USA 1917 Les Casques experimentaux de l'US Army

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 23/02/2021 à 12:43:05



USA  1917  Les Casques experimentaux de l'US Army
 

Lorsque les États-Unis sont entrés dans la Première Guerre  mondiale aux côtés des Alliés en 1917, les grandes puissances européennes combattaient depuis près de trois ans. À cette époque, les lignes de front sur le front occidental étaient devenues presque statiques, avec des tranchées qui s'étiraient de la Suisse au sud à la Manche au nord. Cet environnement avait amené les armées combattantes à adapter leurs armes et équipements. L'une de ces pièces, le casque en acier, est née de cette nécessité.
 
 
Les uniformes de  1914
France Royaume Uni Russie Italie Belgique
Allemagne Autriche Turquie Bulgarie
 
Les recheches aux USA
Alors que de nombreuses personnes ont joué un rôle déterminant dans le développement d'une série de casques, une personne s'est démarquée, qui a guidé le processus au cours de ces premières années: le Dr Bashford Dean. Grâce aux recherches du Dr Dean et à ses efforts pour faire la chronique des casques, on en sait beaucoup sur ces «expérimentations» américaines. En fait, on en sait beaucoup plus sur les casques expérimentaux américains que sur ceux de toute autre nation de l'époque. En toute honnêteté, cependant, il faut reconnaître que Dean et les autres membres du département des munitions ont pu concevoir et tester leurs casques sur le site d' Aberdeen Proving Grounds dans le Maryland. Mais comme pour les concepteurs de casques en France, en Angleterre et en Allemagne, il était urgent de produire le meilleur casque pour protéger les soldats sur le terrain.
Bashford Dean.  père du casque en acier américain»


Né en 1867, Dean était un zoologiste américain et un expert en armure. Diplômé du College of New York City, Dean a obtenu son doctorat. à l'Université Columbia, où il a enseigné la zoologie. Il était également une autorité reconnue sur les armes et armures médiévales. En tant que conservateur au New York Metropolitan Museum of Art, il a créé la collection d'armes et d'armures en 1912, la seule du genre aux États-Unis aujourd'hui. Dean a supervisé la croissance rapide de la collection. Au cours de ses voyages à travers le monde, il a acquis de nombreux objets fantastiques, notamment la plus grande collection d'armures japonaises en dehors du Japon. Il a même acquis plusieurs des «deuxièmes meilleurs» objets pour lui-même, ce qui a inspiré une génération de collectionneurs américains de l'époque, dont beaucoup feraient plus tard de généreux dons au musée. Il convient également de noter que lorsque le Dr Dean est décédé en 1928,


Il avait deja écrit un livre, Helmets and Body Armor in Modern Warfare publié pour la première fois juste après sa mort par la Yale University Press,

