Japon Marine IJN Les Croiseurs Lourds 4 Classe Myoko 1929 1945

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 01/01/2022 à 22:04:27



 
La Marine Impériale Japonaise
Dai-Nippon Teikoku Kaigun 大日本帝國海軍  Nippon Kaigun   日本海軍 Rengō Kantai  連合艦隊
Les Croiseurs Lourds   ITTO-JUNYOKAN Classe Myokoi 1932 1945
 
 
 
 
 
Les Croiseurs lourds  Classe Myoko
 
 
 
 
 
 
Le 1e septembre 1923 le séisme du Kantō avec 356 secousses d'une magnitude allant jusqu'à 8 sur l'échelle de Richter ont complètement détruit la capitale japonaise. 
Les faubourgs ont également été gravement touchés. Le nombre de personnes piégées dans les décombres et dans les flammes des incendies a dépassé les 4 millions de personnes.
Le grand tremblement de terre de Kantō a causé d'innombrables difficultés, dont la destruction des chantiers navals qui construisaient les navires de la 
marine impériale
Le porte-avions ex croiseur de combat Amagi qui se trouvait sur la cale de construction à Yokosuka, a été transformé en d'épaves.

Que s'est-il passé ensuite ?
Le gouvernement japonais a fait savoir que les chantiers navals sont perdus. Il n'y avait tout simplement pas assez de temps pour restaurer l'industrie après le terrible cataclysme de 1923. Les croiseurs et porte-avions ne seront pas inclus dans le programme d'armement de l'État actuel, et qu’il faudrait attendre 1950 pour que la flotte soit entièrement remise à niveau
Mais en fait pour l’opposition une telle alternative semblera offensante et impossible.
Aussi tout fut mise en œuvre pour faire renaître le phœnix de ses cendres et l'arsenal naval de Yokosuka fut reconstruit en un an.
Le 25 octobre 1924, la coque du croiseur N°5 est placée sur la cale de construction
et en 1927 trois ans plus tard, la coque de 200 mètres a été lancée et à l'été 1929, le croiseur lourd "Myoko" tête d'une série de quatre croiseurs sera admis au service actif avec l IJN
 

IJN Myoko

 

IJN Nachi


Les Japonais vont justifier ce temps aussi long par la charge de travail élevée du chantier naval. Car un autre programme avait la priorité.Celui de la transformation du cuirassé « Kaga » en porte-avions (il doit remplacer l’ Amagi détruit par le séisme) sur le même site
En leur temps non content d être les croiseurs les plus puissants c’était aussi un exemple de savoir-faire nippon en matière de projet maritime
encore de nos jours, aucun des navires en construction ne possède une centrale électrique aussi puissante, que celle qui se trouvait sur le "Myoko". Les turbines à vapeur "Kampon" développaient une puissance comparable à la centrale nucléaire tout cela en 1930
En 1930 les croiseurs lourds classe Ashigara, développaient35,6 nœuds. avec une motorisation électrique de 138 692 ch.
IJN Aghigara
IJN Haguro


La question n'est pas de savoir si les navires modernes ont besoin de ces 35 nœuds
. Le problème est lié au poids et aux dimensions de la centrale électrique, car avec toutes les imperfections de la technologie des années 1920. et des restrictions internationales strictes sur le déplacement des navires cela pose un problème si on veut se conformer aux traités en vigueur et qui ont été signés .
Le poids total de 12 chaudières (625 tonnes), des quatre turbines Kampon (16 turbines haute et basse pression, 268 tonnes), des réducteurs (172 tonnes), des canalisations (235 tonnes), des fluides (eau, huile 745 tonnes) et divers équipements auxiliaires cela donne un poids total de 2 730 tonnes.
Mais il faut savoir qu’en 1920 les turbines n'ont pas l'efficacité des installations chaudières-turbines modernes aussi les concepteurs de "Myoko" ont dû ajouter deux turbines de croisière (2 x 3750 ch) aux mécanismes principaux.
Mais cette installation va faire surgir une autre difficulté
Le croiseur avait 4 lignes d'arbres d'hélice, Or les turbines auxiliaires ne pouvaient faire tourner que les arbres d’hélice externes. Aussi il était nécessaire d'installer un moteur électrique supplémentaire, qui fait tourner les arbres d’hélice interne mais qui pouvaient être arrêtés en régime de croisière L'avantage de ce système est sa rentabilité.
Avec sa réserve de pétrole maximale (2 500 tonnes), l’autonomie en régime de croisière à une vitesse économique de14 nœuds était d'environ 7 000 milles. Les indicateurs d'autonomie "Myoko" correspondent aux meilleurs navires modernes dotés d'une centrale électrique conventionnelle non nucléaire.
Mais tout’ solution à sa face cachée L’ inconvénient sérieux (en plus de la complexité) était dans le passage en urgence de vitesse la croisière en pleine vitesse. Passer de deux arbres à quatre, connecter tous les accouplements nécessaires et démarrer les turbines était loin d'être un processus rapide. 
Au combat, cette circonstance pouvait devenir fatale. Cependant, à cette époque, les Japonais n'avaient pas beaucoup le choix.
Apres la motorisation voyons le système d arme
Le croiseur a reçu cinq tourelles bitube comme armement principal de dans un premier temps de 200 mm et ensuite rapidement de 203 mm


