en décembre 1995.
À la fin des années 1970, une grue automotrice militaire lourde KT-80 (KS-7571) d'une capacité de levage de 80 tonnes avec une portée maximale d'une flèche télescopique de 32 m a été créée sur le châssis MAZ-547A a été fabriquée à l'usine de grues d'Odessa pour l'installation de postes radar de systèmes de missiles anti-aériens S-300
On fabriquera aussi une tour mobile universelle de 25 mètres 40V6M. Avec l'avènement de la tour 40V6MD de 39 m de haut au milieu des années 1980, une version de cette grue avec une flèche a été utilisée pour monter une section supplémentaire de 13 mètres et y placer un détecteur de basse altitude 5N66M amélioré ou un autre équipement radar. Le temps de montage de tels systèmes prend deux heures.

Unité de transport et de rechargement avec un conteneur pour la fusée 51T6 du système de défense antimissile A-135
 
 camion Grue hydraulique militaire de 80 tonnes KT-80 (KS-7571) sur le châssis MAZ-547A (modèle)
 

 

DEUXIÈME FAMILLE À SIX ESSIEUX MAZ-7905/7916

L’utilisation du MAZ-547V avec des systèmes de missiles Pioneer,a mis à jour de graves lacunes qui sont apparues, liées principalement au placement non logiques d'équipements technologiques spéciaux et à l'utilisation erronée de deux cabines simples exiguës et inconfortables pour le conducteur et le commandant, et la deuxième cabine avait une visibilité insuffisante et souffrait de fortes vibrations.
 Dans le même temps, il n'y avait pas de place pour le troisième membre d'équipage principal – l'opérateur

. En conséquence, au début des années 1980, plusieurs véhicules expérimentaux MAZ-7905 équipés d'un nouveau moteur de 710 chevaux et de deux cabines simples, placés loin en avant sur le porte-à-faux avant du châssis, ont été fabriqués à Minsk pour remplacer le châssis 547V
. A l'issue de leurs essais, il fut décidé de mettre en production une version améliorée du 7916 avec des cabines pour trois membres d'équipage, sur lequel le SPU du système de missile amélioré Pioneer-3 a ensuite été monté.
 Les deux engins formeront une famille passagère, plus puissante et pratique de châssis de fusée de deuxième génération, cependant, en raison d'un certain nombre d'erreurs techniques, de changements dans la situation militaro-politique dans le pays et de la liquidation du complexe Pioneer, elles n'ont pas pu être produits en série, bien que les idées de conception qui y sont intégrées aient été développées dans la base mobile du nouveau complexe Topol.

MAZ-7905 (1980 - 1982)
En 1980, l unité 'UGK-2 de MAZ a développé le véhicule à six essieux MAZ-7905 d'une capacité de charge de 58 tonnes, créé sur le châssis 547A et occupant temporairement une position intermédiaire entre les engins de la série 547 et la famille des châssis à sept essieux. Considérant que sa tâche pr
incipale était de remplacer le MAZ-547V, par un nouveau châssis, le porte-à-faux avant a été étendu à près de 5 m et des équipements spéciaux technologiques et deux cabines monoplaces identiques du modèle 547A lsont gréffés sur celui ci,
Cela a permis d'éliminer complètement les vibrations, et d'améliorer les conditions de travail.De plus ses performances tout terrain et de franchissement
Mais dans le même temps, ses capacités de cross-country et de franchissement étaient sérieusement affectées
La principale nouveauté technique du MAZ-7905 était l'utilisation du moteur B-58-7 V12 d'une capacité de 710 ch, qui à cette époque avait déjà été utilisé sur les modèles 7912 et 7916. La masse totale du le châssis était de tonnes 30. Jusqu'en 1982, six prototypes ont été assemblés et le MAZ 7905 réussi ses tests ce qui entraine l’installation de systèmes de missiles Pioneer UTTKh a commencé à titre expérimental dans cinq d'entre eux. Selon les résultats des tests, des performances de châssis nettement inférieures en termes de capacité de cross-country et de maniabilité, une charge utile insuffisante et une mauvaise maniabilité ont été constatées, ce qui a conduit à l’abandon de ce projet.
Châssis de 710 chevaux MAZ-7905 (12x12) de deuxième génération avec deux cabines identiques. 1980

MAZ-7916 (1979 – 1988)
Depuis la fin des années 1970,l ‘unité UGK-2, de MAZ, conçoit un châssis de fusée MAZ-7916 (12x12) plus avancé avec une capacité de charge utile de 63 tonnes, également basé sur le MAZ-547A, mais avec porte-à-faux avant "modéré", de 3,960 mm. Pour la première fois, une cabine gauche en fibre de verre 2 places à deux portes et une cabine droite à un siège ont été montées dessus, ce qui a finalement permis à tout l'équipage du lanceur d'être à son propre travail dans un seul engin
Mais cette configuration n'était pas destinée à l'installation du système de missile Pioneer, mais devait servir uniquement de base expérimentale pour tester des idées et d ‘étudier la possibilité d'utiliser de nouveaux moteurs et unités diesel, suivie de la mise en œuvre des résultats obtenus sur le châssis à sept essieux MAZ-7917.
Le premier prototype 7916 a été construit en novembre 1979, et quatre autres châssis expérimentaux ont rapidement suivi. Tous étaient équipés d'un groupe motopropulseur V-58-7 de 710 chevaux, d'un convertisseur de couple modernisé, de la même transmission hydromécanique à 4 vitesses de la série 547, d'essieux moteurs d'une capacité de charge de 14,7 tonnes et d'un système de contrôle de la pression des pneus.
 Par rapport aux véhicules MAZ-547, le poids à vide du modèle 7916 a augmenté de 4,5 tonnes et atteint 32 tonnes, la longueur totale était de 16 320 mm (+820 mm), le rayon de braquage minimum est passé de 22 à 27 m,
La vitesse maximale sur l'autoroute était de 45 km/h Le châssis 7916 a passé avec succès les tests. Selon leurs résultats, en 1985 - 1986, 26 autres véhicules ont été assemblés, conçus pour l'installation d'équipements pour le lanceur modernisé du Pioneer-3 SRK de la nouvelle génération.
Châssis de missile de 63 tonnes MAZ-7916 avec une nouvelle cabine gauche à 2 portes. 1979
 

 

Le système de missile mobile Pioneer-III de moyenne portée (jusqu'à 7500 km) a été développé à compter de 1983 et a été monté sur un châssis MAZ-7916 spécialement préparé, converti par l'usine de Barrikady. 
Il y a eut deux versions de base expérimentales avec différents types de nouveaux missiles de 17 mètres
la version 15P655 avec un missile monobloc 15Zh55 avec une ogive thermonucléaire
La version 15P657 avec un missile 15Zh57 équipé de trois ogives multiples pouvant être ciblées individuellement.
Les premiers essais au sol du TEL ont eu lieu en mai 1985, suivis de derniers tests en 1988, qui ont reconnu le châssis 7916 comme apte à porter ce système d armes
Contrairement aux premiers systèmes, Pioneer-III était équipé d'un nouvel équipement de contrôle et avait une précision de tir accrue. La masse totale du système était de 83 tonnes, la vitesse maximale autorisée était de 40 km / h.
Il était prévu une nouvelle version plus prometteuse pour 1986-1990, avec le le Pioneer-IV encore plus avancé, mais tous ces développements ont été interrompus par la signature du traité INF en décembre 1987.
 En conséquence, tous les travaux sur les nouveaux systèmes et châssis de missiles ont été arrêtés et, jusqu'en mai 1991, plusieurs Pioneer-III expérimentaux ont été détruits avec le reste des systèmes Pioneer des premières versions.
Leur élimination consista à découper l'arrière du châssis sur une longueur de 78 cm, fin de détruire tous les mécanismes de levage et de support de la fusée, mais plus tard, il a été remplacé par un moyen plus simple, moins cher .Faire exploser des roquettes directement à l'intérieur des conteneurs de lancement.
Système de missile expérimental "Pioneer-3" sur le châssis MAZ-7916 de 710 chevaux. 1985