La Premiere Guerre Mondiale
En 1917, Dean a été nommé au grade de major dans le département des munitions de l'armée américaine et le Metropolitan Museum of Art a mis son département des armes et des armures à la disposition de l'effort de guerre. Pendant ce temps, l'équipe, qui comprenait d'autres scientifiques, métallurgistes et concepteurs, a commencé à examiner les casques actuellement utilisés par l'Angleterre, la France, la Belgique et même des casques Allemands capturés
Ces efforts ont commencé sérieusement juste après l'entrée de l'Amérique dans la guerre et se sont poursuivis jusqu'à peu de temps après la fin des hostilités en Europe. Pendant ce temps, Dean et d'autres ont conçu pas moins de 16 casques. Parmi ceux-ci, certains modèles étaient des prototypes uniques, tandis que d'autres ont été produits en petit nombre. Certains des modèles de sujets de test ont même été testés sur le terrain en Europe et, bien que n'étant pas adoptés comme casques officiels des forces armées américaines, étaient en fait des «casques de combat» à part entière.
Parmi les premiers casques expérimentaux, il y avait en fait des versions modifiées lourdes de ce qui existait déjà nottament av ec le casque Français Adrian avec la visière «Polack»  Ce casque se présentait comme une version de base du modèle français Adrian 1915 mais comprenait une visière rétractable.Il était semblable  et il est parfois confondu avec le casque franco-américain qui incorporait le système de visière Dunand. Ce casque comportait un design type bol  qui est un thème commun des créations de Dean  avec une visière pour protéger le visage du porteur.
Basé sur les casques italiens de la renaissance du XVe siècle, le modèle 2 a été soumis à des essais sur le terrain en nombre  limités pendant la Première Guerre mondiale, mais il a été jugé trop similaire au casque allemand modèle 1916.
Les différentes modèles
Pour les collectionneurs, le système de numérotation des casques expérimentaux commence essentiellement par le modèle 2.
Mais il est fait mention d'un casque  America's Steel Combat Helmet, model 1. On peut supposer que le modèle 1917 a peut-être été considéré comme la «première», ou peut-être c'est une idée n'est jamais sortie de la planche à dessin.
Conçu en juin 1917, le modèle 2 visait à protéger plus complètement les côtés et l'arrière de la tête. Les concepteurs ont basé le modèle 2 sur les casques «standard» de la Grèce antique  et de l'Italie classiques du XVe siècle. 
Environ 2 000 casques de modèle 2 ont été produits par Ford Motor Company de Detroit, Michigan. Le casque expérimental a été testé sur le terrain pendant la Première Guerre mondiale. Le casque était confortable à porter et a fourni des résultats balistiques satisfaisants, mais il a été jugé trop similaire au casque allemand modèle 1916 et a finalement été jeté.

Comme pour le modèle 1, le modèle 3 n'est pas mentionné dans le livre de Dean. Cependant, il existe plusieurs casques expérimentaux uniques en leur genre montrés sur des photographies
Le modèle 4 a en fait été produit en petit nombre par l'armurier Daniel Tachaux du Metropolitan Museum of Art. Tachaux qui avait également été l'un des concepteurs originaux du modèle 2 .Il a  travaillé en étroite collaboration avec Dean tout au long de la Première Guerre mondiale. Le modèle 4 a pris la forme de base du modèle britannique Mk1 / américain 1917 mais comportait un bol plus profond qui reposait plus bas sur le casque. Le look rappelait un casque médiéval d'hommes d'armes. Le seul exemple survivant est celui du US Army Ordnance Museum.

 

 
 
Le modèle 5 a également été jugé trop similaire au casque allemand modèle 1916, mais cette conception a été reconsidérée à la fin des années 1930 sous le nom de modèle 5A, qui a été rejeté en faveur d'une version modifiée du modèle 1917.
Avec le modèle 5, l'équipe est revenue aux caractéristiques de base du bol profond du modèle 2, avec la facilité de production du britannique MkI
Sa bombe protégeait la tête du porteur sans nuire à la vision. Il incorporait un système de doublure à trois coussinets avec une jugulaire en toile, une caractéristique adoptée pour la première fois dans le modèle 2 (et, sans aucun doute, empruntée au modèle allemand 1916).
La société Hale and Kilburn a produit environ 2 000 casques expérimentaux Model 5. Contrairement au modèle 2 ou au modèle 8, cette conception de casque a en fait connu des tests limités dans les tranchées en France à la fin de la Première Guerre mondiale. Comme son prédécesseur, cependant, il a été jugé trop semblable au casque allemand M16 et n'a donc pas été adopté par l'armée américaine.
Tachaux a également conçu le prochain casque sur la planche à dessin, le modèle 6. Il présentait le nouveau concept d'inclinaison vers l'avant - en position haute, c'était un casque de base avec une longue visière. Lorsque la visière était abaissée, elle servait de masque facial. Le modèle 6 était considéré comme déséquilibré et difficile à porter. Lorsque la visière était portée en position basse, il n'y avait pratiquement aucune protection à l'arrière de la tête. Il n'a été produit qu'en tant que concept, et donc aucun test balistique n'a jamais été effectué. C'était probablement un prototype unique en son genre. Aujourd'hui, le seul exemple connu subsiste au US Army Ordnance Museum.

