Japon Véhicule Amphibie Su Ki

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 14/01/2022 à 19:07:39



Japon  Véhicule Amphibie Su-Ki
 
 

En 1942, lors de la bataille de Guadalcanal, l'armée japonaise, livrant des fournitures à la côte, a été confrontée au problème d'une pénurie de véhicules transportant les fournitures du navire vers la plage et à l'intérieur des terres vers le ligne de front
Par défaut de matériel adéquat les cargaisons laissées sur la plage étaient souvent bombardées par les navires et avions ennemis . Le stockage devenant ainsi un problème ainsi souvent la plupart des équipements pouvaient tout simplement être détruits. Ce problème se révélant pour la première fois après la guerre sino-japonaise, lorsqu'ils ont rencontré pour la première fois les problèmes de transport amphibie.
Pour cette raison, le commandement de l'armée et de la Flotte décide du développement d’une famille de véhicules de fret spéciaux nécessaires au transport de marchandises directement des cargos ancrés au large vers des entrepôts intérieurs.Mais le développement à l'époque a été reporté en raison de coûts et de problèmes de main-d'œuvr e
Il faut attendre quelques années et à la mi 43 pour que ce manque de véhicules amphibies dans l'armée impériale japonaise (IJA) incite, le haut commandement à émettre une feuille de route pour la création de trois véhicules spécialisés pour les besoins des détachements navals amphibies et des unités de l'armée déployés dans les îles du Pacifique et en Asie du Sud-Est, là où la topographie se présente comme une myriade d’îles et de coupures humides
Ces moyens devaient être un camion amphibie, un véhicule amphibie léger et l'équivalent d'un transporteur amphibie à chenilles américain (LVT).
Les travaux sur un cargo amphibie ont commencé en premier.
Le développement a été confié à Toyota. Et c'était logique, puisque cette société recherche et développe des véhicules 4x4 à traction intégrale depuis de nombreuses années.
Les ingénieurs de l'entreprise ont pris leur camion moyen de 2 tonnes "To-Ki" avec la formule 4x4 comme base pour du futur engin.
Camion "To-Ki"

 
 

L'idée d'utiliser un camion de série,vient des USA en effet les Japonais ont très probablement espionné les États-Unis, qui avaient mis au déjà aupoint l’amphibie General Motors DUKW. Mais, contrairement à son homologue américain, l'armée japonaise a demandé un cockpit fermé et un compartiment cargo avec des côtés plus hauts.

La carrosserie du camion a été copié sur un bateau Dans la partie avant de la coque dans un compartiment étanche se trouve le moteur, et derrière celui-ci se trouvait le poste de conduite pouir l’equipage qui contrairement à son homologue américain, était de type fermé avec un toit ouvrant et des portes latérales pour l'embarquement/débarquement de l'équipage. Les parties centrale et arrière étaient occupées par un plateau ouvert avec une large porte.
Su-Ki

Vue générale d'un camion amphibie

Pour gagner du temps, Toyota a utilisé les principaux composants de la transmission civile les laissant découverts Par contre ils sont indépendants du bateau-coque. L'un des éléments clés du camion To-Ki a également été retenu :sa possibilité de rouler en 2 ou 4 roues motrices.
Le nom de baptême retenu pour ce engin fut "Su-Ki"
Avec un poids à vide de 6,4 tonnes. Il avait une charge utile de 2 tonnes. Les dimensions hors tout étaient de 7,6 m de longueur, 2,2 m de largeur et 2,4 m de hauteur
Sa motorisation était un moteur à essence 6 cylindres de 65 CV identique à celui du camion To-Ki. Ce moteur procurait une vitesse sur route de 65 km/h. Malheureusement, nous n’avons a pas de données sur la vitesse sur l'eau qui devait être de 10 nœuds.
Pour pomper l'eau de la coque et du compartiment moteur, un système de drainage a été développé et des pompes de cale installées sur les côtés gauche et droit à l'avant
Pour le déplacement sur l'eau, une hélice a été installée à l'arrière de la coque. Mais le gouvernail était complètement absent. Le conducteur effectuait des virages sur l'eau à l'aide de la paire de roues avant. Dans le même temps, selon des documents consultés après la guerre par des spécialistes américains, les quatre roues étaient débrayées lorsque l'hélice était allumée.
Il ne possédait pas d'armement défensifs
La coque en acier blindée mesurait 5 mm d'épaisseur, ce qui assurait une protection blindée contre les tirs de fusil et les éclats d'obus.
 

Véhicule amphibie "Su-Ki" avec une trappe ouverte dans le toit du cockpit. La trappe servait de sortie de secours pour le conducteur, et peut-être aussi pour loger l'observateur.
 

Amphibien "Su-Ki", vue arrière. Une hélice est visible sous le quai de chargement, il n'y a pas de gouvernail

Le plateau arriere possédait une porte battante pour un accès facile au véhicule, permettant de charger/décharger n'importe quelle charge utile.
Le vehicule possédait aussi un treuil par contre in en sait pas si un kit de rampes pour le chargement de matériel léger ou de personnel était fourni.

