Rome Les Agents secrets de Rome

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 19/01/2022 à 08:35:50



Les Espions de Rome
 
 
 
Dès le début de la République Romaine , l'armée prévoyait que quelques militaires soient exemptés des travaux les plus lourds des légions, C ‘était les Immun
Et parmi ceux-ci figuraient certains initialement employés au ravitaillement de l'armée, les frumentarii , dépendant d'un centurion ou préfet de frumentarii .
 Ces unités ont été pris en compte pa Auguste puis par Domitien, qui les a rassemblés dans la Castra Peregrina à Rome, où se trouvaient également les speculatores .
"Les premiers empereurs, pour avoir les informations les plus rapides sur les mouvements de l'ennemi dans chaque territoire, les séditions ou incidents imprévus dans les villes individuelles, et les actions des gouverneurs et autres fonctionnaires dans toutes les parties de l'Empire, et aussi pour cela ceux qui transportés l'impôt annuel pouvaient le faire sans danger ni retard, ils avaient établi un service rapide de courriers publics. »
PROCOPE, HISTOIRE SECRÈTE, XXX
 
Le Principat
 
 
 
En effet, Auguste, en plus de donner une certaine stabilité à l'armée romaine, avait attribué aux speculatores et aux frumentarii (initialement chargés respectivement d'explorer le territoire ennemi et de ravitailler l'armée), ou du moins à certains d'entre eux, la tâche de collecter des informations d'espionnage pour l'empereur. Les frumentarii étaient des soldats affectés à la collecte de nourriture et à l'escorte des convois ; appelés aussi mensores frumentarii ou mensores tritici étaient des soldats spécialisés de l'armée romaine (donc faisant partie des immuns) qui, depuis l'époque de la République, assuraient le ravitaillement des légions ;
ils étaient à peu très près des furieri, ordinati ,et commandés pour chaque légion dans un numerus (détachement) dépendant des centuriones frumentarii ou praefectus frumentarium et avec leur quartier général dans la castra peregrina .
L'empereur Octave Auguste fut le premier à reglementer ce système de collecte d'informations à but militaire qui, jusque-là, était organisé de manière anarchique même si Jules César en avait largement fait usage.
La collecte et la transmission d'informations ont presque toujours été orales.
CarIl y avait un double besoin : comment collecter des informations sur ce qui se passait à l'extérieur et comment garantir la sécurité du gouvernement à l'intérieur.
Suite à une modeste réforme bureaucratique mise en place à l'époque de Domitien, les frumentarii sont officiellement investis du rôle de collecteurs d'informations par l'empereur Hadrien avait l'habitude d'utiliser des frumentarii, des "courriers" ou, mieux, des "polices secrètes" chargées de la sécurité intérieure 
Ce sont eux qui - à Rome et dans les provinces d'Italie - "scrutent les secrets de chacun", c'est-à-dire qu'ils sont chargés du contrôle interne et donc de la sécurité des institutions tels que le Sénat et l'Empereur. En fait, une inscription indique qu'ils auraient pu être employés dans le monde carcéral: «Dis Manibus Cornelius Florinius frumentarius legionis X Geminae Elpinius Festianus frumentarius legionis I Adiutricis agens curam carceris in memoriae causae contubernale cher. " (CIL III, 433 d'Ephèse.) ou encore à la garde d'armes : «Frumentarius legionis X Geminae Piae Fidelis agens curam fiduciae armorum v [...]. " (AE 1933, 256 de Sardes en Asie Mineure.)
L'information, même en politique étrangère, devait être utilisée par l'empereur pour prendre les bonnes décisions et ce n'est que plus tard que l'État romain utilisa le principe de la dissuasion, dont Végèce, dans l'Antiquité tardive, saisit l'essentiel : « Que personne n'ose de provoquer ni d'attaquer ceux qui se reconnaissent comme les plus forts au combat.Personne, en effet, n'ose défier au combat ou offenser ce royaume et ce peuple qui sait s'armer et est prêt à résister et à se venger de tout. Par conséquent, ceux qui aspirent à la paix, préparez-vous à la guerre "VEGET. III, 8; 31, 3. Si vis pacem para bellum
Les spéculatores étaient des détachements de cavalerie, qui patrouillaient ou exploraient dans les zones de guerre, à la recherche de nouvelles sur les troupes ennemies, ou pour des actions de sabotage, les espions de l'époque
En fait, ils étaient impliqués dans la collecte d'informations dans toutes les provinces de l'empire et dans la sécurité de l'État.
Ils constituaient les services secrets de l'Empire. Ils étaient commandés par le princeps peregrinorum, adjoint à la sûreté globale de l'État, qui, dans ses fonctions, relevait directement de l'empereur.
Dans certains cas, après avoir occupé ce rôle, ils ont été promus au grade de beneficiarius.
Institués en 200 av. J.-C., ils furent dissous sous Dioclétien pour être remplacés par des agentes in rebus, agents en affaires,  dans le sens de agent de police.
Dans une inscription retrouvée à Astigi en Bétique, la carrière d'un simple centurion de légion le voit accéder, d'abord au rang de centurio frumentariorum, puis à celui de princeps peregrinorum, puis de primipilus et enfin de tribunus dans les cohors I praetoria à Rome. Dans d'autres inscriptions on parle d'un centurio frumentarius qui avait les fonctions (agens) de vice-princeps peregrinorum ou de centurio frumentariorum subprincipi peregrinorum.
Comme nopus venons de le dire ce n'est  qu'à partir d' Hadrian que les frumentarii vont acquérir un rôle d'espion. Les speculatores cherchaient des informations dans l'empire, tandis que les frumentarii opéraient souvent en Italie et à Rome, vérifiant la sécurité de l'empereur.Ces unités de Frumentarii et speculatores ont été probablement casernées par Domitien qui a d'abord facilité l'utilisation des frumentarii comme espions) dans la caserne de la Castra Peregrina, sur le Celio, dont les restes ont été retrouvés sous la basilique de Santo Stefano Rotondo. À l'intérieur, il y avait aussi un temple dédié à Iuppiter Redux  et aussi un mithraeum :

