Rome Assassinat de Jules Cesar Les ides de Mars

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 27/01/2022 à 17:40:46



Rome L assassinat de Jules Cesar Les ides de Mars

 

Nous somme le15 février 44 avant J.-C. Pour le romains nous sommes en pleins ides de mars. Cesare est assis sur un siège doré, s vêtu d'un manteau violet et observe la fête des Lupercales.
Cette ancienne fête de purification romaine était associée à la figure de Luperca, qui selon le mythe est l’épouse du berger Faustulus, puis à Acca Larenzia.
C'était aussi la fête de Lupercus, un ancien dieu latin lié au loup sacré de Mars ; plus tard, Lupercus deviendra une épithète de faune ( Faunus Lupercus ) et sera finalement assimilé au grec Pane Liceo (Πᾶν Λύκαιος).
La fête, célébrée par les deux collèges ou congrégations des Luperci Quintili et Fabiani (en 44 av. J.-C. il y avait aussi les Luperci Iulii), se déroulait devant le Lupercal, la grotte sacrée où Faustulus aurait trouvé les jumeaux Romulus et Remus allaités par un louve, au pied du Germalus sur le versant nord-ouest du Palatin.


Le déroulement de la fête était le suivant : les deux collèges se rendaient au Lupercale et y sacrifiaient des chèvres et un chien, tandis que les vestales offraient de la focaccia faite avec les premiers épis de la récolte précédente.
Selon Ovide (Fast., II, 282) le Flamine Diale (le prêtre chargé du culte de Jupiter, qui le représentait) aurait également participé, ce qui est vraiment suspect car pour lui ceux qui étaient sacrifiés lors de la cérémonie étaient des animaux tabous .

 

