Allemagne Kriegmarine 1943 Les U Flak Unterseebootflugzeugfalle

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 25/01/2022 à 23:46:39



Les U Flak Unterseebootflugzeugfalle Sous-marins de défense aérienne U-Flak (Allemagne)
 

L'activité des sous-marins allemands pendant la Seconde Guerre mondiale a obligé les Alliés à organiser des patrouilles aéronavales sur des vastes étendues maritimes en utilisant de pour cela des navires et d'avions anti-sous-marins.(ASM )
Le renforcement de ces groupes ASM a conduit à la nécessité de créer de nouveaux moyens de protection des sous-marins de la détection et des attaques . Différentes idées et solutions ont été proposées et élaborées, permettant d’accroître la furtivité des sous-marin ou d’améliorer ses capacités de défense Anti aérienne .
Une des idées les plus intéressantes dans le domaine de la protection des sous-marins a été mise en œuvre dans le cadre du programme U-Flak.
Les sous-marins allemands de la Seconde Guerre mondiale ont initialement reçu des armes antiaériennes pour combattre aviation ennemi, mais les capacités de ces systèmes étaient loin d’être toujours suffisantes. La présence de quelques canons de petit calibre pouvait rassurer l'équipage, mais il n'y avait aucun espoir de riposte efficace face aux avions ennemis.
Au fil du temps, une idée simple et logique a été proposée: de renforcer l ‘armement des sous-marins en armes anti-aériennes
Ainsi ce type de sous-marins, cesse d'être une cible relativement facile pour les avions ennemis. En outre, armé en U-Flak il pourrait aussi assurer la défense aérienne de certaines zones aquatiques, telles que les zones de ravitaillement en carburant des sous marins.
Mais pendant un certain temps, l'idée d'équiper des sous-marins en U Flak n'a pas reçu toute l'attention requise. La proposition initiale n’a été lancée qu’à l’automne de 1942, ce qui a permis de véritablement créer le premier sous-marin à usage spécial.
En plus de la création ab nihilo de nouvelles unités en tant que U Flak on décida de modifier des modèles en carénage ou en en cours de réparation.
Le premier sous marin du programme U-Flak, devait être le U-256 de type VII-C.
À la fin de l'été 1942, le U-256 de retour de de sa première croisière fut attaque le 31/08/1942 en surface par un bombardier britannique Armstrong Whitworth Whitley L’attaque a été menée avec succès par les Britanniques car les bombes sont tombées à proximité immédiate du sous-marin, et l’on gravement endommagé. Les canons du sous marins allemand ont riposté et ont pu faire fuir l'ennemi
Néanmoins, les bombes ont gravement endommagé le navire ; Le sous marin va réussir à atteindre le port de Lorient mais les dégâts étaient tels que le sous-marin devait être raye et démoli Néanmoins, le Haut commandement décida de le transformer en Sous-marins de défense aérienne et de le reconstruire, en version U Flak
Après réparation de la structure, il a été nécessaire de moderniser le bateau existant en utilisant un certain nombre de nouveaux équipements et systèmes d’armes.
Le résultat de ces travaux est l’apparition du premier sous-marin de défense anti-aérien spécialisé doté d’armes anti-aériennes relativement puissantes.
Le projet U-Flak signifiait un remaniement notable de la conception du sous-marin de base, impliquant le retrait de certains équipements et leur remplacement par de nouveaux
Le projet prévoit le rajout d’une plate-forme devant le kiosque équipée d'un canon quadruple 38/43U de 2cm qui est en fait un FLAKVIERLING 38 modifié avec un bouclier blindé
ON trouve aussi une plateforme à l'arrière du kiosque armée également du même système d’arme
A cela se rajoute canon automatique de 3,7cm et de mitrailleuses MG 42 montées sur le pont.
 