 
 

Mais qui était  ce Jupiter Redux
c' était le Dieu qui assurait le retour de la bataille, donc adoré par les soldats qui lui avaient dédié le sanctuaire au sein de la  caserne. Le temple nous est connu pour une inscription trouvée dans l'église de s. Maria Navicella, sur la colline  Voici son texte
 Pro salute et reditu d (omini) n (ostri) imp (eratoris) Césaris C Julio V Maximino  invic Aug {usto). Domitius Bassus (centurio) fiiumentariorum) agens vice principis peregrinorum templum lovis Reducis C {astrOrum) P (eregrinorum) omni cultu de son exornavit à Borghesi
On note les noms de Maximin d'Alexandre Severe et de Giulia Mammea . Le temple se tenait au milieu du Castrum lui-même. Un Grenins Caelimontis nous est connu pour une autre pierre tombale.
La Castra Peregrina de Rome

Les soldats des légions opérant dans les provinces qui avaient obtenu des mérites particuliers sur le terrain étaient destinés aux castra, ceux-ci étaient détachés à la capitale pour des fonctions particulières avec des traitements privilégiés. En fait, ils disposaient d'une caserne autonome, totalement hors du contrôle des cohortes urbaines et de la garde prétorienne,
Elle était de forme rectangulaire et entourée de murs, avec de grands dortoirs pour les soldats, des écuries, des bureaux administratifs et des logements pour les commandants. En outre, ils avaient de petits bains, des sanctuaires religieux, un mithraeum, un autel central, des fontaines, un Valetudinarium (hôpital militaire) et Horrea pour les céréales et les vivres, ainsi que des salles d'armurerie pour l'entraînement et l'entrepôt d'armes.
Cette caserne a fait l’objet de rénovations continues entre le IIe et le IVe siècle.
Récemment, en 2016, lors de la construction du métro C, un grand camp de la première moitié du IIe siècle a été découvert dans la
station Amba Aradam-Ipponio (à quelques centaines de mètres au sud-est du camp Celio), peut-être aussi utilisé de ces départements.
L'idée était donc de recueillir des informations et d'essayer de dissuader les ennemis de combattre Rome avant même d'envoyer les légions contre eux.
 
