Royaume Uni Marine Porte avions HMS Habakkuk

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 18/01/2022 à 11:30:26



HMS Habakkuk.

Chaque guerre donne une impulsion au développement de la science et de la technologie. La Seconde Guerre mondiale, bien sûr, est devenue l'apogée de histoires technologie militaire.
Outre les centaines et les milliers d'innovations parmi les plus diverses qui ont donné un puissant élan au développement de l'industrie militaire, de nombreux projets imaginaires ont été développés pendant les années de guerre et n'ont pas abouti à des résultats divers pour des raisons diverses.
Au début de la Seconde Guerre mondiale, la Grande-Bretagne devait faire face à une pénurie dans tous les domaines ce qui a conduit au début d'expériences très audacieuses.
Ainsi, dans le domaine de la construction navale militaire, différentes alternatives au métal ont été proposées, notamment des matériaux spéciaux à base de glace
Il a donc été proposé de construire une série de porte-avions bon marché à partir de tels matériaux. Le programme de développement des navires de glace s'appelait Habakkuk.

Îles flottantes
Au début de 1942, le commandement britannique a été confronté à une pénurie de métal pour la construction de nouveaux navires. Le pays manquait de métal, nécessaire non seulement pour les navires, mais aussi pour l'équipement terrestre. À cet égard, la recherche de solutions alternatives a commencé. Au cours d'une des réunions au sommet, une idée originale a été rapportée par Jeffrey Nathaniel Joseph Pike, Membre du quartier général des opérations inter-militaires.

Le porte-avions Habakkuk en tant qu'artiste. Certaines libertés sont autorisées: la coque est en glace, pas en paycrit, et ses dimensions permettent le décollage de bombardiers lourds. Figure Amusingplanet.com (2)
 

Depuis le début des années trente, des expériences ont été menées dans des pays étrangers sur la construction de navires de glace.
Au tout début de la Seconde Guerre mondiale, des idées similaires avaient circulé au sein de l’Amirauté britannique, mais elles n’avaient pas été prises en compte à cette époque. J. Pike a suggéré d'examiner sérieusement une telle proposition et de mettre le concept ambitieux à exécution concrète.
Compte tenu des spécificités de la glace et des missions de ces navires, J. Pike a proposé de construire des porte-avions en glace.
Ils pourraient être construits sur la base d'icebergs naturels; la possibilité de créer des structures de glace artificielles n'était pas non plus exclue. Sur la surface supérieure d'un iceberg naturel ou artificiel, il serait possible d'aménager un pont un ilot et d'organiser à l'intérieur des hangars pour avions. Aussi au cœur de l'iceberg on pourrait aussi loger le système de motorisations et la propulsion.
Les calculs ont montré qu'un navire de glace serait moins cher que le métal et ne nécessiterait pas de matériaux rares. De plus, la "coque" de glace solide s'est avérée plus stable en situation de combat. Les torpilles et les bombes n’infligeraient que des dommages minimes à un iceberg
Les icebergs convertis, transformés en porte avions ou îles flottantes automotrices, pourraient opérer dans l’Atlantique Nord et couvrir des convois maritimes. À l'avenir, ils pourraient être utilisés pour assurer le débarquement de troupes sur les côtes de l'Europe continentale.
La proposition de J. Pike a été examinée en haut lieu et approuvée. Les travaux sur le nouveau projet ont débuté au cours des premiers mois de 1942. Le projet s'appelera Habakkuk (Avvakum); Dans les documents également, il y avait une orthographe incorrecte de Habbakuk. Ce titre était associé à une citation du livre biblique du prophète Avvakum: "Je ferai de votre temps une chose telle que vous ne croiriez pas si on vous le disait." En effet, la proposition de J. Pike était sans précédent.

