Japon Marine IJN Les Croiseurs légers Classe Agano 1943 1945

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 20/09/2021 à 09:02:08



 
La Marine Impériale Japonaise
Dai-Nippon Teikoku Kaigun 大日本帝國海軍  Nippon Kaigun   日本海軍 Rengō Kantai  連合艦隊


Les  Croiseurs Légers  KEI-JUNYOKAN classe Agano 1943 1945


 
 
 
Ces navires peuvent vraiment revendiquer le titre des meilleurs croiseurs légers japonais et dans un classement mondial ls auraient été dans les meilleurs mais une seule chose qui éclipse tout:Ces croiseurs se sont avérés très malchanceux en réalité.
Initialement, ces croiseurs étaient conçus comme des éclaireurs de la flotte, mais à la fin, ils ont été utilisés comme commandant de flotilles de destroyers
 Cela a affecté l'apparence finale des navires, qui avaient été conçu comme des croiseurs classiques de 5 500 tonnes et ils furent lancés comme tels
Mais lors de leur lancement ces navires étaient complètement obsolètes. Les destroyers modernes sont devenus plus rapides et avaient une longue autonomie de croisière, nous avons donc dû faire attention aux navires de soutien des destroyers modernes.
Par conséquent, dès que le Japon s'est retiré de l'Accord de Londres, l'Amirauté a immédiatement commencé à mettre en service des croiseurs d'un nouveau modèle,car le japon n’était plus tenu par les traites sur la réduction des flottes de combat
Aussi, entre 1939 et 1945, 13 nouveaux croiseurs d'un déplacement d'environ 6000 tonnes vont entrer en service malgré la charges de travail imposé aux arsenaux ,ce qui est une prouesse.
Ainsi, dans la seconde moitié des années trente au Japon, les travaux ont commencé sur la création de nouveaux croiseurs légers de 6000 tonnes.
En général, les croiseurs légers de IJN étaient divisés en deux classes, "A" et "B". Les croiseurs de type "A" portaient des armes plus puissantes, le calibre principal était des canons de 155 mm, la classe "B", plus proche de commandant de flottilles de destroyers, était armée de canons de 140 mm.
Le nouveau type de navires était censé remplacer les croiseurs légers de la classe Mogami, qui, en remplaçant les tourelles, se sont transformés en croiseurs lourds armés de canons de 203 mm.
Aussi les tourelles de 155 mm qui sont débarquées vont pouvoir être utilisées pour armer les nouveaux navires prévus
Aussi la classe de navire dont la tête de production fut l’ Agano", qui était basé sur le travail du capitaine Fujimoto qui avait travaillé sur le croiseur "Yubari".
Ce navire était censé avoir une grande vitesse et une autonomie de croisière, ce qui était tout à fait satisfaisant pour l'Amirauté. Il était initialement prévu de l'équiper de canons de 155 mm provenant de la classe "Mogami", mais cela a entraîné une augmentation significative du déplacement et une augmentation de la taille (largeur) du navire.
Mogami apres réarmement

Par conséquent, ils ont décidé d'abandonner les canons de 155 mm et d'armer les navires de canons de 152 mm, conçus par la société Vickers de Grande-Bretagne et produits sous licence. De telles armes faisaient partie de l'armement des croiseurs de bataille de la classe "Kongo" en tant qu'artillerie anti-mines.
Sur le "Agano", il a été décidé d'installer huit de ces canons dans quatre tourelles à deux tubes
Mais comme les croiseurs étaient censés devenir des éclaireurs et des chefs de destroyers, le nombre de tourelles a été réduit à trois, mais l'armement de torpilles a été renforcé en installant deux tubes lance-torpilles à quatre tubes au lieu de trois tubes.
Ce fut ce standart qui fut choisi.
 

