Allemagne Blindés Anatomie d'un Fauve Panzerjäger Tiger Ausf.B Jagdtiger

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 21/06/2021 à 09:29:54



Allemagne Blindés Anatomie d'un Fauve  Panzerjäger Tiger Ausf.B

 

Panzerjäger Tiger Ausf.B



Le Panzerjäger Tiger Ausf.B aussi connu sous le nom de « Jagdtiger », ou « Tigre Chasseur fut le chasseur de chars le plus lourd mis en service par les forces allemandes pendant la Seconde Guerre mondiale,
Il pesait environ 78 tonnes en ordre de combat et son armement principal était un canon de 12 .8cm PaK 44 L/55 qui pouvait détruire n’importe quel véhicule blindé allié à plus de 1800 mètres . De plus avec son blindage frontal très épais le Jagdtiger était à peu près invulnérable à tout canon allié lui tirant de face
Malheureusement pour les Allemands, le Jagdtiger est arrivé sur le champ de bataille très tard et il n’en fut construit qu’un trop petit nombre Son rapport poids/puissance était toutefois extrêmement défavorable avec seulement 8 CV/ tonne et son poids important le pénalisait lors des déplacement . Surtout dans les passages de rivière sur des ponts et en tout terrain.De plus sa mécanique était pas assez adapté à l enfin car trop fragile Aussi l’engin ou la bête a été fréquemment trouvée par les troupes alliées abandonnées, généralement en raison du terrain boueux et de la casse mécanique car le groupe motopropulseur Tiger II n’était pas à la hauteur du poids supplémentaire du châssis du Jagdtiger.
Et pour finir les allemands ne possédaient pas suffisamment d’engins de dépannage pour pouvoir remorquer ce monstre
Il y eut 2 versions parmi les 77 Jagdtiger fabriqués en 1944/45, différenciés uniquement par leur suspension.
La plupart des soixante-dix-sept véhicules de production avaient une suspension à barre de torsion de type boîte conçue par Henschel, identifiée par les neuf roues de route
La suspension est assurée par les barres de torsion, qui passe à l intérieur du véhicule, Par contre les neuf premiers véhicules (numéros de châssis 305001-305010, à l’exception de 305002) furent équipés d’une suspension externe à ressort qui a été conçue et construite par Porsche, et ces véhicules peuvent être identifiés par leurs huit roues de route de chaque côté.
La suspension Porsche était positionnée entièrement à l’extérieur du véhicule, et donc la surface de plancher à l’intérieur de la coque était moins encombrée.
Bien que le système Porsche soit moins cher et peut-être plus facile à réparer lorsqu’il est endommagé, il n’était apparemment pas assez robuste et n’a pas été utilisé après la construction de ces premiers véhicules.
Beaucoup de photographies de Jagdtiger provienne du Jagdtiger 305058, suspension Henschel abandonné intact dans la ville d’Abernetphen, près de Siegen, en Allemagne. Il appartenait à l’origine à la 2e compagnie de Panzerjager Unit 512

 


 Voici un croquis du Jagdtiger, le dessin légèrement modifié à partir du manuel de char allemand D1884. Ce manuel traite de la version à suspension Porsche mais cela ne gène pas car l’intérieur du char est presque identique pour les deux versions,
La coque inférieure était similaire à la coque du Tiger II, sauf dans sa longueur qui est plus longue d’'environ 25 cm afin de loger un pilote et un mitrailleur / opérateur radio

Derrière eux se trouvait le compartiment de combat, avec des sièges pour le tireur à gauche du canon le commandant à droite et deux chargeurs postés derrière eux.

Les munitions du canon étaient en fardeaux un projectile et une douille aussi les deux serveurs devaient avoir une charge très précises douille et obus
Ce compartiment de combat assez spacieux n’ a pas été conçu comme pour les autres conversions de canons d'assaut allemands à savoir une superstructure boulonnée sur le dessus de la coque.
Au lieu de cela, le compartiment de combat a été conçu au départ comme partie intégrante du char en utilisant les plaques latérales de la coque du char qui vont se terminer par le toit


. la plaque frontale du compartiment est plus épaisse avec le support de canon alors que la plaque arrière est plus mince avec des doubles portes
Ici ici on voit la différence car alors que la plupart des véhicules de convertis en canons d'assaut par les allemands étaient normalement plus légers que leurs ancêtres chars, la conception du Jagdtiger a créé un véhicule considérablement plus lourd que le Tiger II, ce qui a entraîné de nombreuses pannes mécaniques
Le moteur à essence à l'arrière de la coque qui devait propulser l’engin était le même que celui du Tiger II, à savoir le HL230 conçu par Maybach.
Ici on le voit flanqué des radiateurs et des ventilateurs traditionnels et recouvert de deux filtres à air en forme de boîte.
Il y avait en fait sept réservoirs d'essence dans le véhicule, Les munitions en deux fardeaux étaient stockées dans des râteliers horizontaux le long de la caisse à gauche et à droite et sous le plancher derrière et sous le canon.

 

 

Nous commencerons la description par l'habitacle du Jagdtiger à partir d'un agrandissement du croquis précédent.
Le siège le plus proche de nous est celui du conducteur et il est réglable vers l'avant et vers l'arrière, ainsi que vers le haut et vers le bas, ce qui lui permet de rouler tête haute en passant le buste dans sa trappe La direction normale du véhicule se faisait via le "quart" du volant que vous voyez devant le siège, mais il y avait aussi des leviers de direction de frein d'urgence de chaque côté et un levier de frein de stationnement à l'extrême gauche.

 


En bas sur le sol devant le siège, vous pouvez voir la pédale d'embrayage et de frein. La pédale d'accélérateur qui se trouve vers la droite est à peine visible ici.
À droite de son siège se trouve la grosse boite de transmission avec le boîtier de direction tout aussi grand boulonné à l'avant de la boîte de vitesses.
Le tableau de bord principal est monté au-dessus de la boîte de vitesses, à l'instar des autres chars allemands de la Seconde Guerre mondiale.
De l'autre côté de la boîte de vitesses se trouve le siège du mitrailleur/opérateur radio de la coque qu n ‘est visible ici Il est équipé par une MG34 monté sur rotule, que l'on peut apercevoir ici.
L'équipement radio du char était normalement monté au-dessus de la boîte de vitesses et derrière le tableau de bord, et nous ne voyons ici qu'une partie du support radio. On ne voit pas sur ce dessin une trappe de secours au sol juste en avant du siège de l'opérateur radio, nous ne voyons pas non plus le ventilateur sur le toit du compartiment, juste à droite de sa trappe au pavillon.


Il s'agit d'une vue des commandes principales du char suspension Porsche r numéro 305004 qui a été largement examiné par l'US Army
La forme du volant permet de se rendre compte qu’un seul un tour partiel du volant était nécessaire pour un tour complet du véhicule.
Vous remarquerez peut-être aussi qu'il est monté sur un pivot qui permet de le relever ou de l'abaisser, selon que le conducteur roule la tête hors de sa trappe ou descend en position de combat. Une petite partie du boîtier du système de direction est visible à l'extrême droite et le couvercle de l'arbre d'entraînement gauche attaché au boîtier est visible au niveau des pédales vers le tambour de frein gauche à l'extrême gauche.
Les leviers de direction d'urgence sont de chaque côté de la photo, tandis que l'un des leviers de changement de vitesse de la boîte de vitesses est en bas à droite.
Dans le coin supérieur droit de la photo se trouve le commutateur caractéristique batterie / démarreur. Un mécanisme de commutation similaire est utilisé dans tous les chars lourds Les plus petites pédales à gauche sont l'embrayage et le frein, tandis que la plus grande à droite est celle de l'accélérateur. À l'extrême gauche, vous pouvez voir le grand levier qui actionnait les freins de stationnement, verrouillant essentiellement les deux ensembles de tambours de frein.
Les premiers Jagdtiger ont commencé à sortir des lignes de production des Nibelungen Works au début du mois de juin 1944 on servi à équiper une unité de formation le Panzer Abwehr Abteilung 7 à Munich / Freiman.
Finalement, cette unité formerait la base de la 2e compagnie du Schwere Panzerjäger-Abteilung 653 Les membres des 1re et 3e compagnies ont commencé à tester les véhicules en septembre 1944, les deux compagnies se déplaçant à Linz, en Autriche, fin septembre. Une formation complémentaire a eu formée à l'usine Nibelungen à St. Valentin, où les équipes ont effectivement aidé à terminer les Jagdtiger en l'usine.

Cette autre photo de la zone du conducteur montre une partie de l'équipement au-dessus du volant ainsi que de chaque côté de celui ci
On trouve le volant caractéristique du Tiger II, et cette fois le boîtier de la boîte de vitesses est visible avec le levier de vitesses, en haut sur le côté.
Juste en dessous du levier de vitesse se trouve le levier de changement de vitesse avant / neutre / arrière, vu ici incliné depuis le couvercle de la boîte de vitesses, puis se relevant, pour se terminer par une poignée sphérique.
Une grande partie du tableau de bord est visible au-dessus de la boîte de vitesses, avec les jauges primaires sur la partie inclinée et les commandes électriques et la boîte à fusibles sur la partie verticale au-dessus.
Les fusibles sont les bandes de matériau blanc serrées les unes contre les autres au centre du panneau électrique ; normalement il y avait deux petits couvercles de panneau les protégeant. En haut du panneau, on devine une partie du système d’éclairage du panneau, c'est la seule lumière dans la zone du conducteur. Les boutons de chaque côté et au-dessus des fusibles sont l'interrupteur des phares, les voyants d'avertissement d'incendie du moteur et une prise électrique auxiliaire.
Les cadrans ci-dessous sur le panneau comprennent, de gauche à droite, un grand tachymètre et un indicateur de vitesse, ainsi que des indicateurs de pression et de température d'huile plus petits.
En haut de la photo se trouve le support de l épiscope supérieur, fixé au toit devant la trappe, mais ici sans son bloc de visualisation .
À l'extrême gauche se trouve la poignée d'actionnement de la trappe supérieure, avec la poignée maintenant en position de trappe abaissée, mais pas complètement fixée correctement
Pour ouvrir la trappe à ressort, vous devez d'abord la soulever avec la poignée, puis l'ouvrir dans le sens des aiguilles d'une montre afin qu'elle puisse être verrouillée en position ouverte. Le périscope du conducteur sur le toit devant la trappe était mobile alors que celui de l'opérateur radio était fixe.
Les deux optiques en verre exposées pouvaient être retirées et remplacées par de nouvelles, qui étaient rangées à l'intérieur du char
Le canal métallique que vous voyez en bas à gauche, avec le clip à l'extrémité, contenait un pistolet à graisse ou à huile lubrifiante.

 

Saumur

 

Il s'agit de la boîte de vitesses / du boîtier de direction retirée du véhicule, avec le boîtier extérieur de protection retiré, montrant certains des détails internes de la boîte de vitesses elle-même. 

