Allemagne Blindés Sturmgeschütz III

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 09/11/2020 à 19:30:22



Allemagne Blindés Sturmgeschütz III
 
Les données de production ne mentent pas. Bien que très sous-estimé par les services de renseignement alliés pendant la Seconde Guerre mondiale et encore quelque peu sous-estimé aujourd'hui, le StuG III fut le véhicule blindé le plus produit pendant le conflit.
Au début, le StuG était un simple dérivé du Panzer III pour le soutien de l'infanterie seulement, mais il a terminé le conflit comme étant un des véhicules allemands le plus important et prolifique de la guerre
Avec son profil bas et son faible coût, il était le véritable cheval de bataille de la Wehrmacht, passant d'un véhicule de soutien rapproché à un chasseur de chars de premier ordre combattant sur tout les théâtres d’opération du MTO au ETO
 Les équipages ont plébiscité son profil bas et de son bon blindage, et l'infanterie qu'il soutenait était reconnaissante de sa puissance de feu et de sa disponibilité.
Genèse et développement du StuG III
Les racines de la Première Guerre mondiale
Les racines mêmes du Sturmgeschütz (canon d'assaut) se trouvent dans le concept de «Sturmartillerie» de Von Manstein .En effet  près avoir identifié les besoins de canons mobiles pour supporter l'infanterie à courte distance, le général Allemand Erich von Manstein exposa le concept de Sturmartillerie en 1936, Ce concept est aussi connu sous le nom de canon d'assaut.
Des 1917 les états majors après le RETEX des opérations des Sturmtrüppen se sont rendus compte que celles ci manquaient d'un moyen efficace afin de neutraliser les casemates et les fortifications Mais à cette époque il n'y avait aucun moyen de mettre en action un obusier standard ou une pièce d'artillerie pour un tir direct, et l ‘armistice de 1918, mis en sommeil tous les projets visant à résoudre ce problème Il faut attendre 1935 et un mémorandum issu du e 2e Département de l'état-major général de l'armée
Ce document parle de développer une arme qui sera une arme de soutien d'infanterie d'artillerie d'assaut ou Sturmartillerie
Le 16 juin 1936
1 .) Nous sommes d'accord sur le développement technique d'un Sturmgeschütz canon d'assaut et sur son engagement tactique.
2.) Il semble souligner les particularités suivantes de l'artillerie divisionnaire afin de donner à la Waffenamt (Agence allemande des armes) des demandes simples et claires pour le développement du canon d'assaut:
a) La tâche de la Sturmartillerie est de détruire positions de mitrailleuses ennemies (MG). Cette tâche sera exécutée dans le cadre de l'attaque d'infanterie et à des champs de tir de 4 km maximum. C'est donc une arme de l'infanterie et n'a pas à effectuer de tâches d'artillerie. Par conséquent, il n'est pas nécessaire d'avoir des champs de tir de 7 km ou d'être équipés de dispositifs de visée indirecte.
b) En même temps, la Sturmartillerie doit remplir totalement les tâches pour lesquelles elle est actuellement en cours de développement. Ainsi, un double travail de développement sera évité.

En juin 1936, l'Inspektorate des Artillerie autorisa la Heeres Waffenamt à concevoir un véhicule conforme aux spécifications suivantes en se basant sur un châssis choisi existant
  • Montez un canon de calibre 75 mm (2,95 pouces)
  • Fournir une traversée de moins de 30 °
  • Fournir une altitude suffisante pour atteindre une portée de 6000 m (3,7 mi) en tir indirect
  • Le canon devait offrir des capacités de perforation d'armure suffisantes pour faire face à n'importe quel char à 500 m (550 m)
  • Les spécifications du blindage doivent inclure une protection contre les obus AP de 20 mm (0,78 po) à l'avant et les armes légères ailleurs.
  • Une hauteur totale inférieure à celle d'un homme debout
Signe Von Manstein
Prototypes Daimler Benz (1937-39)