Nouveau matériel


Il est rapidement devenu évident que la banquise ne répondait pas parfaitement aux exigences. Un iceberg ordinaire pourrait avoir des fissures, être trop beau sur l eau et fondre par temps chaud. La glace d'eau devrait être remplacée par un matériau issu de celle-ci.
J. Pike et le biologiste Max Perutz pensent trouver une alternative. Le nouveau matériau serait simple et bon marché, mais il différait de la glace qui reçut le nom de Paykrit.
Paykrit était un mélange congelé de sciure de bois ou d’autres matières fibreuses avec de l’eau dans une proportion pondérale de 1: 6.
Après la congélation complète, ce matériau dépassait la glace ordinaire en force et en dureté. Une fois dans l'eau, la couche externe de sciure de bois congelée était humidifiée et formait une sorte d'isolation thermique, protégeant toute l'épaisseur du chauffage et de la fusion.
Les blocs de Paykrit peuvent être coupés et traités comme du bois. Des blocs séparés pourraient être connectés avec de l'eau, ils se sont gelés les uns aux autres.
Cependant, le Paykrit n'était pas un matériau idéal pour la construction navale. Sous charge et dans des conditions de température non optimales, les blocs pourraient être déformés, ce qui porterait atteinte à l'intégrité du navire. En outre, une isolation thermique sous forme de sciure de bois humide sur les bords ne pourrait pas protéger complètement le matériau de la fusion. Cependant, ces problèmes n'étaient pas considérés comme rédhibitoires . Ils devraient être pris en compte et traités

 

 

Voir les nacelles des moteurs

Plus tard, en août 1943, une curieuse démonstration des propriétés de résistance de Paykrit a eu lieu. Lors de la conférence de Québec, Lord Louis Mountbatten, chef d’état-major des opérations inter-troupes, a présenté un bloc de nouveau matériel aux responsables politiques et chefs militaires présents
Pour démontrer ses caractéristiques, L. Mountbatten a utilisé de la glace et du Paykrit comme cible . La glace s’est brisée lors de l impact alors que le tir sur le Paykrit s’est terminée par un ricochet. Pour l ‘anecdote la balle a blessé l'un des participants à la conférence.

Prototype


L'Amirauté et le quartier général n'ont pas immédiatement donne leur accord pour la construction d’ un porte-avions de taille normale. Il était prévu que ce concept soient testés sur un modèle réduit.
Dans le cadre de l’essai, ils ont décidé de construire deux prototypes: un modèle en glace normale et un en bloc Paykrit aux dimensions maximales possibles.
Les deux lacs du parc national Jasper au Canada ont été choisis comme plate-forme pour de tels travaux.
La construction a commencé à l'hiver de 1942-43: les auteurs du projet prévoyaient d'utiliser le froid naturel pour geler. La construction a été réalisée par une équipe de 15 personnes
Les travaux ont duré environ deux mois et à la fin de l'hiver, le navire expérimental était prêt pour les essais. Lors de sa construction, il n’était pas possible de les faire exclusivement en Paykrit. Aussi il fut utilisé des poutres en bois, des tôles et divers mécanismes supplémentaires.
La version expérimentale d’Habacuc reposait sur une ossature en bois, qui déterminait les lignes du navire.
Des blocs de Paykrit ont été posés sur le cadre, qui formait les côtés et le fond de l'épaisseur requise. Pour renforcer la protection contre la fonte entre les blocs, des conduites du système de refroidissement ont été posées.
Les surfaces extérieures étaient recouvertes d'un revêtement métallique sous lequel était placée une couche d'aiguilles. Le système de refroidissement était alimenté par un moteur à essence
Comme le montrent les calculs, cela était suffisant pour la sélection de l'excès de chaleur. Le navire était équipé d’une centrale de faible puissance et d’une hélice. Tous les appareils de chauffage, afin d’éviter la fonte de la glace sont suspendus à des supports. Le navire expérimenté a atteint la longueur de 18,2 m pour une largeur de 9 m Le déplacement a atteint 1000 tonnes.