Le Jagdtiger était équipé de la boîte de vitesses avec présélecteur Maybach Olvar 'B 401216 avec huit vitesses avant et quatre vitesses arrière.

Celle ci était à commande hydraulique, la série de trois vérins hydrauliques disposés le long du haut de l'unité mais cachés ici en raison de leur position sur le côté du boîtier.

 Le petit levier de vitesses est visible avec sa tige de commande disparaissant dans le côté de la boîte de vitesses à peu près au même endroit que le levier de marche avant / point mort / marche arrière. Fahrtrichtungshebel

Il est à noter qu’une boîte de vitesses à présélection fonctionne en vous faisant passer le rapport dont vous avez besoin avant d'en avoir réellement besoin, ensuite  en appuyant sur l'embrayage ou un autre levier de commande, on engage réellement ce rapport.

 L'embrayage Jagdtiger était également à commande hydraulique, l'embrayage centrifuge multi disque étant situé à l'extrémité d'entrée de l'arbre principal et recouvert par le renflement du carter de la boîte de vitesses au-dessus du grand levier de commande de l'embrayage de ce côté. 

Le levier de commande d'embrayage est situé au bas de l'ensemble de boîte de vitesses, environ aux deux tiers 

L'arrière de la boîte de vitesses se trouve sur la fixation pour l'arbre d'entraînement,

L’accouplement d'entraînement est visible à l'extrême droite de l'image. L'arbre d'entrée actionnait également deux pompes à huile à l'intérieur de la boîte de vitesses, qui fournissaient la pression pour les commandes de changement de vitesse hydrauliques.

Une autre vue du système de direction est visible ici, mais cette fois le capot de protection est en place autour de la boîte de vitesses Olvar et un gabarit de levage a été fixé pour le retrait des unités combinées.
Pour vous donner à nouveau une orientation, le levier de vitesses est situé juste à gauche du volant. Le levier de commande d'embrayage est en bas du boîtier, à l'extrême droite.
Notez que le volant et son arbre rotatif se fixent à une petite boîte de vitesses qui redirige la rotation de l'arbre directement dans le boîtier du système de direction.
Le système de direction utilisé dans le Tiger II et le Jagdtiger sont d’un modèle identique soir un Henschel L801, et c'était un type à différentiel contrôlé.
Bref, un train épicycloïdal mène à chaque pignon, entraîné par la sortie de la boîte de vitesses. Les roues de chaque côté sont entraînées par l'entrée de la boîte de vitesses, de sorte que la vitesse et la direction imposées aux roues sont contrôlées par l'engrenage via des embrayages de direction multi disques hydrauliques, donnant deux rayons de braquage dans chaque direction pour chaque vitesse.
Les embrayages de direction sont commandés hydrauliquement par le volant et ils sont logés à l'intérieur des renflements du carter à chaque extrémité à l'avant du boîtier de direction, particulièrement bien visible sur cette photo.
Les leviers de direction de secours contrôlent les freins à disque sur chaque arbre de sortie et ils permettent au conducteur de diriger le véhicule lorsque le moteur ne tourne pas, en cas d'urgence. Pour les déplacements normaux sur route, le volant est utilisé et le rayon de braquage dépend du rapport engagé, le rapport le plus bas fournissant le rayon de braquage le plus serré.
Pour un virage au point mort, l'embrayage du moteur principal est désengagé et, avec le moteur accéléré, le char tournera avec un train de chenille en marche avant et l'autre en marche arrière, selon la façon dont le volant est tourné.
Vous devez faire attention à ce que le volant soit au centre lors du démarrage du véhicule, sinon il commencera à tourner au point mort dès que le moteur démarrera,
Il y avait de nombreux problèmes avec le système de direction Henschel & Sohn, et une refonte a été nécessaire lorsqu'il a été constaté que les premières unités équipées du Jagdtiger ont connu un certain nombre de pannes.
Encore une fois, le système n'a pas été conçu à l'origine pour un véhicule de cette catégorie de poids, et la plupart des problèmes étaient liés au stress du conducteur
malgré ce qui a été écrit récemment sur le Jagdtiger où il a été identifié à tort la boîte de vitesses et le mécanisme de direction du Tiger I comme appartenant au Tiger II il faut savoir que bien que les boîtes de vitesses soient similaires, les deux systèmes de direction étaient très différents.


Ce dessin est un bleu d’usine Comme mentionné précédemment, l'embrayage centrifuge multi disques était situé à l'extrémité d'entrée de l'arbre principal, juste après son entrée dans la boîte de vitesses après son parcours le long du plancher du véhicule depuis le moteur.
L'embrayage était désengagé par la pression hydraulique d'un cylindre, celui ci étant directement attaché à ce qu'on appelle une « fourche de retrait ».
La pédale d'embrayage visible ici est mécaniquement reliée au grand levier fixé sur le côté du carter de la boîte de vitesses, et une fois à l'intérieur, elle active le vérin hydraulique.
La fourche de retrait est située directement à l'avant des disques qui composent l'embrayage et ils sont tous à peine visibles dans ce dessin manuel quelque peu flou.
La partie "centrifuge" de l'embrayage fait référence au fait que les disques tournent. Avec l'application d'une pression sur la fourche de retrait de la pédale et du vérin hydraulique, une moitié des plaques multiples sont écartées de l'autre, déconnectant ainsi le moteur de la boîte de vitesses et permettant un changement de vitesse.
Il y avait en fait cinq surfaces d'appui sur chaque plaque . Les firmes Jurid ou Emero qui étaient de grands fabricants de disques d'embrayage et de plaquettes de frein à l'époque. fabriquaient les revêtements des disques d'embrayage
Il y a aussi un petit frein qui peut être appliqué aux disques d'embrayage principaux pour les ralentir lors du débrayage.
Le fonctionnement général de l'embrayage, et du moteur d'ailleurs, fonctionne ainsi
La boîte de vitesses étant au point mort, la pédale d'embrayage est enfoncée pour déconnecter le moteur de la boîte de vitesses, et le moteur est démarré. Lorsque le moteur tourne, la pédale d'embrayage est relâchée et la boîte de vitesses et le moteur peuvent fonctionner
Pour commencer à vous déplacer, vous devez d'abord sélectionner la direction de déplacement que vous souhaitez suivre avec le levier avant / neutre / arrière.
Sur les surfaces de route lisses, vous pouvez alors normalement sélectionner la troisième vitesse sur le plus petit levier de vitesses. Ensuite, vous appuyez à nouveau sur la pédale d'embrayage, accélérez le moteur avec la pédale d'accélérateur, puis relâchez progressivement la pédale d'embrayage.
Lorsque le char commence à se déplacer, on peut passer un autre rapport en le sélectionnant d'abord à la main avec le levier de vitesses, puis en engageant le rapport en poussant vers le bas ou latéralement sur le levier de vitesses.
Cela engage hydrauliquement le rapport que vous avez choisi et à mesure que la vitesse augmente on pourra se préparer à nouveau pour la prochaine présélection, en dirigeant simultanément avec le volant.
Le dessin provient d’un manuel pour Tiger I, mais la boîte de vitesses et l'embrayage Olvar sont presque identiques dans ces deux véhicules.



cette autre image de la zone du conducteur montre l'enchevêtrement compliqué des commandes et des pièces de suspension sur le plancher devant le siège du conducteur, Cette photo provient d’un d'un véhicule à suspension à barre de torsion Henschel (Tiger II).
Le bas du siège est visible sur le bord inférieur de la photo, et devant le siège et au sol se trouvent trois barres de torsion pour le système de suspension Henschel, sur la barre la plus proche on peut voir le collier de roulement à rouleaux.
Chaque barre de torsion était cannelée aux deux extrémités; un support de positionnement fixé sur le côté de la coque a été usiné pour maintenir une extrémité de la barre cannelée.
Cette barre particulière est fixée de l'autre côté de la coque et passe à travers un roulement à rouleaux avant de traverser le fond de la coque.
À ce stade, la barre passe à travers un autre collier de roulement à rouleaux (celui que l'on voit ici), avant de passer à travers un trou dans ce côté de la coque où elle se fixe à un ensemble bras rayon et roue à l'extérieur du véhicule.
Le collier de roulement à rouleaux empêche la barre de se plier lorsqu'elle se tord pendant les mouvements de la roue. Les deux autres barres de torsion que vous voyez également ici traversant le sol sont connectées de ce côté de la coque et passeront à travers des colliers de roulement à rouleaux similaires du côté de l'opérateur radio avant de sortir de la coque pour recevoir les bras et les galets
A gauche sur la photo se trouve l'amortisseur avant gauche pour la première barre de torsion Il faut noter que seuls les galets à l'avant du Jagdtiger et à l arrière étaient équipées d'amortisseurs.
Le même amortisseur se trouve du côté de l'opérateur radio sur le premier galet mais il est incliné dans une direction légèrement différente.
Sur l avant des barres de torsion se trouvent des barres de connexion et les tringleries pour les leviers de direction d'urgence, et à l'extrême droite se trouvent le levier de changement de vitesse avec huit vitesses avant et deux arrière.
En bas sur le sol en haut de l'image on aperçoit les pédales, et à gauche se trouve la poignée de frein de stationnement Il est intéressant de noter que l'arbre de transmission gauche reliant le boîtier de direction L 801 au frein à disque a été enlevé alors qu’il passe normalement devant les supports de fixation de la pédale.
Il faut savoir que cette photographie date de la fin de la 2e Guerre lorsque ce véhicule a été examiné pour la première fois par les ingénieurs alliés
Le plancher doit être peint en gris verdâtre typique, alors que le capot de la boîte de vitesses est beaucoup plus clair, probablement ivoire ivoire normalement utilisée à l'intérieur de la plupart des chars et chasseurs de chars allemands pendant la Seconde Guerre mondiale.

 

 

Ceci est une autre photographie de l'intérieur du Tiger II, montrant le frein à disque gauche.
De nombreux composants de direction ont été retirés avant que la photo ne soit prise, y compris les leviers de direction d'urgence qui se fixeraient normalement aux bases de talon que vous voyez au bas de la photo.
On peut comparer avec la photo précédente pour voir ce qui manque.
On distingue clairement que l'arbre d'entraînement gauche est également manquant, et probablement toute l'unité de direction a été retirée afin que la photo puisse être prise sous cet angle.

