Italie Florence La Congiura dei Pazzi 26/04/1476

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 15/08/2020 à 09:24:01



 

 Florence La Congiura dei Pazzi  26/04/1476
 
 
La Conspiration Pazzi a été un événement qui a changé à jamais le visage de Florence et de l'Italie.

La Conjuration
La mise en place
Le matin du 26 avril 1478, certains des conspirateurs, ceux qui participeront à la phase opérationnelle de l' attaque, sont rassemblés dans la Villa "La Loggia" , à la périphérie de Florence, sur la colline de Montughi:


la villa, qui est aujourd'hui le siège de la maison Maison d'édition Giunti ,mais à l ‘époque c'était la somptueuse résidence de banlieue de la famille Pazzi , ennemie des Médicis.
Mais comment en est on arrivé là ?

 Les Pazzi sont originaires de Fiesole, mais depuis le XIIIe siècle, ils résident en permanence à Florence, dans le quartier de Porta San Piero:
En ce début du XVe siècle grâce au travail de l'un des plus illustres membres de la famille, Andrea  les Pazzi, grâce au commerce, élargissent constamment leur richesse et deviennent l'une des familles les plus influentes de toute Florence.
Andrea a commandé à Filippo Brunelleschi la célèbre chapelle Pazzi, dans le complexe monumental de Santa Croce)
La fortune des Pazzi se poursuit avec Jacopo de 'Pazzi (Florence, 1423-1478),
C ‘est un homme à l'esprit inné des affaires qui, parvenant même à obtenir le titre de chevalier en 1469, réussit à s'élever à un niveau de prestige alors même que les frères Médicis Lorenzo et son frère Giuliano n'y sont pas encore parvenus
On sait qu’à Florence au XVe siècle ils y a trois conditions pour faire partie de l'oligarchie de la ville:
Relations de parenté avec d'autres familles importantes,
Richesse
Accès aux fonctions publiques
 Sans l'un de ces trois éléments, la famille risquerait de décliner et d'être marginalisée
Aussi depuis un certain temps, les Pazzi ont commencé à tisser un réseau de relations conjugales qui les ont amenés à être liés à de nombreuses familles nobles.ou de la riche bourgeoisie de Florence: tels que les Salviati, les Alessandri, les Serristori et bien d'autres.
En tant que chef de famille, Jacopo, en 1459, avait également consenti au mariage entre son neveu Guglielmo et la sœur aînée de Lorenzo et Giuliano, Bianca de 'Medici
Voir ICI


Cette union avait apporté des bénéfices aux deux familles et devait aussi selon les intentions de Cosme l'Ancien, régler les différends anciens entre les Médicis et les Pazzi
Pazzi étaient donc apparentés aux Médicis, famille qui plus que toutes les autres régnait sur le sort de la ville,
Par contre les Médicis pouvaient de leur coté bénéficier de la proximité des Pazzi avec l'Anjou de Naples, à la condition que les problèmes de succession dans le royaume de Naples après la mort d'Alphonse V d'Aragon soient résolus en faveur des Angevins.


Quant à la richesse, la banque Pazzi est devenue depuis longtemps, avec celle des Médicis, la plus prospère de Florence.
Enfin les les charges publiques les Pazzi sont bien implantés: en 1471, Jacopo réussit également à faire en sorte qu'un de ses hommes, Baldo di Bartolo Corsi, fut Gonfalonier de Justice et Prieurs de la République de Florence

Alors quelles sont les raisons qui ont conduit à la décision d' éliminer physiquement les deux jeunes Médicis malgré la parenté et malgré la situation florissante de la famille Pazzi? 
Au fil des ans, les Médicis et les Pazzi se sont affrontés à plusieurs reprises, et bientôt les escarmouches entre les deux familles se sont étendues pour impliquer nombre d’acteurs les plus importants de la vie politique de la péninsule de l'époque.
 L'une des raisons de déclenchement concerne l' ‘acquisition de la ville d'Imola ,dont en 1473  Galeazzo Maria Sforza  duc de Milan voulait se séparer


Lorenzo voudrait que Florence achète cette ville d’Émilie afin d'étendre son influence vers le nord, Mais cette place forte est également dans le collimateur de pape Sixte IV né Francesco della Rovere, qui a l'intention de la céder à son neveu, le comte Girolamo Riario  comme cadeau de mariage suite à son

mariage avec Caterina Sforza, afin de consolider les dominions papaux en Romagne. Le pape lorgnait sur Bologne capitale de la Région


L'histoire de la vente d'Imola devient la raison de la scission définitive entre les Médicis et Sixte IV.