 
 
 
Il resssemble furieusement au modèle de l Armée suisse  Voir la photo ci dessus
Il n'y a pas de documents survivants pour indiquer si le modèle 7 unique a jamais été testé sur le terrain, bien que des exemples existent au US Army Ordnance Museum et à l'Imperial War Museum de Londres. Aussi connu sous le nom de «casque de sentinelle», le modèle 7 pourrait également être assimilé à celui d'un chevalier en armure étincelante.
Selon les écrits de Dean, des modèles 7 ont été envoyés en France. Fabriqué par WH Mullins Company de Salem, Ohio, le modèle 7 a été produit en trois poids différents, dont 11, 15 et 18 livres! Le casque était un bol rond qui protégeait le haut du casque tandis que deux rabats se fermaient sur les côtés. Les testeurs ont affirmé qu'il était lourd et inconfortable à porter et limitait le champ de vision. Ce n'était pas le seul casque intégral. Le prototype unique du modèle 9 a revisité cette conception, mais on sait peu de choses.
Le plus frappant des casques expérimentaux américains à être produit en grand nombre, le modèle 8 comportait une visière qui offrait une protection presque complète du visage  Environ 1 300 de ces casques ont été produits, mais aucun n'a été testé au combat sur le terrain pendant la Première Guerre mondiale.
Le modèle 7 a peut-être influencé la conception du modèle 8, qui présentait la forme de base du modèle 5 mais avec une visière pour protéger presque complètement le visage du porteur. Ford Motor Company a commencé la production du modèle 8 en novembre 1918, complétant environ 1 300 casques. Il comportait un système de doublure à trois coussinets similaire à celui trouvé dans le modèle 2. Les avantages de ce casque étaient qu'avec la visière baissée, il protège presque entièrement le visage, tandis que les fentes offriraient un champ de vision raisonnable. 
Arrivé au moment même de la signature de l'armistice, le modèle 8 n'a jamais vu de service de combat en France.
L'idée d'un casque intégral a été repris sur le model 10  produit en nombre très limité à l'été 1918. Selon Dean, certains exemples ont été envoyés en France pour des tests supplémentaires, mais on ne sait pas non plus s'ils ont été réellement utilisés en combat. Le seul spécimen survivant connu se trouve au US Army Ordnance Museum.
Il y avait d'autres efforts pour produire des casques, mais ce n'étaient pas strictement des casques de combat pour l'infanterie. Bien que peu de choses soient connues sur le modèle 11 ou le modèle 12 - y compris s'il existait ou non au-delà de la planche à dessin - le modèle 13 a été conçu comme le premier prototype de casque de pétrolier. Les modèles 14 et 15 ont été conçus comme des casques de vol. Ce ne sont pas les derniers casques expérimentaux américains, mais plutôt les débuts de la conception de casques spécialisés qui dureront de nombreuses années.
Le seul casque expérimental réellement accepté par l'armée américaine était le soi-disant «Liberty Bell», le casque était tellement méprisé par les troupes qu'il a été retiré du service. Au moins trois types de doublures différents ont été utilisés avec le Liberty bell
 On a longtemps cru que le nom provenait de la forme unique du casque, qui ressemble un peu à une cloche. Mais il se peut aussi que son surnom provienne d'un estampillage de cette cloche sur certians casques
Quoi qu'il en soit, ce casque a été conçu par le major James E. McNary et soumis à l'American Helmet Committee pour être considéré comme un remplacement du casque M1917. Il a été initialement accepté mais n'a pas été aimé par les troupes, qui l'ont comparé à un chapeau de pecheur chinois. Le casque a été officiellement abandonné comme casque de remplacement en 1920. Fait intéressant, la forme de base du casque a été comparée au design britannique MkIII «Turtle Shell», qui a été adopté près de 25 ans plus tard

 
 
 
En conclusion il faut en retirer que tous les efforts pour concevoir un meilleur casque ont échoué. En conséquence, le modèle 1917 généralement inférieur est resté en service avec une seule mise à niveau (comme le modèle 1917A1 à la fin des années 1930) jusqu'à l'arrivée du casque M1 en 1940.
 
   


Copyright © 2003-2021 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:5130693
Nb de visiteurs aujourd'hui:303
Nb de connectés:36