Les unités de frein à disque de marque Argus placées de chaque côté de la coque contrôlaient le freinage des arbres de transmission
Il faut savoir que l action sur les freins se faisaient non seulement via les deux leviers de frein pour la direction d'urgence, mais aussi par la pédale et le levier du frein de stationnement, les deux derniers jouant sur les deux freins à disque simultanément. La force de freinage réelle a été exercée par 29 billes d'acier prises en sandwich entre deux grands anneaux de plaquettes de frein ronds et fixes (garniture de frein).
Les bagues de plaquette de frein sont poussé vers l'extérieur contre le boîtier de frein rotatif qui a été construit comme une unité à ailettes en deux pièces
La grande surface des bagues de frein et la grande force de dilatation causée par les roulements signifiaient que l'usure de la garniture de frein était relativement faible et permettait à l'accumulation de chaleur d'être évacuée par les ailettes du boîtier et du ventilateur action de la caisse tournante.
Normalement, on trouve un capot en tôle entourant le boîtier de frein offrant une certaine protection au conducteur. Mais le couvercle est absent ici
Dans le coin inférieur gauche de la photo on voit la tige de serrage des freins Une série de trous permettait de régler la garde de la pédale de frein au fur et à mesure de l'usure des garnitures de frein.
Le ressort qui se trouve à côté du support de réglage maintient le frein détendu lorsque la pression n'est pas appliquée sur les leviers de frein et l'actionneur.
La première barre de torsion de suspension est également visible sur la photo, vue directement sous l'unité de freinage. Rappelons qu'il est cannelé de ce côté de la coque et traverse le sol pour sortir de l'autre côté de la coque par l'opérateur radio.


Voici une autre photographie du Jagdtiger 305004
Cette fois, l'image illustre la position du mitrailleur/opérateur radio sur le côté droit de la boîte de vitesses.
Son siège est fixé directement à une grande boîte de rangement boulonnée au sol, et le dossier est fixé via une charnière
À l'intérieur d'un Tiger II, le dossier du siège pouvait alors être écarté afin que l'opérateur radio puisse se frayer un chemin dans la tourelle pour s'échapper si ses trappes d'évacuation au-dessus et sur le ventre étaient obstruées.
On pense aussi que le bas du siège de l'opérateur radio était réglable en hauteur de la même manière que celui du conducteur, mais encore une fois, des preuves photographiques indiquent le contraire.
Montés sur la paroi du châssis ou sponson en dessous et en avant de la charnière du dossier du siège se trouvent deux boîtes de rangement pour les blocs de rechange des épiscopes à utiliser pour l’épiscope supérieur qui est fixe pour le Radio Mitrailleur et qui est situé juste en avant et à droite de sa trappe.
Ici les blocs de rechange sont manquants dans leur support de rangement ; le conducteur avait également des boîtes de rangement similaires sur son épiscopes
La pince la plus proche sur la photographie situé sur la paroi du sponson, dans le coin inférieur droit de la photo, contenait un conteneur pour masque à gaz . Également en bas à droite du sol se trouve un petit support, en fait l'un des deux qui contenaient des canons MG de rechange.
La crosse de la MG et son petit bipied étaient normalement rangés sur la droite de l'opérateur radio.


Ici en regardant le plancher devant le siège de l'opérateur radio on trouve la trappe d'évacuation d'urgence ovale ainsi qu'une partie du grand carter de frein droit et de l'arbre d'entraînement du pignon droit.
Le volant de la trappe d'évacuation fait coulisser deux loquets opposés ensemble, permettant à la trappe de tomber. Le frein de conduite et de direction droit est représenté ici recouvert de son boîtier de protection en tôle.

La boîte de vitesses et ces freins étant très chauds en fonctionnement, ils sont comme dans tous les gros Panzers allemands, ventilés et refroidis avec leurs propres systèmes de conduites d'air,
il faut noter que cette photo a été prise sur le char 305004 avec suspension Porsche, il n'y a donc pas de barre de torsion
Si le Jagdtiger était assemblé in fine au Nibelungen Werk, les divers composants étaient fabriqués dans un certain nombre d'usines différentes.
Par exemple, le blindage provenait du Goring Werk Orbadonau, à Linz, et a ensuite été transportée de l'autre côté de la rue jusqu'à l'usine d'assemblage des chassis d'Eisen Werk Orbadonau.
Le masque caractéristique Saukopf a été fabriqué à Freidrich Kruppe Essen ainsi que le tube de canon, la culasse et la cale, et ceux-ci ont été ajoutés après que la coque finie a été transportée à Nibelungen.
Les raids aériens alliés ont joué un rôle crucial dans le ralentissement, voire l'arrêt, de la production du Jagdtiger.
Par exemple, le 25 juillet 1944, un raid a détruit 50% de la fonderie et de l'aciérie d'Eisen Werk, alors que les Nibelungen Werk et Goring Werk n'aient été que légèrement endommagés à la même époque.
Les lourds dommages causés à l'Eisen Werk ont ​​retardé la production du Jagdtiger de plusieurs mois, Il faut attendre la fin 1944 pour qu’ un nombre significatif de véhicules soit enfin disponibles
Cela entraîne que le Jagdtiger n'a été vu dans la bataille des Ardennes cet hiver qu'en relativement petit nombre. Les bombardements alliés du réseau ferroviaire et la faible fiabilité mécanique des engins ont également joués contre les Allemands et sur le nombre de Jagdtigers disponibles à ce moment-là.


Cette photographie de l'intérieur du Tiger II illustre quelques détails supplémentaires du frein à disque coté droit et de l'équipement environnant.
Le frein est maintenant protégé par son capot métallique bien que l'arbre de transmission droit et d'autres composants de direction aient été retirés avant que la photo ne soit prise.
C'est aussi une excellente photo de l'amortisseur droit et de ses fixations.
Ce char est avec suspension à barre de torsion Henschel, d’ou la vision de la première barre de torsion avec son collier de roulement à rouleaux, le collier situé sur la barre juste avant de passer à l'extérieur du véhicule au rayon bras et roues.
Les bras de ce côté droit du véhicule étaient dirigés vers l'arrière en anglais railing, tandis que ceux du côté gauche étaient dirigés vers l'avant en anglais leading.
Étant donné que les bras de ce côté étaient dirigés vers l'arrière, vous pouvez voir comment dans un mouvement vers le haut sur la première barre de torsion pendant que le char passait au-dessus d'obstacles cela entraînait le piston dans l'amortisseur à comprimer le fluide dans le cylindre et ainsi à amortir la torsion. mouvement.
Les amortisseurs n'étaient utilisés que sur les barres de torsion avant et arrière et comme ces barres étaient soumises à une contrainte supplémentaire, elles étaient donc un peu plus épaisses et plus robustes que les autres barres de torsion. L'ouverture dans le blindage du plancher pour la trappe d'évacuation d'urgence est également à peine visible au bas de la photo.


Cette autre vue restreinte de l’intérieur du Jagdtiger 305004 s montre la rotule sphérique MG34 (Kugleblende) devant l'opérateur radio. Un viseur KZF2 était normalement attaché à la monture MG et ceux-ci avaient un champ de vision d'environ 18 degrés.
L'élévation en site est en site est de +20 à -10 degrés, et de 15 degrés en azimut
Comme pour les autres Kugleblende, lorsque la mitrailleuse était approvisionnée le système était très lourd et donc soutenu par un capuchon de tête ainsi qu'un ressort attaché de la monture à l'armure avant.
En raison du ressort, la mitrailleuse tire donc vers le haut et vers la gauche lors d'un tir soutenu.
Si la mitrailleuse était verrouillée dans le couvercle de la boule, l'arme serait visible à droite de la poignée
La plaque de métal incurvée en haut de l'image, à droite du ressort est la glissière de ceinture pour diriger la bande de munitions vers la goulotte d'alimentation gauche de la MG.
Deux sacs de munitions étaient normalement attachés sous la mitrailleuse sur la tige de support un sac rempli d'une ceinture ronde 150 sur le côté gauche de la monture et un sac vide sur la droite pour recevoir les cartouches usagées.
Notez que bien que le coussin de protection de la tête manquant sur cette photo, . On ne voit que la fixation de la tige qui supportait le coussin qui est visible juste à gauche
Le grand trou dans le coin supérieur droit de la photo est un trou dans le renfort de blindage avant ; un ventilateur est situé sur le toit à côté de la trappe,


La plupart de l'air de ce ventilateur est canalisé vers le boîtier de la boîte de vitesses pour aider à le refroidir.
Il faut savoir que tous les ventilateurs allemands apportaient normalement de l'air frais dans le véhicule, y compris les ventilateurs électriques.
Dans le cas du Jagdtiger, l'air d'échappement était évacué du compartiment via le ventilateur fixé au moteur, l'air sortant du char via des conduits situés à l'arrière du compartiment de combat. Ce système de pression négative dans les chars allemands a causé des problèmes considérables lorsque les premiers lanceurs de fumigènes qui étaient montés sur la tourelle étaient utilisés. Si la bombe fumigène dans le tube de déchargement était déclenchée alors qu'elle se trouvait dans le tube par un feu parasite, la fumée qui en résulterait se déverserait dans le véhicule, blessant gravement ou même asphyxiant l'équipage.
C'est la principale raison pour laquelle les concepteurs de véhicules sont passés à un système d ‘arme monté à l'extérieur.
L'ensemble du mécanisme de mortier, y compris le projectile fumigène, était protégé sous un blindage jusqu'au moment du tir.
À l'extrême gauche, vous pouvez juste voir un peu de la boîte de connexion radio du mitrailleur, les radios montées dans un rack à notre gauche invisible ici
Les autres équipements situés dans la proue du Jagdtiger (sont deux bidons d'huile de 15 litres rangés au sol à gauche du conducteur et un pistolet graisseur avec raccord, également rangé à gauche du conducteur, mais monté sur le mur du sponson gauche.
Il y avait aussi un grand bac de rangement sur le sol derrière le siège du conducteur qui contenait des outils, de l'huile de moteur et de transmission, et d'autres outils
Au-dessus du poste de l'opérateur radio à droite , il y avait beaucoup d'espace pour accrocher des sacs de munitions MG et on trouvera aussi parfois des supports pour fixer les boîtes de munitions MG
Des sources indiquent qu'il y avait jusqu'à 17 sacs de munitions, chacun avec 150 cartouches AP et traçantes de 7,92 mm ceinturées, rangés dans cette zone près du mitrailleur de coque.
Ceux-ci comprenaient quatre sacs sur la cloison à l'arrière droit du tireur, huit sacs au-dessus de la longueur du flotteur à sa droite, quatre autres sur la plaque inclinée avant , puis un autre sur le support de l arme
Et cela n'inclut pas les obus stockés dans le compartiment de combat pour la MG au niveau de la coupole du commandant

Nous allons nous attaquer à l examen de la motorisation.


Le Jagdtiger était propulsé par le moteur à essence Maybach HL 230, un puissant V-12 qui, sous une forme ou une autre, sera le moteur standard de la plupart des chars lourds allemands de cette époque.

