URSS Artillerie Mortier Automoteur Chimique XMT 1 1935

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 23/01/2022 à 15:32:30




 Mortier Automoteur Chimique XMT 1 1935
Au début des années trente, on trouve en URSS des études et afin d’utiliser des armes transportées sur châssis automoteur capables d'utiliser des substances toxiques et de le lancer via des vecteurs genre mortiers
L'un des développements les plus intéressants de ce type était le Mortier automoteur chimique MXT-1, Un engin fut construit comme prototype et en vue d’une construction en série. Ce projet a été développé dans pas dans un bureau d’études officies mais en corps de troupe.
Pour une fois l’initiative vient d'en bas. En effet ce projet MKHT-1 ou parfois orthographié KMT-1 a été lancé en 1935 par le commandant des troupes chimiques du district militaire de Trans-Baïkal, le général de brigade G.I. Brynkov
Celui ci avait avait une excellente idée des matériels et de son utilisation
Il participe à ce processus en proposant une nouvelle idée. Il proposa de construire un char léger en série porteur d'un mortier chimique de gros calibre.
L'élaboration du projet technique a été confiée à l'ingénieur militaire Ptitsyn, qui a servi dans la 6e brigade mécanisée
La réalisation du châssis l a été confiée aux ateliers de la brigade. Tous les travaux ont été achevés dans les plus brefs délais et, à l'été 1935, le char MXT-1 a été soumis à des essais sur le terrain.
Il convient de noter les points intéressants liés à la classification du MXT-1
. Les auteurs du projet ont désigné ce véhicule comme un char porteur de mortier chimique - ce nom tenait compte du type de châssis, d'armes et de tâches à résoudre.
Conformément à la classification moderne, le MXT-1 devrait être appelé un mortier automoteur sur un châssis de char. Cependant, l'éventail des tâches à résoudre n'aurait pas changé par rapport à cela.
Caractéristiques techniques
Un char léger série T-26 mod. 1931 bi tourelle fut utilisé
 


Il subit une reconstruction mineure du châssis du compartiment de combat avec une modification mineure des équipements internes  La disposition, est donc restée la même avec le groupe motopropulseur et le châssis identique ce qui lui offre la mobilité souhaitée.


Le char a perdu sa tourelle gauche . Cet emplacement a reçu un toit en tôle

 

 

 


En dessous, dans le puits de tourelle vide une timonerie a été installée. Sur le prototype il était en contreplaqué. Le rouf avait des côtés verticaux et un toit horizontal. Le glacis avant incliné possédait un volet d'écoutille mobile vers l'avant.
 Une partie du toit était également mobile. En ouvrant cette trappe l'équipage pouvait tirer avec le mortier.
Sur le modèle de série il était prévu que cet ensemble soit blindé
Ainsi toute la moitié gauche du compartiment de combat sera occupé par un mortier chimique de 107 mm. 
Il y a une certaine confusion sur le type de cette arme. Ainsi, certaines sources prétendent que le char transportait un mortier de type XM-31, mais un tel produit est absent dans d’autres texte
en fait on doit voir dans l arme le mortier chimique XM-107 M1931 développé par le "Groupe D". 
On parle aussi d’une version utilisant le mortier XM-4 de l'usine de Krasny Oktyabr, Octobre Rouge également créée en 1931.Mais cela semble invraisemblable, car le XM-4 n'a été construit qu’à quelques exemplaires, donc il ne pouvait être utilisé sur ce système d armes.

Vue en coupe



Le mortier, probablement XM-31 / XM-107, a été installé sur le plancher du châssis fixé sur trois points d’ancrage et tenu à l avant par un bipied standard. 


Au lieu d'une plaque de couche standard on trouve un dispositif spécial avec un amortisseur en caoutchouc et en feutre
Un tel support était fixé de manière rigide dans le plancher dans des coins soudés entre le sol et la paroi arrière du compartiment de combat
Ce support de mortier permet d'effectuer un guidage horizontal dans un petit secteur. La visée verticale était assurée par des mécanismes bipieds et variait de 45° à 75°. Pour le guidage, un quadrant et une lunette de visée de type TOP ont été utilisés.
Le mortier chimique KhM-107 était un canon à chargement par la bouche à tube lisse de 107 mm
Initialement, il était réalisé pour être transportable grace à une remorque à roues.