Immédiatement après, deux jeunes, un pour chaque collège ont été marqués au front avec un couteau imbibé du sang des chèvres sacrifiées, après quoi le sang a été séché avec une bourre de laine blanche trempée dans du lait. Le rituel exigeait que les deux jeunes hommes sourient ensuite et portent les peaux des animaux sacrifiés (sous lesquelles ils étaient complètement nus)
Avec les bandes de peux s (februa ou amiculum Iunonis), ils courent autour du mont Palatin, frappant autant de femmes que possible (c'était en fait un rituel considéré comme propitiatoire à la fécondation et beaucoup se portaient volontaires).
C'est précisément à ce moment que l'imprévisible se produit : Marc Antoine qui avait pris part au cortège de la fête, s'approche de César et tente de lui mettre une couronne sur la tête, qui symbolise le pouvoir royal.
Pour les Romains, bien que près de cinq siècles se soient écoulés depuis l'expulsion de Tarquin le Superbe, la royauté était encore un tabou.
Le déroulement des événements est le suivant : d'abord un homme nommé Licinius s'approche, se hisse sur le siège et remet la couronne aux pieds de César, qui l'ignore. Alors
Caius Cassius Longinus, le futur Césaricide, s'approche et le pose sur ses genoux, peut-être en signe de défi. Cesar l'ignore à nouveau, et recommence lorsque Publius Servilius Casca Longus réessaye (c’est lui qui donnera le premier coup de couteau un mois plus tard), mais c'est précisément à ce moment-là que passe Marc Antoine, qui avait participé à la fête et met la couronne sur son tête, l'invoquant comme rex.
Cette dernière fois, César prend la couronne, qu'il n'avait pas encore touchée, la jetant dans la foule (qui n'avait pas bien réagi à l'incident) et s'exclamant que le seul roi de Rome était Jupiter Optimal Maximus. I
l a également donné l'ordre de la porter à son temple sur le Capitole, puisque la couronne n'appartenait qu'à lui. L'événement est raconté par Nicolas de Damas: «
71. Tels furent les discours qui furent prononcés alors. En hiver, une fête était célébrée à Rome (appelée les Lupercales), au cours de laquelle les vieux et les jeunes ensemble participaient à une procession, nus, graisseux et ceints, se moquant de ceux qu'ils rencontraient et les battant avec des lanières de peau de chèvre.
Antoine avait été élu pour conduire le cortège ; il parcourut le forum, selon l'ancienne coutume, suivi de beaucoup de monde. César était assis sur les soi-disant tribunes, sur un trône d'or, enveloppé d'un manteau de pourpre. Au début, Licinius s'approcha de lui avec une couronne de laurier [...] Comme l'endroit d'où César parlait au peuple était en hauteur, Licinius, soulevé par ses collègues, plaça le diadème aux pieds de César. Le peuple cria de se la poser sur la tête et invita le magister equitum, Lépide, à le faire, mais il hésita.
A ce moment Cassius Longinus, l'un des conspirateurs, comme s'il était vraiment bienveillant et aussi pour mieux dissimuler ses mauvaises intentions, l'en empêcha en prenant le diadème et en le plaçant sur ses genoux. Avec lui se trouvait aussi Publio Casca.
Au geste de refus de César et aux cris du peuple, Antoine a couru, nu, oint d'huile, comme il était de coutume pendant la procession et l'a placé sur sa tête. Mais César l'enleva et le jeta dans la foule. Ceux qui étaient éloignés ont applaudi ce geste, ceux qui étaient proches ont plutôt crié de l'accepter et de ne pas refuser la faveur du peuple.
Sur cette question, des avis divergents se sont fait entendre : les uns s'indignent car, selon eux, il s'agit de l'étalage d'un pouvoir qui dépasse les limites requises par la démocratie ; d'autres le soutenaient, croyant lui plaire. D'autres encore répandirent le bruit qu'Antoine n'avait pas agi sans son consentement.
Beaucoup auraient aimé qu'il devienne roi sans poser de questions. Des rumeurs de toutes sortes circulaient dans la foule. Quand Antoine a mis le diadème sur sa tête pour la deuxième fois, le peuple a crié dans sa langue : "Bonjour, roi !". Il n'accepta pas même alors et ordonna de porter le diadème dans le temple de Jupiter Capitolin, auquel, dit-il, il était plus commode. A nouveau applaudi les mêmes qui avaient applaudi avant. Il existe aussi une autre version : Antoine aurait agi ainsi avec Cesar voulant se faire bien voir de lui, voire avec le dernier espoir d'être adopté par lui. Enfin, il embrassa César et passa la couronne à quelques-uns des présents, pour être placé sur la têtes de la statue voisine de César. Donc c'était fait. Dans un tel climat, donc, cet événement non moins que d'autres événements a contribué à stimuler les conspirateurs à agir plus rapidement; en fait, il avait donné plus de preuves concrètes qu'ils ne le soupçonnaient ».
Nicolas de Damas , VITA CAES., 21, 71-75

Les Ides de Mars

Césare avait maintenant congédié sa garde hispanique et était en route pour Rome sans escorte, Il préparait sa campagne contre les Parthe en rassemblant ses forces près d'Apollonia, de l'autre côté de l'Adriatique. La veille de son assassinat, plusieurs prodiges sont énumérés, tant par Suétone que par Plutarque, pour corroborer le caractère unique de l'événement, comme il était d'usage dans l’Antiquite de croire aux présages
Où est le vrai où est le faux je pense que nous ne saurons peut-être jamais Parmi ceux-ci se trouve l'haruspice Spurinna qui aurait mis César en garde contre les ides de mars :
«Mais la mort imminente a été annoncée à César par de clairs prodiges. Quelques mois plus tôt, les colons amenés à Capoue, en vertu de la loi Giulia, démolissaient d'anciennes tombes pour y construire des maisons de campagne.
Ils travaillèrent avec une telle ardeur qu'ils découvrirent, en explorant les tombes, une grande quantité de vases antiques et dans une tombe ils trouvèrent une tablette de bronze dans laquelle il était dit que Capi, le fondateur de Capoue, y était enterré. Le tableau portait l'inscription en langue et en caractères grecs, dont la signification était celle-ci : « Lorsque les ossements de Capi seront découverts, un descendant d'Iulus mourra aux mains de parents de sang et sera bientôt vengé par de terribles catastrophes en Italie. "
Cornelius Balbus, un ami proche de Cesar, témoigne de cet épisode, pour que personne ne le considère comme imaginatif ou inventé. Dans les derniers jours, César apprit que les troupeaux de chevaux qu'il avait consacrés, lorsqu'il traversa le Rubicon, au dieu du fleuve, et laissés libres de courir, sans gardien, refusaient de se nourrir et gémisssaientt sans cesse. De plus, tout en faisant un sacrifice, l'aruspice Spurinna l'avertit de "prendre garde au danger qui ne durerait pas au-delà des ides de mars".
La veille des ides, un petit oiseau, un rameau de laurier dans le bec, volait vers la curie de Pompée, lorsque des oiseaux de différentes espèces, s'élevant du bois voisin, l'atteignirent et le déchirent au même endroit.


