Russie 1914 1918 Les Ambulances

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 04/04/2021 à 22:03:13



Russie 1914 1918  Les Ambulances

 

Le 1er août 1914, l'Allemagne et quelques jours plus tard l'Autriche-Hongrie déclarait la guerre à la Russie. La Grande Guerre commence. Dans cette guerre, beaucoup de choses se sont passées pour la première fois: la première attaque de chars, la première utilisation de gaz toxiques, le premier baptême de l'aviation. Pour la première fois sur les champs de bataille, des ambulances ont également été utilisées par l'armée russe.
Dans l'
 Empire russe, «l'ambulance» est apparue dans l'avant-dernier siècle: en 1897, la première station a été ouverte à  Varsovie, qui à l'époque faisait partie de l'État. Un an plus tard, le 28 avril 1898, conformément à l'ordre du chef de la police de Moscou, un service d'ambulance et de transport des patients a été créé. Ensuite, des stations d'ambulance ont commencé à fonctionner à Saint-Pétersbourg et à Odessa. Mais c'etaient de ambulances Hippomobiles
Le premier projet russe avec une proposition de création de véhicules spécialisés pour l'assistance médicale aux blessés a été proposé par le docteur en médecine, médecin-chef du 34e régiment de Sevsk, Alexander Ivanovich Andrzheevsky. Le projet a été publié en 1904 dans le numéro de juillet du Journal Médical Militaire  AI Andrzheevsky a proposé à l'armée un «train de voitures» de 11 unités, dont 10 voitures  8 places assises ou 4 couchettes et un véhicule Dressing
Les  Voitures auront une puissance de 15 à 20 ch.et elles peuvent être fabriqué à l'usine d'automobiles et de vélos de Leitner à Riga. Le coût approximatif de la voiture a été fixé à 7000 roubles pour la voiture noramle et 8000 roubles pour le vehicule Dressing Mais le projet ne fut pasréalisé.

Quelques années plus tard, le Département de la Guerre manifesta un intérêt nettement plus grand pour l'utilisation des voitures dans l'armée. Des essais ont été effectués pour sélectionner les candidats. Les voitures participantes au concours ont été fournies par des fabricants, des vendeurs et même des particuliers. Les tests ont été menés par une Compagnie militaire automobiles commandée par le lieutenant-colonel Piotr Ivanovitch Sekretev. Lors des essais, toutes les pannes, y compris les coupures de pneus, la consommation de carburant et d'huile, ont été scrupuleusement enregistrées. Chacune des trois cycles  eurent lieu entre  1911 et 1912  etait reservé aux voitures  camions avec deux ambulances.

Lors de la IVe Exposition internationale de l'automobile de Saint-Pétersbourg en 1913, 8 ambulances seront présentées,. L accent a été mis sur ces engins  tout d'abord, pour attirer l'attention du département militaire avec la mise en exergue par les fabricants sur l'utilisation d'ambulances au combat. 


Par exemple, Les firmes autrichiennes Laurin & Klement 40HP ont fait mention de l'achat de telles machines  par le ministère bulgare de la guerre pendant la dernière guerre des Balkans et celles ci ont servi avec succès dans les conditions difficiles de la guerre des Balkans surtout en tout terrains


Les Italiens avec FIAT  expose une camionnette ambulance modèle J,  type de la guerre des Balkans de 1912-1913", Celle ci utilise le châssis Fiat-15-Ter, dans le même temps, l'accent a été mis sur l'utilisation de voitures Fiat «simples et robustes» pendant la guerre italo-turque

 

Pour finir Spa  présente une ambulance à double usage sur le châssis Colonial 25 / 30HP, applicable à la fois aux ambulances et aux médecins militaires.
Les français sont presents avec un châssis La Buire de deux tonnes  La Buire 200A avec un moteur de 35 CV) était équipée d'un corps d'ambulance, qui a été conçu par le Dr Vladimir Petrovich Pomortsov, et créé par les contremaîtres de la firme moscovite PP Ilyin
Cette machine a été créée non seulement pour remplir la fonction d'ambulance, mais avec l'aide de la tente incluse dans l'équipement, elle peut être utilisée comme hôpital de campagne de huit lits avec une salle d'opération, où ils ont fourni des soins chirurgicaux aux blessés. 
L'approvisionnement en médicaments dans la voiture permet de réaliser jusqu'à 150 opérations, dont 60 avec recours à l'anesthésie au chloroforme, et 1000 pansements des blessés. Le département militaire a soigneusement examiné lesvehicules et  une commission spéciale de représentants militaires a réalisé une expertise technique et a récompensé les entreprises pour les meilleures expositions. 

 

Voiture sanitaire Saurer, 30 CV, Saint-Pétersbourg, 1913


La Buire a reçu une médaille  impériale  FIAT a  reçu le diplôme d'honneur du ministère de la Guerre, et les sociétés Spa et Adolf Saurer ont reçu de petites médailles d'or du ministère du Commerce et de l'Industrie.

