Royaume Uni Blindés British Medium Tank, Mk.I & II1920

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 02/09/2021 à 23:30:22



 
 

Le début des années 1920 fut une période difficile pour le Royal Armored Corps (RAC) britannique. Leurs chars de la Première Guerre mondiale devenaient usés et obsolètes. De même, une série de projets conçus en interne, tels que le char moyenD  Moyen C et le char d'infanterie légère, avaient tous échoué. D'autres conceptions externes telles que la conception Vickers 1 n'avaient pas été adoptées.
Medium_Mark-C-1
Vickers n ° 1
 

Il s'agissait d'un problème majeur pour le RAC car le Trésor avait fourni une somme de 220 000 GBP pour l'achat de réservoirs afin de rééquiper totalement le RAC. Si, toutefois, un nouveau char ne pouvait être trouvé, cet argent serait récupéré par le Trésor, et tout nouvel achat d'équipement serait soumis à de nouveaux examens. Ceux-ci repousseraient d'années l'acquisition de nouveaux équipements et laisseraient le RAC avec son char Mk.V de la Première Guerre mondiale.et Medium A Whippets jusqu'à la fin des années 1920.
 
 
 

Puis, en 1923, l'armée reçut deux nouveaux chars. Bien que non blindés, ces chars étaient les précurseurs d'une conception qui allait servir jusqu'en 1941 au moins. Ces deux chars étaient les premiers du Vickers Medium Mk.I, et presque aucun indice ne peut être trouvé sur leur origine. On pense que ces chars ont peut-être été créés à partir de pièces de rechange et de conceptions qui traînent dans les entrepots par Vickers en accord avec le War Office.
Le seul autre indice pourrait provenir d'un exemplaire du magazine The Commercial Motor d'octobre 1933. Dans un article parlant d'un tracteur, le concepteur du tracteur est présenté sous le nom de Mr CS Vincent-Smith, dont on prétend qu'il a conçu des chars pour l'armée. . C'est le seul lien ténu à la création des Médiums.
Le char moyen Vickers du début des années 1920 illustre probablement le mieux la renaissance de l'évolution de la conception des chars dans l'establishment militaire britannique après la Première Guerre mondiale. En effet avec sa tourelle tournant à 360° et une vitesse de plus de 32 kms/h, sa suspension à ressorts et de son moteur refroidi par air et surtout ce char possédait également un système de ventilation interne bien amélioré pour éliminer où tout du moins abaisser les températures régnant dans les blindés britanniques précédents.
Mais on retrouve dans certains aspects dans l architecture du char des héritages de la Première Guerre mondiale avec les mitrailleuses latérales de sabord de la coque..
Les deux premiers chars  dont un portant l'immatriculation T15 ont été désignés A2E1, Tanks, Light, Mk.I. Plus tard, à mesure que la conception s'affinait , les chars ont été renommés en Tanks, Medium, Mk.I. Aujourd'hui, ils sont connus commel Vickers Medium Mk.I. Peu de temps après, en 1923, un seul A2E2 fut livré et il baptisé 'David' et avait l'immatriculation T18. C'était la seule variante Close Support (CS) Mk.I jamais construite. avec comme armement un  prototype de mortier de char de 15 livres.
Il faut savoir que ces chars close support ont été conçus pour tirer des obus fumigènes pour couvrir l'avancée des blindés amis et les protéger des canons antichars ennemis. Pendant cette période, l'arme choisie était une arme de 3,7 pouces qui ne pouvait tirer que des fumigènes Mais paradoxalement  et bien que plusieurs autres types d'obus ont été conçus, ou désignés, le 15 pounder ne jamais eu des obus fumigènes
 
 