 

 

 
Ainsi, sans gloire s'est terminée la première ère «pionnière» du développement de systèmes de missiles stratégiques soviétiques sur châssis mobile, mais à ce moment-là, tout était prêt pour le déploiement massif de systèmes de missiles Topol fondamentalement nouveaux. À ce moment difficile pour l'usine automobile de Minsk, le châssis 7916 a été sauvé et, en 1994, dans l'entreprise MZKT, il a été converti en une version modernisée de 50 tonnes 79161 pour le montage de divers équipements militaires et civils.
CHÂSSIS MAZ-7912 et MAZ-7917
Uniques à la fois pour l'industrie automobile militaire soviétique et mondiale, des châssis semi-essieux de 63 tonnes sans traction intégrale MAZ-7912 et MAZ-7917 avec une disposition inhabituelle des roues 14x12 ont été créés et utilisés uniquement pour transporter le missile intercontinental Topol
 Avec les châssis 543 et 547, son châssis faisait également partie de la deuxième famille de véhicules militaires de l'usine automobile de Minsk et, d'un point de vue constructif, était un développement direct de la gamme 547E, avec l ajout d’un essieu Une telle solution originale avec un nombre impair de paires de roues de support a été dictée par les exigences d'une augmentation minimale du poids mort de la machine et d'une simplification de sa conception.
Le premier complexe intercontinental de sol soviétique "Topol" sur le châssis à sept essieux MAZ-7917
 
 

Les MAZ 7912 et 7917 avaient la même conception avec quatre paires de roues avant orientables dans lesquelles presque la seule nouveauté importante était le moteur polycarburant à quatre temps B-58-7 (A-38-7) V12 ( 38,9 l, 710 - 720 ch) fabriqué ChTZ, équipé d'une injection directe et d'un turbocompresseur. Ses principales différences par rapport au diesel V-38 comprennent des systèmes de refroidissement liquide d'une capacité portée à 115 litres et une lubrification combinée avec des pompes électriques de surpression et d'échappement, un réservoir d'huile chauffé et deux radiateurs à 8 sections, ainsi qu'un nouveau préchauffeur PZhD-600E avec une capacité de 55 000 kcal / h.
Il possède aussi un système de chauffage de l'unité de puissance d'une température de -40 ° C à pleine charge en 30 à 35 minutes. 
Dans le même temps, le moteur diesel V-58-7 était fourni avec le même filtre à air et le même système d'échappement, un démarrage en double et un anti-vibrateur à l'extrémité du vilebrequin.
 La nouvelle boîte de vitesses multiplicatrice avait des sorties pour entraîner un générateur électrique, des pompes hydrauliques, un compresseur et une prise de force jusqu'à 140 ch. à l'arrêt et en mouvement - 35 ch
 Le convertisseur de couple était équipé d'une activation automatique du mécanisme de verrouillage hydraulique lors du travail dans les troisième et quatrième étapes et d'un verrouillage forcé en deuxième vitesse.
 Les bogies à trois essieux moteurs avant et arrière avec différentiels transversaux sont restés les mêmes avec la seule différence dans la numérotation des essieux arrière. Dans ce cas, le couple a d'abord été fourni aux engrenages principaux traversants des essieux intermédiaires - les troisième et cinquième, puis redistribué séquentiellement aux essieux voisins - les deuxième et premier, sixième et septième.
 En plus du différentiel central symétrique dans le réducteur, un différentiel central supplémentaire du bogie avant a été monté dans le train principal du deuxième essieu. La principale nouveauté, grâce à laquelle toute la famille à sept essieux est apparue, s'est avérée être un quatrième essieu non moteur assez simple avec une course de suspension accrue de deux roues directrices unilatérales installées dans des fusées d'essieu avec roulements et résistant à une triple charge .
En général, les deux châssis avaient 25 arbres à cardan Tout en conservant l'ancienne suspension hydropneumatique indépendante de toutes les roues, les biellettes d'équilibrage hydraulique des essieux arrière voisins ont changé et comprenaient par paires les roues d'un seul côté des quatrième et cinquième, sixième et septième essieux. En plus du système de freinage pneumatique-hydraulique principal à double circuit inchangé, le freinage moteur auxiliaire a été utilisé lors de la conduite en deuxième vitesse avec un convertisseur de couple verrouillé.
 Sur les deux châssis, il y avait des roues équipés de pneus VI-178AU à 24 plis à profil large de la même taille (1600x600-685). Le système centralisé de régulation de la pression n'a pas fondamentalement changé non plus, mais sa plage a été légèrement élargie (3,0 à 4,4 kgf/cm2).
 Le temps pour réduire la pression et l'augmenter jusqu'à la valeur nominale était respectivement de 10 et 45 minutes.
 Toutes les autres unités de châssis correspondaient à la série 547 :
boîte de vitesses hydromécanique planétaire à 4 rapports avec deux marches arrière, équipement électrique 24 volts monofilaire avec les mêmes composants,
direction assistée à double effet,
freins de roue à tambour,
Châssis soudé renforcé de deux longerons
Les nouvelles machines utilisaient également des matériaux légers et résistants, notamment des tôles et des pièces moulées en titane, ce qui a permis de porter le rapport charge/poids à un niveau record de 2,2.
 Les deux véhicules avaient un certain nombre de paramètres dimensionnels et opérationnels identiques et étaient équipées de deux réservoirs de carburant de capacités différentes. Un équipement électrique mono filaire 24 volts avec les mêmes composants, surpresseur hydraulique double effet, des freins de roue à tambour, un châssis soudé renforcé de deux longerons longitudinaux. Les nouvelles machines utilisaient également des matériaux légers et résistants, notamment des tôles et des pièces moulées en titane, ce qui a permis de porter le rapport charge/poids à un niveau record de 2,2. Les deux voitures avaient un certain nombre de paramètres dimensionnels et opérationnels identiques et étaient équipées de deux réservoirs de carburant de capacités différentes. équipement électrique monofilaire 24 volts avec les mêmes composants, surpresseur hydraulique double effet, freins de roue à tambour, châssis soudé renforcé de deux longerons longitudinaux.
 La garde au sol est de 0,475 m et la vitesse maximale de 40 km / h n'ont pas non plus changé, mais le rayon de braquage minimum a atteint 27 m. La consommation de carburant de contrôle des deux châssis était au niveau de 200 l aux 100 km .Ils sont aptes à fonctionner dans des conditions climatiques extrêmes et l'altitude de travail à court terme dans les zones montagneuses est passée à 2000 m au-dessus du niveau de la mer. Les engins peuvent passer un gué de 1,1 mètre, des pentes longitudinales de 10 degrés et des pentes de 5 degrés,Le moteur est garanti 500 heures de fonctionnement, et sa durée de vie et stockage est de 10 ans.
MAZ-7912 (1977 – 1985)
Les travaux sur le premier châssis à sept essieux MAZ-7912 (14x12), unique dans l'histoire soviétique, ont été lancés en juillet 1976
Le prototype est déjà apparu en 1977 et a été testé sur le site d'essai de l'usine. En 1979, la production en série du MAZ 7912 a commencé, et les engins finis ont ensuite été livrées à l'usine de Barrikady pour être équipées d'équipements pour les premières versions du système de missiles Topol
Pour la première fois, un moteur B-58-7 de 710 chevaux avec des systèmes de lubrification, de refroidissement et de chauffage améliorés et un essieu commandé non entraîné moyen est monté sur ce châssis. Toutes les autres unités et assemblages sont restés les mêmes avec des améliorations mineures, principalement associées à l'introduction d'une autre paire de roues.
 Comme sur le MAZ 547B, deux cabines séparées en fibre de verre monoplace à porte unique ont été montées sur le nouveau châssis: celle de gauche pour le conducteur sur le porte-à-faux avant du châssis et celle de droite surélevée pour le commandant d'équipage. Dans le même temps, le pare-chocs avant avec deux boîtiers encadrés de dispositifs d'éclairage avait une section en porte-à-faux droite pliante, qui dans certains cas était montée sur un support pivotant.
Châssis MAZ-7912 (14x12) avec moteur V12 multicarburant et différentes cabines. 1979