La construction des navires a commencé en 1940, avec la pose de la quille de l Agano. La construction avançait à un rythme très lent,
La longueur de la coque du navire de la classe Agano était de 172 m à la ligne de flottaison, et le maximum était de 174,5 m. La largeur était de 15,2 m, le tirant d'eau était de 5,63 m. Le déplacement standard était de 6 614 tonnes et le déplacement total était de 8 338 tonnes.
Protection
La protection des croiseurs légers, japonais est traditionnellement assez légère. 
Une ceinture blindée de 60 mm d'épaisseur recouvrait la salle des machines et la chaufferie, protégeant contre les obus de 140 mm à une distance allant jusqu'à 4 km
Les soutes à munitions étaient protégées par des tôles de blindage de 55 mm d'épaisseur, le compartiment de la barre franche était protégé par des tôles de blindage de 16, 20 et 30 mm, la tourelle était blindée sur la partie frontale de 40 mm, sur les côtés 30 mm, le toit 20 mm ,et l arrière 16 mm.
Les barbettes des tourelles du calibre principal avaient une épaisseur de 25 mm, les tourelles avaient une épaisseur de 25,4 mm, le pont blindé de 20 mm et les biseaux du pont blindé de 20 mm.
Motorisation
Le navire était propulsé par six chaudières à vapeur Gihon et de quatre turbo réducteurs de type Kampon, qui faisaient tourner quatre hélices.
La puissance était de 100 000 cv, ce qui permettait d'atteindre facilement une vitesse de 35 nœuds.Il avait un rayon d action de 6 000 milles marins (11 000 km) à 18 nœuds (33 km/h

 
Équipage

Il pouvait avoir un équipage de 649 personnes, cependant, comme la pratique l'a montré, sur tous les navires japonais, la taille de l'équipage était nettement supérieure à la conception. Principalement en raison de l'augmentation du nombre d'équipages d'artillerie anti-aérienne. Ainsi, sur le "Agano", l'équipage était de 700 personnes et sur le "Sakawa" - 832 personnes.
Armement
Armement ,principal
Le calibre principal se composait, de six canons de 152 mm. Ces canons Vickers tiraient des obus pesant 45,4 kg à une distance maximale de 21 km. La cadence de tir de combat était de 7/10 coups par minute.
Les tourelles à deux canons fournissaient une élévation du canon jusqu'à 55° et il était possible de mener des tirs anti-aériens défensifs. De telles tourelles n'étaient utilisées que sur les croiseurs de la classe Agano.
Artillerie secondaire / anti-aérienne
En tant qu'artillerie secondaire il était armé de quatre canons de 76 mm Type 98 Là aussi ils n'étaient utilisés que sur les croiseurs de la classe Agano
L'artillerie antiaérienne de petit calibre était représentée par six canons de 25 mm Type 96 et quatre mitrailleuses 13,2 mm Type 93.
Naturellement, le nombre de mitraillettes a évolué au cours de la guerre. 
Début 1944, les croiseurs possédaient déjà 26 canons de 25 mm chacun, en juillet 1944, les deux navires restant en service avaient déjà 52 canons de 25 mm, et le chiffre final de l'armement anti-aérien était de 61 canons
Tous les navires sauf Agano ont reçu des radars.
Torpilles de mines et armes anti-sous-marines
Sur les croiseurs de la classe Agano, deux tubes lance-torpilles quadritubes de 610 mm ont étaient installés, un de chaque bord, qui étaient armés de torpilles de type 93. Les appareils avaient un système de rechargement rapide, et il y avait un stock de 24 torpilles
En plus des torpilles, chaque croiseur avait des hydrophones pour détecter les sous-marins et deux dispositifs de largages de grenades sous-marines. Il y avait 36 grenades à bord
A
viation
Chaque croiseur avait une catapulte standard de type 1 n° 2 Mod.11 et deux hydravions Kawanishi E15K de type 2.

 
 

L'ensemble d'armes n'était pas typique pour les navires de cette époque. Les croiseurs de la classe Agano étaient nettement plus puissants que les croiseurs légers japonais habituels, qui disposaient de 6 à 7 canons de 140 mm, Malgré tout cet équipement on ne pas dire que ces navires étaient réussi.
Vie Opérationnelle
"Agano"
 
 


La carrière du "Agano" commencé en décembre 1942, lorsque, avec le groupe de couverture du porte-avions "Zuihyo ", il a escorté un convoi avec des troupes pour capturer les îles de Nouvelle-Guinée. Les îles de Vevek et Madang ont finalement été capturées par les Japonais.