 
Une fois les spécifications arrivées à l'OKH, une commande fut passée à Daimler-Benz AG et Krupp pour la livraison d'un prototype avant le 15 juin 1937. DB devait fournir la coque et le châssis et Krupp l’intérieur y compris le canon principal, le 7.5 cm Geschütz L / 24 für Sturmartillerie (Selbstfahrlafette).
 Le contrat original de 24 000 DM a été signé pour le prototype, ainsi que quatre maquettes en bois en décembre 1936, le nom de code était Pak (Sfl.), Puis Pz.Sfl.III (S.Pack) en 1937.
Daimler AG va utiliser comme base le tout nouveau Panzer III Ausf B comme base, et il va livrer cinq châssis à Alkett pour achèvement.
Ces cinq prototypes avaient des superstructures en acier doux et vont être évalués par l'Artillerie Lehr Rgt. de Juterbog.
Krupp reçoit une commande pour quatre autres engins à livrer en 1938. Ces cinq prototypes de pré-série, livrés à l'automne 1937, différaient en ayant huit paires de galets par côté, de larges voies, et une casemate en acier doux ce qui veut dire qu’ils étaient inaptes au combat.
Ces prototypes surent testés par le Panzer Regiment 1 à Erfurt, et ont été bien conservés pour la formation jusqu'en 1941. La grosse différence avec les modèle de série se situait surtout sur le dessus En effet la casemate n avait pas de toit . Cette configuration à toit ouvert permettait un repérage rapide des cibles.Mais rapidement , en 1939, un toit blindé a été placés mais nous n’en connaissons pas la raison officielle
Pour lutter contre les ricochets et les éclats d'obus. Le toit a reçu des plaques de blindage qui ne protégeaient que des fragments de mortier de 81 mm Un treillis métallique a également été envisagé.
Le RETEX émanant des troupes a entraîné quelques premières modifications comme l’ouverture d’une trappe a été découpée dans le toit, de sorte qu'un périscope panoramique d'artillerie puisse être monté pour le tir indirect.
L engin est prêt pour la production en janvier 1940,avec la sortie de la première version de production officielle
Le nom a été changé le 7 février en «7,5 cm Kanone (Pz.Sfl)» et le 28 mars en Sturmgeschütz, littéralement «canon d'assaut». 
La désignation Waffenamt complète a été peinte sur les plaques de numéro de série comme «Gepanzerte Selbfahrlafette für Sturmgeschütz 7,5 cm Kanone (Sd.Kfz.142)» et abrégée en gp.Sfl.f.Stu.G. 7,5 cm K.
Conception du StuG III
Le châssis
La première version de production était basée sur le châssis du Panzer III Ausf F mais avec une augmentation du blindage frontal qui est de 50 mm au lieu des 30 mm sur les châssis de la pré-série
Dans le détail, la plaque avant du conducteur de 50 mm d'épaisseur était inclinée à 9 °, la pointe avant de la coque était incliné à 30 ° et 50 °, épaisse également de 50 mm
La superstructure et les côtés de la coque possédaient une blindage de 30 mm d'épaisseur, tandis que les plaques arrière inclinées à 10 et 30 ° avaient un blindage dl 30 mm  Le toit était presque horizontal, avait un blindage de 10 mm . La page arrière protégeant le moteur avait un blindage det15 mm
Le masque du canon et la façade avant de la casemate avaient une épaisseur de 50 mm Ultérieurement  Plus tard, les flancs de la casemate vont recevoir des plaques supplémentaires de 8 mm inclinées à 30 ° et visant à déjouer les obus anti char français à noyau de tungstène.
Casemate
La casemate blindée était courte et grande, couvrant une partie des garde-boue Elle était avait un blindage épais de e 8 mm
Sur l avant on trouve une grande ouverture, pour le montage du canon principal assez encombrant. L’avant était fortement blindée, jusqu'à 50 mm sur l'Ausf.A
Sur le dessus il y avait ne trappes fermée par deux petits volets pour le conducteur à l'avant, et deux trappes plus grandes avec deux volet pour l'équipage à l'arrière de la casemate Une trappe à l avant à gauche laisse passer le périscope du commandant.
 Le moteur était accessible par deux grandes trappes en deux pièces et deux petites trappes monobloc sur le glacis arrière.
 Le conducteur avait une fente de vision blindée et un viseur binoculaire. Tout au long de l'évolution du StuG, cette partie frontale va être constamment modifier
Postes et équipement de l'équipage
En raison de sa faible hauteur, l'accès était facile par les trappes du toit. Trois étaient placés directement au-dessus des sièges du conducteur (à gauche), du tireur (à droite) et du commandant (à gauche). De plus, si le réservoir basculait ou si la trappe était obstruée, le conducteur pouvait encore sortir par la trappe d'inspection des freins de direction situé sur le glacis
Le conducteur a à disposition une fente de conduite percée dans la plaque avant qui pouvait utiliser les périscopes KFF2 afin d ‘être entièrement protégé
. Il avait aussi une autre fente de visée fixe dans la cloison gauche de la superstructure, mais il était aveugle à droite.
Les écoutilles du commandant et du tireur étaient de taille égale et elles pouvaient s’ouvrir sur les côtés.
Le tireur avait à sa disposition un viseur périscopique Sfl.ZF, qui avait son système de visée passant via une ouverture sur le devant de la superstructure.
Le commandant avait un périscope ou Doppelfernrohr SF.14Z qui dépassait de l'écoutille ouverte en position relevée. En temps normal elle était rabattue Les jumelles étant attachées sur la paroi gauche. Son siège était à ressort et réglable en hauteur, .Il se verrouillait via une pédale.
Cela facilitait par sa position surélevée l'observation soit directe, ou avec les périscopes. Le siège était fixé sur la cloison gauche et pouvait être rabattu.
Par contre , le siège du tireur était fixé sur le support du canon, une pratique courante dans l’artillerie.
Armement
Le canon principal était le Krupp 7,5 cm Kanone L / 24 (calibre 24 ). 
Il s'agissait essentiellement d'un canon à canon court conçu pour tirer des obus HE sur les fortifications et les positions ennemies .adapté et modifié à partir du canon de char 7,5 cm KwK L / 24 conçu à l'origine pour le Panzer IV
Il était bien conçu pour détruire les blockhaus et les casemates à courte, moyenne ou même longue distance
Saumur