 

Overloon


Le moteur était monté à l’arrière du châssis et il est entouré de radiateurs, de ventilateurs de refroidissement et de réservoirs de carburant.
Voici une photo du moteur du Jagdtiger 305003 capturé,montrant l’emplacement général de la trappe d’accès du moteur central. De chaque côté se trouvent les deux conduits circulaires du ventilateur qui refroidissent le moteur, et l’avant et l’arrière des ventilateurs avec leurs bouches d’aération de refroidissement.
Les deux ventilateurs ont une motorisation électrique et ils sont situés à l’arrière du moteur, L’air est expulsé via des évents ronds à persiennes. Alors que l’air est inspiré via les évents rectangulaires que se situent à l’avant et à l’arrière des évents du ventilateur,
après que l’air soit capté il a été envoyé vers les quatre radiateurs de liquide de refroidissement à eau, montés par paire de chaque côté du compartiment moteur.
L’air nécessaire à la ventilation entre dans le compartiment par les deux couvercles de dôme sur la trappe centrale du moteur, sous ces dômes se trouvent les filtres du purificateur d’air du moteur
Les deux autres tapes rondes que se trouvent dans le coin inférieur gauche de l’image sont les orifices de reversoirs blindés pour du carburant et le liquide de refroidissement, chacun ne pouvait être ouvert qu’avec une clé spéciale.
Le plus grand à gauche était destiné à l’eau de refroidissement du moteur et celui de droite était destiné au carburant.
Entre ces couvertures blindées se trouve une petite ouverture ronde et blindée qui a été conçue à l’origine pour accepter un grand tube pour alimenter en air le moteur lorsque le véhicule serait utilisé en submersion lors des traversées de coupure humides
Il faut savoir que cette idée date de l Opération Seelowe avec l’idée d’une attaque amphibie contre la Grande-Bretagne
Apres la défaite dans la bataille d’Angleterre, et avec l’introduction d’un système permettant de faire flotter des chars et aussi l’arrivée de pontons permettant de faire franchir les rivières en toute sécurité ce système de Tube a été abandonné. Le couvercle blindé articulé qui protégeait à l’origine l’ouverture a été enlevé et le trou restant sur le haut du moteur sera utilisé éventuellement pour créer un autre évent de refroidissement par air jusqu’à un nouveau ventilateur soit monté derrière le moteur.



Voici un moteur Maybach vu avant gauche
L’histoire des célèbres moteurs Maybach est un peu controversée car ils ont souvent été identifiés comme les premiers moteur sexpressément conçus pour les chars.
Mais cela doit être nuancé L’histoire du moteur Maybach nous renvoie à un ingénieur Gottlieb Daimler.
Daimler, né à Schorndorf, en Allemagne, en 1834, était un ingénieur qui a travaillé en Grande-Bretagne, en France et en Belgique, puis est rentré chez lui lorsqu’il a été nommé directeur technique d’une entreprise de moteurs à essence que Nikolaus Otto a fondée à Deutz, en Allemagne.
Daimler travailla en étroite collaboration avec Otto, qui le présenta à un autre jeune ingénieur, Wilhelm Maybach; les trois hommes aimaient travailler ensemble et développaient progressivement un moteur à combustion interne pour alimenter un nouveau type de véhicule routier qu’ils avaient envisagé.
Après une dispute avec Nikolaus Otto en 1882, Daimler et Maybach partent créer leur propre entreprise de construction de moteurs.
Au début, Daimler et Maybach se sont concentrés sur la production d’un moteur léger à grande vitesse qui pourrait fonctionner à l’essence.
Ils ont finalement conçu et construit un moteur avec un carburateur monté en surface qui pourrait vaporiser l’essence, puis la mélanger avec de l’air avant de l’injecter dans les chambres de combustion.
Leurs moteurs précédents, qui avaient été produits avec l’aide d’ Otto, n’avaient atteint que 130 tr / min, mais le nouveau moteur Daimler et Maybach atteint 900 tr / min.
Enfin, en 1889, Daimler et Maybach ont placé leur dernier moteur dans une calèche sans chevaux et celle ci à passer le cap des 11km/h ce qui était inédit à cette époque, Ils se lancèrent ainsi lsur la conception d’une automobile à quatre roues en concevant une simple boîte de vitesses à quatre vitesses et un mécanisme d’entraînement par courroie pour faire tourner les roues
Ainsi ils ont décidé de la produire en série, en fondant la Daimler-Motoren-Gesellschaft

 

en 1890.
La société a développé une réputation pour la fiabilité de ses produits qui n’était pas une mince affaire dans ces premiers jours de l’automobile.
Lors de la première course sur route entre Paris et Rouen, en 1894, 15 des 102 voitures qui ont participé à la course et qui ont pu passer la ligne d’arrivée,étaient équipés de moteurs Daimler / Maybach
Cette performance impressionna Ferdinand Graf von Zeppelin qui s’arrangea alors avec les hommes pour utiliser leurs moteurs Daimler/Maybach dans les dirigeables qu’il construisait.
Les moteurs Daimler/Maybach étaient également utilisés dans les voitures blindées allemandes de l’époque, bien que la connexion dirigeable soit beaucoup plus lucrative
En avril 1907, lorsque Wilhelm Maybach quitta sa société automobile à Stuttgart, il commença à consacrer tous ses efforts à la conception de moteurs puissants mais légers pour les dirigeables de Graf Zeppelin.
Sa nouvelle société « Maybach Luftfahrzeug-Motorenbau GmbH » devint plus tard Maybach Mororenbau GmbH, et fut rebaptisée plus tard encore « Motoren und Turbinen Union (MTU), Friedrichshafen ».
Après sa mort en 1929, le fils de Maybach, Karl, s’est développé sur l’expertise de la société en matière de construction de moteurs de dirigeables et a dirigé la conception et la production des célèbres moteurs de chars Maybach de la Seconde Guerre mondiale.
Comme pour les moteurs de dirigeable les nouveaux moteurs de chars ont été conçus afin d’économiser du poids, avec une utilisation d’un vilebrequin de type disque et d’un arbre à cames en tête.
L’utilisation d’une conception V-12 a également été poursuivie afin de fournir le meilleur rapport puissance / poids.
Et, tout comme dans les moteurs de dirigeables, un système de lubrification de carter sec a été choisi pour fournir une lubrification sans problème des pièces du moteur lorsque le char était en devers important
Ainsi toutes ces innovations utilisées à l’origine sur les moteurs de dirigeables ont été combinées avec la vaste expérience de la société dans le travail avec des métaux d’alliage léger pour produire les moteurs de Chars Maybach de la Seconde Guerre mondiale
Aujourd’hui, la société est une filiale de Daimler Chrysler et l’un des projets les plus récents de MTU était le développement du puissant moteur pour le PzH2000
Cette utilisation va conduire à la conception du moteur qui vont aboutir aux fameux moteurs de chars Maybach .


Ici nous avons un moteur vu du cote arrière gauche
Le réservoir d’huile est situe en bas et il est assez imposant On aperçoit son tube de remplissage. Remarquez le trou conçu à l’arrière du réservoir d’huile rectangulaire. Celui servait pour accéder au démarreur à inertie Bosch via une manivelle de démarrage qui étai insérée via un orifice dans le blindage arrière du Jagdtiger,
Elle passait à travers le réservoir d’huile, pour finalement se connecter au démarreur d’inertie (Schwungkfraftanlasser) que l’on aperçoit plus à droite.
Le démarreur électrique (Elektrischer Anlasser) utilisé par temps chaud est juste en dessous.
Les tuyaux d’échappement des deux côtés du moteur sont recouverts de collecteurs en tôle. Un ventilateur sirocco est boulonné au volant moteur à l’avant avec comme but d’aspirer l’air à travers l’évent en forme de dôme près de la trappe de l’opérateur radio.

Cet air va ensuite refroidir la boîte de vitesses via un conduit situé sous le compartiment de combat, une fois le moteur refroidi il est finalement évacué vers l extérieur
On voit aussi les entraînements pour les ventilateurs de radiateur peuvent également être vus à cette extrémité du moteur; Il sont au nombre de deux .La boîte de vitesses est appelée « Lufterantrieb » dans le dessin.

 

 

 

 

 


Cette illustration montre la disposition générale du système de refroidissement du moteur situé dans le compartiment moteur.


Le réservoir d’eau de refroidissement est situé à l’arrière du compartiment,identifié sous le numéro 2. De ce réservoir, il y a deux tuyaux principaux qui prennent en charge l’eau refroidie, l’un mène au radiateur avant sur le côté gauche (vu à droite), puis traverse l’autre radiateur L’autre tuyau mène directement au bloc moteur (vu en bas, le bloc non représenté).
À partir du bloc moteur, l’eau maintenant chaude est pompée directement vers les deux radiateurs arrière, puis vers l’avant vers les deux radiateurs avant, avant de retourner maintenant refroidie par le radiateur dans le réservoir.
La commande primaire du système de régulation du flux d’air à travers les radiateurs est montée sur la cloison pare-feu entre le compartiment de combat et le moteur, et ici le levier de commande est identifié sous le numéro14.


Ce levier est visible sur une autre photographie du compartiment de combat. Notez à nouveau que l’air de refroidissement est aspiré par les évents rectangulaires sur le pont moteur, puis par les quatre radiateurs, puis enfin à travers les ventilateurs dans les boîtiers circulaires.
Ainsi on trouve souvent en Hiver des troupes assises près de ces boîtiers de ventilateur afin de se réchauffer et pour avoir servi dans les blindés je peux vous dire que quand nous dormions sur la plage arrière du char tourelle à 3 ou 9 heures cela nous apportait un peu de chaleur


 

Cet autre des croquis tiré du manuel d’entretien du Tiger II montre l’emplacement des réservoirs d’essence à l’arrière du véhicule et sous le plancher du compartiment de combat.
Comme mentionné plus tôt, le bouchon de remplissage de carburant et le réservoir de carburant se trouvaient à l’arrière du moteur, les conduites de carburant allant de celui-ci aux réservoirs via les sponsons arrière du châssis et de là elles allaient vers les réservoirs inférieurs du compartiment moteur.
Il y avait aussi d’autres réservoirs de carburant plats devant la cloison pare-feu, de chaque côté du compartiment de combat, sous le plancher.
A cet endroit on trouve aussi la vanne qui contrôlait quel réservoir était à utiliser à un moment donné, . Elle est visible ici entre les deux réservoirs de plancher.
Les sept réservoirs de carburant avaient une capacité de 860 litres.
Les deux paires de carburateurs Solex 52 visibles sont montés sur le dessus du moteur, et vous pouvez suivre leurs conduites de carburant jusqu’à une vanne marche-arrêt de commande sur la cloison pare-feu.
Également situé sur cette cloison pare-feu est une boîte de pompe d’apprêt, caractéristique des plus grands panzers allemands pendant la guerre.


Cette photographie montre grâce à la trappe moteur ouverte les deux filtres à air cyclone qui étaient placés sur le dessus du moteur.
Les filtres à air cyclone étaient des type centrifuge qui utilisaient la force de rotation « centripète » de l’air entrant pour nettoyer la plupart des particules de poussière les plus grosses du flux d’air.
Lorsque ces grosses particules de poussière étaient éliminées, elles tombaient dans deux pièges à poussière situés de chaque côté du moteur et la poussière était ensuite expulsé hors du véhicule par les ventilateurs du radiateur.
Après avoir voyagé à travers la partie centrifuge pré-nettoyante de la boîte filtrante, l’air ensuite atteint les filtres de bain d’huile situés au centre de chaque unité de filtre où il est nettoyé avant d’être dirigé vers les carburateurs.
La combinaison cyclone/filtre à bain d’huile était si efficace que même dans des conditions de trajet dans des zones très poussiéreuses les filtres ne nécessitaient un nettoyage que lorsque le véhicule était ravitaillé.
Un certain nombre de photographies de ces unités filtrantes montrent qu’elles sont peintes d’une couleur très claire, blanche, ou ivoire clair comme l’intérieur de l’ habitacle connu sous le nom d’Elfenbein.
Sur la photographie l’ouvrier retire le couvercle du filtre à bain d’huile. Il sera alors en mesure d’enlever complètement le filtre à huile pour vidange complète ou rajout d’huile.