Dans la nuit précédant le jour de sa mort, César lui-même rêva de voler au-dessus des nuages ​​et de serrer la main de Jupiter ; sa femme Calpurnia a plutôt rêvé que le toit de la maison s'effondrait et que son mari était tué dans ses bras; puis, tout à coup, les portes des chambres s'ouvrirent d'elles-mêmes.


Suite à ces présages, mais aussi en raison des problèmes de santé, il resta longtemps indécis s'il devait rester chez lui et ajourner l'affaire qu'il s'était proposé de négocier devant le Sénat ; enfin, comme : Decimus Iunius Brutus Albinus l'exhorta à ne pas priver de sa présence les sénateurs venus en grand nombre qui l'attendaient depuis un moment, il sortit vers la cinquième heure . Tout en marchant, il prit connaissance d’une note dénonçant le complot, mais la mis avec d’autres, comme s'il voulait la lire plus tard. Après avoir donc fait de nombreux sacrifices, sans obtenir de présages favorables, il entra à la Curie, surmontant tous les scrupules religieux, et se moqua de Spurinna, l'accusant de dire des mensonges, car les Ides lui étaient arrivées sans mal.
Spurinna, cependant, a répondu qu'ils étaient arrivés, mais n'étaient pas encore passés. " Suétone, Vie de César, 82

Ce qui semble probable, c'est que la rumeur du meurtre imminent avait en quelque sorte circulé et que certains ont tenté d'avertir le dictateur, qui a probablement sous-estimé les rumeurs.
La veille au soir, le 14 mars, Cesare aurait répondu alors qu'il dînait chez Lépide, avec Brutus, sur une question philosophique sur la mort, prétendant préférer une soudaine.
Et il aurait été satisfait. À la tête de la conspiration se trouvaient Cassius et Marcus Brutus, tous deux inquiets que César soit bientôt nommé roi; cependant, les deux n'ont pas impliqué Cicéron dans le complot.
Nous sommes dont aux ides de mars et le Sénat doit se réunir. Il se reuni donc dans un salle pres du Théatre de Pompeo, car la Curie était fermée pour rénovation.
Cesar aurait été réticent à participer à la session, compte tenu également des doléances de sa femme Calpurnia qui l'a exhorté à rester à la maison, mais Brutus l'a convaincu d'y aller, affirmant que le Sénat se réunissait déjà et l'attendait.


A l'entrée, Gaius Trebonus prit à part Marc Antoine, consul avec César en 44 av., Celui ci ne faisait pas partie des plans des conspirateurs :
Alors qu'il s'asseyait, les conspirateurs l'entourèrent sous prétexte de l'honorer et aussitôt Cimbro Tillio, qui s'était chargé de donner le signal, s'approcha de lui, comme pour lui demander une faveur.
Cesare refusa cependant de l'écouter et lui fit comprendre d'un geste qu’il lui repondrait plus tard


ensuite Tillio attrapa sa toge par derrière et pendant que Cesare criait : "Mais c'est du bon et du bon la violence !" l'un des deux Casca l'a blessé, le touchant juste sous la gorge.
Cesar, saisit le bras de Casca, le frappa avec le stylet, puis essaya de se jeter en avant, mais fut arrêté par une autre blessure. Quand il s'aperçut qu'ils l'attaquaient de toutes parts avec des poignards à la main, il enroula la toge autour de sa tête et de sa main gauche il fit glisser l'ourlet jusqu'à ses genoux, pour mourir plus décemment, avec le bas de son corps couverte.
Ainsi il recute vingt-trois coups de poignard, avec un seul gémissement, émis en chuchotement après le premier coup ; selon certains il aurait crié à Marcus Brutus, qui se précipita contre lui : "Toi aussi, fils ?".
Le corps resta quelque temps, abandonné, tandis que tout le monde s'enfuyait, jusqu'à ce que, chargé sur une civière, il soit ramené à la maison par trois esclaves. D'après ce qu'a rapporté le docteur Antistio,de toutes les blessures,une seule avait été mortelle, celle qu'il a reçue en deuxième à la poitrine.