L histoire de cet épisode est rapporté par Francesco Guicciardini qui raconte comment c’est déroulée la transaction
Lorenzo, "souhaitant que Florence achète Imola, et considérant que le nouveau pape en l'état, ne pouvait acheter car il n avait pas l ‘argent
Il a donc demandé aux Pazzi qu '«ils ne le serviraient pas avec de l'argent, de sorte que, puisque le pape ne pouvait pas l'acheter, Imola nous revienne».
D'après le récit de Guicciardini, les Pazzi promettent aux Médicis de ne pas prêter d'argent au pape, mais en cachette les transactions vont bon court et en plus ils révèlent au pape et à Girolamo Riario «la demande qui leur a été faite par Lorenzo
suite à cela le pape indigné enleva la charge de dépositaire qui était d'un élément important dans les affaires de la famille Médicis car jusque-là ils géraient les finances papales, Ils se voient retirer la charge de dépositaire apostolique (c'est-à-dire le trésor du pape) au profit des Pazzi, qui deviennent alors les nouveaux trésoriers du pontife (une position de prestige énorme et qui aurait contribué davantage à la croissance de leur fortune économique).
Mais un autre affrontement sérieux a eu lieu avec le pape un an plus tard: en 1474, Filippo de 'Medici, archevêque de Pise, décède laissant son poste vacant.
Le pape, tout dans sa politique anti Médicis confié la chaise à Francesco Salviati cousin de Jacopo Pazzi (la mère de ce dernier, Caterina Salviati, était la tante de Francesco)


Cet homme était très remonté contre les Médicis car Lorenzo, en 1474, l'avait empêché de devenir archevêque de Florence, poste auquel il aspirait fortement.
Autre pierre d’achoppement en 1477, Lorenzo s'efforce de faire en sorte que la République promulgue une loi sur l'héritage, qui prévoit le transfert de l'héritage reçu d'une femme sans frère masculin à un cousin ​​du bénéficiaire.
Cette loi ad personam est claire, Elle vise à contenir l’augmentation de la fortune des Pazzi:
En 1477, Béatrice Borromei, épouse de Giovanni de 'Pazzi dernier frère de Guglielmo et Francesco, avaient perdu le très riche père Giovanni Borromei, et sans la loi voulue par Lorenzo l'héritage se serait terminé par la disponibilité des Pazzi.

 

A toutes ces raisons politiques vont se mêler des raisons plus philosophiques
En effet certains exécuteurs matériels de la conspiration, y compris les membres de la famille Pazzi «voulaient tous que Florence et la Toscane, dont Florence était la capitale changent de régime, soient libérées de la tyrannie personnelle et familiale de Lorenzo et recouvre la «liberté républicaine» ».
Nous avons le récit de cela et l'historiographie nous a livrée des portraits aux couleurs sombres de conjurés Poliziano, par exemple, décrit Jacopo de 'Pazzi comme un blasphémateur invétéré ce qui pour l'époque est un défaut très grave, induit en erreur par le vice du jeu, avare et en même temps gaspilleur , tandis que Francesco de 'Pazzi est raconté comme un homme hautain et arrogant, un calomniateur, enclin à la colère et assoiffé de sang.
Le pire portrait, cependant, est celui de Francesco Salviati, décrit comme un «homme aux fortunes soudaines, ignorant et méprisant de toute loi humaine et divine, voué aux vices et à la méchanceté de toutes sortes, perdu dans sa convoitise et infâme en ses lenocini ".
Néanmoins, après la conspiration, on trouvera quelques textes qui ont repris à leurs comptes les les revendications libérales du projet Pazzi, à savoir renverser la seigneurie de facto des Médicis et à restaurer les libertés de la république.
L'humaniste Alamanno Zanobi Rinuccini  en 1479, aurait composé un important dialogue De libertate dans lequel il aurait célébré la florentina libertas étouffée par les Médicis et exalté l'action des conspirateurs,
 


