Allemagne Blindés Le Flam III

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 11/11/2020 à 20:33:14




 
Le Pz III Flam
 
L'Allemagne et l’URSS furent des pionniers dans les domaines des chars lance-flammes durant la 2e Guerre Mondiale
. Ces chars étaient les armes anti-infanterie ultimes.En effet se dotant de cette arme terrible ils peuvent annihiler toute attaque ou toute résistance en jouant sur la peur primitive de quiconque voit cette arme avancer vers sa positon
Le premier des dragons d'acier de la Wehrmacht n’était qu’ une simple improvisation basée sur lun Panzer I qui peut être appelé «Flammpanzer I».

Il a été brièvement utilisé en Afrique du Nord. Cela a été suivi par le Panzer II Flamm, également connu sous le nom de «Flamingo», qui a été brièvement utilisé sur le front russe.

Cette variante de Panzer II n'a pas eu beaucoup de succès en raison de la faiblesse de son blindage

La plupart des véhicules survivants ont été rappelés et transformés en châssis pour les chasseurs de chars Marder II.
 Cela laissait la Wehrmacht dans le besoin d'un char lance-flammes fiable, doté d'un blindage plus épais et d'une bonne mobilité.
Le Pz.Kpfw.III
Le char moyen Panzerkampfwagen III (Sd.Kfz.141) sera choisi
Ce char été développé au milieu des années 1930 et a été conçu pour combattre les chars ennemis avec son grand frère, le Panzer IV , Il ne faut pas oublié que le Panzer IV était à l'origine destiné à soutenir le Panzer III.
Le Panzer III était un char très mobile grâce à son moteur Maybach HL 120 TRM 300 PS 12 cylindres, produisant 296 ch.
Pesant 23 tonnes il peut rouler à une vitesse maximale de 40 km / h sur route
Son train de roulement composé de 6 galets de chaque côté supportait le poids du char.  Les galets étaient fixées à une suspension à barre de torsion. Le barbotin était à l'avant, tandis que le tendeur était à l'arrière. Pour facilité le  Trois rouleaux porteurs facilitent le mouvement de la chenille
Tout au cours de ses années de service, il a reçu de nombreuses améliorations de son armement et de son armure.
À l'origine, le Panzer était armé d'un canon de 37 mm, passant à un canon de 50 mm sur les modèles ultérieurs. Il était également armé d'une MG 34 coaxiale montée à l'avant
en outre on lui rajouta des Schurzen sur les côtés de la tourelle et de la coque,
De plus un kit de blindage supplémentaire appelé «Vorpanzer» a également été installé .
C’était des plaques de blindage ajoutées sur la coque et le masque du canon. Cela a augmenté l'épaisseur de l'armure d'origine de 15 mm à 50 mm.
Le char avait un équipage de 5 hommes composé d'un commandant, d'un artilleur et d'un chargeur dans la tourelle, avec le conducteur et l'opérateur radio / mitrailleur
Avec l'entrée en scène de véhicules blindés ennemis plus puissants, comme le célèbre T-34, le Panzer III est devenu obsolète et le Panzer IV est devenu le principal char
En effet il était arrivé au bout de son potentiel de développement.
Mais le Panzer III ne sera pas mis de côté et il servira sous diverses jusqu’à la fin de la guerre.
Production
Et parmi ces versions il en est une qui nous intéresse la version Lance Flamme
Le modèle spécifique choisi pour la conversion en Flammpanzer était le Panzerkampfwagen III Ausf. M. Ce modèle possèdait le kit «Vorpanzer» et était généralement armé d'un canon KwK 39 de 5 cm.
100 chars Ausf. M construits par la société MIAG à Braunschweig entre janvier et février 1943 seront mis de côté pour ce programme
Ensuite ils sont envoyés pour transformation à la firme Wegmann à Kassel qui assure la conversion en version lance flamme.
Le calendrier de production prévu pour 1943 était de 20 en janvier, 45 en février et 35 en mars.Le programme prends un mois de retard, mais 65 véhicules étaient prêts à être livrés en février. Suivis de 34 autres en mars, le dernier et le 100e véhicule ayant terminé en avril.
Pendant la phase de production, les chars ont été simplement désignés comme «Flammpanzerwagen (Sd.Kfz.141)». Ils ont ensuite été désignés sous le nom de «Pz.Kpfw III (fl) (Sd.Kfz.141 / 3)». Il est également parfois connu sous le nom de Flammpanzer III Ausf. M ou, simplement, FlammpanzerIII.
Équipement de lance-flammes
Tous les projets antérieurs ont été décortiqués lors des études pour la mise au point d'un équipement de flamme approprié pour ce nouveau Flammpanzer
. Les concepteurs ont étudiés l'équipement installé sur le Pz.Kpfw.B2 (fl), qui était une conversion de lance-flammes de chars lourds Char B1 capturés en France en 1940
 