Par contre les chars classique auront une tourelle circulaire armée du canon Mk.I, L32 de 3 livres, avec en coaxial  une mitrailleuse Hotchkiss  placée sur une rotule  séparée à droite de la tourelle. Une caractéristique visuellement distinctive des blindés britanniques de l'époque était le biseautage des côtés de la tourelle. La tourelle avait 3 rotules  pour les mitrailleuses Hotchkiss. Deux d'entre elles étaient placése à environ 180 degrés l'une de l'autre, la première à quelques degrés à droite du canon principal. La troisième était placée sur le quart arrière droit de la tourelle. Cela signifiait que pour amener une mitrailleuse sur une cible à l'avant, le 3 livres devait être abaissé d'un côté. Deux mitrailleuses Vickers supplémentaires ont été montées, une de chaque côté, dans la coque en sabord.
Le moteur V8 Armstrong Siddeley était monté dans une chambre séparée du reste du compartiment de combat sur la gauche de la coque, avec le conducteur assis à côté. La tête du conducteur était dans une excroissance  avec une plaque avant en forme de D qui s'ouvrait sur le côté. Cette plaque articulée sur le côté droit du capot possèdait des  ports de vision permettant au conducteur une vue vers l'avant, mais n'a pas été conçu comme une issue pour entrer ou sortir. La plaque arrière de la coque possèdait une grande porte à droite. Le char possèdait aussi  deux écoutilles plus petites juste devant les  Vickers, permettait l'entrée et la sortie de l'équipage.
 
Le Medium construit à  286 exemplaires  a connu 2 versions et plusieurs sous variantes ues au cours de sa vie. Souvent, ceux-ci peuvent sembler déroutants à première vue. L'identification n'est pas facilitée par le fait que certains composants ont été adaptés à des modèles antérieures en dehors des désignations officielles suivantes.
 
 
Identification Rapides des Modèles
Comme les médiums Vickers sont un sujet complexe avec de nombreux sous-marques, il s'agit d'un guide d'identification simple. Tout d'abord, il faut déterminer si le véhicule est un Mk.I ou un Mk.II. Les trois façons les plus simples de l'identifier sont de regarder les chenilles, la coque avant ou le canon principal.
L'élément le plus clair est si les bogies sont exposés ou couverts.
Coque avant :
Remarquez la forme et la façon dont la coque avant semble plus volumineuse et plus grande sur le Mk.II. De plus, sur le Mk.I, le toit du capot du conducteur est à peu près dans l'alignement du toit de la partie arrière de la coque.
 
 
Canon principal :
Le Mk.I de 3 livres a un canon plus court et plus trapu. Cependant, le moyen le plus simple de distinguer les deux est le récupérateur de recul (le tube sous le canon du pistolet). Sur un 3 livres Mk.I, il dépasse beaucoup, tandis que sur le 3 livres Mk.II, il est contenu presque entièrement dans la tourelle.
 
 
Trappe de pilotes :
L'image suivante illustre les différences entre le capot du conducteur pour le Mk.I (à gauche) et le Mk.IA et les marques suivantes. Sur le Mk.I, tout le capot est articulé vers le haut. Sur les dernières marques, le capot est divisé en trois parties, le toit se rabattant et les côtés se rabattant vers l'extérieur.
 
 
Le Tourelleau  :
Le « Bishops Mitre » est la coupole de forme triangulaire qui a été ajoutée à la position du commandant. Dans les réservoirs précédents, il y avait une simple trappe en deux parties. Il était situé plus à l'arrière du toit de la tourelle.
 
Forme de tourelle :
Cette image montre le biseau à l'arrière de la tourelle qui a été introduit dans le Vickers Mk.IA, et vu sur le reste de la série Mk.I et le premier Mk.II.
 