Le Kampfwagenkanone-37 L / 24 de 7,5 cm pouvait tirer plusieurs types de munitions
Le K.Gr.rot.Pz. était un obus a tête perforante,
Le Kt.Kw.K. anti-personnel
Le Nbgr.Kw.K.fumigène
Le Gr.38 Hl / A Principal premier obus antichar explosif,tout comme les types / B et / C. 
le Sprgr.34 de 7,5 cm, Obus standard, HE plus lourd aussi avec ses 7-8 kg.
Les obus HEAT, particulièrement utiles en raison de la faible vitesse du canon (385 m / s), étaient capables de percer entre 39 et 41 mm de blindage entre 100 et 500 m Mais 2000 m ses performances tombent à 30 mm avec une faible probabilité de succès
L’engin emportait normalement 54 coups.
Avec l'arrivée du canon Stu.K. L / 40, plus long les performances de pénétration des obus a été améliorée,
Mais l’emport des munitions été réduit à 44 obus avec 12% d’obus perforants type K.Gr.rot. Pz ( avec traceur et charge explosive), 65% étaient des obus HE, ou Sprenggranaten, et 23% des obus fumigènes, ou Nebelgranaten.
 Finalement, un quatrième type a été introduit, avec une efficacité accrue contre les blindages, grâce au principe de charge creuse. 
C'était le Gr.38 HL. HEAT conçu pour d'excellentes performances de fragmentation, mais était toujours très efficace contre les cibles peu blindées
 La conception initiale a été moins réussie que le K.Gr.rot. Mais, après l'introduction du HL / A & B, les résultats de coup au but fournis aux unités de première prouvent une certaine efficacité de cette munition .
Au départ, il n'y avait pas de mitrailleuse secondaire, le char comptant uniquement sur l'infanterie d'accompagnement pour la défense rapprochée, ce qui était logique lorsque son utilisation tactique a été envisagée pour la première fois. 
Sur la version G en décembre 1942, une MG 34 protégée par un masque fut montée sur le dessus de la superstructure.


Les armes personnelles comprenaient généralement une mitrailleuse légère MP 38 et plusieurs pistolets automatiques P 38.


 Pour un tir en portée maximale on utilise le tir indirect , mais au détriment de la précision. Une meilleure précision a été atteinte à courte portée soit moins de 500 m , en raison de la faible vitesse du projectile et des erreurs possibles lors du réglage
Dans ce domaine, la qualité de l'instrumentation optique était primordiale.
Sur les versions Ausf. C, D et E, un nouveau viseur de visée ZF1 a été introduit, avec un réticule comprenant sept triangles séparés par quatre mils.
Les distances entre les triangles ont été utilisées pour viser des cibles en mouvement.
Leur séparation et leur hauteur ont aidé le tireur à estimer la portée, marquée par des intervalles de 100 m sur une portée de 1500 m, avec une échelle secondaire pour une portée de 6000 m.
 En raison de l'arc limité de 24 ° (12 ° de chaque côté), l'engin devait se mouvoir fréquemment pour pouvoir engager des cibles mobiles relativement proches.
Moteur

Le moteur était un Maybach HL 120 TRM V-12 essence fiable et procurant 300 ch (296 ch ou 221 kW) et un rapport puissance / poids de 12,6 ch / tonne, reliée à une transmission et une BAV de six vitesses.