Les essais du premier navire de Paykrit ont donc eu lieu
La coque a parfaitement flottée et n'a pas fondu . Elle s'est révélée très prometteuse. Cependant, le printemps arrivant les charges thermiques sur la structure ont augmenté et, en outre, un problème est apparu sous la forme de flottage des matériaux.
Le design en Paykrit était courbé, bien que le cadre en bois ait compensé la déformation. Cependant, un navire plus grand avait besoin d'un groupe motopropulseur en métal plus durable. De plus, il est apparu clairement que la nécessité d'améliorer l'isolation externe, afin de réduire la fusion de la structure,
Les essais sur ce navire expérimenté Habakkuk et la fabrication de grands blocs de Paykrit ont permis de déterminer les possibilités réelles du concept proposé, ainsi que de déterminer les orientations des travaux futurs.
Les commandants britanniques et canadiens étaient satisfaits et ont commencé à élaborer les spécifications techniques du nouveau porte-avions. J. Pike et ses collègues ont commencé à travailler sur le futur projet. Cependant, l'auteur de l'idée a rapidement dû quitter le projet en raison de désaccords avec le client et ses collègues.

Porte-avions complet

Au milieu de 1943, la Royal Navy avait défini des exigences pour un futur porte-avions appelé Habakkuk II.
L'Amirauté souhaitait se doter d'un porte-avions capable de mettre en œuvre à la fois des avions léger et des bombardiers existants.
À cet égard, la longueur de la piste était censée atteindre plus de 600 m.
Sur le pont et à l'intérieur de la coque de Paykrit, des hangars sécurisés devraient être prévus pour le transport des aéronefs, ainsi que des installations de stockage de carburant et de munitions.
De plus l’amirauté souhaitait des navires offrant des performances exceptionnelles.
L’autonomie devait être de 7000 milles marins; et sa vitesse ne devait pas être inférieure à celle des autres navires de sa classe.
Il était nécessaire d'assurer une protection contre les torpilles, pour lesquelles, selon les calculs, il était nécessaire d'utiliser des planches d'une épaisseur de 12 m
Le système de motorisation de grande puissance devait être séparée de la glace. Le navire devait comporter plusieurs hélices et un gouvernail de conception traditionnelle.
Coupe du porte-avions Habakkuk II

 


 


Les mois suivants ont été consacrés à l’élaboration du projet et à la résolution des principaux problèmes de conception.
La conception finale impliquait la construction d'un navire déplaçant un1 000 000 de tonnes
Le coût du porte-avions identifié en 700 Millions de livres.Il devait embarquer jusqu'aux 200 chasseur type Spitfire ou à une centaine de bombardiers Mosquito.
Il a été proposé de construire une coque de contours traditionnels avec un pont d’envol mesurant 600 x 90 m à partir d’un Paykrit posée sur un base avec un châssis en métal,
La hauteur totale atteignait 60 m
Le caisson congelé doit avoir un fond et des côtés d'épaisseur de12m permettant de disposer d’un grand volume utile
Sous le pont on trouve la zone vie et sur.les côtés deux hangar.
Presque tout le pont était consacré au vol. Ses dimensions garantissaient le libre fonctionnement du pont Sur le côté tribord sur le pont se trouvait une superstructure de grande longueur avec une passerelle de navigation et un poste de commandement.

L’élaboration de centrales et de systèmes de contrôle se heurtait à des problèmes majeurs.
Les moteurs doivent être isolés de la coque en glace sa vitesse maximale aurait dû être de nœuds 7 soit 13 km / h
Après une longue recherche, ils se sont arrêtés devant une unité de chaudière à turbine alimentée des générateurs électriques.
Ces derniers sont connectés à des moteurs électriques Les moteurs en marche ont été placés sur les côtés de la coque en protons saillants, par tranche de 13 de chaque côté.
Les calculs ont montré que pour le navire de la taille requise, vous avez besoin d’une grande barre de navigation allant jusqu’à 30 m de haut et d’un appareil à gouverner approprié. Le développement de ce dernier a été retardé et il n'a jamais été achevé.