En plus de l'effarante quantité de munitions nécessaires à emporter à bord pour leur fonctionnement, La réserve de torpilles par contre diminue, il n'en embarque que cinq (celles se trouvant dans les tubes lance-torpilles).
Son équipage est renforcé, il passe de 48 à 67 hommes. Quatorze hommes se trouvent dorénavant sur le pont en comptant les quatre habituels.
Les travaux
Tout d'abord, tout ce qui ne permettait pas l’équipement du sous marin en U Flak devait être remplacé Lors de ces opération quelques autres améliorations étaient également prévues.
Mais le sous-marin type VII-C devait conserver en partie les capacités existantes de cette classe d’équipements,
IL faut avoir en mémoire que le sous-marin diesel-électriques de type VII-C était le cheval de bataille des les forces navales de l'Allemagne en Atlantique


Sur les sept cents sous marins de type VII, la très grande majorité, à savoir 568, sont de type C

Voir ICI excellent site


Sur la base du projet initial VII-C, plusieurs nouvelles modifications ont été développées par la suite avec diverses améliorations. Aussi ce modèle est très prometteur pour envisager à l'avenir de lancer la production à grande échelle de ce type de sous-marins de défense antiaérienne spécialisés. Les sous-marins de type VII ont été construits selon le schéma avec une coque robuste d’un diamètre maximal de 4,7 m et un ensemble d’unités supplémentaires montées sur ses surfaces extérieures.
La coque robuste a été assemblés à partir de plusieurs sous ensembles ayant une épaisseur allant jusqu’à 22 mm. Ces paramètres permettent de résister à la pression de l’eau à toutes les profondeurs admissibles, ainsi que de protéger l’équipage et les équipements internes contre les projectiles de petit calibre.
La coque était divisée en six compartiments. La partie avant du sous-marin contient quatre tubes lance torpilles 533-mm et des supports pour six torpilles. Le compartiment était entièrement équipé pour mettre en œuvre cet armement En outre, dans les volumes libres du compartiment, il y avait plusieurs ballast ainsi que des lits pour l'équipage.
Derrière le compartiment des torpilles se trouvait une zone vie compartimentée par des cloisons légères permettant de créer plusieurs salles séparées dans lesquelles sont logés les membres d'équipage, ainsi que certains postes de combat.
Ensuite dans le 3e compartiment se trouve le poste central avec tous les systèmes de contrôle et de commandement
Le quatrième compartiment pourrait accueillir la cambuse et autres petites installations domestiques. Le cinquième, était occupé par la motorisation avec les moteurs diesel et un ensemble d'équipements auxiliaires.
Les sous-marins de type VII étaient équipés de  F46 ou MAN M6V 40 / 46. À partir de la sous classe«B», les moteurs avaient une puissance 700. Lorsqu’ils se déplaçaient en surface, les moteurs diesel étaient reliés aux arbres de deux hélices. Pour la navigation sous marine on utilise deux moteurs électriques avec puissance 375 CV


Les moteurs électriques étaient reliés à une batterie de 124 éléments
La batterie était divisée en deux parties, placées sous les ponts des deuxième et quatrième compartiments. La vitesse maximale des sous-marins atteignait 17,4 nœud pour une autonomie en vitesse de croisière allant jusqu’à 9700 miles Par contre en utilisant des moteurs diesel et en fonction de la vitesse l ‘autonomie allait de 80-130 Miles
Le sixième compartiment arrière était destiné à l’installation de moteurs en marche et d’un tube torpille. On y trouvait aussi des moyens de contrôle d'urgence de certains appareil s, tels que les hydrophones, l'ancre avec les dispositifs appropriés, les radeaux de sauvetage,
Il a été proposé de modifier l’intérieur en, abattant des cloisons et d’installer des cylindres étanches pour le transport de deux torpilles supplémentaires
Dans le projet initial, les sous-marins de type VII-C étaient équipés d’une timonerie de forme complexe, formée d’une proue profilé et d’une poupe basse dotée d’une plate-forme pour l’installation de certaines armes.
Lors du développement du projet U-Flak, il a été constaté que si on gardait l’aménagement actuel on ne pourrait équiper le bateau de toutes les armes requises.
Le résultat de ceci a été le développement d'une nouvelle structure avec l'installation sur un kiosque de superstructures plus robustes.
L’idée principale de cette partie du projet était d’augmenter la taille du kiosque en créant de nouveaux espaces propices à l’installation d’armes.
Le nouveau kiosque a été construit en essayant de plus possible d’utiliser des pièces communes avec celles des unites déjà existantes.