Le poids à vide du châssis MAZ-7912 était de 31,5 tonnes, soit 4 tonnes de plus que pour la série 547 et ses dimensions hors tout sont de17,200x3,390x2,980 mm, la longueur du porte-à-faux avant a été réduite à 2740 mm.
La vitesse moyenne de déplacement à pleine charge sur les routes goudronnées et les routes non goudronnées variait de 21 à 27 km / h,et en TT de 9 à 11 km / h.
Le volume total de carburant dans deux réservoirs de carburant identiques d'une capacité de 450 litres chacun offrait une autonomie de 440 km, la consommation de l'ordre de 310 à 410 litres aux 100 km. Malgré l'allongement de la voiture, son rayon de braquage minimum est resté au niveau de 22 m. Jusqu'en 1985, environ 100 châssis MAZ-7912 ont été assemblés.
MAZ-7917 (1984 - 1992)
Le véhicule MAZ-7917, mieux connu comme étant le châssis de base du lanceur de la série Topol
Il a été le premier véritable fruit du travail de l'UGK-2 sous la direction de V. E. Chvyalev pour améliorer les véhicules précédemment créés pour cela.
L'ancien châssis 7912, comme sa version de base 547B, n'était pas adapté pour son équipage Ce problème a été résolu en 1979 avec le MAZ-7916 à six essieux avec un porte-à-faux avant de 4 mètres, ce qui a permis d'y installer des cabines pour tous les membres d'équipage. C'est ce véhicule expérimental, également créé sur la base de la série 547, qui était le prédécesseur direct du châssis MAZ-7917, qui était complètement unifié avec le modèle 7912 dans sa conception générale.
 Les travaux ont commencé en 1982, le premier prototype est apparu en 1984 et un an plus tard est entré en production de masse, remplaçant la version 7912. pour le conducteur et le commandant et le siège unique droit pour l'opérateur, qui étaient accompagnés d'un pare-chocs "normal" avec des blocs lumineux intégrés et un dispositif de remorquage. 
Sa principale nouveauté et sa caractéristique distinctive étaient deux cabines séparées en fibre de verre identique avec les mêmes pentes latérales inclinées du toit - la gauche à deux portes 2 places pour le conducteur et le commandant et la droite simple pour l'opérateur,
Châssis MAZ-7917 à sept essieux de 710 chevaux pour la version série du Topol PGRK. 1985
 

Toutes ces innovations se sont immédiatement traduites par une légère détérioration des principales performances
Le poids à vide du châssis 7917 a augmenté de 1 t (jusqu'à 32,5 t), la longueur totale - de 1,5 m (jusqu'à 18 710 mm), le rayon de braquage a atteint 27 m, mais la hauteur de la cabine a été réduite à 2570 mm. La vitesse a été augmentée avec 18 à 32 km/h, sur route et 11-13 km/h en TT
 Le châssis était équipé de deux réservoirs de carburant différents d'une capacité de 395 et 450 litres, offrant une autonomie de 413 km. La consommation de carburant en fonctionnement était de 265 à 365 litres aux 100 km. Au total, 402 châssis MAZ-7917 ont été assemblés pour les besoins des forces de missiles stratégiques.
Complexe de fusées "Topol" (1984 – 1992)
Le développement du Missile stratégique intercontinental "Topol" a commencé conformément au décret secret du Conseil des ministres du 19 juillet 1976. Après cela, l'usine automobile de Minsk a immédiatement commencé à développer un châssis MAZ-7912 prometteur avec deux vérins arrière et deux vérins latéraux entre les deuxième et troisième essieux. Dans le même temps, la conception du premier lanceur 15U128.1 a commencé à l'usine de Barrikady, capable d'effectuer des missions de combat autonomes lors de déplacements sur des routes non pavées et de lancer des missiles à la fois depuis un emplacement caché et depuis n'importe quel point de la route. 
En février 1983, les lancements d'essais du nouveau missile balistique monobloc RT-2PM (15Zh58) de quatrième génération (en vertu d'accords internationaux - RS-12M) ont commencé sur le terrain d'entraînement de Plesetsk. Le premier SPU, développé au Central Design Bureau de l'usine de Barrikady sous la direction de V. M. Sobolev et V. A. Shurygin, a été construit à l'automne 1984. Les lancements à partir de celui-ci ont commencé en décembre et déjà le 23 juillet 1985, elle a pris ses fonctions de combat dans le cadre du système de missile expérimental 15P158.1. Il portait le symbole "Topol-T" et était une version de transition du système Pioneer à la future série Topol
 Entre-temps, jusqu'à la fin de 1987, tous ses composants ont subi de longs tests, champs de tir et améliorations. Au cours de ces travaux et de cette phase de tests, non seulement les systèmes du châssis, d’ arme mais également la composition générale et la structure organisationnelle de l'ensemble du complexe a été testé et le 23 juillet 1985, ce système a été déclaré opérationnel dans le cadre d'un système de missile expérimental 15P158.1 sous le nom de Topol-T qui est une version de transition du système Pioneer à vers la version de série du Topol
Lanceur 15U128.1 du premier complexe 15P158.1 "Topol-T" basé sur MAZ-7912. 1985