Véhicule sanitaire La Buire 200? 35 cv avec le corps d'Ilyin conçu par le Dr Pomortsov. SPb, 1913



Néanmoins, au début de la Grande Guerre, l'armée russe ne disposait que de deux ambulances. Déjà au tout début de la guerre, des voitures étaient utilisées pour le transport de masse des blessés pendant les hostilités en Galice. Puis, pour la première fois, les camions ordinaires en deux jours ont transporté jusqu'à 7 000 blessés à la gare.avec des rames de 50-60 vehicules

 


Les Russes ont pour doctrine pour les soins médicaux,   l'évacuation des blessés vers les hôpitaux arrière «à tout prix». La fonction principale des transports médicaux militaires pendant la Première Guerre mondiale était d'évacuer les blessés du champ de bataille vers des zones de triage  situées dans des hôpitaux de première ligne, et ensuite des gare  d'où les trains médicaux militaires transportaient les blessés vers les hôpitaux arrière. 

Transport de blessés légers dans la voiture d'un détachement d'ambulances. Pétrograd, 1915

La guerre très meurtrière  entraine un nombre de blessés dépassant de nombreuses fois les prévisions d'avant-guerre les plus audacieuses de l'état-major. Cela est du à la durée des batailles, qui se sont poursuivies sans interruption pendant plusieurs jours, et la puissance destructrice des nouvelles amres commes les mitrailleuses et l'artillerie
Une salve d'obus sur un groupe de 250 personnes, laisse indemnes 7 soldats seulement  De plus certains ne peuvent supporter le stress psychologique et, ayant subi une blessure mineure, tentent à tout prix de quitter le champ de bataille pour être évacuer vers l'arrière. 
Il y avait donc une grave pénurie de moyens pour évacuer les blessés  par ambulance quelles quelles soient  hippomobile ou automobiles


Il a été décidé d'accélérer la formation d'unités médicales utilisant en priorité des voitures.
La formation des cinq premiers groupes de transports routiers sanitaires (n ° 1-5) a commencé conformément à la directive de la Direction principale de l'état-major général au Conseil militaire n ° 4679 du 19 novembre 1914, approuvée par le Conseil militaire en novembre 27 (10 décembre), 1914.

Voiture de tourisme Hupmobile R-22 du détachement d'ambulances. Pétrograd, 1915


La communication notait que << L'expérience des guerres récentes [...] soulignait la nécessité la plus urgente d'utiliser dans de tels cas tous les types possibles de transport mécanique, qui se distinguaient non seulement par la rapidité de livraison, mais aussi par la commodité incomparable du mouvement lui-même. " La formation des transports a été réalisée sur la base d'une entreprise automobile de formation, où le personnel de combat et les véhicules étaient concentrés. 

Les transports d'ambulance comprenait 20 ambulances destinées au transport de 4 blessés graves ou de 6 blessés  assis  La capacité de charge totale estimée du transport était de 40 personnes grièvement et 60 légèrement blessées, soit 100 personnes seulement.
 À la fin de 1915, la voiture avait un siège avant allongé qui pouvait accueillir deux personnes de plus. Ainsi, le nombre total de blessés transportés dans une ambulance a atteint 6 à 8 personnes. Le tableau des effectifs supposait que les médecins, les ambulanciers et les préposés aux soins (personnel sanitaire) s'occupaient du service sanitaire et que le personnel de combat s'occupait de l'entretien des voitures.

Atelier automobile de transport sanitaire-automobile. Vraisemblablement Benz-Lessner. 1914 Camion-citerne du détachement sanitaire-automobile Adler L 45 PS. Pétrograd, 1915