Les conspirateurs auraient voulu jeter le corps de la victime dans le Tibre, confisquer ses biens et annuler tous ses actes, mais ils y renoncèrent par peur de Marc Antoine et du commandant de la cavalerie Lepidus.
Suétone, dans sa Vie de César, 82 ainsi que Plutarque confirment les fait
Voyons les ecrits de Suétone : "
Artémidore, cnidium de naissance, maître de l'éloquence grecque et pour cette raison est devenu familier à certains des amis de Brutus, à tel point qu'il connaissait aussi la plupart des choses qui se préparaient, il est arrivé portant dans une note les choses qu'il avait l'intention à signaler :
Mais voyant que Cesar recevait chacune des notes et les passait aux secrétaires qui lui étaient proches, qui s'approchaient très près : «
Ceci - dit-il - Cesare, lis-le par toi-même et immédiatement ; en fait, quelque chose a été écrit sur des sujets importants qui vous concernent". Ayant donc reçu la feuille, César fut empêché de la lire, bien qu'ayant commencé plusieurs fois, par la foule de ceux qui allaient à sa rencontre pour le supplier, mais il arriva au Sénat la tenant à la main et ne gardant que cela.
Certains soutiennent, cependant, qu'un autre lui a donné cette feuille, et qu'Artemidorus ne s'est même pas approché, mais a été repoussé tout le long.
Mais ces faits, après tout, sont parfois aussi déterminés par le hasard ; au contraire, le lieu qui accueillit cet assassinat et l'attentat, le lieu où se réunissait alors le sénat, qui avait placé une statue de Pompée et qui constituait l'un des bâtiments de Pompée parmi ceux construits comme ornement pour le théâtre, indiquait absolument que le fait qu'il s'était produit parce qu'une divinité y conduisait et appelait l'action.