Depuis 1987, le système de missile 15P158 Topol modifié et testé, qui est devenu le système de missile soviétique le plus performant et le plus efficace, basé sur le nouveau châssis MAZ-7917.
Le MAZ transporte un container 15U168 modernisé pour un missile intercontinental à propergol solide à trois étages 15Zh58 d'un diamètre de 1,8 m et d'une longueur de 20,5 m, capable de toucher des cibles ennemies à des distances allant jusqu'à 10,5 mille km. Les tests ont eu lieu jusqu'à la fin de 1988 et le 1er décembre de la même année, c'est-à-dire peu de temps après la signature du traité sur l'élimination du traité INF, le complexe Topol a été officiellement adopté par les forces de missiles stratégiques. Il a été présenté publiquement pour la première fois lors d'un défilé militaire sur la Place Rouge le 7 novembre 1990. Le déploiement de ce système s'est poursuivi jusqu'en 1992.
Avec ce missile le châssis MAZ-7917 est équipé de quatre supports hydrauliques avec un système d'abaissement accéléré au sol, ce qui a permis de réduire l'ensemble du processus de déploiement du déplacement au combat à deux minutes.
Le missile 15Zh58 d'un poids au lancement de 45,1 tonnes et d'une ogive thermonucléaire monobloc d'une tonne d'une capacité de 0,55 Mt a été placé dans un conteneur scellé d'un diamètre de 2,0 m et d'une longueur de 22,3 m.La flèche motorisée, le soulevet en position de départ verticale à l'aide d'un seul vérin hydraulique alimenté par une pompe hydraulique entraînée par le moteur du véhicule de base
Un accumulateur de pression de poudre a également été utilisé pour expluser le capuchon de protection supérieur du TPK et pour pré-éjecter la fusée à basse altitude, après quoi le moteur principal de son premier étage a été lancé. 
Le TEL comprent des systèmes de contrôle de combat et de survie, des communications, de la navigation, un contrôle de la température et de l'humidité
De plus l'installation du châssis se fait dans une position strictement horizontale et une protection contre les armes de destruction massive est montée en série
L'autonomie et la viabilité sont assurées par son propre système d'alimentation électrique à partir d'une centrale diesel à courant alternatif d'une capacité de 16 kW. La masse du lanceur sans conteneur était de 52,9 tonnes, le lanceur complet - 105,1 tonnes Ses dimensions hors tout sont de 19 ,520x3,850x3,000 mm, longueur avec conteneur - 22 303 mm, hauteur - 4500 mm. 
La vitesse de déplacement du TEL est de 40 km / h, pour une autonomie d'un véhicule en condition de combat était de 400 km. 
Dans les complexes de Topol, un Rvehicule raviatilleur automoteur à sept essieux a été utilisé pour le rechargement horizontal de TEL Il est, équipé de moyens de mise à niveau et d'accostage des deux machines.
 À la fin de 1996, il y avait 360 complexes Topol dans les forces de missiles stratégiques de l'armée russe. En 2002, leur nombre a été réduit à 330 unités et, en juillet 2006, 243 unités étaient en état d'alerte. Les 9 mai 2008 et 2009, ces complexes ont de nouveau été présentés lors de défilés militaires à Moscou

Lanceur 15U168 série PGRK 15P158 "Topol" sur le châssis MAZ-7917. 1988

 

 Le complexe Topol comprend aussi un véhicule ravitailleur sur le châssis MAZ-7917 sans vérins, qui ne portait pas de système de missile.
Il est identique au véhicule d'escorte 15T316, initialement créé pour le Pioneer SRK, à sept essieux.
 Un nouveau véhicule du complexe est le 15T382 équipée d'un long réservoir cylindrique en acier, pour lequel il était familièrement surnommé "tuyau". En été, de l'eau ordinaire était versée dans ses trois cols et en hiver, du sable était versé, ce qui servait à amener la masse totale du véhicule à une valeur correspondant au poids total de TEL en ordre de combat
Derrière le réservoir se trouvait un compartiment pour le transport de pièces de rechange et d'accessoires, semblable à la cabine de contrôle d'un pétrolier.
Un tuyau en acier d'un attelage rigide était fixé en dessous et une imitation de chaîne de mise à la terre de la machine était accrochée à l'extrémité arrière du châssis. Des deux côtés du "tuyau", il y avait des plates-formes de travail longitudinales avec des garde-corps et des escaliers. Le but principal de l'unité 15T382 était la formation pratique des conducteurs et la formation des équipages de combat de véritables lance-roquettes, ainsi que d’assurer des travaux de maintenance ou de réparation et de remorquage de lanceurs et d'autres véhicules lourds se déplaçant dans des colonnes d'escorte. À cette fin, le châssis était en outre équipé d'un treuil et de prises pour alimenter le système de freinage et la direction assistée des véhicules remorqués. Dimensions hors tout de l'unité - 23 030x3385x4350 mm, poids brut - 103,8 tonnes.
L'unité polyvalente de soutien au combat complexe 15Т382 "Topol"
 

UNE FAMILLE DE CHÂSSIS MULTI-ESSIEUX SUPER-LOURDS
Avec l'avènement de nouveaux missiles intercontinentaux lourds aux États-Unis depuis la fin des années 1970, l'URSS a activement recherché et développé ses propres systèmes de missiles de représailles encore plus puissants et des véhicules à traction intégrale multi-essieux très mobiles avec une capacité de charge utile ultra-élevée. pour leur transport au sol et leur lancement à partir de positions non équipées. Les principes automobiles traditionnels pour créer de tels véhicules tout-terrain lourds ne leur convenaient plus, et les capacités des moteurs diesel automobiles et de réservoir connus à l'époque étaient déjà épuisées. La création de schémas d'aménagement fondamentalement nouveaux et l'élaboration de recommandations sur la conception générale de ces équipements ont été réalisées par le 13e département du 21e Institut de recherche dans le cadre de ses thèmes de recherche "Mouvement", "Vague", "Potasse", "Tuzhurka", "Autorally" et autres.

Pour la première fois dans les années 1960, l'idée de créer des véhicules spéciaux pour livrer des missiles balistiques et des engins spatiaux directement sur les sites de lancement du cosmodrome de Baïkonour a été exprimée par le légendaire concepteur de fusées et de technologies spatiales S.P. Korolev dans les années 1960. À cette époque, l'usine automobile de Moscou a commencé à développer un transporteur automoteur ZIL-135MSh de 100 tonnes avec 32 roues motrices électriques, mais par la suite, la mise en œuvre d'une idée aussi complexe et coûteuse a dû être abandonnée. Encore une fois, les concepteurs de MAZ se sont tournés vers elle au début des années 1980. L'inspirateur idéologique de l'incarnation d'idées fantastiques sur des machines multi-essieux super-lourdes uniques en métal était le concepteur en chef B. L. Shaposhnik, mais leur étude détaillée dans le plus grand secret a été réalisée par l'équipe UGK-2 sous la direction de son 1er adjoint ,