 
 
 
Le char moyen Vickers était simplement une grande caisse blindée sur chenilles avec une tourelle placée sur le dessus.
 Vickers-Armstrong a envoyé les premiers véhicules à la Central Tank School de Bovington pour des essais au début de 1923. Après une brève période d'amélioration, les premiers véhicules de production (le Mk.I, connu à l'époque sous le nom de Vickers Light Tank Mark I) ont été fournis directement au Royal Tank Corps. Ils ont été rapidement suivis par les modèles améliorés Mk.IA, Mk.I*, Mk.II, Mk.II*, Mk.IIA et Mk.II**, chacun avec des changements de détails d'armement et de tourelle légèrement différents. Les séries de production ont été réalisées à la fois à Vickers et à la Royal Ordnance Factory.
Le plan fourni est tiré du manuel d’entretien du Mk.I, le châssis et la conception intérieure étaient commun à tous les chars Médium
 L’avant du véhicule est à gauche et comprend le moteur à gauche et le poste de conduite à droite, séparés par un mur d'acier avec plaques d'amiante. 
e moteur dans tous les chars est un Armstrong Siddeley de 90 ch, qui est refroidi par air et développé à partir d'un moteur d'avion.
 
 
L'entraînement du moteur se faisait vers un embrayage à disques secs multiples, puis vers une boîte de vitesses à 4 vitesses sans synchronisation,
Cela prouve que l'effort de conduite n'était pas pris en compte La boîte de vitesses était sous les pieds du commandant et le mécanisme de direction épicycloïdale, actionné par des leviers de part et d'autre du conducteur, était monté sous les deux réservoirs de carburant fixés à la paroi arrière intérieure (à l'extrême droite du dessin).
 La forme circulaire au milieu du compartiment de combat est le plancher de tourelle ou plateforme sur lequel le tireur peut se tenir pendant qu'il met en œuvre le canon principal 3pdr dans la tourelle . Il ne possède pas de siège
Les autres membres de l'équipage de 5 hommes comprenaient le chargeur à droite du canon, l'opérateur radio/mitrailleur (quand une radio était installée) et le commandant/mitrailleur, qui voyaient le monde à travers de simples fentes de vue de tourelle car il n’y avait pas de tourelleau sur les premières machines.
 Les trois bacs sombres de chaque côté de la coque sont destinés au stockage des munitions 3pdr et MG, tout comme les trois bacs au sol près du plancher rond.

Nous avons une photo du poste de conduite des premiers véhicules des séries Mk.I et I*.
Le conducteur avait une excellente vue à travers son bloc optique surtout olorsqu’il était ouvert . On voit une bande de pare-chocs rembourrée sur le bord inférieur de cette ouverture, en haut de la photo.
A gauche se trouve un tachymètre ou compteur de tours et le compteur de vitesse est à droite.
 Sur le petit panneau sombre devant se trouvent l'interrupteur de démarrage, l'interrupteur magnéto et le bouton de gradation.
En dessous du panneau se trouve l’ interrupteur magnéto de démarrage manuel tandis que les deux leviers de direction sont visibles à droite et à gauche.
La longue tige avec le bouton rond en haut au centre est le levier de changement de vitesse et le deuxième jeu de leviers sombres bien en avant et à droite sont les leviers de frein.
Le grand ventilateur fait partie du système de ventilation qui contribue à améliorer la vie de l'équipage alors que sur les chars de type rhomboïdes précédents, la ventilation ne se faisait qu’à partir d'un évent dans la coque au-dessus et elle était distribuée ensuite dans tout le char
En bas à gauche du ventilateur se trouve une grande pédale d'embrayage carrée et à sa droite, et sous le centre du ventilateur, une étroite pédale d'accélérateur. Les coussins de siège ont été retirés pour la photo et sont appuyés contre la paroi de la coque vers la droite