Et en fait, on dit aussi qu'avant l'attaque, Cassius, regardant vers la statue de Pompée, l'invoqua en silence, bien que non étrangère aux théories d'Épicure: mais la circonstance, semble-t-il, étant déjà proche du moment terrible insuffla l'exaltation et l'émotion à la place des vues philosophiques précédentes. Antoine donc, qui était fidèle à César et robuste, l'a tenu à l'écart de Brutus Albino, ayant intentionnellement déclenché une dispute qui durait depuis longtemps; Et alors que César entrait au sénat, il se leva avec un acte de révérence, et parmi les complices de Brutus, certains se placèrent derrière son siège, d'autres se rencontrèrent à la place comme s'ils avaient l'intention de lui faire une supplication avec Tillio Cimbro qui le suppliait pour son frère exilé , et ils ont participé ensemble à la pétition l'accompagnant au bureau de vote. Mais depuis, assis, il a rejeté les demandes et, comme ils insistaient plus fermement, il était en colère contre chacun d'eux, Tillio a saisi sa toge à deux mains et l'a tirée du cou, ce qui était le signal convenu de l'attaque. Et d'abord Publius Servilius Casca Longusle frappe avec une épée près du cou, lui causant une blessure qui n'est ni mortelle ni profonde, mais, comme il est naturel, excité au début d'une action imprudente importante, à tel point que même Cesare, se retournant, saisit le poignard et le retint. Et en même temps ils ont crié d'une manière ou d'une autre, le blessé en latin: "Très malheureux Casca, que fais-tu?" et celui qui l'avait blessé, en grec, se tourna vers son frère : « Frère, aide-moi ». Et tel ayant été le début, ceux qui n'étaient pas du tout au courant étaient terrifiés et terrifiés devant les choses qui se passaient, à tel point qu'ils n'osaient ni s'enfuir ni le défendre, mais même pas dire un mot. Mais comme de ceux qui étaient préparés pour l'assassinat, chacun a montré son épée tirée, entourée autour et vers tout ce qu'il regardait, rencontrant des blessures et des armes visant à la fois le visage et les yeux, essayant de s'enfuir comme une bête enveloppée dans les mains de tout le monde ; tous devaient en effet commettre et goûter au meurtre. Alors Brutus lui a également porté un seul coup dans l'aine. Et de la part de certains il est dit qu'alors se défendant des autres et se déplaçant en criant, lorsqu'il vit Brutus qui avait tiré son épée, il jeta la toge sur sa tête et se laissa tomber, soit par accident, soit poussé par ceux-ci. qui l'a tué, près du socle sur lequel est placée la statue de Pompée. Et l'assassinat l'a ensanglantée abondamment, à tel point qu'il semblait que Pompée lui-même présidait à la vengeance sur l'ennemi, couché sous ses pieds et mourant du grand nombre de blessures. En effet, on dit qu'il en reçut vingt-trois, et beaucoup furent blessés les uns par les autres, portant autant de coups sur un seul corps. " Plutarque, Vies parallèles, César, 65-66 "Ainsi le sénat étant entré [...] les autres conspirateurs entourèrent [...] César [...] Et on dit que Cassius, se tournant vers l'image de Pompée, la pria comme s'il avait des sentiments. Et Trebonius à la porte, écarta Marc  Antoine, Le sénat se leva à l'entrée de César, et s'étant assis, les conspirateurs l'entourèrent de tous côtés, l'un d'entre eux Lucius Tillius Cimber, présente un billet  pour le supplier pour son frère bandit, et tous intercédèrent pour lui, lui touchant la main. , embrassant sa poitrine et sa tête. [...] Tullio des deux mains retira le manteau de ses épaules, et Casca, le premier placé derrière, dégaina son épée, le frappa légèrement dans le dos [...] Cesare cria alors en latin : « méchant Casca ! Que faites-vous?". [...] Déjà blessé par beaucoup, tournant son regard autour [...] lorsqu'il vit Brutus balancer son épée nue pour le frapper, il lâcha la main de Casca, qu'il tenait toujours, et se couvrit la tête de sa toge , il s'est abandonné aux coups des assaillants ». Plutarque, Vies Parallèles, Brutus, 17
Appien dit que : « Pendant que César sacrifiait la curie devant lui, quelqu'un d'autre lui remit un écrit sur la conspiration, mais il entra dans la curie sans le lire : et quand il fut mort, il l'avait encore entre les mains ! Celui qui venait de passer, après avoir félicité Brutus et Cassius de bons vœux, fut vu en train de parler sérieusement avec César en descendant de la litière. Et la vue et la conversation maintenant longue remplissaient de terreur les chefs de la conspiration : et ils montraient déjà des signes de suicide avant chaque arrestation. Au fur et à mesure du discours, cependant, ils se sont rassurés, car ils ont vu Lena dans l'air de quelqu'un qui supplie pour obtenir, et non de quelqu'un qui révèle des trahisons : jusqu'à ce qu'ils soient complètement relancés en voyant Lena les remercier. C'est la coutume des magistrats de prendre leurs vœux avant d'entrer au Sénat. Si l'on prend César aussi, encore une fois la première des victimes était sans cœur, ou comme d'autres disent, sans principe des entrailles. Le devin l'interpréta comme un présage de mort : César répondit en souriant qu'il avait aussi ce signe en Espagne lorsqu'il se battait avec Pompée. Le devin répondit qu'il avait alors été en grand danger, mais que maintenant le signe était beaucoup plus démonstratif. César a ordonné qu'il immole une autre victime mais le souhait ne s'est pas amélioré. Mais honteux de faire trop attendre le sénat, et pressé par ses ennemis, aussi expressifs que son ami, il entra à la curie sans plus attendre les victimes : ainsi devait s'accomplir le sort de César. Les conspirateurs quittèrent Trebonio pour divertir Antonio avec des paroles devant la porte : les autres, ayant fait asseoir César en premier, se rassemblèrent autour de lui sous forme d'amis, mais avec des poignards sous leurs manteaux. Alors
Lucius Tillius Cimber, l'un d'eux, debout devant lui, implora le retour de son frère. Cesare a retardé la grâce, voire l'a complètement niée. Alors Lucius Tillius Cimber a pris sa couleur pourpre avec l'intention apparente de le supplier ; mais en le prenant, il le ramassa et le tira pour découvrir son cou, en criant entre-temps : "Pourquoi êtes-vous toujours en retard, les amis !". Alors Casca, en surplombant sa tête, le poignarda à la gorge ; mais le coup échappa, blessant la poitrine. Cesare libéra sa robe de Cimbro, saisit la main de Casca et, sautant du siège, se tourna vers Casca, le tirant violemment: mais en se retournant, il étendit son côté et un autre le transperça. Et pendant ce temps, les styles en main, Cassius  le poignardait au visage, Brutus au fémur et Bucolianus au dos. Cesar se tourna vers chacun, frissonnant et hurlant comme une bête, mais après le coup de Brutus, maintenant désespéré de la vie, il s'enveloppa la tête dans son manteau, et tomba noblement au pied de la statue de Pompée. Les assaillants se déchaînèrent contre lui alors qu'il tombait jusqu'à vingt-trois coups, à tel point que beaucoup, par souci de lui faire du mal, se blessèrent et se blessèrent. » Appien, Guerres civiles II, 116-117