Ici nous avons une vue une fois que les filtres à air ont été complètement enlevés, du coffre d’admission d’air qui apporte l’air pur aux deux paires de carburateurs Ces carburateurs solex sont alimentés en carburant via deux pompes à carburant,
La manette des gaz du venturi fournit le bon mélange carburant/air au collecteur d’admission, puis le mélange était expulsé dans les chambres de combustion au sommet de chacun des 12 cylindres.
Les deux objets situés aux extrémités du coffre d’admission sont les magnétos qui fournissent l’électricité pour les bougies d’allumage.
Les fils menant des magnétos aux bouchons sont également visibles. Le tuyau dans le coin supérieur gauche de la photo est le tuyau de refroidissement de l’eau menant du réservoir au radiateur avant côté gauche.

Ce tuyau tourne ensuite autour de l’avant de l’ouverture de la trappe moteur et finit par se fixer au radiateur coté avant droit.
Cette partie du tuyau est visible dans le coin supérieur droit de l’image.
On peut aussi apercevoir les conduits rectangulaires des deux côtés du moteur qui ont permettent l’évacuation de la poussière contenue dans les filtres centrifuges vers les ventilateurs du radiateur, afin de les expulser vers l extérieur Les bouchons sur le dessus des tuyaux verticaux courts sont des jauges.


 


Ici nous avons une vue des carburateur et d’autres équipements situés au-dessus et entre les culasses du moteur.
Chaque carburateur est à double barillet et alimente le mélange d’air de carburant à trois cylindres du moteur V-12.
La synchronisation de ces carburateurs était délicate et occupait le Conducteur/mécanicien pendant les périodes calmes entre les engagements. L’indice d’octane standard qui devait être utilisé était soit su 74 ou 78 .
On apercoit aussi une partie du système d’extincteur automatique qui comprend le capteur de température (le plus grand disque) et la buse de pulvérisation de l’extincteur.
Le cylindre fixe de l’extincteur était attaché au côté du compartiment de combat de la cloison pare-feu et contenait cinq litres de tétrachlorure de carbone. Il y avait aussi une pompe manuelle qui permettait à l’équipage de maintenir la pression correcte dans le système.
La vanne sur le cylindre connecté à un tuyau qui se dirige vers un collecteur d’où parte 4 tuyaux avec buses de pulvérisation
Deux de ces buses sont pulvérisées sur les carburateurs, l’une a été pulvérisée sur la pompe à carburant et l’autre sur la face inférieure du carter.
Lorsque l’un des interrupteurs thermostatiques était activé suite à une température élevée, une vanne s’ouvrait et du tétrachlorure de carbone était libéré pendant sept secondes. Lorsque le système a été activé, un voyant rouge alerte le conducteur, le voyant situé juste en dessous de son épiscope de vision vers l’avant.
La photographie montre une main tenant une clé qui sert au réglage du jet de buse principal sur le côté du carburateur.


 


Voici une photo de l’arrière du Jagdtiger qui montre les deux grands tuyaux d’échappement protégés par un blindage (Auspuffrohr) sortant du compartiment moteur.
Il y a un certain nombre de ports d’accès situés sous le niveau des tuyaux d’échappement
Ceux de chaque côté sur la plaque de blindage sont des couvercles d’accès pour les mécanismes de tension des chenilles
Le centre avec le port plus grand permettent un accès limité à l’arrière du moteur et fournissent également des goujons pour monter un démarreur de moteur à essence. Juste à droite du port, se trouve un port plus petit situé sous le tuyau d’échappement droit. Il s’agit du couvercle du démarreur à inertie situé sur le côté droit du bloc moteur

 

 


 

Nous allons maintenant voir l ‘aménagement intérieur du Jagdtiger Apres avoir vu précédemment les postes du conducteur et de l'opérateur radio à l'avant nous allons voir le compartiment de combat avec son canon de 12,8 cm.
Ce canon PaK 44 L/55 de 12,8 cm occupe la majeure partie de la zone au centre du compartiment de combat. La position du tireur se trouve sur le côté gauche de l'arme et celle du chef de char sur la droite. Le siège du tireur est monté sur la boîte de vitesses du mécanisme de déplacement
La boîte de vitesses est elle même boulonnée sur le côté gauche du support du canon  Le siège du tireur est en deux parties rembourré avec fond et un dossier fixé via un seul tube à l'arrière du fond du siège
Directement devant le tireur se trouve le volant de la traverse horizontale qui contrôle le débattement qui est limité à 10 degrés de chaque côté du centre.
Immédiatement à droite du tireur se trouve le volant d'élévation avec son arbre d'entraînement se terminant par les engrenages coniques et pignons traditionnels sous le canon.
Ces engrenages engagent l'engrenage à crémaillère du support du canon, qui à son tour élève le berceau avec le tube
L'arme était bien équilibrée sur son berceau donc l'élévation de la main se fait sans effort
Toutefois il faut moultes touts de volant pour élever le tube à son élévation qui est de -7,5 à +15 degrés.
 Pour équilibrer l’arme des contrepoids ont été utilisés et ils sont fixés sur le côté gauche du protège-culasse
Remarquez les deux cylindres pour le frein oléopneumatique de recul montés au-dessus du canon et le viseur attaché à un bras d'extension sur le côté gauche du berceau du canon . Le viseur sortait du toit de la casemate via une trappe elle même protégée par un volet mobile blindé en forme de rein
Les munitions de 12,8 cm en deux fardeaux sont stockées dans des racks sur les deux coté des la casemates (sponsons ) sous le berceau et sous le plancher . Ce dessin vous donne donc une idée de l ‘agencement de base du compartiment de combat . Parfois il a pu y avoir des agencements différents.


 



Cet autre croquis vous fournit une vue intérieure de l'arrière vers l'avant. Une fois de plus, on trouve la position du tireur à gauche du canon, avec son siège boulonné directement au boîtier de transmission
. Le carter d'engrenage supporte le volant de translation et l'arbre de transmission et est boulonné directement sur le berceau du canon
Sur la plaque de blindage avant directement devant le tireur se trouve un support vide utilisé pour fixer son boîtier de masque à gaz. Il existe également d'autres supports, y compris de petits supports pour maintenir la cartouche du masque La petite boîte sur la même plaque de blindage abritait probablement divers pièces de rechange notamment pour le viseur.
On voit aussi le poste du chef de char sur la droite . Celui ci avait un siège simple, rond et rembourré sans dossier; le siège était fixé directement à la partie inférieure du berceau du canon à gauche. Sa position était située directement sous une trappe de bonne taille percée dans le toit,. Celle ci pouvait servir aussi de trappe d’évacuation
Le chef de char av ait aussi à sa disposition un kit de lutte contre les gaz avec une bouteille de masque à gaz et un tube respiratoire A sa droite on trouve des boite de rangements Ici aussi on peu voir les obus en réserve stockés sous le berceau du canon, ainsi que des charges supplémentaires et certains projectiles qui étaient stockés sous le plancher


Normalement il y a aussi la place pour deux chargeurs à l'arrière du compartiment, mais on n a pas trouvé de place pour leurs sièges
Icio nous avant dans les espaces de rangement 11 projectiles stockés dans les deux casiers le restant soit 16 projectiles se trouvant stockés sous le plancher horizontalement par 2 rangées de 8
Il y avait normalement 38 projectiles HE et AP
Il est courant que pour libérer de l’espace pour le chef de char et le tireur les racks avant n'ont que deux cartouches de charge sur la rangée du bas au lieu de trois, les quatre autres charges étant empilées au-dessus
Les racks de chargement arrière ont trois cartouches sur la rangée du bas, puis un autre niveau de deux sur le dessus et enfin une charge de cartouche supplémentaire en haut du rack. 
L'addition de toutes ces charges nous donne un total d'environ 24 dans ces quatre racks
Parfois il peut y avoir eu au moins une charge supplémentaire stockée au-dessus des porte-bagages arrière dans certains véhicules, il peut donc y avoir eu jusqu'à 26 projectiles 


 



Ici nous avons une photgraphie du Jagdtiger 305058 Nous sommes assis sur le tube du canon près du masque, regardant vers l'arrière du véhicule. Au centre gauche se trouve la trappe du commandant et sa base (2) boulonnée au toit.
 L'anneau d'écoutille pouvait tourner sur la base, la porte d'écoutille en forme de demi-lune n'occupait qu'une partie de la surface totale disponible. Plus près de nous sur la gauche se trouve un périscope monté sur une base circulaire similaire, mais plus petite (1). La base ici a également permis à l’épiscope de tourner afin que le commandant puisse voir son environnement dans toutes les directions en faisant pivoter la monture.
 Inclus sur cette base, mais devant l’épiscope , se trouve une petite trappe pour un périscope/télémètre binoculaire. Cette zone est souvent appelée « écoutille d'observation du commandant ». À notre gauche, et pris en sandwich entre les deux bases de trappe, se trouve un support pour une antenne radio. À côté, à l'extrême gauche de l'image, se trouve un support fixe pour un autre périscope.
À notre droite se trouve le couvercle coulissant du viseur (8) Le trou d'accès pour la tête de visée est clairement visible, bien que le viseur lui-même soit manquant. 
Cet arrangement de couverture coulissante est similaire à ceux que nous avons vus sur le Jagdpanther allemand, et ce design a également été utilisé sur un certain nombre d'autres Jagdpanzer allemands pendant la Seconde Guerre mondiale.
Bien que nous ne puissions pas le voir sur cette photo, le support de visée sous l'ouverture est également de conception similaire à celui du Jagdpanther. Il est attaché directement à ce couvercle coulissant en forme de haricot, de sorte que lorsque le canon est en place le viseur aussi se positionne pareillement
De l'autre côté du couvercle du viseur se trouve la tape pour le mortier d'autodéfense ouverte (7). Le mortier (Nahverteidigungswaffe) est fixé sur la face inférieure de cette plaque de couverture rotative Il peut donc défendre tout azimut
Plus en arrière sur le toit se trouve un autre support de périscope (6), celui-ci également rotatif, et centré à mi-chemin en arrière se trouve le couvercle du ventilateur motorisé (3).
Le ventilateur est fixé au plafond en dessous. Deux supports de périscope fixes supplémentaires se trouvent aux coins arrière du toit, chacun légèrement incliné pour fournir une vue grand angle combinée de la zone derrière le Jagdtiger.
 Notez que la plaque de toit qui est boulonnée et non pas soudée
En effet grâce à ce système, la plaque de toit pouvait être retirée à l'occasion lorsqu'un entretien majeur du canon

 


Il s'agit d'une photographie de trappe du chef de char vue prise de l’arrière en regardant vers l'avant. Quelques éléments intéressants sur la plaque de toit sont maintenant apparents. Tout d'abord, la trappe du commandant a été ouverte et sa simple poignée de verrouillage et son joint en caoutchouc sont clairement visibles. Sa trappe d'observation du périscope est également ouverte dans le coin supérieur droit de la photo, et un périscope binoculaire a été monté à l'intérieur avec seulement les deux optiques visibles. Notez que cette petite trappe a également une poignée de verrouillage ainsi qu'un joint en caoutchouc autour d'elle qui protège de la pluie
La tape coulissante sur le viseur du mitrailleur ait été déplacé au maximum vers la droite touche presque le support de l affût pour la mitrailleuse anti-aérienne. 
Le plafond de la casemate vue à travers le couvercle coulissant apparaît plus sombre que le reste de la peinture extérieure.  Ce qui laisse supposer que la peinture d'apprêt ou une couche de base précédente qui n'a pas été repeinte lorsque la peinture plus claire genre Dunkelgelb a été pulvérisée.
La protection du ventilateur se trouve en bas à gauche et l'arme de défense rapprochée est à l'extrême gauche. 
Ic on voit que la trappe pour le mortier a été obturé de l intérieur afin de protéger l'ouverture .