Ceux ci malgré leurs fortunes personnelles énormes pouvant ainsi mener une vie tranquille, avaient plutôt choisi de risquer leur vie pour la liberté.
 Ainsi, Jacopo et Francesco de 'Pazzi sont décrits comme "des hommes aussi généreux et nobles que jamais", qui "se sont lancés dans une action qui leur fera la gloire éternelle et qui doit être célébrée avec tous les éloges".
 Une action, selon Rinuccini, d'autant plus glorieuse qu'elle se situe en continuité historique avec les exploits des tyrannicides du passé, par opposition au comportement du peuple florentin, qualifié de renoncement malgré un passé tout aussi glorieux, ayant fortement réagi, au XIVe siècle, à la tentative de Gautier VI de Brienne duc d'Athènes d'établir une tyrannie à Florence .


Autres Causes
Revole de Pérouse
La ville de Pérouse et de autres centres de l'Ombrie alors sous l'autorité du pape Sixte IV se révoltent Le pape craint que derrière les séditions, et surtout derrière celle de Pérouse, dirigée par Carlo Fortebraccio , ne se trouve les Médicis qui par ce biais en sapant l’autorité pontificale pourront alors diriger les villes ombriennes sous l'hégémonie florentine


Les prémices
Niccolò Machiavel dans les Histoires florentines, émet l’hypothèse que c’est parmi de jeunes conspirateurs que le projet démarre: le premier à nourrir le désir d'éliminer physiquement Lorenzo et Giuliano est Francesco de 'Pazzi qui, à Rome où il réside depuis quelque temps car il est officiellement le trésorier du pape, et pour couronner le tout il déteste tellement le gouvernement florentin qu'il ne peut supporter l'idée de devoir vivre dans la ville
il recrute après avoir expliqué ses intentions Girolamo Riario et Francesco Salviati,.Mais les trois comploteurs ne peuvent pas bouger sans l'approbation de Jacopo de 'Pazzi chef de famille
Il se montre réticent,voire opposé
Francesco, Riario et Salviati considèrent donc qu'il est essentiel de trouver un appui dans la figure de Sixte IV: s'ils parviennent à le convaincre, Jacopo ne pourra pas reculer.
Riario n'a aucune difficulté de trouver l’appui auprès de son oncle, qui regarde favorablement un changement de régime à Florence mais, compte tenu des charges morales que lui confère son bureau, espère que tout se passera sans effusion de sang.
Les trois jeunes hommes engagent ainsi un célèbre chef, Giovanni Battista da Montesecco
Il est envoyé en mission à Florence pour rencontrer Lorenzo et rapporter à Jacopo que l'audience des conspirateurs s'élargit
Au début Jacopo est encore sceptique, mais sait que le pape est favorable au renversement du pouvoir des Médicis,
Il est alors convaincu et garantit un soutien efficace. Bientôt, la conspiration cesse de se cantonner au cadre de la rivalité entre les familles, commence à impliquer de nombreuses personnes et prend surtout, comme prévu, des proportions internationales: Tous les conspirateurs les plus illustres nourrissent un fort ressentiment contre les Médicis et, en même temps, tireraient des avantages considérables du succès de la conspiration.
Federico da Montefeltro


Le  Duc d’Urbino est impliqué dans la conspiration. On ne sait pas comment le duc a été approché, mais il est certain qu’ étant aussi Gonfalonier de l'Église, ou capitaine général de l'armée papale, il ne peut ignorer les complots de Girolamo Riario et Sixte IV.
Federico da Montefeltro méprise Lorenzo parce qu'il s'était opposé à sa nomination comme lieutenant-gouverneur du duché de Milan après l'assassinat du duc Galeazzo Maria Sforza Le duc pense que la conspiration va réussir le seul problème est, en tout cas, la méthode d'exécution.
On trouve aussi parmi les conspirateurs le roi de Naples, Ferrante d'Aragon probablement approché par les Pazzi auxquels il avait accordé des faveurs il avait fait en sorte qu'un Pazzi, Antonio, devienne évêque de Sarno en 1475,