Ce lance-flammes était le Flammenwerfer de 14 mm (buse de 14 mm). 
Il sera monté dans la tourelle du Panzer III, remplaçant le canon standard de 5 cm. Dans un effort pour tromper sur le rôle du char et aussi pour assurer sa survie le tube lance flamme a été entouré par un faux tube de canon a, qui mesurait 1,5 mètre de long et 120 mm de diamètre.
Il pouvait pulvériser un jet d'huile inerte liquide, non enflammé jusqu'à une portée maximale de 50 mètres, portait qui passe à 60 mètres lorsqu'il est allumé, à une pression de 15 à 17 atmosphères.
 La pression était fournie par une pompe Koebe à un débit de 7,8 litres par seconde. La pompe était alimentée par un moteur à deux temps Auto Union ZW 1101 (DKW) de 28 ch, utilisant un mélange d'huile et d'essence.
 Le combustible de la flamme a été allumé par des étincelles électriques de «Smitzkerzen» (bougies de préchauffage de Smit). 
Ces bougies de préchauffage étaient placées à l'arrière de la «culasse» du tube l'arme qui avait aussi un contrepoids et un manomètre.
Le tube était alimenté par 1020 litres de carburant contenus dans la coque du véhicule dans deux réservoirs de 510 litres de chaque côté de l'arbre d'entraînement.
Le fluide était un carburant épaissi avec du goudron, ce qui lui donnait un parfum distinctif similaire à la créosote.
 Une connexion spéciale dans le tuyau d'alimentation en huile permet à la tourelle de conserver sa mobilité sur 360 degrés
Le tube ainsi que la MG 34 coaxial qui a peu être conservé pouvait jouer en azimut vertical de +20 à -10 degrés.Elle est mue manuellement
Le lance flamme est mis en œuvre via des pédales, à droite pour le lance flamme, à gauche pour la mitrailleuse
Comme un mitrailleur et un chargeur étaient inutiles dans ce Flammpanzer, son équipage était reduit à trois personnes, le commandant assumant désormais le rôle d'opérateur de lance flamme qui est toujours positionné à sa place standard à l'arrière de la tourelle.
 À l'origine, il pouvait viser via un viseur inversé à «lame en V» devant les blocs de vision dans la coupole du commandant. Plus tard, cela a été amélioré en ajoutant une tige avec des marqueurs de distance  Celui-ci était aligné avec une fine bande peinte au centre du bloc de vision avant dans la coupole du commandant.
Les deux autres membres d'équipage étaient un tireur -opérateur radio à l'avant droit et un conducteur à l'avant gauche.
Mesures de Protections
Compte tenu des risques induits par la mise en œuvre de ce char qui est une bombe incendiaire sur chenille des mesures supplémentaires ont été prises pour protéger le véhicule contre les obus antichar ainsi que du souffle brulant sortant du lance flamme
En plus des 20 mm de blindage supplémentaire fournis par le kit `` Vorpanzer '' qui était maintenant standard sur les Panzer III, une plaque supplémentaire de 30 mm a été ajoutée à l'avant de la coque inférieure et supérieure. Cela a donné une épaisseur totale de 75 mm, suffisante pour le protéger contre des obus d'un calibre de 75 mm à des distances de combat standard.
La menace accrue d'incendie a nécessité l'ajout d'extincteurs supplémentaires. Cinq ont été transportés au total, trois à l'intérieur et deux à l'extérieur du char. Trois était la norme pour la plupart des chars de l'époque.