C'est une vue similaire, mais de la version Mk.II, IIA et II* Le Mk.II était très similaire aux véhicules Mk.I mais avec une forme de coque plus haute légèrement redessinée et un blindage plus épais.
Le capot du conducteur a également été légèrement modifié, et il est divisé en deux avec des portes à clapet.
Les autres types Mk.II différaient par le nombre et les types de mitrailleuses dans la tourelle et la conception générale de la tourelle.
Sur cette photo, la plate-forme du siège du conducteur est visible au-dessus des tiges des leviers de direction, qui se trouvent à nouveau de chaque côté du compartiment.
 Les freins de stationnement sont sur une tige commune au sol et se séparent à hauteur des genoux Ils possèdent deux poignées en caoutchouc noir.
Le compte-tours est toujours à gauche et le compteur de vitesse à droite, mais une jauge supplémentaire à côté du compteur de vitesse mesure la température de l'huile du moteur refroidi par air.
Remarquez le placage antidérapant en losange sur le plancher au bas de la photo et le ventilateur, à peine visible derrière la grosse pédale d'embrayage semble plus bas dans le char en raison de la plus grande hauteur du siège conducteur.
L'intérieur de la plupart des véhicules britanniques de l'entre-deux-guerres était peint en blanc comme l'étaient les véhicules de la Première Guerre mondiale. La peinture intérieure en aluminium (argent) plus tardive n'a été appliquée qu'à la fin des années 1930

Tiré toujours du manuel de utilisateur cette photos montre le côté gauche du véhicule et la paroi arrière avec les obus de 3pdr dans le râtelier
 Le Mk.IA était une amélioration par rapport au Mk.I avec un coque biseautée à l'arrière de la tourelle pour améliorer le tir du Hotchkiss MG monté pour tirer sur l'arrière.
Le char possédait 4 Hotchkiss MG montés dans la tourelle, une coaxial avec le 3pdr, deux de chaque côté de la tourelle et une à l'arrière.
Un extincteur est monté sur la porte latérale gauche de la coque, et l'une des deux mitrailleuses Vickers montées sur la coque est visible derrière la porte dans une rotule
Les mitrailleuses Vickers .303in avaient un cadence de tir d’environ 500 tr/min et étaient alimentées par courroie Les douilles tirées tombant dans un long sac de toile sous le canon visible ici
Les poignées jumelées de la mitrailleuse permettaient une prise en main sûre, mais le poids de l'arme nécessitait un support d'élévation à vis sous le récepteur,
L'un des défauts de conception les plus graves de ce char est la présence de deux réservoir à l'intérieur du compartiment de combat. Ils sont placés ici à gauche de la photo, servant de support pour 3pdr.
Il faut savoir que les chars rhomboïdes de la Première Guerre mondiale avaient leur réservoirs à combustible à l'extérieur du véhicule dans des caisses blindées à l'arrière de la coque.
 Les portes d'accès à la boîte de transmission montées à l'arrière sont visibles sous les réservoirs de carburant et deux supports pour le stockage des munitions Vickers MG sont partiellement cachés par le socle de la tourelle. .

Le côté droit de la coque est similaire à celui de gauche vu ci-dessus, avec le deuxième Vickers MG avec une rotule blindée qui se trouve pres de l issue de secours latérale.
Ici aussi on trouve un extincteur est monté sur la porte, et le mécanisme de barre d'ouverture de la porte est vu monté sur le dessus. 
Deux obus 3pdr sont clipsés entre la porte et la Vickers MG, et un bac en 3 parties pour un stockage supplémentaire de munitions se trouve à à droite.
À l'arrière droit de la coque se trouvait une porte qui est ici hors du champs de vision
 Remarquez le rembourrage en cuir entourant l'anneau de la tourelle au-dessus. Le stockage total des obus de 3 livres était d'environ 50 obus auquel il faut ajouter t 6 000 cartouches de munitions MG
Le Mk. IA* différait des modèles précédents par l'utilisation d'une mitrailleuse Vickers blindée en coaxiale et l'ajout d'un petit tourelleau pour le chef de char au sommet de la tourelle pour avoir une meilleure vue.
 

Ce tourelleau surnommé "Bishop's Mitre" pouvait être tourné indépendamment de la tourelle mais n'avait pas de blocs de verre pour ses fentes de vision situées des deux côtés.