Puis l’"Agano" a participé à l'évacuation de l'armée japonaise de Guadalcanal.
En novembre 1943, l’"Agano" participa directement à la défense de Rabaul et à la bataille du golfe de l'impératrice Augusta. Les Japonais sont alors vaincus, perdant le croiseur Sendai et le destroyer Hatsukaze.


Lors de la retraire en route vers à Rabaul, le 7 novembre 1943, l"Agano" sort miraculeusement indemne d'un raid des porte-avions "Saratoga" et "Princeton", Mais le 10 novembre, les Américains remettent le couvert et ils réussissent a endommager le croiseur: une torpille d’un Avenger frappe la poupe de l'Agano, mettant hors service la direction et la salle des machines.Aussi pour panser ses plaies l’"Agano" se dirige en convoi vers l'île de Truk, où se trouvait une grande base de la flotte japonaise, afin de procéder à des réparations.
Encore une fois, il joue de malchance car il est attaqué par le sous-marin américain Scamp qui met un torpille au but  Après l'explosion de la torpille, le croiseur ne peut manœuvrer car il n ‘a plus de motorisation  Un autre sous-marin américain, l'Albacore, opérait dans la zone, tente d'achever le croiseur, mais fut chassé par les navires d'escorte.
L"Agano" a été pris en remorque par le navire jumeau "Noshiro" vers Truk où il arrive le 16 novembre.
Mais les réparations étaient trop importante pour les moyens de la base de Truk. Aussi il est décidé d’en voyer le navire vers le japon après de réparations de fortune
Mais là aussi le navire joue de malchance
Tout d'abord, Agano a reçu deux torpilles du sous-marin américain Skate. Le navire perdit de nouveau de la vitesse et les Américains mettent au but deux autres torpilles
L épave en flammes  du croiseur a été abandonnée par l'équipage, qui monte à bord du destroyer "Fumizumi".
Encore une fois, pas de chance. Quelques heures plus tard, des bombardiers torpilleurs américains survolent le destroyer le coule Le navire coule corps et biens avec tout l'équipage et les rescapés de l'Agano.
A la lecture de sa vie opérationnelle il convient de noter que l'Agano fut un navire totalement malchanceux.

"Noshiro"

 


Après sa mise en service, le croiseur est nommé directeur de la 2e flottille de destroyers de la 2e flotte. À partir du 23 août 1943, "Noshiro" était basé à Truk et était principalement engagé dans des patrouilles.
Il reçoit son baptême du feu a lieu le 5 novembre à Simpson Bay, où, au sein d'une escadre de navires, il tente de résister à l'invasion américaine
. Les équipages des avions des porte-avions "Princeton" et "Saratoga" attaque le croiseur, qui reçoit projectiles et des éclats pour des explosions de bombes près de sa coque.
Le croiseur se dirige vers Truk pour des réparations. Cependant, le 10 novembre, "Noshiro" il croise la route du sous-marin "Scamp", qui lance six torpilles sur le croiseur Cependant, la chance était du côté de "Noshiro" car une seule torpille frappe croiseur, mais en explosant prématurément, Elle cause cependant des dégâts supplémentaires. Une petite tempête se lève qui permet au croiseur en détresse d'échapper du sous-marin.
Le 15 novembre 1943, le Noshiro arriva à Truk, où, après avoir été réparé il continue de patrouiller dans les îles de la partie centrale de l'océan Pacifique. Le 21 novembre, le croiseur a pris la mer pour porter assistance au pétrolier "Terukawa Maru", qui a été torpillé par les Américains, mais n'a pas eu le temps, d’arriver car le pétrolier a coulé.
Début 1944, le croiseur participa à l'évacuation des troupes japonaises de Kavienga.Il est touché par des avions des porte-avions Bunker Hill et Monterrey. Le « Noshiro » a été touché par une bombe au niveau de la tourelle n°2, côté tribord,qui endommage son pont et provoquant une entrée d’eau Le croiseur est immobilisé pour de longues réparations.
En juin 1944, le croiseur participa à la bataille des îles Mariannes Mais il tire aucune coup de canon ne largue aucun avions ni ne tire aucunes torpilles.