Internet

En fait, seules quelques nouvelles pièces ont été développées, ce qui a permis de «transformer» la structure existante en un nouveau Kisoque ayant les dimensions requises
Le nouveau kiosque est devenu un élément central Il conserve sa forme incurvée, caractérisée par une hauteur relativement grande. Sur l arrière les côtés ont été arasés permettant l’installation sur la partie supérieure de deux plates-formes.
Un premier projet avait proposé d'ajouter une autre petite superstructure avec un petit “pont” supplémentaire.
La présence de trois postes de tir sur le kiosque rend possible le tour dans toutes les directions et cela sans angles mort des pièces de DCA
Les sous-marins de type VII-C étaient équipés d’un canon antiaérien Flak C / 2 de type 30 avec un canon de type 20 sur le socle.
>On trouvait aussi le canon 88-mm. Mais la pratique a montré le manque d'efficacité de telles armes dans la lutte contre les avions ennemis. Pour cette raison le projet U-Flak prévoyait une augmentation significative de l’artillerie de défense aérienne avec l installation du Flakvierling 38 avec canons de 20-mm qui doit être située sur le pont avant Un autre Flakzwilling 38 a été placé sur la zone arrière. Il y avait aussi des emplacements pour l'installation de deux plates-formes de tir pour des Flakzwilling 38 de cm sur chacun des ponts centraux.
La possibilité d'utiliser des mitrailleuses légère genre MG 34 ou 42 n'était pas non plus exclue, cependant, on ne devrait pas s'attendre à grand chose de leur part.
À l'avenir, la composition des armes a été révisée et affinée, notamment à l'aide de nouveaux types d'armes à feu.
Pour les sous-marins, des installations à deux et quatre Flakvierling 38 ont été proposées. Parmi les installations précédemment développées pour les forces terrestres et leurs équipements, ces installations se différencient avant tout par le montage sur socle et l'utilisation de boucliers de blindage.
Ce dernier avait un design assez simple et consistait en plusieurs plaques de blindage inclinées,
Ces armes pouvaient se mouvoir en site et azimut sans problème Le canon Flak 38, utilisait des obus 20x138 de type B de plusieurs types,Il avait une cadence de tir de 280 à 450 coups par minute. La conception des systèmes de guidage a permis de tirer dans n'importe quelle direction avec des angles d'élévation allant jusqu'à 90 °. La portée était de 2,2 km
Ainsi, le Flakvierling 38 a une cadence de tir maximale de 1800 coups/ minute, donnant une densité de tir acceptable.
Ainsi le tir des deux pièces donne une cadence de tir sur la même cible de 1120-3600 par minute. Auquel peut s’ajouter les deux Flakzwilling avec 560-900 par minute.
Ainsi, un sous-marin doté d’un ensemble complet d’armes antiaériennes pourrait constituer une menace très grave pour les aéronefs ennemis.
Lors de l’adaptation de canons terrestres pour les monter sur des sous-marins de défense aérienne , les concepteurs allemands ont dû résoudre le problème de la protection des armes contre l’eau. L'entrée d'eau dans l'alésage du canon et l'automatisation peuvent, à tout le moins, perturber le fonctionnement du canon.
En effet l'un des ennuis majeurs rencontrés avec ces armes de calibre restreint était la question de la présence résiduelle d'eau à l'intérieur de l'âme, lorsque le bateau faisait surface...Il existait un gros risque dans ce cas de voir une explosion du tube lors du premier tir, par effet de bélier.Pour empêcher ce phénomène, on avait eu, en Allemagne, l'idée d'employer une fausse-cartouche spéciale, monobloc et avec des joints d'étanchéité en fibre, introduite dans la chambre avant la plongée, et combinée avec un bouchon de plastique ou de Buna placé à la bouche. Cette fausse cartouche, placée en début de chargeur, était éjectée lors de l'armement du canon. (Cartouche obturatrice de 20x138B pour canon de 2cm Flak 38)
Avant de plonger, cette munition est réintroduite dans le tube pour protéger le canon de l'eau.
La réparation du sous-marin U-256, qui devait devenir le premier représentant de la classe U-Flak, dura jusqu'au printemps de l'année 1943. Le développement du projet fut bientôt achevé, après quoi le sous-marin a été remis en service en Août 1943
Par la suite, les sous-marins U-441, U-621 et U-951 ont subi des réparations et des mises à niveau conformément au nouveau projet. Les préparatifs pour la modernisation de trois autres bateaux ont également entrepris
Il convient de noter que la réparation et la mise à niveau, ainsi que les tests ultérieurs de la tête U-Flak, ont sensiblement traîné. À cause de cela, les travaux de reconstruction du deuxième sous-marin ont commencé avant même que le U-256 ne reprenne la mer.
À la mi-avril, il a été décidé de commencer la finalisation du bateau U-441. Il est à noter que cette fois, il était prévu d'utiliser une version différente du projet.
Afin d'accroître la puissance de feu, le sous-marin devait être équipé non seulement de canons 20-mm, mais également d'un seul canon 37-mm.
Dans le cadre de la mise à jour du projet, il était prévu de doter le sous-marin de fusées non guidées de calibre 86 mm. Une telle arme a été testée, mais elle n'a jamais montée sur l’U-441 en raison de caractéristiques insuffisantes.
 