En réponse à la création aux États-Unis du missile intercontinental MX d'un poids de lancement de 88 tonnes, le bureau de conception ukrainien Yuzhnoye a développé un missile balistique encore plus puissant RT-23 avec un poids au combat de plus de 100 tonnes et plusieurs ogives nucléaires multiples avec une autonomie estimée à 10 000 km. Les principales options étaient les mines 15ZH60 et 15ZH61 du complexe ferroviaire Molodets, dont le développement était une fusée pour le système de roues pneumatiques Tselina. Pour installer le lanceur de ce complexe au début des années 1980 à Minsk, le premier châssis géant bimoteur à six essieux MAZ-7904 (12x12) d'une capacité de charge de 220 tonnes a été créé, ce qui en pratique ne justifiait pas les espoirs placés sur ce. Un peu plus tard, un projet est apparu pour un système de missile mobile prometteur 15P162 "Tselina-2" avec un lanceur autonome 15U157 de l'usine de Barrikady et un missile intercontinental à trois étages modernisé RT-23 UTTKh (15Zh62) d'un diamètre de 2,4 m, une longueur de 23,3 m et une masse au lancement de 104,5 tonnes, dont les étages fonctionnaient aux combustibles liquides et solides. Il était monté dans le TPK, unifié avec des missiles de deux autres types de base et équipé d'une ogive de 4 tonnes avec 10 ogives nucléaires séparatrices d'une capacité de ciblage individuelle de 550 kt chacune et d'un système pour surmonter la défense antimissile de l'ennemi. Des recommandations préliminaires sur la conception générale de transporteurs tout-terrain spéciaux de 150 tonnes pour l'installation du transport et des lanceurs du système Tselina-2 ont été élaborées dans 21 instituts de recherche dans le cadre du sujet de recherche Tuzhurka. Sur leur base, MAZ a conçu et construit deux prototypes de châssis top secret - le 7906 à huit essieux (16x16) et la version 7907 articulée à 12 essieux la plus originale avec une disposition de roues 24x24 unique. Ces machines étaient censées être utilisées comme lanceurs et véhicules autonomes des nouveaux SRK soviétiques, capables de remplir leurs fonctions dans les régions steppiques et désertiques les plus reculées et les moins peuplées en l'absence de routes, de bases de ravitaillement et de réparation dans des conditions climatiques et de température extrêmes. et avec une forte teneur en poussière de l'air ambiant. Par la suite, certaines de ces solutions ont été utilisées sur de nouveaux porteurs de fusées terrestres à plusieurs essieux, bien qu'en général toutes ces supergéantes, pour diverses raisons, n'aient fait l'objet d'aucun développement ultérieur.

Seul un cercle restreint de militaires, de concepteurs et de testeurs connaissait l'existence de tels systèmes top-secrets. Et lorsque la publicité omnisciente a inondé le pays, une légende distrayante sur leur utilisation à Baïkonour comme transporteurs de grandes pièces et de blocs du système spatial Energia-Bourane a longtemps été fixée derrière ces machines. Et bien que tous les châssis super-lourds n'aient été que l'incarnation des fantasmes débridés de leurs créateurs, et se soient avérés en pratique incapables de remplir les tâches qui leur étaient assignées, ils n'ont toujours pas d'égal dans le monde en termes d'originalité et d'ingéniosité de conception, puissance, dimensions et capacité de charge. Jusqu'à présent, ils sont suivis par l'image des véhicules militaires à roues automoteurs domestiques les plus insolites, les plus lourds et les plus chers, dont la création dans les conditions de la "guerre froide" ne pouvait se permettre que le grand pays des Soviets. Malgré des erreurs et des lacunes dans l'agencement et la conception d'ensemble, une grande complexité, un encombrement, une faible efficacité, une inadéquation au service réel et une inutilité pratique, ces créations uniques ont une fois de plus, pour la dernière fois, prouvé la puissance du complexe militaro-industriel soviétique, le L'industrie automobile de l'URSS et le talent collectif de designers capables de dépasser pendant une courte période le niveau mondial notoire.

MAZ-7904 (1983 - 1984)
Il s'agit de la version bimoteur à six essieux tout-terrain d'une puissance totale de 1830 ch. avec deux cabines 2 places à deux portes placées sur le porte-à-faux avant du châssis, il était équipé de trois bogies à deux essieux avec 12 énormes roues motrices d'un diamètre de 2,8 m taille pour un poids de 220 tonnes.
Le vehicule devait transporter l'équipement du transport et du lanceur du premier système de missiles Tselina. Le développement du MAZ-7904 a commencé conformément à l'arrêté du ministre de l'Industrie automobile de l'URSS du 19 février 1980, et la version principale de son application a longtemps été présentée comme le transport de cargaisons volumineuses indivisibles pour l'espace de nouvelle génération fusées.
Le moteurs etait situé devant entre les cabines. Il entraînait deux transmissions hydromécaniques à 4 rapports avec deux marches arrière, montées sur un puissant châssis porteur soudé entre le premier et le deuxième essieux du bogie avant. 
À partir d'eux, le couple a été fourni aux trois essieux avant et trois essieux arrière, et pour le synchronisme de leur fonctionnement, des boîtes de vitesses d'adaptation et de sommation ont été introduites dans la transmission.
 Les quatre roues avant et arrière étaient contrôlées, tournant de manière synchrone dans différentes directions au moyen de mécanismes de direction avec servomoteurs hydrauliques. Chaque roue était suspendue à une suspension hydropneumatique et chaque paire de roues des côtés droit et gauche était équipée de biellettes d'équilibrage hydrauliques, ce qui permettait de modifier la hauteur du châssis porteur. 
Ils ont monté d'énormes pneus de 51 pouces mesurant 3180x1010-1295 (36, 00 - 51) fabriqué par la société japonaise Bridgestone.
Pour entraîner les pompes hydrauliques, les générateurs électriques, les ventilateurs du système de refroidissement, les compresseurs pneumatiques haute et basse pression,
Un deuxième moteur YaMZ-238F V8 turbocompressé de 330 chevaux a été aussi testé
Le châssis avait un poids à vide de 140 tonnes et un poids total de 360 ​​tonnes.
Sa longueur totale atteignait 32,2 m, sa largeur - 6,8 m, sa hauteur de cabine - 3,45 m. La voie intégrale - 5,4 m, la garde au sol sous les éléments de suspension était de 0,480 mm et n'était que de 5 mm de plus que les machines de la série 547, mais le rayon de braquage est passé à 50 m.
Châssis bimoteur de 220 tonnes MAZ-7904 (12x12) pour le système de missiles Tselina. 1983

L'assemblage du MAZ-7904 construit à un seul exemplaiere a été réalisé dans l'atelier expérimental n ° 2 et s'est achevé en juin 1983. 
Ses tests de rodage et d'usine n'ont eu lieu que la nuit et en accord avec les militaires, qui ont fixé le calendrier de travail exact lorsque les satellites ennemis ne survolaient pas cette portion de territoire
 Après la fin du cycle d'essai avec un kilométrage de 547 km, le véhicule a été démontée et chargée sur une plate-forme de remorque spéciale à 12 essieux de 120 tonnes, sur laquelle elle est arrivée à Baïkonour en janvier 1984
 En février, de nouveaux essais débutent dans la steppe kazakhe, au cours desquels le châssis parcourt une distance de 4100 km et atteint une vitesse maximale de 27 km/h. C'est ici que son principal défaut fatal a été découvert - une pression spécifique trop élevée sur la surface d'appui, en raison de la masse axiale gigantesque de la machine en configuration de combat ( 60 tonnes) et d'une charge énorme sur chaque roue (30 tonnes ) De plus, dans le cadre de la révision des objectifs stratégiques pour l'utilisation du système de missiles Tselina, la conception d'un nouveau complexe Tselina-2 avec le missile RT-23 UTTKh a été lancée. En conséquence, tous les travaux sur le sujet 7904 ont été arrêtés, et en même temps l'assemblage du deuxième échantillon mais en même temps, un nouveau châssis de fusée à plusieurs essieux encore plus original avec une pression spécifique réduite est construit.