 


Il est animé par des sentiments anti-Médicis, . En effet depuis des années il accueille à Naples, aux exilés florentins opposés à la politique des Médicis, parmi lesquels celui qui deviendra plus tard, avec Francesco, le meurtrier de Giuliano, Bernardo Bandini Baroncelli, marchand aux racines familliales illustres mais ruiné présentement et qu'il espérait, grâce à la conspiration, revenir en meilleure fortune.
Mais  . Ferrante d'Aragon, est aussi motivée par de simples calculs politiques: l'alliance anti-papale entre Florence, Milan et Venise, portée par Lorenzo, avait isolé Naples, sans parler du fait que Milan était lié aux Angevins, ennemis des Aragonais.
 Une Florence politiquement plus faible jouerait donc en faveur du royaume de Naples. Et il en serait de même pour le duché d'Urbino, qui pourrait s'étendre vers l'ouest et exercer également son influence sur la Valtiberina: intentions impossibles avec une Florence politiquement forte. Il en va de même pour le pape, qui pourrait s'étendre vers le nord
Les Pazzi eux sont intéressés par l'hégémonie économique sur Florence ainsi que par le renversement de l'équilibre politique florentin en leur faveur,
Le déroulement de la Conjuration
Les historiens s'interrogent depuis longtemps sur les raisons qui ont conduit à l'échec d'une conspiration élaborée depuis des mois, voire des années, et prévoyaient l'implication de personnalités importantes et influentes.
 Premièrement la réponse du peuple florentin a été sous-estimée par les Pazzi Les partisans Médicis, vont se ralier le peuple plébéien et sanguin au nom de 'Palle, Palle, Palle' "en référence aux armoiries des Médicis à six sphères sur un champ d'or aux Médicis ,
Il faut voir aussi le rejet d’un crime dans une église qui est considéré comme particulièrement odieux de la population,
 L'intention est de tuer en même temps Lorenzo et Giuliano: on ne peut courir le risque que l'un des deux survive en rassemblant autour de lui ses hommes et surtout le peuple.
Il faut les éliminer physiquement car, même si la conspiration réussit sans tuer comme le souhaitait le pape le risque est grand d'un éventuel retour, avec vengeance conséquente. 
L'occasion est donnée par le banquet accordé par les Médicis dans leur villa de Fiesole, samedi 25 avril 1478, en l'honneur du tout jeune Raffaele Riario neveu de Girolamo et tout juste nommé cardinal par Sixte IV:


c'est ainsi qu'on pense empoisonner Lorenzo et Giuliano.
 Une indisposition soudaine de Giuliano, cependant, met en échec cette tentative.
 Tout est reporté au lendemain, et les conspirateurs ne peuvent se permettre d'échouer d’autant que les armées du pape et de Federico da Montefeltro sont dans les environs de Florence, prêtes à intervenir lors des émeutes qui suivront le meurtre des deux frères. 
Reporter davantage le plan signifierait inévitablement se faire prendre
. Raffaele Riario a organisé, juste pour dimanche, une messe d'action de grâce dans la cathédrale, et les conspirateurs décident que Lorenzo et Giuliano seront tués pendant la célébration.
 Giuliano est toujours malade, mais les conspirateurs doivent nécessairement mettre en œuvre le plan:


Francesco de 'Pazzi et Bandini Baroncelli se rendent personnellement au palais des Médicis et proposent de l'accompagner au Duomo
Il faut savoir qu’en public les Pazzi et les Médicis semblent s’entendre et ils essaient de démontrer cette amitié de façade, également motivée par une parenté étroite
Ils partent avec lui et s'assurent qu'il n'est pas armé et l'emmènent à l'église. Giovanni Battista da Montesecco aurait dû s'occuper de Lorenzo, mais il refuse de tuer un homme dans l'église, d'autant plus qu’il ne nourrit pas de rancunes personnelles envers Lorenzo . Tout au contraire quand il l'a rencontré, il lui semblait un homme très gentil et affable.
La tâche est donc confiée à deux prêtres, Stefano da Bagnone et Antonio Maffei tous deux liés aux Pazzi.