Lors de la reconstruction du U-441, il a été apporté des changements et une modification de l armements Le seul canon 37-mm sera positionné sur la plate-forme arrière, les deux autres plateformes étant destinés à l’installation d’installations des Flakvierling 38
Les ingénieurs ont pensé que le nom montage des Flakzwilling 38 en termes de puissance de feu serait entièrement compensée par un nouveau canon de calibre supérieur.
Le golfe de Gascogne était considéré comme le principal lieu de chasse des U Flak
en effet la distance relativement petite a permis au Royaume-Uni d'organiser des patrouilles dans le golfe via des avions et des navires. De ce fait, les sous-marins allemands risquaient d'être découverts et détruits.
L'apparition dans ce terrain de chasse de U Flak dotés d'armes antiaériennes pourrait changer considérablement la donne, offrant ainsi au U-Boat une protection contre une éventuelle attaque par des avions ASM
 


Tandis que U-256 était testé, l’ U-441 sous le commandant de Goetz von Hartman part pour sa première campagne de combat en tant que U-Flak le 22 Mai 1943,
Le sous marin quitte Brest et se dirige vers le golfe de Gascogne.


Deux jours plus tard, le sous-marin, qui était en surface, est découvert par un Short S.25 Sunderland, qui l attaque immédiatement Le puissant armement antiaérien du sous-marin a causé de graves dommages à l’avion, qui est abattu Mais les Britanniques ont réussi à larguer des charges de profondeur, ce qui a causé de graves dommages au sous-marin. Aussi le 26 Mai, la première randonnée d'U-Flak s'est terminée par le retour à la base pour réparation.
Début juillet, le U-441 a été réparé et repart au combat. Le 12 juillet 1943 il est attaquée par trois Beaufighters
L ‘armement permet de repousser l'attaque, mais l'équipage a eu des pertes 10 tuées et 13 blessées. Le lendemain, le sous-marin est rentré à Brest. L’équipage se plaint de grave problème sur le nouveau canon automatique 37-mm, Le canon a subit plusieurs enrayages
L'étude de ce problème a montré que les développeurs de l'instrument ne prenaient pas en compte les principales caractéristiques de son fonctionnement. Le canon  reste tout le temps en dehors du boîtier hermétique, à cause duquel il est constamment en contact avec l'eau.
Dans le même temps, une partie des pièces n'était pas en acier inoxydable, ce qui a entraîné une pertes de ses performances
Après avoir résolu ses problème le canon fonctionnera sans aucun problème.
En juin 1943, commence les travaux sur le sous-marin U-621 En effet ce sous marin subit une attaque le 31 mai, par un bombardier américain B-24 Liberator, ce qui entraîne des dégâts sur la structure,
Aussi il est décidé comme sur les deux U Boot précédents, de le convertir en U Flak
À la fin du mois d’août, U-621 a entrepris sa première croisière comme U-Flak. Au bout d’un mois, l’équipage qui a patrouillé dans le Golfe de Gascogne n’a pas eu à d'utiliser son armement
