Angleterre L artillerie Anglaise XVIIIe

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 10/12/2021 à 22:16:51



L artillerie Anglaise XVIIIe
Maquettes exposées à Woolwich Arsenal Museum


 

 

Les canons étaient de plus en plus répandus au cours de cette période, la plupart des canons étant à chargement par la bouche, à canon lisse et coulés en bronze ou en fer. Des canons lourds ont été utilisés pour abattre les murs lors des sièges. Les mortiers étaient souvent utilisés pour tirer des obus explosifs sur les murs d'une position ennemie.
Les armées étaient généralement bien équipées en artillerie de campagne. Les canons de campagne les plus lourds étaient installés au début d'une bataille et ne bougeaient plus par la suite, tirant sur l'armée ennemie à longue distance. Des canons plus petits accompagneraient l'infanterie, étant utilisés pour couvrir les écarts entre les unités d'infanterie. Les canons pouvaient être déplacés avec l'infanterie à mesure qu'elle avançait pour renforcer la puissance de feu des mousquetaires.
Le canon pourrait causer des dommages importants - un boulet de canon en fer pourrait éliminer une file entière de soldats, tandis qu'un « tir de cartouche » (une boîte en fer remplie de bouts de métal et de clous en fer) tiré d'un canon à bout portant pourrait causer des blessures horribles.

 

Les maquettes sont exposées au Arsenal Museum de Woolwich près de Londres
Dans cette vitrine sont exposées les peièces utilisées par l'Artillerie et le génie apres la Guerre Civile

La Forge de campagne

Elle sera présente dans toutes les armées du Moyen age à Nos jours

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Matériel de Génie

Le franchissement des coupures humides comme les fleuves et rivières fut toujours un obstacles pour les armées en campagne. Depuis le passage à la nage ou sur un tronc d'arbre aux pontons automoteurs actuels, les solution apportées ont toujours été tributaires des progrès techniques de l'époque.

 

 

Le chariot de transport

A la fois outil logistique, de transport et d’habitat, le chariot se révéla aussi comme une arme de guerre efficace dont sa fonction défensive fut souvent appliquée sur divers théâtres d’opérations militaires depuis l’Antiquité jusqu’à l’aube du XXe siècle, que ce soit en Europe, en Asie, en Afrique méridionale ou sur le continent nord-américain.
Au Moyen Age, le chariot continua d’assurer la logistique d’une armée en campagne, d’autant que le ravitaillement en vivres et en munitions demeurait une des conditions essentielles pour la réussite de toute opération militaire d’une durée prolongée en territoire ennemi. Par exemple dans la France de l’époque carolingienne, les villes royales étaient obligées de fournir des chariots à vin ou à farine, couverts de cuir et rendus imperméables pour la traversée des cours d’eau. Chaque équipage devait être armé d’un bouclier, d’une lance et d’un arc à flèches afin d’assurer sa propre défense

Brouette

 

 

 

Les timbales sur carosse



La musique militaire est très ancienne, puisqu’on la retrouve déjà durant l’antiquité, notamment, chez les Grecs et les Romains, puis au moyen-âge chez les Francs.Elle a servi pendant longtemps a transmettre les ordres. La timbale d’orchestre est un instrument de musique membranophone, de la famille des percussions.   Ce sont les .Naquaires, Naqqara, nagârah, nagara, nagariya, naqara, nakers (anglais), naccheroni (italien) Ce sont des petits instruments de percussion militaires à peau unique, en forme de timbale, d'origine arabe, qui se sont répandus dès le Moyen-Âge, par les conquêtes, les croisades, la présence arabe en Espagne, l'avancée turque en Europe.
La tradition qui consiste à symboliser le pouvoir par le son des tambours est issue de l’Asie centrale, patrie d’origine des Ottomans  elle se trouve consignée dans les écrits d’Orthoun (730)  Le nakkare est une timbale faites en cuivre recouvertes de peaux particulièrement tendues pour donner des sons aigus. Les nakkares sont des kous en miniature. Le Kous étant  deux grosses caisses en cuivre couvertes d’une fine peau de chameau dont l’une donne un son plus bas que l’autre. Cet instrument est la base des instruments de percussion du fait de sa taille. Des tailles qui varient selon les montures sur lesquelles elles étaient fixées : éléphant, cheval ou chameau. Une paire de kous utilisée du temps de Soliman le Magnifique au XVIe siècle  Les  kous ont parfois  mètre cinquante de diamètre.  ce qui fait qu'au XVIIIe il est courant de volir des timbales transportées sur des Carosses  

 

 

 

Les bouches à feu

Au début du XVIIIe, les canons étaient utilisés pour protéger le déploiement d'une armée et pour préparer l'avance des troupes en tirant sur des formations ennemies. On avait tendance à considérer les batteries lourdes, convenablement protégées par des travaux de campagne ou des fortifications permanentes, comme le rôle naturel de l'artillerie.