Il s'agissait de l'arme standard des croiseurs lourds japonais pendant la guerre, ayant été montée sur des supports doubles à bord des classes Furutaka , Aoba , Myoko , Takao , Mogami et Tone .
En termes de performances au feu, son seul challenger était l USS Pensacola.

 


Ces canons japonais 203/50 Type 3 ont été conçus comme des armes à double usage. En conséquence, ce type de canon est devenu l'un des meilleurs canons (huit pouces de leur époque ) Le poids de l obus type AP était de 125 kg.
Le système des trois tourelles avant fut la marque de fabrique de la marine impériale.Les deux autres tourelles se trouvaient à la poupe.
On trouve aussi
comme armement secondaire dans un premier temps 6 tourelles simples de de 120 mm, qui seront remplacées apres modernisation par 4 tourelle double de 127 mm.

Il s'agissait de l'arme AA lourde japonaise standard de la guerre, transportée à bord d'une grande variété de navires, et également utilisée comme monture de défense côtière. C'était une assez bonne arme, même si sa vitesse initiale était assez peu impressionnante.

 


L’armement anti-aérien - a été continuellement renforcé tout au long de la vie opérationelle des navires
En commençant par une paire de mitrailleuses Lewis, on arrive à l'été 1944, à à 52 canons anti-aériens automatiques de calibre 25 mm (4 triples 8 doubles et 24 simples).

C'était l'Arme Anti aérienne légère japonaise standard de la guerre, Elle était t monté à bord de pratiquement tout ce qui flottait. C'était une adaptation d'un design français Hotchkiss. C'était également une arme très médiocre, entravée par un entraînement lent et des vitesses d'élévation (même dans les montures triples à commande électrique), des vibrations excessives et des éclairs de bouche,
Le fait que l'alimentation en munitions se faisait via un chargeur fixe de 15 cartouches qui nécessitait l'arrêt tirer à chaque fois que les munitions devaient être changées. Dans l'ensemble, il était plus comparable au 20 mm Oerlikon américain et était largement inférieur au Bofors 40 mm américain à tous égards, à l'exception de la cadence de tir (et à peine à cet égard : le Bofors pouvait tirer 120 coups/minute soutenus parce que de sa conception de clip de munitions alimenté par le haut à tir constant 
Sur le 25 mm ' Les fréquents changements de caisses de munitions ont réduit sa cadence de tir nominale à seulement la moitié de son maximum théorique de 260 coups/minute
 Cette absence étonnante d'une arme AA automatique moyenne adéquate, associée à un contrôle de tir inférieur, s'est avérée avoir des conséquences désastreuses pour les unités de surface japonaises au fur et à mesure que la guerre progressait.
Mais l’ autre armement le plus puissant pour les japonais était la Torpille


Selon les amiraux japonais les torpilles à longue portée deviendront un atout lors des combat avec les croiseurs américains
Contrairement aux croiseurs européens, les croiseurs de l'US Navy étaient complètement dépourvus d'armement de torpilles, s'appuyant entièrement sur leur artillerie ainsi équipées ils étaient inférieurs aux Japonais.
Chaque croiseur japonais transportait quatre tubes de lancement TA-12 (4x3) pour lancer des torpilles à oxygène de calibre 610 mm. Il avait à son bortd une réserve de 24 torpilles.
Avec leurs caractéristiques uniques, les alliés les appelaient « long lance
La vitesse de ces torpilles allaient de 40 nœuds à 48 nœuds pour une autonomie de 40 km maximum
La puissance des ogives avec une demi-tonne d'explosifs était énorme


Mais là aussi se pose un problème majeur car, comme l'expérience de combat l'a montré,l'emplacement du système et celui de sa soute non protégés juste sous le pont supérieur représentent un danger plus grand pour les croiseurs eux-mêmes que pour l'ennemi.
Comme tous les croiseurs de cette période, les croiseurs classe Myoko emportait un groupe aérien composé de deux hydravions de reconnaissance.
Les installations de détection et de contrôle de tir étaient situées sur huit plates-formes de tourelle de commandement. Le blockauis central massif s'élevait à 27 mètres au-dessus du niveau de la mer.