 
 
 
On trouve l explication de ce système dans l'une des Œuvre de Végèce
 Que personne n'ose provoquer ou attaquer celui qu'il reconnaît comme le plus fort au combat. En fait, personne n'ose défier au combat ou offenser ce royaume et ce peuple qui sait être armé et prêt à résister et à se venger de toute attaque. Alors, qui aspire à la paix, préparez-vous à la guerre . »
Vegece, EPITOMA REI MILITARIS, III, 8, 31
Dans tous les cas, les frumentarii pouvaient également exercer des fonctions de police militaire, comme la garde des prisons, le contrôle des mines, mais aussi des espions, des agents de recouvrement, des justiciers, sorte de longa manus de l'empereur.
Bien qu'encadrés dans leurs légions d'appartenance, les frumentarii sous le contrôle du prince étaient déconnectés de la chaîne de commandement traditionnelle et se référaient directement à l'empereur, qui les avait encadrés dans un numerus frumentariorum et étaient commandés par un centurion qui prit le nom de princeps peregrinorum , d'où le nom de Castra Peregrina.
 
Mais il faut savoir que ce pouvoir presque illimité dont disposaient les frumentari pour acquérir des informations et pour réquisitionner (avec l'introduction de l'annone militaire, au IIIe siècle, les rendit particulièrement odieux à la population.
 Lorsque Dioclétien décide de réformer l'État et de créer la tétrarchie, il institue une nouvelle classe de fonctionnaires chargés des mêmes fonctions, lCe sera les agentes in rebus, sous le contrôle du magister officiorum (en fait en grec on les appelle magistrianoi )
; cependant il faut noter que le nom d' agens en rébus n’ apparaît pour la première fois en 319, à l'époque de Constantin..
Les agens étaient regroupés dans une aile du palais, une schola , et leur service était considéré comme une milice (c'est-à-dire un service à l'État).
Ils étaient divisés en cinq catégories et étaient issus des officiers de la cavalerie : equites, circitores, biarchi, centenarii, ducenarii. 
Il y en avait deux par province en 357, passant à trois en 395 et enfin quatre après 412.
À la fin de leur service, ils étaient généralement promus au grade d' officii princeps.des préfectures prétoriennes, c'est-à-dire le chef des préfets au prétoire, qui dans la réforme de Dioclétien étaient de grands administrateurs bureaucratiques et judiciaires.
 Selon le Code de justice, ils jouissent également de l'immunité judiciaire civile et pénale, sauf disposition contraire du magister officiorum .
Employés dans diverses tâches du cursus publicus et ayant pour mission d'apporter des informations, certains d'entre eux étaient qualifiés de curieux et jouaient le rôle d'inspecteurs, en pratique de véritables agents secrets.
 Il n'a pas fallu longtemps pour qu'ils finissent par être détestés eux aussi, à tel point que Libanius les appelait "les bergers qui avaient rejoint la meute de loups"
. Selon les sources, les agentes atteignirent le chiffre de 1 248 sous Léon Ier (457-474) ;et ils survécurent dans l'Empire byzantin, au moins jusqu'au VIIe siècle, date à laquelle ils sont mentionnés pour la dernière fois dans une chronique de Théophanie le Confesseur,
En effet dans ce texte le magistrianos Paul avait été envoyé en ambassade en 678.
Dans la partie Occidentale de ce qui avait été l ‘Empire romain au temps d'Odoacre puis des Ostrogoths ils continuèrent à mener à bien leur œuvre, mais le monarque gothique les fusionna avec les Saiones Goths,.
 
   


Copyright © 2003-2023 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:6146841
Nb de visiteurs aujourd'hui:1465
Nb de connectés:40