 
Utilisation opérationelle
Le Flammpanzer III a été utilisé en URSS et en Italie à partir de 1943. Auparavant, les Flammpanzers étaient attachés à des bataillons autonomes qui étaient à leur tour attachés au quartier général supérieur pour les missions de combat.
 Cela a changé en 1943, avec l'arrivée de ce nouveau Panzer III (fl). Les pelotons de ces véhicules ont été intégrés à la Panzer-Abteilung Stabskompanie standard. Ceux-ci étaient officiellement connus sous le nom de Panzer-Flamm-Zug.
 Tous les 100 Flammpanzers ont été mis en service dans les unités suivantes:
Panzergrenadier-Division Großdeutschland 1re Panzerdivision 6e Panzerdivision 14e Panzerdivision
16e Panzerdivision 24e Panzerdivision 26e Panzerdivision Schule Wundsdorf

Division «Grossdeutschland»: 28 (13 d'entre eux ont été transférés à 11. Division Panzer au printemps 1943)
1. Division Panzer: 14 (7 d'entre eux ont été transférés à l'Ersatzheer » Armée de réserve en automne 1943)
6. Panzer Division: 15
14. Panzer Division:7
16. Division Panzer: 7
24. Division Panzer: 14
26: Division Panzer: 14
Schule Wundsdorf: 1
Italie
En Italie, en 1943, la première unité Flammpanzer a été formée. C'était le 1.Flamm-Kompanie, rattaché au Panzer-Regiment-26. Il s'agissait de la première unité du genre dans l'armée allemande. Il se composait principalement de Flammpanzers, mais il était également équipé de canons automoteurs et de chasseurs de chars confisqués aux unités italiennes.
1.Flamm-Kompanie et Panzer-Regiment 26 étaient vue en action lors du combat pour la ville de Mozzagrogna les 27 et 28 novembre 1943
D'autres actions ont eu lieu le 16 décembre 1943 sur la route d'Ortona à Orsagna.
Front de l'Est
Sur le front de l'Est, le Panzer III (fl) a été un peu moins utilisé. Le Panzer-Flamm-Zug était rattaché au Panzer-Regiment 36. Avant janvier 1944, les Flammpanzers n'avaient combattu que deux fois. Dans ces actions, les lance-flammes ont été utilisés dans la réduction des fortifications ennemies et des positions défensives mais sans grands succès. En effet les soviétiques étaient soutenues par un grand nombre de canons antichars, ainsi que par le terrain de leur pays. Le terrain plat et large sans abri combiné à ces canons antichars, a causé un certain nombre de pertes aux unités Flammpanzer, malgré les tirs de couverture des autres Panzers qui étaient chargés de les protéger et appuyer.
 Il a été décidé que les Flammpanzers ne devraient être utilisés que dans les zones bénéficiant d'une couverture adéquate, telles que les zones centrale et nord du front oriental.
 Même dans ce cas, la couverture devait être suffisamment proche des défenses de l'ennemi pour que le lance-flammes du char soit à portée de toutes les cibles. 
À cette époque, Schürzen a également commencé à apparaître sur les Flammpanzers.
Ensuite les Flammpanzers sur la partie Sud du front de l'Est ont été relégués à la garde des villes.
Dans les derniers stades de la guerre, le nombre de Flammpanzers opérationnels a diminué. Un certain nombre de chars ont été affectés au Panzer-Flamm-Kompanie 351 au début de janvier 1945, en préparation de l'action de Budapest. Cette unité était toujours en action jusqu'en avril 1945.
Survivants
Comme seulement 100 Flammpanzer III ont été produits, peu d'entre eux survivent aujourd'hui. En fait, il semble qu'un seul survit. Il se trouve à la Wehrtechnische studiensammlung de Koblenz

 

 

Caractéristiques
Dimensions
5,41 mx 2,95 x 2,44 m (17 pi 9 po x 9 pi 8 po x 8 pi 0 po)
Armement
Flammenwerfer de 14 mm
Mitraillette
2–3 × 7,92 mm Maschinengewehr 34
Poids total, prêt au combat
20,3 tonnes
Équipage
3
Propulsion
Maybach V12 essence HL 120 TRM
(220 kW) 300 ch à 2500 tr / min
Vitesse sur / hors route
40/20 km / h (25/12 mph)
Gamme
165 km (102 mi)
Production totale
100

Autres engins
   


Copyright © 2003-2023 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:6154162
Nb de visiteurs aujourd'hui:797
Nb de connectés:34