Les quatre assassins désignés, ne sont pas des tueurs et si Francesco de 'Pazzi et Bandini Baroncelli parviennent à tuer Giuliano c(est uniquement parce que celui ci est malade et sans armes et sans gilet cuirassé de proection , Francesco, pas très doué avec des armes et aveuglé par la haine. dans le feu de sa violence, se blesse gravement à la jambe.


 Les deux prêtres ne réussissent qu'à blesser Lorenzo, qui se défend avec son épée, utilisant son manteau comme bouclier et se faisant aider par certains de ses amis, y compris Poliziano lui-même: Lorenzo se réfugie dans la sacristie et son escorte bloque l'accès.
Pendant ce temps, de l'autre côté de la ville, Mgr Salviati tente avec ses hommes de s'emparer du Palazzo Vecchio: le plan est d'éliminer le gonfalonier Cesare Petrucci et, par un coup d'État, de mettre en place un nouveau gouvernement provisoire.
Jacopo de 'Pazzi se voit plutôt confier la tâche de lancer la révolte du peuple florentin contre les Médicis, en louant la liberté.
Nous pouvons grâce aux textes et peintures dédiées au thème de la conspiration retracer la succession rapide des événements, à commencer par le meurtre de Giuliano. , peint dans une œuvre de Stefano Ussi où le jeune homme, peint dans des vêtements anachroniques, est au centre de la scène, tout en étant poignardé par ses assaillants, qui s'organisent autour de lui pour porter les coups sans le laisser s'échapper.
 L'historien Carlo Denina illustrera dans son livre des révolutions italienne la conspiration notamment la scène dans laquelle Lorenzo blessé, est conduit dans la sacristie où il est calmé et soigné par ses amis.
 Mais il y a aussi des œuvres plus anciennes: Le portrait de Giulliano poignardé, une gravure qui accompagne l' Elogia virorum bellica virtute illustrium de Paolo Giovio  recueil de biographies d'hommes illustres écrites par l'historien lombard en 1551 et publié en plusieurs éditions.


Comme on peut le voir les plans ne se déroulent pas comme prévu par les conspirateurs: non seulement parce que Lorenzo survit, mais aussi parce que les Pazzi ont sous-estimé la réaction des Florentins.
Petrucci, un homme fidèle aux Médicis, se méfiant de l'attitude de Salviati, se rend compte des intentions de l'archevêque:
Aussi Salviati, avec d'autres conspirateurs dont l'homme de lettres et l'humaniste Jacopo Bracciolini fils du célèbre Poggio Bracciolini,sont arrêtés avant d'être jugés sommairement puis pendus aux fenêtres du Palazzo Vecchio.
 Francesco de 'Pazzi, grièvement blessé, se réfugie dans le palais familial pour se soigner, mais une foule en colère envahi le Palazzo Pazzi, et le jeune banquier,sauvé des griffes du peuple qui veut le lyncher, est amené au Palazzo Vecchio, où il subit le même sort que Salviati
Mais contrairement à l'archevêque qui semble bouleversé, lors de son procès sommaire, Francesco reste impassible et fier
La fin de Jacopo est bien résumée par Machiavel,
Messer Jacopo, encore un vieil homme, monta à cheval avec peut-être une centaine d'hommes armés, préalablement préparés pour cette entreprise, et s'en alla sur la Piazza del Palagio, appelant le peuple et la liberté à son secours.
 Mais le peuple parce que l'un était rendu sourd par la fortune et la libéralité des Médicis, , personne ne lui a répondu ». Ne sachant que faire, Jacopo s'enfuit et tente de se réfugier en Romagne. 
Cependant, il est atteint dans les Apennins, renvoyé aux Florentins et exécuté quatre jours après le complot (et son cadavre est mis en pièces quelques jours plus tard:


Des partisans Médicis le déterrent, l'emmènent dans la ville en signe de mépris ils arrivent à la résolution macabre de présenter le corps devant le Palazzo Pazzi, et enfin de le jeter dans l'Arno, 
Montesecco est également capturé, mais parce qu'il a finalement refusé de participer à la conspiration et collabore activement avec la justice Ses aveux sont d’ailleurs l'un des témoignages les plus précieux pour reconstituer les intrigues de la conspiration Pazzi, et surtout parce qu'il détient le titre de chevalier,n ‘est pas pendu mais décapitation, peine jugée plus honorable.
 Les deux religieux, Maffei et Stefano da Bagnone, se réfugient dans le monastère de l'abbaye florentine, mais quelques jours plus tard ils sont capturés, et pendus.
 Bandini Baroncelli est le seul à réussir à perdre la trace: pourtant, il est identifié un an plus tard à Istanbul, et ramené à Florence il est également pendu: Léonard de Vinci a dessiné le conspirateur pendu, portant toujours les vêtements turcs, signe qu'il n'avait même pas eu la possibilité de se changer

 

Lorenzo, une fois qu'il comprend que la situation tourne en sa faveur, retourne dans son immeuble et, sans oser quitter la maison pendant au moins dix jours, profite des émeutes pour éliminer toutes les formes d'opposition.
Dans la nuit du 26 au 27 avril environ quatre-vingts personnes meurent, y compris coupables et présumées coupables, puisque la fureur des partisans Médicis se déchaîne dans toute son effroyable férocité
Poliziano, dans son commentaire, se souvient des cadavres jetés çà et là dans les rues, sur lesquels la population se déchaînait
La famille Pazzi, "tenue dans son ensemble impliquée dans la conspiration et donc coupable", écrivent Cardini et Frale, est détruite: comme mentionné, Jacopo et Francesco meurent, et il en va de même pour l'un des neveux de Jacopo, Renato, qui, bien que non impliqué dans la le complot est capturé et pendu en essayant de s'échapper après avoir réalisé que rester à Florence n'est pas sûr. 
Guglielmo ne survit que grâce au fait d'être le beau-frère de Lorenzo, mais est immédiatement banni de la ville. 
Giovanni et d'autres membres de la famille sont capturés et emprisonnés à Volterra. Puis arrive La damnatio memoriae , qui voit la confiscation des biens et la destruction de tous les vestiges de la famille Pazzi en Ville
 Pour la famille, c'est le début d'un déclin imparable et définitif.
Sur le plan intérieur, Lorenzo a réussi à se rallier les familles de l'oligarchie florentine en garantissant leur participation au pouvoir, en échange la reconnaissance de son rôle d'arbitre dans la politique de la ville. 

 
Pour les autres acteurs internationaux
 Florence reste dans la tourmente et dans une situation d'urgence: des bandes armées parcourent la ville, et même le seigneur de Bologne, Giovanni Bentivoglio, ami des Médicis, envoie un contingent pour aider la famille.
Quant aux autres conjurés plus illustres et puissants quelle est leur position juste après les événements du 26 avril ?,
le pape et ses alliés ont mené une guerre contre Florence avcec comme prétexte le meurtre de l’évèque et cela va durer 2 ans. 
Girolamo Riario n'est en aucun cas affecté par la vengeance des Médicis, et les principaux acteurs internationaux de la conspiration, du pape au roi de Naples en passant par le duc d'Urbino,  ils sont tous vivants et maintenant en guerre avec Lorenzo devenu il Magnifico
Ils mènent touts une guerre contre Florence, mais ils sont animés par des intentions différentes
: la seule raison qui les unit est précisément la guerre contre Florence
 Fubini souligne que le Magnifique agira alors en tirant parti de la diversité des intentions, en cherchant un accord de paix avec Ferrante d'Aragon "sur la base d'une garantie, à laquelle il serait resté fidèle, contre la menace franco-angevine", et en réussissant ainsi forger une alliance avec Naples tout en relâchant celle avec Milan
En 1480, avec l'arrivée de la menace ottomane avec l ‘offensive des Turcs sur Otrante Sixte IV fut obligé de mettre fin à la guerre avec Florence
 Et en signe de détente, Lorenzo aidera à la construction de la Chapelle Sixtine
Les Médicis, après le complot, mettront tous les blâmes sur les Pazzi, essayant de faire taire les preuves de l'implication de souverains étrangers, afin de ne pas compromettre la stabilité de l'Italie.
On a dit que la Congiura dei Pazzi était avant tout le résultat d'un déséquilibre dans l'ordre politique international en Italie au XVe siècle:Mais grace à celle ci l'action politique de Laurent le Magnifique permettra de maintenir un parfait équilibrer les fortunes politiques de l'Italie et de ses états, et cela vaudra le fameux surnom d '«aiguille de l'équilibre des principes italiens» que lui confie Guicciardini.
 Sa position après la conspiration sera extraordinairement renforcée, et à partir des années 80, Lorenzo pourra gouverner la ville presque comme un prince (sans jamais obtenir de positions officielles), concentrant le pouvoir entre ses propres mains.
Venons pour conclure à la représentation de la conjuration par les artistes
Tout d’abords le portrait de Giuliano par Botticelli