Entré en réparations et modernisation, "Noshiro" est ensuite affecté à la flotte de l’amiral Kurita. En octobre, il participe à la bataille du golfe de  Samar, dans lequel un projectile de 127 mm d'un destroyer américain met hors service son poste de visée stabilisé à tribord.
Le 26 octobre 1944, dans le détroit de San Bernardino, la flotte de l'amiral Kurita est attaquée par les porte-avions Wasp et Cowpens.
 La première attaque sur le Noshiro endommage la barre  Lors de la deuxième attaque, le croiseur reçoit une torpille à l'arrière et le désempare entièrement Sans barre ni moteur la troisième attaque se transforme simplement curée sur une cible immobile
Les bombardiers-torpilleurs du porte-avions Hornet touchent le Noshiro à l'arrêt à cinq reprises avec des torpilles. L'équipage abandonne le navire
Deux heures plus tard, lors de la quatrième attaque,le Noshiro reçoit une autre torpille. Une heure plus tard, le croiseur va au fond, emportant avec lui 328 membres d'équipage

"Yahagi"

Il est entré officiellement en service le 29 décembre 1943, avec un équipage et un équipement incomplet Aussi il ne rejoint la flotte qu’en mai 1944.


Son baptême du feu a eu lieu lors de la bataille des îles Mariannes.C ‘est le plan Sho-Gō  l"Yahagi" a pris une part directe dans la bataille sous la forme d'’appât pour attirer les porte avions et il ne fut pas été endommagé . Il a participé au sauvetage de l'équipage du porte-avions Shokaku.
 


29 septembre 1944 l’Yahagi" fait partie du 2e gpe de combat noctune du vice-amiral Suzuki et ensuit il est affecté à la Force d'Attaque de Diversion no 1 u Vice-amiral Kurita. Il protège les convois entre Singapour et  Luçon.
Le 24 octobre, l’"Yahagi" participe à la bataille près de l'île de Sibuyan. Dans un premier temps, il a été touché assez sérieusement par l'aviation américaine qui provoque de nombreuses inondations et fuites. L'équipage a fait face aux problèmes, mais la vitesse est tombée à 20 nœuds.
Toutefois même touché le lendemain, l’"Yahagi" engage un duel avec le destroyer USS Johnston. Il ressort du duel avec un impact de 127 mm dans la passerelle et une bombe de 250 kg à côté du tube lance-torpilles tribord.


Des réparations étaient nécessaires et le croiseur est envoyé à Kure pour des réparations et des mises à niveau.


A kure le Yahagi est affecté au détachement de couverture du cuirassé « Yamato ». Le 5 avril, elle a participé à des exercices avec le cuirassé notamment des calibrage des radar, et le 6 avril, .appareil pour sa dernière mission



 
 

Le 6 avril 1945 il participe à l'opération Ten-Go qui est. La dernière opération majeure conçue par le quartier général de la marine japonaise. Une escadre de navires composée entre autre du cuirassé Yamato est envoyée sur Okinawa afin d’attaquer la flotte amphibie américaine, lui infliger un maximum de dégâts Le navire doit ensuite se saborder en eaux peu profondes pour se transformer en batterie stationnaire.
Mais l escadre est peu importante elle est composée du cuirassé Yamato, du croiseur léger Yahagi,et de 8 destroyers.Toute la puissance de l'aéronavale de l' US NAVY se concentre pour mettre en échec le projet Ce donnera les résultats suivant Les "Yamato", et le Yahagi sont coulés
 
"Yamato" "Yahagi"
 