Toujours tiré du manuel nous avons ici une vision de la disposition générale de l'avant de la tourelle. Le Quick Fire 3pdr est à gauche et un Hotchkiss MG est monté en coaxial à droite
 Le 3pdr a une système de rototation et d’élévation à engrenages, le volant est visible en bas à gauche du canon, et le canon lui-même est très similaire dans sa conception et son apparence aux 2pdr et 6pdr dqui seront utilisés lors de la Seconde Guerre mondiale.
Un bouclier anti-recul est monté à gauche du canon pour protéger le tireur debout de ce côté et un bouclier arrière déviait les obus usés vers un sac se trouvant devant le commandant il est absent ici
Le viseur du canon était un simple télescope 1/1 monté à gauche dans le masque du canon et le câble coaxial. MG était alimenté par le râtelier à munitions vu sous le canon.
Le 3pdr était mis en œuvre via une poignée placée sur le volant de levage.
 Au-dessous de la tourelle, on peut voir la trappe ouverte du conducteur
Notez qu'elle est plus basse que le haut de la coque et quelques cartouches de munitions 3pdr sont montées sur la paroi de la coque à droite.
Les mitrailleuses Hotchkiss étaient alimentées par bande pour ce modèle
lorsqu'elles étaient montées dans les autres positions des parois de la tourelle, elles avaient une poignée de type pistolet
 
:
Il s'agit de la configuration similaire trouvée dans la tourelle d'un véhicule de la série Mk.II, cette fois avec le sac d'obus longtemps utilisé attaché
. Le Mk.IIA utilisait une Vickers MG comme arme coaxiale et il y a aussi une coupole de poste de commandement au sommet de la tourelle, mais invisible ici
 Un deuxième ventilateur électrique a été ajouté sur le côté gauche de la coque, visible au dos de la photo.
 Remarquez le cadre pour les côtés inclinés du toit de la tourelle en haut de l'image et la rotule de la Vickers du côté de la coque derrière la porte
L'intérieur du char était relativement spacieux dans ces véhicules; la position du conducteur serait à droite sur l'image. 
Le tireur se tient sur la plate-forme surélevée Poste tres inconfortable en terrain accidenté. 
Il y a bien une plaque antidérapante en caoutchouc ou en métal sur la plate-forme surélevée, mais c’était souvent l’arme qui servait de support pendant les trajets en tout terrain
Bien sûr, les chars de cette époque devaient s'arrêter avant de tirer, ce qui permettait au tireur et chargeur se pouvoir faire leur job

Il s'agit de la configuration similaire trouvée dans la tourelle d'un véhicule de la série Mk.II, cette fois avec le sac d'obus longtemps utilisé attaché. Le Mk.IIA utilisait une Vickers MG pour la monture coaxiale et il y a aussi une coupole de poste de commandement au sommet de la tourelle, juste hors de vue sur cette photo. Un deuxième ventilateur électrique a été ajouté sur le côté gauche de la coque, visible au dos de la photo. Remarquez le cadre pour les côtés inclinés du toit de la tourelle en haut de l'image et le support à boule pour le Vickers du côté de la coque derrière la porte de la coque gauche. L'intérieur de la coque était relativement spacieux dans ces véhicules; la position du conducteur serait à droite sur l'image. Vous pouvez imaginer ce que cela a dû être pour le tireur de se tenir sur la plate-forme surélevée, se pencha sur sa vue et traversa la tourelle tandis que le char titubait sur un terrain accidenté. Il y a une bande de roulement antidérapante en caoutchouc ou en métal sur la plate-forme surélevée, mais rien de plus que le pistolet auquel s'accrocher pendant les randonnées en cross-country. Bien sûr, les chars de cette époque devaient s'arrêter avant de tirer, ce qui était probablement une consolation pour le pauvre tireur et chargeur en équilibre sur la plate-forme.