 Blindage
Comme tous les croiseurs type Washington les croiseurs japonais avaient une protection minimale, incapable de protéger le navire de la plupart des menaces de l'époque.
La ceinture principale, d'une épaisseur de 102 mm, sur une longueur de 82 m et d'une largeur de 3,5 m,
Elle assurait la protection des chaufferies et des salles des machines contre les obus de calibre 150mml. Les soutes à munitions étaient en outre protégées par des ceintures de 16 mètres de long (à l'avant) et 24 mètres (à l'arrière du croiseur).
Quant à la protection horizontale, la résistance des ponts blindés d'une épaisseur entre 12 et 25 mm (haut) La plus épaisse etait de 35 mm au centre . Elle pouvait resister à un coup au but d’une bombe HE de 235 kpkgs ou 500 lb
Les tourelles principales n'avaient qu'une protection contre les éclats de 2,5 cms d'épaisseur.
L'épaisseur des barbettes était de 7,6 cms.


En tout la protection des Myoko représentait 2 024 tonnes de blindage
Les plaques de blindage formant la ceinture de blindage et le pont de blindage principal ont été incluses dans l'ensemble de puissance, augmentant sa résistance longitudinale.



 
Modernisations

Entre 1929 date mise en service de la classe Myoko et la fin de la carriere des diffrents navires les croiseurs ont beaucoup changé et le croiseur de 1929 devient un navire complètement différent,qui n a pas grand - chose avec le croiseur initial
Un mot résume le changement ,Tout
Sa silhouette (forme de cheminée). Son armement (entièrement modifié). Sa motorisation électrique (remplacement du moteur électrique, qui faisait tourner les arbres en croisière, par une turbine à vapeur plus fiable).
Le groupe motopropulseur a été renforcé en 1936, sur le "Myoko" et il a reçut le long de la coque, quatre bandes d'acier de 25 mm d'épaisseur et de 1 mètre de large qui ont été rivetées.
Pour compenser la détérioration de la stabilité due à la surcharge, après l'installation de nouveaux équipements, des espaces de 93 mètres de long par 2,5 m de large ont été montées sur les croiseurs,
Ces espaces servaient également de protection anti-torpille. En temps de guerre, il était prévu de les remplir de bouts de tuyaux en acier.
Points faibles
un défaut rédhibitoire de de tous les croiseurs japonais était une surcharge dans les hauts et cette surcharge dangereuse entraînait par conséquent, des problèmes de stabilité.
Les quatre navires de la classe Myoko" ont traversé les tourbillons de la guerre et, malgré de nombreux dégâts de combat et des inondations, ont tenu jusqu'au bout
En 1935, lors de "l'incident de la quatrième flotte", en raison d'une erreur du service météorologique, les quatre croiseurs ont traversé un typhon, où la hauteur des vagues a atteint 15 mètres.
Participant à des manœuvres de guerre durant l'année 1935, la quatrième flotte fit face à un mauvais temps. Le 26 septembre, la tempête passa au statut de typhon. La coque des
destroyers Hatsuyuki et les Yugiri furent arrachés la houle tandis que celles des MyokoMogami, Taigei furent gravement endommagés. Les porte-avions légers Hōshō et Ryujo, le mouilleur de mines Itsukushima et la quasi-totalité des destroyers de la flotte furent légèrement endommagés. Cinquante-quatre membres d'équipage décédèrent dans la tempête.
 La superstructure a été endommagée, sous l'impact des vagues, les tôles de ont souffert en plusieurs endroits, et des fuites se sont produites. Cependant, les croiseurs n'ont pas chaviré et sont retournés à la base.
Le problème vraiment grave fut toujours le mauvais stockage des torpilles Ces armes et leurs lieux de stockages n'avait pratiquement aucune protection, Ce qui entraînera la perte de deux croiseurs les Mikuma et Tyokai
Ce problème avait était signalé dès le stade de la conception, les experts ont émis une opinion sur la possibilité d'abandonner les torpilles, en raison de leur danger pour les croiseurs eux-mêmes. 
Mais ils ne furent pas entendus et les navires ont étés mis en service avec leur anguilles mortelles
Aussi lorsque la situation peut devenir dangereuse les Japonais préféraient les jeter par-dessus bord afin d'éviter de graves conséquences.
l’ autre inconvénient qui a réduit l'efficacité au combat était la faiblesse (et pour la plupart l'absence) de l'équipement radar. Les premiers radars de détection générale de type 21 ne sont apparus sur les croiseurs qu'en 1943.
Cet inconvénient n'a rien à voir avec une erreur de calcul dans la conception, du navire mais résulte d’un retard des japonais dans le domaine du radar.
Les Myoko Au combat
Les croiseurs ont participé à des campagnes dans tout le théâtre d'opérations du Pacifique - Indes orientales et Indonésie, Kouriles, mer de Corail, Midway, Îles Salomon, Îles Mariannes, Philippines. Pour quatre - plus de 100 missions de combat.
Ils ont étaient engagés dans desBatailles navales, couverture de convois et de débarquements, évacuation, bombardement de la côte, transport de soldats et de marchandises miitaires.
En fait, la guerre pour eux a commencé bien avant l'attaque de Pearl Harbor.
 Déjà en 1937, les croiseurs étaient impliqués dans le transfert de troupes japonaises en Chine.
 À l'été 1941, les Myoko soutiennent l'invasion de l'Indochine française.
 