Le Yahagi, sera touché par 4 torpilles et 12 bombes Il coule avant le Yamato, à 14.05. avec 445 membres d’équipage

Sakawa

Le croiseur est entré en service le 30 novembre 1944 avec un armement standard, et le 7 décembre 1944, il a dirigé la 11e flottille de destroyers de la flotte combinée.
Basé à Singapour, où au début de 1945, il a transporté plus de 700 soldats évacués de Penang. Ensuite le Sakawa n'a pas pris la mer pendant longtemps en raison d'une mauvaise formation de l'équipage.
Le 26 mars 1945, le croiseur a escorté le convoi jusqu'à Kam Ran et, le 8,04, se rend à Maizuru, où le croiseur a été partiellement désarmé en démantelant la catapulte et en déchargeant les canons de 152 mm. Après cela, "Sakawa" a été inclus dans la défense aérienne de la région navale de Maizuru.
Le 28 juillet, lors d'un raid d'avions américains, le croiseur a subi des dommages mineurs suite à l explosions de bombes à proximité. La capitulation du Japon le surprend à Maizuru.
Après la capitulation du Japon, Sakawa s'occupe du rapatriement des soldats japonais entre Singapour et Nagasaki. Et cela jusqu’en juin 1946, après quoi le Sakawa a été transféré à la marine américaine.
Le 25 février 1946, le Sakawa fait partie des navires prévus pour être utilisé comme navires cible lors des essais atomiques de Bikini.
En mars 1946, le navire est transféré de Yokoski à Eniwetok par un équipage américain de 165 marins et officiers, ainsi que le cuirassé Nagato. Après dix jours de traversée, se trouvant à 560 km de l'atoll Eniwetok, le cuirassé s’échoue, ls chaudière à vapeur est hors service et il commence à prendre de l'eau avec une gîte tribord. Le Sakawa a pris le cuirassé en remorque et ils arrivent a Eniwetok le 1er avril 1946.

Une anecdote sur cette traverses L’équipage américain du croiseur s’est rebellé car les marins américains, ne sont pas habitués aux conditions spartiates de navigations tels que on les trouve sur les navires japonais,de plus ils étaient 165 au lieu de 325 selon la réglementation pour ce type de navire La rébellion a entraîné la destruction d’une grande quantité d'équipements sur le navire.
Sur l atoll les Sakawa et Nagato sont devenus des premiers navires pour les tests nucléaire
Le 1er juillet 1946, "Nagato" et "Sakawa", ainsi que les cuirassés américains "Pennsylvanie", "Nevada", "Arkansas" et "New York" vont subit le test.La bombe Able a explosé à 450 mètres au-dessus de la poupe du croiseur. L'explosion provoque de nombreux incendies, l'onde de choc détruit la superstructure et brisé la poupe. Le croiseur a brûlé pendant plus d'une journée.
 
L ‘US Navy voulait remorquer le navire dans des eaux peu profondes pour l'étudier, mais après le début du remorquage, le Sakawa a commencé à couler et le le 2 juillet 1946, l'ancien croiseur Sakawa a finalement disparu sous l'eau.
 



 

Conclusion
Les croiseurs de la classe Agano se sont avérés être des navires très rapides, bien armés et, surtout, solides.mais l’utilisation faite comme chef de flottilles de destroyers fut infructueuse, à l'exception peut-être du "Yahagi",
Mais il faut aussi prendre en compte que vers la fin de la guerre, la formation des équipages des navires japonais diminua régulièrement, car la flotte impériale n'avait tout simplement pas le temps de former ses équipages. Construire un navire n'est que la moitié du travail former un équipage bien entraîné est beaucoup plus difficile.
les croiseurs de la classe Agano étaient le développement final de la famille des croiseurs légers japonais et, selon leurs données, ils laissaient loin derriere eux les croiseurs des autres puissances navales comme la France, l’Italie,l’Allemagne la grande Bretagne et les États-Unis.
 
   


Copyright © 2003-2022 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:5798724
Nb de visiteurs aujourd'hui:453
Nb de connectés:45