Nous avons ici une photo légèrement du 3pdr (47 mm), monté dans la tourelle arrondie
Le 3pdr est une arme semi-automatique avec un bloc de culasse vertical tombant, vu ici en position fermée.
Le récupérateur est monté le long de la partie supérieure du canon, comme dans le 2pdr et le 6pdr, et le support du sac d'obus est visible en dessous et derrière la culasse le sac n ‘est pas présent ici
 Le chargeur se tenait à droite de l'arme et il actionne le levier de culasse, vu ici en position verticale et fermée, pour ouvrir la culasse pour charger le premier coup
 Une fois l’obus enfourné dans la culasse, le bloc se fermait et la sécurité se bloquait t pour que le tireur puisse tirer.
 Après le tir, le bloc s'ouvrirait pendant le recul, l'obus était éjecté et le bloc est resté ouvert pour le prochain obus à charger. 
En théorie, le 3pdr pouvait tirer des obus AP et HE, mais le HE était rarement disponible, aussi comme pour les autres canons de tout type le 3pdr a été contraint é par une mauvaise planification militaire pour ne tirer que les munitions AP.
Mais à cette époque, on pensait que les mitrailleuses suffisaient pour faire face à l'infanterie et aux cibles légèrement blindées et le 3pdr n’était censé engager que les véhicules blindés
 Malheureusement, ce manque d'expérience et de prévoyance sur le champ de bataille allait se payer cher et le British Tank Corps ira au combat au début de la Seconde Guerre mondiale, avec des tactiques désuètes et cela avec des résultats désastreux.
Historique 
Les Vickers Medium ont équipé le RAC de 1924 jusqu'au milieu des années 1930. Au début, chacun des quatre bataillons du RAC devait avoir trois chars CS. Cependant, pour une raison inconnue, ces chars n'ont pas été produits. Cela a conduit à l'utilisation d'autres véhicules  pendant les exercices. Pour les identifer comme chars CS, leur canon était peint en blanc et les lettres « CS » étaient peintes sur la tourelle.