MAZ-7906 (1984 – 1987)
Le développement du deuxième super châssis léger à huit essieux de 150 tonnes MAZ-7906 (16x16) a commencé le 23 mars 1983, s
Le premier MAZ 7906 a été assemblé fin juin 1984 et est entré en tests d'acceptation, avant la fin de l'année, il a été suivi par la deuxième machine.
De l'extérieur, le nouveau châssis ressemblait à une variante du premier modèle 7904 allongé d'un bogie à deux essieux, mais en fait il était moins puissant et moins porteur, une machine plus courte et généralement plus modeste avec des roues de diamètre "normal" et quatre essieux directeurs avant.
Sur le porte-à-faux avant du châssis se trouvaient deux cabines à une porte 2 places allongées séparées, et dans le compartiment moteur situé derrière eux se trouvait l'ancien Moteur diesel Marine M-351 de 1500 chevaux. Toutes les roues étaient équipées de pneus Tubeless à profil large de 1980x750-737 avec une pression interne constante (4 kgf/cm2). 
Sinon, la conception générale de la machine correspondait à la MAZ-7904 avec deux transmissions hydromécaniques à 4 vitesses avec leurs propres boîtes de vitesses avec prises de force supplémentaires pour les équipements auxiliaires, une suspension hydropneumatique individuelle avec des biellettes d'équilibrage par paires sur les côtés et des engrenages de direction assistée .
Au total, ce modèle disposait de 45 arbres à cardan de tous types d'entraînement. Par rapport à son prédécesseur, le poids à vide a été réduit à 68,3 tonnes, le poids brut était d'environ 220 tonnes, la longueur totale a été réduite à 26 293 mm, largeur - 4850 mm, hauteur - 3760 mm. En tant que TEL sa longueur est de 28 m, hauteur - jusqu'à 5,5 m.La vitesse maximale indiquée dans les tests est de 30 km / h. Dans le même temps, le rayon de braquage n'était que de 30 m, mais la charge sur un pont de 27,5 tonnes ne satisfaisait toujours pas les militaires.
Châssis spécial de 150 tonnes MAZ-7906 (16x16) pour le complexe Tselina-2. 1984
 

 



Le développement du châssis 7906 a été réalisé simultanément avec la création d’un autre véhicule tout-terrain automoteur de 150 tonnes le MAZ-7907, et les deux véhicules ont été testés conjointement pour déterminer leurs avantages et inconvénients mutuels.
 Sur chaqu un l'usine de Barrikady a monté une gueuse qui imitait le lanceur 15U157 du système de missiles 15P162 Tselina-2 avec le missile balistique intercontinental RT-23 UTTKh (15Zh62).
En mars 1986, le châssis 7906 avec une maquette de Container de missile subit des tests comparatifs dans la région de Kalinin, où un système similaire basé sur le 7907 a ensuite été reçu, le châssis n'a pas été approuvé.
MAZ-7907 (1985 - 1987)
C ‘est le véhicule militaire soviétique le plus original, le plus progressif et le "plus multi-essieux" En effet le MAZ-7907 est un 24x24 soit 12 essieux avec une transmission électromécanique TE-660-24, qui n'avait pas d'analogues à l’étranger,
C ‘etait un véhicule à 12 essieux à profil bas à deux bras. plate-forme propulsée d'une capacité de charge de 150 tonnes, placée sur deux bogies à six essieux avec 24 roues motrices
Les travaux ont également commencé en mars 1983, le premier prototype était prêt en mars 1985, le suivant - au deuxième trimestre de la même année. Contrairement aux deux châssis précédents, le Moteur du MAZ-7907 était une turbine à gaz GTD-1000TFM d'une puissance nominale de 1200 ch, montée sur la console avant d'un cadre de longeron de 5620 mm de long sous une cabine spéciale 3 places avec trois pare-brise,Celle ci était NRBC et climatisée
Le moteur n'entraînait que le générateur de courant alternatif VSG-625, à partir duquel l'électricité était fournie aux unités de transmission et à 24 moteurs de traction synchrones de 30 kilowatts DST-180-6 avec un système de contrôle de fréquence avec convertisseurs à thyristor et refroidissement air-huile, monté à l'intérieur du châssis de la machine. Les boîtiers électriques et les refroidisseurs d'huile étaient placés dans deux boîtiers parallèles situés longitudinalement à l'arrière du châssis. Tous les équipements électriques ont également été développés et assemblés par l'Institut Novosibirsk

 La partie mécanique de la transmission se composait d'une boîte de vitesses d'adaptation et de réduction, d'une prise de force, d'engrenages angulaires et de roues, de nombreux arbres de transmission et de transmission de roues. La deuxième caractéristique de conception était la partie de montage inhabituellement longue du cadre, qui, lorsqu'elle se déplaçait même sur des pistes assez plates, pouvait se plier et s'affaisser. Pour éviter cela, il a été coupé en deux tronçons de six essieux de longueur égale et une simple charnière horizontale a été installée entre eux sur des roulements à un degré de liberté. Cela permettait aux deux parties de la machine de se déplacer l'une par rapport à l'autre uniquement dans le plan vertical longitudinal sous un angle allant jusqu'à 8 ° et protégé le cadre avec une superstructure spéciale contre les surcharges et les dommages. Ce système n'avait pas les fonctions de direction traditionnelles des véhicules articulés. Pour changer le sens du mouvement, seuls quatre essieux moteurs avant et quatre arrière avec des roues déviées de manière synchrone dans différentes directions à un certain angle, en fonction de leur emplacement, ont servi.
 Une suspension hydropneumatique individuelle avec équilibreurs latéraux par paires correspondait à la machine 7906.
Toutes les roues étaient équipées de pneus à chambre à air à profil large VI-207 d'une taille très modeste 1660x670-685 avec une pression interne constante (3,5 kgf / cm2). Le poids à vide du véhicule atteint 65,8 tonnes.Les bases des bogies avant et arrière sont de 9065 et 9220 mm avec des distances inégales entre les essieux des roues adjacentes (1750, 1800 ou 1855 mm).
Ses dimensions sont Longueur 28 187 mm, largeur - 4690 mm, hauteur avec les climatiseurs sur la cabine - 4450 mm. La voie de toutes les roues est de 3330 mm, la garde au sol maximale est de 0,485 mm. La longueur en version TEL est de 32 m, et sa hauteur peut aller jusqu'à 5,6 m.
Le rayon de braquage a diminué à 27 m.La vitesse maximale sur des surfaces dures et lisses est de 40 km / h. m

 

Châssis articulé MAZ-7907 (24x24) avec un moteur à turbine à gaz de 1200 chevaux et une transmission électrique. 1985
Le châssis unique MAZ-7907 pour le complexe intercontinental Tselina-2 avec le missile RT-23 UTTKh
 

 