 Le train de roues comprenait six paires de galets caoutchoutés reliés à des bras de torsion et trois galets de retour de chaque côté. 
Le barbotin était à l’arrière, tandis que les galets de tension étaient à l'avant. Les chenilles étaient en acier doux et identiques au modèle Panzer III  .
Caractéristiques de l'Ausf. A au D (1941).
Poids de combat: 20,7 tonnes
Vitesse maximale: 40 km / h
Vitesse maximale soutenue sur route: 24 km / h
Vitesse en Tout Terrain: 10-12 km / h
Autonomie /route 155 km
Autonomie Tout terrain 95 km
Tranchée: 2,5 m
Gué: 0,8 m
Mur 0,6 m
Pente 30 °
Garde au sol: 0,39 m
Pression au sol: 0,9 kg / cm²
Rapport puissance / poids: 13,5 ch / tonne métrique
Dimensions (canon court): 5,40 x 2,92 x 1,95 m Le StuG III Série «canon court», Ausf.A à C versions étaient connues par le Waffenamt sous le nom de Sd.Kfz.142.
 


-Seulement 36 Ausf.A ont été produits par Daimler-Benz AG entre janvier et mai 1940. Les premiers ont été livrés en septembre 1939 et toute la série achevée en avril 1940.
Les six derniers étaient basés sur le châssis du panzer III Ausf G
Cependant, en raison de nombreux défauts de production, seules quatre batteries (15 véhicules) sont expédiées en France en mai 1940. 

 


-L'Ausf.B


Cet engin a vu une production beaucoup plus importante 300 produit par Alkett, entre juin 1940 et mai 1941.
Elles étaient presque identiques à l'Ausf.A, si ce n'est pour les chenilles un peu plus grandes (380 mm au lieu de 360 ​​mm).
 Les galets de route standard étaient imbriquées avec des roues de route extérieures de 520x95 mm caoutchoutées et interchangeables.
 La première transmission à 10 vitesses, qui s'est avérée gênante, a été remplacée par une transmission à 6 vitesses.
 Pour réduire les risques de décheniller lors de virages serrés, les galets de retour avant ont été repositionnés encore plus en avant.

 


-L'Ausf.C


Il n'a été produit que pendant un seul mois, en avril 1941, avec 50 véhicules Alkett
Il est presque identique aux versions précédentes, sauf que la fente de vision du tireur principal a été éliminé étant considéré comme un piège à obus et elle a été remplacé par un épiscope placé à l'avant gauche de la casemate.
 La campagne de France avait montré la valeur du StuG, et 150 Ausf.D furent commandés, suivis de 500 Ausf.E.-


L'Ausf.D


Il était pratiquement identique, ne recevant qu'un interphone de bord. 150 ont été livrés entre mai et septembre 1941. Il s'agissait simplement d'une mise à niveau du C sur la ligne de production.
 Cependant, les livraisons effectives ont baissé en raison de la pénurie de moteurs Maybach HL 120 TRM, qui étaient envoyés sur le Front de l‘opération Barbarossa grande dévoreuse de matériels et d’hommes.
-Le Ausf.E


284 engins furent livrés jusqu'en février 1942. L’intérieur a reçu des rangements blindés rectangulaires pour l'équipement radio supplémentaire et on a réussi à stocker six obus supplémentaires portant la dotation à 50 obus
Une MG 34 avec 7 chargeurs de type tambour a été installé sur le côté arrière droit de la casemate pour une défense rapprochée. Les véhicules du commandant ont reçu des périscopes SF14Z.