Pour le KhM-107, des obus de mortier de 107 mm de plusieurs types étaient prévus.
 Il était prévu des obus à fragmentation hautement explosifs, ainsi que des obus chimiques contenant des substances toxiques mais fortement instables.
Il y avait aussi un obus fumigène. Le poids de ces obus de divers type allait d 6,5 à 7,2 kg, pour une portée de tir allant de 3 à 3,2 km.
Lors de l'explosion d’un obus fumigène ou au phosphore entraîne la formation un nuage de fumée de 10 m de large et jusqu'à 100 m de long sous le vent. Se forme
 L’obus au gaz moutarde contamine une superficie d'au moins 80 m²avec formation sur la même zone, d’un nuage de fumée de substances toxiques instables

 

 
 

Le chassis pouvait emporter 70 obus de tous types. Ils étaient transportés sur plusieurs racks dans le compartiment de combat. Les mines étaient introduites dans le canon manuellement, par le chargeurqui se trouvait à la droite du tube . La cadence de tir maximale pouvait atteindre15-16 coups par minute.
Par contre le char MXT-1 était censé conserver la tourelle droite de la base T-26 avec un armement de mitrailleuse pour son l'autodéfense,
l'équipage spouvait compter sur une mitrailleuse DT apporvisionné à 1764 cartouches reparties en 28 magasins
L'équipage du MXT 1comprenait trois personnes. Devant la coque, à sa place habituelle, se tenait le conducteur. Le chaf de char qui jouait aussi le rôle du mitrailleur se trouvait dans la tourelle
Dans le compartiment de combat, il y avait un servant chargé d'’approvisionner l'arme principale.
 Le conducteur et le commandant avaient les trappes et les dispositifs d'observation standard du char T-26. Le servant du mortier pouvait observer à travers la trappe avant de la timonerie, ouverte pour le tir.
En termes de dimensions et de poids, le MXT-1 était presque le même que le T-26. 
Cela lui confère les mêmes caractéristiques en terme de mobilité et de protection Cet engin pouvait donc manœuvrer dans les mêmes formations de combat avec des chars légers et les appuyer par le feu.
Compartiment de combat avec mortier, vue à travers la trappe supérieure

Selon l'idée des auteurs du projet, un mortier automoteur de ce type pourrait résoudre plusieurs tâches sur le champ de bataille à la fois. Avec l'aide de mines à fragmentation, il pouvait attaquer le personnel et les objets ennemis. Les mines fumigènes étaient destinées à bloquer les secteurs d'observation et de tir ennemis. Avec l'aide de obus chimique il pouvait interdire de petits secteurs à l infanterie et blindés non protégés contre ce type d attaque
En juillet 1935, les ateliers de la 6e brigade mécanisée achevèrent la transformation d'un des chars T-26 disponibles  Le char a été emmené sur l'un des polygones d’essais disponibles. Apparemment, sur le site d'essai, les performances de conduite ont été vérifiées, puis de nouvelles armes ont été testées. Cependant, il n'y a pas de données exactes sur l'avancement des tests.
On sait que, selon les résultats des tests, le char MXT-1 a reçu une bonne note. Il a même été recommandée pour adoption et production. 
Cependant, l'affaire n'est pas allée plus loin et le véhicule est resté à l’état de prototype
Il fut apparemment, détruit ou remis aux standards d’un char T 26 normal
Ce concept d'un char automoteur mortier chimique n'a pas non plus été développé - les analogues du MXT-1 n'ont pas été créés.
Aussi en raison de l'abandon du projet MXT-1 des plus amples informations restent inconnues.
Pourquoi cet échec ?
Cela tient probablement, au principe de la violation de la chaîne de commandement pendant le développement.
Cet engin a été créé par l'armée à l'initiative et sans consultation du commandement ou des organisations spécialisées.
 Le commandement de l'Armée rouge et de l'industrie avaient leurs propres plans pour le développement du thème des véhicules chimiques blindés, et le MXT-1 était absent de ces plans, ce qui réduisait considérablement ses perspectives réelles.
Mais aussi il faut se rendre compte que ce type d arme posait de gros problèmes technique,Caron peut supposer que le puissant recul d'un mortier de 107 mm sur un support rigide menaçait l'intégrité du char. Le fond du T-26 avait une épaisseur de seulement 6 mm mais là les résultats et les RETEX n’en parlent pas.
Aussi les vraies raisons de l'abandon du MXT-1 sont encore inconnues. Malgré cela, le projet MKhT-1 présente un grand intérêt d'un point de vue technique et historique. 
Il n'a pas atteint la série mais ce fut une des premières tentatives de l‘URSS de créer un mortier automoteur sur un châssis à chenilles. 
Cette idée sera développée par la suite avec divers type de matériels dans les années de guerre froide
 
 
 
 
   


Copyright © 2003-2023 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:6163529
Nb de visiteurs aujourd'hui:662
Nb de connectés:44