Le porte-avions Habakkuk .II pourrait transporter environ 1000 aéronefs notamment des bombardier bimoteurs
 
 

Il disposerait aussi de réservoirs de carburant et dépôts de munitions idoines
Le pont d ‘envol devrait être recouvert d’un sol souple avec possibilité de réparation rapide des dommages. Pour son système de DCA, plusieurs dizaines de canons anti-aériens de différents calibres ont été déployés le long du périmètre du poste de pilotage.

Dans le même temps, un avant-projet de porte-avions réduit baptisé était en cours d’élaboration.
Il était supposé se distinguer par des dimensions et des déplacements plus petits, transporter le groupe de l'aviation réduit et naviguer plus vite Le développement ultérieur Habakkuk III devait normalement se commencer après l’achèvement des travaux sur la première version.

Fin de projet
Le projet technique Habakkuk II était arrêté à la fin de 1943 et il était désormais évident que le concept en développement n'avait plus d'avenir.
Certains problèmes de conception n'ont pas encore été résolus et de nouveaux problèmes sont apparus au fil de la conception. Tout cela a entraîné un durcissement du développement, une augmentation du coût de la construction future et une réduction des caractéristiques de conception. Au fil du projet, des nuages vont ​​s’amonceler
En décembre, 1943-t lors d’une réunion ordinaire il a été décidé d’interrompre le développement du porte-avions "Ice".pour à un certain nombre de facteurs.
Tout d'abord, le projet s'est avéré trop audacieux et compliqué, ce qui aurait pu coûter trop cher.
En outre, les ingénieurs n’ont pas pu se débarrasser de l’usage généralisé du métal déficient.
La sciure de bois n'est pas devenue une alternative valable, et son utilisation s'est révélée peu pratique. Ainsi, pour la construction d'un navire, il était nécessaire de raser une forêt sur une grande surface pour avoir assez de la sciure de bois.

HMS Habakkuk.. À côté se trouve un autre navire de la seconde guerre mondiale

 
 

En outre, le besoin même d ’« îles flottantes »à base d’icebergs artificiels a disparu.
L’industrie aéronautique a pu augmenter la portée des avions et Londres a réussi à négocier avec le Portugal l'utilisation de bases aériennes aux Açores, nécessaires pour protéger les convois. Enfin, la flotte a réussi à obtenir de nouveaux porte-avions d’escorte.
À la fin de 1943, le nouveau concept britannique, le projet et le navire expérimenté au Canada, avait été examiné par des experts de la US Navy
. Ils se sont intéressés au concept original, mais l'ont rapidement critiqué et n'ont pas recommandé son acceptation. La principale raison du refus américain était l'utilisation inadéquate de métal. En utilisant les ressources requises pour un porte-avions déplaçant un million de tonnes de 2,2, il a été possible de construire un navire de taille normale, dépourvu de nombreux inconvénients caractéristiques du projet Habakkuk.

Après la finale

Après la décision de décembre 1943, tous les travaux sur le sujet de Habakkuk ont ​​été arrêtés faute de perspectives réelles
. La documentation a été envoyée aux archives sans projet de retour . L'Amirauté a complètement refusé toute utilisation de la glace ou du Paykrit dans la construction navale et ne s'attaquerait plus à ce problème.
Le prototype construit est resté au Canada. Il s'est tenu sur le lac à l'air libre et a progressivement fondu Mais le processus de destruction a duré assez longtemps. Le soleil et les pluies n’ont réussi à faire fondre Paykrit en 3 ans
La structure en bois et métal restante s'est partiellement effondrée et a coulé. Il y a plusieurs années, les amateurs de plongée ont commencé à travailler à la préservation d'un monument unique de science et de technologie,
À l’avenir, dans d’autres pays, on s’est efforcé de créer des navires de glace, notamment en utilisant divers additifs et structures de renforcement.
En général, par leurs résultats, ces projets ne différaient guère du programme britannique Avvakum. Tous ont confirmé la règle connue de longue date: les propositions originales et audacieuses ne sont pas toujours prometteuses et ne conviennent pas à une utilisation réelle.
 

 

 
 
 
   


Copyright © 2003-2022 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:5861021
Nb de visiteurs aujourd'hui:1072
Nb de connectés:51