Au cours de ces exercices avec la Force expérimentale mécanisée, les Vickers Medium vont avoir un effet profond et sceller le sort du char moyen de l'armée britannique.
En 1927, ils participent à un exercice contre les fantassinse. Les deux commandants ont convenu que les chars avaient besoin en prorité de vitesse et de mobilité  suivis de près par la puissance de feu. 
Cela permettrait aux chars de submerger la premeire lmigne tenue par l'infanterie lors de l 'assaut  Ils asuraient aussi leur auto protection det celle du groupe .Les chars pouvaient s'éloigner de tout retranchement ennemi  et attaquer là où la ligne était le plus faible.
Les chars moyens, se déplaçant à environ 15kms /h qui sera la même vitesse que le Churchill  n'étaient pas donc  conus pour aller plus vite. C'est à partir de cet exercice que la réflexion britannique sur les chars a commencé à s'orienter vers l'idée du char croiseur. Au début des années 1930, une douzaine de chars ont été convertis aux normes CS lors de la fabrication des canons de 15 livres.
En 1933, un cinquième bataillon est créé en Egypte, à partir du personnel de deux compagnies de véhicules blindés. Ceux-ci ont été équipés avec dix chars Mk.IIA, dont un a été converti en CS.Lors de la mobilisation en 1939, ce char le véhicule fut rapidement jugét comme étant trop peu blindé pour fournir un véritable appui bindé lors de offensives
Toutefois Il semble que deux de ces Mk.IIA* étaient encore en service en 1940 lorsque les Italiens ont envahi l'Egypte. Les deux auraient été utilisés pour aider à défendre Mersa Matruh (à ne pas confondre avec la bataille du même nom en 1942). D'après les photographies, l'un semble avoir été creusé comme un bunker de tourelle, l'autre semble avoir été laissé à découvert. Cependant, rien n'indique si c'était parce qu'il était mobile ou qu'il n'y avait pas le temps de le creuser.Au Royaume-Uni, les Vickers Mediums restants ont été pour la plupart traînés sur des champs de tir et utilisés comme cibles pour les tests d'armes antichars. Cependant, quelques-uns sont restés en service pendant la période de peur de l'invasion et ont été réactivés pour être utilisés dans la défense du Royaume-Uni.
Les exportations
Australie
Les premiers chars australiens étaient un quatuor de Medium Mk.II commandés en 1927 et  livrés1929. Ces chars ont été légèrement modifiés car l'Australie n'utilisait pas la mitrailleuse Hotchkiss. Par conséquent, les rotules de  la tourelle ont été remplacés par des canons Vickers  IOls n avaient pas de mitrailleuse AA et le biseau de la tourelle de ce support ont été retirés. De plus, les canons Vickers avaient une culasse beaucoup plus grande. Afin de s'adapter à cela, les biseaux sur le côté de la tourelle ont été considérablement réduits en taille.
Entre 1930 et 1937, ce furent les seuls chars que l'Australie possédait dans la 1ère section de chars. Ils ont été utilisés uniquement comme machines d'entraînement pour l'armée australienne afin d'acquérir de l'expérience dans le fonctionnement des chars.
Egypte
À la fin des années 1930, les forces blindées britanniques en Égypte ont été rééquipées avec ces chars et il est possible que certains des Mk.IIA survivants aient été remis aux Égyptiens afin qu'ils puissent acquérir de l'expérience dans l'exploitation de chars. Les détails exacts de ce qui est arrivé en Égypte aux Vickers Mediums sont actuellement inconnus, mais il y en avait au moins dix-huit encore opérationnels en 1939, quatre en août 1940, et au moins deux ont été creusés à Mersa Matruh jusqu'au début de 1941.
Afrique du Sud
En août 1934, deux chars Mk.I CS furent expédiés en Afrique du Sud. L'un d'eux était 'David', le char CS d'origine. Au cours des dix années qui ont suivi sa livraison, il a été utilisé pour diverses expériences, notamment le remplacement de son moteur par un nouveau moteur Armstrong Siddeley de 120 ch. Cela a nécessité la reconstruction de sa coque avant et la désactivation du premier rapport. Une fois ces essais terminés, la coque a de nouveau été remise aux normes Mk.I et utilisée comme coque d'entraînement à Bovington, avant d'être expédiée en Afrique du Sud.
Un char survit à la caserne de Bloemfontein, mais on ne sait pas s'il s'agit de « David ».
Union soviétique
En 1931, l'Union soviétique acheta quinze Mk.II. Ceux-ci ont été appelés « english workman  par les Soviétiques. Comme les versions australiennes, ils ont remplacé les mitrailleuses Hotchkiss par des armes plus grosses refroidies à l'eau,  les Maxim. Ainsi la tourelle incorporait les mêmes modifications à sa forme. Un seul a été fourni équipé d'un canon de 3 livres.  Un certain nombre ont été envoyés à l'isthme de Carélie pour être  utilisés comme bunkers. Environ six d'entre eux ont été rapidement capturés par les forces finlandaises au début de la guerre de continuation, mais ont été jugés inutiles et non récupérés. etils furent vraisemblement  féraillés sur place.
Autres versions
Canon Automoteur  Birch Guns
 


À la fin des années 1920, plusieurs châssis Vickers Medium Mk.II ont été convertis en canons automoteurs pour participer à des expériences . Ceux-ci étaient équipés d'un compartiment de combat ouvert sur lequel on monta uncanon de campagne de 18 livres. Il semble qu'il y ait eu au moins trois versions du Birch Gun, la première avec un poste de conduite ouvert  et une seconde avec un poste de conduite semi-fermé. La version finale avait un siège conducteur complètement fermé et un énorme bouclier d'arme qui enfermait presque entièrement le reste du compartiment de combat.
Certains commentateurs affirment que le Birch Gun pourrait servir de canon antiaérien, cependant, cela est probablement dû à un malentendu. L'une des batteries équipées de Birch Guns a reçu des canons AA statiques pour s'entraîner avant de recevoir ses Birch Guns. I
Porte Pont  Mk.II

En 1926, il y a eu une tentative de créer un char porte pont  Un ensemble de supports a été installé à l'extérieur de la coque d'un char moyen Vickers des deux côtés. Ceux-ci contenaient les composants pour créer un pont court. En arrivant à un obstacle, l'équipage démontrait et remontait le pont avant de le poser sur l'obstacle.
Sans surprise, cela était totalement inutile car l'équipage serait exposé au feu ennemi tout le temps et n'a donc jamais été poursuivi.