Après les essais en usine, le châssis 7907 a été envoyé à Volgograd, où l'usine de Barrikady y a monté un prototype global du lanceur 15U157 du complexe 15P162 Tselina-2, qui, avec un système similaire basé sur le MAZ-7906, qui depuis septembre 1986, dans le plus grand secret, a passé des tests de fonctionnement comparatifs dans la région de Kalinin sur des tronçons spéciaux de routes publiques. Pour des raisons d'aménagement, le TEL avec la fusée devait être surélevé au-dessus du niveau du châssis, et pour passer sous les ponts, un système de contrôle de la hauteur des conteneurs a été ajouté au châssis. Jusqu'en septembre 1987,il va parcourir 2054 km,


Selon les résultats de tous les tests, les principaux inconvénients du châssis 7907 étaient de faibles performances et une faible efficacité de la transmission électrique, une mauvaise adhérence sur des sols à faible capacité portante, une charge axiale accrue (18,5 tonnes) et une dynamique d'accélération insuffisante.
Malgré cela les conclusions finales de la commission, recommande le MAZ-7907 car il présentait des avantages significatifs par rapport au modèle 7906 en termes de charge par essieu, de maniabilité, d'une meilleure insonorisation de la cabine, facilite de construction et capacité de survie accrue grâce au maintien de la mobilité en cas de dommages à l'entraînement de huit roues à la fois .

Missile Tselina


Mais bientôt avec la perestroïka les travaux sur un projet très prometteur "Tselina" ont été arrêtés. Tous ces transporteurs uniques n'ont jamais été destinés à devenir les légendaires porte-missiles soviétiques ou à jouer un rôle quelconque dans l'augmentation de la puissance des forces stratégiques soviétiques, qui à cette époque étaient également considérées comme totalement inutiles.
CHÂSSIS À HUIT ESSIEUX MAZ-7922 et MAZ-7923
Les derniers véhicules sorti des usines MAZ de l'époque soviétique ont été les châssis expérimentaux à huit essieux MAZ-7922 et MAZ-7923 (16x16) développés sous la direction de V. E. Chvyalev et n'avait pas non plus d'analogues étrangers. Ils ont été fabriqués sur la base de la machine 7917 en remplaçant l'essieu non moteur central par un bogie moteur à deux essieux et étaient destinés à installer le futur Topol-M PGRK
 Son histoire a commencé en septembre 1989, lorsque le gouvernement soviétique a décidé de créer un nouveau système de missiles intercontinentaux en versions mobile et silo. Pour eux, il était censé utiliser un missile balistique universel à trois étages à propergol solide RT-2PM2 d'une longueur d'environ 23 m, à partir de laquelle l'ensemble du complexe s'appelait initialement "Universal". Il aurait été équipé de 10 ogives multiples différentes, dont des ogives thermonucléaires d'une capacité de 0,55 Mt, et était logé dans un container étanche d'un diamètre de 2050 mm.
Entre 1987et 1990 , deux châssis expérimentaux de 80 tonnes 7922 et 7923 avec systèmes de contrôle embarqués pour le fonctionnement des unités principales, ont été développés
Les deux étaient destinés à transporter des superstructures spéciales de missiles avec une masse totale de SPU jusqu'à 125 tonnes et différaient structurellement les unes des autres par le type d'unité de puissance et le type de transmission.
 Ils ont utilisé de nombreuses recherches scientifiques originales antérieures et des conceptions de machines à plusieurs essieux en série, ainsi que des développements récents sur le modèle MAZ-547E et le complexe Tselina.
En conséquence, sur le nouveau châssis, avec la distance entre les centres des essieux extérieurs portée à 13,5 m, les empattements de quatre bogies à deux essieux étaient de 1750 et 1800 mm, et les distances entre eux n'étaient pas non plus uniformes et variaient de 1800 à 2400 mm. Contrairement aux machines précédentes, les roues des trois essieux avant et des trois essieux arrière étaient orientables, déviant dans des directions différentes et permettant d'augmenter considérablement la maniabilité du convoyeur de 20 mètres. Les anciennes unités et assemblages comprenaient un cadre soudé combiné renforcé, des roues simples sur une suspension hydropneumatique individuelle indépendante avec des hydrobalances embarqués appariés, des pneus à profil large VI-178AU (1600x600 - 685) avec une pression interne réglable et deux cabines en fibre de verre avancées du modèle 7917 - gauche deux portes 2 places et droite simple. La garde au sol pour les deux options était de 475 mm, rayon de braquage - 18,5 m, vitesse maximale - 40 km / h, profondeur de gué - 1,1 m.
Le MAZ-7922 de base était connu sous la désignation de code "Zubr", est assemblé en février 1990 .C’était t un développement direct du châssis 7917 équipée d'un nouveau moteur diesel YaMZ-8401 V12 (25,9 l., 780 ch) avec un turbocompresseur et la même transmission hydromécanique à 4 vitesses avec deux marches arrière. Il avait un poids à vide de 39 tonnes et une autonomie de 400 km.
La deuxième version plus originale 7923 avec le code Bizon, apparue fin 1990, a été unifiée avec le modèle 7922 en termes de châssis, mais en termes de base globale, elle est devenue un développement des machines 547E et 7907 précédemment créées avec turbines à gaz et transmissions électriques.
Il utilisait une transmission électromécanique modernisée TE-700-16 avec contrôle de fréquence, qui consistait en un moteur de réservoir à turbine à gaz compact GTD-1000A d'une puissance de 1000 ch. (à partir de 547E) et le groupe électrogène VSG-625M amélioré (à partir de 7907). 
De là, de l'électricité avec une tension de 380 V et une fréquence de 1200 Hz a été fournie aux moteurs de traction synchrones DKM-180-63 (moteurs-roues électriques) d'une puissance de 30 kW, entièrement refroidis à l'huile, intégrés dans les moyeux de toutes les 16 roues motrices avec engrenages planétaires
Mais ce châssis présentait à nouveau tous les défauts antérieurs inhérents aux machines à transmissions électriques : complexité, poids mort accru, faible fiabilité des équipements électriques et des systèmes de contrôle imparfaits

 

Châssis de missile MAZ-7922 "Zubr" (16x16) avec un moteur diesel V12 de 780 chevaux lors d'un Salon en 1992
Châssis alternatif MAZ-7923 "Bizon" avec un moteur à turbine à gaz de 1000 chevaux et une transmission électrique. 1990
 
 