 


La série Ausf.F et F8 Canon long


Ces séries étaient connues par le Waffenamt (WaA )sous le nom de Sd.Kfz.142 / 1.
-L'Ausf.F  était un engin complètement revu suite aux RETEX de la guerre contre les chars russes et le besoin urgent de canons à grande vitesse Vo pour tous les blindés en ligne
Ce nouvel engin a été construit en mars 1942. Il était armé du nouveau canon 7,5 cm StuK 40 L / 43. Ce canon de 3,3 m de long a vraiment changé la donne, avec une vitesse initiale de 740 m / s tirant l’obus anti char Panzergranat-Patrone 39
Le Pzgr.Ptr.39 pouvait percer 99 mm de blindage incliné à bout portant (100 m), et toujours 63 mm à 2000 m.
 La portée d'engagement optimale était de 500 m, avec 91 mm pour un blindage incliné à 30 °. Cela a été suffisamment pour détruire un T 37
Ainsi avec cet armement le StuG va passer d'un rôle, de véhicule de soutien d'infanterie à un rôle de chasseur de chars
Un autre changement a été le ventilateur d'extraction ajouté sur le toit.
En juin 1942, la cadence de production augmente et un sur blindage de 30 mm fut boulonné à l’avant du châssis en bas . En même temps le canon est replacé par un StuK 40 L / 48.
 Au total, 366 exemplaires ont été produits jusqu'en septembre 1942. 
- L'Ausf.F8


Cette version est apparue en septembre 1942 et 250 véhicules ont été construits jusqu'en décembre.
 Le nom est dérivé de la version châssis du Panzer III qui en était à la 8e version
Le blindage arrière est renforcé . Il était armé, dès le départ, du nouveau 7,5 cm StuK 40 L / 48, qui pouvait percer 96 mm de blindage incliné à 500 m et 85 mm à 1000 m avec une inclinaison de 30 °. Avec les mêmes munitions, le canon de 3,6 m de long avait une meilleure XP vitesse initiale, atteignant 760 m / s pour le Pzgr.Ptr.39.
En octobre 1942 une plaque de 30 mm de blindage d'appliqué ont été boulonnés à l'avant pendant la production. Les anciens véhicules seront rétrofités par la suites et recevront des schürtzen .
L'Ausf.G


L'Ausführung G se démarque des autres versions produites


Ce fut le véhicule dont la version fut la plus produite avec 8400 engins entre décembre 1942 à avril 1945, soit l'équivalent de la production totale de tous les types de Panzer IV confondes
Ce chiffre sera atteint grâce à la réorganisation complète initiée par Albert Speer de la production, répartie entre d'autres fabricants comme MIAG (en 1943) et de nombreux fournisseurs.
Cela a été fait afin d'éviter les perturbations causées par les campagnes de bombardement alliées de plus en plus efficaces.
Il a bien sûr encore augmenté suite à la fin de la production du char Panzer III qui sera remplacer par le StuG III sur les mêmes lignes de production.
La simplification et la normalisation vont contribuer à réduire encore les coûts et les délais
. La superstructure principale a été simplifiée. Les caissons blindés à pente latérale ont été éliminés et les côtés de la casemate ont été prolongés sur la moitié de la largeur du garde-boue. Ce stockage supplémentaire a permis de stocker encore plus de obus
La paroi arrière du compartiment moteur / combat a été renforcée, le ventilateur de ventilation déplacé plus en arrière et le sur blindage sera normalisé. De plus, la MG 34 supérieure a été montée en usine, protégée par un bouclier.
En mars 1943, la simplification poussa à abandonner le périscope du conducteur. Des galets de retour seront désormais tout métal car il y avait une pénurie de caoutchouc. Les galets de route avec moins de caoutchouc avaient déjà été brièvement testées en novembre 1942, mais non adoptées.
En mai 1943, Alkett a commencé à installer des Schurzen mais comme cette installation a été faite dans la précipitation les fixations se sont avérées plus tard inadéquates notamment à Koursk et il a fallu attendre mars 1944 pour que le problème soit révolu


Le canon principal était inchangé, mais caractérisé par son masque de canon arrondi moulé après novembre 1943.
Après la guerre, il était appelé «tête de cochon» (Saukopf ou Saukopfblende)

 