Tank, moyen, pour radio et sans fil

Cette conversion date de septembre 1926 et elle consistait a greffer un grand compartiment sur le chassis remplaçant le compartiment de combat et la tourelle. Comme son nom l'indique, il servait de char de commandement pour abriter plusieurs radios. Il a été officiellement nommé « Boxcar », changé ensuite en Thunderbox », une référence à un terme d'argot anglais pour une toilette.
En 1927, quatre autres ont été commandés. Cependant, la commande n'a jamais été exécutée.

T198

Il s'agissait d'une tentative de créer un char de commandement comme alternative moins chère au Boxcar. C'etait un Mk.II avec un grand boîtier greffé à l'arrière pour loger les radios. Bien qu'à première vue, il semble être similaire au Mk.II**, il lui manquait les autres caractéristiques d'un Mk.II** telles que la coupole "Bishop's Mitre" et la mitrailleuse Vickers. Dans ce dernier cas, la rotule Hotchkiss à droite du canon principal a été conservé.

Mk.I Wheel-Cum-Track

En 1926, le T15, le premier Mk.I livré, fut rendu à Vickers. Il fut équipé d'un ensemble de sous-châssis à l'avant et à l'arrière. Sur celles-ci se trouvaient une paire de roues avec des pneus en caoutchouc plein. L'idée était d'abaisser les sous-châssis et d'engager une prise de force qui entraînerait le train de roues arrière. La direction se faisait à partir d'une barre franche à l'intérieur de la cabine.
En plus d'ajouter de la complexité à la conception, la masse ajoutée porterait le poids total du char à plus de douze tonnes. De plus, les roues devaient être placées à l'intérieur de la course des chenilles, ce qui signifiait que la voie de l'essieu était extrêmement étroite. Ceci, avec le poids lourd, signifiait qu'un centre de gravité élevé était équilibré sur une voie d'essieu très étroite. Sans surprise, cela a entraîné une instabilité importante et le projet a été abandonné après une très courte période.

 

Tracteur d'artillerie moyen Mk.I et Mk.II

Connu sous le nom de « Dragons », en raison d'un jeu de mots entre les mots « Drag » et « Pistolet ». La date exacte de la construction du premier d'entre eux est controversée. Cependant, le site Web de l'Imperial War Museum indique 1922, avant la livraison des Vickers Medium. Toutes les sources s'accordent à dire qu'il existe un lien entre les deux, mais celui qui est venu en premier est inconnu et, compte tenu du mystère de la création du médium, il se peut que le médium Vickers soit basé sur le dragon.
 

 

 
Autres versions
 Dragon Mk.II
Les deux dragons de la RAF Habbaniya, nommés Seal (à gauche) et Walrus (à droite). Sur cette photo, le corps de Seal a changé par rapport au style original de la voiture blindée Rolls Royce, et on pense que c'est la configuration dans laquelle elle a combattu.
Ce véhicule est HMAT Walrus, bien qu'elle portait évidemment un autre nom à l'époque cette photo a été prise. HMAT signifie His Majesties Armored Tank. À l'époque, l'escadron de voitures blindées n°1 de la RAF utilisait le préfixe HMAC (His Majesties Armored Car) pour toutes leurs voitures blindées Rolls Royce

 
   


Copyright © 2003-2022 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:5798768
Nb de visiteurs aujourd'hui:497
Nb de connectés:37