La description qui en est faite est la suivante

"Il était de grande taille, avait un corps bien proportionné, des pectoraux larges et saillants, des bras musclés et bien arrondis, des articulations fortes, un ventre plat, des cuisses solides, des jambes très fortes, des yeux expressifs, un visage énergique, la peau foncée, une mèche de cheveux fluide avec des cheveux noirs tirés en arrière à la nuque. Il était habile à monter et à lancer le javelot, excellent au saut et au gymnase, et il se consacrait à la chasse avec passion. Il était magnanime et constant, religieux et de bonne morale, il était très intéressé par la peinture, la musique et toutes les belles choses. Il avait aussi un talent pour la poésie: il écrivait des poèmes en langue vernaculaire, pleins de pensées sérieuses et importantes, et il lisait volontiers des poèmes d'amour [...]. Il ne se souciait pas beaucoup de prendre soin de son corps, mais il était vraiment élégant et distingué. Il était très gentil et plein d'humanité, il avait un grand respect pour son frère, ainsi que la force et la vertu. Ces qualités et d’autres l’ont attiré auprès du peuple et de ses disciples ». Voilà comment, l'un des plus grands poètes du XVe siècle, le Poliziano (Agnolo Ambrogini,) décrit dans son Coniurationis commentarium ,  Giuliano de 'Medici (Florence, 1453-1478): Ce mémorial en latin fut rédigé après la Conspiration Pazzi ,
Mais a y regarder de plus reps on se rend compte que la description de son apparence physique de sa prestance est proche de du portrait peint par Sandro Botticelli  dans un panneau maintenant conservé à l'Académie de Carrare de Bergame .
Certes dans ce tableau peint après le décès violent du jeune descendant de la famille Médicis le portrait est idéalisé:
A Florence les honneurs sont rendus à Giuliano: Le sculpteur Bertoldo di Giovanni connu pour être l'un des premiers maîtres de Michel-Ange, s'est vu confier la tâche de concevoir la médaille commémorative  réalisée en 1478. Elle représente un très rare cas d' un événement d'actualité immortalisé par un artiste du XVe siècle: d'un côté de la médaille les conspirateurs attaquent Giuliano tandis que Lorenzo tente de se défendre, tandis que de l'autre Giuliano est déjà sur le terrain sans vie et Lorenzo tente d'échapper aux coups des assassins.
 

La scène représente également le jeune Francesco Nori, l'un des hommes de la suite du Magnifique, qui s'interpose entre les meurtriers et le seigneur sacrifie sa vie pour sauver celle de Lorenzo. 
Bertoldo di Giovanni utilise tout son art pour restituer, avec une vivacité intense et surprenante , un épisode qui lui est contemporain: c'est l'un des premiers cas de l'histoire de l'art.
Reste aussi le croquis fait par Léonard de Vinci de l’exécution de  Bandini Baroncelli
Conclusion
Avec cette conjuration l’ Histoire de Florence prend un autre tournant en accordant aux Médicis un blanc seing pour diriger la Cité pendant des décennies . La Famille des Médicis pourra grâce à cela prospérer et donner deux reine à la France en la personne de Catherine et Marie de Médicis
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 
 

 
 
 
 
 
 
   


Copyright © 2003-2020 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele


Nb de visiteurs:4887464
Nb de visiteurs aujourd'hui:880
Nb de connectés:56