En effet au cours des premiers mois de patrouille comme U Flak , la tâche principale des sous-marins de la défense antiaérienne était de faire la chasse aux avions anti-sous-marins dans le golfe de Gascogne.
En octobre 1943 les sous-marins U 256 et U-271 sont envoyés dans la région des Açores.
En effet au nord de l'archipel se trouvait un point de ravitaillement en carburant des sous-marins servant dans l'océan Atlantique.
Les bateaux équipés d'armes automatiques étaient supposés protéger cette zone d'une éventuelle attaque aérienne.
Selon des reportages, en octobre 1942 deux avions américains TBF Avenger ont attaqué le U-21, tuant un sous-marinier Un des avion a été abattu. Le succès relatif de l’utilisation d’U-Flak a conduit à l’émergence de plans visant à rééquiper plusieurs sous marins e
Dans l’avenir il était prévu de convertir les sous-marins U-211, U-263 et U-271 Cependant, ces Sous-marins de défense aérienne U-Flak n'ont pas été converti par manque de canon et seul le U-271, sera équipé alors que les autres ne seront pas transformés et seront remis au standard classique
Conclusion
Si cette idée de U Flak semblait être un bon argument dans la lutte contre l’aviation ASM ennemi il faut avoir à l esprit que le potentiel de telles armes était très limité. L'ennemi a rapidement trouvé le moyen de contrer U-Flak.
En cas de soupçon de découverte d’un tel sous-marin, les pilotes vont effectuer une attaque à l’aide de roquettes dont la portée de lancement dépasse la portée effective de tir des canons 20-mm.
En outre, le développement de la technologie et l’émergence de systèmes radar ont permis de mener des attaques dans l’obscurité, alors que les canons, qui ne possédaient pas de tel système et ne pouvaient riposter
Les résultats contrastés à la fin de 1943, ont jeté des doutes et le commandement allemand commençait à douter de l'opportunité de continuer à mettre en service de tels sous-marins
Pour cette raison, la conversion en sous-marins U-Flak des sous marins classiques a cessé.
En novembre, 1943 a été décidé de reconvertir les sous-marins U Flak en sous marin classique
L ‘armement a été retiré de l'U-Flak et les nouvelles tranches prévus pour ces coques ont été démantelées.
Après cela, les bateaux vont à nouveau dans le rôle d'origine. Les équipages doivent à nouveau effectuer des patrouilles dans des zones déterminées, rechercher des navires et des navires ennemis, puis les attaquer avec des torpilles.
Selon les données allemandes, de mai à décembre 1943, quatre sous-marins U-Flak terminés ont seulement navigué six fois.
Ils n’ont réussi qu’ à tirer sur quelques avions ennemis en abattant seulement 2
Étant donné ces chiffres, on peut affirmer que U-Flak n’a pas eu d’influence sur les opérations

 

   


Copyright © 2003-2023 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:6148940
Nb de visiteurs aujourd'hui:1639
Nb de connectés:69