 


Cette photo du toit de la casemate nous permet de voir des détails supplémentaires.
 La poignée de la trappe du périscope est légèrement pliée pour dégager le toit lorsqu'elle est verrouillée, Elle est mobile afin de verrouiller la trappe en toute sécurité.
 Le périscope de télémétrie binoculaire est monté à l'intérieur sur une barre verticale qui s'étend du dessous du tourelleau rotatif et la base du périscope se fixe à un support ce qui le rend mobile en hauteur

L'emplacement du périscope fixe du commandant est visible à droite, et à gauche se trouve une monture pour une mitrailleuse anti-aérienne.


 


:
Cette photographie montre la casemate de combat sans son toit qui a été déboulonné On peut voir le canon est son berceau ainsi que le système de récupération avec les cylindres de recul au-dessus du tube du canon . Le cylindre de recul à gauche est le tampon hydraulique, normalement rempli de 12,25 litres de fluide hydraulique Braun-Ark. A l'intérieur de ce cylindre se trouve un piston avec un piston plongeur.
A droite se trouve le cylindre récupérateur de diamètre légèrement plus grand. Il s'agit du type hydropneumatique typique de conception allemande, rempli à la fois de gaz sous pression (probablement d'azote) et de plus de fluide hydraulique Braun-Auk. 
La construction de ce cylindre était simple - un autre cylindre plus petit est monté à l'intérieur de celui ci
Lorsque le canon a tiré un piston à l'intérieur du cylindre intérieur est tiré vers l'arrière lorsque le canon recule, et ce mouvement de piston comprime le fluide hydraulique en l ‘expulsant du plus petit cylindre vers le plus grand cylindre environnant, rempli de gaz sous pression
 Le fluide hydraulique a encore comprimé l'azote déjà comprimé, de sorte qu'à la fin du mouvement de recul, la pression combinée force le piston à revenir à sa position initiale entraînant le tube du canon et et la culasse avec lui.
La petite boîte située entre les cylindres semble être soit une boîte de stockage de munitions pour pistolet soit une boîte de rangement de projectiles pour l'arme de défense rapprochée ou le pistolet tirant des fusées de détresse
Cette boîte est souvent présente dans la même position dans d'autres véhicules

 


Sur cette image, le grand support du viseur est visible près de l'avant gauche du cylindre de recul du tampon hydraulique, mais le viseur du tireur a été retiré, peut-être par l'équipage lorsqu'ils ont abandonné ce Jagdtiger. La plupart des équipages ont non seulement tenté de retirer les viseurs et les radios et de les enterrer ou de les détruire, mais ils ont également tenté, s'il y avait le temps, de faire exploser le Jagdtiger afin qu'il ne puisse pas être utilisé contre les Allemands plus tard. Sur la partie arrière du cylindre tampon, vous pouvez voir les vannes de remplissage. Je ne sais pas ce qui était sanglé dans l'évidement entre les cylindres, en avant de la boîte de rangement. Faites-moi savoir si vous avez la réponse.
Bien que la plupart des autres équipements ne soient pas très clairs, vous pouvez distinguer le volant de déplacement du tireur à gauche et le siège du commandant à droite, ainsi que des traces de râteliers de munitions pour le rangement de la charge. Remarquez dans l'image précédente la crête en retrait autour du périmètre de la coque pour le montage de la plaque de toit. L'évidement n'était pas assez profond pour l'épaisseur de la plaque de blindage, de sorte qu'un pouce environ du bord du toit était visible lorsque la plaque était boulonnée en place. Notez également qu'un espace pour le support de périscope fixe pour le commandant (le long du bord droit du toit) a dû être usiné dans le rebord de support du toit. Si vous regardez attentivement, vous pourrez peut-être trouver le support du conteneur de masque à gaz du commandant sur le blindage avant, sa boîte de connexion radio juste en avant du périscope fixe à sa droite, et même un peu du dispositif de communication mécanique (près de la boîte de connexion radio) qui fonctionnait entre le commandant et le conducteur. Il semble y avoir un joint d'étanchéité en toile autour du canon et de la monture qui est également attaché à la plaque de blindage avant. Soit dit en passant, une partie du câblage que nous avons vu accroché au mur à droite du poste de commandant provient des plafonniers qui ont dû être retirés afin de retirer la plaque de toit pour ces images. Dans le Jagdtiger, il y avait une lumière intérieure tubulaire typiquement allemande au-dessus du commandant, une au-dessus du mitrailleur et une troisième entre les deux chargeurs à l'arrière du plafond. Ces lumières avaient un couvercle qui pouvait être tourné à la main pour atténuer ou éclaircir la lumière, mais la lentille de lumière cylindrique était claire, donc la lumière à l'intérieur des véhicules allemands de la Seconde Guerre mondiale était normalement blanche, pas rouge ou bleue. Il semble y avoir un joint d'étanchéité en toile autour du canon et de la monture qui est également attaché à la plaque de blindage avant. Soit dit en passant, une partie du câblage que nous avons vu accroché au mur à droite du poste de commandant provient des plafonniers qui ont dû être retirés afin de retirer la plaque de toit pour ces images. Dans le Jagdtiger, il y avait une lumière intérieure tubulaire typiquement allemande au-dessus du commandant, une au-dessus du mitrailleur et une troisième entre les deux chargeurs à l'arrière du plafond. Ces lumières avaient un couvercle qui pouvait être tourné à la main pour atténuer ou éclaircir la lumière, mais la lentille de lumière cylindrique était claire, donc la lumière à l'intérieur des véhicules allemands de la Seconde Guerre mondiale était normalement blanche, pas rouge ou bleue. Il semble y avoir un joint d'étanchéité en toile autour du canon et de la monture qui est également attaché à la plaque de blindage avant. Soit dit en passant, une partie du câblage que nous avons vu accroché au mur à droite du poste de commandant provient des plafonniers qui ont dû être retirés afin de retirer la plaque de toit pour ces images. Dans le Jagdtiger, il y avait une lumière intérieure tubulaire typiquement allemande au-dessus du commandant, une au-dessus du mitrailleur et une troisième entre les deux chargeurs à l'arrière du plafond. Ces lumières avaient un couvercle qui pouvait être tourné à la main pour atténuer ou éclaircir la lumière, mais la lentille de lumière cylindrique était claire, donc la lumière à l'intérieur des véhicules allemands de la Seconde Guerre mondiale était normalement blanche, pas rouge ou bleue. une partie du câblage que nous avons vu accroché au mur à droite du poste du commandant provient des plafonniers qui ont dû être retirés afin de retirer la plaque de toit pour ces images. Dans le Jagdtiger, il y avait une lumière intérieure tubulaire typiquement allemande au-dessus du commandant, une au-dessus du mitrailleur et une troisième entre les deux chargeurs à l'arrière du plafond. Ces lumières avaient un couvercle qui pouvait être tourné à la main pour atténuer ou éclaircir la lumière, mais la lentille de lumière cylindrique était claire, donc la lumière à l'intérieur des véhicules allemands de la Seconde Guerre mondiale était normalement blanche, pas rouge ou bleue. une partie du câblage que nous avons vu accroché au mur à droite du poste du commandant provient des plafonniers qui ont dû être retirés afin de retirer la plaque de toit pour ces images. Dans le Jagdtiger, il y avait une lumière intérieure tubulaire typiquement allemande au-dessus du commandant, une au-dessus du mitrailleur et une troisième entre les deux chargeurs à l'arrière du plafond. Ces lumières avaient un couvercle qui pouvait être tourné à la main pour atténuer ou éclaircir la lumière, mais la lentille de lumière cylindrique était claire, donc la lumière à l'intérieur des véhicules allemands de la Seconde Guerre mondiale était normalement blanche, pas rouge ou bleue. un au-dessus du mitrailleur, et un troisième entre les deux chargeurs à l'arrière du plafond. Ces lumières avaient un couvercle qui pouvait être tourné à la main pour atténuer ou éclaircir la lumière, mais la lentille de lumière cylindrique était claire, donc la lumière à l'intérieur des véhicules allemands de la Seconde Guerre mondiale était normalement blanche, pas rouge ou bleue. un au-dessus du mitrailleur, et un troisième entre les deux chargeurs à l'arrière du plafond. Ces lumières avaient un couvercle qui pouvait être tourné à la main pour atténuer ou éclaircir la lumière, mais la lentille de lumière cylindrique était claire, donc la lumière à l'intérieur des véhicules allemands de la Seconde Guerre mondiale était normalement blanche, pas rouge ou bleue.


 


:
Accroupis sur le pont moteur et regardant à travers les portes ouvertes du compartiment de combat arrière, nous avons cette vue de l'intérieur du même véhicule. La construction du porte-munitions est mieux visible maintenant et montre la conception légère allemande typique, où les charges ont d'abord été retirées des couches supérieures. La photo semble indiquer que le râtelier le plus en avant sur le flotteur, près du commandant, avait deux couches de deux charges chacune en bas et deux couches supplémentaires d'une seule charge chacune en haut. Cela correspond bien à notre dessin de la photo 2 et je soupçonne que ce croquis particulier a été pris de ce même véhicule (ou à partir des photos qui ont été prises de ce véhicule).

Également dans l'image, nous pouvons voir le siège rond du commandant ainsi que ce que je soupçonne être sa boîte de rangement de tête de périscope de rechange sur le mur à sa droite, ainsi que son conteneur de tube respiratoire (sur la plaque de blindage avant). La taille énorme de l'anneau de culasse du canon est apparente à notre gauche, ainsi que les nombreux contrepoids boulonnés sur la protection anti-recul gauche. Le pistolet est surélevé afin de montrer le haut de l'anneau de culasse et d'autres éléments situés à droite du pistolet.