Les châssis 7922 et 7923, créés sur ordre du ministère de la Défense de l'URSS, n'ont passé que des tests en usine et ont été ensuite abondonnés car, aucun financement supplémentaire pour ce projet n'existait plus;De plus, avec l'effondrement de l'Union soviétique, l'Ukraine est devenue indépendante, ce qui a conduit au gel de travaux prometteurs dans le domaine de la technologie des fusées, mais la République du Bélarus s'est déclarée prête à poursuivre la coopération militaro-technique,
 En mars 1992, il a été décidé de créer un nouveau missile entièrement russe pour les forces de missiles stratégiques. La même année, le châssis 7922 a été livré à Bronnitsy et présenté aux plus hauts dirigeants militaires du terrain d'entraînement 21 NIII,
Un an avant ces événements, tous les travaux sur la deuxième machine 7923 ont été arrêtés.
 Avec la signature du décret du président de la Fédération de Russie le 27 février 1993, les travaux à grande échelle ont commencé sur le système de missile terrestre mobile le plus avancé 15P165 "Topol-M" de portée intercontinentale, remplaçant le système "Universal "
C ‘est un missile balistique monobloc modernisé RT-2PM2 (15Zh65 ou RS-12M2) d'une masse au lancement de 47,1 tonnes, d'une portée de vol de 11 000 km et d'une précision de 350 m, développé au MIT Institute et unifié avec le Bulava missile pour sous-marins nucléaires.
 La question du choix d'un châssis pour recevoir ce missile était déjà connu
 Compte tenu de l'unification maximale du modèle 7922 avec la machine 7917 déjà éprouvée et maîtrisée, les militaires lui ont donné la préférence avec des recommandations d'augmentation de puissance et l'introduction de modifications mineures de l'équipement électrique et de certaines dimensions de base. Ainsi, en 1995, le MAZ-7922 modifié s'est transformé en un châssis MAZ-79221 modernisé avec un nouveau moteur multicarburant YaMZ-847.10 d'une puissance de 800 ch.
La mise en production de cette machine et le nouveau PGRK en service de combat ont été précédés de longues et difficiles années de restauration de l'industrie russe de tests de systèmes expérimentaux et d'une révision radicale de l'ensemble de la doctrine militaire stratégique de la nouvelle Russie.
Les tests du Topol-M PGRK sur le châssis 79221 ont commencé en septembre 2000, immédiatement après la signature du décret du président de la Fédération de Russie V.V. Poutine sur la mise en service
En 2003, après un nouvel ajustement des priorités militaires de la Russie, une décision importante a été prise de donner aux complexes Topol-M le statut de principal potentiel nucléaire du pays et les armes russes les plus avancées du 21e siècle.
 La mise en service du Topol n'a commencé qu'en 2006. En 2008, il y avait six systèmes mobiles Topol-M dans les forces de missiles stratégiques, et à la fin de 2010, leur nombre était passé à 18. il était censé mettre en service jusqu'à 80 complexes mobiles Topol-M. Cependant, en 2010, lors de la prochaine réorganisation des forces armées, il a été décidé de les remplacer par un système de missiles Yars plus avancé à ogives multiples.
L'effondrement de l'URSS a causé d'énormes dégâts à la production militaire de l'usine automobile de Minsk qui a été rebaptisée MZKT :


Dans un premier temps, elle a perdu la quasi-totalité de ses principales commandes militaires en provenance de Russie et a été contrainte de se réorganiser d'urgence pour les travaux de conversion et la production de véhicules utilitaires. . Par la suite,MZKT, sous la direction du concepteur en chef V.E. Chvyalev, a repris ses travaux repris pour créer des véhicules et des tracteurs polyvalents modernisés pour la Russie afin de remplacer les générations précédentes de véhicules militaires en série, ainsi que de nouveaux missiles à essieux multiples. Châssis.
Ainsi le principal fournisseur de véhicules militaires lourds et de missiles est un État ami, mais étranger. Dans les années 2000, lorsque de nouveaux véhicules lourds de l'usine automobile de Bryansk sont apparus, ce rôle a été partiellement corrigé, obligeant le MZKT à rechercher de nouveaux clients militaires dans son propre pays et à l'étranger

Intercontinental PGRK "Topol-M" d'une nouvelle génération sur le châssis de 800 chevaux MAZ-79221

 
 
 
 
 


Jusqu'à présent, les rêves de faire revivre un puissant complexe militaro-industriel national indépendant sous le couvert d'une base scientifique et industrielle développée pour l'économie de la Fédération de Russie et d'une défense militaro-politique fiable du pays sont encore illusoires. Parallèlement à l'époque soviétique passée, les espoirs d'émergence imminente de nouveaux équipements automobiles militaires nationaux avancés se sont dissipés, sur le retour de l'ancienne puissance mondiale dans ce domaine et la préservation du haut prestige international du pays qui les a créés. Et ces moments ne reviendront jamais.
 

MAZ-500 4x2 Truck with platform 1964
MAZ-501 4x2 Log transporter 1953
MAZ-502 4x4 Cross-country truck with platform
MAZ-503 4x2 Dump-truck 1970
MAZ-504V 4x2 Tractor truck 1970
MAZ-505 4x4 Cross-country truck with platform
MAZ-525 4x2 Dump-truck 1952
MAZ-528 4x4 Truck with platform
MAZ-529 4x4 Motorscraper
MAZ-530 6x4 Dump-truck 1957
MAZ-532 ?x? Log transporter
MAZ-535A 8x8 Heavy cross-country truck with platform
MAZ-535V 8x8 Heavy cross-country tractor truck
MAZ-537A 8x8 Heavy cross-country truck with platform
MAZ-537V/G/D/E/K 8x8 Heavy cross-country tractor truck
MAZ-538 4x4 Heavy tractor truck
MAZ-543 8x8 Cross-country wheeled chassis SS-1, SS-12, SSC-3, SSC-4
MAZ-547 10x10 Cross-country wheeled chassis 196? Prototype
MAZ-547A 12x10 Cross-country wheeled chassis 197? Temp-2S, Pioner
MAZ-547V 12x10 Cross-country wheeled chassis 1974 Pioner
MAZ-547E 12x12 Cross-country wheeled chassis 198? 800 hp gas turbine with electric transmission

MAZ-7310 8x8 Heavy cross-country truck with platform (MAZ-543)198?
MAZ-7311 8x8 'ballast tractor' (MAZ-543) 1970
MAZ-7410 8x8 Heavy cross-country tractor truck (MAZ-543) 1970
MZKT-7413 8x8 Cross-country tractor truck 198?
MZKT-7414 8x8 Cross-country tractor truck 1988
MZKT-7429 8x8 Cross-country tractor truck "Volat" 199?

MAZ-7904 12x12 Cross-country wheeled chassis 1982 Load capacity 220 t, total mass 360 t, tested at Baikonur
MAZ-7905 12x12 Cross-country wheeled chassis 198? Improved MAZ-547V
MAZ-7906 16x16 Cross-country wheeled chassis 1984 Tselina-2, diesel engine
MAZ-7907 24x24 Cross-country wheeled chassis 1985 Tselina-2, 1,200 hp gas turbine with electric transmission
MAZ-7908 8x8 Cross-country wheeled chassis 1986 Skorost
MAZ-7909 8x8 Cross-country wheeled chassis 1987 Kurier
MAZ-7910 8x8 Cross-country wheeled chassis 198? S-300?, pipe transport
MAZ-7911 8x8 Cross-country wheeled chassis "Oplot" 1970 ?
MAZ-7912 14x12 Cross-country wheeled chassis 198? Topol
MAZ-7916 12x12 Cross-country wheeled chassis 1986 Pioner-3
MAZ-7917 14x12 Cross-country wheeled chassis 198? Topol
MAZ-7919 12x12 Cross-country wheeled chassis 1988 Civilian?
MZKT-7922 16x16 Cross-country wheeled chassis 1995 Topol-M
MZKT-7923 16x16 Cross-country wheeled chassis 1995 Electric transmission
MAZ-7929 10x8 Cross-country wheeled chassis 1988 Kurier
MZKT-7930 8x8 Cross-country wheeled chassis "Astrolog" 199? Iskander, 96L6, TMM-6

 

 
   


Copyright © 2003-2022 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:5853761
Nb de visiteurs aujourd'hui:549
Nb de connectés:42