 
 

L'amphibie "Su-Ki" (ci-dessus) et l'amphibie américain DUKW : comparaison de l'aspect général et de la disposition
Sa caisse arriere avec un franc-bord plus élevé afin de gérer des vagues plus grosses en faisait un engin avec dess qualités nautiques plus prononcées, grace aussi à sa carène mieux profilée. 
Au final en comparant les deux engins on se rend compte des différences majeures entre les deux engins
Le So KI était une bête complètement différente : légèrement blindée, avec une cabine fermée, quatre roues motrices, mais elle ne transportait que 2 tonnes de fret (contre 3,3 tonnes sur l'eau pour un américain).
En novembre 1943 et Aout 1944 198 engins ont été produits . Le Su-Ki est entré en service en décembre 1943 ou janvier 1944 et a combattu jusqu'à la fin de la guerre.
Les amphibiens de débarquement Su-Ki ont été utilisés par les forces armées japonaises dans les îles du Pacifique, mais principalement dans les îles Salomon et les îles Gilbert.
Ainsi, lors de la préparation du débarquement sur Ellis Island, près de la moitié des "Su-Ki" existants ont été réunis. L'armée japonaise a également développé ses propres tactiques liées aux nouveaux amphibiens. Au début, comme d'habitude, la côte était sous le controle de la marine avec l artillere et l 'Aéronavale
.

Plusieurs véhicules préparés pour le débarquement sur l'île. Ellis, 1944

 
 

Char amphibie "Ka-Mi", avec lequel les amphibiens "Su-Ki" étaient censés opérer
A coté de ces camions amphibies ont trouvera aussi des chars amphibies Ka-Mi et Ka-Chi.
Ainsi ces engins Su KI ont permit à une équipe de débarquement de soutenir l'attaque des chars sur le rivage. Dans le deuxième échelon, il y avait d'autres véhicules amphibies avec des renforts ou de l'équipement et des munitions,
Cependant, l'opération, dont le but initial était de détruire les aérodromes alliés, s'est soldée par un échec. Dans le même temps, jusqu'à une douzaine et demie de véhicules amphibies ont été perdus.

Un cargo amphibie, abandonné lors de la retraite d'environ. Ellis

Aussi cet echac de la campagne d'Ellis Island a soulevé la question de la construction d'un navire d'assaut amphibie spécial similaire à l'amphibien blindé américain LVT.
Les travaux sur le projet ont commencé au début de 1944 et se sont poursuivis par intermittence jusqu'à la mi-1945. Cependant, même un prototype n'a pas été fait.
La raison en résidait dans le fait que Toyota, après avoir analysé la situation a fait porter tous ses efforts dans la modernisation du Su KI
Ainsi, la version de "Su-Ki 2" était censée 'améliorer les capacités tout terrain et améliorer la protection blindée afin d'opérer en premier echelon au coté des chars.
Il était également prévu d'installer 2-3 mitrailleuses sur la machine pour l'autodéfense et le soutien du débarquement sur le rivage.
Le développement de cet AMTRAC débute fin 1944. La charge utile est restée la même que sur le véhicule précédent, et le nombre de soldats a été réduit à 18-20 (contre 25 pour son prédécesseur).



Une paire de photos de l'amphibie "Su-Ki". Vue de face. L'essieu avant, les contours de la coque et les trappes d'accès au compartiment moteur sont clairement visibles

Au printemps 1945, Toyota a commencé ses travaux sur une autre version le SU KI 3 qui serait armé de mitrailleuses lourdes et légères, des lance-grenades et aurait possédé une protection accrue mais en corrolaire à la suite de l'installation de tout cet armement le volume de la cargaison transportée a diminué et le nombre de troupes a également été réduit.
Cependant, la guerre a pris fin en septembre 1945 et les Japonais n'ont pas eu le temps de construire un prototype d'un nouvel amphibien.
A la fin des hostilités, la plupart des amphibiens ont été capturé par l'armée américaine. Mais l'armée américaine ne les a utilisés et ils furent feraillés

L'armée américaine examine le "Su-Ki" amphibie capturé

Aujourd'hui, c’est sur l'île de Ponape en Micronésie, que l’on peut trouver plusieurs "Su-Ki". Abandoné sont un plus ou moins complet, cependant, dans un état assez déplorable.
Caractéristiques
Marque : Toyota
Série : novembre 1943 - août 1944
Produit : 198 pièces.
Equipage + débarquement : 1 personne. + 25 personnes
Poids: tonnes 6,4
Capacité de chargement: tonnes 2
Dimensions : 7,6x2,2x2,4m
Vitesse maximale : 65 km/h (sur terre)
Moteur : moteur essence 6 cylindres
Puissance du moteur: 65 l. c.
 
   


Copyright © 2003-2022 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:5861056
Nb de visiteurs aujourd'hui:1107
Nb de connectés:51