Les quatre croiseurs de classe Myoko sont amarrés à Beppu. Selon la tradition japonaise, le nombre de rayures sur la cheminée avant correspond au numéro du croiseur de la division.

 

 


Lors de la première bataille en mer de Java, le Haguro a réussi à couler deux croiseurs Néerlandais les croiseurs Java et De Ruyters et le destroyer Cortenaer avec des torpilles et l’artillerie, endommagent un autre croiseur lourd allié HMS Exeter.
 


Le Nachii s'est distingué dans la bataille des îles Commander, endommageant gravement le croiseur USS Salt Lake City" et le destroyer USS Bailey
Au cours de la bataille de l'île de Samar (10.25.1944), des croiseurs de ce type, ainsi que d'autres navires de la formation japonaise, ont coulé le porte-avions d'escorte USS Gambier Bay et trois destroyers.
S’il n y avait pas défaillance des détonateurs des obus japonais le score de combat pourrait être reconstitué avec une douzaine de victimes supplémentaires. 
Ainsi, après la bataille, USS "Kalinin Bay" a été enregistré 12 trous traversants provenant d'obus des croiseurs japonais.
Le Nachi  alors à l’ancre en baie de Manilka a été attaquée par des avions des porte-avions USS Lexington" et "Ticonderoga". Le croiseur a réussi à riposter, abattant deux avions et, manœuvrant habilement, s'est dirigé vers le large. À ce moment, la troisième vague a reussi à placer des torpille à l'extrémité avant du "Nati" qui a aussi reçu une bombe sur le pont supérieur
. Le croiseur a perdu de la vitesse. Deux heures plus tard, alors que les équipes de secours ont pu prendre le contrôle de la situation et s'apprêtaient à lancer les voitures, la quatrième vague d'avions est apparue. Après avoir reçu plusieurs coups de torpilles, de bombes aériennes et de roquettes non guidées, le Nati s'est brisé en trois parties et a coulé.
L’ Haguro"

le 14 mai 1945 a quitté Singapour dans le but de livrer de la nourriture aux îles Andaman.
L’ Us Navy n a pas réussi à intercepter le convoi Mais le lendemain, au cours d'une violente bataille, le Haguro est coulé par une formation de destroyers britanniques.
L Ashigara". Le 8 juin 1945, le croiseur est torpillé dans la région de Sumatra par le sous-marin britannique « Trenchent » (10 torpilles tirées, 5 coups).
Le Myoko a été lourdement endommagé lors de la bataille du golfe de Leyte, Il est réparé à Brunei mais il est à nouveau torpillé par un sous-marin américain. Lors d'une tempête, il perdit sa poupe
Il est pris en remorque par son sister ship Haguro est dirigé sur Singapour, où il servit de batterie anti-aérienne. Le remorquage du croiseur vers le Japon était considéré comme impossible. Après la guerre, tout ce qui restait du navire légendaire a été capturé par les Britanniques.

A l'été 1946, le croiseur lourd "Myoko" sort de Singapour et coulé par 150 mètres de profondeur. A côté de lui reposent les restes d'un autre croiseur japonais, "Takao".

 

Deux samouraïs reposent sur le fond boueux du détroit de Malacca, loin de leur patrie, qu'ils ont si désespérément défendue.

 

 
 
 
 
Il a accepté la mort sans perdre espoir.
Pour l'empereur, pour l'honneur de la flotte
 
 
 
   


Copyright © 2003-2023 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:6154061
Nb de visiteurs aujourd'hui:696
Nb de connectés:48