 


Nous sommes à l'intérieur Nous voyons le périscope à ciseaux du commandant installé. Il semble y avoir eu quelques jumelles stéréo différentes utilisées dans les AFV allemands pendant la Seconde Guerre mondiale, mais la SF 14Z qui était normalement utilisée dans le Jagdtiger était probablement la plus courante. 

Ces instruments optiques étaient un développement de jumelles disponibles dans le commerce fabriquées par Zeiss avant la guerre. En Allemagne, ils s'appelaient "Scherenfernrohr" ou télescope à ciseaux (Zeiss les appelait "Relieffernrohre"), mais ils n'étaient pas un produit commercialement réussi pour l'entreprise lorsqu'ils étaient vendus aux civils
 Un modèle 8x20 a été proposé de 1894 à 1906 et un modèle 10x25 de 1895 à 1908. C'est probablement le modèle qui a ensuite été acheté en grand nombre par l'armée allemande et utilisé dans les deux guerres mondiales avec peu de changements.
Typiquement, ces jumelles offraient une bonne vision, amplifiant considérablement la perception de la profondeur avec une apparence du relief modélisé. Ils ont également été utilisés comme télémètres durant les deux guerres aussi bien que par Allemands que par d ‘autres pays
Les plus petits périscopes à ciseaux portatifs avaient un grossissement d'environ 6x30, et incluaient généralement une charnière pliante pour réduire la longueur totale pour le transport. 
Les instruments montés sur trépied plus grands avaient parfois des objectifs de 50 mm, très utiles pour une utilisation à l'aube et au crépuscule, et ces périscopes plus grands étaient ceux que l'on trouvait généralement dans les véhicules blindés. 
Le SF 14Z avait un grossissement de 10x, un champ de vision de 5 degrés, un dégagement oculaire de 12,5 mm et une distance inter-oculaire de 57 mm+ en stéréo, et 58 mm+ comme périscope.
 Normalement, le graticule dans l'oculaire droit présentait des carrés de 10 mil avec des espaces de 2 mil à des intervalles de 5 mil. Il y avait une croix interrompue au centre pour la référence ou le point de visée. 
Le graticule pouvait être éclairé par une ampoule interne et il incorporait également un petit clinomètre également gradué en mils. 
Sur la photographie on peut voir le fil électrique et la prise pour la lumière du graticule, la prise se trouve suspendue sur le côté droit de la monture du périscope. Le périscope bein que semblant être suspendu est fixé sur un support noir sous le périscope qui traverse la barre de support à droite. 
Un écrou à oreilles sur le support a permis d'élever le périscope dans une position confortable pour le commandant.
Le levier à main qui faisait partie du système de communication mécanique (parfois appelé par les Américains pendant la Seconde Guerre mondiale comme « équipement télégraphique ») entre le commandant et le conducteur est également visible à droite sur la photo
 Au-dessus se trouve le périscope fixe normal qui offrait une vue sur le côté droit du véhicule et à cote du périscope se trouve la boîte de connexion radio du commandant près du plafond.
 Bien que le périscope à ciseaux soit monté dans la trappe supérieure, le périscope à vision normale est également monté et vous pouvez voir jusqu'où il s'étend dans le compartiment de combat. 
Contrairement au périscope fixe à sa droite, le périscope monté dans la trappe d'observation a une zone de vision capitonnée
. Derrière la barre de support pour le périscope à ciseaux se trouve le support maintenant vide pour le conteneur du masque à gaz du commandant.

 



Voici l’intérieur Jagdtiger. Avec une photo prise à l’intérieur de la casemate et une vue sur l’arrière de l’énorme culasse de canon de 12 .8cm.
En outre, vous pouvez maintenant voir le support par le siège du commandant qui normalement avait un périscope de ciseaux qui est absent ainsi que certains des supports de munitions de son côté de la coque.
Sur le côté opposé du canon se trouve le siège du mitrailleur avec son dossier de siège soulevé de son support et penché sur un côté. Encore une fois, les supports de munitions sont visibles sur le sponson à côté du mitrailleur monté directement sur le boîtier de l’engrenage
La bâche en toile en toile autour du mantelet et du tube du canon apparaît particulièrement bien sur cette photo, tout comme le support de traverse du support de support de support incurvé du canon sous le tube
Également visible ici est le système de blocage du canon par une béquille
Le tube du Jagdtiger était soutenue à l’extérieur, à l’avant du véhicule, par une chaise de route classique qui bloque le canon via un anneau et des bras de force.

 

 

Pour l intérieur un support fixé au plancher et permettait d’immobiliser le tube
De nombreux véhicules allemands tout comme l’ AMX 30 utilisaient un support interne suspendu au toit, La hauteur de ce support interne (du plancher à l’anneau de culasse) était apparemment réglable par une vis comme on peut le voir que les canons automoteurs
la poignée du mécanisme à vis est juste visible sous l’anneau de culasse. Encore une fois, vous pouvez voir les contrepoids du canon fixés à gauche du système de garde lors du recul . En effet il faut protéger l ‘équipage lors du recul du canon suite au tir L’arrière du tube du système de protection se termine juste à l’avant du pare-feu en dessous de nous.
On peut voir sur la photos des grenades à fragmentation sur le dessus du canon entre les cylindres de recul. Il s’agit de grenades « Eihandgranate 39 », également connues sous le nom de « grenades œufs » ou de « mini-grenades ».
Leur enveloppe était mince en tôle avec des charges explosives
C’était une des grenades à main allemandes standard utilisées pendant la guerre. Les boucles de fil des allumeurs à friction sont visibles sur quelques-unes des grenades Ces grenades sont petites
Facile d’utilisation il faut dévisser simplement le capuchon bleu et tirez la boucle de l’allumeur sur le fond. Vous avez alors quatre à cinq secondes pour le lancer avant que la grenade n’explose. Les grenades qui se trouvent à l’intérieur des véhicules n’étaient pas seulement utilisées pour la défense personnelle des véhicules, mais étaient également fournies à l’équipage pour détruire le véhicule lors de son évacuation Récupérer des chars allemands vers la fin de la guerre alors que les Allemands étaient en pleine retraite était souvent impossible. Les ordres étaient que l’équipage place une grenade sur toutes les munitions restantes dans le compartiment de combat et une autre sur le dessus du moteur. De nombreuses photos d’engins détruits montrent les résultats catastrophiques des explosions de munitions internes où le blindage du compartiment de combat a été complètement soufflé par la puissance de l’explosion.

 


Voici une photo du siège du tireur La gâchette de tir est montée sur le volant d’élévation à sa droite et elle est en tout moins la même que le système monté sur le Hummel.

Il s’agissait d’une manivelle à main partielle de plus petit diamètre, appelée «segmentförmiger Triggerbalken et elle était montée sur le même moyeu, mais à quelques centimètres à droite de la manivelle principale. Dans cette position, il était facilement accessible par les doigts de sa main droite alors qu’il manipulait la manivelle d’élévation, . Une traction sur cette détente tirait électriquement le tir du canon
La plaque incurvée au bas de l’image fait partie du capot qui protégeait la crémaillère traversant le berceau du canon
On devine des supports de rangement sur une étagère devant le siège du conducteur qui servent au rangement des masques à gaz et des optiques La plaque de blindage avant avait une épaisseur de 200 mm et c’était la seule armure sur le Jagdtiger qui était fabriquée par moulage.
Les autres plaque de blindage était obtenues par roulage et elles avaient une épaisseur de 80 mm pour le blindage latéral et arrière
Comme l’équipage gérait le tir? Surtout quand la munition est en deux fardeaux
En règle générale,
il faut rendre hermétique le bloc coulissant contre l’anneau de culasse. Lorsque la culasse de se referme dans la mortaise de son logement le projectile est forcé légèrement vers l’avant et appuie fermement contre l’arrière du boîtier de la cartouche, scellant davantage l’ouverture.
Ensuite il faut introduire la charge
C ‘est la deuxième opération qui aide à aussi à rendre hermétique la culasse lors de la mise à feu
La douille métallique de la charge se dilate sous la pression de la charge qui explose à l’intérieur lorsque la poudre est enflammée, appuyant fermement sur le boîtier contre les parois de la chambre C’est l’une des raisons pour lesquelles les cartouches ont été fabriquées pendant tant d’années en laiton, car ce métal a de très bonnes propriétés d’expansion sous une pression et une chaleur importantes. Même avec le bloc coulissant et les cartouches en expansion, il y aura toujours des fuites limités qui parviennent à s’échapper de la culasse, en fonction de l’usure. Généralement, le personnel ne veut être debout juste à côté de la culasse lorsque le canon tire, surtout avec un canon de ce calibre!




 


Cette photo a été prise du bas vers le haut au niveau du siège rembourré du mitrailleur.
Le cuir était généralement brun et il est rembourré en poils de cheval . Au bas de l’image se trouve l’extrémité du cylindre de recul, montrant son écrou de fixation qui l’attachait à l’anneau de culasse.
Notez également que le volant de traverse est monté hors centre sur son poteau de soutien, probablement pour l’éloigner un peu plus du support de munitions à la gauche du mitrailleur.
Il y avait trois interrupteurs de sécurité électrique qui empêcheraient une mise à feu intempestive du canon.
L’un d’eux est sur la culasse pour empêcher le canon de tirer si la culasse n’était pas fermée. Les deux autres étaient situés sur le cylindre de recul et sur les rails coulissants de sorte que le canon ne pouvait pas tirer si le cylindre de recul n’ait pas assez de pression ou si le canon n’était pas revenu à sa position avant complète après le recul. Il y avait aussi l’interrupteur de sécurité mécanique traditionnel sur le côté droit de l’anneau de culasse du canon.
Le grand interrupteur rouge signale que le canon a fait feu et il doit être réinitialisé par le chargeur avant que le canon puisse être tiré à nouveau. Nous avons la même chose sur l ‘AMX cela s’appelle le coup de poing de l ‘homme mort
Le canon a mise à feu électriquement, c’est-à-dire que l’amorce de la cartouche est enflammée par le courant électrique à travers le percuteur monté dans le bloc de culasse, et non par la force du percuteur frappant l’amorce (percussion)




 


Voici une vue de sponson arrière gauche, avec le râtelier de projectiles à l’arrière.
On devine clairement le rangement des 11 projectiles et on voit à l’arrière gauche, un autre râtelier pour ranger six, et peut-être sept charges.
La photo montre en détail une charge
Celle est fabriquée à partir d’acier en bandes qui sont enroulés autour d’une forme et soudés ensemble. À l’intérieur se trouvait un sac de soie synthétique contenant une charge propulsive en forme de bâton avec un allumeur de nitrocellulose et un bouchon d’apprêt électrique.
Il y avait en fait deux cartouches de charge différentes fournies pour le Jagdtiger. L’un était destiné au projectile perforant de blindage Pz.Gr.43 et l’autre au Spr.Gr. explosif,
la charge AP étant une charge complète tandis que le HE n’avait qu’une charge partielle.
L’acier de la cartouche était noirci à l’huile et apparaît généralement presque noir; l’huile foncée a été utilisée pour retarder la corrosion et la rouille.
Les deux boîtiers de cartouche étaient de forme et de taille identiques et ne s’identifiaient qu’avec des lettres peintes sur la plaque de base et l’ouverture de la cartouche scellée avec un couvercle encastré
Le marquage du couvercle était peint en grandes lettres rouges qui indiquaient PZGR ou SPRGR.
Les Allemands peignaient généralement leurs projectiles Spr.Gr. HE gris ou gris-vert, Ces projectiles avaient également deux rainures situées derrière les deux bandes motrices, ce qui nous porte à croire qu’ils ont probablement été produits à l’origine pour la marine allemande, et étaient destinés à faire partie d’un projectile en un fardeau
Les rainures servant à fixer le projectile sur la douille
Les douilles allemandes Pz.Gr. AP étaient presque toutes en acier noirci à l’huile et apparaissaient de couleur noire. Soit dit en passant, Spr.Gr. signifie Sprenggranaten, ou « obus explosif », et Pz.Gr. signifie Panzergranaten, ou « obus panzer ».
Le projectile Spr.Gr. utilisait un obus à percussion au contact alors que le projectile Pz.Gr. était un obus à percussion, légèrement retardé. Cela a permis la pénétration du projectile avant que la charge n’éclate ravageant l’intérieur du char.