Mais si l'artillerie était rarement décisive au combat, elle a néanmoins gagné en importance grâce à une organisation, un entraînement et une discipline améliorés.
Au siècle précédent, les calibres avaient été réduits en nombre et plus ou moins standardisés ; maintenant, il y avait des améliorations scientifiques et techniques notables. Le scientifique anglais Benjamin Robins a marié la théorie à la pratique ; ses New Principles of Gunnery (1742) ont fait beaucoup pour amener une attitude plus scientifique envers la balistique. L'un des résultats des recherches de Robins fut l'introduction, en 1779, des caronades, ces pièces courtes et légères si utiles dans les confins du pont des canons d'un navire. Les caronades variaient généralement en calibre de 6 à 68 livres.

Les Obusiers

 

 

Bouche à feu, pièce d'artillerie qui se distingue par une forme courte qui s'adapte à des calibres allant de 10 à 25. L'obusier lance des obus par tir plongeant habituellement. Il est de la même famille que les Mortiers
L'obusier a été inventé par les Hollandais au XVIIe siècle pour lancer des projectiles plus gros (généralement des bombes) que les pièces de campagne, dans une trajectoire élevée similaire au mortier, mais à partir d'une arme plus légère et plus mobile. L'efficacité polyvalente de l'obusier fut appréciée presque aussitôt et fut bientôt adoptée par toutes les armées européennes. L'arme devait sa mobilité à un chariot robuste à deux roues comme un affut de campagne, mais avec un canon relativement court qui permettait le large arc d'élévation nécessaire pour cette arme.
Les obusiers anglais des années 1750 étaient de trois calibres : 5,8, 8 et 10 pouces, mais le 10 pouces était si lourd (environ 50 pouces de long et plus de 3 500 livres) qu'il a été rapidement  abandonné
. Müller a déploré le poids superflu de ces pièces et a développé des obusiers de 6, 8, 10 et 13 pouces dans lesquels, par une répartition plus calculée du métal, il a réalisé des armes beaucoup plus légères.

 

 

 

 

Mortier

C ’est une arme de siège née au XVIIe siècle , elle appui essentielle de l'infanterie, fournissant à celle-ci la possibilité d'attaquer un ennemi retranché avec une pièce bien plus mobile et demandant moins de logistique que l'artillerie
conventionnelle.

Depuis les temps les plus reculés, l'utilité du mortier comme arme d'artillerie a été clairement reconnue. Jusqu'aux années 1800, l'arme était généralement en bronze et de nombreux mortiers avaient une élévation fixe de 45°, ce qui, au XVIe siècle, était considéré comme l'élévation appropriée pour la portée maximale de n'importe quel canon.


Dans les années 1750,les Espagnols fabriquèrent un mortero de plancha , ou mortier à "plaque"  permetttant ainsi une élévation plus variée et une portée différente en utilisant plus ou moins de poudre,  Mais le mortier le plus utile, bien sûr, avait des tourillons et une élévation réglable au moyen de pierres d'angle.La plupart des mortiers étaient équipés de dauphins, seuls ou par paires, qui servaient à soulever l'arme sur sa plaque de couche
Souvent on trouvait aussi  une petite tasse à crochets  ou  casserole d'amorçage  sous l'évent,  ce qui évitait de renverser beaucoup de poudre au niveau de la culasse presque verticale. Comme pour les autres canons en bronze, les mortiers étaient ornés d'amoiries et textes

 

 

 

 

 

Les Canons

 

Le canon du XVIIIe siècle était un canon en fonte,. mais le bronze coulé était supérieur pour résister aux contraintes du tir. Mais en raison de sa tenue  il fallait moins de métal que pour fondre un canon en bronze   Aussi  une pièce en bronze était généralement la plus légèr. Pour les canons de "position" dans des fortifications permanentes où le poids n'était pas un inconvénient, le fer régnait en maître jusqu'à l'avènement des canons en acier. Mais comme le bronze ne rouille pas   il a été le plus souvent utilisé  à bord des navires ou dans les forts côtiers.

3 pounder Galloper

 


Galloper a été vu  pour la première fois en Amérique en 1740  L'idée du  Galloper vient de pouvoir posséder un canon léger  tracté par un seul cheval . Durant le Moyen Age il a existé une arme similaire mais elle était poussée et non tracté. Au cours de la Guerre Civile Anglaise (ECW)
l'artillerie légère a été utilisée sur  le champ de bataille. En 1726 Français décrivent un canon de 4/8 livre allemand qui peut etre un Galloper . Frédéric II utilisé desc anons légers 3 pouces  repartis en compagnies d'artillerie légère
En Flandres en 1744  Les britanniques utilise aussi cetype de canon et à
Fontenoy  le duc de Cumberland possède 6  galopeur de 1.5 pounder  tractés par un ou deux chevaux en tandem
Après le Galloper a été utilisé aux Indes au Bengale et à Madras

 

 

3 pounder

 

 

6 pounder

 

 

12 pounder

 

24 pounder

 

 

   


Copyright © 2003-2023 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:6154613
Nb de visiteurs aujourd'hui:1248
Nb de connectés:50