 Pour assurer le travail des ambulances, le transport (détachement) disposait d'un véhicule «atelier volant» équipé d'outils, d'un camion pour le transport d'essence et d'huile, ainsi que d'un véhicule cuisine, «de sorte que lorsque le transport s'approchait du champ de bataille pour ramasser dans la cuisine de la nourriture pour tout le nombre transporté, c'est-à-dire au moins pour 100 personnes.
On a supposé que la vitesse de déplacement d'une voiture avec des blessés sur des routes de mauvaise qualité serait en moyenne de 11 kms par heure mais à  26 Kms à vide  Avec une demi-heure de chargement et de déchargement des blessés, une telle vitesse de déplacement permet au transport de faire 2-3 Aller retour par jour, et jusqu'à quatre la nuit. De cette façon,Pour compléter les transports, les 300 premiers véhicules ont été commandés à l'étranger, qui ont commencé à arriver en Russie à l'automne 1914.
Le département militaire a formé progressivement des véhicules sanitaires. Ainsi, si au 1er (14) septembre 1915, 15 transports automobiles ambulanciers étaient formés, alors à la fin de 1915 25 transports automobiles ambulanciers fonctionnaient dans l'armée active, et ils étaient principalement utilisés comme réserve au quartier général du corps. Et en 1916, 55 détachements d'ambulances travaillaient déjà dans l'armée, et 15 étaient au stade de la formation.Conformément à l'ordre du Commandant en chef suprême du 23 avril 1916, n ° 306, le nom du transport d'ambulance a été changé en "détachement d'ambulances militaires". Il est possible d'estimer le nombre total de détachements d'ambulances militaires formés pendant la guerre par la soumission n ° 5326 du 15 (28) juin 1916 par le chef par intérim de l'état-major général au Conseil militaire (et approuvée par le Conseil militaire en juillet 21 (3 août 1916).
Le projet proposait de former 20 détachements militaires médicaux et automobiles sous le numéro 51-70 "pour les mêmes raisons que celles adoptées lors de la formation des 50 détachements précédents". Ils ont été créés et entretenus aux frais du fonds militaire «pendant toute la durée de cette guerre». 
Pour former les détachements, des ambulances ont été utilisées, fabriquées à la fois en Russie et commandées à l'étranger. Des ambulances sur 600 disponibles à Petrograd à la disposition de la Direction Militaire-Technique Principale devaient également être utilisées. Au total, il était censé former 87 détachements militaires d'ambulances et d'automobiles. Ainsi, chaque corps devait disposer d'un transport routier, et un certain montant resterait à la disposition du quartier général de l'armée en tant que réserve.
Au total pour 1914-1917. Le département militaire a acheté 2 173 ambulances. À titre de comparaison: sur 24975 voitures de différentes marques achetées pendant cette période, il y avait 13598, voitures - 7506, camions-citernes - 569, ateliers de réparation automobile - 302, véhicules blindés - 490 (selon l'Union panrusse de Zemstvo). Le volume des achats a considérablement augmenté par rapport à la période d'avant-guerre: en 1911, 2 730 véhicules ont été importés en Russie, et en 1912 - 3 447. La structure des achats a également changé: si avant la guerre la base de la flotte était allemande ( 80%) et françaises (15%), puis parmi celles achetées pendant les hostilités, pour des raisons évidentes, les voitures américaines, britanniques et italiennes ont prévalu.

 

Colonne du détachement d'ambulances.  Au premier plan se trouve une Austin-8.  Pétrograd, 1915
Colonne du détachement d'ambulances. Au premier plan se trouve une Austin-8. Pétrograd, 1915
 
 

Dès les premiers jours de la guerre, les organisations publiques - la Croix-Rouge russe, l'Union panrusse de Zemstvo, l'Union panrusse des villes, les organisations nobles et autres - ont joué un rôle important dans la formation d'équipes sanitaires automobiles, trains et hôpitaux.Les transports sanitaires militaires tirés par des chevaux ont dominé pendant la Première Guerre mondiale: le nombre de transports sanitaires militaires tirés par des chevaux est passé de 52 au début de la guerre à 133 en 1917. Chacun d'eux était conçu pour transporter 100 à 150 blessés. Ainsi, étant donné le nombre de détachements auto-sanitaires, il est sûr de dire que dès la première guerre, au cours de laquelle des ambulances ont été utilisées, ils ont même commencé à jouer un rôle important dans l'évacuation des blessés. Il faut également mentionner la deuxième différence qualitative: l'ambulance, équipée de ressorts et d'une suspension spéciale de la civière, était un moyen d'évacuation plus confortable que les chariots d'ambulance à traction hippomobile. Les chariots d'ambulance ont fait l'objet de critiques justifiées lors de la guerre russo-japonaise. Le chirurgien en chef de l'armée mandchoue, R.R. Vreden, a écrit: "Nos charrettes à deux roues sans ressort ne sont pas du tout adaptées au transport des blessés." Son opinion a été confirmée par le Dr L. Pussep: "Un tremblement terrible, un ballottement douloureux sur des bosses transforment légèrement les blessés en blessés gravement, et des personnes gravement blessées arrivent à l'hôpital sans espoir."

Véhicule sanitaire Fiat 15-Ter.  1915 g.
Véhicule sanitaire Fiat 15-Ter. 1915 g.
 
 

Bien sûr, les ambulances n'étaient pas la voie d'évacuation idéale. Des difficultés sont survenues en hiver, ainsi que pendant les hostilités dans les zones au réseau routier insuffisamment développé. Des problèmes particuliers se sont posés dans les montagnes des Carpates, où ni les ambulances ni les ambulances ordinaires tirées par des chevaux ne convenaient pour évacuer les blessés le long des sentiers de montagne. Avec un retard important, à l'initiative des troupes belligérantes, la formation de transports sanitaires militaires pack a commencé. Le premier pack de transport pour transporter 25 blessés a été créé seul dans la 8e armée, commandée par le célèbre général Alexei Alekseevich Brusilov. Il était impossible de faire plus dans l'armée active en raison du manque de personnes, de chevaux et de matériel, par conséquent, à l'arrière, la formation de 18 détachements de meute a commencé pour 100 blessés chacun.La réorganisation de l'armée belligérante, menée par le gouvernement provisoire, a eu les conséquences les plus désastreuses sur l'efficacité au combat et a en fait conduit à l'effondrement de l'armée. Néanmoins, au 1er juillet 1917, 58 détachements d'ambulances militaires travaillaient sur les fronts, dans lesquels il y avait 1 154 ambulances et 40 détachements auto-sanitaires d'organisations publiques avec 497 véhicules.

   


Copyright © 2003-2021 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:5190286
Nb de visiteurs aujourd'hui:140
Nb de connectés:30