 

 

Voici une autre photo montrant cette fois une partie de la cloison pare-feu à l’arrière du compartiment de combat.
La plupart des équipements sont identiques au pare-feu Tiger II, bien que l’emplacement de certains équipements soit modifié.
À gauche se trouve le système d’extincteur fixe et qui protégeait le moteur. Les plaques de plancher et le pare-feu, sont peintes de la même couleur que le sol.
À droite de l’extincteur de 4litres se trouve un conduit d’air qui diffuse de l’air dans le compartiment moteur où aboutira au ventilateur sirocco fixé au moteur.
On trouve aussi mais il est invisible ici un autre conduit qui passe sous le plancher du compartiment de combat servant à amener l’air de refroidissement à la transmission Également le long du bas du pare-feu, mais à notre droite, se trouve l’un des connecteurs de la conduite de carburant du réservoir d’essence menant du réservoir gauche (situé sous le plancher) à travers la cloison pare-feu dans le compartiment moteur.
Il y a une autre conduite de carburant comme celle-ci pour le réservoir de carburant droit également situé sous le plancher, mais il est de l’autre côté de l’extincteur et non visible ici.
Au-dessus et à gauche de l’évent de contrôle d’air se trouve un levier qui contrôle les amortisseurs de régulation d’air situés devant les radiateurs.
Les amortisseurs contrôlent si les radiateurs reçoivent de l’air qui circule, et donc s’ils sont opérationnels (l’étiquette à côté du levier doit indiquer « Zu » et « Auf », ou ouvert et fermé).
On peut ainsi fermer les radiateurs afin de permettre à votre moteur de monter à la température plus rapidement.
Au-dessus et à gauche du levier se trouve une petite plaque ovale qui glisse pour donner accès aux robinets d’arrêt de carburant de l’autre côté du pare-feu. Au-dessus de la conduite de carburant se trouve un autre levier, cette fois noir, qui commande une vanne de vidange de plancher; et on trouve un levier noir similaire de l’autre côté de la bouteille d’extincteur pour la vanne de vidange de ce côté.
Invisible ici car en haut du pare-feu, c’est le régulateur de tension pour le générateur, le filtre d’interférence pour les radios et la boîte à fusibles pour le système d’extinction d’incendie. Ceux-ci étaient similaires à ceux montés sur le Tiger II,
Bien sûr, au-dessus du pare-feu se trouvent les deux portes de la trappe arrière. Montés de chaque côté de la trappe on trouve les supports inclinés typiques pour deux pistolets-machines de 9 mm avec environ 900 cartouches au total ainsi que des boîtes de stockage typiquement allemandes pour les prismes périscopes de rechange pour les périscopes fixes montés au plafond dans les coins arrière.
Il y avait aussi des rangement pour les masques à gaz et les cartouches situés soit sur les parois latérales, soit à côté des portes arrière.
La partie arrière du protecteur de recul est visible au bas
En effet le canon recule d’environ 900 mm presque que jusqu’à la garde.On aperçoit via deux plaque plaques de plancher sont ouvertes ( sur quatre ) le râtelier de chargement du plancher. Il y avait deux charges accessibles à travers chaque plaque de plancher, pour un total de huit.
On trouve aussi sous le plancher des batteries et deux des réservoirs de carburant

 




 


Le Jagdtiger est armé du meilleur canon anti char de la guerre, à savoir le 12.8cm Panzerjagerkanone 44 (L / 55), également connu sous le nom de Pak 80.
Une certaine confusion sur le nom de l’arme provient du fait que le nom a été changé à la mi-1944 de Pak 44 à Pak 80, provoquant une confusion
Les performances de cette arme étaient phénoménales avec une Vo ou vitesse initiale de 920m / sec pour AP et pour un HE de 750m /s
Avec une portée supérieure à 4000m pour un AP, on peut dire que tout tir avec cette armé mettait HS l’engin visé à 4000 m
Le canon était en fait un développement ultérieur du 12.8cm Kanone 44 canon antichar tracté qui était le fruit d’une compétition entre Rheinmettal-Borsig et Krupp, chacun produisant un tube et une culasse similaires, mais montés sur des plates-formes mobiles d’apparence très différente.

 


Le canon était long de 55 calibres, La culasse était un type semi-automatique à glissement horizontal et le mécanisme de tir, comme nous l’avons dit précédemment, était strictement électrique.
Bien que les prototypes du Kanone 44 remorqueur aient été achevés et livrés il n’y a pas eu de versions remorqueuses du canon mises en production en série; les seules armes produites et utilisées pendant la Seconde Guerre mondiale le furent dans des Jagdtiger.
Au-dessus du tube du canon se trouvent les cylindres de recul et montés dans un support à gauche des cylindres se trouve le périscope de visée du canon.
Le tube du canon est confectionné après tournage et alésage à partir d’une longue tige d’acier et l’anneau de culasse a également été usiné à partir d’un bloc solide d’acier.


Le tube a été fabriqué avec une bride surélevée à l’extrémité de la culasse, et pour relier le tube à l’anneau de culasse, une bague de verrouillage filetée en acier a été glissée sur le tube.
Une fois que le tube a été inséré dans le trou à l’avant de l’anneau de culasse, la bague de verrouillage y a été vissée pour fixer le tube.
Le tube à lui seul pesait environ 2200 kg et le bloc culasse pesait 1100 kg. Sur le poids total du véhicule au combat d’environ 80 T, le canon pesait, y compris le berceau et le support, pesait 7 tonnes soit presque 10 % du poids




 


Nous avons ici une photographie du viseur du mitrailleur Le Winkelzielfernrohr 2/1 traduction viseur périscopique incliné  et abrégé en allemand en WZF 2/1),
Il était attaché au support de visée sur le côté gauche du canon.
Il pouvait aussi étre utilisé de nuit L’oculaire possédait un coussinet en caoutchouc souple la distance interoculaire entre les oculaires étant réglable via les oculaires à manivelle eux-mêmes.
En regardant à travers on trouve une ligne horizontale avec une marque de triangle, le point supérieur du triangle étant le point de visée.
À gauche et à droite du triangle se trouvaient des marques le long de la ligne horizontale, chaque sixième marque représentant un degré de mouvement du canon. La netteté de la visée pouvait être ajustée avec un anneau de mise au point autour des oculaires. Des échelles de portée pour les deux types de munitions étaint fournies par l’appareil comme c’était la coutume pour les optiques des canons allemands à cette époque.
Les échelles de portée étaient réglables de 0 à 8000 mètres pour les Spr.Gr., et de 0 à 4000 mètres pour les munitions Pz.Gr.43.
Certaines références indiquent que le verre fumé a
Les viseurs sont éclairés à partir de la même ampoule via un prisme divisé inséré au milieu de la boîte
On trouve aussi le câble électrique et la prise utilisés pour cela. Une tête de visualisation de rechange était stockée à l’intérieur du Jagdtiger dans une boîte de rangement montée sur la plaque de blindage verticale devant le mitrailleur.


 


Ici nous avons l’arrière gauche du canon.
Encore une fois, la béquille de support du canon est visible dans le coin inférieur droit, attaché au couvercle métallique incurvé qui protège le segment denté utilisé pour l’engrenage de traverse.
À gauche se trouve la boîte de vitesses.
Le support du canon était divisé en cadres métalliques supérieurs et inférieurs - le cadre inférieur boulonné directement à la coque et le cadre supérieur était assis sur le bas, libre de traverser.
La traversée était possible grâce à un grand pivot de bille avant sur lequel reposait le cadre supérieur; cela a servi de roulement de traverse.
L’arrière du cadre supérieur reposait sur quelques rouleaux qui non seulement soutenaient cette extrémité du canon, mais lui permettaient également de se balancer d’avant en arrière pendant la traversée.


 


Les quelque 70 Jagdtiger qui ont été construits ne furent pas de foudres de guerre car
Il était trop lourd et encombrant sur le champ de bataille
Il était d’un entretien délicat et il s’est avéré presque impossible à récupérer et à dépanner suite à une panne
Bien que son armement pouvait être dévastateurs, on pouvait facilement le tourner et le frapper à un point faible comme le train de roulement.
Mais il faut laisser à Otto Carius,commandant de la compagnie Jagdtiger, la conclusion
Malgré ses 82 tonnes, notre Jagdtiger ne voulait pas agir comme nous le voulions. Seule son armure était satisfaisante, sa maniabilité laissait beaucoup à désirer.
De plus, il s’agissait d’une arme d’assaut. Il n’y avait pas de tourelle, juste un boîtier blindé fermé.
Toute visée importante devait être effectuée en déplaçant l’ensemble du véhicule. Pour cette raison, les différentiels de transmission et de direction sont rapidement tombés en panne.
Qu’un tel monstre ait pû être construit dans la phase finale de la guerre n’avait aucun sens.
Il ne reste que trois Jagdtigers existants aujourd’hui aux USA à Aberdeen en Russie Kubinka et en Angleterre à Bovington

Voir les photoscopes
Jagdtiger Sdkfz186 Henschel Aberdeen
Jagdtiger Sdkfz186 Henschel Aberdeen
Jagdtiger Sdkfz186 Henschel Aberdeen
Jagdtiger Sdkfz186 Porsche Bovington

 

 

 

 

 

   


Copyright © 2003-2023 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:6148940
Nb de visiteurs aujourd'hui:1639
Nb de connectés:64