César serait donc tombé à terre, mourant, ironiquement juste devant la statue de Pompée, en prononçant la fameuse phrase "Tu quoque, Brute, fili mi ?". Ou plutôt, il aurait dit, selon Suétone et Cassius Dion la même chose, mais en grec : « καὶ σὺ τέκνον ? ». D'après l'autopsie qui lui fut faite par la suite par le docteur Antistione (la lex Aquilia de 286 avant J. -trois et parmi ceux-ci, seul le second était mortel. Un plan raté «Il a été décidé de murer la Curie dans laquelle il a été tué, d'appeler Parricide les Ides de mars et que le Sénat n'ait jamais siégé ce jour-là. " Suétone, Vie de César, 88
L'incertitude des conspirateurs et le manque de résolution envers Antonio (consul en fonction) et Lepidus (magister equitum) se sont cependant avérés fatals pour les conspirateurs. Dans le climat d'incertitude qui régnait, Lépide tenta de haranguer les soldats pour venger César, tandis qu'Aulus Hirtius, loyaliste du dictateur et consul désigné pour 43 av. J.-C., en plus d'avoir écrit le huitième livre de De Bello Gallico, proposa le calme.
A la fin, Cicéron proposa une amnistie, qui fut également acceptée par Antoine et Lépide le 17, tandis que le sénat était réuni dans le temple de la déesse Tellus, choisi parce qu'il était proche de la maison d'Antoine et loin des césaricides, barricadé près de la Capitole défendu par des gladiateurs.
Cependant, les césaricides n'ont pas comparu à la séance, qui a également délibéré sur la conservation des décisions de César, parmi lesquelles se sont démarqués certains césaricides à des postes clés, comme Decimus Junius Brutus Albinus, propriétaire en Gaule cisalpine.
Le 18, Marc Antoine a ouvert le testament de César dans sa maison, en présence du beau-père du dictateur Lucio Calpurnius Pison. L'arrière-petit-fils de dix-neuf ans Gaius Octavius ​​​​était le principal héritier, mais à l'époque, il était à Apollonia au nom de César préparant la campagne parthe. Immédiatement après, il y avait les cousins ​​​​d'Ottavius Lucius Pinarius et Quintus Pedius même Decimus Junius Brutus Albinus, est même place avant Marc Antoine qui, pourtant, prononça le 20 un célèbre

discours funéraire, quand avec une tournure célèbre, tout en chantant les louanges des Césaricides comme des " hommes bons ", il sortit les robes ensanglantées du dictateur, déclenchant la colère de la foule et forçant les conjurés d'abandonner Rome


Dans les jours suivants de nombreux sénateurs auraient abandonné la ville, tandis qu'Octave, adopté par César par testament, se précipitait à Rome.
Le corps de Cesar sera brulé devant le temple qui lui sera dédié . De nos jours le lieu du Bucher est toujours  fleuris par des mains anonymes


 


 


   


Copyright © 2003-2023 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:6146876
Nb de visiteurs aujourd'hui:1500
Nb de connectés:38