 Il n'y avait pas d’armement coaxial
Le masque du canon avait une épaisseur de 45 mm à 50 mm
 En juin 1944, ce masque était rare et le masque traditionnel en forme de trapèze réapparut à avec une MG 34 coaxiale.
Un autre grand changement fut l'adoption d'une coupole tournante à périscopes, remplacée plus tard par une coupole fixe et soudée, en raison du manque soudain de roulements à billes. 
Les engins furent zimmérités en usine pendant un an seulement, de septembre 1943 à septembre 1944.
Au total, Alkett livra 7500 StuG, tandis que MIAG en a construit 2586.
Le premier a également procédé à la conversion de 173 Panzer III plus anciens en StuG III Ausf.G et 142 basées sur le châssis récent du Panzer III Ausf.M.
Les bombardements massifs de novembre 1943 ayant désorganisés la production Krupp va concevoir un substitut basé sur leur châssis Panzer IV


Celui ci a été présenté et accepté par Hitler en décembre 1943
 Ce modèle était connu sous le nom de Sturmeschütz IV et sera construits à 1140 exemplaires, en utilisant une superstructure StuG III modifiée.
Jusqu'à la fin de la guerre, de nombreuses modifications «sur le terrain» sont apparues, comme les anciens Ausf.C / D ont été modernisés avec le long canon KwK 40 L / 48, les véhicules ont été réparés et équipés de la coupole Panzer IV, des MG 34 coaxiales ont été installés et certains véhicules ont reçu sur leur superstructure une protection à base de ciment en guise de protection supplémentaire, tout en économisant de l'acier.


Il y avait même un modèle soviétique construit sur des châssis StuG III et Panzer III capturés (principalement à Stalingrad), appelé SU-76i, et armé d'un canon soviétique S-1 AT de 76,2 mm, avec une protection supplémentaire.
201 engins ont été livrés par Zavod 37 à Sverdlovsk, dont 20 en version commandement.  La livraison a commencé à l'automne 1943, mais, à l'automne 1944, ils ont été retirés et utilisés pour l'entraînement.

Autres Versions
Le StuH 42
 
 
 
En 1942, une variante de l'Ausf.F reçut un obusier de 4,1 po (105 mm) rt fut baptisé Sturmhaubitze 42, Sd.Kfz.142 / 2. C'était un retour aux sources dans le rôle de soutien de l'infanterie rapprochée, mais avec un châssis plus moderne,  L'obusier était dérivé d'un leFH 18 de 10,5 cm avec mise à feu électrique et frein de bouche,
Environ 1300 véhicules ont été construits par Alkett de mars 1943 à mars 1945, après une première livraison de 12 véhicules testés à partir de F et F / 8 réparés entre l'automne 1942 et janvier 1943.
StuG III (Flamm)
En 1943, dix premières versions, stockées dans des dépôts, ont été choisies pour être modifiées, le canon principal étant remplacé par un lance-flammes Schwade. Leur utilisation opérationnelle est cependant douteuse, car aucun rapport n'indique leur utilisation au combat et en 1944, ils ont été renvoyés au dépôt.
Sturm-Infanteriegeschütz 33B
Dès 1941, le châssis StuG III fut choisi pour embarquer l'obusier lourd sIG 33 de 15 cm pour le soutien rapproché de l'infanterie.
Le développement a cependant pris du temps et à la fin,seulement 24 véhicules ont été ainsi convertis et tous livrés en octobre 1942.
Douze d'entre eux ont été engagés à Stalingrad avec le StuG Abteilung 177, dès le 8 novembre 1942, afin de offrent un moyen efficace de faire face à cet environnement urbain. C'était déjà trop peu trop tard. Tous ont été perdus au combat ou capturés, tandis que l'autre moitié a été envoyée à la 23e Panzer Division
. L'obusier de 15 cm était le même que celui monté sur le Panzer I en 1940, et sur le Panzer II « 15 cm sIG 33 auf Fahrgestell Panzerkampfwagen II (Sf)" en Afrique du nord.
Le prix du StuIG 33b était de 20 450 DM. Trente obus ont été transportés en deux fardeaux , obus et cartouches, en partie stockées à l'intérieur des grands bacs installés derrière la casemate, au-dessus du moteur
. La casemate fermée sur le dessus elle-même avait une épaisseur de 10 mm avec une plaque de blindage supplémentaire à l'avant (20 mm ), Les munitions sont chargées par l'arrière.

autre version utilisée par les USA
StuG III Ausf.G modified, Kampfgruppe Y, Panzer-Brigade 150 - Géromont, Ardennes, Belgium, December 1944.
   


Copyright © 2003-2021 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:5535032
Nb de visiteurs aujourd'hui:914
Nb de connectés:49